Comment créer de toute pièce un déficit de scientificité en donnant une leçon d’épistémologie

Francis Chateauraynaud

Fin 2009, la revue Enquête publiait un numéro entièrement consacré à l’épistémologie des sciences sociales, autour de la question du mode de cumulativité des différentes disciplines, représentée chacune par un contributeur1. Difficile d’ouvrir un débat avec un seul représentant par discipline, mais l’objectif était avant tout d’explorer l’ensemble des domaines des sciences sociales, de l’économie à l’anthropologie et de l’histoire à la démographie. Au-delà d’un panorama purement académique, quel était donc l’enjeu de cette publication collective ? Dans la conclusion de l’article qu’il a consacré à sa propre discipline, Bernard Walliser, le coordinateur du volume, ne cache pas son espoir de voir bientôt converger les disciplines autour d’un même modèle de cumulativité. Le rapprochement de l’économie et des « autres sciences sociales » y est même posé comme inéluctable :

« Les programmes cognitiviste, évolutionniste ou institutionnaliste sont communs avec la psychologie, l’ethnologie ou la sociologie et favorisent un dialogue avec ces disciplines. L’affaiblissement des modèles facilite l’insertion directe de concepts et de mécanismes issus de la psychologie cognitive (émotions, réputations) ou de la sociologie (conditionnement social, références culturelles). L’expérimentation en économie obéit désormais à des règles méthodologiques aussi strictes qu’en psychologie sociale ou en science politique. Les mesures économiques intègrent de fortes composantes psychologiques, posent des problèmes d’acceptation de nature politique et ne sont efficaces que sous de strictes conditions sociologiques. Ainsi, malgré quelques réticences corporatistes, la question de la constitution d’une ‘grande science sociale’ ne relève plus du domaine de l’utopie. »2

Créer enfin une « grande science sociale » parfaitement unifiée, voilà de quoi satisfaire aux exigences de refonte institutionnelle formulées en haut lieu ! Décalage éditorial aidant, Bernard Walliser n’avait sans doute pas anticipé , ou pas complètement, la crise de la recherche du printemps 2009. Mais en dénonçant des « réticences corporatistes » il suscite un doute légitime sur le sens du propos. Il est vrai que depuis quelques années toute opposition aux processus de réforme de l’université et de la recherche est interprétée comme le produit d’un « immobilisme» (Sarkozy, 2009) ou de « restes d’idéologie », que le nouveau modèle gestionnaire, prenant appui sur de nouvelles générations, parfois dépeintes comme unanimement tournées vers la figure du chercheur-entrepreneur, a pour objectif d’éradiquer. En réalité, ce modèle suscite pas mal de résistance. Pour ne prendre que l’économie, on voit se créer, fin 2009, une Association Française d’Economie politique dont l’objet principal est de prendre le contre-pied de l’économie dominante, en contestant précisément l’évidence de la démarche expérimentale en économie :

« Le constat est désormais accablant : ossification des canons de la scientificité autour de normes extérieures à toute interrogation proprement économique (promotion des publications dans les revues au détriment des ouvrages ; disqualification des travaux en langue française ; confrontations empiriques bornées aux seuls tests économétriques) ; abandon de tout débat théorique ou méthodologique dans un champ qui pouvait s’enorgueillir d’avoir connu de grandes controverses scientifiques ; danger d’annexion des autres sciences sociales par une science économique définie comme un ensemble de techniques « éprouvées » (théorie des jeux, économétrie) en lieu et place d’un dialogue véritable entre les disciplines ; incapacité de l’économie dominante à proposer une lecture du monde susceptible d’éclairer et de nourrir le débat démocratique. » 3

Le débat qui traverse l’économie est-il transposable en sociologie où la diversité des approches et des styles est plus facilement admise par les instances académiques ? Si l’on en croit Alban Bouvier, c’est tout a fait possible et même plus que souhaitable. Selon lui, l’accent mis sur la multiplicité des paradigmes sociologiques a trop longtemps fait obstacle à la mise aux normes scientifiques de la sociologie4. Le fait que des normes scientifiques puissent être édictées d’un point de vue méta-théorique, à partir de canons logiques, sans aucune mise à plat des structures et des pratiques de recherches effectives, semble aller complètement de soi pour l’auteur. On peut douter de l’efficacité performative d’une telle approche dans la discipline, mais il n’est peut-être pas inutile de regarder précisément le type de raisonnement suivi.

Un nouvel épisode de la guerre des Gaules ?

Avant d’entrer dans la discussion de ce que fait l’épistémologie de Bouvier à la sociologie, quelques observations liminaires sur le sens d’un tel exercice dans ce carnet. Consacré à des travaux menés sur des corpus et aux problèmes méthodologiques qu’ils posent à des groupes de chercheurs investis dans des programmes empiriques, de longue haleine, travaux fondés depuis longtemps sur l’idée d’une accumulation réflexive, ce carnet n’a pas pour vocation de créer ou d’attiser des polémiques  et des règlements de comptes, fussent-ils purement conceptuels ou fondés sur des incompréhensions mutuelles5.  Cela dit, en faisant part des doutes issus de la lecture du dernier volume d’Enquête, ne vais-je pas créer un précédent, et favoriser le glissement de la discussion technique vers la polémique et l’argumentation ad hominem ?

Jules César et la guerre des Gaules

Tout dépend de la manière dont ces lignes sont lues et de la possibilité, ou non, d’ouvrir le débat sur les attendus épistémologiques partagés par les auteurs réunis par ce numéro d’Enquête –au sujet desquels je ne me livrerai pas au traditionnel dévoilement sociologique, bien qu’il soit très facile de discerner un jeu d’affinités plus qu’électives dans la composition de l’ouvrage.  Ne réduisons pas trop vite un ensemble de propositions formelles visant la normalisation des sciences sociales à un jeu d’acteurs, même si le contexte peut donner prise à une telle opération de dévoilement. Comme indiqué plus haut, les textes publiés par Enquête surgissent à l’issue d’une période critique, marquée par d’intenses mobilisations contre les outils forgés par l’AERES. Dans quelques décennies, un historien des sciences sociales n’aura aucun état d’âme à rapprocher ce contexte de crise et une  opération collective pour énoncer les conditions de scientificité des différentes sciences sociales dont il s’agit visiblement de refonder l’autorité épistémique. Or le thème choisi, la cumulativité, est par nature à double sens – pointant aussi bien vers le calcul économique que vers la logique savante proprement dite. Mais, s’il est possible de lire l’entreprise épistémologique de la revue Enquête comme un coup de force visant les épreuves de sélection de ce qui doit être retenu comme valide par les institutions scientifiques, l’objet de ce billet est surtout d’inviter à entrer dans les arguments. Ayant l’impression que cet opus est quelque peu passé inaperçu, j’invite

à lire les articles qu’il contient et à rétroagir sans retenue aux brèves remarques qui suivent. En préférant la confrontation argumentative ouverte à la déférence silencieuse ou à la pure dénonciation, peut-être pourrons-nous contribuer à expliciter un certain nombre de tensions épistémiques propres aux configurations contemporaines et qui ont manifestement échappé au groupe des épistémologues6.

