Converser avec Sacks

Jean Frances

Chercheur associé au GSPR/EHESS – Post-doctorant au CSTB

Le compte rendu de cet ouvrage est initialement paru dans la revue Lectures : Jean Frances, « Alain Bovet, Esther Gonzalez-Martinez, Fabienne Malbois, Langage, activités et ordre social. Faire de la sociologie avec Harvey Sacks », Lectures, Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 11 juin 2015. La note critique publiée ici l’est avec l’aimable autorisation de la rédaction de la revue Lectures.

Le livre collectif consacré à Harvey Sacks, par Alain Bovet, Esther González-Martinez et Fabienne Malbois s’ouvre, en première partie, sur la traduction inédite de trois chapitres des Lectures on conversation (1992) qui visent, avant tout, à expliquer comment la société peut figurer dans la conversation, et en quoi cette même conversation – même la plus brève – peut constituer un terrain d’enquête sociologique fécond. La seconde partie est bâtie en cinq chapitres où, tour à tour, les auteurs s’attachent à commenter une partie des travaux de Sacks. F. Malbois (p. 83-116) propose une présentation générale de l’œuvre et de la théorie sacksienne ; présentation elle-même poursuivie dans le dernier chapitre où P. Sormani et D. Rossé (p. 187-246) s’interrogent sur « Le rapport entre ‟dire” et ‟faire” ». E. Gonzalez-Martinez (p. 117-138) explique en quoi « l’organisation séquentielle de la conversation est, pour Sacks, un phénomène social » (p. 117), voire même « une institution » : ce chapitre renseigne également la filiation qui unit les Règles de la méthode sociologique aux travaux des ethnométhodologues. De même, qu’en son temps, Durkheim affirmait que le suicide n’était pas un fait social de premier plan, mais que son analyse était décisive sociologiquement en ce qu’elle amenait à révéler les déterminants sociaux des actes les plus intimes, E. Gonzalez-Martinez rappelle la nécessité d’opérer une nette « distinction entre l’importance social d’un phénomène et [… son] importance sociologique » (p. 134). Cette position épistémologique est d’ailleurs mise à l’épreuve par A. Bovet : s’attachant à réaliser une sociologie de l’usage des pronoms (p. 165-186), il montre comment élaborer une analyse de science sociale qui soit « intéressante » en examinant des « données inintéressantes » (p. 184). Enfin, S. Keel (p. 139-164) explique en quoi l’approche du fondateur de l’analyse conversationnelle est un ressort puissant et pertinent pour réinterroger la socialisation, notamment en l’abordant sous l’angle des relations de pouvoir entre classes d’âge.

Last Conversation Piece - Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by  Valerie Hinojosa

Last Conversation Piece – Juan Munoz. Hirshhorn Museum and Sculpture Garden. by
Valerie Hinojosa

Offrant une présentation synthétique des travaux de Sacks, l’ouvrage propose un commentaire ramassé et précis de son œuvre. Il importe toutefois de rappeler que le sous-titre Faire de la sociologie avec Harvey Sacks est quelque-peu trompeur : les auteurs éprouvent moins les concepts et les méthodes du fondateur de l’approche conversationnelle sur leurs propres objets qu’ils ne s’efforcent d’en expliquer les modalités d’usage. Ils travaillent moins avec Sacks qu’ils ne commentent sa sociologie. Ne dérogeant pas à ce cheminement, nous commencerons donc par présenter les trois chapitres des Lectures on conversation, puis nous proposerons une lecture critique de la sociologie d’Harvey Sacks.

