Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #1 L’avènement d’un autre paradigme

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Au sein du mouvement pragmatiste américain, George Herbert Mead occupe une place particulière. Ayant largement contribué à l’inscription de la plupart des préceptes du pragmatisme dans les sciences sociales, il a notamment ouvert la voie à la psychologie sociale et à l’interactionnisme symbolique. Cela dit, on oublie souvent ses contributions concernant la science et la théorie de la connaissance. Dans un texte intitulé « Empirical realism », édité dans le recueil qui forme La philosophie du présent, il traite du rapport entre les données et leurs interprétations, en s’intéressant, bien avant Kuhn, aux manières de traiter ce qui se révèle incompatible avec une théorie ou un modèle dominant. Ce qui résiste, aux bords du cadre de pensée adopté par le chercheur, ce qu’il nomme « fait émergent », ne doit pas, dit-il, être rejeté mais servir de support à de nouvelles expériences et être transformé en nouvelle source de connaissance.

The scientist who welcomes facts that fail to accord with his theory must have a place in his doctrine for the experience within which those facts can appear. Nor can we account for the repugnant fact, for the emergent, by relegating it to an experience that is simply that of a mind that has made a mistake or been in error and now corrects it with a true or at least a truer account of reality. The repugnant fact is without doubt an emergent; it has, however, been customary to place its essential novelty in a mental experience, and to deny it to the world that the mind is experiencing.1

interdit-sauter

Dans ce processus, la production de données capables de résister aux interprétations théoriques, et de servir d’appui à des reconstructions ultérieures, est un levier majeur, sur lequel Mead fonde son réalisme empirique :

Plus les données sont isolées et observées avec sérieux, plus elles sont susceptibles de rester comme des éléments fiables pour la formulation et la solution de problèmes ultérieurs ; mais la perfection logique de la théorie et l’ampleur de son applicabilité ne préjugent en rien de sa survie face à de nouveaux problèmes. [...] En fait, le caractère achevé et global d’une hypothèse diminue sa valeur de survie face à des problèmes fondamentaux. Les scientifiques se trouvent en possession d’un corpus de données fiables en constante augmentation, alors que le véritable caractère de leurs recherches requiert une réinterprétation constante du monde dans lequel celles-ci sont menées.2

Une lecture sommaire fera sans doute de cette épistémologie du décalage une variante précoce du constructivisme ou du perspectivisme qui s’est affirmé tout au long du XXe siècle. Mais on peut aussi y lire l’expression d’une attention à la qualité et la fiabilité des données produites par la recherche, dont dépend la formulation des questions et des solutions ultérieures. La puissance d’expression des données l’emporte sur la séduction de théories qui tombent en désuétude au fil du temps… Or, c’est précisément ce qui s’est produit récemment aux points de rencontre de la toxicologie, de la biologie, de l’endocrinologie, de l’épidémiologie et de l’écologie scientifique : l’accumulation des données et des observations incompatibles avec le bon vieux modèle linéaire selon lequel « la dose fait le poison» (Paracelse), en vertu d’une relation de cause à effet saisie substance par substance, a fini par produire les conditions d’un « changement de paradigme »3.

La toxicologie n’est pas toujours monotone

Une imposante révision des données et des multiples interprétations concernant les effets aux faibles doses et les formes de réponse non monotones observées dans le cas des perturbateurs endocriniens, a été menée par un groupe de chercheurs. Engagé dans une méta-analyse de grande ampleur, ce groupe est constitué de multiples porteurs d’alerte bien connus dans les milieux de la contre-expertise sanitaire et environnementale, comme  Theo Colborn, Ana M. Soto, Frederick S. vom Saal, Thomas Zoeller4. Depuis 2010, et le surgissement du Bisphénol A dans les arènes publiques, les acteurs politiques et médiatiques ont à leur tour découvert les perturbateurs endocriniens, lesquelsavaient déjà fait l’objet de controverses publiques outre-atlantique. Dans le corpus Alarms and Controversies (1983-2013), développé sous Prospéro,  la première apparition publique de l’entité composite ENDOCRINE-DISRUPTORS@ nous fait remonter en 1994 avec un article du New York Times :

