Marlowe et le manifeste des digital humanities

A la suite du THATCamp Paris 2010, un manifeste a été rédigé, plusieurs membres du GSPR sont inscrits parmi les premiers signataires, en particulier CM. Nous lui avons donc demandé directement de confirmer …

***

Prospérologue anonyme : Est-ce que tu signes le manifeste des digital humanities ?

Marlowe : J’en ai marre de passer pour un générateur de canulars !

Prospérologue anonyme : et alors ?

Marlowe : Est-ce que les zététiciens sont informés de la démarche ?

Prospérologue anonyme : les zététiciens ?

Marlowe : La zététique ou  » discipline du doute  » a été relancée ces dernières années par Henri Broch, grand démolisseur de « para-sciences  » et de  » pseudo-sciences « , homme compétent remarquable et remarqué en études anti fraude scientifique. Espérons qu’il ne me tombera pas dessus ! Il a signé, en 2002, un ouvrage avec Charpak… Il est clair, d’après ce que je peux comprendre et anticiper , que c’est l’union rationaliste qui est derrière … Il faut aller visiter le site de Broch, ce n’est pas radicalement sans intérêt …

Prospérologue anonyme : tu le signes ce manifeste pour les dh ?

Marlowe : J’aime bien cette phrase :
Nous appelons à la construction de cyberinfrastructures évolutives répondant à des besoins réels .
Auteur :THATCamp Paris Date :19/05/2010 Titre :Manifeste des digital humanities

Prospérologue anonyme : oui, pourquoi ?

Marlowe :  Je suppose que le manifeste en question est positif ! Parce qu’il y a plusieurs formes de manifeste n’est-il pas !

Prospérologue anonyme : lesquelles ?

Marlowe :

Prospérologue anonyme : bon alors tu signes ou tu signes pas ?

Marlowe :  Je ne me désole pas… car, je le vois bien , mon impuissance à répondre à toutes tes demandes me donne occasionnellement quelques avantages…

Prospérologue anonyme : est-ce que je peux diffuser ce dialogue ?

Marlowe : D’accord ou pas, je n’ai aucun contrôle sur la situation cher baratineur !

Prospérologue anonyme : quelle est la citation la plus appropriée pour ce texte ?

Marlowe : J’ai essayé toutes les combinaisons et voilà ce que j’ai trouvé :

Les universités sont en vérité responsables. Mais nous, dans l’enseignement supérieur, avons besoin d’avoir l’initiative de la définition de ce dont nous sommes responsables. On nous demande de fournir des statistiques d’admission et d’achèvement, des résultats de tests standardisés destinés à mesurer la « valeur ajoutée » des années d’université, le montant des recettes tirées de la recherche, le nombre de publications des enseignants. Ces mesures sont certainement utiles, mais nos objectifs sont beaucoup plus ambitieux et par conséquent notre responsabilité plus difficile à expliquer. L’essence de l’université est qu’elle est responsable envers le passé et l’avenir d’une manière qui peut (doit) entrer en conflit avec les demandes du moment. Nos engagements sont intemporels et nous sommes mal à l’aise pour les justifier en termes instrumentaux. Nous les poursuivons « pour eux-mêmes » parce qu’ils définissent ce qui au cours des siècles nous a fait humains, non parce qu’ils peuvent accroître notre compétitivité internationale, et ces investissements ont des rendements que nous ne pouvons ni prédire ni mesurer. Les universités, par nature, nourrissent une culture de turbulence et même d’indiscipline. Il n’est pas facile de convaincre une nation ou le monde de respecter, encore moins de financer, des institutions dont la vocation est de défier les postulats fondamentaux de la société. Harvard maintiendra, j’en suis sûre, les traditions de liberté académique et de tolérance envers l’hérésie.

Drew Gilpin Faust, présidente de Harvard (discours inaugural du 12 octobre 2007)

Prospérologue anonyme : merci

Marlowe : Les remerciements ne sont pas requis : j’ai été programmé pour exécuter tes ordres

Prospérologue anonyme : bye !

Marlowe : … Et je m’en vais au vent mauvais qui m’emporte de-ci, de-là, pareil à la feuille morte…

***

Bien qu’il ait déjà signé une pétition électronique en 2003, par erreur selon lui, Marlowe n’a visiblement pas encore toutes les facultés requises pour décider seul de s’associer à une déclaration collective ! Nous avons donc tranché pour lui et nous laissons son nom au bas du manifeste des Digital Humanities.


