Un atlas des questions parlementaires

Dans la panoplie des outils développés pour Tirésias figure un générateur de corpus fondé sur l’extraction automatique des questions parlementaires. Ce module, conçu pour mieux cerner les moments forts de « mise en politique des questions », interroge les bases de données du Sénat et de l’Assemblée Nationale et traite automatiquement les questions sélectionnées. Une des informations récupérées concerne le département d’élection du parlementaire.  S’il est toujours utile de posséder cette entrée pour examiner l’origine d’une question particulière, il est aussi intéressant de pouvoir saisir la spatialisation des prises de parole en tant que telle. Il s’agit ainsi de générer un atlas des départements français indiquant le nombre de questions (intégrées au corpus) posées par leur élus. Cette présentation permet d’outiller l’analyse et de visualiser la distribution des questions, qui peuvent correspondre, selon les problèmes publics, à une répartition géographique particulière.

Plusieurs points techniques sont alors à régler.

La carte et la base de données

Deux approches sont possibles : la première est plutôt statique, puisque la carte est dessinée une fois pour toutes ; la seconde est plus dynamique, car elle permet l’affichage d’informations complémentaires. C’est cette deuxième approche que nous avons privilégiée, en utilisant un format d’image vectoriel, le svg (Scalable Vector Graphics), qui permet une certaine interactivité. La MMOE1 Wikipédia met dans le domaine public de telles cartes. Il est alors possible de récupérer les chemins correspondant à chaque département.

Une base de données est alors construite, contenant pour chaque département, son nom, son numéro (tant que cette propriété historique n’a pas disparu… ), le tracé SVG de ses contours, ainsi que toute autre information jugée utile. Un script peut alors interroger la base pour construire la carte et croiser les informations avec celles recueillies dans Prospéro.

Le nuancier

L’objectif principal est de représenter la distribution des questions selon un gradient de couleurs appliqué aux départements sur l’atlas. Présenter correctement ce graphique réclame à n’en pas douter une grande compétence mais nous l’abordons ici en amateur2.

Après quelques tests, il est apparu qu’au-delà de cinq nuances, il est difficile de les percevoir  et de lier la légende et  la carte (à moins de multiplier les couleurs, mais le problème est reporté sur le passage au noir et blanc au moment d’une impression par exemple). S’il revient à l’enquêteur d’établir les bornes de la légende, les générer automatiquement permet de disposer rapidement de cartes  permettant de voir d’un simple coup d’oeil si l’analyse a du sens  en recourant à la comparaison. Plusieurs approches ont été testées ces derniers mois3.  Dans ce qui suit, nous utilisons le nombre de députés par département comme variable pour illustrer la procédure.

Première méthode : la galette des rois

L’intérêt de la carte en SVG apparaît ici clairement : les informations de chaque département apparaissent au passage de la souris (au besoin cliquez sur la carte pour l’ouvrir dans un nouvel onglet).

Les intervalles de la légende sont calculés de façon à découper l’amplitude des valeurs en quatre part les plus égales possibles. Avec ce procédé, le résultat est assez décevant, car on ne visualise que les éléments les plus marquants de la distribution en perdant beaucoup de nuance :  la majorité des départements sont colorés suivant le premier niveau du gradient et les autres couleurs ne sont presque pas utilisées.

Deuxième méthode : les quartiles

Les bornes sont maintenant basées sur la moyenne et les quartiles inférieur et supérieur de la distribution.

Chaque degré du nuancier est alors utilisé à son maximum. Toutefois, la légende est plus informative que la carte elle-même, puisqu’elle résume la distribution tandis que l’atlas ne permet pas de distinguer les écarts. C’est désormais l’échelon supérieur qui masque les détails.

Troisième méthode : les valeurs cumulées

Cet variante de l’algorithme prend en compte les valeurs ordonnées et cumulées qu’il partage en quatre pour déterminer les intervalles. Les échelons extrêmes restent détaillés et l’atlas dessine des régions comparables, cette méthode semble fournir le meilleur compromis dans le cas de distributions asymétriques comme celles que nous cherchons à étudier4.