In a new wave of concern about synthetic chemicals in the environment, some biologists are warning that trace amounts of pesticides and other man-made substances may be interfering with the action of reproductive hormones and thereby damaging the fertility of various animal populations, including humans. The evidence is far from conclusive. But the economic and political stakes are high; should the new fears prove justified, a large group of important industrial chemicals might have to be curbed.  At least 45 synthetic chemicals, most of them pesticides, have been found to upset the workings of the hormonal, or endocrine system, and for this reason they are known as endocrine disruptors. There is little doubt, many scientists agree, that when people or animals are exposed to large doses of these chemicals, as has happened in chemical spills or contamination of food, serious derangements of reproductive function sometimes result. Male alligators born in Florida’s Lake Apopka after a large pesticide spill in 1980 were found to be incapable of producing sperm. In Taiwan, reproductive and other defects have been noted in the sons of women who in 1978 and 1979 ingested cooking oil contaminated with PCB’s.5.

Si l’on suit la carrière des perturbateurs endocriniens comme problème public aux États-Unis, on constate une montée continue depuis le milieu des années 1990 jusqu’en 2002, date à laquelle deux documents importants sont mis en circulation : l’un en provenance de l’OMS6 et l’autre de l’EPA7. C’est par la suite le dossier du Bisphénol A qui va porter avec lui la problématique de ces molécules et enclencher un processus de régulation de part et d’autre de l’Atlantique.

Campbell’s to Remove BPA from Cans

Campbell’s to Remove BPA from Cans, source ecowatch.com

Tout signal d’alerte, toute expertise ou décision publique en santé-environnement hérite d’une longue série de précédents et se déploie face à des contraintes nouvelles liées aux configurations d’acteurs et d’arguments mis en présence dans des contextes d’action inédits. Dans ce mouvement général, ce qui marque la période récente, c’est avant tout la manière dont les données et les interprétations sont rapprochées et réorganisées à travers deux processus complémentaires : la multiplication des méta-analyses et des expertises collectives. Une fois installés dans l’espace public, une cause, un problème ou une mesure peut encore rebondir et subir des reconfigurations, en vertu des productions de connaissances qui remontent des différents fronts de recherche et d’expertise. Sans restituer ici la série complète des événements marquants, qui mène en gros des premiers congrès américains des années 1990 à la mise à l’index du BPA à la fin des années 20008, plaçons-nous dans la période la plus récente, en marquant un point d’arrêt (breakpoint) sur l’année 2013.

Coalitions d’acteurs et convergences argumentatives

En 2013,  s’enchaînent plusieurs interventions dotées chacune d’une autorité épistémique notable. En janvier, dans l’important volume publié par l’Agence européenne pour l’environnement, Late lessons from early warnings: science, precaution, innovation, Andreas Gies et Ana M. Soto publient un chapitre consacré au BPA9. Le 20 mars 2013, sort l’avis scientifique de l’Agence européenne de sécurité des aliments, Scientific Opinion on the hazard assessment of endocrine disruptors: Scientific criteria for identification of endocrine disruptors and appropriateness of existing test methods for assessing effects mediated by these substances on human health and the environment. Le 9 avril 2013, c’est au tour de l’Anses de publier son évaluation des risques sanitaires associés au bisphénol A et de confirmer les effets sanitaires déjà soulignés en septembre 2011, en particulier «pour la femme enceinte au regard des risques potentiels pour l’enfant à naître». Cet avis prend en compte, pour la première fois, une estimation des expositions réelles de la population au bisphénol A par voie alimentaire, mais aussi par inhalation et par voie cutanée. En juin 2013, dans Environmental Health Perspectives, un article d’une équipe de l’INRA établit que le bisphénol A pénètre plus facilement qu’on ne le pensait auparavant dans l’organisme, via les muqueuses buccales10. Enfin, le 19 juin 2013, 27 ONG (parmi lesquelles figuraient initialement WECF France, le Réseau Environnement Santé, Générations Futures, Agir pour l’Environnement, le CNIID et C2DS) publient un manifeste et une pétition publique, appelant le gouvernement à adopter une stratégie ambitieuse de réduction des expositions des populations et des écosystèmes aux perturbateurs endocriniens. Ce manifeste intitulé, « Perturbateurs endocriniens : le temps de l’action », est rendu public le jour même de la réunion qui doit sceller le sort de la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE).

