Socio-informatique et modes d’appréhension de l’interdisciplinarité

Philippe Terral – SOI – Université Toulouse III

Ce texte s’inscrit dans une discussion autour du contrat de recherche TRASCINTER (ANR programme blanc 2009-2012) dont l’acronyme signifie « TRAvail SCientifique INTERdisciplinaire ». La recherche vise à saisir l’interdisciplinarité en acte par une analyse détaillée du travail scientifique, avec comme principal terrain d’enquête les sciences du sport, saisies dans leur cadre académique (les STAPS – 74ème section du CNU) mais également en dehors (les experts du dopage, de la prévention de l’obésité par l’activité physique, …). Il s’agit de s’éloigner des considérations surplombantes, souvent normatives, sur l’activité scientifique interdisciplinaire pour se situer au plus près des pratiques des chercheurs. Pour saisir empiriquement différentes figures de l’interdisciplinarité, plusieurs outils de socio-informatique sont mobilisés – notamment le logiciel Prospéro. Avant d’interroger plus avant la notion d’interdisciplinarité, précisons que la présente contribution fait suite au séminaire du GSPR (EHESS – Paris le 22 Février 2010) consacré aux avancées du programme TRASCINTER ainsi qu’au billet intitulé « Les outils socio-informatiques et les recherches collectives » rédigé par Patrick Trabal et déposé le 22 Février sur ce carnet de recherche.

Etant à la fois novice et convaincu de la pertinence du développement d’outils socio-informatiques, je vais moins m’attarder sur les aspects techniques de nos analyses. Mon propos invite plutôt à un échange autour de la saisie des problématiques liées à l’interdisciplinarité par nos outils collaboratifs. Avant de questionner la nature des scripts qui pourraient être mis en place, je reviens sur nos diverses interrogations et modes d’entrée dans l’interdisciplinarité qu’il conviendrait d’ailleurs de qualifier d’InterPluriTransDisciplinarité (IPTD) tant la littérature (notamment Vinck, 2000) insiste sur ces différents niveaux de « coordination » des disciplines (de la juxtaposition à l’intégration) et révèle les visages pluriels du processus que nous tentons d’analyser. Soulignons par ailleurs, comme l’ont montré les sciences studies, que parler de « discipline » ne va pas de soi. Tenter de saisir l’IPTD implique donc également de se confronter au débat sur l’existence des « disciplines », et sur leur statut d’entités pertinentes pour saisir le travail scientifique ; débat qui nous semble borné par une position maximaliste qui considère cette échelle d’analyse comme pertinente (Ben David et Collins (1966) sur la psychologie, Hagström (1970), Hargens et Felmlee (1984)) et une option plus minimaliste mettant à mal la notion de discipline, comme c’est par exemple le cas, entre autres, de Knorr-Cetina (1982) qui analyse les collectifs de recherche comme des « arènes transépistémiques », ou encore de Latour et Woolgar (1979) appréhendant les réseaux de l’activité scientifique.

Dans son texte, Patrick Trabal recense quatre modes d’appréhension de notre objet. Tout en discutant ces quatre entrées pour fournir matière au développement de scripts1, j’en proposerai également une autre (tout en regroupant deux des entrées proposées par Patrick ce qui nous conduit bien à 4 formes de saisie de l’IPTD).

1. L’IPTD comme revendication ou comme « mot d’ordre »

Comme le souligne Patrick Trabal dans son texte, dans différents supports (dans un rapport de laboratoire, dans un article ou dans une communication, …) les auteurs-acteurs affirment que leur recherche est « pluri » ou « inter » voire « transdisciplinaire ». Nous pouvons ainsi repérer qui tient ce type de propos, où (quelles arènes) et quand. Il faut ensuite se pencher sur les modes d’énonciation. D’après nos premières investigations, il semble que ces assertions s’ancrent dans une rhétorique du progrès et impliquent des projections vers le futur qu’il s’agirait de mieux caractériser. Par ailleurs, ces propos s’inscrivent dans une logique déontique induisant des processus normatifs. Il serait alors peut-être pertinent de tester l’hypothèse d’une mobilisation de la revendication de l’IPTD en relation avec la volonté de certains groupes sociaux de redéfinir et de reconfigurer la nature du travail scientifique en relation avec divers intérêts (reconnaissance du collectif, imposer une nouvelle vision de la science, …). Finalement, sous-couvert d’une injonction au rassemblement et à la coordination des disciplines, le mot d’ordre d’interdisciplinarité peut probablement aussi se comprendre comme la défense d’une vision de la science dans un champ de luttes.