 Révolution dans les catégories

Dans le chapitre « ‟Hotrodder”, une catégorie révolutionnaire » (p. 29-42), Sacks s’intéresse à l’usage des catégories au travers desquelles tels ou tels groupes d’individus se définissent ou sont définis. L’objectif du sociologue consiste à montrer combien ces opérations de catégorisation illustrent les capacités qu’un groupe détient, ou non, à s’autodéterminer et à s’extirper des comportements et attitudes que d’autres groupes concurrents voudraient lui imposer d’adopter. Cette catégorie de Hotrodder, nous dit Sacks, est élaborée par des adolescents conduisant, trop vite, des voitures modifiées – qui ne sont pas sans ressembler aux voitures tunings photographiées par T. Cornu1. Développant des typifications singulières d’automobiles, de conducteurs et de comportements routiers, ils déploient également des modes singuliers de socialité et de manières d’être dans l’espace public, les amenant, peu à peu, à s’extraire de la catégorie d’adolescent que voudraient leur attribuer les adultes ; catégorie d’adolescent qui, si elle est acceptée par ceux qui se la voient attribuer, les oblige à un devoir de déférence et de soumission à l’égard de tout individu catégorisé comme aîné.

hotrodders in California from https://tullycorcoran.wordpress.com/category/cars/

Hotrodders in California from https://tullycorcoran.wordpress.com/category/cars/

 Pour ces jeunes épris de voitures modifiées, réussir à se faire qualifier d’Hotrodder, c’est parvenir à s’extirper d’une qualification « administrée » par autrui. Et, se faire désigner comme Hotrodder par un groupe censé les dominer, témoignerait, selon Sacks, de la capacité de ces jeunes à « contrôler [leur…] image » et, partant, à s’affranchir d’un certain nombre d’attentes et d’injonctions que les adultes aimeraient faire peser sur eux : « … la subversion et [le…] changement social sont […] à observer au niveau du rapport énonciatif qui s’instaure entre les membres de ces catégories » (p. 27). Symétriquement, obtenir d’autres Hotrodders de se faire ainsi qualifier impose d’observer les normes de comportements, les attitudes et les manières d’être valorisées par ceux qui administrent ladite catégorie.

Maîtriser la définition d’une catégorie, à savoir, sélectionner et combiner les éléments qui la fondent et qu’elle renferme, puis en maîtriser les conditions d’attribution, revient, selon les termes de Sacks, à « l’administrer ». Cette administration de catégories relève, sous ce jour, d’une opération de conception d’attitudes (ou de manières d’être), couplée à un travail de gestion de leurs significations sociales. Ainsi, selon Sacks, quand les membres d’un groupe dominé parviennent à ne plus s’attribuer à eux-mêmes la catégorie que des dominants mobilisent pour les désigner, et lorsque ses membres dominés réussissent à faire adopter à autrui la catégorie qu’eux mêmes s’attribuent, alors, ses membres ont regagné un peu d’autonomie et de pouvoir d’autodétermination. À l’inverse, quand des individus – par exemple, des chercheurs employés en CDD, mais docteurs depuis plus de trois ans – sont désignés par un autre groupe d’individus – des administrateurs d’établissements de recherche – au moyen d’une catégorie dont ils n’ont pas déterminé les contenus sémantiques – la catégorie post-doc et non pas chercheur précaire –, mais que cette désignation se généralise et que son emploi se développe au point que ceux qui, au départ n’en reconnaissaient pas la validité, en viennent à se l’attribuer à eux-mêmes, alors, ces mêmes individus subissent bien une domination2. Pour cette raison, nous dit Sacks, quand un groupe dominé réussit à remettre en cause la pertinence de la catégorie qui lui est attribuée c’est, par exemple, qu’il réussit à faire reconnaître que la position subalterne et les plus faibles droits sociaux qui lui sont accordés ne sont pas justifiés : « les révolutions qui cherchent à se mettre en place sont des tentatives de reconstruire la façon dont les choses sont perçues » (p. 35), nous dit l’auteur.

