Archives de catégorie : Annonces

Outils socio-informatiques. Méthodes numériques pour l’analyse des dynamiques collectives

Séminaire du 2 novembre 2015 au 8 février 2016
Le lundi de 15 h à 17 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera principalement orienté vers des recherches liées à la sociologie des controverses mais, au fil des séances, toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, seront abordés, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. D’une manière générale, ce séminaire fonctionnera comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities).

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges via son site Web. Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/395/


Programme

2 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Introduction générale : Enjeux épistémiques de la socio-informatique des controverses

9 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Pragmatique et algorithmique

16 novembre

Francis Chateauraynaud, Martin Denoun et Markku Lehtonen, GSPR-EHESS

Expériences croisées sur les corpus liés au dossier nucléaire

23 novembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #1

30 novembre

Fabrizio Li Vigni, GSPR-EHESS

De quelle complexité parlent les pragmatistes  ?

7 décembre

David Chavalarias, Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France

Epistémologie quali-quantitative, cartographie dynamique des réseaux et Web Mining

14 décembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #2

4 janvier 2016

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Ontologies, concepts et typifications. Un monde de catégories à l’épreuve de processus dynamiques

11 janvier

Pascal Cristofoli, Laboratoire de Démographie et d’Histoire Sociale, EHESS

Construire des données pour faire de la recherche – Retours sur l’histoire des rapports entre informatique et SHS

18 janvier

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Formules et marqueurs temporels : saisir les agencements dans des séries longues

25 janvier

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Prospéro II – vers un logiciel collaboratif

1er février

Alex Albert, Université de Tours

Retour sur la conception et les usages du logiciel Sonal

8 février

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Quand Prospéro II s’apprête à accueillir Marlowe II…

Marlowe au séminaire Socio-informatique

La dernière séance du séminaire Socio-informatique des controverses (23 février 2015) invite le logiciel Christopher Marlowe et ses « coachs » à présenter leurs travaux en cours visant à améliorer les chroniques et les rapports qu’il produit de manière continue à partir de corpus évolutifs et de flux d’information sur la Toile.

cit_intellectuelles

Les lecteurs assidus de ces chroniques n’ont pas manqué d’observer l’intégration récente de différents outils de visualisation et de nouveaux scripts d’analyse des configurations discursives. Mais au-delà des aspects techniques des productions de ce collaborateur numérique enrichi à coup de contre-intelligence artificielle, la rencontre examinera deux aspects sans doute plus fondamentaux de sa trajectoire singulière : quelle place peut réellement occuper une telle entité dans les mouvements sociologiques contemporains aux prises avec le monde numérique ? Comment se fabriquent les limites des capacités d’expression du dispositif qui sous-tend les exercices de style de Marlowe ? La configuration créée – ou révélée ? – par les attentats récents, engageant non seulement la liberté d’expression, mais aussi la position du chercheur et/ou de l’intellectuel dans une cité décrite en pleine dérive, pose, ou plutôt alourdit encore le fardeau éthique qui pèse sur le développement, et l’accompagnement, d’un sociologue numérique voué à mettre sérieusement à l’épreuve la formule chère à Jean-Gabriel Ganascia : la neutralité in silico !

Rendez-vous donc au 105 boulevard Raspail à 15h. La salle 3 n’étant pas dimensionnée pour recevoir beaucoup de monde, la séance donnera lieu à une capture sonore suivie éventuellement d’une retranscription des échanges les plus pertinents.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques

le lundi 25 mars 2013  de 9h  à 19h amphithéâtre François Furet  –  EHESS, 105 bd Raspail  –  75006 Paris

Depuis une dizaine d’années, les humanités numériques se sont développées dans les différents centres de l’EHESS, en rendant manifestes des changements assez profonds dans les rapports aux textes, aux archives, aux images, aux données, et en favorisant l’usage de nouveaux instruments, de l’émergence des outils collaboratifs en ligne jusqu’aux nouvelles formes de modélisation pour les enquêtes de sciences sociales. Cette première journée a pour but de rendre visibles l’ensemble des pratiques et des outils et d’ouvrir une discussion interdisciplinaire sur les perspectives de recherche et de développement à court et moyen termes.

A travers la présentation d’un large éventail de pratiques liées au numérique, la manifestation  permettra de croiser des regards internes et externes à l’EHESS, en mobilisant des expériences très diverses : questions d’édition électronique, d’accès aux données et aux résultats (données payantes, open source, creative commons, open edition…),  retours d’expérience sur le développement et l’usage des archives et des bibliothèques numériques, méthodes cartographiques, statistiques ou sémantiques à l’œuvre dans les processus de recherche contemporains, questionnements nouveaux sur la propriété intellectuelle, internationalisation des méthodes, des contenus et des termes.S’adressant à tous, enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, étudiants, la journée donnera lieu à des exposés assez courts, de façon à favoriser les discussions, et se conclura par une table ronde. Les discussions seront ainsi l’occasion de préparer d’autres événements consacrés aux rapports de plus en plus étroits entre SHS et informatique.