La fin des clôtures disciplinaires

La fin des clôtures disciplinaires

Si nos investigations ont pour l’instant privilégié « ce qui se partage » entre scientifiques et « ce qui réunit » (comme vont en témoigner les autres entrées), il semble également pertinent d’envisager les concurrences et les dynamiques de pouvoir/savoir des collectifs du travail scientifique., en faisant ressortir les tensions (conflits, controverses, polémiques, …) autour de la dynamique des contenus et des formes sociales liées au travail scientifique. A titre d’hypothèse, nous pourrions également creuser la piste d’une tentative d’unification et de normalisation de l’activité scientifique autour d’un « nouveau » modèle qu’il s’agirait de rendre explicite en précisant le mode épistémique promu. Sans pour cela considérer que les défenseurs de l’IPTD sont nécessairement des partisans du mode 2 (Gibbons et al., 1994), cette piste ne peut pour autant être délaissée. Les premières investigations concernant les sciences du sport et d’autres secteurs de l’activité scientifique, donnent à penser que le modèle de la science expérimentale (marqué par la tendance à isoler des variables, une démarche hypothético-déductive et une perspective quantitativiste) « non critique » (au sens d’ « appliquée » à la « demande sociale » ; en tout cas telle qu’elle est interprétée par ceux qui s’en font les porte-parole2) puisse représenter ce modèle unificateur.

Les premières investigations sur le corpus font émerger une première figure partagée de l’IPTD. Il s’agit essentiellement de revendications et  de mots d’ordre bien résumés par la formule : « l’IPTD comme façon de se faire une place dans le jeu concurrentiel des sciences ». Plus précisément, on note au sein de l’académie STAPS comme en dehors (praxéologie motrice, didactique, management, préventologie, … ) des argumentations visant à promouvoir un collectif  – un groupe professionnel plus ou moins constitué se présentant comme  une « science »3. Toujours à titre d’hypothèses, il nous semble que l’argumentaire regroupe des considérations de natures diverses :

  • épistémiques : concernant le mode d’attribution de la preuve et plus globalement la validité et l’acceptabilité de la démarche de recherche promue ;
  • axiologiques : ce que cette « nouvelle science » fait à la société comme par exemple voir un nouvelle dimension du problème, optimiser la prévention/prise en charge/résolution du problème, … etc… Il s’agira donc ici d’étudier finement comment sont construits les problèmes sociaux et comment ils sont reliés aux sciences (question de performation des sciences pour parler comme Muniesa et Callon (2009)) ;
  • organisationnels : dans le cas des STAPS par exemple, la promotion d’une nouvelle science (praxéologie motrice comme didactique) est associée à la défense de cette discipline au sein du jeu concurrentiel des disciplines universitaires (il s’agit précisément de se distinguer de ces dernières pour « ne pas les singer » pour reprendre des propos indigènes). Derrière la promotion d’une science il s’agit donc de faire des propositions d’organisation globale de l’ensemble du dispositif considéré.

Les analyses d’Abbott (2001) nous semblent ici utiles lorsqu’il montre que la dynamique des formes sociales d’un espace donné est liée à des « reproductions fractales » des débats présents au sein de formes sociales plus conséquentes. Pour être plus concret, la controverse au sein des STAPS entre sociologues « fondamentaux » et promoteurs du « management » peut ainsi être appréhendée comme la « traduction » au sein d’un sous ensemble, d’un débat initialement développé dans un espace plus vaste : celui de la controverse autour de l’utilité sociale des sciences entre les différents acteurs de la 74ème section.

