Archives de catégorie : Logiques argumentatives

Using speech acts formulas to describe the narrative structure of affaires

Simon Smith

Institute of Sociological Studies, Charles University in Prague

Introduction

Prospéro is a tool for use by sociologists interested in argumentation: it helps identify and explore the ‘argumentatively strong moments’ (Chateauraynaud 2011: 118) within large corpuses usually based around public controversies. Given, however, that the notion of a discursive configuration or discursive regime is certainly broad enough to encompass narrative as well as argumentative modes of expression or ways of knowing (Chateauraynaud 2003: 83), and that one of Prospéro’s strengths is undoubtedly its sensitivity to questions of time and temporality (identifying turning points in argument trajectories, for example), it is surprising that narrativity remains an underdeveloped area of its conceptual armoury, and that few researchers (to my knowledge) have used Prospéro to explore the narrative structure of corpuses (for an exception see Cézanne-Bert & Hériard-Dubreuil 2014).

In the project I lead at Charles University in Prague on Crisis narrativisation and institutions in politics and public policy we set ourselves two technical-methodological goals: one is to adapt Prospéro for use with Czech texts (perhaps this will be the subject of a later post). The other is to test whether Prospéro can in fact aid the search not only for the argumentatively but also for the narratively strong moments of large corpuses. In this post I want to introduce a way to use formulas in combination with a categorisation of verbs (épreuves) by type of speech act, which represents a promising first step in our effort to investigate narrativity.

The main protagonists in the Berbr affaire, Roman Berbr and Libor Kovařík (Pavel Mazáč, Deník Sport)

The connection between speech acts and narrativity

One way of introducing the theory of speech acts (developed principally by John Searle) is to start from distinction between different classes of speech acts according to how they mediate the relationship between the ‘word’ and the ‘world’. Hence a speech act, for Searle, can have one, both or neither of two ‘directions of fit’.

Continuer la lecture

La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs

Francis Chateauraynaud et Marianne Doury

L’observation des controverses ou des débats montre comment  les acteurs font appel à des procédés argumentatifs pour construire et évaluer les différentes positions en lice – pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les OGM, pour une « agriculture raisonnée » ou pour la coexistence des cultures… Mais l’analyse des relations entre les jeux d’arguments et les prises de position n’épuise pas les échanges verbaux que l’on peut observer. L’analyse des dossiers complexes suggère qu’une partie importante de l’activité discursive des acteurs est consacrée à un travail de cadrage, qui vise à élaborer discursivement le contexte d’interprétation des échanges d’arguments. Une composante essentielle de ce travail de cadrage consiste, pour les acteurs, à dresser un portrait des camps en présence : par exemple, les modernistes contre les rétrogrades (ou, au terme d’un renversement axiologique, les défenseurs de la tradition contre ceux qui entendent la sacrifier sur l’autel de la modernité), des réalistes contre les idéalistes, ou, plus généralement encore, de la raison contre l’obscurantisme. Les représentations discursives du débat et des camps qu’il oppose, sont intégrées dans les échanges d’arguments visant à établir ou contester les points de désaccord. Elles sont donc fondamentales puisqu’elles constituent les cadres d’interprétation proposés au tiers destinataire des propos. Or la plupart de ces schématisations engagent une dimension temporelle qui a été largement négligée, alors même que de multiples procédés discursifs contribuent à conférer une historicité à l’affrontement, et à l’inscrire dans une dynamique temporelle1. Certaines schématisations temporelles sont propres à un débat particulier (c’est le cas par exemple des déchets nucléaires qui engagent des arguments sur le futur liés à des échelles temporelles particulièrement longues2, d’autres valent pour un objet de discours particulier, comme lorsqu’il s’agit de discuter des conséquences d’une action ou d’un dispositif, en mettant en question les modèles du futur en jeu3. Continuer la lecture

  1. Voir C. Perelman, « De la temporalité comme caractère de l’argumentation », Rhétoriques, 1989, 437-467 ; F. Chateauraynaud et M. Doury, ‘Désormais…’ Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle, Argumentation et Analyse du Discours, n° 4, 2009. []
  2. Voir P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, « The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management », in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, 2010, 71-99. []
  3. Voir le cas des débats et des polémiques suscités par le changement climatique. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives

Assimakis Tseronis (LCP/CNRS, GSPR/EHESS)

A propos des mots évaluatifs

Outre leur valeur purement descriptive, les mots peuvent avoir une valeur axiologique qui est généralement liée à une polarité positive/négative faisant référence à des valeurs esthétiques, cognitives, éthiques ou pratiques. Cette valeur axiologique peut être inscrite dans le sens lexical d’un mot : c’est le cas par exemple des mots « baraque » et « bagnole » qui désignent respectivement, en langage familier, « maison » et « voiture ». On parle alors d’une connotation positive ou négative des mots donnant une information sur l’attitude évaluative du locuteur à l’égard de ce dont il parle. Pourtant, la valeur axiologique des mots ne se réduit pas à leur sens lexical : des mots peuvent acquérir une valeur axiologique selon leur usage pragmatique dans un contexte précis. Continuer la lecture