Cette journée est proposée par la Commission des usagers des technologies de l’information et de la communication électronique de l’EHESS (CUTICE).
Comité d’organisation: Francis Chateauraynaud, Patrick Fridenson, Jean-Pierre Nadal.

Digital waste management

Digital waste management

Programme

9h-9h30 Ouverture :
Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS

Blandine Bril, présidente de séance

9h30- 10h Eric Guichard (ENSSIB, Lyon)
L’écriture binaire et en réseau, un révélateur épistémologique

10h-10h30 Marie Laperdrix (Archives nationales)
Les archives électroniques, l’anticipation des archivistes au service de l’accès à l’information

10h30-11h Christian Jacob (CLEO, EHESS, et atelier numérique du LabEx Hastec)
Pour de nouveaux espaces d’écriture et de travail collaboratif en SHS

11h-11h30 pause café

11h30-12h Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier (CLEO, EHESS)
Les humanités numériques, un espace polyphonique. Retour sur trois ans d’existence du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

12h-12h30 Dominique Cardon (CEMS, EHESS & orangelab)
Dans l’esprit du PageRank. Un essai d’anthropologie de l’algorithme de Google

12h30-12h45 Franziska Heimburger (CRH, EHESS)
Nouvelles pratiques collaboratives pour la recherche internationale – l’exemple de la bibliographie de la `First World War Studies Society’

12h45-13h Marie-Anne Marquet (SIGA, EHESS)
L’Environnement Numérique de Travail (ENT) à l’EHESS : un portail pour la recherche

13h-15h pause déjeuner

Pascal Cristofoli (CRH, EHESS), président de séance

15h-15h30 Rachid Ragala (CAMS, EHESS)
Du pixel au paysage digital : apport des systèmes d’information géographique (SIG) et de la télédétection spatiale

15h30-16h Francis Chateauraynaud & Josquin Debaz (GSPR, EHESS)
Pour une contre-intelligence artificielle. Sociologie numérique et analyse de corpus

16h-16h30 David Chavalarias (CAMS, EHESS)
Sur les traces de la société numérique : quantification de l’évolution des sujets dans les journaux scientifiques, la presse et la blogosphère

16h30-17h pause café

17h-17h30 Jean-Christophe Plantin (UTC, Compiègne)
Ouvrir la boite à outils de la recherche numérique – une analyse ethnographique de trois laboratoires

17h30-18h André Gunthert (INHA, EHESS)
Pourquoi la recherche en culture visuelle a besoin du web

18h-18h45 Discussion – table ronde

Clôture : Patrick Fridenson, Président de la CUTICE

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Quelle sémantique pour les automates ?

Ouvrir la discussion sur les rapports entre le TAL et Prospéro

Lors de la prochaine séance du séminaire Socioinformatique des controverses. Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes nous nous intéresserons aux travaux menés dans le domaine du Traitement Automatisé des Langues (TAL).

Nous y recevrons Jean-Luc Minel, Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre et directeur de MoDyCo, Delphine Battistelli (MCF, Univ. Paris-Sorbonne) et Charles Teissèdre (Doctorant) qui interviendront sur le thème : Traitements textuels automatisés : des propositions d’usages.

La démarche prospérienne a, depuis ses origines, marqué une distance épistémique certaine vis-à-vis des modèles utilisés en TAL, en privilégiant des outils d’analyse sémantiques de séries évolutives visant la compréhension de processus de transformation à travers les jeux d’acteurs et d’arguments. Ce faisant, de multiples formalismes et algorithmes, développés de part et d’autre, peuvent donner lieu à des échanges constructifs.  De notre point de vue, il est crucial de maintenir un équilibre entre automatismes et stratégies interprétatives, mais dans la dynamique des enquêtes menées sur de grands corpus, certaines procédures d’extraction ou de codification automatiques peuvent rendre de grands services aux chercheurs.

Des automates et du mouvement perpétuel...

Pour préparer la discussion, vous êtes invités à lire :

  • Charles Teissèdre, Delphine Battistelli, Jean-Luc Minel, « Recherche d’information et temps linguistique : une heuristique pour calculer la pertinence des expressions calendaires ­», TALN 2011, Montpellier, 27 juin – 1er juillet 2011, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.
  • Martin Lafréchoux1, Brigitte Juanals1, Jean-Luc Minel, « KONTRAST : création d’un glossaire contrastif à partir d’un corpus de normes internationales », Accepté à JADT 2012, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.