 Imitation game

Le chapitre « Voire une ‟imitation” » (p.47-52), reproduit dans la suite directe d’« une catégorie révolutionnaire », permet de saisir combien la sociologie conversationnelle de Sacks est également, voire surtout, une sociologie de la légitimité sociale à « faire quelque-chose ». Le chapitre de S. Keel « Des adultes et des enfants en situation d’interaction. Redécouvrir la socialisation » (p. 139-163) offre, à ce titre, un prolongement stimulant des analyses saksiennes. Une imitation, pour Sacks, c’est une action qui est vue par ceux qui y assistent sans la réaliser « non pas comme l’action à laquelle les actes, les gestes, les techniques ou encore les compétences mises en œuvre font référence […], mais comme une imitation de l’action visée, et ceci quel que soit la qualité de la réalisation » (p. 43). Pour le dire plus simplement, une imitation pour Sacks, ce n’est pas une action qui serait moins bien réalisée que le modèle d’action qu’elle tente de reproduire – conduire une voiture, par exemple –, c’est une action qui est réalisée par quelqu’un à qui est refusée socialement la légitimité à la réaliser. Des enfants peuvent parfaitement maîtriser l’art de la conduite automobile. Il n’en demeure pas moins que s’ils sont perçus au volant d’un Ranch-Rover, ceux qui verront la scène jugeront que les conducteurs réalisent une action qui leur est interdite et, ce faisant, ils en viendront à se demander comment ces enfants réussissent-il à imiter aussi bien des conducteurs légitimes : il ne viendrait pas à l’idée des « spectateurs » de reconnaître les compétences desdits enfants pour la conduite ; ils se demanderaient bien plutôt « Comment ils ont chopés ça ? » (p. 49).

Jiggs et Dorothy Lamour sur le tournage de “Her Jungle Love” 1938

Jiggs et Dorothy Lamour sur le tournage de “Her Jungle Love” 1938

L’imitation, ainsi entendue, a peu à voir avec le théâtre ou avec la mise en scène de la vie quotidienne. Quand quelqu’un perçoit une action comme une imitation, c’est qu’il ne reconnaît pas à celui qui agit le droit de, ou la légitimité à faire ce qu’il fait. Finalement, Sacks dissocie en partie la (qualité de) réalisation d’une action donnée de la perception qu’en auront ceux qui y assisteront. Cette perception de l’action – en tant qu’action originale, ou en tant qu’imitation – procède très largement de la catégorie à laquelle est assignée, « en situation », celui qui la réalise : si c’est un enfant qui conduit, qu’elle que soit sa dextérité et ses talents de pilote, il sera vu comme un imitateur ; si c’est un adulte et qu’il est un piètre conducteur, son action sera toutefois perçue comme légitime et ne sera pas considérée comme imitation. Cette analyse, basée sur des micros observations, permet à Sacks des montées en généralité audacieuses. Ainsi, suggère-t-il, réussir à déterminer quels types d’actions sont jugées comme relevant d’imitations permet de rendre compte de phénomènes tel que la domination sociale et ses modalités de reproduction : « on rapporte que des esclaves travaillant aux champs avaient dénigré des esclaves de maison […] parce qu’« ils se donnaient des airs de ‟maître” » (p. 52), notamment en usant du même vocabulaire que leurs propriétaires. Or, nous dits Sacks, ces domestiques continuèrent à être perçus comme des imitateurs de blancs par « les maîtres » et par « les esclaves travaillant dans les champs » (p. 52). S’il n’en avait pas été ainsi, et que leur compétence à parler et à agir à la manière des maîtres leur fût reconnue, leur statut d’esclave aurait perdu de sa légitimité. Ainsi, c’est tout l’ordre social qui aurait pu être contesté.

Continuer à voir l’action de ces esclaves parlant comme des maîtres comme une imitation, c’est faire en sorte de bloquer ceux qui sont catégorisés comme imitateurs dans leur infériorité : c’est faire en sorte que l’essence à laquelle ils sont renvoyés – celle d’esclave, dans le cas présent – continue d’être un déterminant de position sociale plus puissant que les capacités et les savoir-faire effectifs dont ils apprirent le maniement et dont ils firent la preuve de leur maîtrise.

