Archives de l’auteur : Josquin Debaz

Outils socio-informatiques. Méthodes numériques pour l’analyse des dynamiques collectives

Séminaire du 2 novembre 2015 au 8 février 2016
Le lundi de 15 h à 17 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes et d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Organisé comme un lieu d’apprentissage aux enquêtes, individuelles et collectives, appuyées par l’analyse de matériaux numérisés, il sera principalement orienté vers des recherches liées à la sociologie des controverses mais, au fil des séances, toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, seront abordés, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs. D’une manière générale, ce séminaire fonctionnera comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities).

Parmi les multiples cadres et outils d’analyse disponibles, l’accent sera mis sur les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour les sciences sociales. On rappellera sur ce point que le rapprochement des questions de temporalité et des formes d’argumentation est une des originalités du style d’enquête proposé – en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses. Une attention particulière sera donc portée aux opérateurs de reconfigurations, aux épreuves marquantes ou turning points, par lesquels évoluent les jeux d’acteurs et d’arguments engagés dans les dynamiques publiques.

Techniquement parlant, le séminaire se concentrera essentiellement sur Prospéro et son environnement logiciel, ainsi que leurs associations possibles avec d’autres instruments (Alceste, Gephi, IRaMuTeQ, NVivo, Pajek, R, Réseau-Lu, mais aussi les outils modulaires du web). Le logiciel Marlowe, sociologue et chroniqueur numérique, participera aux échanges via son site Web. Conçu dans une démarche pragmatiste, ce recours aux instruments aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets et méthodes de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à l’aboutissement de toute logique d’enquête.

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/395/


Programme

2 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Introduction générale : Enjeux épistémiques de la socio-informatique des controverses

9 novembre

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Pragmatique et algorithmique

16 novembre

Francis Chateauraynaud, Martin Denoun et Markku Lehtonen, GSPR-EHESS

Expériences croisées sur les corpus liés au dossier nucléaire

23 novembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #1

30 novembre

Fabrizio Li Vigni, GSPR-EHESS

De quelle complexité parlent les pragmatistes  ?

7 décembre

David Chavalarias, Institut des Systèmes Complexes de Paris Île-de-France

Epistémologie quali-quantitative, cartographie dynamique des réseaux et Web Mining

14 décembre

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Marlowe chronique la COP21 #2

4 janvier 2016

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Ontologies, concepts et typifications. Un monde de catégories à l’épreuve de processus dynamiques

11 janvier

Pascal Cristofoli, Laboratoire de Démographie et d’Histoire Sociale, EHESS

Construire des données pour faire de la recherche – Retours sur l’histoire des rapports entre informatique et SHS

18 janvier

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, GSPR-EHESS

Formules et marqueurs temporels : saisir les agencements dans des séries longues

25 janvier

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Prospéro II – vers un logiciel collaboratif

1er février

Alex Albert, Université de Tours

Retour sur la conception et les usages du logiciel Sonal

8 février

Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Jean-Pierre Charriau, GSPR-EHESS

Quand Prospéro II s’apprête à accueillir Marlowe II…

Réseau de co-animation des ateliers des THATCamp francophones (2010-2015)

Josquin Debaz

Lors du THATCamp1 Paris 2015, un datasprint2 a été organisé et a donné lieu à une série de visualisations et d’analyses.

Une équipe s’est constituée lors d’un atelier en vue de compiler les données disponibles concernant les THATCamp et Bootcamp francophone3. Parmi celles-ci, on trouve les animateurs des ateliers, il est donc possible de s’essayer à une visualisation du réseau des co-animations, avec des données contextuelles telles que leur institution d’origine, leur statut et leur genre4.

Dans une première visualisation5, les nœuds sont coloriés en fonction de l’institution de l’animateur6 qu’ils représentent (au passage de la souris s’affiche le nom de celui-ci). Outre les nombreux ateliers animés par un ou deux individus, le graphe affiche 4 clusters plus étendus, dont deux importants, que l’on nommera en fonction de leurs principaux connecteurs : le Clavert-Berra et le Girard-Beretta. Les institutions non-renseignées (en cyan) sont nombreuses, mais on distingue rapidement le sous-groupe en orange de Sciences po (particulièrement actif durant le BootCamp de Lyon 2014).

