Archives de l’auteur : fferret

L’amiante au tribunal : une décision sans précédent entachée d’un « pacte avec le diable »

Federico Ferretti

GSPR

Ce billet existe aussi en version italienne : L’amianto in tribunale : una decisione senza precedenti e un « patto col diavolo »

Le 13 février 2012 marque un tournant historique, au niveau international, dans la lutte des victimes de l’amiante pour la reconnaissance de leurs droits. Le juge Giuseppe Casalbore, du Tribunal de Turin, a prononcé une sentence de condamnation à 16 ans de prison pour les deux anciens dirigeants d’Eternit–Italie, Stephan Schmidheiny et Louis Ghislain de Cartier, en infligeant aux condamnés et à leurs entreprises le versement de plus de 100 millions d’euros aux victimes.

« Ayez honte vous qui savez »

Faisant suite au billet précédent sur l’affaire de Turin1 regardons les nouveaux développements de l’affaire, suivis à la fois dans les arènes publiques italophones et francophones, avant et après la sentence. Pour cela, nous disposons d’un outil supplémentaire, bien qu’encore en phase de développement et d’expérimentation : les nouveaux dictionnaires en italien de Prospéro, qui permettent les premiers traitements informatisés du corpus italophone. Continuer la lecture

  1. F. Ferretti, « L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un cas sanitaire », Socio-Informatique et Argumentation, 3 décembre 2011. []

L’amianto in tribunale : una decisione senza precedenti e un « patto col diavolo »

Federico Ferretti

GSPR

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : L’amiante au tribunal : une décision sans précédent entachée d’un « pacte avec le diable »

 Il 13 febbraio 2012 segna una data storica, a livello internazionale, nella lotta delle vittime dell’amianto per il riconoscimento dei loro diritti. Il giudice Giuseppe Casalbore, del tribunale di Torino, ha pronunciato una sentenza che ha condannato a 16 anni di prigione i due ex dirigenti di Eternit Italia Stephan Schmidheiny e Louis Ghislain de Cartier, infliggendo a loro e alle rispettive aziende il versamento di oltre 100 milioni di risarcimenti.

« Vergognatevi voi che sapete »

Continuer la lecture

Le procès Eternit à Turin

L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire

Federico Ferretti (GSPR)

Ce billet existe aussi en version italienne :   Il processo Eternit à Torino. L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario.

Nous voici parvenus jusqu’aux derniers chapitres d’un procès, qualifié de « plus important jusqu’ici en Europe en ce qui concerne l’environnement et la santé »1. Voilà qui est en effet assez inédit : on y  voit deux milliardaires, le magnat suisse Stéphane Schmidheiny et le baron belge Louis Ghislain de Cartier, opposés à quelques 6.000 parties civiles, représentant environ 3.000 victimes de l’amiante dans les établissements italiens de la multinationale Eternit, à Rubiera, Bagnoli et Casale Monferrato. Cette dernière commune, située près de Turin, est sans doute la plus touchée, le coût humain de cette industrie y étant estimé à environ 1.500 morts (à ce jour) sur une population actuelle d’environ 35.000 personnes. Après les dernières plaidoiries des avocats de la défense, prononcées le 21 novembre, le président du Tribunal, Giuseppe Casalbore, a ajourné le procès au 13 février : « à partir de cette date, où l’on achèvera toutes les formalités, la sentence pourra être prononcée. »2

 Dans ce billet, nous proposons d’aborder, du point de vue de la sociologie pragmatique des controverses et de ses outils socio-informatiques, les arguments et les rapports de force déployés par les différents acteurs du procès, ainsi que leurs répercussions possibles sur les arènes publiques françaises. Quels sont les enjeux de cette épreuve judiciaire ? Quelle est l’attitude de la presse francophone vis-à-vis de ce procès ? Les éléments de réponse qui suivent s’appuient sur l’analyse d’un corpus issu de la presse quotidienne de janvier 2009 à octobre 2011. Il a été recueilli sur les supports de Factiva et d’Europresse. Ce corpus a été comparé, à l’aide des logiciels Prospéro et Marlowe, au corpus italophone correspondant, ainsi qu’au corpus plus général Amiante 2011, construit pour la base de données de l’Observatoire informatisé de veille sociologique du GSPR.

L’amiante fut l’un des premiers dossiers « sérieux » sur lesquels ont été testés les outils principaux de Prospéro3 et, en même temps, ce dossier est l’un des premiers cas d’étude traité par la « sociologie pragmatique de l’alerte et du risque »4. L’amiante est par ailleurs un cas emblématique de la sociologie des problèmes publics5 et de l’étude des controverses : nous parlons ici de « controverse » parce que le parcours collectif qui a porté à une reconnaissance publique des dangers de ce matériel a été long et contrasté, et curieusement, ne fait pas encore l’unanimité. Cette histoire trouve  un prolongement dans le procès turinois, qui concerne toute la période où Eternit Italie a produit de l’amiante dans la Péninsule, de 1951 jusqu’à sa faillite en 1986. Il vaut donc la peine d’y regarder de plus près.