Patrick Trabal associe dans son texte la question de l’IPTD comme mot d’ordre et le repérage d’énumérations de disciplines. Il me semble toutefois que l’on n’est pas nécessairement face à une revendication ou un mot d’ordre mais que ce mode de saisie de l’IPTD peut également renvoyer aux autres entrées proposées (notamment l’entrée n°2 : la question de la cohabitation et du partage de ressources de disciplines différentes). Un script autour de cette question des énumérations nous permettrait , quel que soit le dossier étudié, de repérer  systématiquement les « sciences » présentes dans le jeu d’acteurs et d’arguments.

Pour résumer, autour de cette question de la revendication d’IPTD et du « mot d’ordre », il s’agirait de repérer davantage que nous ne l’avons fait :

  • les luttes associées et donc les divergences de vue de l’IPTD (il est possible qu’il n’y en ait pas et que l’on soit simplement pour ou contre) voire les critiques de l’IPTD (y a-t-il vraiment des individus contre l’IPTD ?). Ce point semble nécessiter des entretiens tant la littérature actuellement recueillie ne peut alimenter ce questionnement ;
  • les éventuels processus normatifs dans l’argumentation de la défense voire du rejet de l’IPTD ;
  • le contenu et la nature des argumentations autour des idées d’un modèle unifié de science à promouvoir (notamment démarche de recherche, rapport à la critique, …) ;
  • la façon dont sont présentées les attentes de la société (ce qui suppose au préalable de constituer des « problèmes » sociaux et d’alerter) ou demande sociale) en matière de sciences et de progrès (des constats actuels aux projections, comme le souligne Patrick Trabal penser également à différencier manifestations/intentions/promesses, …), … ;
  • les contraintes institutionnelles s’exerçant sur l’activité scientifique (AERES, CNU, contraintes locales des universités autonomes, …). Plus largement, il sera pertinent de se pencher sur les « non humains » et les cadres socio-techniques de l’IPTD.

Ces points semblent nécessiter des entretiens tant la littérature actuellement recueillie ne peut alimenter ce questionnement.

Pour ouvrir la discussion sur les scripts (et autres investigations empiriques) pouvant être développés, il me semble que l’on pourrait explorer les pistes suivantes (la faiblesse de ma culture en matière d’analyse des corpus m’obligeant à rester très général) :

  • repérer les formes de la critique de l’IPTD : des travaux précédents, notamment Terral (2003), montrent au sein des STAPS une tension entre visions disciplinaires et interdisciplinaires (notamment Didactique initiée par R. Mérand et Praxéologie motrice de P. Parlebas) mais aussi entre approches fondamentales/appliquées, expérimentalistes/non expérimentalistes. Il s’agit donc plus globalement d’étudier les controverses entre « sciences » et les jeux d’acteurs et d’arguments se déployant dans le temps et dans l’espace selon différentes arènes ;
  • repérer les formes normatives de défense de l’IPTD ou autres visions des sciences du sport. On pourra utilement  isoler les considérations proprement épistémiques défendues par les promoteurs de l’IPTD ;
  • repérer les ressorts de la rhétorique du progrès des discours sur l’IPTD ;
  • repérer les projections vers le futur des discours sur l’IPTD et plus globalement les effets de temporalité : appréhender les anciennes tensions, les mises en série et les nouvelles tensions puis les mettre en valence les projections et les potentialités qui pointent vers une ouverture de l’avenir ;
  • analyser le rapport des arguments pro IPTD à la « demande sociale » et notamment leurs aspects plus ou moins critiques. Tenter également de saisir comment est construite cette « demande sociale » (de l’éventuelle alerte sur des problèmes de société à des propositions « scientifiques » de résolution).

2. L’IPTD comme cohabitation et partage de ressources de disciplines différentes

Cette entrée induit un postulat fort (dont on a vu qu’il avait largement été mis en débat au sein des sciences studies) : la notion de « discipline » renvoie à une échelle collective pertinente de saisie de l’activité scientifique. Posons toutefois d’emblée qu’il s’agit bien d’une échelle d’observation et d’analyse parmi d’autres car il est clair que les collectifs du travail scientifique sont de diverses natures. Nous verrons plus loin qu’il semble donc pertinent de considérer les autres formes de coordination de la science en considérant leur caractère plus ou moins « maximalistes » pour parler comme Dodier (1993) c’est-à-dire étudier leur transport potentiel dans le temps (durée de vie de ces formes sociales) et dans l’espace (diversité des arènes dans lesquelles le collectif en question se donne à voir).