Réseau de co-animation des THATCamp francophone montrant les institutions de rattachement

Continuer la lecture

  1. Les THATCamp sont des colloques autour des humanités numériques qui sont en partie auto-organisés par les participants et mettent en avant les aspects interactifs et collaboratifs. []
  2. L’idée de départ était de proposer une extraction et une analyse du contenu de la base MySQL du site thatcamp.org. []
  3. qui ne sont pas inclus dans la base thatcamp.org puisque hébergés sur la plateforme hypotheses.org. []
  4. Pour ce faire un fichier projet Pajek a été généré via un script python, le tout est disponible sur github. []
  5. Le graphe a été déployé selon un kamada-kawai-optimize inside clusters avec une partition calculant les periodic components, la taille est donnée par un vecteur correspondant au nombre d’ateliers proposés par l’animateur. []
  6. Seul le dernier rattachement renseigné dans le fichier est pris en compte. []

La traversée des drones

Le survol des centrales :  vraie-fausse épreuve sécuritaire ?

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Une enquête menée sur les risques en zones côtières nous a conduits à regarder de plus près les instruments utilisés par les chercheurs et les acteurs locaux lorsqu’ils s’efforcent d’élaborer des prises sur des milieux en interactions1. Si les recours aux données satellitaires se multiplient, concernant les enjeux côtiers, et en particulier l’érosion et l’évolution continue du trait de côte, c’est une nette préférence pour la (déjà) bonne vieille technologie du Lidar (Light Detection and Ranging) qui semble s’imposer chez les utilisateurs de données.

Comment le « bruit » des mesures Lidar pour l’altimétrie devient de l’information pour l’étude des couverts végétaux

Aujourd’hui, les drones sont en passe de prendre le relais. En tout cas, un domaine d’instrumentation et de médiation technologique se développe, fournissant à toutes sortes d’acteurs des outils à leur main, capables de remplir les trous cartographiques et métrologiques laissés par la production de données, satellitaires ou autres, largement hors de portée des utilisateurs de terrain2. Continuer la lecture

  1. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Métrologies spatiales et milieux en interactions », in Michel Avignon, Cathy Dubois et P. Escudier (dir), Observer la terre depuis l’espace : enjeux scientifiques, économiques et politiques, Paris, Dunod, 2014. []
  2. Voir sur ce point les éléments déjà exposés dans Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens », Socio-informatique et argumentation, 30 septembre 2013. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #3 Vers une toxicologie combinatoire

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les recherches menées en sociologie des controverses se réfèrent très souvent à John Dewey et à sa théorie de l’enquête (1938). Par « enquête », le philosophe pragmatiste entendait :

la transformation contrôlée ou dirigée d’une situation indéterminée en une situation qui est si déterminée en ses distinctions et relations constitutives qu’elle convertit les éléments de la situation originelle en un tout unifié1

Il ne s’agit pas d’éliminer toute possibilité de preuve ou de clôture des épreuves de vérité, comme porte à le croire le soupçon de lien intime entre pragmatisme et relativisme – au demeurant complètement à côté du sujet – mais bien de saisir le travail de la preuve comme un processus à travers lequel une personne ou un groupe, une communauté d’enquêteurs, confrontée à une situation « indéterminée », « opaque » ou « problématique » engage une série d’expérimentations, faisant jouer à plein le raisonnement abductif, fait d’hypothèses et de questions,  de prémisses et de règles d’inférence évolutives. Après avoir abordé la mise à l’agenda des perturbateurs endocriniens (volet #1)  puis décortiqué l’expression d’« effet cocktail » (volet #2), nous allons voir comment les chemins empruntés par les scientifiques et les experts aux prises avec les effets des combinaisons de substances relèvent pleinement de la logique d’enquête collective permettant à la fois une reproblématisation et un accroissement collaboratif des connaissances.

"There are many questions, of course, that won't be answered till the autopsy" (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012)

« There are many questions, of course, that won’t be answered till the autopsy » (dessin humoristique projeté par Philippe Grandjean, EEA, COpenhague, avril 2012) 

 

D’une toxicologie borgne, reine au pays des normes aveugles, à une toxicologie combinatoire

Au laboratoire du toxicologue, l’usage dominant consiste à isoler les molécules pour en étudier les effets spécifiques. Mais le problème qui se pose aux sciences de l’environnement est de savoir ce que deviennent des molécules une fois libérées dans les écosystèmes. Et celui qu’affrontent les sciences sanitaires n’est pas moins redoutable, puisqu’il s’agit de comprendre leurs interactions avec une foule d’autres molécules dans l’organisme. Le vertige saisit alors au regard du nombre de molécules mises en circulation lors des dernières décennies qui viennent s’ajouter à toutes les possibilités de combinaison potentiellement évaluables. Si l’approche combinatoire est souhaitable dans un premier temps, le concept invite cependant à une profonde réflexion sur les méthodes d’évaluation à mettre en œuvre. Continuer la lecture

