Archives de l’auteur : socioargu

À propos socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (IIème partie)

Francis Chateauraynaud

 

Depuis le billet consacré fin mai aux effets de la catastrophe japonaise sur le nucléaire civil à l’échelle mondiale, les révélations, les analyses et les décisions se sont accumulées à un rythme soutenu. Si, sur le terrain, le contrôle des installations est encore partiel, et si les impacts sur les populations et l’environnement commencent à être mesurés un peu plus sérieusement1 , au plan politique, l’événement le plus marquant de ces dernières semaines est certainement la concrétisation de la décision allemande de sortir définitivement du nucléaire. Accompagnant ce retournement spectaculaire, une tribune d’Ulrich Beck, l’inventeur de la « société du risque », est publiée dans Le Monde du 9 juillet 2011 sous le titre : « Enfin l’ère postnucléaire». Pour le sociologue allemand, les recommandations des experts qui ont élaboré le plan alternatif au nucléaire, qui sera mis en oeuvre d’ici à 2021, rendent manifeste que l’après-Fukushima fournit une opportunité sans précédent pour « créer une économie de pointe » :

«  Ce qui est en train de prendre le pouvoir, écrit-il, ce n’est pas cette légendaire irrationalité allemande, mais la foi dans la capacité d’apprentissage et dans la créativité de la modernité face aux risques qu’elle a elle-même engendrés .Pour étayer leur verdict, les partisans de l’énergie nucléaire font appel à une notion du risque imperméable à l’expérience et comparent de manière irréfléchie l’ère de la première industrialisation à l’ère nucléaire. […] Continuer, après Tchernobyl et Fukushima , à affirmer que les centrales nucléaires françaises , britanniques , américaines , chinoises , etc. , sont sûres , c’est refuser de voir que , d’un point de vue empirique , c’est la conclusion inverse qui s’impose : s’il y a une certitude , c’est celle du prochain accident nucléaire majeur .»

Ce commentaire de Beck rejoint la figure du catastrophisme éclairé défendue il y a près de dix ans par Jean-Pierre Dupuy contre la vision réductrice, étroitement computationnelle, de la logique du risque2. Face au poids toujours plus grand des technologies dans les sociétés contemporaines, un conflit ne cesse de s’approfondir entre deux visions du monde : d’un côté celle qui raisonne en termes de « leçons à tirer » pour les futurs dispositifs de sûreté, et qui ne voit dans l’événement japonais qu’un accident de parcours, un motif supplémentaire pour renforcer l’option de la « sécurité totale » et éradiquer les solutions « low tech »- de fait, la difficulté réside  avant tout, pour les tenants de cette position, dans la « reconquête de l’opinion » ; de l’autre, une vision critique qui considère que le signal de fin de partie a été tiré, que le nucléaire n’est plus une énergie d’avenir et qu’il est urgent de préparer activement les alternatives et les reconversions – tout en sachant qu’il faudra d’une manière ou d’une autre gérer les déchets radioactifs3.

Continuer la lecture

  1. En français, voir, de l’IRSN, la Synthèse des informations disponibles sur la contamination radioactive de l’environnement terrestre japonais provoquée par l’accident de Fukushima Daiichi , 13 juillet 2011 []
  2. J.-P. Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Seuil, 2002 []
  3. P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management, in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, dec 2010, p. 71-99. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (Ière partie)

Francis Chateauraynaud

 

Dans la dernière livraison, très documentée, des Cahiers de Global Chance (n°29 – avril 2011) intitulée Nucléaire : le déclin de l’empire Français, Benjamin Dessus et ses complices, Bernard Laponche et Yves Marignac, restituent un imposant travail d’analyse fondé sur les meilleures données disponibles relatives à l’énergie nucléaire dans le monde. Dès les premières lignes de l’introduction, les auteurs ne peuvent éviter une opération métadiscursive prenant en compte la rupture intervenue entre la période de préparation du volume et le contexte de sa publication :

Il y a quelques semaines, en préparant ce numéro nous écrivions : ‘Et si derrière le discours officiel de l’’irrésistible renaissance du nucléaire mondial’ se cachait une illusion dangereuse, une auto-intoxication du lobby nucléaire, une bulle prête à éclater ? Et si derrière le discours conquérant de notre président se dessinait par touches successives le déclin de la suprématie française que revendique notre industrie dans l’industrie nucléaire mondiale ?’ Aujourd’hui ces deux questions peuvent sembler marginales vis-à-vis de l’énorme question de la sûreté que soulève la catastrophe de Fukushima.