Contraintes posées a priori, en amont de toute recherche sérieuse, au nom de la bonne vieille tradition …

 

Selon Bouvier, pour parler de cumulativité en sociologie, et plus généralement dans les sciences sociales, « il faut que certaines conditions formelles et matérielles soient préalablement remplies » (art. cit. p. 287). L’indicateur argumentatif pertinent de l’énoncé, qui semble de bon sens, est l’adverbe « préalablement »7. La leçon d’épistémologie se conçoit souvent en effet comme préalable à l’enquête et à la recherche, plus rarement comme réévaluation ex post, à fin de tirer au clair le cheminement suivi ou d’aider à généraliser ce qui a été produit sur un cas ou par une série de travaux convergents. C’est là une des sources de l’ « agacement épistémique » que produit, chez le chercheur de terrain,  la « posture » du donneur de leçon épistémologique8. La dite « posture » est sans doute assez partagée par tous les épistémologues en titre des sciences sociales : considérer les conditions préalables de la science dont il s’agit d’établir une fois pour toutes les conditions de possibilité. En soi, cette forme de raisonnement a priori n’a absolument rien de nouveau puisqu’elle prolonge une longue tradition, celle de la philosophie de la connaissance, dont l’apogée est formée par l’architectonique kantienne9.

Sans relever et commenter chaque formulation, l’examen détaillé des propositions avancées fait poindre d’étranges problèmes logiques, que l’on ne s’attend pas à rencontrer chez un auteur qui place le raisonnement formel en amont de toute activité scientifique. Un exemple devrait suffire – Bouvier défendant l’idée qu’un cas de faillite suffit pour invalider un système formel :

« La plus évidente de ces conditions formelles – qui est loin d’être toujours remplie en sociologie – est que l’on ait affaire à un discours de type scientifique, i.e. à visée descriptive et explicative ; il doit, en outre, être clair qu’une explication doit avoir une portée générale (sinon universelle) dans un domaine donné (elle ne doit pas être ad hoc). » (art. cit. p. 287-288)

La formulation de ces « conditions épistémologiques élémentaires » est troublante : si une condition formelle est évidente, elle ne peut être en même temps « loin d’être toujours remplie », même si l’exception qui peut confirmer la règle est formée par cette sacrée discipline rebelle ou rétive qu’est la sociologie ! Ne pourrait-on plutôt écrire par exemple : en sociologie, il ne va pas de soi de formuler une condition formelle préalable quant à la scientificité de la discipline ? Il peut même être caractéristique de celle-ci d’incarner un espace de variations des conceptions de l’objectivité – principe de variation que l’on peut tout aussi bien trouver au principe de la science moderne10. Par ailleurs, dans l’énoncé précédent, la visée compréhensive et la démarche analytique sont soit absorbées dans le descriptif et l’explicatif, soit exclues de l’idée de science – ce qui permet à Bouvier d’évacuer de la discussion tout un ensemble de paradigmes qu’il qualifie de « littéraires ».

Le style argumentatif de l’épistémologue des sciences sociales

Outre les marques déontiques (« on doit » / « on ne doit pas ») qui saturent depuis toujours les discours épistémologiques, on remarque également, sur ce seul fragment, la présence d’une figure rhétorique dont la fonction n’est pas clarifiée en dépit de la formule introductrice utilisée, particulièrement autoritaire : « il doit, en outre, être clair que X ». Qu’est-ce qui doit donc être clair, c’est-à-dire indiscutable, faute sans doute de sombrer dans l’irrationalisme ? Qu’un discours à prétention scientifique, nous dit Bouvier, doit avoir « une portée générale (sinon universelle) ». Certes, le général n’est pas l’universel mais celui-ci doit être l’idéal poursuivi.  A quoi sert donc la locution « sinon » qui précède la mention de la contrainte d’universalité ? En général, l’usage de « sinon » se décline en plusieurs significations comme « à l’exception de », « sauf », « faute de quoi », ou « si ce n’est », significations qui se rapprochent parfois de « voire » ou de « peut-être même ». Diable ! Le passage du général à l’universel relèverait-il d’une logique floue ? Dès que l’on prend la peine d’examiner de près le mode d’articulation du discours épistémologique sur la sociologie, il ne paraît pas plus résister que celui de ses cibles favorites que forment les amateurs de métaphores et de confusions des genres 11. Mais ce n’est pas tout : à cette contrainte forte, Bouvier ajoute l’idée de « domaine donné » – ce qui laisse indéterminé le mode de production du domaine en question : donné par qui ? Par l’institution scientifique évidemment, et donc par ses porte-parole légitimes seuls habilités à dire ce qui relève d’un domaine – sans quoi le test du caractère ad hoc ou non de l’explication qui doit être évaluée est impossible !

