Archives de catégorie : Logique d’enquête

Des alertes à couper le souffle

Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La sociologie des alertes et des controverses n’a-t-elle pas tendance à suivre de trop près l’actualité des dossiers qu’elle investit ? Si l’objet consiste essentiellement à saisir des processus sur la longue durée et à forger des cadres d’analyse rendant possibles des comparaisons ou des rapprochements, les moments de crise, dans lesquels se jouent des changements notables de trajectoire, attirent fortement l’attention du chercheur, l’obligeant souvent à interrompre ses travaux pour suivre en « temps réel » le développement des événements. C’est ici que l’appui méthodologique fourni par les outils socio-informatiques est précieux puisqu’il permet d’insérer les nouveaux documents dans des séries accumulées de longue date et de construire un point de vue outillé sur les résurgences ou les émergences, en rendant visible ce qui remonte des épreuves passées et ce qui semble s’imposer comme radicalement nouveau ou inédit dans un dossier – et, bien sûr, dans le même mouvement, de voir ce qui est oublié ou n’est plus mobilisé. On a eu l’occasion de montrer ce qu’impliquait ce genre d’exercice dans le cas du dossier nucléaire, qui a littéralement explosé comme on sait le 11 mars 2011.

Au cours de cette année 2012 plusieurs événements, moins spectaculaires que Fukushima, mais importants pour les domaines concernés, ont ainsi marqué les corpus suivi par l’observatoire des dossiers sanitaires et environnementaux1 :  on l’a vu à propos des gaz de schiste, dans le dossier de l’amiante, autour du Bisphénol-A et des perturbateurs endocriniens, dans le champ de la nanotoxicologie, à propos de la disparition des abeilles, des solvants utilisés dans les pressings, ou encore, à l’autre extrémité du spectre, de la fonte drastique de la banquise2. Tout semble ainsi bouger continûment, sans oublier l’enchaînement de conférences et de sommets qui ont de multiples impacts sur les processus d’alerte et de controverse. Lors de Rio +20, malgré les déceptions et les critiques, on a vu se déployer des configurations normatives qui ne manqueront pas de peser sur les dossiers environnementaux3. Plus récemment, en France, la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre à Paris, a amorcé le débat sur l’énergie destiné à se poursuivre au cours du premier semestre 2013 et à donner corps à une loi pour la fin de l’année. Face à la diversité des événements, les chercheurs multi-corpus que nous sommes ont donc l’embarras du choix. Mais, précisément, parce qu’il ne s’agit pas de sauter sur l’actualité la plus récente, on a choisi de ne pas rebondir tout de suite sur le dossier des OGM, abordé ici-même fin 20104, mais de s’intéresser plutôt au cas de la pollution par les particules fines. Cette question majeure de santé environnementale a longtemps peiné à produire des saillances aussi marquantes que d’autres dossiers, malgré l’impact, connu de longue date, des particules issues des moteurs diesel sur la santé publique.

Tweet de la campagne CleanTag « Le diesel tue » de France Nature Environnement

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique, rapport final de la convention ANSES/GSPR(EHESS), avril 2011. []
  2. « La fonte de la banquise arctique vient de battre un nouveau record », notre-planete.info, 4 septembre 2012. []
  3. Un corpus spécifique a été constitué qui donnera lieu à une analyse des figures critiques inspirées par la promotion de la « green economy ». []
  4. Francis Chateauraynaud, « L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi », Socioinformatique et Argumentation, 1er décembre 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Adapter Prospéro à l’analyse de corpus en espagnol

Juan Carlos Guerrero Bernal

Chercheur du CEPI (Centre d’études politiques et internationaux) de l’Université du Rosario. Coordinateur de l’Observatoire de réseaux et action collective (ORAC) de la même université. Responsable en Colombie du projet Ecos-Nord « Les ressorts de la mobilisation internationale: des contextes locaux aux arènes cosmopolites. Le cas colombien »1.