Tendus vers un objectif de dévoilement statistique des impasses de la filière nucléaire, d’abord centré sur les enjeux économiques, les auteurs s’efforcent d’anticiper le risque d’un jugement d’obsolescence. Les subtils éléments d’analyse qu’ils ont acheminés, dans un long mouvement argumentatif – admirablement mené puisqu’il met en perspective tous les ingrédients qui conduisent vers la conclusion du déclin du nucléaire dans le jeu des solutions énergétiques d’avenir – changent évidemment de sens après la catastrophe japonaise.  Il est des cas où l’approche structurelle est sévèrement affectée par un événement – ce qui en fait précisément un événement majeur. Si, d’un côté, Fukushima fortifie considérablement la critique anti-nucléaire, de l’autre elle peut faire passer au second plan l’analyse des enjeux propres à la filière : à quoi bon argumenter point par point sur le coût des projets nucléaires, sur les ressources en uranium, les problèmes de démantèlement et de remplacement des centrales, le sort des déchets radioactifs, des projets de retraitement ou des filières à neutron rapide, puisque l’avènement d’une des pires catastrophes nucléaires de l’histoire, attendue depuis longtemps par les observateurs critiques bien qu’imprévisible sous sa forme matérielle, suffit à faire basculer la configuration politique du dossier ? Si le cas de l’Allemagne est emblématique, de nombreux pays voient se produire des reconfigurations en cascade qui changent radicalement les anticipations fondées sur la relance des programmes nucléaires civils1. Continuer la lecture

  1. Après un accident majeur comme celui de Fukushima, certains arguments  permettant de relativiser les problèmes de  sûreté ont changé de statut épistémique. On lit ou relit différemment toute une série de propositions, comme par exemple celles qui sont exposées dans W.J. Nuttall, Nuclear Renaissance. Technologies and Policies for the Future of Nuclear Power, New York, Taylor & Francis, 2005 ; voir également la lecture comparative proposée par Markku Lehtonen et Mari Martiskainen, «Pathways towards the nuclear revival in Finland, France, and the UK», Working Paper, Communication at EHESS, Paris, 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs

Francis Chateauraynaud et Marianne Doury

L’observation des controverses ou des débats montre comment  les acteurs font appel à des procédés argumentatifs pour construire et évaluer les différentes positions en lice – pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les OGM, pour une « agriculture raisonnée » ou pour la coexistence des cultures… Mais l’analyse des relations entre les jeux d’arguments et les prises de position n’épuise pas les échanges verbaux que l’on peut observer. L’analyse des dossiers complexes suggère qu’une partie importante de l’activité discursive des acteurs est consacrée à un travail de cadrage, qui vise à élaborer discursivement le contexte d’interprétation des échanges d’arguments. Une composante essentielle de ce travail de cadrage consiste, pour les acteurs, à dresser un portrait des camps en présence : par exemple, les modernistes contre les rétrogrades (ou, au terme d’un renversement axiologique, les défenseurs de la tradition contre ceux qui entendent la sacrifier sur l’autel de la modernité), des réalistes contre les idéalistes, ou, plus généralement encore, de la raison contre l’obscurantisme. Les représentations discursives du débat et des camps qu’il oppose, sont intégrées dans les échanges d’arguments visant à établir ou contester les points de désaccord. Elles sont donc fondamentales puisqu’elles constituent les cadres d’interprétation proposés au tiers destinataire des propos. Or la plupart de ces schématisations engagent une dimension temporelle qui a été largement négligée, alors même que de multiples procédés discursifs contribuent à conférer une historicité à l’affrontement, et à l’inscrire dans une dynamique temporelle1. Certaines schématisations temporelles sont propres à un débat particulier (c’est le cas par exemple des déchets nucléaires qui engagent des arguments sur le futur liés à des échelles temporelles particulièrement longues2, d’autres valent pour un objet de discours particulier, comme lorsqu’il s’agit de discuter des conséquences d’une action ou d’un dispositif, en mettant en question les modèles du futur en jeu3. Continuer la lecture

  1. Voir C. Perelman, « De la temporalité comme caractère de l’argumentation », Rhétoriques, 1989, 437-467 ; F. Chateauraynaud et M. Doury, ‘Désormais…’ Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle, Argumentation et Analyse du Discours, n° 4, 2009. []
  2. Voir P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, « The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management », in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, 2010, 71-99. []
  3. Voir le cas des débats et des polémiques suscités par le changement climatique. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi

Francis Chateauraynaud

Dans un billet qui faisait suite à un séminaire consacré aux OGM à l’EHESS en septembre 2010 , j’annonçais la diffusion prochaine d’un rapport de recherche issu de plus de trois ans de travaux collectifs. Les dernières formalités ayant été adressées à l’ANR, ce rapport est enfin disponible sur le site du GSPR. Voici la référence et le lien :

Francis Chateauraynaud, Antoine Bernard de Raymond, Marie-Angèle Hermitte et Gilles Tétart, Les OGM entre régulation économique et critique radicale, rapport ANR OBSOGM, Paris, GSPR, 2010.

