Archives de l’auteur : Assimakis Tseronis

Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives

Assimakis Tseronis (LCP/CNRS, GSPR/EHESS)

A propos des mots évaluatifs

Outre leur valeur purement descriptive, les mots peuvent avoir une valeur axiologique qui est généralement liée à une polarité positive/négative faisant référence à des valeurs esthétiques, cognitives, éthiques ou pratiques. Cette valeur axiologique peut être inscrite dans le sens lexical d’un mot : c’est le cas par exemple des mots « baraque » et « bagnole » qui désignent respectivement, en langage familier, « maison » et « voiture ». On parle alors d’une connotation positive ou négative des mots donnant une information sur l’attitude évaluative du locuteur à l’égard de ce dont il parle. Pourtant, la valeur axiologique des mots ne se réduit pas à leur sens lexical : des mots peuvent acquérir une valeur axiologique selon leur usage pragmatique dans un contexte précis. Continuer la lecture

Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs II

Tant de conditions nécessaires…

par Assimakis Tseronis (LCP-CNRS / GSPR – EHESS)

Un billet précédent est consacré à des formes comme «tant que» et «en tant que». Ce texte de Chateauraynaud et Debaz donne à réfléchir autant sur les marqueurs linguistiques comme outils de l’analyse prospérienne que sur les potentialités que le logiciel Prospéro ouvre pour faire des observations linguistiques pertinentes. Je voudrais comme réaction essayer de démontrer la pertinence de l’attention aux détails linguistiques pour la démarche proposée par la « socio-informatique ».

Tout d’abord, les deux formes dont il s’agit « tant que » et « en tant que », à la différence des morphèmes « peu » et « un peu », ne constituent pas ce qu’on appellerait en linguistique des « paires minimales » : « tant que » et « en tant que » ne peuvent pas se trouver en opposition dans la même configuration syntaxique, en lui donnant un sens différent, contrairement aux morphèmes « peu » et « un peu » :

Pierre a  peu mangé

Pierre a un peu mangé

Même si en surface il semble que la préposition « en » fait la différence entre les deux formes, en réalité et en termes linguistiques, « tant que » et « en tant que » n’ont aucune relation. Le premier est une locution qui sert à introduire une phrase circonstancielle de temps, tandis que le deuxième est une locution prépositionnelle, qui, suivie d’un substantif constitue une phrase prépositionnelle, qui a le sens « considéré comme » et peut être remplacé par le morphème « comme ». Alors, la raison qui justifie la comparaison entre les deux morphèmes « tant que » et « en tant que » n’est pas une raison linguistique, à proprement parler. Comme le montre bien le billet par Chateauraynaud et Debaz, l’intérêt d’une telle démarche est sa contribution à la recherche des moments forts de la controverse à l’aide des marques langagières ; par ailleurs, la paire « tant que / en tant que » vaut pour sa proximité formelle, et la diversité de ses argumentatives. Pour la suite je vais me concentrer sur le morphème « tant que » qui présente, comme le soulignent déjà les auteurs du billet, une certaine complexité1.

L’attention aux détails linguistiques peut nous aider à affiner les recherches par formules, et en même temps à prendre en considération d’autres éléments qui peuvent contraindre la recherche dans le corpus à travers des marques langagières.

Continuer la lecture

  1. Même si « en tant que+nom/adjectif » semble être de loin plus fréquemment utilisé []

A la recherche des marqueurs argumentatifs

Assimakis Tseronis

Chercheur post-doctorant, LCP (CNRS) et GSPR (EHESS)

Quand on cherche à décrire les formes d’argumentation et de jugement à l’œuvre dans les controverses à l’aide du logiciel Prospéro1, on doit prendre appui sur la surface linguistique afin de repérer les arguments avancés par les différents acteurs. Cela signifie que l’analyse part des mots, des locutions ou des configurations discursives susceptibles de faire apparaître les passages dans lesquels les acteurs s’engagent dans une activité argumentative. Au demeurant, on aimerait bien que ces mots, locutions ou configurations discursives nous aident à identifier un aspect particulier ou une étape précise dans l’activité argumentative, et pas seulement indiquer qu’on a affaire à de l’argumentation plutôt qu’à de la narration, par exemple. Partant de ce point de vue, deux questions interdépendantes se posent préalablement à toute entreprise de caractérisation systématique des formes argumentatives :

  1. Quels sont les aspects argumentatifs du discours que nous cherchons à repérer ?
  2. Comment peut-on repérer ces aspects sur la surface linguistique du discours ? Continuer la lecture
  1. Voir F. Chateauraynaud, Prospéro. Une Technologie Littéraire pour les Sciences Humaines, CNRS Editions, 2003. []