Depuis septembre 2009, le GSPR et l’ORAC (Observatoire de réseaux et de l’action collective de l’Université du Rosario) ont réalisé plusieurs missions d’échanges scientifiques dans le cadre d’un projet financé par le programme Ecos-Nord et par Colciencias. L’un des objectifs des échanges entre chercheurs français et colombiens a été l’adaptation de Prospéro à l’espagnol, afin de pouvoir introduire cet outil informatique dans le milieu académique hispanophone (non seulement en Colombie, mais aussi dans d’autres pays latino-américains et en Espagne).

Bien entendu, une telle adaptation a exigé un travail de création d’un jeu standard de dictionnaires permettant à Prospéro de lire les structures textuelles de corpus en espagnol. Ce billet vise à présenter de manière synthétique le travail réalisé pour la constitution de ces dictionnaires. Il s’agit essentiellement d’expliquer la méthodologie et les procédures adoptées, tout en soulignant un certain nombre de difficultés et de questions qui ont émergé tout au long du travail effectué.

Continuer la lecture

  1. programme du Comité ECOS-Nord 2009-2012. Coordination pour le GSPR : Francis Chateauraynaud et pour l’Université de Rosario à Bogota : Juan Carlos Guerrero []

Vers une généalogie des controverses sur la prison

La question carcérale du point de vue socio-informatique

Grégory Salle

Le volet socio-informatique de la recherche sur les prisons pour mineurs évoquée dans un précédent billet revêtait un caractère expérimental à double titre. D’abord, il s’agissait pour le sociologue débutant en la matière de se familiariser à l’usage de Prospéro à partir d’un cas d’étude de circonstance. Ensuite, de tester le logiciel sur un nouveau terrain avec l’intuition qu’il y avait là matière à creuser. « Là », c’est-à-dire dans les controverses relatives à la prison en particulier et aux moyens de coercition en général. On sait que les domaines d’application du logiciel débordent les alertes et les controverses scientifiques et techniques pour lesquelles son emploi est le plus connu. Cependant, en dépit d’expériences propres à mettre sur la voie d’une enquête socio-informatique à partir d’un premier jalon phénoménologique1, Prospéro n’a pas encore été mis à profit de façon systématique sur un corpus spécifiquement consacré à la question de l’usage de la force étatique, même si elle traverse tel ou tel dossier (qu’on pense par exemple aux rapports entre les autorités et les militants anti-nucléaire ou à la criminalisation des « faucheurs volontaires » d’OGM).

Vigiar e Punir, à Lisbonne aussi

Continuer la lecture

  1. Il se murmure même qu’un début de corpus sur le thème de la garde à vue existe bel et bien ; il faudrait consulter Marlowe pour en savoir davantage… []

L’amiante au tribunal : une décision sans précédent entachée d’un « pacte avec le diable »

Federico Ferretti

GSPR

Ce billet existe aussi en version italienne : L’amianto in tribunale : una decisione senza precedenti e un « patto col diavolo »

Le 13 février 2012 marque un tournant historique, au niveau international, dans la lutte des victimes de l’amiante pour la reconnaissance de leurs droits. Le juge Giuseppe Casalbore, du Tribunal de Turin, a prononcé une sentence de condamnation à 16 ans de prison pour les deux anciens dirigeants d’Eternit–Italie, Stephan Schmidheiny et Louis Ghislain de Cartier, en infligeant aux condamnés et à leurs entreprises le versement de plus de 100 millions d’euros aux victimes.

« Ayez honte vous qui savez »

Faisant suite au billet précédent sur l’affaire de Turin1 regardons les nouveaux développements de l’affaire, suivis à la fois dans les arènes publiques italophones et francophones, avant et après la sentence. Pour cela, nous disposons d’un outil supplémentaire, bien qu’encore en phase de développement et d’expérimentation : les nouveaux dictionnaires en italien de Prospéro, qui permettent les premiers traitements informatisés du corpus italophone. Continuer la lecture

  1. F. Ferretti, « L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un cas sanitaire », Socio-Informatique et Argumentation, 3 décembre 2011. []

L’amianto in tribunale : una decisione senza precedenti e un « patto col diavolo »

Federico Ferretti

GSPR

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : L’amiante au tribunal : une décision sans précédent entachée d’un « pacte avec le diable »

 Il 13 febbraio 2012 segna una data storica, a livello internazionale, nella lotta delle vittime dell’amianto per il riconoscimento dei loro diritti. Il giudice Giuseppe Casalbore, del tribunale di Torino, ha pronunciato una sentenza che ha condannato a 16 anni di prigione i due ex dirigenti di Eternit Italia Stephan Schmidheiny e Louis Ghislain de Cartier, infliggendo a loro e alle rispettive aziende il versamento di oltre 100 milioni di risarcimenti.