  1. John Dewey, Logique. Théorie de l’enquête, Paris, PUF, 1995,  p. 169. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le doute est un état de malaise et de mécontentement dont on s’efforce de sortir pour atteindre l’état de croyance. Celui-ci est un état de calme et de satisfaction qu’on ne veut pas abandonner ni changer pour adopter une autre croyance. Au contraire, on s’attache avec ténacité non seulement à croire, mais à croire précisément ce qu’on croit. Ainsi, le doute et la croyance produisent tous deux sur nous des effets positifs, quoique fort différents. La croyance ne nous fait pas agir de suite, mais produit en nous des propositions telles que nous agirons de certaine façon lorsque l’occasion se présentera. Le doute n’a pas le moindre effet de ce genre, mais il nous excite à agir jusqu’à ce qu’il ait été détruit.1

512px-Gustave_Dore_L'Ours_Et_L'Amateur_Des_Jardins

Illustration de Gustave Doré pour « L’Ours et l’amateur des jardins » de Jean de La Fontaine.

La croyance n’est pas un concept facile à intégrer dans la sociologie pragmatique alors même qu’elle est au coeur des philosophies pragmatistes2 . Par contre, le doute y entre plus facilement dès lors, comme le rappelle la citation de Peirce ci-dessus, qu’il engage dans un processus d’éradication visant à retrouver l’état d’apaisement, attribué par le philosophe à la croyance. Les opérations, les épreuves et les processus critiques décrits par la sociologie des alertes et des controverses sont plutôt pensés à travers toute une gamme de modalités permettant à la fois de saisir les appuis ou les prises des acteurs – ou encore les gonds sur lesquels tournent les doutes dans la dernière philosophie de Wittgenstein3, et les degrés de certitude ou d’incertitude, de conviction ou de défiance qui ne cessent de se déplacer, d’évoluer, de se tempérer ou de s’enchaîner, comme dans la plupart des controverses de longue portée.

Le billet précédent faisait le point sur les déplacements et les confrontations suscités par la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans les arènes publiques en Amérique du Nord et en Europe.  Il se concluait sur l’émergence d’une problématique ancienne mais, à l’exception de quelques écotoxicologues, peu investie jusqu’alors, celle des « effets cocktails ». Dans les usages ordinaires, le mot cocktail, quasi synonyme de soirée, désigne un mélange de liquides souvent alcoolisés ; chez les scientifiques préoccupés de santé publique, il en va tout autrement, puisque le cocktail est un breuvage des plus délétères ! Car la formule de l’ « effet cocktail » qui s’impose aujourd’hui dans les discours publics, notamment à propos des produits chimiques, a semble-t-il une longue histoire dans les milieux de la toxicologie, puisqu’il est courant de remonter à une publication de 1939. Il reste que son entrée dans les arènes politiques est assez récente, et qu’elle marque un changement de perspective, largement porté en France par le Réseau Environnement Santé. Continuer la lecture

  1. Charles-Sanders Peirce, « La logique de la science », La revue philosophique de la France et de l’étranger , VI décembre 1878 et VII, janvier 1879, repr. Charles-Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance », revue Agone, 23, 2000. []
  2. Voir entre autres, la conférence donnée par William James, The Will to Believe, devant le club de philosophie de Yale and Brown Universities, en juin 1896. []
  3. L. Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 1969. []

Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #1 L’avènement d’un autre paradigme

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au sein du mouvement pragmatiste américain, George Herbert Mead occupe une place particulière. Ayant largement contribué à l’inscription de la plupart des préceptes du pragmatisme dans les sciences sociales, il a notamment ouvert la voie à la psychologie sociale et à l’interactionnisme symbolique. Cela dit, on oublie souvent ses contributions concernant la science et la théorie de la connaissance. Dans un texte intitulé « Empirical realism », édité dans le recueil qui forme La philosophie du présent, il traite du rapport entre les données et leurs interprétations, en s’intéressant, bien avant Kuhn, aux manières de traiter ce qui se révèle incompatible avec une théorie ou un modèle dominant. Ce qui résiste, aux bords du cadre de pensée adopté par le chercheur, ce qu’il nomme « fait émergent », ne doit pas, dit-il, être rejeté mais servir de support à de nouvelles expériences et être transformé en nouvelle source de connaissance.