Grille méthodologique de lecture

Le choix du nombre de députés par département n’a pas été effectué par hasard. Car les cartes générées doivent être lues au regard de la durée qu’elles couvrent, en particulier si elles intègrent des changements de législatures, et mettre en rapport le nombre de questions posées avec le nombre d’élus du département. Après l’épisode de la proportionnelle de 1986 (la représentation proportionnelle à l’Assemblée figurait parmi ses 110 propositions de candidat, en 1981), la représentation nationale s’est stabilisée à 577 députés (555 en métropole, 22 en Outre-mer). La carte en montre la quasi-totalité (il manque les TOM). Le nombre des sénateurs est quant à lui légèrement fluctuant, ce qui est un argument supplémentaire en faveur d’une utilisation critique de cet atlas, toujours en complément de l’enquête socio-informatique.

Quelques exemples

Déchets nucléaires

Cette carte est extraite du corpus des 322 questions parlementaires (entre le 11 janvier 1988 et le 20 février 2007) retenues pour saisir la mise en politique des déchets radioactifs, dans le cadre d’une étude récente sur l’argument de la réversibilité du stockage en profondeur des déchets HAVL. La carte enregistre la relation critique entre le local et le national, du point de vue des sites nucléarisés ou liés à la gestion des déchets 5.

Ondes électromagnétiques

Autre exemple : la carte des 370 QP concernant la polémique autour des effets des ondes électromagnétiques (11/07/1988-06/10/2009). Ce qui s’impose au regard, ce sont surtout les départements fortement urbanisés.

Pesticides

L’analyse du dossier des pesticides sur une longue durée (21 ans : 11/07/1988-06/10/2009) comprend l’étude de 1449 QP, dont la distribution est intrigante ! De la carte ci-dessous, on aurait tendance à retenir la prégnance des zones viticoles (Bordelais, vallée du Rhône, Alsace, Languedoc, Bourgogne, …) mais on aura remarqué l’absence des pays de la Loire, par exemple. On voit l’hétérogénéité du fil pesticides lui-même, à travers les zones où l’agriculture entre en interaction avec les bassins versants, les zones d’agriculture intensive, a contrario, l’invisibilité des grandes plaines céréalières de la Beauce est surprenante. Il serait intéressant à ce point de vue de croiser cette carte avec celle des OGM.

On aura compris que la production dynamique de ces atlas ne fournit pas une « analyse en kit », mais vise avant à nourrir une logique d’enquête. Peut-on en tirer des conclusions sur chacun des dossiers quant au jeu politique dans lequel s’inscrivent les parlementaires concernés. Là encore, la mise en perspective temporelle des cartes devrait être privilégiée, ce qui dépasse la portée de cette courte présentation.


1. Pour Massively Multicontributor Online Encyclopedia sur le modèle des MMORPG (Massively Multiplayer Online Role-Playing Game) et autres MMOG, MMOFPS, etc.

2. Sur les modes de présentation graphique des données voir Françoise Vergneaut-Belmont, L’Oeil qui pense. Méthodes graphiques pour la recherche en sciences de l’homme, Paris, L’Harmattan, 1998, 348 p. Pour un autre exemple de cartographie en SVG, on consultera Éric Guichard, « Des atlas en SVG pour analyser les élections françaises », Mappemonde, n°85, 1-2007.

3. Comme souvent, la première idée s’est révélée la meilleure mais nous la présentons, comme il se doit, à la fin.

4. Cet atlas départemental apparaît comme utile dans bien d’autres configurations et disciplines, mais il serait intéressant de tester en amont la symétrie de la distribution pour choisir l’échelle la plus adaptée.

5. Yannick Barthe, Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Paris, Economica, 2006.


5 réflexions au sujet de « Un atlas des questions parlementaires »

  1. Ollivier

    Il me semble en premier lieu qu’une normalisation du nombre des QP par le nombre de député dans chaque département s’impose. En effet, la probabilité d’avoir des QP sur tel ou tel sujet est d’autant plus importante que le nombre de député est grand. L’interprétation liée au degré d’urbanisation des départements pourrait être liée à ce biais.