« Vergognatevi voi che sapete »

Continuer la lecture

Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies

Sébastien Buisine

post-doctorant, associé au GSPR

 

Du récit de vie au journal intime en passant par le roman autobiographique ; des Confessions de Jean-Jacques Rousseau (1782) à Destroy de Johnny Halliday (2003) édité en trois volumes, l’autobiographie représente une production littéraire incomparable dans la diversité de ses styles et de ses auteurs. Aujourd’hui, la plupart des personnages publics issus de la sphère politique, du monde de l’entreprise ou du showbiz nous font part de leurs souvenirs d’enfance et du déroulement de leurs carrières professionnelles qui les ont faits connaître. Ces derniers n’hésitent plus à livrer les moments forts de leur propre histoire et ce, dans ce qu’elle a de plus personnelle. A en croire le tirage important de ces publications1, le grand public se passionne pour ces récits de vie. L’univers du sport, notamment celui du cyclisme, n’est pas épargné par l’engouement suscité autour de cette littérature. En effet, le succès et l’abondance des biographies de coureurs cyclistes attestent de l’intérêt du profane ou du fin-connaisseur à vouloir les découvrir autrement que sur un vélo. Ce faisant, la valeur heuristique de ces témoignages publics contraint le chercheur à une réflexion méthodologique quant à leurs utilisations pour étudier un milieu social ou une profession.

Cette réflexion s’intègre dans un travail plus large qui consiste à saisir les exigences de l’activité professionnelle du coureur cycliste à travers celles que les sportifs acceptent de rendre publiques2. La restitution d’une vie ou d’une carrière sportive est susceptible de varier suivant les conditions de production du récit. Pour cela, nous avons recensé plusieurs sources à travers lesquelles se manifestent « ces histoires » marquées par des traits argumentatifs et par des régimes discursifs. Dans un souci d’ouvrir cet espace de variation, nous ne pouvions pas faire l’économie d’une analyse des autobiographies de ces sportifs. De quelle manière un corpus d’autobiographies peut-il être mobilisé dans une analyse sociologique ? Peut-on les utiliser au même titre que les entretiens, afin de comprendre un univers social ? Enfin, quelle place doit-on accorder aux conditions de production, d’énonciation et de publicisation des ouvrages que l’on veut analyser ?

Carte postale publicitaire Les vieilles gloires du cycle

Continuer la lecture

  1. Par exemple, les mémoires de Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, sorties en 2009 ont été publiées à plus 350 000 exemplaires. (Sources : Paris-Match, novembre 2011). []
  2. Voir S. Buisine, « Faire le métier » de cycliste : une sociologie pragmatique du travail dans le domaine sportif , Thèse en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2009 []

L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO – IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l’ANR, s’est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l’impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires …), jusqu’à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu’elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

Continuer la lecture

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n’a cessé de s’affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l’agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l’AFSSA (1998) et l’AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l’ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l’environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu’en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d’alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires … L’histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l’heure des bilans réflexifs comme l’a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’affaire des gaz de schiste. Anatomie d’une mobilisation fulgurante

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz avec la collaboration de Pierrick Cézanne-Bert1