The scientist who welcomes facts that fail to accord with his theory must have a place in his doctrine for the experience within which those facts can appear. Nor can we account for the repugnant fact, for the emergent, by relegating it to an experience that is simply that of a mind that has made a mistake or been in error and now corrects it with a true or at least a truer account of reality. The repugnant fact is without doubt an emergent; it has, however, been customary to place its essential novelty in a mental experience, and to deny it to the world that the mind is experiencing.1

interdit-sauter

Dans ce processus, la production de données capables de résister aux interprétations théoriques, et de servir d’appui à des reconstructions ultérieures, est un levier majeur, sur lequel Mead fonde son réalisme empirique :

Plus les données sont isolées et observées avec sérieux, plus elles sont susceptibles de rester comme des éléments fiables pour la formulation et la solution de problèmes ultérieurs ; mais la perfection logique de la théorie et l’ampleur de son applicabilité ne préjugent en rien de sa survie face à de nouveaux problèmes. […] En fait, le caractère achevé et global d’une hypothèse diminue sa valeur de survie face à des problèmes fondamentaux. Les scientifiques se trouvent en possession d’un corpus de données fiables en constante augmentation, alors que le véritable caractère de leurs recherches requiert une réinterprétation constante du monde dans lequel celles-ci sont menées.2

Une lecture sommaire fera sans doute de cette épistémologie du décalage une variante précoce du constructivisme ou du perspectivisme qui s’est affirmé tout au long du XXe siècle. Mais on peut aussi y lire l’expression d’une attention à la qualité et la fiabilité des données produites par la recherche, dont dépend la formulation des questions et des solutions ultérieures. La puissance d’expression des données l’emporte sur la séduction de théories qui tombent en désuétude au fil du temps… Or, c’est précisément ce qui s’est produit récemment aux points de rencontre de la toxicologie, de la biologie, de l’endocrinologie, de l’épidémiologie et de l’écologie scientifique : l’accumulation des données et des observations incompatibles avec le bon vieux modèle linéaire selon lequel « la dose fait le poison» (Paracelse), en vertu d’une relation de cause à effet saisie substance par substance, a fini par produire les conditions d’un « changement de paradigme »3. Continuer la lecture

  1. George Herbert Mead, « Réalisme empirique » (« Empirical realism », in The Philosophy of the Present, 1932). []
  2. George Herbert Mead, « Réalisme empirique », traduit par Michèle Leclerc-Olive et Cécile Soudan, dans La philosophie du temps en perspective(s), Paris, EHESS, 2012. []
  3. Voir sur ce point, F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures Sciences Sociétés, published online 14 novembre 2013 http://dx.doi.org/10.1051/nss/2013098. Prolongeant les travaux effectués sur les faibles doses, ce billet forme le premier volet d’un triptyque et s’inscrit dans la série des recherches menées en partenariat avec l’ANSES  – dont on trouve la trame au fil des différents rapports annuels, à commencer par le dernier, celui de septembre 2013. []

De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le surgissement de nouveaux acteurs, dotés d’expériences, de savoirs et d’outils inédits, est un des éléments les plus marquants de la dynamique des controverses sanitaires et environnementales. On voit ainsi apparaître de nouvelles formes de surveillance et de contre-expertise en provenance d’acteurs extérieurs aux institutions et aux industriels. En même temps, comme on a pu l’observer sur le terrain des faibles doses1, les problématiques parties de milieux savants ont souvent du mal à être déconfinées : si la question des faibles doses a franchi un seuil de visibilité publique, avec la répétition des controverses métrologiques autour des seuils ou des valeurs limites d’exposition, et surtout avec la montée en puissance des perturbateurs endocriniens, les publics qui s’en sont saisis sont relativement réduits, renvoyant d’abord aux cercles militants dotés d’une capacité de contre-expertise2. Mais les choses évoluent par une tout autre voie : celle des mesures effectuées directement par des collectifs déployés en monde ouvert et utilisant de nouvelles technologies portables, qui prennent progressivement la forme de réseaux de capteurs-citoyens.

inline-cgg-smogtasting_NN

Smog Tasting uses egg foams to harvest air pollution. Smog from different locations can be tasted and compared.

