Archives de l’auteur : gollivier

Jalons pour une étude (con)textuelle du web

Guillaume Ollivier, INRA

Des billets précédents, consacrés par exemple à l’Hypothesosphère et à la temporalité du web, se sont tournés vers le domaine très actif de l’analyse du web – la sociologie du web ayant depuis longtemps constitué à la fois une limite et un horizon pour la sociologie pragmatique des controverses1. Comme il existe un intérêt aujourd’hui à faire converger l’analyse relationnelle du web, appelée webométrie, avec la sociologie argumentative, je propose ici de présenter la manière dont ces domaines méthodologiques peuvent se combiner.

Après un tour d’horizon des différentes approches théoriques organisant la webométrie, je présente quelques outils disponibles actuellement. Je conclus sur les logiques d’enquête pouvant se construire dans une perspective de sociologie de l’argumentation au travers d’un exemple d’étude : celui de l’agroécologie en France.

La webométrie, ou cybermétrie, émerge depuis le milieu des années 1990 en suivant le développement du web lui-même selon plusieurs influences (Rogers, 2010 ; Thelwall, 2006), que nous présentons de manière historique.

I. Théories et concepts pour l’étude du web

A.Théorisation de l’hypertexte

Une mise à jour du Memex de Vannevar Bush, la machine analogique qui met du lien entre les documents. (Source Metaphortean Space blog)

Continuer la lecture

  1. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?, SocioInformatique et Argumentation nov 2009 []