L’édifice logique semble ainsi reposer sur la sociologie de la science dans sa version la plus classique, telle qu’élaborée par Robert K. Merton. La projection d’une conception institutionnaliste de la science dans une axiomatique n’est pas en soi problématique, mais il faut en tirer toutes les conséquences sur l’évaluation de la scientificité des recherches. Car, avec une telle conception de la validité pour un domaine donné, la vie devient difficile pour tous les chercheurs frontaliers qui s’efforcent de saisir des objets multi-facettes, des objets-frontières, pris entre plusieurs disciplines ou plusieurs programmes, et non encore reconnus par l’académie. Il est vrai que si l’on distingue la recherche et la science alors on peut s’en tirer un peu mieux. Cela permet d’ailleurs de déplacer l’anathème habituel et de proclamer par exemple que « des scientifiques on en trouve mais des chercheurs on en cherche ! »

En vérité, ce qui motive cette mise en discussion de l’indiscutabilité des normes épistémologiques, ce n’est pas, ou pas essentiellement, la forme argumentative utilisée : c’est plus directement l’incapacité foncière dont font preuve les épistémologues de la sociologie à partir de l’activité scientifique même, de ses objets et des méthodes qu’elle développe. En effet, l’ensemble des possibles doit d’abord être énoncé dans un espace assertorique fermé, dont l’explicitation permet ensuite d’évaluer les sociologies, de les trier – le mot « tri » étant tellement connoté qu’il est précautionneusement mis entre guillemets par Bouvier (p 288). Cela évoque les précautions lancées parfois par votre chirurgien-dentiste : « ça va faire un peu mal, mais dès que c’est trop fort vous me dites d’arrêter »  – rude épreuve pour un patient qui ne peut pas ouvrir la bouche ! Or, précisément, c’est ce qui se déroule ici sous nos yeux : non seulement il n’y a pas de mise en présence de contre-discours12 – mais il n’y a pas moyen de représenter les recherches en train de se faire et surtout les instruments que ces recherches forgent, adaptent, mettent en discussion, transforment, déplacent – ce que nous faisons précisément dans un carnet comme celui-ci… Halte-là ! Entrer par les instruments, ce serait de l’empirisme radical ! C’est là par définition la cible majeure de tout donneur de leçon épistémologique :  le patient travail d’accumulation de données et de mise au point d’instruments ne saurait venir au contact du discours épistémologique sans en annuler illico la portée ! L’épistémologie ne saurait se réduire à la simple méthodologie, toujours entachée de technique, de bricolage et d’ajustement13.

Face aux assertions méta-théoriques, on peut toujours rester bon public et se poser une question simplement pragmatique : que donne in fine le tri sélectif produit par l’axiomatique de Bouvier ? Est-il au moins efficace ? Qu’apporte-t-il de neuf par rapport au livre de Jean-Claude Passeron sur le raisonnement sociologique et son inscription dans l’histoire ?14  D’après Bouvier, deux genres ou postures, bien que quantitativement dominants dans la discipline, ne relèvent pas de la sociologie scientifique : le genre phénoménologique et le genre critique. L’ethnométhodologie sert d’exemple pur et parfait pour le premier genre, incarnant une posture radicale qui vise la restitution pure de l’expérience, sans interprétation et a fortiori sans modèle explicatif. Là encore, c’est faire peu de cas des innombrables variantes nées des discussions suscitées par le cercle des premiers ethnométhodologues15 ; la seconde posture met en scène un ennemi plus classique de la science pure : la critique sociale, longtemps représentée par la critique marxiste. On la trouve pêle-mêle « chez Bourdieu, chez le Boltanski du Nouvel esprit capitaliste [sic], chez Alain Caillé », auteurs que Bouvier n’hésite pas à rapprocher de leur cousin germain : Jürgen Habermas. Quand on connaît le processus par lequel  l’école de Boltanski a rompu avec la sociologie critique – même si, ironie de l’histoire, le maître y est retourné pour renouer avec les tendances actuelles16 -, et l’histoire déjà longue des réflexions d’un des pères du mouvement anti-utilitariste français, Alain Caillé, qui avait dénoncé très tôt l’utilitarisme de la sociologie de Bourdieu17, ou encore si l’on se souvient de la longue ignorance mutuelle entre Bourdieu et Habermas18, on est en droit de se demander d’où sort la représentation du champ de la sociologie qui nous est assénée : la moindre des choses, en régime de scientificité, eût été de croiser une cartographie de positions établie à partir de critères plus explicites que des libres associations de noms propres, et surtout de replacer les dites « postures » dans leurs dynamiques propres ou leurs processus de transformation !

Cela dit, Bouvier n’entend pas réduire la sociologie critique à un front de gauche, même désuni, puisqu’il rappelle qu’il y a également une « critique de droite » et même une « critique morale » comme chez Boudon et Pharo –  auteurs brutalement rapprochés pour avoir en commun de lier « de façon intrinsèque sociologie morale et philosophie morale » (p. 290). Au passage, il est piquant de relever que Nathalie Heinich, décrite comme « une des anciennes élèves de Bourdieu », pratique quant à elle une « démarche purement sociologique » dans laquelle Bouvier voit « un progrès du point de vue de la cumulativité même de la sociologie » (p. 290n). Là on se dit qu’en effet, le tri devient très sélectif – surtout quand l’auteur oublie que l’appareil méthodologique de la sociologue de l’art est largement issu des travaux d’auteurs comme Boltanski ou Latour (mise à distance de la critique, suivi des acteurs, symétrie, etc) lesquels se trouvent précisément rejetés comme représentants du « style littéraire » de la sociologie (p. 297 ). De quoi y perdre son latin…

Sans entrer plus avant dans l’analyse du point de vue de Bouvier sur la sociologie française,  dont le défaut majeur  semble bien être de ne pas avoir engendré la figure idéale du social scientist, comme celle de James Coleman, on doit quand même relever, derrière les jugements un peu rapides portés sur les œuvres et les auteurs, l’existence d’une  ligne de force. En effet, dans l’argument de Bouvier, une hiérarchisation s’exprime continûment : comparée à l’économie, la sociologie serait en situation de déficit. Ce qui n’a rien d’étonnant puisque le paradigme sous-jacent qui sert d’idéal épistémique à l’auteur, qui a fait ses premières armes en s’attaquant à la pensée de Pareto, est celui de la théorie du choix rationnel. La thèse centrale de Bouvier se résume aisément : les conflits de paradigme sont moins décisifs pour rendre compte du déficit de scientificité de la sociologie – et partant de sa capacité cumulative – que l’absence d’exigence formelle dont il tire la substance d’autres disciplines : conditions épistémologiques, conditions linguistiques ou discursives, conditions logiques ou architectoniques : « Or une grande partie de la production sociologique – y compris d’excellente qualité eu égard à certaines normes (par exemple à certaines normes argumentatives) – ne satisfait que très partiellement à ces conditions. » (p. 321)

Pour tenter d’y voir clair et contribuer à séparer le bon grain de l’ivraie, Bouvier reprend la distinction de Paul Veyne entre sociologie historique et histoire sociologique : d’un côté les études théoriquement orientées mais exemplifiées ; de l’autre, les études tournées vers des cas (case oriented) mais éclairées par des concepts. A partir de cette distinction qui permet selon lui de trier les sociologies en dépassant l’opposition de la théorie pure et de l’empirisme radical (qui aurait été faussement dramatisée par Wright Mills), il y a moyen, dit Bouvier, de sauver la dignité épistémologique de la discipline. Ce qui donne un argument comme celui-ci :