Le premier volume contient trois parties : « Chronologies et périodisations d’un dossier complexe » (partie I), « Controverses publiques et logique de conflit » (partie II), « Visions du futur et ouvertures d’avenirs » (partie III). Le second volume concerne très directement ce carnet puisqu’on y trouve deux annexes, l’une consacrée à l’architecture du corpus étudié et aux principales données produites par Prospéro, l’autre à des extraits de dialogue avec Marlowe.

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Retour sur la trajectoire politique du changement climatique

Francis Chateauraynaud

Un colloque intitulé « Science et démocratie » s’est tenu à Paris le samedi 20 novembre 2010. Organisé par l’hebdomadaire Politis avec l’association Global Chance et la Fondation Sciences citoyennes, il était avant tout conçu comme une réponse à la procédure judiciaire ouverte par la plainte déposée par Claude Allègre pour « diffamation publique » suite à une tribune parue dans Politis le 18 juin 2009. Cette tribune, « Claude Allègre : question d’éthique », signée par plusieurs intervenants du colloque, était alors motivée par des rumeurs de nomination de l’ancien ministre, ancien directeur de l’Institut de Physique du Globe, Président du BRGM puis membre de l’académie des sciences, à un poste éminent par Nicolas Sarkozy. L’article rappelait un épisode marquant de la carrière du chef de file des climatosceptiques français, qui avait alors eu un conflit violent avec Haroun Tazieff, lors de l’éruption du volcan de la Soufrière à la Guadeloupe en 1976.

Contre les négateurs : une pragmatique des épreuves de vérité

J’avais déjà eu l’occasion de contribuer à des rencontres organisées par Sciences Citoyennes, notamment autour des lanceurs d’alerte, et pu débattre à plusieurs reprises avec Benjamin Dessus, fondateur et principal animateur de Global Chance, dont les cahiers en ligne sont une mine d’informations et de documentations sur les enjeux environnementaux et énergétiques planétaires. Lorsque j’ai reçu l’invitation à participer à ce colloque, j’ai accepté le principe d’un point de vue sociologique sur les modalités de passage de la controverse à la polémique et l’impact d’un tel changement de régime sur les  processus de mobilisation collective.  La logique de la controverse a toujours eu partie liée avec la tradition polémique, de sorte que les basculements entre débats sur les arguments, les faits et les méthodes d’un côté, et conflits de personnes, de groupes et de valeurs de l’autre, sont pour ainsi dire programmés par avance dans les cadres de l’argumentation publique1. Mais ce n’est pas suffisant pour annuler toutes les épreuves de vérité auxquelles se livrent les acteurs, en considérant par exemple qu’il n’y a que des effets d’enrôlement et d’alignement, ou des règlements de compte entre réseaux d’influence et groupes de pression.

Continuer la lecture

  1. Voir M. Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008 []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Socioinformatique des controverses

Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes

Francis Chateauraynaud, directeur d’études à l’EHESS

Josquin Debaz, chercheur au GSPR (EHESS)

Patrick Trabal, professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Du 8 novembre 2010 au 27 juin 2011, 2e et 4e lundis du mois de 15 à 18h

au 105 bd Raspail à Paris, salle 2

Conçu comme un lieu de croisement d’expériences de traitement de corpus de textes ou d’entretiens, le séminaire fonctionnera à la fois comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’une enquête socioinformatique, et comme un atelier collaboratif organisé dans l’esprit des digital humanities. S’il est orienté principalement, mais pas exclusivement, vers l’analyse sociologique des affaires et des controverses de longue durée, le séminaire pourra être l’occasion de proposer des formes originales de corpus. Chaque séance procédera en deux temps : la première partie (1 h 30) donnera lieu à l’exposé d’une recherche en cours utilisant des outils informatiques (Prospéro, Marlowe, Tirésias, Alceste, Pajek, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web,…) ; la seconde partie sera consacrée à un travail collectif de construction, d’analyse et de comparaison des corpus de l’ensemble des participants.

