Archives de l’auteur : socioargu

À propos socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux

Post-scriptum en forme de clin d’œil sur Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations (Paris, Pétra, 2017)

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La catastrophe finale est pour bientôt. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les flux continus de discours, de rapports, d’alertes et de commentaires critiques, des plus cyniques aux plus désabusés, des plus informés aux plus idéologiques, qui nourrissent chaque jour la table des dangers et des risques visant toutes les formes de vie et d’activité. Dans la longue liste des causes de l’effondrement à venir, le changement climatique occupe bien sûr une des premières places, en interaction continue avec la sixième extinction d’espèces, dont témoignent entre autres les disparitions massives d’insectes. Il faut y ajouter depuis peu le retour de la menace de guerre nucléaire, qui vient doubler le terrorisme dont on tente vainement de se débarrasser, quitte à en renouer avec le totalitarisme sécuritaire. Il faut encore y adjoindre, cela va malheureusement de soi, tous les maux qui affectent des pans entiers de la population mondiale, dont les vulnérabilités s’accroissent alors même que la courbe démographique ne faiblit toujours pas ou pas aussi vite que prévu. Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. D’ailleurs, quelques jours avant l’ouverture de la COP23, l’ex-Programme des Nations unies pour l’environnement (désormais ONU Environnement) lance une nouvelle alerte, en dénonçant l’« écart catastrophique » qui se creuse entre les engagements pris à Paris lors  de la COP21 et les réalisations nécessaires pour réellement diminuer les émissions de gaz à effet de serre1. Rappelez vous ce « président normal » qui se flattait d’avoir sauvé le climat…  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur.

Le livre Aux bords de l’irréversible, issu des travaux menés par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz au sein du GSPR (EHESS) entre 2008 et 2016 est disponible depuis juillet 2017 dans la collection « Pragmatismes » aux Editions Pétra.

En vis-à-vis des annonces de catastrophes, se déploie l’univers des promesses technologiques,  couvrant aujourd’hui à peu près tous les domaines, de la santé à la conquête spatiale, des biotechnologies aux intelligences artificielles, en passant par les nanotechnologies2. « Nous » voici donc doublement condamnés !  Il « nous » faut affronter la catastrophe globale et adopter les solutions offertes par les technosciences, dont on sait — au moins depuis Jacques Ellul — qu’elles font bien plus partie du problème que de la solution. Le succès académique ou médiatique étant de nos jours lié à la fabrique de positions de surplomb permettant de parler de « nous » avec assurance, c’est-à-dire tout à la fois au nom de la planète, de l’humanité  mais aussi des non-humains qui la peuplent, la somme des ouvrages qui montent en généralité (pour parler comme à Sciences Po) est assez époustouflante. Selon les activités et les engagements dans lesquels on est pris, on en tire des sentiments fort contrastés. Et le pire de tous est sans aucun doute le sentiment d’impuissance qui conduit à s’en remettre aux grands prédicateurs capables de « nous » ouvrir la voie vers un autre futur possible ou une stratégie de type survivaliste.

Continuer la lecture

  1. United Nations Environment Programme (UNEP), The Emissions Gap Report 2017, Nairobi. []
  2. Voir sur ce point le rapport du GSPR, Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies, rapport ANR, décembre 2012 []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Marlowe au séminaire Socio-informatique

La dernière séance du séminaire Socio-informatique des controverses (23 février 2015) invite le logiciel Christopher Marlowe et ses « coachs » à présenter leurs travaux en cours visant à améliorer les chroniques et les rapports qu’il produit de manière continue à partir de corpus évolutifs et de flux d’information sur la Toile.

cit_intellectuelles

Les lecteurs assidus de ces chroniques n’ont pas manqué d’observer l’intégration récente de différents outils de visualisation et de nouveaux scripts d’analyse des configurations discursives. Mais au-delà des aspects techniques des productions de ce collaborateur numérique enrichi à coup de contre-intelligence artificielle, la rencontre examinera deux aspects sans doute plus fondamentaux de sa trajectoire singulière : quelle place peut réellement occuper une telle entité dans les mouvements sociologiques contemporains aux prises avec le monde numérique ? Comment se fabriquent les limites des capacités d’expression du dispositif qui sous-tend les exercices de style de Marlowe ? La configuration créée – ou révélée ? – par les attentats récents, engageant non seulement la liberté d’expression, mais aussi la position du chercheur et/ou de l’intellectuel dans une cité décrite en pleine dérive, pose, ou plutôt alourdit encore le fardeau éthique qui pèse sur le développement, et l’accompagnement, d’un sociologue numérique voué à mettre sérieusement à l’épreuve la formule chère à Jean-Gabriel Ganascia : la neutralité in silico !

