Une application conventionnaliste de Prospéro : la critique écologiste du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut

Leslie Carnoye

Clersé UMR 8019, Université de Lille 1 et Ethics EA 7446, Université Catholique de Lille

Ce billet présente, dans les grandes lignes, la manière dont j’ai mobilisé Prospéro dans ma thèse de doctorat en sciences économiques, intitulée « Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut » (Carnoye, 2016[1]). A destination de la communauté de recherche des utilisateurs de Prospéro, l’objectif est de donner à voir comment j’ai utilisé le logiciel afin d’analyser mon étude de cas et pour répondre à ma problématique. L’exercice entrepris ici peut donc se comprendre comme un carnet de bord d’une application de Prospéro à un corpus particulier.

Le saule-têtard, emblème du Parc Scarpe-Escaut, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016

Selon Chateauraynaud (2003), Prospéro peut être conçu comme un double « espace de représentation » (p. 192), à la fois des « structures textuelles » (ibid.), c’est-à-dire de ce qui émane des textes eux-mêmes, et du « cadre d’analyse » (ibid.) du chercheur, ou encore de ses hypothèses de recherche. Dans ce billet, je cherche à donner à voir la « cuisine interne » effectuée, plutôt que de présenter les résultats obtenus. Il m’a donc fallu trouver le bon équilibre entre la présentation du modèle d’analyse développé dans la thèse et le récit des manipulations techniques effectuées dans le logiciel. J’essaie de mettre en évidence les différentes possibilités offertes par l’application du logiciel à mon corpus, mais aussi la manière dont j’ai été conduite à faire certains choix, compte tenu de la logique de mon raisonnement et des questions que je me suis posées. Enfin, je cherche aussi à mettre en critique l’usage particulier que j’ai fait du logiciel. En effet, au regard de ce que permet de faire Prospéro par ailleurs[2], la présente application peut sembler relativement grossière, notamment parce qu’elle s’avère assez fidèle au modèle des Economies de la grandeur et que celui-ci revient à postuler, selon Chateauraynaud (2003) « qu’un chat est un chat » (p. 87).

La démarche générale suivie dans la thèse

La thèse avait pour objet de recherche l’approche par les « services écosystémiques », qui connait actuellement un grand succès dans les institutions internationales de conservation ainsi que dans le champ académique de l’Economie Ecologique (Méral et Pesche, 2016, De Sartre et al., 2014). Cette approche se caractérise par une ambition normative : il faudrait évaluer et valoriser, après avoir défini et catégorisé, les « services » qui seraient rendus par la nature, ou par le bon fonctionnement des écosystèmes, afin d’améliorer la protection de la biodiversité. L’enjeu central qui traverse les services écosystémiques est de savoir s’il s’agit effectivement de nouveaux outils permettant de convaincre de la nécessité de mieux protéger la biodiversité et d’attirer plus de financements vers la conservation, ou bien s’il ne se jouerait pas, dans le même temps, au travers de cette approche, l’avancée de la monétarisation et de la marchandisation d’une sphère restée jusqu’ici en dehors de l’économie marchande.

Raimes-Saint Amand-Wallers

La forêt de Raimes-Saint Amand-Wallers, vue depuis le terril Sabatier, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016

L’ambition de la thèse était de développer une réflexion critique vis-à-vis des services écosystémiques, à partir d’un exemple spécifique : celui du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (PNRSE). La question était de savoir s’il s’avérait, ou non pertinent, pour le parc, de mobiliser les services écosystémiques comme un nouvel outil argumentatif, lui permettant de mieux communiquer et de valoriser auprès des acteurs du territoire le contenu de son projet de développement et de conservation, afin de convaincre ces derniers de la nécessité de s’y engager. Plus précisément, le matériel empirique construit était composé de trois éléments. Premièrement, une expérience d’observation participante dans un projet de recherche qui visait à évaluer un ensemble de services écosystémiques sur le territoire. Deuxièmement, la réalisation d’une dizaine d’entretiens semi-directifs avec des représentants du parc (membres de l’équipe technique, élus et acteurs historiques). Et, troisièmement, une analyse documentaire à partir des chartes et des bilans d’activité du parc, effectuée à l’aide de Prospéro.

Un héron visitant le Centre d’éducation à l’environnement d’Amaury, photographie prise par l’auteure, le 20.08.2016[3]

D’un point de vue théorique, le fait d’avoir compris les services écosystémiques comme un outil argumentatif s’avérait cohérent avec l’ancrage de la thèse dans l’économie des conventions (EC). J’ai analysé les axiomes du modèle des Economies de la grandeur et du Nouvel Esprit du Capitalisme, pour essayer de montrer, en approfondissant l’hypothèse de Chiapello (2013), qu’il est possible de trouver une voie de sortie au problème de la cité verte (Latour 1995 ; Godard 2004) en comprenant l’écologie comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Je pense que la critique écologiste a déjà été en partie endogénéisée par le capitalisme lors du passage au troisième esprit du capitalisme et avec l’avènement de la cité par projets et je propose une typologie des principales formes de critiques écologistes contemporaines. Ces dernières épousent selon moi trois formes : la croissance verte, le développement durable et la décroissance. J’ai ensuite utilisé cette typologie pour répondre à ma problématique et pour montrer que, d’une part, le parc Scarpe-Escaut s’inscrit dans un espace intermédiaire entre une perspective de décroissance et une perspective de développement durable, alors que, d’autre part, les services écosystémiques s’apparentent à l’idéologie de la croissance verte. La thèse en conclut qu’il existe entre les services écosystémiques et l’argumentaire traditionnel et historique du parc un conflit de représentation. Ce dernier dispose, selon moi, d’autres moyens argumentatifs qui seraient plus efficaces que les services écosystémiques, afin de traduire l’essentiel de son projet de conservation et de développement et de le communiquer aux acteurs du territoire.

Par conséquent, l’analyse réalisée à l’aide de Prospéro n’a porté que sur une partie du matériel empirique collecté (à savoir les chartes et bilans d’activités du parc). Mais elle a tout de même constitué une pièce centrale de la thèse, notamment, mais pas seulement, parce qu’elle m’a permis d’analyser et de mettre en lumière les registres de justification dominants dans le corpus. Penchons-nous plus en avant sur les propriétés du corpus, avant d’aborder plus en détail le modèle d’analyse et les principales fonctionnalités du logiciel mobilisées.

Les propriétés du corpus

Le tableau n°1 ci-dessous présente les caractéristiques générales du corpus.