« On ne doit pas confondre, en effet, le ‘désordre’ dommageable et particulièrement voyant de la sociologie (au sens institutionnel du terme), dont la pluri-paradigmaticité n’est qu’un aspect, avec l’autonomisation de certains des sous-domaines de la sociologie comme science sociale générale, autonomisation qui pourrait, quant à elle, être salutaire. Si la démographie et l’économie sont plus cumulatives que la sociologie, c’est certainement d’abord parce qu’elles satisfont nettement mieux à des conditions formelles du type de celles  que j’ai dégagées » (p. 321)

L’idée que l’on puisse préférer au langage des conditions de possibilité celui de la possibilisation, et partant de l’invention, ne semble pas effleurer l’épistémologue. Pire, il s’agit de réfuter l’idée que la levée des contraintes de scientificité a priori, leur déplacement ou leur simple inflexion, puisse former un ressort majeur de l’invention sociologique face à des objets qui ne se laissent pas facilement réduire dans des espaces de calcul et de mesure – à l’image de la démographie ou de l’économie, qui ont réussi le coup de force de renvoyer vers les marges, pour une certaine durée, les paradigmes alternatifs ou critiques19. En gros, les sirènes de l’invention et de la créativité conduiraient nécessairement en dehors de la science. La discussion proposée par Bouvier des insuffisances des travaux contemporains qui s’attaquent aux rapports « micro-macro » ou « micro-méso » est de ce point de vue surprenante. Car l’insatisfaction du théoricien qui ne voit pas venir une nouvelle théorie générale qui fasse l’accord entre les sociologues est parfaitement contradictoire avec l’idée d’ajustement et de précision dans les langages de description, les modèles et les ontologies !20

Boucle conditionnelle

La boucle ne sera jamais bouclée

Oui, bon, enfin, où  cela nous mène-t-il ?! est en droit d’objecter l’amateur d’épistémologie : cette charge contre la pensée normale ne répond pas à la question de la scientificité de la sociologie !  Elle pose en tout cas que cette réponse ne saurait venir d’un quelconque perchoir ou d’une position surplombante. Ce sera  sans doute un des objets du fil de commentaires ou de prochains billets, mais au lieu de trancher de manière autoritaire et a priori, abrité sous un cadre de publication inattaquableau sens où le lecteur ne peut pas directement répondre ((Le contrat de lecture asymétrique est largement subverti par le Web 2.  Difficile en tout cas d’invoquer les lecteurs, de les qualifier, de leur attribuer des interprétations, vraies ou fausses, en leur clouant le bec puisqu’il peuvent surgir à tout moment))- commençons par déployer les termes de la controverse sur le type de science que forme la sociologie, en prenant en compte au moins trois tendances en conflit : la propension à l’unification selon des normes et des standards univoques21 ; l’injonction à l’interdisciplinarité22 ; l’approche pragmatique et distribuée des connaissances et des instruments qui les soutiennent. Le numéro de la revue Enquête fournit un bel exemple de dérive épistémologique occasionnée par l’absence de savoir-faire en matière d’analyse des controverses. Bien sûr, lorsque l’on prend la peine d’entrer dans les différents articles, on découvre des nuances et même quelques divergences – comparer par exemple la contribution de Pierre Livet, plutôt constructive, et celle d’Alban Bouvier beaucoup plus  critique sur l’état des pratiques. Mais ce qui est regrettable, c’est que ces contributions ne s’orientent pas du tout vers un débat ouvert. L’impression qui se dégage de l’ensemble est malgré tout celle d’une entreprise normative singulièrement décalée, évoquant à bien des égards les avis remis par l’académie des sciences ou l’académie de médecine face à des sujets complexes et controversés. Le fait qu’une telle image puisse venir à l’esprit en dit certainement autant sur le lecteur que je suis que sur le contenu du volume, mais j’ai du mal à ne pas voir dans cette publication à la fois l’expression d‘une névrose du contrôle (version faible) et un plaidoyer pour la création d‘une sorte de Haute autorité de la recherche en sciences sociales (version forte) !

Lorsqu’il s’agit de légiférer en matière de scientificité des sciences sociales, la moindre des choses est d’ouvrir la discussion à l’ensemble de ceux qui produisent des données, des modèles ou des programmes – pour reprendre la segmentation en couches utilisée dans l’ouvrage, et qui renvoie à la représentation de l’activité de recherche que se font des auteurs placés depuis longtemps en position de surplomb. Pas étonnant du même coup qu’un sociologue comme Alban Bouvier semble ignorer les multiples fronts de recherches ouverts depuis de nombreuses années, préférant la congélation des œuvres à l’agitation créatrice qui caractérise les secteurs les plus dynamiques des sciences sociales contemporaines. Mais peut-être ai-je manqué le contrat de lecture : peut-être s’agit-il en fait d’un chapitre d’histoire intellectuelle de la sociologie des années 1970-1990, auquel cas une partie des objections tombent d’elles-mêmes. Rien de tel pour se faire une opinion que de consulter l’article en question et de laisser des commentaires ici-même. Prudence quand même  ! Gare à ne pas rallumer la guerre des sciences au coeur-même des sciences sociales – cela pourrait réveiller les pulsions patasociologiques du Dr Sokal !