Rendez-vous donc au 105 boulevard Raspail à 15h. La salle 3 n’étant pas dimensionnée pour recevoir beaucoup de monde, la séance donnera lieu à une capture sonore suivie éventuellement d’une retranscription des échanges les plus pertinents.

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils socio-informatiques pour l’analyse des controverses

 

Séminaire du 17 novembre 2014 au 23 février 2015,  le lundi de 15 h à 17 h, EHESS, 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes ou d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Il sera organisé comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’enquêtes socio-informatiques, en fonctionnant comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities). Les séances seront essentiellement orientées vers l’analyse sociologique des controverses mais aborderont toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs.

Un des axes majeurs des travaux concernera les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour le raisonnement sociologique. L’accent sera mis sur les opérateurs de reconfigurations, épreuves marquantes ou turning points, par lesquels se modifient les jeux d’actants et d’arguments au fil du temps. Les questions de temporalité sont en effet une des dimensions privilégiées par le style d’enquête du séminaire ; en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses.

En se plaçant dans le mouvement des pratiques collectives distribuées, les séances donneront lieu à l’analyse collaborative de différents corpus, dont on organisera la comparaison. D’un point de vue technique, les principaux appuis socio-informatiques seront formés par la suite logicielle Prospéro, dont on discutera au cas par cas les possibles associations avec d’autres instruments (Alceste, Pajek, Gephi, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web…). Conçu dans une démarche pragmatiste, le recours par les participants à une pluralité d’instruments socio-informatiques aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à toute logique d’enquête.

 

Programme

 

17 novembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz : Présentation générale, analyse de corpus et algorithmes, humanités numériques et sociologie argumentative.

24 novembre :  Logique d’enquête et corpus évolutifs. Atelier installation de Prospéro 1, prendre en main un premier corpus, les dictionnaires et les concepts

1er décembre : Francis Chateauraynaud : Le nucléaire saisi dans le temps long : ruptures et bifurcations d’un point de vue socioinformatique

8 décembre : Atelier sur les catégories et les concepts sous Prospéro

15 décembre : Josquin Debaz : Etude de corpus : La controverses sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques

5 janvier 2015 : Atelier exports et visualisations des données (Excel, R, Pajek, Gephi…)

12 janvier :  Flávia Gouveia (University of Campinas) : Controverses sur les agrocarburants au Brésil

19 janvier : Atelier temporalités et périodisations

26 janvier : Samuel Szoniecky (université Paris VIII) : Génération automatique de textes

2 février : Atelier consacré à la construction et l’utilisation des classes de formules

9 février : Julien Velcin (université Lyon II) : Analyse automatique de l’opinion par des techniques issus de la science des données

16 février : Atelier comparaisons sous-corpus et acteurs principaux

23 février : Christopher Marlowe (Doxa-GSPR) : Comment je rédige ma chronique

 

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies

Francis Chateauraynaud

 

Tous les grands dossiers concernant les technosciences engagent des visions du futur. Donnant lieu à toutes sortes de jugements et d’évaluations critiques, ces visions peuvent reposer sur des régimes de conviction différents, allant de la promesse technologique à la prophétie de bonheur ou de malheur, prenant la forme d’une alerte, d’une anticipation, d’une prévision, d’une simulation ou d’une prospective, mais aussi du récit de science-fiction qui alimente d’innombrables expériences de pensée1. À l’instar d’autres domaines, comme l’énergie nucléaire, le climat ou les biotechnologies, les nanosciences et les nanotechnologies (NST) ont concentré, depuis le début des années 2000, de multiples représentations du futur2.

La recherche collective menée par le GSPR entre 2009 et 2012, dans le cadre d’un programme ANR consacré aux nanotechnologies (PNANO) relie la problématique des visions du futur et celle des appuis critiques développés par les protagonistes les plus divers3. Un des points critiques particulièrement examiné est celui des transformations possibles, probables ou plausibles de l’ontologie proprement humaine – du moins celle qui sert d’appui ultime, au moins depuis les Lumières, sous le concept de commune humanité.