Tableau n°1 : les caractéristiques du corpus

Périodes historiques 1968 1986-1995 1998-2009 2010-2014
Documents Charte de 1968 Charte de 1986;

Bilan d’activités 1986-1995

Charte de 1998;

Bilan d’activités 1998-2008;

Bilan d’activités 2007-2009

Charte de 2010;

Bilan d’activités 2010;

Bilan d’activités 2011;

Bilan d’activités 2012;

Bilan d’activités 2013;

Bilan d’activités 2014

Nombre de pages 29,07 91,16 275,52 570,36

Une première remarque est que j’ai choisi de ne pas inclure dans le corpus soumis à Prospéro les transcriptions des entretiens semi-directifs que j’ai réalisés avec certains représentants du parc au cours de l’enquête. J’ai donc limité le corpus aux différentes chartes ayant été adoptées depuis la création du parc en 1968 et à ses bilans d’activités annuels. Les documents de gestion et les transcriptions d’entretiens m’ont en effet semblé relever de statuts d’énonciation trop différents pour faire l’objet des mêmes découpages, notamment vis-à-vis de la construction des êtres-fictifs (EF) et des catégories : alors que les premiers pouvaient être compris comme des supports conventionnels, issus d’un processus complexe de construction collective, les seconds avaient non seulement une visée essentiellement exploratoire, mais aussi une temporalité et des porte-parole bien plus particuliers. Si Prospéro aurait précisément pu être mobilisé afin d’explorer les différences de formes de l’énonciation entre ces deux types de supports, cette piste m’a toutefois semblé secondaire, compte tenu de mes questions de recherche. Cependant, en parallèle de l’exploration des documents de gestion du parc avec Prospéro, j’ai réalisé une analyse qualitative « manuelle » des entretiens par regroupements thématiques et j’ai restitué un grand nombre de citations extraites des entretiens dans le corps du texte de la thèse, aux côtés des résultats issus de Prospéro.

Une deuxième remarque est que le corpus soumis à Prospéro représentait un volume total assez modeste, comptant au total 966.11 pages[4], soit 1 931 407 octets et qu’il ne se rapportait qu’à un très petit nombre de textes (c’est-à-dire 12), mais dont certains étaient beaucoup plus volumineux que d’autres (la charte de 1968 représentait par exemple 30 pages, alors que celle de 2010 en faisait 350). Afin de pouvoir saisir un certain nombre d’évolutions historiques dans le corpus, j’ai analysé ce dernier en fonction de quatre grandes périodes historiques de référence, correspondant aux quatre chartes ayant été adoptées sur le territoire du parc depuis sa création, comme l’indique le tableau n°1. Dans la mesure où chacune de ces périodes comprenait des volumes de textes bien différents, j’ai souvent utilisé le nombre de pages total par période afin de pondérer les données, par exemple pour comparer l’évolution temporelle de certains jeux d’EF.

Par ailleurs, j’ai considéré que l’ensemble de mon corpus se rapportait à un seul et même auteur : le parc Scarpe-Escaut. La comparaison des deux sous-corpus chartes, d’une part et bilans d’activités, d’autre part, ne m’intéressait pas particulièrement. Ces caractéristiques m’ont limité dans l’usage d’une voie d’exploration et d’analyse pourtant fondamentale de Prospéro : l’entrée par les références externes. Il m’a donc fallu passer par d’autres procédés. Dans la mesure où mon unique auteur-acteur avait pour particularité d’être une entité collective, l’un des enjeux de l’analyse fut de commencer par en explorer le périmètre et les propriétés, du point de vue du corpus.

Enfin, globalement, dans le corps du texte de la thèse, plutôt que de présenter des copies d’écran de Prospéro j’ai préféré extraire les données intéressantes sous Microsoft Excel, afin d’en produire des graphiques, ou bien sous Microsoft Word, sous forme de tableaux, pour des raisons souvent esthétiques, mais aussi parfois heuristiques.

Le modèle d’analyse et les principales fonctionnalités mobilisées

Prospéro m’a été d’une grande aide afin de caractériser l’évolution historique de ce que j’ai appelé la critique écologiste du parc Scarpe-Escaut. Pour ce faire, j’ai organisé un raisonnement en cinq étapes, en mobilisant, pour chacune d’entre elles, certaines fonctionnalités de Prospéro appliquées au corpus et en complétant cette analyse par une lecture parallèle des entretiens. Plutôt que de présenter de manière linéaire ces cinq étapes, ce qui s’avèrerait assez long et fastidieux, j’ai choisi de présenter d’abord le type de question auquel j’ai pu répondre en m’appuyant sur l’entrée par les êtres-fictifs (EF), ensuite la logique globale que j’ai suivi dans la construction des EF, puis les raisons pour lesquelles j’ai finalement assez peu pris appui sur l’entrée par les collections et enfin le travail réalisé via l’entrée par les catégories.

L’entrée par les EF, leurs représentants, leurs réseaux, la mesure de leur poids dans le corpus et l’analyse de leur variation historique

Comme indiqué ci-dessus, j’ai considéré mon corpus comme étant le produit d’un seul et même auteur : le parc Scarpe-Escaut. Mais l’une des premières questions auxquelles j’ai été confrontée fut de savoir « qui » était le parc Scarpe-Escaut : comment était-il qualifié et quelles étaient ses propriétés dans le corpus. J’ai aussi cherché à mieux comprendre le fonctionnement du parc et sa place dans le paysage institutionnel, en explorant et en construisant la liste des autres acteurs convoqués dans le corpus. Au fur et à mesure de l’exploration des énoncés, je me suis aperçue qu’au-delà de ce qui pouvait entrer dans l’être-fictif PNRSE@ au sens strict, d’autres unités de signification pouvaient aussi renvoyer à « l’idée globale du parc » en tant qu’acteur collectif, ou à sa face visible sur le territoire.

J’ai inclus dans le PNRSE@ les différentes appellations historiques du parc au fil des chartes, telles que « P régional Saint-Amand-Raimes », « Parc naturel régional du Nord-Pas-de-Calais », « Parc naturel régional Scarpe-Escaut » et « Parc naturel régional transfrontalier du Hainaut », lesquelles revoyaient à l’extension historique du périmètre du territoire classé « PNR ». Y figuraient également d’autres expressions telles que « le parc », « le Parc », « du parc », « au parc », « le PNR », qui désignaient bien dans le corpus l’entité « PNRSE ». En revanche, les expressions comme « les parcs » ou encore « PNR », « parcs naturels régionaux », « parcs nationaux » etc. ont été regroupées dans l’être fictif PARCS-NATURELS@. L’entité PNRSE@, qui constituait finalement la première entité du corpus, comprenait également des expressions comme « premier parc français » ou encore « doyen des parcs », qui, dans les énoncés, mettaient en valeur l’exemplarité tantôt subie, tantôt revendiquée, du plus ancien des PNR français.