Le séminaire est ouvert et aura lieu ce lundi 12 mars de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2.

L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail

Pour les milieux de l’Intelligence Artificielle (IA), l’année 2012 sera celle des célébrations, toutes motivées par le 100e anniversaire de la naissance d’Alan Turing, grande figure de la théorie informatique et dont les thèses fondatrices sont au cœur des réflexions et des controverses qui traversent la philosophie computationnelle1.  Dans la communauté internationale des chercheurs et développeurs, les événements sont coordonnés par The Turing Centenary Advisory Committee.

La fascination opérée par les idées visionnaires de Turing n’est pas d’aujourd’hui.  Si l’émergence du Web a un temps évincé quelque peu la figure de ce père fondateur, disparu fort jeune, depuis plusieurs années, des concours de chatbot jusqu’au prestigieux prix Turing , les occasions de célébration de la pensée mais aussi de l’homme Turing se sont multipliées. Le développement du projet Marlowe à la fin des années 1990 a évidemment croisé à maintes reprises des démarches inspirées par les écrits et la personnalité de Turing, notamment le fabuleux travail théâtral dirigé par Jean-François Peyret monté en 1999 à Bobigny sous le titre Turing-Machine et dans lequel sont parcourues de multiples variations autour du dialogue, mais aussi du conflit, entre l’homme et la machine. Cette année, après un repli en laboratoire et une atténuation sensible de sa visibilité publique (la dernière grande « sortie » fut l’intervention à l’occasion de l’élection présidentielle du printemps 2007), Marlowe amorce une sorte de retour, quelque peu freiné ces derniers temps par la concentration des efforts de développement sur le logiciel Prospéro II dont dépend fortement son avenir. Ce retour intervient à la fois dans le cadre de transformations du processus de redéploiement des outils socio-informatiques et dans un nouveau contexte politique, mais aussi à la faveur du bouillonnement d’idées et de projets que l’IA continue de produire. C’est pourquoi, sur une initiative de Jean Sallantin, Marlowe devrait participer à un dispositif scénographique, dont les ressorts seront fixés avant l’été, présenté en collaboration au grand congrès d’intelligence artificielle qui se tiendra à Montpellier du 25 au 31 août 2012.

Continuer la lecture

  1. Pour une biographie de Turing voir Jean Lassègue, Turing, Belles Lettres, 2003. On consultera également le site de l’espace Turing. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

 

Séminaire bi-mensuel du 14 novembre 2011 au 25 juin 2012

2e et 4e lundis du mois de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socio-informatique et comme un atelier collaboratif. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1h30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement : indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats… L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans le carnet de recherche Socio-informatique et argumentation).

Séminaire organisé par :

  • Pierrick Cézanne-Bert, chercheur de l’association Doxa
  • Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS
  • Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)
  • Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Programme 2011-2012

Continuer la lecture

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Le dernier numéro (16 2011/2) de la revue A contrario, revue interdisciplinaire de sciences sociales, propose un parcours sur le thème de l’argumentation :

L’argumentation au carrefour des disciplines : sciences du langage et sciences sociales

Dans ce numéro, coordonné par Raphaël Micheli, et qui rassemble des contributeurs tels que Ruth Amossy, Emmanuelle Danblon ou encore Christian Plantin, on note deux articles d’auteurs bien connus des lecteurs du présent carnet de recherche :

Marianne Doury et Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La place de l’accord dans l’argumentation polémique : le cas du débat Sarkozy/Royal (2007) », p. 63-87

On admet généralement qu’après une assertion, la réaction positive (accord) est « préférée » (ou « non marquée ») par rapport à la réaction négative (désaccord). Mais dans le cas d’un débat, et singulièrement d’un débat électoral, cette norme discursivo-interactionnelle entre en conflit avec une norme « générique » voulant que dans les interactions à caractère agonal, c’est au contraire le désaccord qui est la règle, l’accord devenant alors « marqué » par rapport au désaccord. C’est ce que nous tentons de vérifier à partir du cas du débat télévisé Sarkozy-Royal du 3 mai 2007, que nous analysons à l’aide d’outils empruntés d’une part à l’approche argumentative et d’autre part à l’approche pragmatique et interactionnelle. L’étude montre que si les manifestations d’accord ne sont pas rares dans un tel débat, elles se prêtent à diverses exploitations qui s’inscrivent dans une stratégie globale de disqualification de l’adversaire, tout en permettant au locuteur de construire de lui-même une image (un « éthos ») plus favorable que le recours systématique au désaccord frontal.