De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au cours de l’année 2010 nous avons fait allusion à plusieurs reprises à l’utilisation de « formules » dans Prospéro – par exemple dans Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs. Il s’agit d’un des dispositifs qui démarquent franchement l’approche socio-informatique des analyses statistiques et des analyses de réseaux. Aussi il nous semble opportun de nous arrêter le temps d’un billet sur les fonctionnalités associées aux formules. Celles-ci rendent de nombreux services à condition bien sûr de maîtriser leur syntaxe et d’y recourir à des moments-clés de l’enquête sur corpus. Il est d’autant plus pertinent de réexaminer cet espace de travail qu’il prend déjà une place décisive dans le redéploiement des fonctions d’enquête de Prospéro II. Continuer la lecture

L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi

Francis Chateauraynaud

Dans un billet qui faisait suite à un séminaire consacré aux OGM à l’EHESS en septembre 2010 , j’annonçais la diffusion prochaine d’un rapport de recherche issu de plus de trois ans de travaux collectifs. Les dernières formalités ayant été adressées à l’ANR, ce rapport est enfin disponible sur le site du GSPR. Voici la référence et le lien :

Francis Chateauraynaud, Antoine Bernard de Raymond, Marie-Angèle Hermitte et Gilles Tétart, Les OGM entre régulation économique et critique radicale, rapport ANR OBSOGM, Paris, GSPR, 2010.

Le premier volume contient trois parties : « Chronologies et périodisations d’un dossier complexe » (partie I), « Controverses publiques et logique de conflit » (partie II), « Visions du futur et ouvertures d’avenirs » (partie III). Le second volume concerne très directement ce carnet puisqu’on y trouve deux annexes, l’une consacrée à l’architecture du corpus étudié et aux principales données produites par Prospéro, l’autre à des extraits de dialogue avec Marlowe.

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs II

Tant de conditions nécessaires…

par Assimakis Tseronis (LCP-CNRS / GSPR – EHESS)

Un billet précédent est consacré à des formes comme «tant que» et «en tant que». Ce texte de Chateauraynaud et Debaz donne à réfléchir autant sur les marqueurs linguistiques comme outils de l’analyse prospérienne que sur les potentialités que le logiciel Prospéro ouvre pour faire des observations linguistiques pertinentes. Je voudrais comme réaction essayer de démontrer la pertinence de l’attention aux détails linguistiques pour la démarche proposée par la « socio-informatique ».

Tout d’abord, les deux formes dont il s’agit « tant que » et « en tant que », à la différence des morphèmes « peu » et « un peu », ne constituent pas ce qu’on appellerait en linguistique des « paires minimales » : « tant que » et « en tant que » ne peuvent pas se trouver en opposition dans la même configuration syntaxique, en lui donnant un sens différent, contrairement aux morphèmes « peu » et « un peu » :

Pierre a  peu mangé

Pierre a un peu mangé

Même si en surface il semble que la préposition « en » fait la différence entre les deux formes, en réalité et en termes linguistiques, « tant que » et « en tant que » n’ont aucune relation. Le premier est une locution qui sert à introduire une phrase circonstancielle de temps, tandis que le deuxième est une locution prépositionnelle, qui, suivie d’un substantif constitue une phrase prépositionnelle, qui a le sens « considéré comme » et peut être remplacé par le morphème « comme ». Alors, la raison qui justifie la comparaison entre les deux morphèmes « tant que » et « en tant que » n’est pas une raison linguistique, à proprement parler. Comme le montre bien le billet par Chateauraynaud et Debaz, l’intérêt d’une telle démarche est sa contribution à la recherche des moments forts de la controverse à l’aide des marques langagières ; par ailleurs, la paire « tant que / en tant que » vaut pour sa proximité formelle, et la diversité de ses argumentatives. Pour la suite je vais me concentrer sur le morphème « tant que » qui présente, comme le soulignent déjà les auteurs du billet, une certaine complexité1.

L’attention aux détails linguistiques peut nous aider à affiner les recherches par formules, et en même temps à prendre en considération d’autres éléments qui peuvent contraindre la recherche dans le corpus à travers des marques langagières.

Continuer la lecture

  1. Même si « en tant que+nom/adjectif » semble être de loin plus fréquemment utilisé []

Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs

Un exercice estival sur « en tant que » et « tant que »

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En sociologie argumentative, l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments ne peut se contenter de croiser des caractéristiques sociologiques et des traits discursifs. Elle a besoin d’aller chercher dans le cœur des textes les marques langagières et argumentatives les plus fines. C’est là une différence majeure entre les travaux menés sur les grands dossiers d’affaires et de controverses et le traitement de corpus par la statistique textuelle ou les analyses de réseau, conçues précisément pour faire l’économie de l’étude approfondie des énoncés. Or, avant de parler de prodiges en matière de « traitement automatique du langage  » (TAL), il vaut mieux prendre la mesure du travail d’indexation, de création d’expressions et de codage, nécessaire à un minimum d’intelligibilité de ce que font ou ne font pas des routines appliquées automatiquement aux corpus.