Mais d’autres EF incarnaient aussi, bien que sous différentes modalités, l’idée du parc dans le corpus. Il s’agissait notamment du SYNDICAT-MIXTE@, organe décisionnel du parc, du SCI@ (Syndicat des Communes Intéressées) qui en est un organe consultatif ainsi que de son EQUIPE-TECHNIQUE@. En outre, la présence du parc sur le territoire s’incarnait aussi par celle de sa CHARTE@, de même que par sa désignation en tant que « territoire spécifique » (LE-TERRITOIRE-DU-PARC@), mais aussi par la présence de ses EQUIPEMENTS-PNRSE@, celle de ses ECOGARDES@, et celle de la MARQUE-PNRSE@. L’étude de ce premier jeu d’EF, de leurs principaux représentants et de leurs poids dans le corpus, mais aussi celle de leurs réseaux a permis de faire émerger un certain nombre d’éléments analytiques intéressants sur le fonctionnement institutionnel du parc Scarpe-Escaut, en complément de ce que pouvait faire ressortir la lecture du cadre règlementaire et législatif qui régit les PNR, ou encore celle des chartes et des bilans d’activités sans Prospéro.

En outre, l’analyse de l’évolution historique d’un autre jeu d’EF, à savoir, principalement ceux que désignaient la collection des SIGNATAIRES* construite, m’a permis d’illustrer, à partir des données de Prospéro et à l’aide d’un graphique construit sous Excel, l’évolution institutionnelle générale qu’ont connu les PNR. Il fut en effet possible de constater l’importance de l’ETAT@ dans la première période, celle de la REGION@ dans la deuxième, puis celle que prennent LES-COMMUNES@ et enfin, depuis 2000, celle des EPCI@. Il m’a suffi, pour ce faire, d’utiliser la fonction « distribution entité/tableur » pour chacun de ces EF, puis de regrouper les données selon mes quatre grandes périodes de référence, en pondérant par le nombre de pages par période.

J’ai réalisé le même type d’opération afin d’explorer la présence et les formes des autres acteurs convoqués dans le corpus. La construction d’EF tels que HABITANTS@, AGRICULTEURS@, ENTREPRISES-ET-PRODUCTEURS@, ELUS@, LE-PUBLIC-USAGERS@, POPULATION@, COLLECTIVITES@, PROPRIOS@, TOURISTES@, GESTIONNAIRES@, CHASSE-PECHE@, CITOYENS@… m’a permis de mieux comprendre à qui s’adressait le parc. De la même manière que précédemment, il fut très instructif de regarder leur présence sur tout le corpus, d’explorer leurs réseaux, leurs liens entités-qualités, la liste des énoncés dans lesquels ils se trouvaient plongés et d’analyser l’évolution de leur poids dans le corpus, selon mes quatre périodes de référence.

A d’autres moments de l’analyse il m’a été très utile de m’appuyer sur le même type de procédé afin de répondre à d’autres questions de recherche. Globalement, ma méthode a souvent consisté à analyser d’abord les propriétés d’un ensemble d’EF dans le corpus (par exemple étude des principaux représentants de chaque EF, analyse des réseaux, des liens entité-qualités etc.), puis mesurer la répartition de leurs poids sur tout le corpus et enfin analyser leurs évolution historique, selon mes quatre périodes de référence. Ce fut également le cas lors de la deuxième étape, consacrée à l’analyse des grands domaines d’intervention du parc Scarpe-Escaut qui est abordée plus en détails ci-dessus, mais aussi lorsque je me suis posé la question de savoir « vers quoi » l’action de protection ou de gestion du parc était-elle orientée en priorité.

Ainsi, l’analyse du poids au fil des chartes et des propriétés des EF suivants, s’est révélée très instructive : PAYSAGE@, PATRIMOINE@, ENVIRONNEMENT@, BIODIVERSITE@, RESEAUX-ECOLOGIQUES et « la nature » (je n’ai pas eu besoin de créer un EF pour cette expression). En effet, les PNR étant des territoires très anthropisés, il fut intéressant de constater que « la nature » était très peu présente dans le corpus, par contraste avec le PAYSAGE@ et le PATRIMOINE@. Toutefois, j’ai pu mettre en évidence que ces deux EF très importants (occupant respectivement les rangs 10 et 15 dans le corpus) tendaient à être de plus en plus concurrencés par des modalités alternatives de qualification des entités semi-naturelles, à savoir la BIODIVERSITE@ et les RESEAUX-ECOLOGIQUES@.

De la même manière, lors de la dernière étape de mon raisonnement, afin de mieux caractériser les formes de mises en récit qui pouvaient se rapporter aux « sources de l’indignation » en présence dans le corpus, je me suis également appuyée sur un jeu d’EF particulier, en analysant d’abord leurs propriétés puis l’évolution de leurs poids dans le corpus. Il s’agissait du DEVELOPPEMENT@, du DEVELOPPEMENT-DURABLE@ et du DEVELOPPEMENT-ECONOMIQUE@ et de l’ECONOMIE@. Néanmoins, au-delà de l’appui « métrique » rendu possible par Prospéro, c’est ici davantage l’exploration du corpus et la lecture des énoncés dans lesquels ces EF étaient plongés qui m’ont été essentiels. Prospéro m’a ainsi permis d’illustrer mon propos avec de nombreuses citations issues des documents de gestion du parc et de tisser de nombreux liens les citations issues des entretiens réalisés.

La logique de la construction des EF suivie : l’analyse des grands domaines d’intervention du parc Scarpe-Escaut

Une des dimensions essentielles de mon cadre d’analyse visait à mieux comprendre comment le parc Scarpe-Escaut s’organisait, en pratique, afin d’atteindre ce qui constitue la vocation des PNR, en théorie, à savoir œuvrer au développement du territoire, tout en protégeant un patrimoine naturel sensible. Après avoir constaté l’existence d’EF comme AGRICULTEURS@, ENTREPRISES-ET-PRODUCTEURS@, TOURISTES@, CHASSE-PECHE@ etc., j’ai cherché à pouvoir me faire une idée des grands domaines d’intervention du parc, de leurs poids relatifs (globalement, le parc se préoccupe-t-il davantage de PROTECTION-DE-LA-NATURE@ ou d’AGRICULTURE@, de TOURISME@, d’URBANISME@… ?) et de la manière dont ont pu évoluer dans le temps les orientations stratégiques parc (c’est-à-dire, quelle a été l’implication historique du parc dans ces différents domaines ?).