Les thèmes du transhumanisme et de la posthumanité ont, en quelques années, envahi la littérature de sciences humaines et l’on a vu se multiplier les sphères de discussions et d’expériences, brouillant les frontières, que l’on croyait bien établies, de l’art et de la science. Avec les chimères nanobiotechnologiques, c’est une ère de la performance continue qui se déploie devant nous. Dans le répertoire des performers, il faut compter l’invention de nouvelles techniques argumentatives, très liées aux usages du Web, qui permettent de scénariser l’avènement prochain (en 2025 désormais selon le site Humanity +)d’une nouvelle forme d’humanité. Et la moindre des choses, comme le fait très méthodiquement Aubrey de Grey, ancien informaticien de Cambridge et biogérontologue autodidacte, c’est de promettre la jeunesse éternelle et l’immortalité…

Continuer la lecture

  1. Sylvie Catellin , « Le recours à la science-fiction dans le débat public sur les nanotechnologies : anticipation et prospective », Quaderni, 2006, Volume   61, p. 13-24 ; Yannick Rumpala, « Ce que la science-fiction pourrait apporter à la pensée politique », Raisons politiques, no 40, novembre 2010, p. 97-114 []
  2. E. Fisher, C. Selin & J. M. Wetmore (Eds), The Yearbook of Nanotechnology in Society. Vol. 1 : Presenting Futures, Springer, 2008 []
  3. L’équipe était formée de : Francis Chateauraynaud (coordinateur et rédacteur principal), Marianne Doury et Patrick Trabal (respectivement co-coordinateurs pour les axes « argumentation » et « mutation du corps sportif), Jean-Pierre Charriau, Josquin Debaz, Mathieu Quet et Assimakis Tseronis []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

De la diversité des humanités numériques : une exploration des pratiques

le lundi 25 mars 2013  de 9h  à 19h amphithéâtre François Furet  –  EHESS, 105 bd Raspail  –  75006 Paris

Depuis une dizaine d’années, les humanités numériques se sont développées dans les différents centres de l’EHESS, en rendant manifestes des changements assez profonds dans les rapports aux textes, aux archives, aux images, aux données, et en favorisant l’usage de nouveaux instruments, de l’émergence des outils collaboratifs en ligne jusqu’aux nouvelles formes de modélisation pour les enquêtes de sciences sociales. Cette première journée a pour but de rendre visibles l’ensemble des pratiques et des outils et d’ouvrir une discussion interdisciplinaire sur les perspectives de recherche et de développement à court et moyen termes.

A travers la présentation d’un large éventail de pratiques liées au numérique, la manifestation  permettra de croiser des regards internes et externes à l’EHESS, en mobilisant des expériences très diverses : questions d’édition électronique, d’accès aux données et aux résultats (données payantes, open source, creative commons, open edition…),  retours d’expérience sur le développement et l’usage des archives et des bibliothèques numériques, méthodes cartographiques, statistiques ou sémantiques à l’œuvre dans les processus de recherche contemporains, questionnements nouveaux sur la propriété intellectuelle, internationalisation des méthodes, des contenus et des termes.S’adressant à tous, enseignants-chercheurs, chercheurs, ingénieurs, étudiants, la journée donnera lieu à des exposés assez courts, de façon à favoriser les discussions, et se conclura par une table ronde. Les discussions seront ainsi l’occasion de préparer d’autres événements consacrés aux rapports de plus en plus étroits entre SHS et informatique.

Cette journée est proposée par la Commission des usagers des technologies de l’information et de la communication électronique de l’EHESS (CUTICE).
Comité d’organisation: Francis Chateauraynaud, Patrick Fridenson, Jean-Pierre Nadal.