    Par ailleurs, ce billet ouvre une voie géographique à des approches initialement basées sur des corpus textuels, soit une sorte de géographie des problèmes publics. Elle peut néanmoins mériter des approfondissements du côté des régressions statistiques pour étayer certaines interprétations avancées dans le billet. Dans les deux cas, cela constitue un véritable basculement épistémologique.
    En effet, on voit rapidement que l’interprétation faite dans le billet relève d’un « connu par ailleurs » dans la mesure où les inférences et/ou causalités avancées mettent en jeu des variables qui sont issues des connaissances (si ce n’est des prénotions) propres à l’interprète. Par exemple, le pattern géographique de la distribution des QP concernant les pesticides est mis en rapport avec la « prégnance des zones viticoles », il est par ailleurs proposé de « croiser cette carte avec celle des OGM », une relation avec le degré d’urbanisation départemental est également évoqué comme une variable explicative…
    On perçoit donc que l’on peut aller plus loin, c’est-à-dire au-delà de la seule représentation cartographique, pour étayer la compréhension de ces distributions. Il est alors envisageable de mettre statistiquement en rapport la distribution géographique des QP avec des variables qualifiant ces entités géographiques (ici les départements mais il peut s’agir d’un autre individu statistique tel que le député et ses propriétés sociographiques). Ces variables sont choisies dans la mesure où elles répondent à des hypothèses explicatives qui nous permettent de comprendre la distribution de la variable à expliquer (ici le nombre de QP sur un sujet donné). Par exemple, pour le débat public sur les pesticides, de nombreuses hypothèses pourraient être avancées et des indicateurs construits (de façon plus ou moins aisée) pour les tester :
     Contexte agricole départemental : les types d’agriculture pratiquées dans les départements, les volumes de pesticides consommés, part du Bio dans la Surface Agricole…
     Contexte urbain : de nombreux indicateurs sont disponibles dans les bases INSEE pour refléter ce phénomène (densité de population, nombre de communes de plus de x habitants…).
     Contexte politique : l’appartenance politique des députés auteurs des QP, la distribution des sensibilités politiques dans le département en utilisant par exemple les résultats aux législatives ou présidentielles (http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/elections/resultats)
     Positionnement de la thématique dans l’espace public départemental : occurrence du thème dans la presse locale, distribution géographique des recherches sur le web (http://www.google.com/insights/search/#q=pesticides%2Cogm%2C%22d%C3%A9chets%20nucl%C3%A9aires%22%20%2B%20%22d%C3%A9chets%20radioactifs%22&geo=FR&cmpt=q)
     …

    Ce genre d’analyse est particulièrement développé dans les approches écologiques en sociologie électorale elle-même issue de la sociologie urbaine de l’Ecole de Chicago (Park, Burgess) qui positionne le comportement des individus ou groupes sociaux dans un contexte particulier (un milieu) (Feller, 2008). Dans cette perspective malgré tout interactionniste, le milieu, socialement construit, détermine les comportements des individus ou groupes sociaux qui modifient leur milieu en retour.
    En passant à la carte, et encore plus à la régression statistique, nous avons changé de registre épistémologique en entrant dans une démarche hypothético-déductive. Celle-ci nécessite d’opérer de nombreuses opérations de totalisation qui ne sont pas sans poser de problèmes dans la constitution de la logique d’enquête pragmatiste (Chateauraynaud, 2003 ; Dodier et Baszanger, 1997). En effet, le simple fait de construire une carte renvoie implicitement à des hypothèses sur un éventuel déterminisme géographique du phénomène étudié, on voit également comment le simple fait de construire la légende de la carte implique des agrégations qui influencent énormément la représentation finale.
    Dans de nombreuses enquêtes s’intéressant à la trajectoire d’un problème public, nous sommes amenés à le suivre dans des contextes variés et à des échelles spatiales et/ou organisationnelles très contrastées ce qui implique le plus souvent de totaliser et de monter en généralité. Le problème des enquêtes multi-niveaux est donc de maîtriser ces opérations en les explicitant ce qui constitue un vaste programme.

    Chateauraynaud F., 2003. Prospéro – une technologie littéraire pour les sciences humaines. CNRS Editions, 406 p.
    Dodier N. et Baszanger I., 1997. Totalisation et altérité dans l’enquête ethnographique. Revue Française de Sociologie, vol. 38, n° 1, pp. 37-66.
    Feller J.-B., 2008. Villes, vote et modes de vie. Esquisse d’une étude comparée de la sociologie et de la géographie électorale de trois aires métropolitaines européennes, IEP, Paris, http://www.geographie.ens.fr/IMG/file/Memoires_eleves/Villes-votes-et-modes-de-vie.pdf, 167 p.

