Oser la culture des micromondes face aux désastres globaux

Post-scriptum en forme de clin d’œil sur Aux bords de l’irréversible. Sociologie pragmatique des transformations (Paris, Pétra, 2017)

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La catastrophe finale est pour bientôt. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les flux continus de discours, de rapports, d’alertes et de commentaires critiques, des plus cyniques aux plus désabusés, des plus informés aux plus idéologiques, qui nourrissent chaque jour la table des dangers et des risques visant toutes les formes de vie et d’activité. Dans la longue liste des causes de l’effondrement à venir, le changement climatique occupe bien sûr une des premières places, en interaction continue avec la sixième extinction d’espèces, dont témoignent entre autres les disparitions massives d’insectes. Il faut y ajouter depuis peu le retour de la menace de guerre nucléaire, qui vient doubler le terrorisme dont on tente vainement de se débarrasser, quitte à en renouer avec le totalitarisme sécuritaire. Il faut encore y adjoindre, cela va malheureusement de soi, tous les maux qui affectent des pans entiers de la population mondiale, dont les vulnérabilités s’accroissent alors même que la courbe démographique ne faiblit toujours pas ou pas aussi vite que prévu. Quelque soit le fil que l’on tire, le pire semble donc à peu près certain, sinon de plus en plus probable. D’ailleurs, quelques jours avant l’ouverture de la COP23, l’ex-Programme des Nations unies pour l’environnement (désormais ONU Environnement) lance une nouvelle alerte, en dénonçant l’« écart catastrophique » qui se creuse entre les engagements pris à Paris lors  de la COP21 et les réalisations nécessaires pour réellement diminuer les émissions de gaz à effet de serre1. Rappelez vous ce « président normal » qui se flattait d’avoir sauvé le climat…  La consultation régulière des chroniques de l’ « ami » Marlowe, qui, entre autres sources, suit les activités de l’ONU Environnement, confirme la propension pessimiste des discours publics, au point de voir les institutions adopter un style collapsologique qui était jusqu’alors plutôt réservé aux prophètes de malheur.

Le livre Aux bords de l’irréversible, issu des travaux menés par Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz au sein du GSPR (EHESS) entre 2008 et 2016 est disponible depuis juillet 2017 dans la collection « Pragmatismes » aux Editions Pétra.

En vis-à-vis des annonces de catastrophes, se déploie l’univers des promesses technologiques,  couvrant aujourd’hui à peu près tous les domaines, de la santé à la conquête spatiale, des biotechnologies aux intelligences artificielles, en passant par les nanotechnologies2. « Nous » voici donc doublement condamnés !  Il « nous » faut affronter la catastrophe globale et adopter les solutions offertes par les technosciences, dont on sait — au moins depuis Jacques Ellul — qu’elles font bien plus partie du problème que de la solution. Le succès académique ou médiatique étant de nos jours lié à la fabrique de positions de surplomb permettant de parler de « nous » avec assurance, c’est-à-dire tout à la fois au nom de la planète, de l’humanité  mais aussi des non-humains qui la peuplent, la somme des ouvrages qui montent en généralité (pour parler comme à Sciences Po) est assez époustouflante. Selon les activités et les engagements dans lesquels on est pris, on en tire des sentiments fort contrastés. Et le pire de tous est sans aucun doute le sentiment d’impuissance qui conduit à s’en remettre aux grands prédicateurs capables de « nous » ouvrir la voie vers un autre futur possible ou une stratégie de type survivaliste.

Sans tomber dans la négation ou la relativisation de l’ampleur et de la réalité des menaces qui pèsent sur les formes de vie, nous (les auteurs) considérons que le mode dominant d’expression argumentatif ou narratif de la catastrophe globale s’inscrit dans la production de grands récits dont le succès est directement fonction de leur visée réductrice – comme on l’a vu avec les usages simplificateurs de la figure de l’Anthropocène. En d’autres termes, il n’est pas légitime à nos yeux de se débarrasser des difficultés propres à l’étude de processus complexes simplement parce qu’il y aurait urgence à adhérer aux grandes causes tournées vers le futur proche, ou plus lointain, d’une humanité conçue comme une entéléchie, agissant au détriment de la planète qui la supporte. C’est pour échapper aux tensions éthiques, épistémiques et ontologiques engendrées aussi bien par le catastrophisme que par la technoprogressisme, que nous avons mobilisé tout ce que le pragmatisme contemporain a de meilleur, en liant des logiques d’enquêtes non conventionnelles fondées sur la longue durée (auxquelles ont largement contribué les logiciels Prospéro, Marlowe et Tirésias), des analyses critiques portant sur les évolutions à l’oeuvre dans les institutions et chez les macro-acteurs hégémoniques (medias et grandes ONG compris), des propositions sociologiques évitant les accueils classiques du positivisme et du relativisme, et last but not least, des mises en récit d’expériences locales ou régionales, singulières et même individuelles, saisies sur des terrains très divers, qui ont pour vertu d’ouvrir le champ des possibles et de contribuer activement à la production de sens par des personnes et des groupes capables d’agir à des échelles différentes. Si tout n’est pas local, si tout ne part pas nécessairement du local, tout doit y passer d’une manière ou d ‘une autre — y compris les grands projets d’infrastructure et l’installation des standards, ce qui explique d’ailleurs bien des résistances et des radicalités (No Tav, Notre-Dame-des-Landes, Sivens, Bure, etc).