Perturbateurs endocriniens : le temps de l’action Communiqué de presse du 19 juin 2013

Perturbateurs endocriniens : le temps de l’action, Communiqué de presse du 19 juin 2013

Ce communiqué a beaucoup circulé dans les milieux d’expertise et de contre-expertise concernés. L’usage du style juridico-judiciaire, que l’on a relevé à plusieurs reprises11, marque un changement de régime de la critique et l’amorce d’une nouvelle phase, dont l’horizon est formé par d’éventuels procès en responsabilité fondés sur le schème argumentatif frayé lors des crises sanitaires des années 1990 : « on savait et on n’a rien fait ». L’amorce du message est pour le moins explicite quant aux appuis en matière de connaissances :

Nous, associations de promotion de la santé environnementale, de protection de l’environnement, associations de malades, associations de consommateurs, mutuelles, syndicats, associations familiales et de parents d’élèves, associations de médecins
Considérant les rapports des institutions internationales alertant sur l’épidémie mondiale de maladies chroniques (La prévention et la maîtrise des maladies non transmissibles, Assemblée Générale des Nations Unies, 2011), sur les impacts des pollutions chimiques sur la santé et l’environnement (Global Chemicals Outlook, Programme des Nations Unies pour l’Environnement, 2012) et sur l’érosion de la biodiversité (Conférence des Nations Unies sur la diversité biologique, Nagoya, 2010),
Considérant les principes de prévention, de précaution et de responsabilité écologique, à valeur constitutionnelle et le principe d’intégration de l’environnement dans le processus de développement, inscrit dans la Déclaration de Rio de 1992,
Considérant les appels réitérés de la communauté scientifique à agir rapidement pour préserver l’environnement et la santé humaine des atteintes des perturbateurs endocriniens, en particulier agissant en combinaison au cours d’expositions pendant des fenêtres critiques du développement telles que la période de développement foetal,

Outre les appuis cognitifs, institutionnels et juridiques, on relève dans ce dispositif une forte connexion entre l’impact des perturbateurs endocriniens et l’érosion de la biodiversité. S’il n’était pas très présent dans les dossiers étudiés à ce jour, ce rapprochement renoue, au moins tacitement, avec la matrice initiale de la critique écologique de la chimie industrielle : celle de Silent Spring – 2013 étant le cinquantenaire de l’ouvrage de Rachel Carson sorti pour la première fois en 1963. On a vu que le dossier des perturbateurs endocriniens avait pour caractéristique – comme le climat à une autre échelle – de pousser les acteurs à reconnecter des éléments traités séparément du fait de leur distribution dans de multiples systèmes de vigilance et d’alerte, et, ce faisant, de contraindre à réinterroger tous les espaces de calcul, comme celui qui s’est organisé autour des services écosystémiques :

Considérant que les perturbateurs endocriniens induisent chez la faune des effets sur le développement, la métamorphose (hermaphrodisme chez les amphibiens), la croissance, la reproduction, le sex-ratio, l’immunologie, favorisent certaines pathologies (telles que des tumeurs cancéreuses), les troubles neurocomportementaux (perte d’équilibre chez les insectes pollinisateurs) et les modifications des caractères impliqués dans la reproduction, la survie et l’adaptation au milieu ; que ces effets par voie de conséquence conduisent à la dégradation de la diversité biologique mais aussi et surtout à la perte des services écosystémiques,

Ce que rend manifeste la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans les arènes d’expertise, c’est aussi la densification des liens entre santé et environnement, laquelle était auparavant liée à des relations plus spécifiques entre des sources et des pathologies, avec un focus sur une relation de causalité pensée terme à terme. Le basculement, ou plutôt le retour d’un paradigme global, change assez radicalement la manière de penser causes et conséquences :