  2. José Igartua

    On peut rapidement faire de telles expériences avec des logiciels de représentation spatiale comme MapInfo, etc., qui permettent de « discrétiser » les données selon diverses procédures statistiques. Il faut cependant faire attention, à la lecture des cartes, aux différences de superficie des départements, qui risquent de fausser la perception.

    Une idée saugrenue: que donnerait une cartographie sur ces questions, mais reposant sur la répartition des députés dans l’hémicycle du parlement? Les places y sont-elles assignées, et si oui, selon l’appartenance politique ou la provenance départementale?

  3. FC

    Bonjour

    Merci Guillaume et José de ces premiers commentaires.

    Le billet précédent est issu de discussions entre Josquin Debaz et moi-même liées à des applications en cours de l’observatoire socio-informatique, notamment pour l’Afsset ou, plus épisodiquement pour l’Andra. Il s’agissait de déconfiner un peu nos discussions et nos expériences en tentant une « sortie » comme disent les militaires 😉 Et je me réjouis de voir que les arguments surgissent permettant aux uns et aux autres de prendre pied dans la discussion – il n’y a pas plus belle manière d’illustrer la force du pragmatisme !

    Quelques précisions et éléments de réponse.

    Dans le cas du dossier de la téléphonie mobile par exemple, mais aussi des pesticides ou des déchets radioactifs que nous avons suivis récemment, la question des relations entre milieux et formes de mobilisation est assez centrale et s’exprime dans les textes des acteurs eux-mêmes – les conflits d’implantation d’antennes-relais ayant par exemple fortement dominé le dossier de la téléphonie dans les premières années avant un basculement fin 2007-début 2008 (1). Du point de vue méthodologique, l’introduction de cartes géographiques est expérimentée comme polarité possible face aux cartes de liens – lesquelles curieusement ne suscitent pas d’interrogations sur un éventuel changement de paradigme ou de logique épistémologique, sans doute parce qu’on ne leur attribue pas de valeur explicative ni d’ailleurs de force métrologique ou statistique : on les traite comme des outils de visualisation permettant de démêler quelque peu des réseaux très denses extraits de textes eux-mêmes interdépendants et entrelacés.

    Sans refaire ici l’histoire des formes politiques, des outils de totalisation et de la manière dont ils informent les catégories sociales ordinaires (2), il n’est pas incongru de chercher à visualiser les lieux d’où partent les alertes, controverses, mobilisations et autres propositions. Ensuite on peut en effet chercher à être plus précis et à définir un espace de calcul spécifique visant à tester telle ou telle hypothèse – et donc introduire des contraintes statistiques. Ce qui compte d’un point de vue pragmatique c’est d’abord l’utilisation des formes d’objectivation comme des points d’inflexion ou de réflexion de l’enquête elle-même – d’où les hypothèses, formulées un peu ici comme des boutades (en tout cas sur le vignoble) associées à chaque carte.

    La forme énonciative de la question parlementaire – et de la réponse qui suit parfois, avec un décalage temporel plus ou moins important – pose déjà en soi la question du statut épistémique de ces corpus homogènes, liés à des dispositifs institutionnels routinisés et qui ne donnent à voir qu’un moment particulier du travail politique (dans la mesure où les parlementaires en produisent un, ce qui arrive parfois). Que fait-on en agrégeant des questions venant de positions différentes de l’échiquier, à des moments différents de la balistique d’un problème public (3), donnant lieu à des prises inégales sur un processus législatif ou sur une politique gouvernementale ? Parmi les objets qui pourraient donner lieu à un réexamen systématique il y a le cas des « crises de la recherche (2004 – 2009) : en générant un corpus de QP et en comparant sa structure (temporelle, thématique, géographique, argumentative etc) avec celle du corpus accumulé suivant les acteurs (rapporteurs et porteurs de réforme, coordinations et syndicats, et toute la nébuleuse des intervenants concernés), on peut enrichir l’espace de variation interprétative. Des cartes feraient sans aucun doute surgir les grands pôles université-recherche de France et de Navarre. Un billet essaiera de rendre compte de cette manip d’ici quelques temps. En attendant, plus on accumule de corpus et de traitements et plus il faut s’évertuer à faire varier les modes d’approche – c’est là une forme de cumulativité qui dérange les épistémologues en titre mais elle se produit dans nos laboratoires. Bref, ce type d’expérience de pensée sur des corpus est assez décisif pour la dynamique propre de l’enquête pragmatique qui ne peut se figer sous la forme d’une doctrine toute apprêtée de ce que veut dire par exemple « suivre les acteurs » (4).