Comme le souligne Patrick Trabal dans son texte, on peut être attentif aux façons dont les acteurs font cohabiter les disciplines à partir d’une saisie des énumérations dans les discours. Il me semble que nous devrions plus globalement tenter de repérer les formes de catégorisation des sciences. Il n’est en effet pas rare de trouver des catégorisations plus globales regroupant différentes disciplines comme par exemple : « sciences expérimentales », « sciences humaines et sociales », sciences « dures » ou « molles », … On pourrait ainsi imaginer de lancer des tentatives pour voir comment sont catégorisées et qualifiées les sciences afin de saisir les formes de groupement établies (particulièrement entre les disciplines) par les acteurs.

Considérer que la notion de « discipline » renvoie à une échelle collective pertinente du travail scientifique en acte va de soi lorsque l’on considère par exemple certaines institutions de la science qui se qualifient sur un mode disciplinaire (certaines sections du CNU par exemple). Il semble dès lors fondamental de saisir les moments et les espaces où les chercheurs nomment des disciplines et les propos qu’ils associent à de telles convocations. On pourra ainsi peut-être identifier des « ressources » (appréhendées notamment sous forme de lexiques dans notre cas) spécifiques à certaines disciplines. En même temps, on peut tenter de repérer si ces moments et espaces sont nombreux, durent plus ou moins et s’ils concernent certaines disciplines plus que d’autres (par exemple pour les sciences du sport qui regroupent plusieurs disciplines).

Les chercheurs ne passent toutefois pas leur temps à qualifier leur activité et à se demander si elle est ou non « disciplinaire ». Nous nous sommes alors engagés dans une démarche visant, par entretien ou questionnaire, à constituer des lexiques reconnus par les acteurs comme « disciplinaire ». Il semblerait peut-être également intéressant de repérer avec l’aide des chercheurs les éléments de lexique relevant des concepts, des méthodes et des objets de recherche afin de pouvoir ensuite différencier ces ressources. On pourrait notamment distinguer ainsi des éléments de lexique (concepts, méthodes et objets) « centraux » considérés par tous comme relevant d’une discipline spécifique et ceux révélant des débats et désaccords permettant peut-être de cerner des lexiques plus « périphériques » voire « frontaliers ». Par exemple, dans un entretien, un PU STAPS historien avance que l’histoire possède très peu de concepts propres et emprunte beaucoup à la sociologie. L’IPTD peut alors être à la fois saisie comme des espaces et moments de cohabitation de lexiques « centraux » ou « périphériques » propres à différentes disciplines. L’enjeu est alors de repérer les formes de cohabitation : s’agit-il d’une juxtaposition, d’une hybridation, d’un partage, … de lexiques « centraux » ou plus « périphériques » relevant plus ou moins des concepts, objets, méthodes ?

En ce sens les points 2 et 3 évoqués par Patrick Trabal dans son texte me semblent pouvoir être regroupés sous cette même problématique de l’ « IPTD comme cohabitation et partage de ressources de disciplines différentes ».

Pour résumer, autour de cette question de l’IPTD comme cohabitation et partage de ressources de disciplines différentes, il s’agirait de repérer :

  • les énumérations de disciplines  ;
  • les formes de catégorisation des sciences (et donc potentiellement des disciplines) ;
  • les moments et les espaces où les chercheurs nomment des disciplines et les propos associés à ces convocations ;
  • des lexiques disciplinaires (que l’on pourrait également, avec l’aide des chercheurs, différencier en concepts, méthodes et objets de recherche) liés aux énoncés scientifiques eux-mêmes : différencier lexiques « centraux » ou plus « périphériques » voire « frontaliers » (il existe probablement des « objets frontières » mais peut-être également des « méthodes frontières » et des « concepts frontières »)  ;
  • les formes de la cohabitation (entre qui et qui, quand, …) des lexiques : juxtaposition, hybridation, partage, … de lexiques « centraux » ou plus « périphériques » relevant plus ou moins de concepts, objets, méthodes.