  1. B. Walliser (Dir), « La cumulativité du savoir en sciences sociales », Enquête, EHESS, 8, 2009. []
  2. B. Walliser, « Les trois sources de la cumulativité en économie », ibid. p. 241 []
  3. Voir ce qui est dit sur la méthode expérimentale dans l’allocution d’André Orléan lors de la Journée de lancement de l’AFEP le 17 décembre 2009 []
  4. A. Bouvier, « A quelles conditions la sociologie peut-elle être cumulative ? », op. cit, p. 277-325 []
  5. Voir Y. Gingras, « « Please, Don’t Let Me Be Misunderstood »: The Role of Argumentation in a Sociology of Academic Misunderstandings », Social Epistemology, 2007, 21:4, 369 – 389 ; M. Angenot, Dialogues de sourds. Traité de rhétorique antilogique, Paris, Mille et une nuits, 2008 []
  6. Le numéro d’enquête a été conçu comme un hommage à Jean-Michel Berthelot disparu prématurément et dont l’œuvre est tout entière consacrée aux tensions épistémiques entre théorie sociologique et logique formelle, notamment autour de la question de la preuve. Voir J.M. Berthelot, L’intelligence du social, PUF, 1997 []
  7. La notion d‘indicateur argumentatif est entendue ici au sens technique que lui donnent Frans van Eemeren et ses collègues, dans Argumentative Indicators in Discourse. A Pragma-Dialectical Study (Springer, 2007) ; voir plus proche de nous les travaux de Assimakis Tséronis []
  8. Notons que le terme de « posture » est précisément celui qu’adopte Alban Bouvier lui-même pour parler des « genres » de sociologies []
  9. Dans la Critique de la raison pure, Kant définit l’architectonique comme la mise en système de ce qui est scientifique dans notre connaissance en général. []
  10. Sur l’histoire de l’objectivité, il faut lire l’ouvrage de Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivity, NY, Zone Books, 2007. Suivant le statut des images dans les sciences sur plusieurs siècles, les auteurs montrent comment le modèle d’objectivation de l’image scientifique se transforme, passant de la reproduction de la nature (truth-to-nature) à l’objectivité mécanique (mechanical objectivity) puis à l’interprétation experte (trained-judgment), ce qui conduit en pratique à une superposition des modèles épistémologiques, superposition affrontée par le « sujet scientifique » qui supervise ce qui entre et sort du laboratoire. On est loin d’une objectivité simplement définie comme « neutralité axiologique » ou comme pur système formel articulant logiquement des propositions qui n’ont aucune prise sur le monde – et a fortiori aucune « prise de vue » ! La tendance à concevoir la science comme un système formel a marqué le positivisme logique, fortement remis en cause par les changements de paradigmes de la science contemporaine. Voir J.-M. Lévy-Leblond, La vitesse de l’ombre. Aux limites de la science, Paris, Seuil, 2006. []
  11. Bruno Latour est une cible récurrente chez Bouvier, lequel reprend volontiers à son compte l’accusation d‘abus des métaphores qui fut au centre de l’affaire Sokal – tout en évitant de la citer ouvertement. Dans le papier en question, on trouve un paragraphe qui souligne à la fois la « cumulativité incertaine » du programme fort de la sociologie des sciences, ce qui serait lié à des « défauts de conceptualisation », lesquels, outre le « constructivisme » épistémologique, sont aggravés par la multiplication démesurée des études de cas concernant la « science en train de se faire » -accumulation non-cumulative donc, car elle interdirait de facto toute fixation de  contrainte formelle ! []
  12. Est-ce le résultat d’une mise à distance volontaire de tout « dialogisme » ? Dans des textes pas si anciens, Alban Bouvier semblait trouver son bonheur dans l’œuvre de Mara Beller soulignant précisément l’importance du dialogisme dans le processus de découverte scientifique. M. Beller, Quantum Dialogue, The Making of a Revolution, University Of Chicago Press, 2001. []
  13. Et lorsque, de surcroît, l’informatique s’invite dans la discussion, on sort littéralement du cadre académique… l’épistémologie sociologique fonctionne clairement à rebours vis-à-vis du manifeste des Digital Humanities. []
  14. J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991 []
  15. Voir L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, La Découverte, 2001. []
  16. L. Boltanski, De la critique. Une sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, 2009 []
  17. A. Caillé, « La sociologie de l’intérêt est-elle intéressante (à propos de l’utilisation du paradigme économique en sociologie) », Sociologie du travail, n°3, 1981, p.257-274 []
  18. A l’exception d’œuvres tardives comme Le discours philosophique de la modernité, ouvrage dans lequel Habermas s’attaque aux conceptions du pouvoir et de la domination, chez Foucault et Bourdieu … []
  19. Voir de nouveau en lien avec l’Association française d’économie politique, André Orléan, « A quoi servent les économistes… surtout s’ils pensent tous la même chose ? » ; voir également M. Callon, «What does it mean to say that economics is performative?», in D. Mackenzie, F. Muniesa, L. Siu (ed.), Do economists make markets? On the performativity of economics, Princeton, Princeton University Press, 2007, p.311-357. []
  20. Voir A. Caillé et S. Dufoix (eds),  Une théorie sociologique générale est-elle pensable ? Revue du Mauss, n°24, 2004 []
  21. Pour un exemple d’application du modèle de la preuve expérimentale à des processus sociaux, voir Bernard Gomel et Évelyne Serverin « Expérimenter pour décider? : le RSA en débat », Document de travail du CEE, n° 119, juin 2009, 32 p. []
  22. voir les travaux de Patrick Trabal et ses collègues notamment le billet précédent qui porte précisément sur ce thème []

6 réflexions au sujet de « Comment créer de toute pièce un déficit de scientificité en donnant une leçon d’épistémologie »

