Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le doute est un état de malaise et de mécontentement dont on s’efforce de sortir pour atteindre l’état de croyance. Celui-ci est un état de calme et de satisfaction qu’on ne veut pas abandonner ni changer pour adopter une autre croyance. Au contraire, on s’attache avec ténacité non seulement à croire, mais à croire précisément ce qu’on croit. Ainsi, le doute et la croyance produisent tous deux sur nous des effets positifs, quoique fort différents. La croyance ne nous fait pas agir de suite, mais produit en nous des propositions telles que nous agirons de certaine façon lorsque l’occasion se présentera. Le doute n’a pas le moindre effet de ce genre, mais il nous excite à agir jusqu’à ce qu’il ait été détruit.1

512px-Gustave_Dore_L'Ours_Et_L'Amateur_Des_Jardins

Illustration de Gustave Doré pour "L'Ours et l'amateur des jardins" de Jean de La Fontaine.

La croyance n'est pas un concept facile à intégrer dans la sociologie pragmatique alors même qu'elle est au coeur des philosophies pragmatistes2 . Par contre, le doute y entre plus facilement dès lors, comme le rappelle la citation de Peirce ci-dessus, qu'il engage dans un processus d'éradication visant à retrouver l'état d'apaisement, attribué par le philosophe à la croyance. Les opérations, les épreuves et les processus critiques décrits par la sociologie des alertes et des controverses sont plutôt pensés à travers toute une gamme de modalités permettant à la fois de saisir les appuis ou les prises des acteurs - ou encore les gonds sur lesquels tournent les doutes dans la dernière philosophie de Wittgenstein3, et les degrés de certitude ou d'incertitude, de conviction ou de défiance qui ne cessent de se déplacer, d'évoluer, de se tempérer ou de s’enchaîner, comme dans la plupart des controverses de longue portée.

Le billet précédent faisait le point sur les déplacements et les confrontations suscités par la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans les arènes publiques en Amérique du Nord et en Europe.  Il se concluait sur l'émergence d'une problématique ancienne mais, à l'exception de quelques écotoxicologues, peu investie jusqu'alors, celle des « effets cocktails ». Dans les usages ordinaires, le mot cocktail, quasi synonyme de soirée, désigne un mélange de liquides souvent alcoolisés ; chez les scientifiques préoccupés de santé publique, il en va tout autrement, puisque le cocktail est un breuvage des plus délétères ! Car la formule de l’ « effet cocktail » qui s’impose aujourd’hui dans les discours publics, notamment à propos des produits chimiques, a semble-t-il une longue histoire dans les milieux de la toxicologie, puisqu’il est courant de remonter à une publication de 1939. Il reste que son entrée dans les arènes politiques est assez récente, et qu’elle marque un changement de perspective, largement porté en France par le Réseau Environnement Santé.

Genèse et circulation des effets cocktails

Un petit exercice bibliométrique montre l’évolution de la courbe des citations de l’article du dénommé Bliss, « The toxicity of poisons applied jointly »4, daté de 1939 et qui fait office de publication « ancestrale » sur le sujet et qui montre que l'intérêt pour ce papier ne s'est réalisé qu’à partir des années 2000.

Distribution temporelle des citations de « The toxicity of poisons applied jointly ».

Distribution temporelle des citations de « The toxicity of poisons applied jointly ». http://libra.msra.cn/Publication/4135606/the-toxicity-of-poisons-applied-jointly

Depuis quelques années, la politisation du thème est également manifeste. Elle a encore franchi un seuil le 9 novembre 2013, avec une pétition initiée par Gérard Bapt, député de Haute-Garonne très mobilisé par les causes sanitaires et environnementales. Reprise par de multiples médias, cette pétition réunit des élus, des scientifiques et des responsables associatifs, dans le but d’inciter les autorités à réduire, voire à supprimer partout où c’est possible l'usage des pesticides. Et on lit :

L'effet cocktail de ces substances est encore insuffisamment documenté, mais pourrait s'avérer majeur pour un certain nombre d'associations avec des pathologies endocriniennes ou cancéreuses5.