Il y a un an, fin décembre 2010, le dossier des « gaz de schiste » n’était pas encore constitué en conflit politique, du moins en Europe, et seuls quelques observateurs attentifs, des sentinelles concernées par les enjeux environnementaux avaient vu venir un processus critique de grande ampleur2. Il suffisait pourtant de regarder outre-Atlantique pour constater que la querelle était déjà bien lancée au Canada et aux États-Unis3. Si ce dossier est tombé dans les filets de nos agents socio-informatiques via un module de Tiresias consacré aux fils santé-environnement, notamment  à travers un article publié sur le site notre-planete.info le 17 décembre 20104, nous avions entendu parler de la fracturation hydraulique (« fracking ») par des interlocuteurs rencontrés au cours d’une enquête menée à Washington DC au début de l’automne 20105. Nous avions hésité à intégrer précocement ce nouveau dossier, pourtant qualifié d’« explosif » par nos interlocuteurs américains, dans une collection de corpus déjà bien chargée, faute de signaux équivalents dans les milieux d’experts français. Des contacts bien informés nous avaient pourtant avertis de l’ampleur du phénomène :

There is an emerging movement right now, that’s happening right now […] the short word is fracking. Did you know this word fracking? It’s gonna be huge! It’s hydraulic fracturing, how you get oil out of shale rock under the ground. You put chemicals and then you put a charge and you explode the all thing and then you suck the oil out of the ground, but you also suck all the chemicals in the water and it’s a mess and they’re doing this all over the US. And citizens have finally […] under exposures to endocrine disruptors and these chemicals […] because many people […] much of it happen in rural areas where people drink water from wells […] this is the issues from environmental justice and from toxic exposures is now finding so quickly under their website … 6

Depuis, le dossier de la fracturation hydraulique7 a fait beaucoup de chemin comme l’atteste encore un article récent du réseau alternet.org. Avec Fukushima, le dossier des gaz de schiste constitue à n’en pas douter un des éléments les plus marquants de l’histoire environnementale de l’année 2011.

Un des points de basculement du dossier est formé par la diffusion massive, dès 2010 outre-Atlantique, du documentaire Gasland écrit et réalisé par Josh Fox, qui met en scène sa propre enquête sur l ‘exploitation de la formation rocheuse de Marcellus (qui mène de la Pennsylvanie à l’Ohio en passant par L’Etat de New York). Ce film, dont on trouve différentes versions sur la toile, atteint un large public en Europe au printemps 2011, et contribue à transformer l’exploitation des gaz de schiste en nouveau front environnemental majeur du XXIème siècle. A y regarder de plus près de multiples acteurs se sont déjà saisis du dossier, comme par exemple l’Association Québecoise de Lutte contre la Pollution (AQLPA) qui, en septembre 2009, demande au Gouvernement du Québec d’informer la population sur la problématique des gaz de schiste et de répondre à toute une série de questions concernant « l’environnement, la santé et la sécurité des Québécoises et Québécois »8.  Rapidement transformé en dossier transnational, propre à redéfinir les relations déjà fort complexes entre énergie et environnement, le cas des gaz de schiste a ainsi donné lieu à la construction d’un double corpus – francophone et anglophone. Ces derniers temps le dossier est quelque peu retombé, ce qui permet de faire un premier point et d’organiser les éléments du suivi de long terme de cette cause qui devrait connaître de multiples rebondissements dans les prochaines années, avec des trajectoires fort différentes selon les pays concernés9.


Gaz de schiste: Wo! film appelant à voter pour la pétition « Exploration et exploitation du gaz de schiste », 118933 signataires