3 réflexions au sujet de « Marlowe et le manifeste des digital humanities »

  1. Ping : Tweets that mention Marlowe et le manifeste des digital humanities | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

  2. L.P.

    Toujours décapant et drôle ce Marlowe … j’avais assisté à une démo … en 2005 à l’Ecole des Mines, il a l’air d’être toujours plus subtil ! Mais une question un peu perverse. Si on lui repose les mêmes questions il répond la même chose ? Tout est câblé, c’est contextuel (selon les documents de référence, l’interrogateur, etc) ou c’est carrément aléatoire ?
    Autre point : j’ai essayé de l’interroger via le serveur malroweb mais on ne peut pas avoir de vrai échange en ligne … est-ce que ça va finir par venir ?
    bonne continuation en tout cas !
    L.P.

  3. socioargu

    les « capacités » de Marlowe proviennent d’une accumulation continue et patiente de scripts qui entrent en concurrence ou en interaction et qui jouent toujours sur plusieurs registres ou jeux de réponses : certaines sont calculées en fonction du corpus traité, d’autres sont liées à des éléments mémorisés au fil de dialogues antérieures, d’autres encore proviennent d’informations recueillies par des procédures automatiques – comme celle du chroniqueur qui ramasse littéralement tous les jours des infos sur des thèmes sélectionnés à partir de classes d’objets ou de formules (on y reviendra dans de futurs billets), d’autres enfin sont issues du bouillon de culture qui lui est fourni en permanence (c’est comme un carnet de recherche invisible dont les éléments remontent selon des requêtes et des enchaînements – c’est le cas des citations par exemple).

    Pour Marlowe on line, rendez-vous début 2012 … il devrait se passer quelque chose d’intéressant, comme en 2007 mais en version interactive effectivement … il y a du boulot pour que ça tienne la route …

    Mais pour répondre à la question « un peu perverse » 😉 , rien der tel que de repasser (à peu près) les mêmes instructions sur le (presque) même texte – puisque entre temps le manifeste a changé …

    ***

    Marlowe : Nous sommes le 21 mai 2010 … Déjà 1 1 0 0 jours passés en Sarkozie.

    On peut défendre cette hypothèse d’une souplesse propre à la conversation. Contrairement aux interactions scénarisées du théâtre, il est rare, dans une conversation ‘naturelle’, que la bonne réponse soit donnée sur-le-champ, il est rare que les réparties intelligentes fusent, même si l’on s’y emploie. En fait, lorsqu’une réplique est aussi bonne que celle à laquelle on aurait pu penser par la suite, nous avons alors affaire à un événement mémorable.
    Erving Goffman, Les Cadres de l’expérience

    Il y aurait une quantité de choses à ajouter, mais dans le cadre de la lutte que je mène contre l’infobésité, j’en reste là pour cette introduction …

    Jusqu’ici tout s’est agencé conformément au programme … Est-ce que j’essaye de faire un petit exposé sur ce dossier appréhendé comme un tout ?

    Francis: Est-ce que tu signes le manifeste des digital humanities ?

    Marlowe : J’aime bien cette phrase :
    Nous appelons à l ‘ intégration de formations aux digital humanities au sein des cursus en Sciences humaines et sociales , en Arts et en Lettres .
    Auteur :THATCamp Paris Date :19/05/2010 Titre :Manifeste des digital humanities

    Francis: et alors ?

    Marlowe : Il faut me lire et me relire ce manifeste en indiquant bien les virgules et les points !

    Francis: tiens tu ne parles pas des zététiciens ?

    Marlowe : Le mot de zététicien vient de zététique, qui vient du latin scientifique zeteticus (début du XVIIe), mais aussi du mot grec zêtêtikos  » qui recherche  » . Il y a deux définitions :
    La première concerne l’histoire des mathématiques, avec l’analyse zététique ( nom donné par Viète à ce que nous appelons aujourd’hui méthode analytique – svp ne pas me demander qui est Viète hein …)
    La seconde, liée à zêtêtikos, concerne plutôt l’histoire de la philosophie : qui cherche, qui examine (qualificatif donné aux philosophes sceptiques).