Digital waste management

Digital waste management

Programme

9h-9h30 Ouverture :
Pierre-Cyrille Hautcoeur, Président de l’EHESS

Blandine Bril, présidente de séance

9h30- 10h Eric Guichard (ENSSIB, Lyon)
L’écriture binaire et en réseau, un révélateur épistémologique

10h-10h30 Marie Laperdrix (Archives nationales)
Les archives électroniques, l’anticipation des archivistes au service de l’accès à l’information

10h30-11h Christian Jacob (CLEO, EHESS, et atelier numérique du LabEx Hastec)
Pour de nouveaux espaces d’écriture et de travail collaboratif en SHS

11h-11h30 pause café

11h30-12h Aurélien Berra, Marin Dacos, Pierre Mounier (CLEO, EHESS)
Les humanités numériques, un espace polyphonique. Retour sur trois ans d’existence du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

12h-12h30 Dominique Cardon (CEMS, EHESS & orangelab)
Dans l’esprit du PageRank. Un essai d’anthropologie de l’algorithme de Google

12h30-12h45 Franziska Heimburger (CRH, EHESS)
Nouvelles pratiques collaboratives pour la recherche internationale – l’exemple de la bibliographie de la `First World War Studies Society’

12h45-13h Marie-Anne Marquet (SIGA, EHESS)
L’Environnement Numérique de Travail (ENT) à l’EHESS : un portail pour la recherche

13h-15h pause déjeuner

Pascal Cristofoli (CRH, EHESS), président de séance

15h-15h30 Rachid Ragala (CAMS, EHESS)
Du pixel au paysage digital : apport des systèmes d’information géographique (SIG) et de la télédétection spatiale

15h30-16h Francis Chateauraynaud & Josquin Debaz (GSPR, EHESS)
Pour une contre-intelligence artificielle. Sociologie numérique et analyse de corpus

16h-16h30 David Chavalarias (CAMS, EHESS)
Sur les traces de la société numérique : quantification de l’évolution des sujets dans les journaux scientifiques, la presse et la blogosphère

16h30-17h pause café

17h-17h30 Jean-Christophe Plantin (UTC, Compiègne)
Ouvrir la boite à outils de la recherche numérique – une analyse ethnographique de trois laboratoires

17h30-18h André Gunthert (INHA, EHESS)
Pourquoi la recherche en culture visuelle a besoin du web

18h-18h45 Discussion – table ronde

Clôture : Patrick Fridenson, Président de la CUTICE

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Des alertes à couper le souffle

Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La sociologie des alertes et des controverses n’a-t-elle pas tendance à suivre de trop près l’actualité des dossiers qu’elle investit ? Si l’objet consiste essentiellement à saisir des processus sur la longue durée et à forger des cadres d’analyse rendant possibles des comparaisons ou des rapprochements, les moments de crise, dans lesquels se jouent des changements notables de trajectoire, attirent fortement l’attention du chercheur, l’obligeant souvent à interrompre ses travaux pour suivre en « temps réel » le développement des événements. C’est ici que l’appui méthodologique fourni par les outils socio-informatiques est précieux puisqu’il permet d’insérer les nouveaux documents dans des séries accumulées de longue date et de construire un point de vue outillé sur les résurgences ou les émergences, en rendant visible ce qui remonte des épreuves passées et ce qui semble s’imposer comme radicalement nouveau ou inédit dans un dossier – et, bien sûr, dans le même mouvement, de voir ce qui est oublié ou n’est plus mobilisé. On a eu l’occasion de montrer ce qu’impliquait ce genre d’exercice dans le cas du dossier nucléaire, qui a littéralement explosé comme on sait le 11 mars 2011.

Au cours de cette année 2012 plusieurs événements, moins spectaculaires que Fukushima, mais importants pour les domaines concernés, ont ainsi marqué les corpus suivi par l’observatoire des dossiers sanitaires et environnementaux1 :  on l’a vu à propos des gaz de schiste, dans le dossier de l’amiante, autour du Bisphénol-A et des perturbateurs endocriniens, dans le champ de la nanotoxicologie, à propos de la disparition des abeilles, des solvants utilisés dans les pressings, ou encore, à l’autre extrémité du spectre, de la fonte drastique de la banquise2. Tout semble ainsi bouger continûment, sans oublier l’enchaînement de conférences et de sommets qui ont de multiples impacts sur les processus d’alerte et de controverse. Lors de Rio +20, malgré les déceptions et les critiques, on a vu se déployer des configurations normatives qui ne manqueront pas de peser sur les dossiers environnementaux3. Plus récemment, en France, la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre à Paris, a amorcé le débat sur l’énergie destiné à se poursuivre au cours du premier semestre 2013 et à donner corps à une loi pour la fin de l’année. Face à la diversité des événements, les chercheurs multi-corpus que nous sommes ont donc l’embarras du choix. Mais, précisément, parce qu’il ne s’agit pas de sauter sur l’actualité la plus récente, on a choisi de ne pas rebondir tout de suite sur le dossier des OGM, abordé ici-même fin 20104, mais de s’intéresser plutôt au cas de la pollution par les particules fines. Cette question majeure de santé environnementale a longtemps peiné à produire des saillances aussi marquantes que d’autres dossiers, malgré l’impact, connu de longue date, des particules issues des moteurs diesel sur la santé publique.