Ces questionnements m’ont amené à construire, pour ce faire, un jeu d’EF assez élaboré. J’ai été amenée à distinguer, au fur et à mesure de l’exploration, neuf grands domaines d’intervention, que reprend le tableau n°2 ci-dessous.

Tableau n°2 : les neuf grands domaines d’intervention du parc Scarpe-Escaut

Domaines Acteurs et institutions Milieux et espaces Objets divers
Action sociale CITOYENS@; ECOLE@; LES-VIEUX@; POPULATION@ QUARTIERS-EN-DIFFICULTE@ COHESION-SOCIALE@; EDUCATION-A-L-ENVIRONNEMENT@; ECO-CITOYENS@; FETES@; INEGALITES@; LOGEMENT@; cadre de vie
Activités minières INSTITUTIONS-MINIERES@ ARC-MINIER@ LA-MINE@; TERRILS@
Agriculture AGRICULTEURS@; INSTITUTIONS-AGRICOLES@ ESPACE-RURAL@; MILIEUX-AGRAIRES@; PRAIRIES@ AGRICULTURE@; GESTION-AGRAIRE@; ECO-AGRICULTURE@; EXPLOITATIONS@
Dévelop-pement économique ENTREPRISES-ET-PRODUCTEURS@; INSTITUTIONS-DEVELOPPEMENT-ECO@

SOUS-TRAITANTS@;

ZONES-D-ACTIVITES@ ECONOMIE@; DEVELOPPEMENT-ECONOMIQUE@; COMMERCES-INDUSTRIE-ARTISANAT@
Eau INSTITUTIONS-DE-L-EAU@ MILIEUX-AQUATIQUES-HUMIDES@ EAU@; GESTION-DE-L-EAU@
Foresterie INSTITUTIONS-FORESTIERES@ MILIEUX-FORESTIERS@ GESTION-FORESTIERE@
Protection de la nature CBNB@; CONSERVATOIRE-DU-LITTORAL@ ; CRRG@; CSENPC@; CSN@; CSRPN@; ECOLOS@ ; ENRX@; FEDERATION-DES-PARCS@; MNHN@;   PARCS-NATURELS@; PARC-TRANSFRONTALIER@; PN-PLAINES-DE-L-ESCAUT@; CŒUR-DE-NATURE@; ENS@; ESPACES-PROTEGES@ ; MILIEUX-EN-VOIE-DE-RECOLONISATION@

MILIEUX-NATURELS@; RESERVES-NATURELLES@

ZONES-PROTEGEES@

PROTECTION-DE-LA-NATURE@; ARBRES@; BIODIVERSITE@; CHEVAL@; ECOSYSTEMES@; ENVIRONNEMENT@; ESPECES-ET-HABITATS@; JARDINS@; PATRIMOINE@; PAYSAGE@; POUMON-VERT@; NATURA-2000@; RESSOURCES@; RICHESSES@; TVB@
Tourisme INSTITUTIONS-TOURISTIQUES@; TOURISTES@; LE-PUBLIC-USAGERS@ ESPACES-TOURISTIQUES@ TOURISME-ACCEUIL@ ; GESTION-TOURISTIQUE@; ECO-TOURISME@; LOISIRS-ET-SPORTS@
Urbanisme et Aménage-ment du territoire INSTITUTIONS-DE-L-URBANISME@; INSTITUTIONS-DE-L-AMENAGEMENT@ ESPACES-URBAINS@; FONCIER@ URBANISATION@; AMENAGEMENTS@; GESTION-DE-L-URBANISATION@; GESTION-DE-L-ESPACE@; ECO-URBANISME@;

Source : tableau construit par l’auteure

Ainsi, après plusieurs essais et au fur et à mesure de l’exploration, j’ai finalement choisi de construire plusieurs sous-jeux d’EF, certains se rapportant davantage à des acteurs et des institutions, d’autres à des milieux et des espaces et d’autres encore à des objets divers (voir tableau n°2).

Cette logique analytique explique aussi la construction spécifique de certains EF, tel que PROTECTION-DE-LA-NATURE@. Cet EF important (le 3e du corpus, après PNRSE@ et TERRITOIRE@) inclut différentes expressions telles que « restauration », « préservation », « protection », « conservation », « réhabilitation », « entretien », « requalification », « reconquête », « reconversion », « gestion intégrée », « mesures de protection », « gestion des milieux naturels », « protection de la nature », « gestion conservatoire », « gestion des sites naturels »… Il aurait pu s’avérer très intéressant d’étudier de manière plus fine les différences de sens que ces expressions pouvaient recouvrir dans le corpus, ce qui aurait pu être réalisé en mobilisant notamment l’entrée par les formules. En effet, le sens des termes de « conservation » et de « préservation » s’avère toujours controversé et il renvoie à des visions politiques bien différentes de la conservation « au sens large », dans la littérature (Blandin, 2009 ; Depraz, 2012 ; Rodary et al., 2003). Mais il n’est absolument pas évident que le sens de ces termes dans le corpus, c’est-à-dire dans le contexte d’un PNR français, aurait épousé celui qui renvoi à la controverse entre G. Pinchot et J. Muir, ayant marqué le champ américain et international de la conservation (au sens large).

Je n’ai toutefois pas poursuivi cet axe d’investigation, qui ne m’était pas prioritaire. Au contraire, la construction de l’EF PROTECTION-DE-LA-NATURE@ s’est appuyé sur le constat, étayé par l’exploration du corpus, selon lequel l’ensemble de ces différents termes renvoyaient bien, globalement, à l’idée de « protection de la nature », c’est-à-dire à l’idée d’une intervention de gestion du parc en faveur de la protection ou de la gestion des éléments et des milieux « naturels », même si l’expression en tant que telle est assez peu présente dans le corpus.