Chaque participant au séminaire ayant présenté, en début d’année, un projet de corpus à construire ou à enrichir, on franchira, au fil des séances, les différentes étapes de traitement (indexations, codages, calculs, modélisations, exportations de tableaux et de résultats…). L’accent sera mis sur le choix des outils pertinents en fonction de la nature des investigations poursuivies, de sorte qu’à l’issue du séminaire les membres soient en mesure de produire un compte-rendu d’enquête (sous la forme d’un article, un rapport, un document de travail, ou une annexe méthodologique …) susceptible d’être publié (avec une première présentation dans ce carnet de recherche.

Programme 2010-2011

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Lost in Arlington …

La co-construction d’un terrain et d’un corpus, lors d’une enquête dans les milieux d’expertise à Washington.

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz

(Arlington, Virginie, le 4 octobre 2010)

Il est banal aujourd’hui de présenter les options méthodologiques de la sociologie comme complémentaires. L’approche quantitative est réputée compatible avec l’analyse qualitative, l’ethnographie avec la recherche documentaire, le recours à l’image avec l’analyse d’entretiens, l’analyse de discours avec l’exploitation secondaire de bases de données, etc.  Cette forme d’œcuménisme méthodologique peut être conçue comme une version faible du pragmatisme qui consiste à changer d’outils selon les « dimensions » étudiées, en mettant en avant l’importance des connaissances nouvelles finalement produites à l’issue de l’enquête. Cette démarche peut être facilement partagée, mais elle ne permet pas d’exposer clairement les points d’articulation entre les différentes techniques utilisées  de façon à susciter leur mise en discussion et leur éventuelle réitération dans d’autres contextes d’enquête. C’est pourquoi la socio-informatique invite plutôt à une version forte de ce pragmatisme méthodologique.

Stay alert

Stay alert!

Cette version forte a pour première qualité de ne pas opposer l’utilisation d’outils d’ « analyse textuelle » sur des corpus numérisés et les recherches de terrain,  mais de les faire travailler de concert.  Il s’agit de prendre appui sur la formation d’un corpus en amont du terrain pour préparer des prises de contact, pour identifier des classes d’objets, repérer des tensions cognitives ou politiques propres au domaine visé, et partant  travailler la formulation des questions pertinentes1.  Ce n’est pas tout : le corpus ne reste pas nécessairement statique au cours des tribulations sur le terrain et peut faire l’objet de révisions continues. Il  sert alors tout à la fois d’archive dynamique de l’enquête, de lieu de recoupement et d’espace de calcul – pour vérifier par exemple que tel ou tel type d’acteur n’aborde pas frontalement une question, ou se situe plutôt dans un registre argumentatif déterminé. On peut encore explorer la carte des connexions les plus frayées, permettant en retour une meilleure interactivité au cours des entretiens.

Continuer la lecture

  1. Notons qu’une classe de formules sous Prospéro se révèle assez heuristique : on recherche toutes les questions posées par des auteurs du dossier, en liant la présence d’un actant et d’un point d’interrogation ; on obtient une sorte de questionnaire collectif en acte dans le corpus. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Marloweb.ogm : (trans)genèse d’une promesse méthodologique

Francis Chateauraynaud

La rencontre organisée le 15 septembre dernier autour des travaux du programme OBSOGM fut une belle occasion de débattre à la fois des évolutions du dossier des OGM et de ce que font, ou ne font pas, les sciences sociales dans le jeu des interprétations, quand elles ont affaire à des acteurs ultra compétents et réflexifs auxquels il est généralement difficile d’apprendre quelque chose de nouveau sur leurs propres disputes.  Quatre interventions ont permis d’attaquer la complexité de ce dossier en faisant varier les approches : j’ai d’abord présenté la manière dont on peut restituer l’histoire politique des OGM, marquée par une montée d’une logique du conflit faisant poindre  les limites de l’argumentation en situation de différend ou de désaccord profond (deep disagreement); Jean Foyer a ensuite opéré un décentrement très précieux à partir des controverses suscitées par le maïs OGM au Mexique, lieu de cultures ancestrales des premières variétés, transformé en quelques années en terrain d’expérimentation de dispositifs d’alerte en matière de dissémination et de biosécurité ; Antoine Bernard de Raymond a analysé la forme de légitimité politique visée par le mouvement des faucheurs volontaires, à travers la revendication d’une désobéissance civique de longue haleine ; enfin, Marie-Angèle Hermitte a repris l’histoire des épreuves judiciaires, en abordant les procès comme des formes de mobilisation, marqués par des victoires juridiques (droit à l’information, évaluation plus contextualisée des risques associés aux cultures des PGM) ou des défaites (arrêtés anti-OGM des communes), et, dans le cas des procès des faucheurs, un usage radical de l’arme du droit – perdu ou gagné la décision judiciaire prononcée au nom du peuple français fait toujours avancer la cause !