Continuer la lecture

  1. Ce billet suit la séance du séminaire « Controverses environnementales et anthropologies de la nature » qui a eu lieu à l’EHESS, dans l’antenne de la Vieille Charité à Marseille le 25 novembre 2011. []
  2. Voir en particulier « CAP21 demande un moratoire européen sur l’exploration/exploitation des gaz non conventionnels », 7 décembre 2010. []
  3. Voir « N.Y. Senate Approves Fracking Moratorium », New York Times, 4 août 2010. []
  4. « Gaz de schiste : une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement », notre-planete.info, 17 décembre 2010 []
  5. Voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Washington connections, 29 octobre 2010. []
  6. Une spécialiste des études de science dans le champ santé environnement, Virginia Tech University, septembre 2010. []
  7. Notons que le choix de traduction de shale gas par gaz de schiste n’allait pas de soi et qu’il a donné lieu à des discussions. Ce qui est sûr c’est que le gaz extrait des roches est du gaz naturel, et que ce qui est « non conventionnel » c’est le procédé utilisé pour l’extraire du fait de son encastrement dans la roche-mère. Du coup le nom correct du dossier devrait être « fracturation hydraulique », ce dont témoigne le corpus anglophone étudié dans lequel le terme « fracking » réalise un meilleur score que l’Etre-Fictif, supposé équivalent du français, SHALE-GAS@ … []
  8. AQLPA, « Questions de l’AQLPA au Gouvernement du Québec au sujet de l’exploitation du gaz de schiste », Montréal, 28 septembre 2009 []
  9. Pour un cadre d’analyse transposable des trajectoires comparées de différentes causes, voir F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris Pétra, 2011. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Le procès Eternit à Turin

L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire

Federico Ferretti (GSPR)

Ce billet existe aussi en version italienne :   Il processo Eternit à Torino. L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario.

Nous voici parvenus jusqu’aux derniers chapitres d’un procès, qualifié de « plus important jusqu’ici en Europe en ce qui concerne l’environnement et la santé »1. Voilà qui est en effet assez inédit : on y  voit deux milliardaires, le magnat suisse Stéphane Schmidheiny et le baron belge Louis Ghislain de Cartier, opposés à quelques 6.000 parties civiles, représentant environ 3.000 victimes de l’amiante dans les établissements italiens de la multinationale Eternit, à Rubiera, Bagnoli et Casale Monferrato. Cette dernière commune, située près de Turin, est sans doute la plus touchée, le coût humain de cette industrie y étant estimé à environ 1.500 morts (à ce jour) sur une population actuelle d’environ 35.000 personnes. Après les dernières plaidoiries des avocats de la défense, prononcées le 21 novembre, le président du Tribunal, Giuseppe Casalbore, a ajourné le procès au 13 février : « à partir de cette date, où l’on achèvera toutes les formalités, la sentence pourra être prononcée. »2

 Dans ce billet, nous proposons d’aborder, du point de vue de la sociologie pragmatique des controverses et de ses outils socio-informatiques, les arguments et les rapports de force déployés par les différents acteurs du procès, ainsi que leurs répercussions possibles sur les arènes publiques françaises. Quels sont les enjeux de cette épreuve judiciaire ? Quelle est l’attitude de la presse francophone vis-à-vis de ce procès ? Les éléments de réponse qui suivent s’appuient sur l’analyse d’un corpus issu de la presse quotidienne de janvier 2009 à octobre 2011. Il a été recueilli sur les supports de Factiva et d’Europresse. Ce corpus a été comparé, à l’aide des logiciels Prospéro et Marlowe, au corpus italophone correspondant, ainsi qu’au corpus plus général Amiante 2011, construit pour la base de données de l’Observatoire informatisé de veille sociologique du GSPR.

L’amiante fut l’un des premiers dossiers « sérieux » sur lesquels ont été testés les outils principaux de Prospéro3 et, en même temps, ce dossier est l’un des premiers cas d’étude traité par la « sociologie pragmatique de l’alerte et du risque »4. L’amiante est par ailleurs un cas emblématique de la sociologie des problèmes publics5 et de l’étude des controverses : nous parlons ici de « controverse » parce que le parcours collectif qui a porté à une reconnaissance publique des dangers de ce matériel a été long et contrasté, et curieusement, ne fait pas encore l’unanimité. Cette histoire trouve  un prolongement dans le procès turinois, qui concerne toute la période où Eternit Italie a produit de l’amiante dans la Péninsule, de 1951 jusqu’à sa faillite en 1986. Il vaut donc la peine d’y regarder de plus près.