La construction de l’EF INSTITUTIONS-DE-L-EAU@ constitue un autre exemple permettent d’illustrer que, compte tenu de mon cadre d’analyse, j’ai parfois été conduite à prendre certaines libertés avec la règle selon laquelle un EF renvoie à une même unité de signification du point de vue du corpus, mais désigné sous des formes différentes (Trabal, 2002 ; Chateauraynaud, 2003). En effet, cet EF inclut au contraire plusieurs entités hétérogènes telles que le « Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) », la « Commission Locale de l’Eau (CLE) », le « Syndicat Mixte pour l’Aménagement Hydraulique de la Vallée de la Scarpe et du Bas Escaut (SMAHVSBE) », « l’Agence de l’eau Artois-Picardie », « Voies Navigables de France (VNF) » etc. Là encore, ce qui m’intéressait n’était pas de regarder les particularités du jeu d’acteurs, en matière de gestion de l’eau, dans le corpus, mais quel était, globalement, la place des questions liées à l’eau et à sa gestion.

En reproduisant la même méthode que précédemment, j’ai pu mesurer le poids de l’ensemble des EF du tableau n°2, rapportés par grands domaines d’intervention, sur l’ensemble du corpus et me faire une idée de leur importance relative, via la construction d’un diagramme circulaire sous Excel. Toutefois, avec une telle construction, l’analyse de l’évolution historique des orientations stratégiques du parc présentait une difficulté. Aussi, j’ai fait le choix de limiter cette analyse à celle de la mesure du poids des EF les plus importants, pour les neufs grands domaines d’intervention construits, à savoir : PROTECTION-DE-LA-NATURE@; MILIEUX-AQUATIQUES-ET-HUMIDES@; TOURISME-ACCUEIL@; AGRICULTURE@; URBANISATION@; COHESION-SOCIALE@; ECONOMIE@; MILIEUX-FORESTIERS@ et LA-MINE@). J’ai construit un histogramme sous Excel à partir du poids de ces différents EF pour chacune des quatre périodes de référence, en pondérant les données par le nombre de pages des textes de chaque période. Le graphique obtenu m’a été très utile afin d’illustrer dans la thèse l’évolution des orientations stratégiques du parc, que j’ai aussi étudié sous Prospéro en explorant les énoncés et en analysant, par ailleurs, l’évolution du contenu des sommaires des différentes chartes du parc.

In fine, la démarche adoptée et qui a consisté à analyser le contenu des actions du parc et leur évolution au fil des chartes, à l’aune de l’évolution du poids d’une poignée d’EF dans le corpus, pourrait tout à fait être qualifiée de simpliste ou de réductionniste. Toutefois, premièrement, travailler à la construction de ce graphique et de ce jeu d’EF a fait considérablement progressé ma connaissance du corpus. Deuxièmement, dans l’argumentation, le graphique en tant que tel n’occupe qu’une place illustrative, aux côtés des citations extraites des documents de gestion du parc via Prospéro et des entretiens réalisés. Et, troisièmement, le graphique présente des résultats cohérents avec ce qui est ressorti du côté plus qualitatif de l’analyse : à savoir que les orientations du parc étaient à l’origine très centrées sur les aménagements de la forêt domaniale et sur la fonction touristique du parc, alors que les activités de protection de la nature, mais aussi l’implication du parc en matière de développement économique et d’agriculture ont pris une importance croissante, à partir des années 1990.

L’entrée par les collections

Finalement, dans la présente application de Prospéro et compte tenu de mes questions de recherche, l’entrée par les collections ne m’a pas été d’une très grande aide, si ce n’est pour reconstituer la liste des SIGNATAIRES* et celle des PARTENAIRES* du parc. J’ai pourtant construit d’autres collections telles que celles des ENTITES NATURELLES*, des MILIEUX-NATURELS* et des ESPACES NATURELS PROTEGES*.

La construction de cette dernière fut particulièrement fastidieuse, pour un résultat final assez médiocre. En effet, distinguer dans Prospéro ce qui relevait par exemple des « réserves » (« biologiques domaniales », ou « intégrales », mais aussi par le passé qualifiées de, « naturelles volontaires » ou « régionales »), des « zones » d’inventaires (de type ZNIEFF, ZICO), des « sites » Natura 2000 ou protégés au titre des directives « Habitats Faune-Flore » ou « Oiseaux », mais aussi des « espaces » classés « naturels sensibles » etc. fut un vrai calvaire. Sans doute révélateur de la grande complexité du champ de la protection juridique et institutionnelle de la « nature » en France. Mais je crois qu’une grande partie du temps passé (perdu ?) sur ces questions durant l’exploration s’explique aussi parce que j’ai en l’occurrence mal utilisé Prospéro, ou plutôt que j’ai oublié pour un temps qu’il s’agissait d’un outil d’analyse « textuelle » et non pas géographique !

Sur ce point, la reprise des multiples cartographies produites par le parc dans son diagnostic de territoire m’a permis d’y voir considérablement plus clair. Je n’avais pas inclut le diagnostic de territoire du parc dans le corpus, précisément parce qu’il ne faisait que décliner les orientations déjà fixées dans la charte et qu’il comportait beaucoup plus de cartes que de texte. Redécouvrir son existence a cependant été un vrai bonheur. Rapporter cet élément me permet ici d’insister sur un point : le fait que l’utilisateur gagne aussi parfois à « se sortir » de la moulinette de Prospéro, pour retrouver ou se tourner vers d’autres modalités complémentaires de représentation du réel et qui figurent parfois dans les documents bruts et leur mise en forme.

L’entrée par les catégories : l’analyse des registres de justification dans le corpus

Au cours de la quatrième étape de mon raisonnement, je me suis appuyée sur les catégories afin d’analyser le déploiement des registres de justification dans le corpus. Pour ce faire, j’ai commencé par réaliser deux opérations. Premièrement, j’ai construit un tableau représentatif des différentes cités, à partir du lexique des Economies de la grandeur et du Nouvel Esprit du Capitalisme (en ciblant dans ce dernier les pages qui concernaient la cité par projets). C’est ce que présente le tableau n°3 ci-dessous.