A chaque fois qu’une convergence argumentative issue d’un long processus de transformation, parsemé d’alertes, de disputes, de mobilisations, de décisions ou d’indécisions, s’installe dans les arènes publiques en prenant l’aspect d’une formule prête à circuler dans toutes sortes de contextes, elle témoigne d’une modification des évidences partagées qui sous-tendent les cadres cognitifs collectifs. On a déjà eu l’occasion de noter la montée en puissance des « effets cocktail » dans le champ des risques sanitaires, à travers les controverses sur les faibles doses et le rôle particulier des perturbateurs endocriniens dans la référence à un véritable « changement de paradigme »6. Autrement dit, avec l’avènement de l’argument des effets cocktails, le sens commun des scientifiques, des experts et des décideurs s’est quelque peu reconfiguré et ce qui était « impensable », « hors champ » ou « impertinent » siège désormais parmi les lieux communs – ce qui n’exclut pas des conflits d’interprétations, notamment sur les conséquences et les actions à entreprendre, conflits qui recoupent largement les différences de lecture du « principe de précaution », auquel les industriels entendent opposer un « principe d’innovation »7.

Essayons de tirer quelques observations de la petite enquête transversale conduite récemment à partir des corpus de l'observatoire socio-informatique8. Car cette affaire de « cocktails » – les anglo-saxons parleront plus volontiers de « mixtures » – a des racines plus profondes que les joutes actuelles liées à la promotion des perturbateurs endocriniens comme grande cause fédératrice en matière de santé environnementale - ce dont témoigne le colloque Exposition aux mélanges de substances chimiques, organisé par l'Anses, le National Food Institute/DTU et le BfR les 10 et 11 décembre 2013.

Rendant toujours saillante la question des effets cocktails, la cause des perturbateurs endocriniens a été portée, selon Nathalie Jas et Jean-Paul Gaudillère, aux États-Unis par la « contre-expertise », tandis qu’en France, c’est un champ de recherche associant industrie et recherche académique qui l'aurait mise en avant. Aussi, de part et d’autres de l’Atlantique, un écart est maintenu entre les régimes de production des connaissances sur ces substances. Aux États-Unis, il s’agit principalement d’écotoxicologie, du fait d’une attention soutenue aux milieux naturels, et en particulier aux espèces animales, puis d’épidémiologie et de biologie du cancer, alors qu’en France la question surgit plus directement sur des fronts tels que la toxicologie alimentaire, la qualité des eaux et la reproduction humaine (qualité du sperme). De même, alors que la régulation administrative apparaît très tôt aux USA, elle ne survient que tardivement en France (dans les années 2005-2006)9. D’autres auteurs plus critiques mettent en évidence que la thématique a longtemps manqué de soutien institutionnel, politique et financier, souffrant du même coup d'un manque de production scientifique, laquelle venait en retour renforcer la frilosité des pouvoirs publics10. Un contrôle, même superficiel, sur le Web rend manifestes l’existence de deux profils de mobilisation fort différents dans les mondes francophones et anglophones.

image003 image005Comparaison Francophonie / monde anglo-saxon à partir de Google Trends, et des expressions « perturbateurs endocriniens » et « endocrine diruptors »

Tracer la présence des cocktails dans les corpus

Les matériaux utilisés ici sont de trois ordres :

  • Il y a d’abord l’ensemble des corpus francophones liés aux risques sanitaires et environnementaux, régulièrement interrogés dans le cadre des travaux de l’observatoire ;
  • Les corpus anglais constitués lors d’enquêtes spécifiques (Alarms and Controversies formé en 2010 et 2011 lors des enquêtes aux États-Unis et enrichi de manière intermittente, précisément des PE ; collection des articles d’Environmental Health Perspectives 1997-2011) ;
  • Les documents (essentiellement des articles ou des rapports en pdf) accumulés à partir de multiples fils et non (encore) insérés dans des corpus.