Un exemple assez parlant, bien connu des amateurs d’analyse argumentative, est celui de la célèbre distinction développée par Ducrot et ses collègues autour de « peu » et « un peu », illustrant la  manière dont la langue rend possible la disjonction entre des orientations argumentatives1. Ainsi, la distinction entre [sociologue peu avisé] et [sociologue un peu avisé] est immédiate, l’ajout de « un » inversant le sens de la sentence, comme on le voit dans l’énoncé suivant :

Encore un effort dans la pulsion nationaliste et l’on affirme comme un sociologue peu avisé que le concept même de « philosophie américaine » est « le comble de l’oxymore »2.

Si l’auteur avait parlé d’un « sociologue un peu avisé », il aurait validé le discours de sa cible (sauf à supposer le recours à une figure d’ironie), alors qu’il s’agit bien ici de critiquer des auteurs « bêtement antiaméricains ». Saisir dans de vastes ensembles des nuances de ce type suppose donc des outils d’une grande finesse dont la réarticulation au niveau plus global (d’un corpus ou d’un ensemble de corpus) ne va pas de soi – ce qui montre une fois de plus que l’idée d’une compréhension automatique du langage naturel est sous contrainte d’une spécification des objets et des échelles d’analyse et de description. La langue fournit pourtant d’innombrables appuis pour échapper à l’hyper contextualisme. Ainsi, dire  « j’ai peu joué le Boléro de Ravel » ou « j’ai un peu joué le Boléro de Ravel » n’a pas la même signification quelque soit le contexte.


Le Boléro …peut-être l’oeuvre la plus jouée et la plus connue de la musique classique … mais à mon avis c’est une œuvre un peu méconnue …

Dans ce qui suit nous allons faire un exercice un peu différent. Il s’agit de montrer comment la distinction de deux formes , comme « tant que » et « en tant que »,  noyées parmi des milliers d’autres dans les dictionnaires d’expressions de Prospéro, fournissent des outils  fort pertinents pour une sociologie argumentative3 . Continuer la lecture

  1. Voir J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1983), L’argumentation dans la langue, Liège-Paris, Mardaga ; J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1986): «Argumentativité et informativité» in M. Meyer (ed) De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 79-93. []
  2. Patrick Peccatte, « Il y a une philosophie après Sokal et Bricmont », Forum Libé sur Internet, 31/10/1997, et note 11 de « Pour une véritable philosophie postmoderne des sciences« , La revue M., n° 93, Janvier-février 1998. pp. 63-66 ; extrait ici du corpus Sokal. []
  3. A travers les expressions le logiciel fournit un gisement pour des recherches multiples notamment sur les indicateurs argumentatifs. []

All argumentative roads lead to Amsterdam …

posted by Francis Chateauraynaud

July 12th 2010

Thanks to discussions I recently had with Assimakis Tseronis, a young researcher involved in the field of argumentation studies1 who works with us as post-doc partner on the project called “Chimères nanobiotechnologiques”, I return from Amsterdam with interesting news concerning the fascinating growing relationships between argumentation and computing. Among the discoveries I made during the 7th ISSA Congress (June 29th – July 2th), I must first mention the launch of a new journal called Argument & Computation, whose first volume was published a few months ago, in March 2010. With such a title, it cannot be anything but a highly relevant piece of news for our frenchy research blog! Indeed, it would be difficult to ignore the surprising symetry between the two titles: “Socio-informatique et Argumentation” (socio-informatics and argumentation), on the one hand; “Argument and Computation” on the other hand! I don’t know how useful it can be to extend the  comparison and contrast between the two, but even if in our case the corpuses and the tools are clearly separated from formal modelling of argumentation, it could be fruitful to explore, or to try building a bridge between the two archipelagos of knowledge production. Continuer la lecture

  1. see his text posted a few weeks ago : « A la recherche des marqueurs argumentatifs, 12 avril 2010″ []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

A la recherche des marqueurs argumentatifs

Assimakis Tseronis

Chercheur post-doctorant, LCP (CNRS) et GSPR (EHESS)

Quand on cherche à décrire les formes d’argumentation et de jugement à l’œuvre dans les controverses à l’aide du logiciel Prospéro1, on doit prendre appui sur la surface linguistique afin de repérer les arguments avancés par les différents acteurs. Cela signifie que l’analyse part des mots, des locutions ou des configurations discursives susceptibles de faire apparaître les passages dans lesquels les acteurs s’engagent dans une activité argumentative. Au demeurant, on aimerait bien que ces mots, locutions ou configurations discursives nous aident à identifier un aspect particulier ou une étape précise dans l’activité argumentative, et pas seulement indiquer qu’on a affaire à de l’argumentation plutôt qu’à de la narration, par exemple. Partant de ce point de vue, deux questions interdépendantes se posent préalablement à toute entreprise de caractérisation systématique des formes argumentatives :

  1. Quels sont les aspects argumentatifs du discours que nous cherchons à repérer ?
  2. Comment peut-on repérer ces aspects sur la surface linguistique du discours ? Continuer la lecture
  1. Voir F. Chateauraynaud, Prospéro. Une Technologie Littéraire pour les Sciences Humaines, CNRS Editions, 2003. []