  1. anonyme

    J’ai lu votre billet avec attention ainsi que l’ouvrage en question sur la cumulativité. J’interprète votre propos ainsi : d’abord, vous n’êtes pas fan du discours épistémologique en général ; ensuite, un tel discours ne se prête pas à la conjoncture politique actuelle. Vous dites vous-même que c’est cette conjoncture qui permet de lire ce numéro d’enquête comme une tentative de sélection de ce qui doit être retenu ou pas, en gros, par les réformes en cours, et que le décalage éditorial prête à malentendu. Dans ce cas, quel aurait été votre propos s’il n’y avait pas eu ces réformes ? Votre jugement aurait-il été plus clément ?
    Parce que personnellement, je n’ai jamais pensé faire ce lien que vous semblez faire entre la question scientifique et la question politique. Du coup, j’ai trouvé ce numéro d’enquête plutôt stimulant. Je comprends bien que le discours épistémologique puisse être agaçant pour quelqu’un qui part du terrain, mais votre désaccord avec ce discours n’est-il pas trop tranché ? Je rappelle que la question du numéro d’Enquête est sur la cumulativité, pas sur la créativité sociologique. On pourrait très bien imaginer que cohabite un discours épistémologique sur la cumulativité avec des approches « créatrices », pour l’instant non cumulatives, mais dont on pourrait à long terme dégager une cumulativité, et c’est là que le discours épistémologique prendrait le relais. En quoi le numéro d’Enquête exclut-il cela ? En tout cas, si l’on en reste au niveau scientifique ; mais précisément, je n’arrive pas à faire tri (!) entre ce que vous voulez dire sur les réformes en cours et ce que vous voulez dire sur la sociologie (même si je reconnais que les deux sont liés, je ne suis pas naïf !)
    Après, sur le fait que Le nouvel esprit du capitalisme n’est pas critique, j’ai des doutes ; il me semble que les auteurs eux-mêmes le revendiquent, mais bon ; et sur le fait qu’il existe une posture critique de droite, j’ai trouvé cela plutôt rafraichissant. Le problème est là : si l’on accepte une posture critique de gauche, il faut bien accepter une critique sociale de droite, cohérence oblige… et comme je suis de gauche et que je ne veux pas de cette critique sociale de droite, je préfère à tout prendre un discours épistémologique !
    Je ne comprends pas bien la référence à Sokal, mais ça, ça doit être parce je suis plutôt d’accord avec Sokal… ou que je ne suis pas assez au courant des courants politiques qui traversent la sociologie…
    Une autre question, la phrase suivante n’est-elle pas un discours épistémologique, inattentive à certains secteurs (pas les vôtres) des sciences sociales contemporaines ? « Car l’insatisfaction du théoricien qui ne voit pas venir une nouvelle théorie générale qui fasse l’accord entre les sociologues est parfaitement contradictoire avec l’idée d’ajustement et de précision dans les langages de description, les modèles et les ontologies ! ». Et comment faites-vous, sans discours épistémologique, pour savoir quels sont « les secteurs les plus dynamiques des sciences sociales contemporaines » ?
    J’abrège ici, ça ferait trop long, mais je voudrais ajouter que votre billet m’a plu et m’a bien remué les méninges… même si finalement je n’adhère pas à tout…
    Je poste en tant qu’anonyme, mes excuses (un peu trop jeune pour avoir le courage de mettre mon nom)

  2. Greg

    Bonjour,
    Merci pour le billet. D’accord avec l’essentiel (du haut de ma petitesse), en particulier sur le sens politique au moins « coïncident » (plutôt qu’involontaire) d’un tel discours dans la conjoncture actuelle. Je serai même plus sévère! (et si c’est utile à la compréhension, sans complexe de principe aucun à l’égard du « dévoilement »). Et je suis certainement plus sceptique à l’égard de la « cumulativité » elle-même : à la lecture des « vieux » livres me frappe autant, voire plus, ce qui s’est perdu en route que ce qui s’est plus ou moins accumulé. Mais peu importe ici.
    Heureusement, l’avantage de ce genre – pénible – d’opérations de police du savoir, c’est que le discours s’autodétruit. Il est tellement plein de trous, de failles, d’approximations et d’erreurs, de préjugés et de partis pris de toutes sortes, d’une partialité que ne masquera jamais aucune rationalisation « savante », que sa prétention à fixer les canons de la scientificité est ruinée d’avance. Elle a même un côté assez drôle, assez bouffon ; on a envie de dire, comme Deleuze à propos des psychanalystes : « c’est dans leur tête que ça va pas… ».
    La tentation d’exclure les « paradigmes littéraires » est d’autant plus inquiétante que s’il y a bien quelques chose qui manque aux SHS aujourd’hui, c’est bien le style. Il suffit de relire les « fondateurs », ou tout simplement de lire quelques lignes d’un(e) « grand(e) » historien(ne) français(e), pour s’en rendre compte. Cette confusion, ignorante ou intéressée, entre neutralité et platitude, entre objectivité et pondération (sinon mollesse analytique, voire indigence pure et simple), a eu des effets déplorables de standardisation de l’écriture en SHS. Certains y verront sans doute un gage de scientificité ; quiconque a déjà lu dans sa vie sait qu’il s’agit d’une (mauvaise) plaisanterie.
    Quant à la cumulativité et à l’objectivité, tout dépend – mais attention, je divague – quelle visée on fixe aux SHS. On peut trouver que « Le suicide » de Durkheim est un bouquin génial, non pas parce qu’il marquerait un quelconque de scientificité, mais simplement (mais c’est énorme) parce qu’il représente un moment de créativité intellectuelle admirable, qu’il entraîne une conversion du regard fascinante. Autrement dit, je préfèrerai toujours mille fois les « fictions » foucaldiennes qui font voir le monde autrement, à la véracité immaculée qui enfonce des portes ouvertes. On peut tout à fait tenir un discours « vrai », logiquement inattaquable, adéquat à son objet, et rigoureusement dénué d’intérêt. Bref, faire un travail de SHS qui vise l’objectivité ou la cumulativité, pourquoi pas ; encore faut-il savoir d’abord si l’on a quelque chose d’intéressant à dire…
    Mais je menace là mon propre message – j’arrête là, donc 😉

  3. FC

    Bonjour

    Merci de ce commentaire qui permet d’ouvrir la discussion. Je ne vais pas répondre à tout trop vite ni à chaque point trop longuement, car vos questions m’ont aussi fait pas mal réfléchir – y compris sur ce que j’avais en tête lorsque j’ai entrepris de rédiger ce billet – composé en fait pour l’essentiel au mois de mars après la lecture du numéro d’Enquête. Voici quelques éléments de réponse.

    Sur l’épistémologie en général

    En effet je ne suis pas un grand amateur d’épistémologie en général si on entend par là un plan toujours situé au niveau méta – et dans lequel on va chercher comme exemples des faits scientifiques, des théories ou des méthodes d’enquête sans les déployer et sans les mettre en œuvre sur des objets. Je crois à l’épistémologie lorsqu’elle est située, impliquée, engagée dans les processus de clarification qui concourent à la réflexivité du travail scientifique. De ce point de vue je l’ai toujours pratiquée ainsi, au cœur des enquêtes et de la nécessité de penser la relation entre les objets et les modèles ou théories – cela passe souvent inaperçu, car dès qu’il y a ancrage dans des terrains, des cas, des dossiers etc, ceux qui cherchent à énoncer des lois épistémologiques, ne lisent plus. Le meilleur exemple en est un article que j’ai publié sur la preuve dans Raisons pratiques il y a quelques années : un collègue, que je ne connais pas, a fait la recension du volume et m’a rangé parmi les articles empiriques qui exemplifient les questions de preuves à partir d’affaires et de controverses, alors que la seconde moitié de l’article rebondit sur les cas pour rediscuter des rapports entre pragmatisme, phénoménologie et philosophie analytique, en examinant les conditions d’une sociologie pragmatique de la preuve ! Bref, ce qui me frappe dans le discours épistémologique c’est à la fois son manque d’extériorité, de recoupement avec les activités réelles et donc de réalisme, et son régime discursif propre, extrêmement normatif dans son expression (ce que l’on peut / ce que l’on ne peut pas faire). Pour le reste l’épistémologie est omniprésente dans la sociologie contemporaine d’inspiration pragmatiste, mais en acte, et en tant que procédure réflexive : dans la construction des terrains et des corpus, des outils, des concepts, des cadres d’analyse et de tous les raisonnements qui en découlent.