À lire ces passages des Lectures on Conversation, l’analyse conversationnelle de Sacks semble contenir, en sous-texte, une conception théorique où l’espace social prendrait la forme d’un système de positions, en relation les unes aux autres, qui ouvriraient ou fermeraient des droits à réaliser légitimement un certain nombre d’actions, et qui seraient accessibles aux individus en fonction des catégories dans lesquelles ils seraient classés ou, en fonction des catégories qu’ils s’attribueraient et dont ils réussiraient à imposer l’usage. L’analyse est séduisante. Pourtant, Sacks ne s’étend pas sur les phénomènes macro- ou méso- sociaux, ni sur les ressources (richesse, pouvoir, relations, etc.) à travers desquels et grâce auxquelles des classes données d’individus réussissent en pratique à contraindre d’autres groupes à évoluer dans des espaces sociaux circonscrits, privant ceux qui y sont assignés des possibilités de pouvoir concevoir des activités originales et non serviles, à savoir des activités qui ne sont ni dominées, ni ne puissent être perçues comme des imitations.

Détails et déductions

S’il est un contributeur de premier plan de l’ethnométhodologie et qu’à cet égard l’apport de ses travaux à la sociologie est indéniable, il n’en demeure pas moins qu’« Harvey Sacks […] a plus retenu l’attention des linguistes que des sociologues » (F. Malbois, p. 83). Il avouait lui-même, « non sans une once de nonchalance, ne pas comprendre les raisons qu’ont les sociologues de faire ce qu’ils font » (F. Malbois, p. 83). Et, le moins qui apparaisse, à la lecture des traductions des trois passages des Lectures on Conversation proposées dans l’ouvrage, c’est que cette remarque pourrait aisément lui être retournée. Les sociologues les moins familiarisés à l’ethnométhodologie et à l’analyse conversationnelle pourraient se sentir désarçonnés à la lecture du chapitre « De la possibilité d’analyser les récits d’enfants » (p. 57-81) et se demander, d’emblée, quelle pertinence sociologique y-a-t-il à consacrer tant de pages à analyser deux phrases aussi anodines que : « Le bébé pleurait. La maman l’a pris dans ses bras » ? Et, il y a de fortes chances qu’ils considèrent qu’il est disproportionné d’affirmer que l’examen d’un tel matériau d’enquête permette la construction d’« un appareil qui rende compte de la façon dont n’importe quelles activités, que les membres [les « acteurs », ou les « agents », de l’ethnométhodologie] accomplissent de telles sortes qu’elles soient reconnaissables comme telles, sont accomplies, et ce de manière reconnaissable » (p. 61) ?

Charles White, Hope for the Future 1947

Charles White, Hope for the Future 1947

Pour Sacks, pourtant, l’examen de phrases telles que « Le bébé pleurait. La maman l’a pris dans ses bras » constituerait bien l’une des voies privilégiée d’élaboration d’un système d’analyse capable d’expliquer comment des personnes catégorisent leur monde, les entités y évoluant et les situations s’y déroulant, réussissant, par la, à « ordonner et transformer la réalité sociale »3 : bref, un appareil qui donne à voir comment les actions sociales sont initiées, en même temps qu’elles se disent. Tentons de montrer comment il procède – l’explication ci-dessous emprunte très largement à un commentaire du travail de Sacks exposé par D. Cefaï (et al.)4.

Quand un individu annonce qu’un bébé pleurait puis que sa maman l’a pris dans ses bras, il réalise une description (qui, elle-même repose sur une opération de catégorisation) susceptible d’initier une action. Pour les acteurs concernés, cette description relève d’une activité pratique ; pour le chercheur elle forme un matériau d’enquête. Pour bien comprendre comment les membres réalisent une telle activité et pour en faire la sociologie il faut en passer par trois étapes, nous dit Sacks :