 

Francis Chateauraynaud, « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », p. 131-150

Les développements récents de la sociologie des controverses conduisent à suivre la transformation des jeux d’acteurs et d’arguments au fil de longues séries d’épreuves. Pour montrer les vertus heuristiques de la notion de trajectoire argumentative, l’article s’intéresse à la manière dont s’est formé l’argument, tenu d’abord pour évident puis de plus en plus controversé, selon lequel la relance du nucléaire civil est incontournable pour lutter contre le changement climatique annoncé par les rapports successifs du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). Il montre comment la production d’une contre-argumentation a supposé un long travail politique capable de faire converger des éléments nouveaux tout en attaquant le cœur de la doctrine adverse en retournant contre elle son propre raisonnement.

 

L’internet et l’écriture contemporaine: le cas exemplaire de la cartographie

Le séminaire  Socioinformatique des controverses reçoit lundi 23 mai 2011

Eric Guichard, enseignant-chercheur à l’ENSSIB, et animateur du fameux Atelier Internet à l’ENS.

Auteur d’un mémoire d’habilitation (HDR) L’internet et l’écriture :du terrain à l’épistémologie (octobre 2010),

Éric interviendra sur le thème des relations entre l’internet et l’écriture contemporaine, en prenant comme exemple la cartographie.

En partant de la cartographie informatique, il montrera comment l’écriture contemporaine se transforme en un mille-feuille de textes qui invite à des opérations essentiellement combinatoires. L’étrange étant que l’agilité textuelle qui s’ensuit ne permet pas seulement de répondre à des questions précises, mais aussi de mettre en perspective nos modes de raisonnement, l’évolution de notre rapport à la preuve, jusqu’à des questions d’ordre épistémologique. En guise de conclusion, il proposera une ouverture vers un autre type d’objet, a priori purement graphique, et désormais lui aussi totalement textuel: la photographie.

la séance se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

en salle 2, de 15 h à 18 h.

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée.

Les arsenaux argumentatifs. Marc Angenot au séminaire De l’alerte au conflit

Nous avons le plaisir de recevoir le 6 mai 2011, dans le cadre du séminaire De l’alerte au conflit. La sociologie argumentative et la balistique des causes collectivesMarc Angenot, professeur à l’Université McGill.

Cette séance exceptionnelle se tiendra à l’EHESS au 105 Bd Raspail en salle 8 de 11h à 13h.

Depuis La Parole pamphlétaire (1982) — ouvrage majeur aussi bien pour les analyses de discours que pour la sociologie de la critique —, Marc Angenot a poursuivi ses recherches sur les liens entre expressions littéraires et constructions politiques, dont on trouve une synthèse remarquable dans ses Dialogues de sourds (2008).

Marc Angenot n’aborde pas la rhétorique comme un art de persuader considéré comme intemporel, mais l’inscrit dans « une approche méthodologique à inscrire au coeur de l’histoire intellectuelle, politique et culturelle ». Au cours de la séance du 6 mai,  il interviendra sur la notion d’arsenaux argumentatifs qu’il entend comme des schémas de raisonnements récurrents qui engendrent les idées, les doctrines, les systèmes et les «soutiennent».

Le séminaire est ouvert à toute personne intéressée dans la limite des places disponibles.

♦             ♥

Notez dans la foulée que le topo prévu, NGOS and Public agencies, between collaborative expertise, polemics and political lobbying. Looking back to an inquiry in Washington DC, par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz est du coup reporté au lundi qui suit, le 9 mai, dans le séminaire socioinformatique des controverses Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes.

Atelier Internet de l’ENS

L’Atelier Internet est un séminaire de recherche dont le propos est de contribuer à une théorie de l’internet.

Le séminaire se tiendra les vendredis 11 et 25 février, 11 et 25 mars, 8 et 29 avril, 13 et 27 mai, 10 juin, de 17h30 à 20h, en salle Henri Cartan (sauf le 27 mai, où il aura lieu au Lycée Henri IV, de 18h30 à 20h30).

Fondé il y a 15 ans à l’ENS (rue d’Ulm) par Éric Guichard, il a son pendant lyonnais depuis 2006 (à l’ENSSIB): l’AIL (Atelier Internet Lyonnais). Depuis cette année, il est conjoint à l’ENS (en tant que séminaire d’approfondissement du département de géographie) et au Collège international de philosophie.

Il est ouvert à tous. Pour s’inscrire, contacter Eric point Guichard at ens point fr (ou at enssib point fr).

http://barthes.ens.fr/atelier/