Un premier regard transversal porté sur les corpus francophones montre clairement que, du point de vue historique, c’est le dossier des pesticides qui porte la question des cocktails de substances chimiques. Sans surprise, on trouve ensuite le Bisphénol A, qui annonçait en quelque sorte l’entrée en politique des perturbateurs endocriniens en Europe, et en France en particulier, et qui, dès 2010, ouvrait la voie à l’extension de la problématique des expositions multiples. Parmi les dossiers les plus pertinents, viennent ensuite les corpus abeilles et téléphonie mobile11 dans lesquels la question de la multiplicité des sources est au cœur des débats.

image007

La liste des textes du corpus Pesticides "historique" (soit la bagatelle de 12900 textes) qui parlent d’ « effet cocktail » est assez courte et l'on voit surtout surnager des contributions de Que Choisir, notamment un texte intitulé « Risques certains et voeux pieux » (Que-Choisir@ 2003-01-28) , puis « Pesticides : en plein nuage » (Que-Choisir@ 2005-02-22). Attestant de la montée du thème au fil du temps, le corpus Pesticides contemporain = 3489 textes)) renvoie beaucoup plus d'« effet cocktail » puisque 28 documents répondent à la requête. On repart avec Que Choisir, dans « Pesticides : Bruxelles rate le coche » (Que-Choisir@ 2008-09-03), puis on croise beaucoup de références à l'ANSES en 2010 - voir par exemple, « Alimentation : recherches en cours sur les cocktails de produits chimiques (Anses) » (AFP 2010-12-03) - et on voit s'enchaîner toutes sortes d'auteurs et de supports à partir de l'année 2011. Il serait fastidieux de tout citer ici mais on note quelques séquences intéressantes comme la discussion des effets cocktail dans Le Monde ou dans Les Echos en 2012 12. Une des pièces majeurs de la série est constituée par le rapport d'information établi au  nom de la Mission commune d'information sur les pesticides et leur impact sur la santé et l'environnement coordonné par Nicole Bonnefoy, sénatrice (10 octobre 2012).

Venons-en au corpus des articles de la revue Environmental Health Perspectives (EHP)13. Ce corpus, assez lourd à manier sous Prospéro, est formé de plus de 7000 articles répartis entre 1997 et 2011. L’analyse de cette base documentaire en tant que telle n’a pas été complètement menée à ce jour. Outre la taille du corpus (environ 250 Mega-octets de textes), un des problèmes vient de la gestion des références bibliographiques pour lesquelles il va falloir développer des scripts spécifiques. Mais il est possible d’explorer différents fils selon les besoins des enquêtes. On a ainsi utilisé cette base pour enrichir la collection des objets d’alerte en version anglaise (RISK-ISSUES*), et pour affiner la définition du réseau conceptuel intitulé MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dont voici le contenu pour la partie du corpus qui couvre les années 2010-2011 (734 textes).

Capture d’écran de Prospéro 1.

Capture d’écran de Prospéro 1.

Distribution temporelle de MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dans le corpus EHP

Distribution temporelle de MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dans le corpus EHP

 

Passons maintenant aux éléments tirés du corpus Alarms and Controversies (1983 – 2013). Bien qu'insatisfaisant du point de vue quantitatif et très parqué par des moments d'enquête, ce corpus permet de remettre en histoire la question des effets cocktails et de prendre des marques bien en amont des controverses en cours.

image013

istribution temporelle des pics de présence de l’objet MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dans le corpus « Alarms and Controversies » (rapport entre occurrences et volume de texte par année)

Distribution temporelle des pics de présence de l’objet MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dans le corpus « Alarms and Controversies » (rapport entre occurrences et volume de texte par année)

Ce profil, qui est largement tributaire de l'incomplétude du corpus sur certains supports14 est pour le moins accidenté et rend manifeste l'existence de moments forts autour des effets cocktails. Une requête passée au logiciel Marlowe concernant les textes marquants qui engagent l’objet MIXTURES-COMBINATION-EFFECTS@ dans le corpus « Alarms and Controversies », fait d'abord apparaître la persistance de la question dans les productions de l'EPA :