  1. Les catégories utilisées par les membres – celle de « bébé », par exemple – prennent sens et en donnent aux situations où elles sont énoncées en fonction des « collections » ou des « dispositifs » auxquels elles font référence quand elles sont mobilisées. Par exemple : le bébé qui pleure, dans les deux phrases mentionnées, renvoie au « dispositif » « famille » ; « bébé » pourrait renvoyer au dispositif « couple » si cette catégorie était mobilisée entre deux amants (ou plus, d’ailleurs). Le chercheur qui reconnaît une description doit donc commencer par repérer quelles catégories sont mobilisées et dans quelles « collections » elles prennent place.
  2. Les manières dont ces catégories sont agencées produisent du sens quand « les actions attribuées aux différentes catégories sont congruentes avec celles-ci (les bébés ont pour habitude de pleurer et les mamans de les consoler) »5: dans une situation où un individu observerait un bébé pleurer, s’il en venait à le catégoriser en tant que « mammifère »6, plutôt qu’en tant que « bébé », sa description serait assez peu compréhensible et perdrait de ses capacités à initier l’action de la mère du bébé. Le chercheur doit donc évaluer la pertinence des modalités de mobilisation des catégories en fonction des caractéristiques de la situation et de la culture des membres interagissant.
  3. « Si des actions sont liées à des catégories [une maman qui prend son bébé dans ses bras, par exemple], on peut observer si ces actions sont effectivement accomplies par les personnes catégorisées »7. Pour que le chercheur puisse déterminer si les personnes conversant se comprennent suffisamment de sorte qu’elles réussissent à ordonner leur monde, il lui faut évaluer si les descriptions réalisées, qui contiennent des personnes catégorisées, suscitent, chez ces même personnes catégorisées, une (ré)action moralement attendue d’elles. Si tel est le cas, c’est que les membres conversant ont dit leur monde de manière : a) à être compris de leurs homologues et b) à initier des actions d’ordonnancement de ce même monde.

Ces trois opérations constituent la « machinerie » (p. 69) analytique élaborée par Sacks. À ses yeux, elle permet de rendre compte des manières dont les « membres » donnent sens à leur monde – i.e. le décrivent – et l’ordonnent. Reconnaître une description, puis l’analyser, sont donc au cœur de l’activité de l’ethnographe.

Si la « machinerie » est belle et qu’à l’instar des auteurs de l’ouvrage ici commenté, son ronflement procure l’envie de la mettre à l’épreuve de ses propres matériaux d’enquête, elle suscite toutefois quelques interrogations. Dans ce chapitre, Sacks travaille principalement à l’examen des deux phrases citées plus haut. Cet examen minutieux lui permet de déduire les conditions donnant sens aux énoncés et les instituant en tant que guide pour l’action des individus concernés. Et cette déduction est possible parce que Sacks introduit, au fil de son raisonnement, des « règles d’analyse » théorique – dont il ne dit pas comment elles sont construites. Ce faisant, et grâce à ces « règles », Sacks s’attribue la capacité de synthétiser toutes les significations sociales que les phrases retranscrites plus haut peuvent revêtir et tous les effets qu’elles peuvent engendrer. Finalement, en imaginant ces mêmes effets, plus qu’en cherchant à les repérer et les décrire empiriquement, Sacks fait comme s’il savait déjà tout ce que peut produire un énoncé : ce faisant, il s’octroie la capacité d’y déceler son principe directeur et sa propension à générer sens et action. Cette analyse critique du chapitre en question et de la « machinerie » présentée n’est sans doute pas valable pour toute l’œuvre du fondateur de l’analyse conversationnelle ou, du moins, elle ne témoigne pas de toutes ses intentions. E. A. Schegloff notait, à ce propos :

« Le dernier Sacks semble avoir pris une voie différente, à savoir : il se peut qu’on ne puisse pas construire une discipline systématique sur l’analyse d’un seul énoncé ou sur des cas uniques d’autres types d’unités ou d’occurrences, mais qu’une quantité importante de données soit nécessaire. Au moment de sa mort, il avait juste commencé une étude à grande échelle des « initiateurs de réparation au tour suivant », qui devait être une exploration de ce genre d’entreprise »8.