3. L’IPTD comme collectifs « non disciplinaires » ou « hétérogènes » de chercheurs

Contrairement à la perspective précédente, on part ici du postulat opposé en déconstruisant l’existence a priori des disciplines pour se pencher sur la variété et la dynamique des formes sociales de la science. L’IPTD renverrait à la nature plus ou moins maximaliste des coordinations entre chercheurs. Cette posture estparticulièrement intéressante pour un domaine comme les sciences du sport où, précisément, des acteurs issus de disciplines différentes ou porteurs de ressources hétérogènes (concepts, méthodes, objets) élaborent des collectifs (des équipes de recherche ponctuelles (contrats) ou plus durables (laboratoires labellisés), des départements de formation, …). Outre l’intérêt d’étudier les collectifs de la recherche, cette perspective permet également de saisir comment se construit l’IPTD sur d’autres dossiers comme ceux des formations STAPS ou des processus d’expertise à l’œuvre hors académies (prévention du dopage, sport-santé, …).

Un saut conceptuel est possible

Fabien Merlaud et moi-même avons tenté de mettre en œuvre cette démarche d’analyse lors du séminaire du GSPR du 22 Février 2010. Il s’agissait concrètement de saisir les collectifs (donc les formes de coordination) « autour » de la psychologie. Plus précisément, nous avons distingué :

  • appartenance disciplinaire, à partir de 4 critères « formels » résultant de l’analyse des CV de professeurs STAPS :
  1. ceux qui se définissent comme « psychologues »,
  2. et/ou disposent d’une qualification CNU dans cette section,
  3. et/ou enseignent cette discipline,
  4. et/ou publient dans des revues ou le terme « psychologie » apparait en français ou dans d’autres langues) ;
  • et activité collective « réelle » de recherche, à partir :
  1. des partages et échanges de lexique (usage de mots-clé comme « mémoire », de « dual task », de « systèmes dynamiques »),
  2. de références bibliographiques communes, de productions scientifiques (co-signatures).

Très concrètement, il s’agit de confronter appartenance disciplinaire et activité scientifique collective « réelle » en recensant plusieurs formes de coordination donnant autant de séquences du travail scientifique liées aux durées de vie des divers collectifs. Il est alors possible d’identifier :

  • qui échange et partage des lexiques (on regarde si ces mots clés renvoient à des concepts, méthodes, objets) et des références bibliographiques, des productions scientifiques (co-signatures) ;
  • avec qui (analyse des CV pour repérer les critères « formels » d’appartenance disciplinaire) ;
  • dans quels espaces (repérage de collectifs plus ou moins institutionnalisés : réseaux, laboratoires, équipes de contrats de recherche, …)
  • et pendant combien de temps.

Ce mode d’interrogation de l’IPTD nous semble pouvoir être systématisé par une analyse en terme de réseaux sociaux. Il a pour l’instant permis d’esquisser l’hypothèse d’un double fondement de ces « collectifs » (plus ou moins « inter »/ « intra »-disciplinaires) : effets « épistémiques » (concept-courant, méthode, références voire objets partagés) et effets « sociaux » : direction de recherche, collaborations antérieures, effets géographiques (bureau, labo, UFR, ville, région…), …

4. L’IPTD comme spécialisation d’un chercheur par hybridation de diverses ressources « disciplinaires » (concepts, méthodes, objets) en liaison avec son parcours

Il ne s’agit plus ici d’appréhender l’IPTD comme forme collective liée à des modes de coordination plus ou moins « maximalistes » en relation avec des ressources plus ou moins partagées et échangées mais de la considérer au niveau individuel4. Plus précisément, il nous semble que l’étude des parcours individuels de chercheurs (à situer dans la dynamique des collectifs étudiée au point précédent) peut rendre compte d’une évolution du travail scientifique en liaison avec une hybridation de ressources diverses (lexique vu comme concepts/méthodes/objets, partage de références bibliographiques et de citations, co-signatures d’écrits et de communications, …) dont on cherchera à repérer le caractère plus ou moins « disciplinaire » (notamment à partir des analyses précédentes). L’étude des carrières individuelles de chercheurs et de leurs séquences (pour ne prendre que quelques exemples : de l’étudiant au patron de laboratoire, d’un laboratoire à un autre, d’un objet/paradigme/méthode à un autre, …) en relation avec la variation des ressources mobilisées dans l’activité scientifique est au cœur des investigations.