Tableau n°3 : le lexique des cités, construit par l’auteure sur la base du lexique des Economies de la grandeur et du Nouvel Esprit du capitalisme

Marchande Inspirée Domestique Opinion Civique Industrielle Par projet
acheteur abandonner accueil adhérer action collective administration accords
actifs financiers alchimie accueillir adhésion affiches affaires activité
affaire âme animaux domestiques amour-propre assemblée analyser adaptable
amour du gain anges appartenance apparaitre bien commun ateliers alliances
appât du gain architectes ascendants atmosphère bien général automatisation animation
appropriation artistes attentif attention du public bien public biens matériels autoformation
argent ascèse attention attirer bulletins de vote budget autonomie
avantage ascète autorité audience bureaux budgets changement
balance ascétique besoins avoir la cote cadre légal calcul charisme
bénéfice ascétisme bien élevé brochure circonscription calendrier chefs de projets
biens marchands céleste bienséance célèbre citoyens capacité circulation
biens rares charité bienveillant célébrité civile charge clients
cachet chrétien blasons citer codification chiffrer coachs
calcul rationnel ciel cérémonies communication collectif complexe compétences
clientèle création chef de famille communiqués de presse comités contraintes compromis
clients créer commander comparaison commissions coûts concilier
commerce croyance communauté comparer commun croissance connecteur
commercial croyants conception complot confédéral cultivateurs connexionniste
compétition détachement courtoisie connu constitution décomposer connexions
concurrence dieu défense considération contrat social découvrir convivial
concurrents dons de Dieu demeure conspiration corps collectif degrés coopération
contracter écrivain dépendance décors débattre détecter coordonner
convoitises émotions descendants dépliant décrets développement curieux
coordination enthousiasme domestique déshonneur délégués direction donner confiance
désir eschatologique domestiques diffuser demander justice dirigeants donner de sa personne
désirs espace intérieur dynastie écho démocratie division du travail écoute
échanges esprit éducation émettre dérogation dysfonctionnements employabilité
équilibre excellence élevage éminence dé-singulariser efficace engagement
gagnant extravagance élever estime discuter effort engager
haut-de-gamme fantastique enfants être connu droits encadrement enthousiasme
homme d’affaires génie entourage être considéré égalité engrenages entrer en relation
honoraires humble entraide être en vue égaux enquête équipe
intérêt privé humilité familial être reconnu élections entreprise être disponible
intérêts personnels imaginaire familier être visible éligible étapes expérience
libéralisme imaginatif festivités fan élus évaluation expérimenter
libre imagination foyer foire Etat experts externalisation
luxe informel génération fort fédérations fabrication faiseur
luxueux insolite générosité gloire formalités facteurs de production flexibilité
marchandises inspiration gratitude grand public gouvernement finances flux
marchands Inspirée habitudes grandeur d’âme groupé fonctionnalité fournisseurs
marché irrationnel héréditaire honneur identité collective fonctionnement franchises
mener la grande vie jaillir héritier honorable indépendance fonctions global
millionnaires la foi hiérarchie honoré intérêt collectif fabricants impulser
mondial la grâce hospitalité image intérêt de tous gaspillage informatique
monnaie la vertu identification image de marque intérêt général graphiques innovant
moyens d’échange laïque identité propre imprimé isoloirs grilles innover
négociation le salut intime inauguration jugement public horaires insérer
négocier légendes inviter influence la loi hypothèses inspirer confiance
opportunisme louange lien familial influencer légal identifier intégrer
opulence générale magique lignée information législatifs implanté interfaces
or martyre lignée patrimoniale interviews l’ensemble indispensables internet
ostentatoire Messie maison journée porte ouverte lien social industriels interpersonnel
plaisir miséricorde maître la foule listes électorales inventaires intuition
positionné monstres mariage la marque litige investissement légèreté
possède musiciens membres la presse magistrat listes liens
posséder mystérieux mémoire label majorité machine lier
possession mythes naissance magazine militants manufactures maillage
prix œuvre nourricier media minorité mesure managers
produit original obéissance mérite mobilisation mesurer médiateur
produits originaux pain mobiliser mouvement social missions médiation
profit oubli de soi parenté mode noyau nécessaires neurones
propriété ouverture paysan notoriété obligation juridique négociants nouvelles technologies
rareté paix éternelle père opinion officiel niveaux ouvert
rationalité optimisatrice passion permanence opinions privées ordre social objectivité partenaires
réciprocité marchande péchés personnel parcimonie organisation collective observation partenariat
répartition peintres pouvoir paternel personnalités pacte social opérateurs participation
rétributions perfection prendre soin porte-parole paix civile opérationnels participer
réussite poètes proche public panneaux optimiser portefeuille d’activités
richesse prier protecteur publicité partis ordonnancement porteurs de projets
rivalité profane protection publier porte-parole organigrammes prendre des risques
satisfaction régénération proximité récepteur position collective organisation prêter attention aux autres
tirer le meilleur parti renoncement relation personnelle reconnaissance positions communes outils projet
trafiquer rêve remercier regard d’autrui procédures ouvriers réactif
transactions rêveur reproduction regard des autres protocole performance réactivité
transactions sacré respect renom public plan relations informelles
transférer sacrifice respecter renommée rassembler potentiels relations partenariales
trocs saint responsable réputation réflexion collective prévisibilité rencontre
valeur sainteté rites réputé représentants prise en charge réseaux
valeur des biens sculpteurs savoir-vivre résonance représentatif producteurs réticulaire
valeur marchande sentiment serviable retentissement réunir production rhizomatique
vanité s’évader services révéler se concerter productivité rhizomes
vendable sincère servir rumeurs section programmation s’adapter
vendeur singularité serviteurs se distinguer société quantification s’ajuster
vendu surnaturel signature séduire solidarité rentabilité savoir-faire
vente théologie soins sensibiliser souveraineté rouages se connecter
vie sainte subordination sommation statistique suffrage savants souplesse
sympathique sondage syndicats schémas sous-traitance
tendre la main spectateur totalité standardisation spécialisation souple
terre succès tout social structures spontané
territoire supporters tract système talent
titres timidité tribunaux techniques tisser des liens
tradition toucher union travail tolérance
traditionnel vanité universel travailleurs volontaire
union vedette valeur sociale unité de production
vêtements véhiculer un message volonté générale utilité
village volonté de tous votants
voisinage yeux du public

Je me suis ensuite inspirée du type d’effet produit par ces regroupements lexicaux afin de créer mes catégories d’analyse sous Prospéro. J’ai donc créé sept catégories qui correspondaient aux sept cités, pour les entités, les épreuves, les marqueurs et les qualités, dans le logiciel. Cette opération a parfois consisté à regrouper dans un même ensemble différentes catégories héritées du dictionnaire standard. Par exemple, la catégorie d’entités « cité inspirée » a été élaborée sur la base du regroupement des catégories « religion », « états d’âme », « éthique et morale » et « élaboration esthétique », ou encore la « cité domestique » à partir de « vie quotidienne », « relations familiales », « relations personnelles » etc.