  • "Indoor Air Pollution : An Introduction for Health Professionals" (30/6/1993),
  • Endocrine Disruptors Program Review Workshop (5/12/2002),  AN EXAMINATION OF EPA RISK ASSESSMENT PRINCIPLES AND PRACTICES (1/3/2004),
  • Hydrogen Final Fluoride Study Report (14/12/2006),
  • Nanomaterial Research Strategy (30/6/2009),
  • External Review Draft Nanomaterial Case Studies : Nanoscale Titanium Dioxide in Water Treatment and in Topical Sunscreen (15/7/2009),
  • EPA Releases Second Phase of Toxicity Testing Data for Eight Oil Dispersants (2/ 8/2010),
  • Kahoka, Mo., Landowners and Two Businesses Ordered to Halt Hazardous Waste Pollution at Chemical Processing (2/9/2010) ...

A cette première série, s'ajoutent d'autres contributions d'institutions et non des moindres :

  • IAEA, Environmental Consequences of the Chernobyl Accident and their Remediation : Twenty Years of Experience (15/4/2006),
  • Committee on Improving Risk Analysis Approaches, Science and Decisions : Advancing Risk Assessment (15/1/2009),
  • Council of Europe, Protection against chemicals (8/1/2010),
  • US DEPARTMENT OF HEALTH, REDUCING ENVIRONMENTAL CANCER RISK What We Can Do Now (1/5/2010),
  • WHO,  State of the Science of Endocrine Disrupting Chemicals 2012 (31/1/2013),
  • ou encore WHO, Effects of human exposure to hormone-disrupting chemicals examined in landmark UN report (19/2/2013).

Côté chercheurs et experts, sortent du lot les contributions de :

  • Cogliano et alii "The Science and Practice of Carcinogen Identification and Evaluation" (3/6/2004),
  • de Seralini and alii (tiens donc ...), Time-and-Dose-Dependent Effects of Roundup on Human Embryonic and Placental Cells (30/6/2006),
  • de Kortenkamp, Ten Years of Mixing Cocktails : A Review of Combination Effects of Endocrine-Disrupting Chemicals (15/12/2007),
  • Zoeller et alii  Thyroid-Disrupting Chemicals : Interpreting Upstream Biomarkers of Adverse Outcomes (1/2/2009),
  • de l'Endocrine Society,  Endocrine-Disrupting Chemicals An Endocrine Society Scientific Statement (31/5/2009),
  • de nouveau Kortenkamp, State of the Art Report on Mixture Toxicity (22/12/2009)
  • et enfin Vandenberg, Colborn, Soto, vom Saal, Zoeller, "Hormones and Endocrine-Disrupting Chemicals" (14/6/2012).

On peut encore compléter cette impressionnante bibliothèque par des contributions d'ONG ou de groupes critiques comme :

  • Environmental Working Group, Pharmaceuticals Pollute U.S. Tap Water (15/3/2008),
  • Alternet, Shrimp's Dirty Secrets: Why America's Favorite Seafood Is a Health and Environmental Nightmare (25/1/2010),
  • et de nouveau Environmental Working Group,  EWG's Ken Cook Testifies On House Bill to Reform Chemicals Law (29/7/2010).

De la lecture donc - tout en gardant à l'esprit qu'il ne s'agit que d'une sélection Marlowe ayant fait remonter les documents les plus pertinents par rapport au déploiement de l'objet étudié. Ce premier filtre renvoie des personnages déjà identifiés au fil d'enquêtes antérieures, et dont certains ont même été interviewés lors de la recherche consacrée aux faibles doses (Soto et Zoeller entre autres). Le cas d'Andreas Kortenkamp mérite une attention particulière. Comme le montre la capture d'écran ci-dessous, c'est son nom qui s'impose lorsque l'on s'intéresse aux effets cocktail.

 

Tableau des personnes qui surgissent dans le corpus avec la problématique des Mixtures – la liste est calculée par Prospéro à partir de la comparaison de deux partitions du corpus, l’une contenant des textes qui parlent au moins 3 fois de Mixtures, l’autre formée par l’anti-corpus.

