Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?

Pistes pour un web socio-historique

L’Internet a engendré une profonde réorganisation des relations entre les plans cognitifs et politiques en créant un laboratoire ouvert pour le développement des compétences critiques des acteurs les plus divers et en rendant encore plus visibles leurs capacités de configurer leurs mondes1. Ces transformations ont, à l’évidence, eu des effets sur le développement des controverses et des conflits, dont le mode d’existence est désormais double.  Quoique l’on puisse s’interroger sur la nature de ce dédoublement  : après tout, le Web ne compose pas un « monde virtuel » séparé d’un « monde réel » mais fournit au contraire de nouveaux opérateurs de recoupement aux protagonistes les plus divers.

Web connexionniste

Aujourd’hui, la prééminence des moteurs de recherche sur les annuaires et les portails, qui ont marqué les débuts du Web, est incontestable.  Pourtant la supériorité cognitive des seconds, généralement développés par les experts de domaines spécialisés, est rendue manifeste par l’analyse des pratiques en contexte2.

Les moteurs, et Google en particulier, présentent deux avantages : d’un côté un maniement des plus simples, qui ne demande aucune conception typologique préalable quant à l’objet de la recherche, de l’autre l’utilisation systématique de la structure en réseaux du Web. L’essentiel de leur capacité massive d’indexation et leur vitesse d’exécution reposent ainsi sur la congruence de leurs algorithmes vis-à-vis de l’univers connexionniste qui sous-tend le Web. Bien que cela puisse sembler redondant, on peut ainsi parler d’une approche connexionniste du Web pour désigner les outils et les protocoles qui utilisent principalement des nœuds et des liens pour construire leurs espaces de calcul, et reconstruire sur leurs serveurs un miroir de la partie indexée du réseau.

Web sémantique

De quels types d’objets logiques, taxinomies, classes ou catégories ont besoin les utilisateurs du Net pour hiérarchiser et retrouver les informations ?3 La prédominance des moteurs a ainsi contribué au développement de différentes approches « formelles » de la recherche d’information, dont témoignent les multiples tentatives pour normaliser les contenus, les systèmes d’index et les balises utilisés par les sites et les pages de façon à permettre aux protocoles informatiques de répondre automatiquement aux requêtes des utilisateurs. Bien que formulée au départ dans les termes d’une approche coopérative de la recherche d’information, dans laquelle les activités humaines fonctionnaient à parité avec les automates conçus par les ingénieurs4, l’idée de Web sémantique a progressivement pris l’allure d’une tentative de formalisation destinée à réduire les sources de bruit et d’incertitude dans la recherche automatisée d’informations. Or, à cette approche normalisatrice, on peut opposer plusieurs arguments :

  • la logique de déplacement continu des usages du Web laisse perplexe sur la possibilité d’une organisation sémantique formelle fondée sur des classifications universelles de classes et de niveaux d’informations voués à changer de sens selon les contextes et la nature des situations ;
  • on peut faire valoir que le caractère collectif et distribué des usages informationnels et communicationnels du Web est rarement intégré dans la norme autrement que dans sa finalité.
Amphitéatre de Camillo

Giulio Camillo (c. 1480 – 1544) proposait un modèle d'amphithéâtre de la mémoire

Web socio-historique

Cette orientation engage une troisième version possible du Web : un Web socio-historique5 qui tient compte de deux aspects importants pour toute élaboration de connaissances collectives :

  • le caractère controversé et partant incertain d’un grand nombre d’informations ;
  • la dimension temporelle, proprement historique, qui pèse sur l’interprétation des informations dès lors qu’elles doivent, pour être intelligibles, non seulement être remises dans leur série chronologique, mais être également replacées dans leur temporalité propre.

En réalité, ces deux aspects interagissent fortement et conduisent à ancrer la production des informations dans la série des événements, des affaires ou des controverses qui ont conduit à la stabilisation de connaissances partagées, de catégories collectives ou de lieux communs. Dans cette approche, la manière de concevoir les bibliothèques virtuelles est décisive : elles doivent rendre accessibles les processus de transformation par lesquels se sont constitués ou sont en train de se constituer des savoirs, et donner une place centrale aux procédés argumentatifs et aux jeux d’acteurs qui les portent6.