L’analyse conversationnelle : problèmes d’institution et de culture

Si les descriptions et analyses proposées par Sacks séduisent, les montées en généralité déduites d’observations si circonscrites convainquent moins. Comme le rappellent A. Bovet, E. Gonzalez-Martinez et F. Malbois, Sacks évite, tant que faire se peut, d’étudier le social en référence à des définitions d’interactions, de groupes ou d’institutions construites « hors sol ». Il tente plutôt de rendre compte des effets, sur le social, des définitions d’interactions, de groupes et d’institution les plus usitées. Dans le même temps, il tend à limiter son matériau empirique à des retranscriptions de conversations et à l’observation de situations d’interactions brèves et contingentes. Dans la foulée, il passe, sans beaucoup plus de précisions, à l’examen d’un jeu circonscrit de catégorisations (adolescents vs Hotrodder) à la théorisation des conditions de réalisation d’une remise en cause de l’ordre social. Ou, encore, il transite d’observations d’imitations au repérage des logiques de reproduction des hiérarchies sociales. Symétriquement, il prête peu attention aux activités de législation, de production de définitions du social et de catégorisation opérées par ces institutions telles l’État, l’École, ou les Médias, dont N. Ramognino9 – par exemple – a montré qu’elles internalisent des appareils d’enregistrements du social et se rendent ainsi capables de gérer les significations de phénomènes donnés. Ce faisant, Sacks écarte de son analyse la prise en compte des actions d’entités qui, à l’instar de l’État, peuvent légitimement contraindre l’accès d’une activité donnée à toutes une classes d’individus et les forcer, ce faisant, à être par exemple des imitateurs, au mieux, voire des hors la loi, au pire. En passant outre ce niveau que l’on pourrait qualifier d’institutionnel, Sacks réussit à montrer comment le social se fait en se disant mais parvient bien moins à rendre compte des manières dont ce même social se stabilise et, en prolongement, il prive son lecteur de pouvoir éprouver la solidité ou la justesse des théorisations qu’il propose.

Ces sauts du plus local des détails au plus global des structures sont rendus possibles par son usage problématique de deux notions : celle d’institution et celle de culture.

Sur l’institution

Commençons par l’usage de la notion d’institution. Selon J. Lagroye, « théoriquement et méthodologiquement, l’institution peut être considérée comme une forme de « rencontre » dynamique entre ce qui est institué sous forme de règles, de modalités d’organisation, de savoirs, etc., et les investissements (ou engagements) qui seuls les font exister concrètement et, complète-t-il, « l’institué renvoyant à ce qui est objectivé »10. Pour Sacks et ses continuateurs, la conversation est une institution, voire même une « institution sociale totale » (p. 84). Au jour de la définition assez peu restrictive de l’institution proposée par Lagroye, on serait tenté – à première vue – de les suivre. Pourtant, note A. Giddens11, les individus savent échanger et se comprendre sans nécessairement dire comment ils s’accordent et sans expliciter comment ils produisent conjointement du sens : ils savent faire sans dire comment ils font, bref sans objectiver les procédures présidant à leurs interactions et guidant leurs actions. Ainsi, la conversation s’appuie (au moins) sur une institution – la langue –, mais elle ne relève pas d’elle-même d’une institution, à l’inverse de ce que laisse entendre Sacks. Finalement l’auteur des Lectures semble confondre « l’objectivable » – le visible non remarqué des ethnométhodologues12 – et « l’objectivé ». C’est au prix de ce flou qu’il fait de la conversation une institution et qu’il semble s’autoriser ainsi à passer de leur analyse à celle des structures sociales. Cette lecture critique des Lectures fait écho aux critiques que Alban Bensa adresse aux chercheurs pressés de trouver des principes directeurs d’organisation sociale dans les observations circonscrites qu’ils réalisent :

« … l’anthropologie s’est en général contentée de rapporter les observations les plus détaillées à des significations générales, sans s’attarder sur l’examen d’éventuels niveaux sémantiques intermédiaires. Quand Clifford Geertz décrit ‟le rythme conceptuel interne” de ses analyses comme ‟l’aller-retour dialectique continu entre le plus local des détails locaux et la plus globale des structures globales en sorte qu’on arrive à les voir simultanément”, il se situe dans le droit fil de Mauss assignant à l’anthropologie la tâche de mettre en relief l’homme ‟moyen” ou ‟total” de chaque société étudiée. Un tel objectif ne peut être atteint que si l’on suppose qu’un Français puisse à lui seul signifier la France […], bref qu’une correspondance immédiate s’établisse entre l’individuel et le collectif, le circonstanciel et le permanent ».13