Considérant l’augmentation au cours des dernières décennies des maladies chroniques et troubles hormonaux dans l’ensemble de la population, notamment chez l’homme une baisse de la fertilité, de la qualité du sperme, la multiplication des malformations génitales à la naissance et de certains cancers,
Considérant que les perturbateurs endocriniens peuvent avoir des effets oestrogènes ou anti-oestrogènes qui interfèrent avec le fonctionnement de l’appareil reproducteur féminin, altérant les concentrations hormonales et le cycle menstruel des femmes, favorisant le développement de maladies utérines (telles que les fibromes et l’endométriose) et affectant la croissance mammaire et la lactation ; que ces substances ont été identifiées comme des facteurs de risque de puberté féminine précoce, de cancer du sein, de fausse couche et d’altération de la fertilité ou d’infertilité,
Considérant que des troubles métaboliques (obésité, diabète de type II, syndrome métabolique), pathologies neurologiques, troubles du comportement, maladies neurodégénératives ainsi que certains effets sur le développement neurologique ou le système immunitaire peuvent être imputables à une exposition à des perturbateurs endocriniens,
Considérant, d’une manière générale, que les perturbateurs endocriniens peuvent modifier l’épigénome à la base de la régulation de l’expression des gènes,
Considérant que les perturbateurs endocriniens sont à la fois présents dans notre environnement – air, y compris et surtout l’air intérieur, eau, sols et alimentation – et de nombreux produits et objets de la vie quotidienne,

On note qu’un certain nombre de relations restent toutefois modalisées par des opérateurs épistémiques qui, s’ils permettent d’orienter vers une conclusion de gravité et d’urgence, maintiennent des marques d’incertitude (c’est le cas d’une formule comme « suggérer des liens »). Si les pesticides occupent de nouveau le centre du tableau, on voit s’affirmer la référence aux cocktails, hypothèse passée en quelques années de conjecture marginale à l’état de lieu commun12 :

Considérant que de nombreux pesticides présentent des propriétés de perturbation endocrinienne, que les études scientifiques suggèrent des liens entre l’exposition aux pesticides et des pathologies graves chez les travailleurs et travailleuses agricoles (maladie de Parkinson, cancer de la prostate, lymphome non Hodgkinien, myélomes multiples) ainsi que des risques accrus pour le développement des enfants d’agriculteurs ou de riverains en cas d’exposition périnatale, que les pesticides, en formulation ou sous forme de résidus alimentaires, se présentent toujours sous la forme d’un cocktail chimique, que la France est le 1er utilisateur européen de pesticides et qu’elle s’est engagée en 2008 avec le plan Ecophyto à en réduire de 50 % la consommation d’ici 2018,

L’argument par les conséquences sature, on le sait, les énoncés produits au fil des processus d’alerte et de controverse, au point qu’on finit par ne plus lui accorder d’attention véritable. Dans la séquence suivante, une figure de montée en généralité permet aux auteurs-acteurs de lier les impacts sanitaires et environnementaux aux conséquences économiques supportées par la société, et concrétisées par les coûts de l’assurance sociale. Non seulement les acteurs tiennent de plus en plus compte des contraintes économiques et financières, histoire d’incorporer, en le retournant, l’argument de « la crise », mais aussi s’arrangent pour viser le coeur des préoccupations des politiques :

Considérant les conséquences des expositions aux perturbateurs endocriniens sur la santé et l’environnement d’une part, mais également la charge potentiellement élevée qu’ils font peser sur l’économie et la société dans leur ensemble, en particulier sur le système d’assurance-santé,
Considérant le devoir éthique de ne pas hypothéquer l’avenir de la jeunesse actuelle et des générations futures et les dangers pour la société que constitueraient une charge insupportable de morbidité et d’infertilité, une diminution globale des facultés intellectuelles de la population et l’augmentation des troubles du comportement,

Parmi les figures dominantes de l’argumentation écologique, la référence aux générations futures est extrêmement frayée. Plus rare est, du moins à ce jour, la mention d’une baisse générale des facultés intellectuelles de la population… Population encore vivace et réactive puisque c’est en son sein qu’ont pu se former des groupes avant-gardistes capables d’interpeller les pouvoirs :

Considérant enfin que la société civile a été à l’initiative de la reconnaissance des enjeux des perturbateurs endocriniens par les pouvoirs publics français ainsi que de leur large diffusion dans les médias ; que les associations, des acteurs mutualistes et quelques collectivités ont été jusqu’à ce jour les seuls acteurs de la sensibilisation du grand public sur une problématique cruciale encore largement ignorée par les instances sanitaires,

La comparaison des thèmes et des registres argumentatifs de ce texte et des multiples contributions du Réseau Environnement Santé dans les dossiers santé-environnement, rend manifeste son rôle moteur dans la production de cette interpellation.