La richesse des échanges en séminaires, la densité des enquêtes de terrain et le caractère extrêmement touffu des dossiers étudiés expliquent en partie la taille un peu déraisonnable du produit final. Publier un ouvrage de 648 pages, c’est rompre avec les normes de la communication contemporaine, à l’ère de Twitter, où tout doit s’énoncer clairement en quelques centaines de caractères, et de la présentation de thèse en 180 secondes. Nous avons malgré tout fait un effort de synthèse comme le prouve le chapitre 11 : sans doute le plus original dans la série de nos travaux, il est intitulé Six sociologies en quête d’acteurs, et ne fait que 25 pages. Il confirme à lui seul que nous pouvions faire beaucoup plus court ! À vrai dire, outre la graphomanie, la tentation était grande de reprendre ou prolonger mille et une discussions que nous avons eues ces dernières années et de marquer la distance parcourue depuis l’Essai de balistique sociologique qui a inauguré la collection Pragmatismes chez Pétra (2011). Bref, c’est effectivement du lourd, mais, de notre point de vue, cela en valait la peine. D’autant que nous ne sommes visiblement pas les seuls à le penser.

Ouvrage puissamment documenté et finement argumenté, Aux bords de l’irréversible constitue un croisement savamment équilibré entre une approche sociologique patiente des transformations actuelles et un positionnement politique proposant des alternatives au catastrophisme d’apocalypse comme aux destructions massives engendrées par le capitalisme.

Jérôme Lamy, L’avenir n’est pas certain, L’Humanité, 21 septembre 2017

La logique de l’ouvrage est celle du parcours d’enquête, qui vise à suivre au plus près les acteurs tout en replaçant ceux-ci dans des processus sociaux plus globaux. Articulé en quatre parties, l’ouvrage entend déconstruire la logique du discours catastrophiste et les catégories qui la sous-tendent. Il interroge également le statut de ce discours et son rapport à la perspective sociologique. Le catastrophisme, qui appelle un réexamen de la place des sciences sociales dans la compréhension de la société, peut-il être objectivé par ces mêmes sciences ? L’ouvrage en fait clairement le pari.

Florian Forestier, Futuribles, 25 oct. 2017

Sans résumer ici les grandes lignes de l’ouvrage, dont nous redonnons plus bas le sommaire détaillé, indiquons ce qui est en prise directe avec les travaux présentés et discutés sur ce carnet : il s’agit de fonder les propositions théoriques, saisies aussi dans toutes leurs conséquences normatives, en suivant, sur des pas de temps assez longs, et sans fermer l’espace des possibles par des jugements définitifs, les dynamiques à l’œuvre dans une collection de dossiers. Il s’agit essentiellement de processus d’alertes, de controverses et de mobilisations autour d’enjeux sanitaires, environnementaux et technologiques. Mais les analyses proposées et le modèle de transformation qui embarque six sociologies de styles et de factures différentes, ont une portée plus grande que le seul domaine de la sociologie des risques et des catastrophes. En restituant l’histoire mouvementée de grandes alertes et controverses, comme la pollution de l’air, le nucléaire, les OGM ou les nanotechnologies, on opère un retour réflexif sur les sociologies contemporaines, ici réévaluées à l’aune du pragmatisme. Une des questions concerne les jeux d’échelles permettant de saisir, dans leur complexité, des processus critiques apparemment interminables. Comment articuler l’analyse des dispositifs publics et la description des activités pratiques, où se jouent la production et l’ancrage des savoirs et des valeurs ?

Les trois dimensions fondamentales de l’action et du jugement qui sont développées dans l’ouvrage  (la portée critique des modèles d’évaluation et de régulation, la fabrique des scénarios et des visions du futur, et la créativité des milieux en interactions), engagent  de nouveaux horizons critiques pour la sociologie pragmatique, laquelle ne peut rester figée dans une position « descriptive », assise sur une « neutralité axiologique » en pratique intenable, et doit aller au contact des acteurs les plus divers qui fabriquent, parfois dans des « arènes de silence », des prises individuelles et collectives sur le monde .