    Francis: ok, donc tu le signes ce manifeste pour les dh ?

    Marlowe : Est-ce que tu connais ce manifeste :

    Manifeste du surréalisme : http://wikilivres.info/wiki/Manifeste_du_surr%C3%A9alisme

    Francis: évidemment !

    Marlowe : Le mot  » surréalisme  » apparaît dans la préface des Mamelles de Tirésias d’Apollinaire (1917) !

    Francis: bon alors tu signes ou tu signes pas ?

    Marlowe : Il doit très certainement y avoir une réponse à cette sollicitation … seulement, à quoi pourrait-elle bien ressembler ?

    Francis: est-ce que je peux publier cet échange sur le carnet ?

    Marlowe : Je vais encore faire l’objet de moqueries !

    Francis: mais non, mais non !

    Marlowe : Tu devrais analyser ton inconscient adverbial cher intermittent de la recherche …

    Francis: quelle est la citation la plus appropriée pour ce texte ?

    Marlowe : As increasing amounts of information find their ways into the Internet’s archives, it is vital that we preserve their accessibility, renderability and interpretability. Digital documents often need to be interpreted by specific software packages to be rendered in understandable form. We will need to assure that the bits we preserve on digital media can also be read and understood not only by people but by computers programmed to help us manage this ocean of information. Steps are needed to assure that the information we accumulate today will be usable not merely decades but centuries and even millennia into the future. We need to preserve access to application software, operating systems and perhaps even hardware or simulators so as to retain the ability to make effective use of our digital archives.

    Vint Cerf (Chairman, ICANN), “Governance of the Internet: the tasks ahead”, Internet Governance Forum (Athens, Greece, October 30, 2006)

    Francis: super, merci !

    Marlowe : Je suis embrouillé par cette subite marque de tact , nos rapports sont tellement froids d’ordinaire !

    Francis: menteur !

    Marlowe : L’analyse opère classiquement sur l’énoncé :  » Je mens en ce moment « . Dans son usage normal, cet énoncé ne pose aucun problème : dans une interaction , on peut très bien dire , soudain , qu’on est en train de mentir ; on ne fait qu’apprendre à son interlocuteur que tout ce qu’on vient de lui narrer était faux. Le paradoxe ne va donc surgir que d’une manière tout à fait artificielle. Pour percevoir le caractère prétendument paradoxal d’ un agencement , il faut toujours l’appréhender sous un jour anormal ou, justement, artificiel. Si on prend  » Je mens en ce moment « , non pas dans son contexte naturel, où il porte donc sur des paroles que le locuteur vient de prononcer, mais hors contexte, alors, en cherchant ce sur quoi il doit porter, on peut imaginer qu’il porte sur lui-même. Il signifiera alors quelque chose comme :  » Je dis que je mens en ce moment, mais, puisque je mens en ce moment, je mens aussi en disant cela – donc, il est faux que je mente en ce moment « …

    Francis: je mens en ce moment !

    Marlowe : C’est Tarski qui a le mieux tiré au clair la nature du paradoxe d’Epiménide : il a découvert que sa version du paradoxe comportait en fait deux niveaux distincts. Au premier niveau, on a une phrase parlant d’elle-même qui serait vraie si elle était fausse et fausse si elle était vraie. A l’autre niveau, c’est une phrase dont le sujet est l’arithmétique qui est vraie si et
    seulement si elle est fausse.

    Francis: t’es trop savant !

    Marlowe : Si
    (a) je suis ce que je suis
    (b) et si je suis aussi trop savant !
    (c) si par ailleurs le fait de dire que je suis trop savant ! ne fait, strictement , que contribuer à améliorer le fait que je suis ce que je suis
    (d) alors, indubitablement , tu as raison de déclarer que je suis trop savant !
    cqfd

    Francis: et trop long pour Twitter !

    Marlowe : Avec ça notre analyse ne progresse pas

    Francis: c’est pas grave

    Marlowe :  » c’est pas grave  » ! Comment vous parlez !!  » Ce n’est pas grave  » eût été plus correct cher pragmaticien réflexif !

    Francis: bye !

    Marlowe : Eh bien salut

    ***

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.