    Créativité et cumulativité

    Vous semblez dissocier créativité d’un côté / cumulativité de l’autre. Soit en gros l’idée qu’il y a un moment d’émergence où foisonnent des idées, des objets nouveaux, où se mettent à l’épreuve des techniques etc puis une phase de routinisation, où l’on, se met à engranger du savoir de manière linéaire. Or il me semble que les deux fonctionnent constamment de pair, et que chaque mouvement créateur voit surgir en face de lui des séries de connaissances accumulées, qui servent à caler précisément ce qu’il y a de nouveau ou d’intrigant, de singulier ou d’innovant, et des séries futures qui annoncent la déclinaison à l’infini de protocoles – dans les sciences sociales, la nième analyse ou description faite dans le langage d’une théorie ou d’un modèle particulier. Inversement, les régimes de cumulativité engendrent de nouvelles questions, créent de nouveaux points de controverse, font apparaître des zones d’ombre, etc.

    Epistémologie et politique

    Le passage du billet sur le rapport entre ce numéro d’Enquête et la « crise de la recherche » qui a plus fortement marqué les sciences sociales ce coup-ci que le mouvement des chercheurs de 2004, du fait de différends fonciers sur l’évaluation et aussi sur les rapports entre recherche et « demande sociale », aurait sans doute gagné en intelligibilité si j’avais développé beaucoup plus l’aspect « qui nous parle d’ épistémologie des sciences sociales ?». Je ne porte pas véritablement de jugement sur l’ensemble du numéro : je m’en tiens aux papiers de Bouvier et Walliser car le premier construit le déficit de scientificité de la sociologie, discipline à laquelle je me sens absolument autorisé à réagir, à partir de l’économie, discipline du coordinateur de l’ouvrage. Or une des dimensions de la « critique sociale » liée au mouvement SLR-SLU est précisément l’imposition de standards tirés de l’économie à l’ensemble des sciences sociales … ; c’est en ce sens qu’il y a du politique – et qu’effectivement il vaut mieux ne pas être naïf en acceptant des énoncés normatifs sur sa discipline 😉

    L’article de Pierre Livet par exemple est pour moi d’une tout autre nature et d’ailleurs beaucoup plus constructif. Peut-être est-ce lié au fait que je pratique pas mal ses œuvres et que je partage son intérêt pour les processus de révision des croyances. Pour le reste je ne me suis pas lancé dans le « dévoilement » – sauf un lien qui joue de l’allusion que permet aujourd’hui l’hypertexte, à la position de Gérard Lenclud, qui incarne l’anthropologie dans l’ouvrage et qui s’est frotté à la rébellion de ses collègues … Quant à Jacques Revel, dont je connais bien les positions puisqu’il fut président de l’EHESS entre 1995 et 2004, j’ai sans doute lu son texte entre les lignes : à vrai dire j’ai une expérience directe de mise en politique d’une vision de l’histoire dans une institution – mais je laisse mes collègues historiens réagir s’il y a lieu sur les rapports entre créativité et cumulativité en histoire aujourd’hui. Donc effectivement rien n’est neutre.

    Retour à ou sur la sociologie critique ?

    Sur le Nouvel esprit du capitalisme c’est surtout la manière dont Bouvier l’insère sans nuance dans une énumération qui est problématique. Ce texte est surtout devenu un texte critique parce qu’il a coïncidé avec la montée de l’altermondialisme et du renouveau de la critique sociale du capitalisme – Boltanski a souvent été visionnaire pas de doute. Mais ses appuis résident dans un modèle de grammaires morales – les fameuses « cités » – or la morale et le pouvoir dans le capitalisme ça ne fonctionne pas comme dans les disputes opposant des personnes qui brandissent des principes de justice opposés : du point de vue de la justice ou de l’équité, on est dans l’instrumentalisation, la captation ou la prédation, et la création permanente d’asymétries. Du coup on peut tout aussi bien lire l’ouvrage comme une moralisation du capitalisme – lourde tâche puisque dans un monde en réseau la morale a des difficultés d’ancrage sur des mondes stabilisés et qu’elle fait face au déplacement permanent (la lecture de Deleuze est de ce point de vue extrêmement lapidaire … mais ce n’est pas l’objet ici). Pour information j’ai de longue date proposé une version alternative de l’usage par les acteurs de l’impératif de justification, que l’on trouve ici ou .

    Qu’il y ait une critique de droite, oui ça on ne peut qu’en convenir. Il est d’ailleurs dommage de s’en tenir à la seule pensée de Boudon en la matière …

    Sokal and co

    Bon sur l’affaire Sokal… Difficile en deux mots sans relancer la polémique. Mais on a pu montrer qu’il y avait pas mal d’amalgame dans les plaidoieries de Sokal, et de son ami Bricmont, et surtout, comme dans le numéro d’Enquête en question, une indifférence assez marquée pour l’activité des social scientists, attaqués essentiellement à travers de grandes figures dont le succès est plus médiatique que scientifique. Après, que l’affaire Sokal ait permis de pointer des dérives et qu’elle ait contraint à des repositionnements, c’est certain. Si Bruno Latour avait été la seule cible par exemple, est-ce que l’affaire aurait eu la même ampleur et les mêmes effets ? Bouveresse a tenté de montrer que tout provenait de mauvais usages de l’analogie – tout en réglant ses comptes avec Régis Debray … bref là aussi dissocier controverse intellectuelle et bagarre politique est quasiment impossible.


    La dynamique se révèle par l’intensité des controverses … Nous y sommes !