Tableau des personnes qui surgissent dans le corpus avec la problématique des Mixtures – la liste est calculée par Prospéro à partir de la comparaison de deux partitions du corpus, l’une contenant des textes qui parlent au moins 3 fois de Mixtures, l’autre formée par l’anti-corpus.

La trajectoire de Kortenkamp et de ses travaux sur les effets cocktails mériterait une étude en soi car ils ont à l’évidence joué un rôle structurant dans la nouvelle évaluation des risques chimiques marquée par le tryptique « faibles doses », « effets cocktail » et « perturbateurs endocriniens », désormais au cœur des dispositifs publics.

 

L'impact des rapports Kortenkamp et les transformations de la réglementation européenne

A l’échelle européenne, les travaux portés par Andreas Kortemkamp ont fini par produire des effets performatifs dans l’espace institutionnel, en croisant d’autres démarches, comme celles qui ont servi d’appui aux Late Lessons Early Warnings II de l’European Environment Agency15.

Lors du Conseil Environnement de l’UE du 22 décembre 2009, les ministres de l’Environnement mettent l’accent sur le fait que « les effets de l'exposition conjuguée à de multiples substances chimiques provenant de sources ou de produits uniques sont reconnus dans certaines parties de la législation communautaire et qu'il est nécessaire de développer les méthodes concertées d'évaluation. La recommandation s’appuie essentiellement sur  les travaux de Kortenkamp16, toxicologue qui a longtemps exercé dans un milieu de pharmaciens à la School of Pharmacy (University of London) avant d’être nommé professeur à l'Institute for the Environment de la Brunel University :

Traditional chemicals risk assessment has a quite artificial orientation: It treats chemicals as if they act in isolation, when in reality there is exposure to multiple substances. For more than 15 years, our team have been engaged in efforts to find ways of improving risk assessment by taking “cocktail effects” into account. This work has proceeded in stages: Firstly, when we have information about the toxicity of individual mixture components, is it possible to predict the effects of the combination? Working with mixtures of endocrine disrupting chemicals we have shown that this is achievable. Secondly, what is the composition of mixtures of environmental relevance, and what effects do they produce? Work on this aspect of the mixtures issue is currently proceeding in our group. We are also interested in making an impact on chemical regulation by addressing the questions: Which chemicals should be grouped together for mixtures risk assessment? What are scientifically sound grouping criteria? We have prepared scientific reports for the European Commission, including the State of the Art Report on Mixture Toxicology. Currently we are writing a State of the Art Assessment for Endocrine Disrupters, a project also commissioned by the European Commission.17
Lorsqu'on lit attentivement la recommandation du Conseil Environnement de l’UE, on voit que les arguments de Kortenkamp ont porté. En effet, les membres se déclarent :

[…] conscients que les êtres humains, les animaux et les plantes sont exposés à de nombreuses substances différentes provenant de sources et suivant des voies différentes, et que, selon des études récentes, les effets de la combinaison de ces produits chimiques, dont la toxicité reproductive et d'autres effets nocifs des perturbateurs endocriniens, peuvent avoir de graves répercussions sur la santé humaine et sur l'environnement.

Il s’agit ainsi d’intensifier la recherche dans le but de changer les méthodes d’évaluation afin que les effets d'une exposition conjuguée à de multiples substances chimiques, dont bien évidemment les perturbateurs endocriniens, soient pris en considération par l'OCDE. On assiste ainsi à une transformation assez radicale des concepts et des outils de la toxicologie. Le troisième volet de cette enquête poursuivra l'examen de ce processus en regardant les multiples rebondissements produits par cette prise en compte des effets cocktails par la toxicologie réglementaire.