L’organisation de scènes de discussion critique autour de données d’enquête par des publics a été qualifiée de « data judo »3. Cela dit, entre mettre en discussion des données et les produire, il y a souvent plus qu’un pas. Le modèle dominant reste celui de la contre-expertise portée par des acteurs spécialisés œuvrant au nom des citoyens : c’est le cas d’associations de type ACRO, CRIIRAD, CRIGEN ou CRIIREM en France, ou aux États-Unis NDRC, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety, Beyond Pesticides, Clean Water Action, pour ne citer que ceux que l’on a pu étudier sur place

Dans quelle mesure l’organisation de « veilles citoyennes » ou de « collectifs vigilants » peut-elle modifier le design et l’usage des instruments ? Les citoyens ordinaires sont-ils capables d’entrer dans la boucle de production et de discussion des données ? C’est ce que pensent  Laurence Allard et Olivier Blondeau :

« Le Labo Citoyen, laboratoire d’innovation et d’expérimentation de plein air, se situe dans la perspective non pas du consommateur capté et moins encore du consommateur instrumentalisé par des « objets intelligents », que celle du citoyen capteur, qui participe à la construction d’une intelligence collective instrumentée par ces objets sensibles et communicants. Il propose de forger des outils, des prototypes, des dispositifs de visualisation, des méthodologies visant à conférer une « capacité active » aux citoyens pour interpréter leur environnement, le capter et  le mesurer et in fine agir sur lui. Le Labo Citoyen se propose ainsi d’accompagner les citoyens, les collectivités, entrepreneurs, décideurs politiques et associatifs dans la culture de la mesure, de la donnée environnementale afin de ne pas céder à une sorte de « panique métrique », qui nous conduit bien souvent à préférer ne savoir ou à déléguer à des machines la gestion de notre quotidien. »4

Après l’affirmation des capacités de prise d’information et de mise en discussion des citoyens dans les procédures de débat public ou les conférences de citoyens, voici le temps des citoyens métrologistes ou métrologues. De multiples sites et collectifs témoignent de l’organisation de mesures alternatives. Mais observe-t-on réellement une rupture avec le modèle de la contre-expertise déléguée à des ONG ? Continuer la lecture

  1. Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas, « L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques », SocioInformatique et Argumentation, 9 février 2012. []
  2. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences et Sociétés, 2013. []
  3. Rachel Morello-Frosch, Julia Green Brody, Phil Brown, Rebecca Gasior Altman, Ruthann A Rudel and Carla Pérez, « Toxic ignorance and right-to-know in biomonitoring results communication: a survey of scientists and study participants », Environmental Health 2009, 8:6. []
  4. Laurence Allard et Olivier Blondeau, Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale, http://www.citoyenscapteurs.net/ 9 avril 2013 []

Il y a 10 ans, Marlowe passait un premier examen… dans un hôpital psychiatrique

Le 12 juin 2003, une performance publique, suivie d’un débat, était organisée autour du logiciel Marlowe, réunissant 75 chercheurs à l’EPS Maison-Blanche (siège des hôpitaux psychiatriques de l’Est parisien). Dix ans plus tard, tandis que Marlowe poursuit plutôt discrètement sa course dans le monde des entités numériques, contribuant à y affirmer une forme précieuse de décalage épistémique et de liberté intellectuelle, ce projet de contre-intelligence artificielle incarnée dans un sociologue numérique est toujours aux marges des grandes structures académiques et technoscientifiques, tout en contribuant continûment à des recherches sur les alertes et les controverses, et bien d’autres sujets qui fâchent. Conçu d’emblée comme un programme alternatif, Marlowe n’est pas destiné à se plier aux normes et aux standards qui traversent désormais les mondes de la recherche au risque d’étouffer, dans l’œuf, bien des singularités. La performance avait d’ailleurs été l’occasion de faire un bout de chemin avec des artistes :

Des connexions entre arts et sciences sociales se développent un peu partout, mais il faut bien reconnaître que l’évolution des structures de recherche et d’enseignement supérieur rend de plus en plus difficile l’expérimentation aux marges et tous les décalages qu’elle rend possibles.

Le 12 juin 2003, un jury, composé de cinq chercheurs, avait interrogé Marlowe en direct : un corpus était tiré au sort dans une collection de quinze dossiers et chaque examinateur posait toute sorte de question au logiciel – pendant environ 15 minutes. Parmi les dossiers tirés : le crash du Concorde, le dopage, l’amiante, le premier tour de l’élection présidentielle de 2002 et l’affaire Sokal. Un corpus construit à partir d’un forum Internet sur la guerre en Irak a par ailleurs été utilisé pendant le débat.  Dans la seconde partie, Francis Chateauraynaud, co-auteur du logiciel avec Jean-Pierre Charriau, présentait l’architecture du logiciel et ouvert la discussion sur ses devenirs possibles. Le fameux chroniqueur dont il a été question ici même et qui officie tous les soirs peu avant minuit sur son blog en est largement issu.