En explorant de multiples figures de l’irréversibilité, l’ouvrage met l’accent sur les bifurcations et les alternatives qui germent au cœur de processus critiques dont la destination n’est jamais totalement déterminée par avance. Des espaces de possibles ou des ouvertures d’avenir prennent corps, le plus souvent dans des micromondes, et il est décisif de rendre intelligible la manière dont s’élaborent, en contexte, les prises individuelles et collectives. Investir les plis et les replis, les trous et les interstices, les bords et les marges n’est jamais en pure perte. S’y jouent les capacités de reconfiguration, de rebondissement ou de rupture. Plus que jamais, la sociologie doit s’atteler à identifier, reconnaître, mettre en perspective et en discussion, les façons d’avoir et de donner prise — ce qui n’est possible qu’en associant une approche pragmatique par l’enquête, et un regard critique, par la discussion des catégories et des normes. C’est en tout cas une des conditions pour interroger et réarmer les stratégies de résistance ou de déplacement face à des formes de gouvernement qui ont de fortes chances de conduire nos démocraties, ou ce qu’il en reste, au fond d’une série d’impasses politiques, économiques et écologiques.

Pour commander l’ouvrage : le site web des éditions Pétra.

Table des matières

INTRODUCTION

Première partie

COSMOPOLITIQUES DES INTERDÉPENDANCES

1 – La puissance d’expression des prédicateurs de l’Anthropocène

1. Qui est « nous » ? Opérateur d’universalité et sujet collectif

2. Les forges d’une prophétie globale

3. Il manquait les effondrologues ou collapsologues

4. Les vertus critiques de l’approche pragmatique

2 – L’institutionnalisation du catastrophisme et la difficile hiérarchisation des risques

1. Le futur (proche) de la planète selon le programme des Nations Unies pour l’environnement

2. La fabrique des indicateurs environnementaux de l’Agence européenne pour l’environnement

3. L’ANSES et la prolifération des objets d’alerte

4. Cinq logiques épistémiques

5. Éthiques de responsabilité et inégalités environnementales

3 – Risques globaux et politiques de l’incertitude

1. Une quête d’axiomatique autonome toujours déçue

2. Climat et biodiversité : d’une matrice l’autre

3. Retour sur les modèles d’évaluation des risques

4. Quatre formes d’organisation de l’expertise en régime d’incertitude chronique

5. De l’incertitude à la preuve : axiomatique autonome, ordre conventionnel et recoupement

4 – Scénarisation des possibles et constructions des futurs

1. Prévoir, c’est encore essayer de gouverner

2. Le futur augmenté des nanotechnologies

3. L’activité visionnaire et l’ouverture aux possibles

4. Régimes d’énonciation et visions du futur

5. La science-fiction, un laboratoire ouvert pour la pensée des futurs

6. De l’éthique à la praxéologie du futur ?

7. Les gaz de schiste et les controverses sur les futurs énergétiques

Deuxième partie

SOCIO-BALISTIQUE DES PROCESSUS COMPLEXES

5 – De la fécondité d’une démarche casuistique

1. Emportée par les flux, une logique d’enquête sous tension

2. Transformer la prolifération des événements et des discours en dispositif cognitif collectif

3. Une casuistique ouverte fondée sur une pragmatique du rebondissement

4. Un observatoire socio-informatique des controverses en tâche de fond

5. Identifier des propriétés marquantes distribuées dans la multiplicité des dynamiques publiques

6 – Logiques de responsabilité et luttes d’influence

1. Amiante : l’ère des procès

1.1. L’enlisement des plaintes françaises

1.2. Ne jamais clore un processus à la place des acteurs : une leçon d’immobilisme à la tour Montparnasse

2. Le prix du dévoilement : un bref retour sur l’affaire du Mediator

3. Le conflit d’intérêts permanent

4. Du dévoilement à la sociologie de l’emprise

7 – Technosciences en conflits

1. Événements de rupture et micro-déplacements dans le dossier nucléaire

1.1. Une histoire politique du corium qui croise une anthropologie cognitive du magma

1.2. Faibles doses de radioactivité : des dégâts toujours invisibles ?

1.3. Polyphonie autour des thyroïdes corses

1.4. Un précédent gênant pour EDF

2. Des nanomatériaux en quête de régulation

2.1. Quatre façons de faire diverger la convergence

2.2. Les risques sanitaires dans la mise en débat des nanotechnologies

2.3. « Débattre, c’est déjà accepter » ?