Le caractère public, politique et social de cette controverse a été accentué dès les débuts du procès, par la forte mobilisation populaire qui a porté à l’ouverture du dossier juridique, après des actions de dénonciations dont le point de départ remonte à l’année 1976, avec une action revendicative « ciblant l’assurance maladie (l’Inail) et l’usine de Casale Monferrato. »6 Une mobilisation populaire a par ailleurs accompagné les différentes phases du procès depuis le jour de son ouverture en décembre 2009. La première séance a vu en effet, devant le tribunal, la manifestation des parents des victimes et des syndicats « de base » italiens, avec la participation de délégations de victimes de plusieurs pays dont la France et la Suisse.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 Mars 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 Novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Voir Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 Décembre 2009. []

Il processo Eternit à Torino

L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario

Federico Ferretti (GSPR)

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : Le procès Eternit à Turin. L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire.

Siamo agli ultimi capitoli di un processo, definito “il più importante celebrato finora in Europa riguardo l’ambiente e la salute.”1  Un aspetto abbastanza inedito è il fatto di trovare due miliardari, il magnate svizzero Stéphane Schmidheiny e il barone belga Louis Ghislain de Cartier, opposti a più di 6.000 parti civili, rappresentanti le oltre 3.000 vittime dell’amianto negli stabilimenti italiani della multinazionale Eternit, a Rubiera, Bagnoli e Casale Monferrato. Quest’ultimo comune è di gran lunga il più toccato, visto che il costo umano di questo impianto vi è stimato finora a circa 1.500 morti su una popolazione attuale di circa 35.000 persone. Dopo le ultime repliche degli avvocati della difesa, pronunciate il 21 novembre, il presidente del tribunale Giuseppe Casalbore ha aggiornato il processo al 13 febbraio: “a partire da quella data, quando termineranno tutte le procedure, la sentenza potrà essere pronunciata.”2

In questo biglietto ci proponiamo di affrontare, dal punto di vista della sociologia pragmatica delle controversie e dei suoi strumenti informatici, gli argomenti e i rapporti di forza dispiegati dai vari attori del processo, e in particolare le loro ripercussioni possibili sulle arene pubbliche francesi. Quali sono le poste in gioco di questa vicenda giudiziaria? Qual è l’atteggiamento della stampa francofona riguardo al processo? Gli elementi di risposta che seguono si appoggiano sull’analisi di un corpus di articoli comparsi sulla stampa quotidiana da gennaio 2009 a ottobre 2011, raccolti tramite le banche dati Factiva e Europresse. Tale corpus è stato confrontato, grazie ai programmi Prospéro e Marlowe, al corrispondente corpus italofono, nonché al corpus più generale Amiante 2011, costruito per la base di dati dell’Observatoire informatisé de veille sociologique del laboratorio GSPR.

L’amianto è stato uno dei primi grandi dossier sui quali sono stati testati gli strumenti principali di Prospéro3 e, allo stesso tempo, questo dossier è uno dei primi casi di studio portati a sostegno di una “sociologia pragmatica dell’allerta e del rischio.”4 L’amianto è peraltro un caso emblematico della sociologia dei problemi pubblici5 e dello studio delle controversie, dato che il percorso collettivo che ha portato a un riconoscimento pubblico dei rischi di questo materiale è stato lungo e contrastato, e singolarmente non raggiunge ancora l’unanimità. Questa storia ha un seguito nel processo torinese, che riguarda tutto il periodo in cui Eternit ha prodotto dell’amianto nella Penisola, dal 1951 al suo fallimento nel 1986. Vale dunque la pena soffermarci su questa vicenda.

Il carattere pubblico, politico e sociale della controversia è stato accentuato fin dall’inizio del processo dalla forte mobilitazione popolare che ha portato all’apertura del dossier giudiziario, dopo azioni di denuncia il cui punto di partenza risale al 1976, con una azione rivendicativa “rivolta all’Inail e alla fabbrica di Casale.”6 Una mobilitazione che ha peraltro accompagnato le diverse fasi del processo dal giorno della sua apertura in dicembre 2009. La prima udienza ha visto in effetti, davanti al tribunale, la manifestazione dei parenti delle vittime e dei sindacati di base italiani, con la partecipazione delle associazioni delle vittime di diversi Paesi, come la Francia e la Svizzera.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 marzo 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 dicembre 2009. []