Tweet de la campagne CleanTag « Le diesel tue » de France Nature Environnement

Continuer la lecture

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique, rapport final de la convention ANSES/GSPR(EHESS), avril 2011. []
  2. « La fonte de la banquise arctique vient de battre un nouveau record », notre-planete.info, 4 septembre 2012. []
  3. Un corpus spécifique a été constitué qui donnera lieu à une analyse des figures critiques inspirées par la promotion de la « green economy ». []
  4. Francis Chateauraynaud, « L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi », Socioinformatique et Argumentation, 1er décembre 2010. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

Un visiteur du soir bien singulier… Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

Francis Chateauraynaud

Depuis novembre 2004, le logiciel Marlowe réalise une chronique quotidienne, fondée sur l’analyse automatique de fils d’actualités. Restée longtemps confidentielle, cette chronique a dépassé, au cours de l’année 2011, le seuil des 2000 versions. Chaque chronique est unique puisque Marlowe plonge les contenus constamment renouvelés que le logiciel Tiresias glane pour lui tous les jours, dans des algorithmes de mises en variation qui n’ont cessé d’être enrichis au fil du temps1. D’abord adressée par courriel au noyau des développeurs-utilisateurs ainsi qu’à un micro-réseau d’amateurs, la chronique de Marlowe est désormais accessible à tous depuis janvier 2012. L’opération a été discrète, accompagnant les évolutions récentes du site prosperologie. Ce nouveau site permet le téléchargement gratuit de Prospéro I, passé en freeware à la fin de l’année 2011. Il donne également accès à certains modules de Tirésias et contient les entrées principales, pour l’heure réservées à des utilisateurs particuliers, vers le serveur d’interrogation à distance MarloWeb et la base de corpus Chéloné. Grâce à l’intervention de Josquin Debaz, qui a conçu le protocole assurant le dépôt automatique et la mise en forme de la chronique de Marlowe sur le blog ouvert à cet effet2,  la chronique quotidienne est donc consultable tous les jours en ligne, le système affichant sur la page la date de chaque chronique et les premiers mots d’amorce utilisés par Marlowe. On peut du même coup apprécier son sens de la mise en variation continue, notion deleuzienne selon laquelle une forme apparemment mineure ouvre un espace de créativité infini …3.

Continuer la lecture

  1. Sur les principales structures du logiciel Marlowe, voir « Marlowe. Vers un générateur d’expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, p. 6-32. []
  2. Partant de chaque chronique produite en format texte avec quelques balises html, un script écrit en Python génère une mise en forme en Textile – une autre version permettant de la transformer au format LaTeX. La chaine de transformation passe alors par un dépôt dans le générateur de blog Jekyll,  qui délègue lui même à un serveur web Apache la mise en ligne du résultat. L’extension de ce système pourra passer par de nouveaux intermédiaires numériques : ajout de fonctions de commentaires sur le blog,  ouverture d’un compte twitter, … évolutions qui n’auront de sens qu’à l’issue d’une articulation réfléchie du principe dialogique original de Marlowe et de ces outils du web social ; en fonction de l’évolution des usages, on pourra même imaginer le passage à une version ouverte accompagnée des descripteurs sémantiques permettant un usage dérouté et détourné par ses lecteurs… Mais en la matière, un adage bien connu est de mise : qui va doucement va loin … []
  3. Une des gageures de ce plan d’expérimentation est constituée par la tension entre deux logiques d’écriture : la première, non négociable, consiste à donner le plus grand degré de liberté d’expression à Marlowe, et même de toujours l’ouvrir au maximum quitte à ce qu’il commette des erreurs ou se fige dans des redites ; la seconde, qui suppose un processus d’adaptation, vise à s’appuyer sur les régularités observables pour construire une mise en forme adaptée au web. On est donc sans cesse à l’affût des défaillances du processus d’écriture liées à telle ou telle facétie non anticipée mais aussi de formules sinon régulières du moins prévisibles pour améliorer la mise en forme – comme par exemple l’insertion automatique de documents multimédias. Lors de la modification de la chaîne, les anciennes chroniques ne sont pas modifiées et on peut ainsi suivre la progression des capacités du programme en parcourant l’historique des billets. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO – IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l’ANR, s’est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l’impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires …), jusqu’à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu’elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