    La question la plus percutante de votre commentaire est la dernière : « comment faites-vous, sans discours épistémologique, pour savoir quels sont « les secteurs les plus dynamiques des sciences sociales contemporaines? » Il y a plusieurs façons de répondre : d’abord je ne retire pas l’épistémologie, je l’embarque parmi les ressorts de la réflexivité – je peux par exemple aller jusqu’à (re)lire Popper ou Lakatos si je constate que mon argument renvoie à l’idée de réfutabilité ou de mise à l’épreuve sérieuse de conjectures etc. Il ne s’agit pas de supprimer l’épistémologie mais de la remettre en contexte d’enquête et de controverse. La dynamique s’enregistre ensuite dans la manière dont s’installent des objets de recherche et de discussion dans de nouvelles arènes – ce fut le cas ces dernières décennies, avec la sociologie des sciences, la sociologie des controverses, l’analyse des dispositifs des politiques publiques, la sociologie des risques, ou encore la sociologie des nouveaux medias, redéfinie par le mouvement, récemment entré dans une nouvelle phase, des digital humanities suscité par l’internet – l’internet ne change rien à la question de la cumulativité des savoirs en sciences sociales ? Que nous disent les textes d’Enquête là-dessus ? On peut aussi tout simplement revenir à la bonne vieille bibliométrie en l’utilisant à d’autres fins que l’évaluation des chercheurs 😉

    J’ai promis de faire court donc je ne développe pas plus que ça. Mais l’avantage de ce fil de commentaire c’est que l’on peut prolonger à l’envi la discussion – ce qui renvoie à un autre « problème épistémologique », assez décisif bien que peu abordé par nos collègues : comment arrêter une controverse ?

    Sur le fait que vous énonciez vous-même la nécessité de l’anonymat de votre message, j’ignore si c’est à cause de la dimension politique potentielle de la discussion qui pourrait avoir des effets rebonds sur votre trajectoire dans les milieux de la recherche – ce qui contribue à établir que l’heure est grave – ou si c’est une stratégie rhétorique visant à perturber mes détecteurs – ce qui signifierait que vous parlez d’un lieu ou d’un réseau que je connais 😉

    Bien cordialement
    FC

  4. FC

    Ah ah le commentaire posté par Greg est passé en modération pendant que j’installais le mien qui répond évidemment au premier message. oui en clair moi aussi je défends bec et ongle la dimension littéraire des SHS source de créativité incontestable – pour l’anecdote lorsque le bouquin sur Prospéro était en préparation aux Editions du CNRS, j’ai du me battre pour maintenir « technologie littéraire » dans le sous-titre 😉
    J’ajoute aussi du même coup qu’il y a de longs paragraphes qui discutent épistémologie dans ce livre, notamment Passeron. Mais là se révèle une asymétrie radicale : jamais un épistémologue digne de ce nom n’ira regarder et discuter ce qui se fait dans l’atelier des sciences sociales en train de se faire – a fortiori si cet atelier est rempli d’outils. Il n’y a pas que la littérature qui est refoulée pour faire science mais aussi le travail concret de l’enquête et l’usage des instruments, sources d’inventions perpétuelles …

  5. anonyme

    Merci de votre réponse. Sur la moralisation du capitalisme, c’est très intéressant, je n’y avais pas pensé alors que je pratique pas mal Boltanski et Cie ; sinon, je trouve que votre réponse éclaircit bien les choses (pour moi) même si, bien entendu, je ne suis pas d’accord, mais ça ne sert à rien de l’être. Votre réponse est beaucoup plus « calme » que le billet, que je trouve vraiment très unilatéral. Je n’ai pas lu du tout de la même façon l’article de Bouvier en question, peut-être parce que j’ai plus fait attention que vous à des expressions comme «  Je n’ai pas la prétention de résoudre ce conflit en quelques lignes mais de faire quelques remarques » (sur la question holisme/individualisme) ; «  Il y a peut-être plus de raisons d’espérer dans le fait que » (il existe des modèles de transition indiv./holisme), etc… ; alors que vous vous attachez exclusivement aux marqueurs du type « on doit/on ne doit pas » qui donne l’impression (fausse, je pense) que l’auteur de l’article est un prétentieux qui croit tout savoir.
    Je trouve qu’Alain Caillé, que vous citez à l’appui de vos remarques sur la théorie sociologique générale, est beaucoup plus prétentieux (« j’ai trouvé un nouveau paradigme ! »). Le mérite du discours épistémologique en question est l’humilité : considérer par exemple que le conflit individualisme/holisme est quasi-éternel. Poser le « paradigme du don » pour le plaquer sur la réalité et tenter de résoudre ce conflit est très créatif, mais peu cumulatif, et assez prétentieux.
    Mais loin de moi de traiter Caillé de « bouffon » ni de suggérer que « ça va pas dans sa tête » comme le fait Greg à propos de ceux qui essayent de clarifier (peut-être sans succès, ça je pourrais en convenir) le discours sociologique. Pour moi, le commentaire de Greg est une dérive très grave, oui, une dérive épistémologique : « ce qui manque c’est le style, ceux qui le nient n’ont pas vraiment lu dans leur vie », etc… mais ce commentaire ne semble pas vous poser de problème à vous, M. Chateauraynaud (dans les débats autour de Sokal, il me semble bien que c’étaient les littéraires qui étaient les plus agressifs)
    Mais les questions que vous posez sont réelles; pour ma part, je rêve d’une cohabitation apaisée entre ceux qui aiment le style analytique (oui Greg, ça existe) et ceux qui sont plus phénoménologiques. Je suis sûr que c’est possible, d’ailleurs, après avoir lu votre réponse, je commence à penser que votre billet initial était à prendre dans une certaine mesure au deuxième degré (l’expression « Tout dépend de la manière dont ces lignes sont lues » était peut-être une indication de votre part ?)
    Merci pour les liens vers vos articles, j’y passerai ; sur l’anonymat, votre première hypothèse est la bonne. Je suis juste trop fragile institutionnellement pour me permettre de prendre même un risque minime (mais peut-être ai-je tort).

  6. STEF

    Moi je l’ai trouvé plutôt calme le billet de Chateau … ça nous change un peu de la prose prospérologique au moins

    Anonyme écrit dans son dernier post : « Sur la moralisation du capitalisme, c’est très intéressant, je n’y avais pas pensé alors que je pratique pas mal Boltanski et Cie » … ben sa co-auteure, Eve Chiapello elle enseigne où ? A HEC ! Et depuis longtemps… Si c’est pas un des temples du capitalisme alors je n’y comprends plus rien moi à c es histoires de sociologie critique de la critique a-critique etc
    STEF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.