Archives de l’auteur : jeanfrances

Converser avec Sacks

Jean Frances

Chercheur associé au GSPR/EHESS – Post-doctorant au CSTB

Le compte rendu de cet ouvrage est initialement paru dans la revue Lectures : Jean Frances, « Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks », Lectures, Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 juin 2015. La note critique publiée ici l’est avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue Lectures.

Le livre collectif consacré à Harvey Sacks, par Alain Bovet, Esther González-Martinez et Fabienne Malbois s’ouvre, en première partie, sur la traduction inédite de trois chapitres des Lectures on conversation (1992) qui visent, avant tout, à expliquer comment la société peut figurer dans la conversation, et en quoi cette même conversation – même la plus brève – peut constituer un terrain d’enquête sociologique fécond. La seconde partie est bâtie en cinq chapitres où, tour à tour, les auteurs s’attachent à commenter une partie des travaux de Sacks. F. Malbois (p. 83-116) propose une présentation générale de l’œuvre et de la théorie sacksienne ; présentation elle-même poursuivie dans le dernier chapitre où P. Sormani et D. Rossé (p. 187-246) s’interrogent sur « Le rapport entre ‟dire” et ‟faire” ». E. Gonzalez-Martinez (p. 117-138) explique en quoi « l’organisation séquentielle de la conversation est, pour Sacks, un phénomène social » (p. 117), voire même « une institution » : ce chapitre renseigne également la filiation qui unit les Règles de la méthode sociologique aux travaux des ethnométhodologues. De même, qu’en son temps, Durkheim affirmait que le suicide n’était pas un fait social de premier plan, mais que son analyse était décisive sociologiquement en ce qu’elle amenait à révéler les déterminants sociaux des actes les plus intimes, E. Gonzalez-Martinez rappelle la nécessité d’opérer une nette « distinction entre l’importance social d’un phénomène et [… son] importance sociologique » (p. 134). Cette position épistémologique est d’ailleurs mise à l’épreuve par A. Bovet : s’attachant à réaliser une sociologie de l’usage des pronoms (p. 165-186), il montre comment élaborer une analyse de science sociale qui soit « intéressante » en examinant des « données inintéressantes » (p. 184). Enfin, S. Keel (p. 139-164) explique en quoi l’approche du fondateur de l’analyse conversationnelle est un ressort puissant et pertinent pour réinterroger la socialisation, notamment en l’abordant sous l’angle des relations de pouvoir entre classes d’âge.

Last Conversation Piece - Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by  Valerie Hinojosa

Last Conversation Piece – Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by
Valerie Hinojosa

Continuer la lecture