Pour saisir l’IPTD comme spécialisation d’un chercheur par hybridation de diverses ressources « disciplinaires » en liaison avec son parcours les catégories d’analyse précédentes peuvent être utilisées mais cette fois-ci non pas pour étudier ce que partagent divers scientifiques mais pour comparer des séquences distinctes du travail d’un chercheur donné :

  • la façon dont un chercheur qualifie son travail : cette qualification est-elle disciplinaire ou non, stable ou changeante selon les espaces mais aussi dans le temps ?
  • ses appartenances à divers « collectifs » ;
  • ses signatures, citations et références bibliographiques ;
  • (en reprenant les catégories précédemment construites) ses lexiques disciplinaires liés aux énoncés scientifiques eux-mêmes : différencier lexiques « centraux » ou plus « périphériques » voire « frontaliers » aux disciplines, des différents collectifs voire des chercheurs (différencier par exemple leur usage d’une même notion vue davantage comme concept ou comme objet de recherche). Il est ainsi possible de tracer l’itinéraire de certains mots-clés et les formes de la cohabitation des lexiques : juxtaposition, hybridation, partage, … de lexiques « centraux » ou plus « périphériques ».

Références :

  • Abbott, A. 2001. Chaos of Disciplines. Chicago : Chicago University Press.
  • Ben-David J., Collins R., 1966. « Social Factors in the Origins of a New Science : The case of Psychology », American Sociological Review, 31 (4), 451-65.
  • Dodier, N. 1993. “Les appuis conventionnels de l’action. Eléments de pragmatique sociologique”. Réseaux, n°65, p.63-86.
  • Gibbons, M.et al. 1994. The new production of knowledge: the dynamics of science and research in contemporary societies. London: Sage.
  • Hagström W., 1970. « Factors related to the Use of Different Modes of Publishing Research in Four Scientific Fields », in Carnot E. N., Pollock D.K. (eds.), Communication Among Scientists and Engineers, Lexington, Mass, Lexington Books.
  • Hargens L., Felmlee D., 1984. « Structural Determinants of Stratification in Science », American Sociological Review, 49, 685-97.
  • Knorr-Cetina K., 1982. « Scientific Communities or Transepistemic Arenas of Research ? A Critique of Quasi Economic Models of Science », Social Studies of Science, 12, 101-130.
  • Latour, B., Woolgar, S. 1979. Laboratory Life. London : Sage. (trad. Franç., La vie de laboratoire, Paris, La découverte, 1988)
  • Muniesa, F., Callon, M., 2009. «La performativité des sciences économiques», in Steiner P., Vatin F. (ed.), Traité de sociologie économique, Paris : PUF.
  • Terral, P. 2003. La construction sociale des savoirs du monde sportif : Sociologie des conceptions épistémiques. Thèse de 3ème cycle en sociologie (non publiée), Université Paris IV – Sorbonne.
  • Vinck, D., 2000. Pratiques de l’interdisciplinarité. Mutations des sciences, de l’industrie et de l’enseignement. PUG, Grenoble.
  1. Outre mes réflexions personnelles, le propos se nourrit également de divers éléments de discussion collective dont j’ai pu garder la trace et notamment des retours de Francis Chateauraynaud lors de notre présentation de l’avancée du travail collectif au cours du séminaire du 22 Février 2010. []
  2. Pour tenter « d’instrumentaliser » la demande sociale, il faut au préalable avoir constitué le problème socialement. []
  3. On peut aisément rapprocher ce questionnement des travaux de la sociologie des groupes professionnels et de tout le travail de ces collectifs pour rationaliser voire « scientifiser » leurs savoirs à des fins de reconnaissance dans différentes arènes. []
  4. Comme nous avons pu le souligner dans un précédent document de travail, l’IPTD peut également être appréhendée comme transformation des collectifs et des individus. []

Une réflexion au sujet de « Socio-informatique et modes d’appréhension de l’interdisciplinarité »

  1. Ping : Tweets that mention Socio-informatique et modes d’appréhension de l’interdisciplinarité | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.