Alban Bensa, La fin de l'exotisme

Alban Bensa, La fin de l’exotisme

Dans les Lectures on conversation, le cheminement analytique que Bensa attribue à Geertz paraît également déployé : Sacks semble trouver dans toute situation de conversation quelque chose comme une « institution » qui, une fois analysée, autoriserait à dire quelque chose concernant (les structures générales de) la société dans laquelle la conversation observée et décrite se déroula, et cela en sautant par-dessus de tous niveaux intermédiaires qui, des institutions de l’État, aux entreprises ou aux médias, par exemple, disposent pourtant des moyens de fixer – un temps – les significations d’actions données, d’attitudes particulières ou de réactions, tout autant que d’en contraindre les conditions de déploiement.

Sur la culture

Les problèmes que posent ces passages (trop) rapides de l’analyse de conversations données aux structures sociales s’illustrent tout particulièrement dans l’usage qu’il fait de la notion de culture. Sacks la définit en tant que « dispositif permettant d’engendrer des actions reconnaissables »14.

Retraçons plus en détail comment cette notion de culture intervient dans le fonctionnement de sa « machinerie ». Sacks ne rend compte ni de la construction des catégories les plus utilisées, ni de leurs modalités d’usage. Il désigne ces mêmes modalités en tant que « dispositif » (p. 62), lui-même qualifié de « règles d’application » de catégories données. Il n’offre aux lecteurs ni une histoire, ni un panorama des « institutions de sens » en référence auxquelles les individus se comprennent et remplissent de significations les phénomènes les concernant. Symétriquement, l’examen détaillé des procédures d’une conversation lui permet d’en arriver à la théorisation de la structuration du social…, justement parce qu’il plaque ses analyses sur un substrat cognitif – postulé et non décrit – censément partagé par tous les « membres » : la culture. Dans sa « machinerie », la culture revêt ainsi la fonction de « carburant » idoine : elle est en dernier ressort ce qui assure le dynamisme des conversations et assure de les faire fonctionner comme véhicule de sens et d’actions. D’ailleurs, Sacks l’évoque une première fois en tant que « quelque-chose de puissant et ordonné » (p. 51) capable de régler en partie le sens des interactions et des significations qui leur sont données « en situation », avant d’annoncer que cette même culture « exerce son pouvoir » (p. 61) jusqu’au cœur des échanges les plus singuliers. Puis, il conclut en affirmant qu’elle remplit « les cerveaux à peu près de la même manière […] de telle sorte qu’ils soient similaires jusqu’à un haut degré de détail » et, qu’en cela, elle a quelque chose de « réel et de subtilement puissant » (Ibid.).

CONCLUSION

Selon Bensa, reprenant à son compte une critique formulée par Marc Augé, les anthropologues marqueraient une tendance problématique à chercher les structures globales dans des comportements locaux et contingents, et en viendraient incidemment à élever des acteurs donnés au rang « d’individualité[s] de synthèse », elles mêmes considérées en tant qu’« expression d’une culture […] considérée comme un tout (M. Augé ; 1992, p. 32) »15. La lecture de Sacks peut générer des critiques du même type et l’on n’est pas sans se demander si l’auteur ne tend pas à élever les micros conversations qu’il décrit et analyse au rang de « situations de synthèse » qui, d’elles-mêmes, et sans qu’il soit jugé nécessaire d’en retracer l’historicité, permettrait d’appréhender précisément un ordonnancement de relations valant pour la société dans son ensemble, elle-même qualifiée en référence à une culture perçue comme quelque-chose « de puissant et ordonné » qui agirait jusqu’au niveau les plus intimes des interactions entre individus.