Quelle place pour la socioinformatique dans tout ça ?

Les usages de Prospéro et de Marlowe visent la mise en partage7,  sous un modèle dynamique, de corpus évolutifs dont la composition est irréductible au jeu des acteurs sur le Web, même si les interactions sont nombreuses :

  • Internet est devenu le principal fournisseur de sources sur de nombreux sujets ;
  • Ces sources sont liées à des sites ou d’autres scènes d’action sur le Web ;
  • Certains objets dialogiques relèvent complètement de cette arène et doivent être traités en conséquence.

Après avoir accumulé pendant des années des sources diverses autour de dossiers comme l’amiante, le nucléaire, les OGM, les nanotechnologies, … on constate aisément que la disponibilité des corpus ne clôt pas la recherche d’informations et que le chercheur passe autant de temps à fouiller son corpus qu’à surfer sur le Web.  Ce dédoublement de l’espace  informationnel s’explique par plusieurs raisons :

  • L’exhaustivité n’est jamais accomplie, de nouvelles sources sont découvertes ou mises à jour au fur et à mesure de l’enquête ;
  • La définition du champ de recherche peut être toujours remise en cause ;
  • Des pans entiers de discussion peuvent surgir sur un support – ce qui nourrit le désir de l’aspirateur à buzz qui ramènerait tout ce qui se dit sur un sujet vers le même espace de calcul.

Aussi, après des années d’accumulation de corpus sur un modèle statique et individuel, modèle assez classique en dépit des échanges qu’il permet, les outils socioinformatiques gagnent à évoluer vers des structures plus dynamiques engendrant, au-delà des fonctions initiales de documentation numérique, un nouvel espace de raisonnement relatif aux sphères auxquelles renvoient les corpus. Le projet Chéloné a pour objectif de supporter cette dynamique et d’équiper des enquêtes réinterrogeant sans cesse leurs objets, en examinant notamment comment les sites, blogs et autres forums du Web sont représentés dans les corpus et, symétriquement, comment les séries, les jeux d’auteurs-acteurs et d’arguments sont mis en série et comparés sur les supports du Web.  Techniquement, cela veut dire disposer de multiples descripteurs liant les textes, leurs auteurs ou leurs supports à des propriétés du réseau.

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

GSPR – EHESS


1. Voir D. Cardon, « La trajectoire des innovations ascendantes », texte de support de la communication à l’école d’été « Modèles et modélisations de l’internet », GDR « TIC et Société », Batz-sur-mer, 5 septembre 2005.

2. Selon Manuel Zacklad, la navigation sémantique à l’aide de cartes fondées sur des schémas de classification produit une meilleure qualité de recherche d’information que les moteurs de recherche. Voir M. Zacklad, « Introduction aux ontologies sémiotiques dans le Web Socio Sémantique », Actes de la conférence Ingénierie des Connaissances, Nice, 2005.

3. Sur les tensions et les aménagements entre catégorisation et logique de réseau dans la production coopérative d’une annuaire, voir la thèse de C. Lejeune, Sociologie d’un annuaire de sites Internet. Les sciences documentaires saisies par l’informatique libre, Université de Liège, septembre 2004.

4. T. Berners Lee et al., « The Semantic Web »,  Scientific American, may 2001.

5. M. Zacklad parle de « Web Socio-sémantique » (W2S) pour désigner les architectures issues de pratiques collectives distribuées.

6. Sur les « communautés épistémiques », voir entre autres B. Conein, « Communautés épistémiques et réseaux cognitifs : coopération et cognition distribuée », Revue d’Economie politique, Numéro spécial, 2003.

7. Voir F. Chateauraynaud,  « Faust, la société de l’information et le village sociologique ». Texte de la Journée d’études, Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ?, (BPI et GDRi Mondes Lettrés), Institut national de l’Art, Paris, mars 2007.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.