En plus des sept catégories correspondant à la grammaire des cités, j’ai gardé et retravaillé d’autres catégories qui figuraient dans les dictionnaires standards de Prospéro, mais qui apparaissaient pertinentes vis-à-vis du corpus. C’est le cas, par exemple de la catégorie « discours écologique », sachant que figurent ailleurs, dans la thèse de longs développements sur la question de la cité verte[5]. J’ai également créé d’autres catégories ayant émergé au fur et à mesure de l’exploration du corpus, à l’image de ce que j’ai appelé la « logique géographique ». Le tableau n°4 ci-dessous présente l’ensemble du jeu des catégories actives sur le corpus.

Tableau n°4 : les catégories actives sur le corpus

Catégories Entités Qualités Epreuves Marqueurs
Cité civique x x x x
Cité de l’opinion x x x x
Cité domestique x x x x
Cité industrielle x x x x
Cité inspirée x x x x
Cité marchande x x x x
Cité par projets x x x x
Discours écologique x x x x
Logique évaluative et métrologie x x x x
Logique géographique x x x
Logique interventionniste x x x x
Rhétorique du changement/Orientation vers le futur x x x x
Rhétorique du maintien/Orientation vers le passé x x x x
Rhétorique critique x x x x
Rhétorique méliorative x x x x
Actualité x
Calendrier x
Exemplification/démonstration x
Important/essentiel x
Important/volume x
Imputation/causalité x
Manière x
Signalétique narrative x
Style juridico-administratif x
Temporalité x

Par conséquent, si les regroupements qualifiés de « cités » et les autres étaient bien identifiables dans Prospéro via l’entrée par les catégories, il reste que ces différents types de regroupement n’avaient pas le même statut théorique dans mon modèle d’analyse : seules les catégories qualifiées de cités pouvaient effectivement prétendre au statut de registre de justification. L’objectif était d’analyser comment la critique écologiste du parc Scarpe-Escaut prenait appui sur ces dernières, sans pour autant négliger la présence d’autres logiques ou formes de rhétoriques.

En utilisant un procédé similaire à ce que j’avais déjà fait pour les EF, sous Excel, j’ai additionné le nombre d’occurrences des entités, des qualités, des épreuves et des marqueurs, pour chacune des différentes catégoriques qualifiées de « cités » dans mon modèle d’analyse et j’ai construit un diagramme circulaire, me permettant de montrer l’importance relative des différents registres de justification dans le corpus. Ce diagramme m’a permis d’illustrer le compromis domestique/par-projets sur lequel reposait la critique écologiste du parc Scarpe-Escaut.

Toutefois, là aussi, il m’intéressait de pouvoir rendre compte de l’évolution historique des registres de justification dans le corpus, au fil des chartes. Pour ce faire, j’ai d’abord exploré une première possibilité : utiliser l’outil « grand tableau » (dans l’accès par les entités), qui donne la répartition des catégories d’entités par textes. Compte tenu du petit nombre de textes qui composaient mon corpus, j’ai pu réaliser cette opération et construire sur cette base un graphique montrant l’évolution historique des catégories d’entités (dont celle des différentes cités). Toutefois, après avoir réalisé cette opération, l’interprétation des évolutions visibles ne fut pas aisée.

J’ai donc exploré une voie alternative et créé quatre projets différents, c’est-à-dire quatre fichiers .prc, contenant chacun les textes de mes quatre périodes de référence (voir tableau n°1). Il m’a ainsi été possible d’observer l’évolution des catégories différemment, en analysant la carte corpus pour l’ensemble des catégories sur ces quatre périodes. Outre le fait de pouvoir observer la liste des représentants de chaque catégorie, cela me permettait d’avoir aussi accès aux catégories de qualités, d’épreuves et de marqueurs. Mais il devenait alors trop complexe d’analyser simultanément, mes sept catégories de référence, pour les entités, les qualités, les épreuves et les marqueurs, sur mes quatre périodes de référence. J’ai donc choisi de simplifier en centrant mon analyse sur l’évolution historique des catégories d’entités, dont le poids était globalement plus important. J’ai ainsi pu construire un tableau reprenant le poids et les dix premiers représentants de chaque catégorie représentant un registre de justification, pour chacune des quatre périodes, ce qui m’a fourni suffisamment de matériel afin d’expliquer les évolutions historiques constatées, à savoir les raisons pour lesquelles la critique écologiste du parc Scarpe-Escaut est historiquement passée d’un compromis domestique/industriel à un compromis de type domestique/par-projets.

Conclusion et mise en perspective critique

Selon Chateauraynaud (2003), Prospéro peut être compris comme une « coquille positiviste sur un océan constructiviste » (p. 201). En effet, dans le cas présent, comme dans toutes les applications de Prospéro, à la fois les caractéristiques du corpus (lequel était en l’occurrence assez modeste, avec un petit nombre de textes et composé d’un seul auteur-acteur) et les caractéristiques du cadre interprétatif défini par le chercheur (fortement influencé ici par la perspective théorique de l’économie des conventions), ont structuré l’usage qui a été fait du logiciel, c’est-à-dire les différentes fonctionnalités mobilisées et donc les résultats obtenus.

Cette capacité à marier souplesse analytique et rigueur scientifique est, il me semble, au cœur de ce qui fait l’attrait du logiciel pour les SHS. La preuve en est que la présente application ne s’inscrit pas directement dans le programme sociologique des concepteurs du logiciel, ayant lui-même évolué au cours du temps et pouvant être qualifié de « sociologie argumentative et balistique des causes collectives » (Chateauraynaud, 2011).

Au-delà du volume restreint du corpus et de la modestie du projet qui consistait à pouvoir caractériser l’évolution historique de la critique écologiste du parc Scarpe-Escaut, le type de traitement que j’ai fait subir à mon corpus via l’entrée par les catégories, pourrait s’avérer problématique aux yeux du chercheur prospérien, car celui-ci revient à privilégier une lecture de la « valeur axiologique » des mots en rapportant cette dernière à leur champ lexical de référence (et ce quand bien même les « champs » dont il est question font l’objet d’une construction théorique préalable assez élaborée), alors que Prospéro vise aussi à pouvoir rendre compte des variations sémantiques associées à l’usage « pragmatique » des mots replacés dans leur contexte. C’est ce qu’explique Assimakis Tseronis dans « Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives« , mais aussi Chateauraynaud (2003), lorsqu’il présente Prospéro comme un outil s’inscrivant dans un espace intermédiaire entre les Economies de la grandeur de Boltanski et Thévenot (1991) et la Sociologie de la traduction d’Akrich, Callon et Latour (2006). Chateauraynaud (2003) adresse alors une double critique à ces deux perspectives théoriques. Il caractérise la première comme une approche « néo-fonctionnaliste » (p. 88) qui tend à s’enfermer dans une logique autoréférentielle et qualifie la seconde d’approche « associationniste » (p. 90) qui finit par produire une « nouvelle langue de bois » (p. 91). Sa conclusion est la suivante :

« Et si on essayait de tenir les deux programmes à la fois? Pourquoi ne pas admettre, par exemple, que des contraintes pèsent inévitablement sur les formes d’expressions utilisables par les protagonistes de nos dossiers, mais que la dynamique de ces derniers est en même temps créatrice, puisqu’elle conduit les mêmes protagonistes à subvertir les contraintes et à en créer de nouvelles ? » (Chateauraynaud, 2003, p.85-86).