Comme nous venons de le montrer, ce tour de force, ou plus exactement ce « forçage », est notamment rendu possible du fait de la pluralité des définitions qu’il donne aux conversations. F. Malbois en rend compte, sans pour autant ne proposer une lecture critique de cette indécision sémantique. Elle affirme que pour Sacks « le fait de parler […] est en lui-même une institution », puis, dans la suite directe de cette assertion, elle note que, selon l’auteur, « Les pratiques langagières [… sont] d’abord envisagées […] comme étant des activités sociales » (p. 87). Ce faisant, les conversations sont tout autant des activités observables in situ que des institutions ; une fois les unes et les autres placées à un niveau équivalent, il est alors aisé de faire passer le compte-rendu analytique d’interactions contingentes pour l’illustration synthétique d’habitudes, de manières de parler et de penser le monde, de le légiférer et de l’ordonner. Bref, ce qui semble notamment manquer à l’analyse conversationnelle pour finir de convaincre c’est une « balistique sociologique » (F. Chateauraynaud, 201116) des catégories. Sans poser a priori un niveau (micro ou macro) depuis lequel les manières de penser et de dire le monde seraient initiées, cette balistique qui rende compte des trajectoires des catégories les plus utilisées, qui retrace le travail qui en assure la stabilisation et qui met au jour leurs effets sur les milieux où elles sont mobilisées, complèterait pertinemment l’approche sacksienne en la dotant d’instruments d’analyse permettant non plus d’indifférencier les niveaux institutionnels des niveaux interindividuels mais, justement, en en montrant les articulations réciproques. C’est à ce prix, pensons-nous, que l’analyse conversationnelle gagnerait encore en pertinence et qu’avec les auteurs de cet ouvrage stimulant – parce qu’il présente précisément une sociologie originale, donne l’envie de l’expérimenter tout en suscitant des critiques et des continuations – nous finirons d’être convaincus de l’intérêt de faire de la sociologie avec Harvey Sacks.

 

  1. CORNU T., 2010, « La photographie comme révélateur d’un terrain. Le cas des meetings de tuning ». ethnographiques.org, no 21 – novembre 2010 []
  2. Dans une note sur « La bonne terminologie du doctorat », la Confédération des jeunes chercheurs rappelait qu’un bon nombre de CDD dans la recherche était improprement qualifiés de post-doctorat ; ce terme permettant de masquer les dimensions précaires de contrats courts sans aucune visée formative : http://cjc.jeunes-chercheurs.org/presentation/terminologie.php []
  3. CEFAÏ D. (dir.), 2010, L’engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 116. []
  4. Ibid., p. 114-116. []
  5. Ibid., p. 115. []
  6. Ibid., p. 116. []
  7. Ibid., p. 115. []
  8. SCHEGLOFF E. A. (1992), cité par LYNCH M., « Les fondements ethnométhodologiques de l’analyse des conversations », p. 268, in De FORNEL M., OGIEN A., QUÉRÉ L. (dir.), 2001, L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte []
  9. RAMOGNINO N., 1989, « L’observation, un résumé de la “réalité” : de quelques problèmes épistémologiques du recueil et du traitement des données », Cahier du CIRADE, p. 13-32. []
  10. LAGROYE J., OFFERLÉ M. (dir.), 2011, Sociologie de l’institution, Paris, Belin, p. 10. []
  11. GIDDENS A., 1984, The Constitution of Society: Outline of the theory of structuration, Cambridge, Polity Press. []
  12. CONEIN B., 1988, « De quelques formes de l’interaction dans la conversation téléphonique », Réseaux, no 29, p. 7-32. []
  13. BENSA A., 2006, La fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Anacharsis, p. 56. []
  14. SACKS H., 1992, Lectures on conversation, Blackwell, Oxford, vol. 1, p. 226. []
  15. BENSA A., 2006, La fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Anacharsis, p. 57. []
  16. CHATEAURAYNAUD F., 2011, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Édition Pétra. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.