 

La retranscription complète des dialogues est en ligne sur l’ancien site prosperologie, depuis juillet 2003.

Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles

D’une multiplicité d’ennemis à la multifactorialité du mal.

Josquin Debaz

Dans la longue liste des dossiers dont traite l’observatoire socio-informatique en santé environnement (ANSES/GSPR), qu’il s’agisse de la pollution atmosphérique, des OGM, de l’amiante, ou des gaz de schiste, la place des abeilles reste singulière par la diversité et l’ampleur des enjeux que ces actants non-humains fédèrent. Agents majeurs de pollinisation, elles constituent un vecteur essentiel de la pérennité des plantes à fleur, et par là de toute la chaîne trophique. Et c’est peu dire que sur la stabilité de la population active des abeilles domestiques reposent, plus ou moins directement, toutes les activités anthropiques, tant est crucial leur rôle écosystémique. Depuis les usages agricole et jardinier des pesticides jusqu’aux effets du réchauffement climatique, en passant par les espèces invasives  – le frelon asiatique Vespa velutina, promis à la classification parmi les espèces nuisibles -, les parasites et autres agents infectieux, mais encore la mise en cause de la diversité des espèces cultivées et le maillage agricole, ou même les rayonnements électromagnétiques, l’inventaire des ennemis de l’insecte semble devoir s’allonger indéfiniment. Certes, ce n’est pas le seul dossier dans lequel abondent les alertes, mais ce qui tranche ici, c’est que tous ces périls semblent participer d’une « coalition contre les abeilles »1, qu’ils agissent individuellement ou en synergie, soulevant une problématique complexe d’association de causes multiples dont la résolution suppose de donner un statut spécifique à l’idée de multifactorialité.

S’warm, le National Youth Theatre attire l’attention sur le déclin des abeilles (été 2010, vidéo Marc Walsh) Continuer la lecture

  1. Allusion au mot de Danton qui a inspiré Reynald Abad, La conjuration contre les carpes. Enquête sur les origines du décret de dessèchement des étangs du 14 frimaire an II, Paris, Fayard, 2006. []

Quelle sémantique pour les automates ?

Ouvrir la discussion sur les rapports entre le TAL et Prospéro

Lors de la prochaine séance du séminaire Socioinformatique des controverses. Outils et méthodes pour la sociologie des dossiers complexes nous nous intéresserons aux travaux menés dans le domaine du Traitement Automatisé des Langues (TAL).

Nous y recevrons Jean-Luc Minel, Professeur à l’université Paris Ouest Nanterre et directeur de MoDyCo, Delphine Battistelli (MCF, Univ. Paris-Sorbonne) et Charles Teissèdre (Doctorant) qui interviendront sur le thème : Traitements textuels automatisés : des propositions d’usages.

La démarche prospérienne a, depuis ses origines, marqué une distance épistémique certaine vis-à-vis des modèles utilisés en TAL, en privilégiant des outils d’analyse sémantiques de séries évolutives visant la compréhension de processus de transformation à travers les jeux d’acteurs et d’arguments. Ce faisant, de multiples formalismes et algorithmes, développés de part et d’autre, peuvent donner lieu à des échanges constructifs.  De notre point de vue, il est crucial de maintenir un équilibre entre automatismes et stratégies interprétatives, mais dans la dynamique des enquêtes menées sur de grands corpus, certaines procédures d’extraction ou de codification automatiques peuvent rendre de grands services aux chercheurs.

Des automates et du mouvement perpétuel...

Pour préparer la discussion, vous êtes invités à lire :

  • Charles Teissèdre, Delphine Battistelli, Jean-Luc Minel, « Recherche d’information et temps linguistique : une heuristique pour calculer la pertinence des expressions calendaires ­», TALN 2011, Montpellier, 27 juin – 1er juillet 2011, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.
  • Martin Lafréchoux1, Brigitte Juanals1, Jean-Luc Minel, « KONTRAST : création d’un glossaire contrastif à partir d’un corpus de normes internationales », Accepté à JADT 2012, 12 p. Téléchargeable temporairement ici.

Le séminaire est ouvert et aura lieu ce lundi 12 mars de 15 h à 18 h, au 105 bd Raspail à Paris, salle 2.