 Suite et fin : #3 Vers une toxicologie combinatoire

  1. Charles-Sanders Peirce, « La logique de la science », La revue philosophique de la France et de l’étranger , VI décembre 1878 et VII, janvier 1879, repr. Charles-Sanders Peirce, « Comment se fixe la croyance », revue Agone, 23, 2000. []
  2. Voir entre autres, la conférence donnée par William James, The Will to Believe, devant le club de philosophie de Yale and Brown Universities, en juin 1896. []
  3. L. Wittgenstein, De la certitude, Paris, Gallimard, 1969. []
  4. C.I. Bliss, “The toxicity of poisons applied jointly” Ann Appl Biol. 1939;26:585–615. []
  5. Voir l’ « Appel de Montpellier : Passer à un niveau supérieur d’alerte et de prévention pour limiter des risques sanitaires et écologiques des pesticides », change.org 9 novembre 2013. []
  6. Voir F. Chateauraynaud, Argumentative Convergence as a Reconfigurator in the Trajectories of Risks. A Comparison of Low-Dose and CMR Arguments in Controversies on Health and Environment, text for the Workshop Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries, Strasbourg, mars 2010 ; F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences, Sociétés, vol 22, 2013. []
  7. European Industrial Lobbyists, The Innovation Principle " Stimulating Economic Recovery ", Open Letter to Mr. José Manuel Barroso President of the European Commission, 24th October 2013. []
  8. Voir les rapports F. Chateauraynaud et Josquin Debaz, Une pragmatique des alertes et des controverses en appui à l’expertise publique des risques, GSPR / ANSES, septembre 2012 et septembre 2013, ainsi que le billet « Nous sommes tous de la coalition contre les abeilles » du 5 novembre 2012. []
  9. Nathalie Jas et Jean-Paul Gaudillère, « How endocrine disruptors have become objects of research and government ? A comparison between the United-States and France », colloque Connaissances récentes sur les effets des perturbateurs endocriniens sur l’environnement et la santé, Anses, 10-11 décembre 2012. []
  10. Louise Vandelac et Pascale Krzywkowski, « Perturbateurs endocriniens et politiques publiques : entre incertitudes, critique épistémologique et dispositifs de production d’ignorance », Ibid. []
  11. Dans le cas de la téléphonie mobile, le sujet se complexifie encore puisqu’il peut s’agir d’hypothèses d’interaction entre ondes électromagnétiques ou entre effet des ondes et des substances dans l’organisme. []
  12. « L'inquiétant effet cocktail des pesticides sur nos cellules » Le Monde 2012-08-08 ; « L'effet cocktail de certains pesticides en question » Les Echos 2012-08-13. []
  13. Portée par le NIESH, National Institute of Environmental Health Sciences, aux Etats-Unis, EHP est en « open access » et jouit d’une autorité épistémique largement reconnue dans le champ santé-environnement-travail. []
  14. L'extension en cours des sites visités par le crawler attitré de Prospéro et Marlowe, nous conduit à intégrer de plus en plus de fils anglo-américains, dont certains supports de presse qui mettent en accès libre leurs archives. On y reviendra à propos des nouvelles chroniques fondées sur des requêtes multi-supports. []
  15. Voir par exemple la contribution de Henk Bouwman, Riana Bornman, Henk van den Berg and Henrik Kylin, « DDT: fifty years since Silent Spring » et celle de Susan Jobling and Richard Owen, « Ethinyl oestradiol in the aquatic environment ». []
  16. A. Kortenkamp, T Backhaus, et A. Faust, State of the Art Report on Mixture Toxicity, 22 décembre 2009. Rappelons que c’est sur ce rapport que s’est appuyée l’ANSES pour organiser le colloque de 2012 – ainsi que l’opinion sur the Toxicity and Assessment of Chemical Mixtures du Scientific Committee on Health and Environmental Risks (SCHER) de la Commission européenne (2012). []
  17. A. Kortenkamp, « Ten years of mixing cocktails: a review of combination effects of endocrine-disrupting chemicals ». Environ Health Perspect. 2007; 115 Suppl 198-105. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Logique d'enquête. Bookmark the permalink.

One Response to Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails

  1. Pingback: Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #3 Vers une toxicologie combinatoire | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">