Continuer la lecture

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Les OGM entre régulation économique et critique radicale

Dans le cadre du programme ANR « Formes de mobilisation et épreuves juridiques autour des OGM en France et Europe » (2007-2010), le Groupe de Sociologie Pragmatique et Réflexive organise une journée d’études le mercredi 15 septembre 2010, de 9h30 à 18h.

La journée se tiendra à l’EHESS, 105 bd Raspail, Paris VIe, en salle 7

Elle donnera lieu à des interventions de Francis Chateauraynaud, Antoine Bernard de Raymond, Jean Foyer, Marie-Angèle Hermitte et la discussion sera animée par Catherine Baudoin (Paris I) et Jean-Michel Fourniau (INRETS, GSPR).

Programme de la journée

  • 9h30-10h Accueil des participants
  • 10h-11h Francis Chateauraynaud (GSPR) : La trajectoire politique d’un dossier complexe. L’apport d’une périodisation socio-informatique du conflit sur les OGM
  • 11h15 – 12h15  Jean Foyer (GSPR) : Les OGM au Mexique. La biodiversité et la globalisation des controverses sur les biotechnologies
  • 12h30 – 13h  Discussion générale
  • 14h30- 15h30 : Antoine Bernard de Raymond (INRA, GSPR) : Le mouvement des faucheurs volontaires. Les OGM comme laboratoire de la désobéissance civile et de la critique radicale
  • 15h45 – 16h45 Marie Angèle Hermitte (CENJ): Le procès comme forme de mobilisation
  • 17h-18h Discussion générale
  • socioargu

    Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

    More Posts - Website

    Les humanités numériques sont-elles solubles dans Google ?

    par Francis Chateauraynaud

    La firme de Mountain View a récemment publié les lauréats de l’appel à projet concernant l’exploitation des contenus de Google Books, revendiquant son engagement au service des humanités numériques. Du point de vue du développeur d’instruments pour l’analyse de grands corpus, rien de bien transcendant dans la liste ; seule reste sans précédent l’importance du gisement littéraire proposé à l’exploitation informatique. On peut en discuter mais l’argument de la masse de données disponibles est un peu court du point de vue épistémologique : on accumule des données et on se demande après coup ce que  l’on va bien pouvoir en extraire, Que l’on me permette  d’y entrevoir une sorte de miroir aux alouettes pour les méthodes d’analyse informatisée ! Ouvert à toutes les expériences  instrumentales, le moteur de recherche  hégémonique n’a visiblement qu’un seul objectif : continuer d’attirer à lui toute la matière numérique et grignoter encore du « temps de cerveau disponible » chez les internautes. Aussi, l’enthousiasme de Google pour la cause des « Digital Humanities » laisse rêveur. Inutile de reprendre ici les chiffres et les commentaires qui saturent toute la toile et bien au-delà : son emprise sur le Web, qui a donné lieu à bien des polémiques, dont en France celles lancées par Jean-Noël Jeanneney, ne cesse de s’étendre1. De sorte que parler d’un pur programme de recherches sur des contenus, eut-il pour seule vocation d’étudier des bibliothèques entières d’œuvres philosophiques, littéraires ou historiques, sans considérer dans le même mouvement la capacité de configuration de nos cadres cognitifs dont disposent désormais les ingénieurs de Google a quelque chose de cocasse2, au moins vu de cet angle un peu incongru du monde des humanités numériques que constitue la socio-informatique !

    Continuer la lecture

    1. Alors que Jean-Noël Jeanneney sort début mars 2010 une édition mise à jour de son livre Quand Google défie l’Europe, Bruno Racine publie dans la foulée un pamphlet anti-Jeanneney : Google et le Nouveau Monde. La guerre entre l’ancien et le nouveau président de la Bibliothèque Nationale de France, autour du destin du projet Europeana mériterait sans aucun doute une analyse prospérienne ! []
    2. Une rencontre organisée à Beaubourg en mars 2004 était consacrée aux enjeux culturels des moteurs de recherche . Parmi les intervenants, tous assez critiques sur l’hégémonie de Google, Laurent Chemla, Marin Dacos, Eric Guichard,  Françoise Gaudet …  et votre e-serviteur. On peut réécouter les interventions et mesurer du même coup le degré d’auto-renforcement du système en moins d’une décennie… []

    socioargu

    Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

    More Posts - Website