Continuer la lecture

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n’a cessé de s’affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l’agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l’AFSSA (1998) et l’AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l’ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l’environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu’en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d’alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires … L’histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l’heure des bilans réflexifs comme l’a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’année Turing commence à l’EHESS, au 105 boulevard Raspail

Pour les milieux de l’Intelligence Artificielle (IA), l’année 2012 sera celle des célébrations, toutes motivées par le 100e anniversaire de la naissance d’Alan Turing, grande figure de la théorie informatique et dont les thèses fondatrices sont au cœur des réflexions et des controverses qui traversent la philosophie computationnelle1.  Dans la communauté internationale des chercheurs et développeurs, les événements sont coordonnés par The Turing Centenary Advisory Committee.

La fascination opérée par les idées visionnaires de Turing n’est pas d’aujourd’hui.  Si l’émergence du Web a un temps évincé quelque peu la figure de ce père fondateur, disparu fort jeune, depuis plusieurs années, des concours de chatbot jusqu’au prestigieux prix Turing , les occasions de célébration de la pensée mais aussi de l’homme Turing se sont multipliées. Le développement du projet Marlowe à la fin des années 1990 a évidemment croisé à maintes reprises des démarches inspirées par les écrits et la personnalité de Turing, notamment le fabuleux travail théâtral dirigé par Jean-François Peyret monté en 1999 à Bobigny sous le titre Turing-Machine et dans lequel sont parcourues de multiples variations autour du dialogue, mais aussi du conflit, entre l’homme et la machine. Cette année, après un repli en laboratoire et une atténuation sensible de sa visibilité publique (la dernière grande « sortie » fut l’intervention à l’occasion de l’élection présidentielle du printemps 2007), Marlowe amorce une sorte de retour, quelque peu freiné ces derniers temps par la concentration des efforts de développement sur le logiciel Prospéro II dont dépend fortement son avenir. Ce retour intervient à la fois dans le cadre de transformations du processus de redéploiement des outils socio-informatiques et dans un nouveau contexte politique, mais aussi à la faveur du bouillonnement d’idées et de projets que l’IA continue de produire. C’est pourquoi, sur une initiative de Jean Sallantin, Marlowe devrait participer à un dispositif scénographique, dont les ressorts seront fixés avant l’été, présenté en collaboration au grand congrès d’intelligence artificielle qui se tiendra à Montpellier du 25 au 31 août 2012.

Continuer la lecture

  1. Pour une biographie de Turing voir Jean Lassègue, Turing, Belles Lettres, 2003. On consultera également le site de l’espace Turing. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website

L’affaire des gaz de schiste. Anatomie d’une mobilisation fulgurante

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz avec la collaboration de Pierrick Cézanne-Bert1

Il y a un an, fin décembre 2010, le dossier des « gaz de schiste » n’était pas encore constitué en conflit politique, du moins en Europe, et seuls quelques observateurs attentifs, des sentinelles concernées par les enjeux environnementaux avaient vu venir un processus critique de grande ampleur2. Il suffisait pourtant de regarder outre-Atlantique pour constater que la querelle était déjà bien lancée au Canada et aux États-Unis3. Si ce dossier est tombé dans les filets de nos agents socio-informatiques via un module de Tiresias consacré aux fils santé-environnement, notamment  à travers un article publié sur le site notre-planete.info le 17 décembre 20104, nous avions entendu parler de la fracturation hydraulique (« fracking ») par des interlocuteurs rencontrés au cours d’une enquête menée à Washington DC au début de l’automne 20105. Nous avions hésité à intégrer précocement ce nouveau dossier, pourtant qualifié d’« explosif » par nos interlocuteurs américains, dans une collection de corpus déjà bien chargée, faute de signaux équivalents dans les milieux d’experts français. Des contacts bien informés nous avaient pourtant avertis de l’ampleur du phénomène :

