Socioinformatique des controverses (séminaire)

Outils socio-informatiques pour l’analyse des controverses

 

Séminaire du 17 novembre 2014 au 23 février 2015,  le lundi de 15 h à 17 h, EHESS, 105 bd Raspail à Paris, salle 3

Ce séminaire méthodologique est consacré aux aspects épistémologiques et pratiques de la constitution et du traitement de corpus de textes ou d’entretiens à l’aide d’instruments logiciels dédiés. Il sera organisé comme un lieu d’apprentissage à la construction individuelle d’enquêtes socio-informatiques, en fonctionnant comme un atelier collaboratif dans l’esprit des humanités numériques (digital humanities). Les séances seront essentiellement orientées vers l’analyse sociologique des controverses mais aborderont toutes sortes de matériaux d’enquête, plus composites ou hétérogènes, au croisement des traitements quantitatifs et qualitatifs.

Un des axes majeurs des travaux concernera les modèles narratifs et argumentatifs les plus pertinents pour le raisonnement sociologique. L’accent sera mis sur les opérateurs de reconfigurations, épreuves marquantes ou turning points, par lesquels se modifient les jeux d’actants et d’arguments au fil du temps. Les questions de temporalité sont en effet une des dimensions privilégiées par le style d’enquête du séminaire ; en résonance avec les travaux récents en sociologie pragmatique des controverses.

En se plaçant dans le mouvement des pratiques collectives distribuées, les séances donneront lieu à l’analyse collaborative de différents corpus, dont on organisera la comparaison. D’un point de vue technique, les principaux appuis socio-informatiques seront formés par la suite logicielle Prospéro, dont on discutera au cas par cas les possibles associations avec d’autres instruments (Alceste, Pajek, Gephi, Réseau-Lu, NVivo, et toutes sortes d’outils du web…). Conçu dans une démarche pragmatiste, le recours par les participants à une pluralité d’instruments socio-informatiques aura pour corollaire la mise en discussion des formes de problématisation et de construction des objets de recherche. Autrement dit, au-delà de l’apprentissage de routines ou de procédures logicielles, on insistera sur les opérations critiques nécessaires à toute logique d’enquête.

 

Programme

 

17 novembre : Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz : Présentation générale, analyse de corpus et algorithmes, humanités numériques et sociologie argumentative.

24 novembre :  Logique d’enquête et corpus évolutifs. Atelier installation de Prospéro 1, prendre en main un premier corpus, les dictionnaires et les concepts

1er décembre : Francis Chateauraynaud : Le nucléaire saisi dans le temps long : ruptures et bifurcations d’un point de vue socioinformatique

8 décembre : Atelier sur les catégories et les concepts sous Prospéro

15 décembre : Josquin Debaz : Etude de corpus : La controverses sur les effets sanitaires des ondes électromagnétiques

5 janvier 2015 : Atelier exports et visualisations des données (Excel, R, Pajek, Gephi…)

12 janvier :  Flávia Gouveia (University of Campinas) : Controverses sur les agrocarburants au Brésil

19 janvier : Atelier temporalités et périodisations

26 janvier : Samuel Szoniecky (université Paris VIII) : Génération automatique de textes

2 février : Atelier consacré à la construction et l’utilisation des classes de formules

9 février : Julien Velcin (université Lyon II) : Analyse automatique de l’opinion par des techniques issus de la science des données

16 février : Atelier comparaisons sous-corpus et acteurs principaux

23 février : Christopher Marlowe (Doxa-GSPR) : Comment je rédige ma chronique

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.