L’expérience de recherche que j’ai pu réaliser me permets de formuler deux remarques. Premièrement, s’il faut reconnaitre de nombreuses limites au modèle des Economies de la grandeur, il me semble néanmoins que ce dernier a au moins le mérite d’exister et de fournir un cadre assez facilement praticable, permettant notamment aux utilisateurs de Prospéro de « justifier » à partir de bases théoriques solides, la création d’un ensemble de catégories d’analyse basiques sous Prospéro, tout en permettant dans le même temps une certaine souplesse vis-à-vis de ces dernières. En outre, le cas présenté ici illustre qu’il est possible de sortir de la logique d’auto-confirmation pointée par Chateauraynaud (2003), puisqu’en l’occurrence mobiliser le modèle m’a bien permis de conclure sur un problème spécifique : celui de l’usage des services écosystémiques pour le parc Scarpe-Escaut.

Et deuxièmement, je me demande dans quelle mesure la conclusion de Chateauraynaud (2003) énoncée ci-dessus ne renvoie pas les utilisateurs de Prospéro à l’existence d’une tension entre deux ambitions, au moins dans le cas de recherches produites avec un ensemble de ressources temporelles, financières, techniques et humaines limitées. La première serait de poursuivre un programme de traitement fin des micro-espaces de variation sémantiques et langagiers, en lien avec les questions liées à l’automatisation du traitement des données et à la prise en compte des conditions de production des textes et des énoncés. Et la seconde viserait plutôt à mieux saisir l’évolution de configurations idéologiques de grands ensembles, sur le temps long et avec d’importants volumes de textes.

Si la question reste ouverte en ce qui me concerne, le cas présenté ici s’inscrit dans une configuration intermédiaire entre ces deux pôles. Il reste que Prospéro m’a fourni un appui essentiel à la lecture, à la compréhension et à l’analyse de mon corpus, de même qu’un certain nombre d’outils d’administration de la preuve supplémentaires. La force de Prospéro tient selon moi à l’importance de la réflexion épistémologique et théorique de ses concepteurs, laquelle consiste à prêter aussi bien aux chercheurs qu’aux autres acteurs ou aux personnes « sur le terrain » une capacité interprétative étendue. Cette réorientation « pragmatique » continue d’avoir aujourd’hui une influence considérable sur la recherche en sciences humaines et sociales, et notamment en économie et en sociologie (Dosse, 1995 ; Corcuff, 1995). Rares sont les outils techniques d’aide à l’analyse en sciences sociales à pouvoir se targuer d’une telle profondeur épistémologique, ce qui en fait un outil selon moi fondamental, étant donné l’état du débat méthodologique actuel du côté des sciences économiques.

Bibliographie

  • Akrich, M., Callon, M., Latour, B., 2006, Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Presses des Mines, Paris.
  • Blandin, P., 2009, De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Quae, Versailles.
  • Boltanski L., Thévenot L., 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Gallimard, Paris.
  • Boltanski, L., Chiapello, E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris.
  • Carnoye, L., 2016, Les services écosystémiques : de nouveaux outils au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, Thèse de doctorat en sciences économiques, Université de Lille 1.
  • Chateauraynaud, F., 2003, Prospéro. Une technologie littéraire pour les sciences humaines, CNRS, Paris.
  • Chateauraynaud, F., 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Pétra, Paris.
  • Chiapello, E., 2013, « Capitalism and its criticisms », in Du Gay, P., Morgan, G., (éd.), New spirits of capitalism ? Crises, Justifications, and Dynamics, Oxford university press, Oxford, p.60-81.
  • Corcuff, P., 1995, Les nouvelles sociologies. Constructions de la réalité sociale, Nathan, Paris.
  • Depraz, S., 2012, Géographie des espaces naturels protégés. Genèse, principes et enjeux territoriaux, Armand Collin, Paris.
  • De Sartre, X.A., Castro, M., Dufour, S., Oszwald, J., 2014, Political Ecology des services écosystémiques, Peter Lang, Bruxelles.
  • Dosse, F., 1995, L’empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, La Découverte, Paris.
  • Godard O., 2004, « De la pluralité des ordres. Les problèmes d’environnement et de développement durable à la lumière de la théorie de la justification », Géographie, Économie, Société, vol. 6, n°3, p.303-330.
  • Latour B., 1995 « Moderniser ou écologiser ? A la recherche de la septième cité », Ecologie politique, n°13, p.5-27.
  • Méral, P., Pesche, D., (coord.), 2016, Les services écosystémiques. Repenser les relations nature et société, Quae, Versailles.
  • Rodary, E., Castellanet, C., 2003, « Les trois temps de la conservation », in Rodary, E., Castellanet, C., Rossi, G., (dir) Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ?, Karthala, Paris.
  • Trabal, P., 2002, Mode d’emploi de Prospéro, association Doxa.

[1] Un résumé peut être trouvé ici : http://clerse.univ-lille1.fr/spip.php?article1770

[2] Je pense notamment aux subtilités liées à l’usage des formules, comme le soulignent Chateauraynaud et Debaz dans « De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative« , et dans « Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs« , ainsi qu’à tout ce qui concerne la prise en compte plus poussée des « conditions de production des textes », comme l’indique par exemple Sébastien Buisine dans « Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies« .

[3] J’ai pourtant bien cherché, mais je n’ai pas réussi à photographier de service écosystémique, cet été là.

[4] Chiffre donné par Prospéro dans « accès par les textes ».

[5] Comme indiqué dans la section 1, à partir d’une analyse de la littérature sur la question, j’en ai conclu qu’il ne pouvait exister de cité qui corresponde à la même grammaire que les sept autres. L’alternative proposée dans la thèse revient à comprendre l’écologie non pas comme une cité mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.