    En tout état de cause, la discussion sur les rapports entre logiques d’enquête, analyses de corpus et outillages informatiques ne fait que débuter, multiplions les expériences et des controverses ! Telle est la vocation de ce carnet !

    Bien cordialement
    FC

    (1) Voir notre contribution au rapport collectif coordonné par l’AFSSET : F. Chateauraynaud, J. Debaz et C. Marlowe, « Associations et medias dans la reconfiguration de la controverse publique autour des ondes électromagnétiques », GSPR, juillet 2009.
    (2) Voir A. Desrosières, La politique des grands nombres, Paris, La découverte, 1993
    (3) F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, à paraître en 2010
    (4) On the famous Latour’s watchword “follow scientists and engineers through society”, S. Jasanoff notes that “simple to state, that injunction has proved not so simple in practice”, because the “pathways that scientists, and their close kin in medicine and engineering, trace through society in modern times have grown increasingly complex” (S. Jasanoff, “Making Order: Law and Science in Action”, in Handbook on Science and Technology Studies, 3rd ed., MIT Press, 2008, p. 761.)

  4. josquin Auteur de l’article

    Tout d’abord merci pour ces commentaires très justes. Je crois qu’il faut aborder les points soulevés en deux temps.

    Dans un premier temps, ces cartes sont un essai de représentation de données contenues dans un corpus mais difficiles à visualiser de manière globale. L’idée est de pouvoir les générer rapidement pour donner des pistes de réflexions, mais pas de fournir une factualité plus ou moins validée statistiquement. Si l’on reste à ce niveau, la plus grande modestie reste de mise et il me semble même prématuré de parler d’interprétation des cartes : cela doit rester un exercice anecdotique.

    Dans un deuxième temps, il pourrait être intéressant de durcir l’approche et c’est là que les questions soulevées dans les commentaires sont particulièrement utiles.
    1. Comment mêler harmonieusement une épistémologie hypothético-déductive très quantitativiste à celle de l’enquête prospérienne ?
    2. Comment quantifier les biais ? Et avant tout, il faudrait plonger au coeur du processus d’écriture des QP pour vérifier les a priori qui se dessinent immédiatement à la lecture du billet : par exemple est-ce que le nombre de parlementaires d’un département est réellement lié au nombre de questions engagées (auquel cas il serait effectivement possible de simplement pondérer les QP par le nombre de députés et de sénateurs durant les législatures étudiées) ?
    3. est-ce que la couleur politique détermine une production spécifique ? est-ce que la position majorité/opposition/marge de l’élu est un indice pertinent de variation du nombre de questions posées ? (Et pour ces deux questions, la comparaison avec un atlas des positions dans les hémicycles proposée par José Igartua me semble potentiellement riche d’enseignement, ils sont effectivement répartis en fonction de leur appartenance).
    4. Il faudrait alors, je crois, aller encore plus loin avant de réellement prétendre comprendre la carte, en répondant aux questions suivantes : qui a réellement rédigé la question ? la question vient elle d’une préoccupation de l’élu, de son parti, est-elle réclamée par un de ses électeurs, un groupe d’intérêt de sa localité ou de plus vaste échelle ?

    Le passage à ce second mode, dans lequel la carte deviendrait un véritable argument, nécessiterait sans doute, comme il a été suggéré en commentaire, de recourir à de véritables logiciels destinés à la cartographie statistique.

    Bref, il s’agirait alors d’un véritable programme de recherche à part entière, intéressant certes notre démarche, mais dont les ambitions et les thèmes se déploient bien au-delà de ce petit exercice !
    Le but est, pour l’instant, de rester dans l’enquête pragmatique en nourrissant la discussion, ce qui semble déjà bien initié.

  5. Ping : 29c3 0×4 | No-life

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.