2.4. Des nano-objets en quête de définition

2.5. Nanotoxicologie, une régulation plus adaptée ?

3. L’effet boomerang, ou comment l’affaire Séralini fit renaître la guerre des OGM

4. Des rebonds éternels : de la biologie de synthèse à CRISPR/Cas9

Intermezzo

DES CONTROVERSES AUX MILIEUX EN INTERACTIONS

Troisième partie

MILIEUX EN INTERACTIONS ET FORMES DE VIE

8 – Bioturbulences en tout genre

1. Des pesticides envisagés comme bombes à retardement et à fragmentation

1.1. La mise en politique des pesticides

1.2. Pesticides et travailleurs agricoles

1.3. Le basculement du printemps 2015 : et si le CIRC avait déjà écrit la fin de l’histoire ?

1.4. Un agrégat de cancers pédiatriques dans le Sauternais

2. Les abeilles à l’heure de l’hécatombe

2.1. La ronde incessante des neurotoxiques

2.2. De la multicausalité comme source de rebond d’une controverse

3. Perturbateurs endocriniens et faibles doses : une guerre asymétrique contre une armée de molécules

3.1. L’avènement d’un autre paradigme

3.2. Ôtez donc ces perturbateurs de nos cosmétiques !

3.3. Les effets cocktail

3.4. Vers une toxicologie combinatoire

3.5. Les effets en profondeur de l’affaire du bisphénol

9 – Éloge de l’hypersensibilité : émotion, perception et vigilance

1. Les électro-hypersensibles dans les controverses autour des ondes

2. Le souffle court de la régulation différée de la pollution de l’air

2.1. Les ethnographes sont de sortie, sans leurs masques

2.2. Pic et pic et sociodrame : comment la pollution de l’air est retournée en politique

2.3. Du blocage inertiel à la réouverture des possibles

2.4. Tous responsables mais aucun coupable ?

2.5. Changer de filtres à lobbying

3. De la mise en rapport continue des affects et des percepts

3.1. Mobiles invisibles

3.2. Recouper les intuitions, socialiser les interprétations

4. De la veille en présence à l’absence programmée, ou comment la vigilance ouverte cède le pas au « tout sécuritaire »

4.1. La vigilance comme forme de présence au monde

4.2. La vigilance comme technologie fermée de surveillance

4.3. La vigilance de tous et de chacun, mot d’ordre des pouvoirs

4.4. La vigilance citoyenne comme activité critique et technologie ouverte

10 – Enquêtes en milieux estuariens

1. Une mésologie des changements globaux

2. Faire l’expérience des risques systémiques : bref rapport d’immersion dans l’estuaire de la Gironde

3. Plongée en milieu turbide

4. Des précédents qui ont marqué le nucléaire en zones côtières

5. La centrale du Blayais dans les collimateurs

6. Trait de côte et adaptation aux changements climatiques

7. Les digues de la discorde

8. Le département, la bonne échelle des enjeux d’aménagement autour de l’eau

9. Confluence des risques : des installations Seveso II sur le bec d’Ambès

10. L’« amiante de la vigne »

11. Les cagouilles du Médoc

12. La créativité locale naît des frictions, s’en nourrit et en engendre d’autres

13. Milieux en interactions et résilience

Quatrième partie

PRAGMATIQUE DE L’INCOMPLÉTUDE

11 – Six sociologies en quête d’acteurs

1. Ce que reconfigurer veut dire

2. Du choc des représentations aux milieux en interactions

12 – Contingence et radicalité : où l’on relie la fédération des causes à l’émergence des micro-mondes

1. La pragmatique des transformations et la critique du capitalisme

2. Sept péchés du capitalisme

3. Par-delà l’infra-politique et la prolifération des causes : les communs

4. Des communs à l’écologie politique et la justice environnementale

5. Faire l’expérience de la radicalité, ou la sociogenèse des micro-mondes

6. Micro-monde et contre-anthropocène

7. Des mondes sociaux radicalement contingents

8. Créer des arènes de silence

CONCLUSION GÉNÉRALE

Glossaire

Sigles et acronymes

Index des noms de personnes

Index des notions et principaux actants

Liste des figures

Liste des tableaux

  1. United Nations Environment Programme (UNEP), The Emissions Gap Report 2017, Nairobi. []
  2. Voir sur ce point le rapport du GSPR, Chimères nanobiotechnologiques et post-humanité. Promesses et prophéties dans les controverses autour des nanosciences et des nanotechnologies, rapport ANR, décembre 2012 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.