There is an emerging movement right now, that’s happening right now […] the short word is fracking. Did you know this word fracking? It’s gonna be huge! It’s hydraulic fracturing, how you get oil out of shale rock under the ground. You put chemicals and then you put a charge and you explode the all thing and then you suck the oil out of the ground, but you also suck all the chemicals in the water and it’s a mess and they’re doing this all over the US. And citizens have finally […] under exposures to endocrine disruptors and these chemicals […] because many people […] much of it happen in rural areas where people drink water from wells […] this is the issues from environmental justice and from toxic exposures is now finding so quickly under their website … 6

Depuis, le dossier de la fracturation hydraulique7 a fait beaucoup de chemin comme l’atteste encore un article récent du réseau alternet.org. Avec Fukushima, le dossier des gaz de schiste constitue à n’en pas douter un des éléments les plus marquants de l’histoire environnementale de l’année 2011.

Un des points de basculement du dossier est formé par la diffusion massive, dès 2010 outre-Atlantique, du documentaire Gasland écrit et réalisé par Josh Fox, qui met en scène sa propre enquête sur l ‘exploitation de la formation rocheuse de Marcellus (qui mène de la Pennsylvanie à l’Ohio en passant par L’Etat de New York). Ce film, dont on trouve différentes versions sur la toile, atteint un large public en Europe au printemps 2011, et contribue à transformer l’exploitation des gaz de schiste en nouveau front environnemental majeur du XXIème siècle. A y regarder de plus près de multiples acteurs se sont déjà saisis du dossier, comme par exemple l’Association Québecoise de Lutte contre la Pollution (AQLPA) qui, en septembre 2009, demande au Gouvernement du Québec d’informer la population sur la problématique des gaz de schiste et de répondre à toute une série de questions concernant « l’environnement, la santé et la sécurité des Québécoises et Québécois »8.  Rapidement transformé en dossier transnational, propre à redéfinir les relations déjà fort complexes entre énergie et environnement, le cas des gaz de schiste a ainsi donné lieu à la construction d’un double corpus – francophone et anglophone. Ces derniers temps le dossier est quelque peu retombé, ce qui permet de faire un premier point et d’organiser les éléments du suivi de long terme de cette cause qui devrait connaître de multiples rebondissements dans les prochaines années, avec des trajectoires fort différentes selon les pays concernés9.


Gaz de schiste: Wo! film appelant à voter pour la pétition « Exploration et exploitation du gaz de schiste », 118933 signataires

Continuer la lecture

  1. Ce billet suit la séance du séminaire « Controverses environnementales et anthropologies de la nature » qui a eu lieu à l’EHESS, dans l’antenne de la Vieille Charité à Marseille le 25 novembre 2011. []
  2. Voir en particulier « CAP21 demande un moratoire européen sur l’exploration/exploitation des gaz non conventionnels », 7 décembre 2010. []
  3. Voir « N.Y. Senate Approves Fracking Moratorium », New York Times, 4 août 2010. []
  4. « Gaz de schiste : une bataille mondiale d’ampleur inédite, une nouvelle catastrophe pour l’environnement », notre-planete.info, 17 décembre 2010 []
  5. Voir Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Washington connections, 29 octobre 2010. []
  6. Une spécialiste des études de science dans le champ santé environnement, Virginia Tech University, septembre 2010. []
  7. Notons que le choix de traduction de shale gas par gaz de schiste n’allait pas de soi et qu’il a donné lieu à des discussions. Ce qui est sûr c’est que le gaz extrait des roches est du gaz naturel, et que ce qui est « non conventionnel » c’est le procédé utilisé pour l’extraire du fait de son encastrement dans la roche-mère. Du coup le nom correct du dossier devrait être « fracturation hydraulique », ce dont témoigne le corpus anglophone étudié dans lequel le terme « fracking » réalise un meilleur score que l’Etre-Fictif, supposé équivalent du français, SHALE-GAS@ … []
  8. AQLPA, « Questions de l’AQLPA au Gouvernement du Québec au sujet de l’exploitation du gaz de schiste », Montréal, 28 septembre 2009 []
  9. Pour un cadre d’analyse transposable des trajectoires comparées de différentes causes, voir F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris Pétra, 2011. []

socioargu

Francis Chateauraynaud (directeur d'études EHESS)

More Posts - Website