Le caractère public, politique et social de cette controverse a été accentué dès les débuts du procès, par la forte mobilisation populaire qui a porté à l’ouverture du dossier juridique, après des actions de dénonciations dont le point de départ remonte à l’année 1976, avec une action revendicative « ciblant l’assurance maladie (l’Inail) et l’usine de Casale Monferrato. »6 Une mobilisation populaire a par ailleurs accompagné les différentes phases du procès depuis le jour de son ouverture en décembre 2009. La première séance a vu en effet, devant le tribunal, la manifestation des parents des victimes et des syndicats « de base » italiens, avec la participation de délégations de victimes de plusieurs pays dont la France et la Suisse.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 Mars 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 Novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Voir Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 Décembre 2009. []

Il processo Eternit à Torino

L’amianto in tribunale o l’eterno ritorno di un caso sanitario

Federico Ferretti (GSPR)

Di questo biglietto esiste anche una versione in francese : Le procès Eternit à Turin. L’amiante au tribunal ou l’éternel rebondissement d’un dossier sanitaire.

Siamo agli ultimi capitoli di un processo, definito “il più importante celebrato finora in Europa riguardo l’ambiente e la salute.”1  Un aspetto abbastanza inedito è il fatto di trovare due miliardari, il magnate svizzero Stéphane Schmidheiny e il barone belga Louis Ghislain de Cartier, opposti a più di 6.000 parti civili, rappresentanti le oltre 3.000 vittime dell’amianto negli stabilimenti italiani della multinazionale Eternit, a Rubiera, Bagnoli e Casale Monferrato. Quest’ultimo comune è di gran lunga il più toccato, visto che il costo umano di questo impianto vi è stimato finora a circa 1.500 morti su una popolazione attuale di circa 35.000 persone. Dopo le ultime repliche degli avvocati della difesa, pronunciate il 21 novembre, il presidente del tribunale Giuseppe Casalbore ha aggiornato il processo al 13 febbraio: “a partire da quella data, quando termineranno tutte le procedure, la sentenza potrà essere pronunciata.”2

In questo biglietto ci proponiamo di affrontare, dal punto di vista della sociologia pragmatica delle controversie e dei suoi strumenti informatici, gli argomenti e i rapporti di forza dispiegati dai vari attori del processo, e in particolare le loro ripercussioni possibili sulle arene pubbliche francesi. Quali sono le poste in gioco di questa vicenda giudiziaria? Qual è l’atteggiamento della stampa francofona riguardo al processo? Gli elementi di risposta che seguono si appoggiano sull’analisi di un corpus di articoli comparsi sulla stampa quotidiana da gennaio 2009 a ottobre 2011, raccolti tramite le banche dati Factiva e Europresse. Tale corpus è stato confrontato, grazie ai programmi Prospéro e Marlowe, al corrispondente corpus italofono, nonché al corpus più generale Amiante 2011, costruito per la base di dati dell’Observatoire informatisé de veille sociologique del laboratorio GSPR.

L’amianto è stato uno dei primi grandi dossier sui quali sono stati testati gli strumenti principali di Prospéro3 e, allo stesso tempo, questo dossier è uno dei primi casi di studio portati a sostegno di una “sociologia pragmatica dell’allerta e del rischio.”4 L’amianto è peraltro un caso emblematico della sociologia dei problemi pubblici5 e dello studio delle controversie, dato che il percorso collettivo che ha portato a un riconoscimento pubblico dei rischi di questo materiale è stato lungo e contrastato, e singolarmente non raggiunge ancora l’unanimità. Questa storia ha un seguito nel processo torinese, che riguarda tutto il periodo in cui Eternit ha prodotto dell’amianto nella Penisola, dal 1951 al suo fallimento nel 1986. Vale dunque la pena soffermarci su questa vicenda.

Il carattere pubblico, politico e sociale della controversia è stato accentuato fin dall’inizio del processo dalla forte mobilitazione popolare che ha portato all’apertura del dossier giudiziario, dopo azioni di denuncia il cui punto di partenza risale al 1976, con una azione rivendicativa “rivolta all’Inail e alla fabbrica di Casale.”6 Una mobilitazione che ha peraltro accompagnato le diverse fasi del processo dal giorno della sua apertura in dicembre 2009. La prima udienza ha visto in effetti, davanti al tribunale, la manifestazione dei parenti delle vittime e dei sindacati di base italiani, con la partecipazione delle associazioni delle vittime di diversi Paesi, come la Francia e la Svizzera.

Continuer la lecture

  1. ATS, Agence Télégraphique Suisse, 8 marzo 2010. []
  2. ATS, Agenzia Telegrafica Svizzera,21 novembre 2011. []
  3. F. Chateauraynaud, Prospéro, une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS Editions, 2003. []
  4. F. Chateauraynaud, D. Torny, Les sombres précurseurs : une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’Ehess, 1999. []
  5. Emmanuel Henry, Amiante : un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007 ; Annie Thébaud-Mony, Travailler peut nuire gravement à votre santé. Sous-traitance des risques, Mise en danger d’autrui, Atteintes à la dignité, Violences physiques et morales, Cancers professionnels, Paris, La Découverte, 2008. []
  6. L’Humanité, 10 dicembre 2009. []