Sans développer jusqu’au bout l’analyse séquentielle, regardons maintenant les injonctions produites sur la base des « considérants » examinés précédemment. Tout en liant la stratégie nationale d’action sur le perturbateur endocrinien aux enjeux globaux, ceux des « crises sanitaires et écologiques mondiales », le texte met en évidence la priorité qui doit être accordée aux publics vulnérables et à tous les facteurs d’inégalité. L’argumentation déployée prend moins un tour catastrophiste qu’une dimension proactive en matière d’innovation réglementaire « si besoin en précédant le lancement de procédures réglementaires européennes par des mesures nationales, lorsque les conditions de consensus communautaire ne sont pas réunies. » Réengageant l’argument du « changement de paradigme », longtemps porté par André Cicolella, les aspects toxicologiques sont projetés sur 5 points « dont les modes d’action remettent en cause la vision classique de la toxicité des substances chimiques : fenêtre critique d’exposition, latence des effets, effets cocktails, relation dose-effet non monotone, effets transgénérationnels. Il s’agit ainsi d’inciter les pouvoirs publics à soutenir « une définition la plus inclusive possible », en défendant l’ « assimilation des perturbateurs endocriniens à des substances sans seuil », ceci afin que :

les PE avérés (catégorie 1) et fortement suspectés (catégorie 2) soient couverts sous le régime réglementaire de la substitution obligatoire et les PE faiblement suspectés (catégorie 3) fassent l’objet d’une vigilance ou de restrictions dans les domaines pertinents (cosmétiques, contact alimentaire, articles destinés aux enfants). La SNPE suivra ainsi les recommandations de nombreux chercheurs en pointe sur les PE, telles qu’exprimées par exemple par 89 scientifiques dans la Déclaration de Berlaymont.13

non-monotonic

Présentation de courbes dose-réponse non monotones, EEA, Copenhague, 2012

Les ONG environnementales écrivent souvent le droit bien avant son inscription dans les textes officiels14, ce qui explique largement la virulence polémique de leurs détracteurs qui voient s’installer une « pieuvre écologique », une « secte verte » ou un « nouveau pouvoir totalitaire, anti-libéral et anti-démocratique » (cf les textes de l’AFIS mais aussi Bruckner et bien d’autres polémistes anti-écolos). Il est vrai que, sans aller chercher la « critique de droite », assez classique, d’un point de vue foucaldien, la généralisation de la biosurveillance et de la mise en indicateurs des milieux peut alimenter la critique d’une nouvelle forme de biopouvoir, notamment lorsqu’est exigée une politique sanitaire et environnementale portée « par un programme de biosurveillance humaine conséquent, par le développement de la recherche des impacts sur les écosystèmes et les espèces et par la mise en place d’indicateurs de surveillance des milieux. Des efforts de recherche doivent également être développés sur les impacts socio-économiques des PE afin d’appuyer la légitimité des politiques de prévention et des réorientations potentielles des budgets de santé publique. »

L’autre argument qui s’est frayé un chemin depuis plusieurs années dans les énoncés collectifs est celui de la promotion d’une « chimie verte » («green chemistry»), ici définie comme une chimie « axée sur la réduction des risques toxicologiques et écotoxicologiques dès la conception des produits et des procédés », mais aussi comme une manière de faciliter « les démarches de substitution en aval de la chimie, en particulier dans les filières agro-alimentaires et cosmétiques». En soulignant également comment les services publics, État et collectivités locales, doivent avoir des systèmes d’approvisionnement vertueux, les porteurs de la lutte contre les PE réécrivent de quoi doit être composé le monde, depuis la gestion des innovations jusqu’au traitement des effluents, des déchets et autres résidus, en passant par les systèmes d’information, de formation et de délibération. Mais revenant en conclusion sur un des principes fondateurs du droit de l’environnement, le texte réinvestit finalement la logique du pollueur payeur :

La SNPE doit être l’occasion d’une réflexion sur les coûts de la sécurité sanitaire et environnementale et sur la nécessaire contribution financière des « producteurs de risques » pour y faire face de manière appropriée. La surveillance, la recherche, l’expertise, le contrôle, la gestion réglementaire ou des programmes de remédiation ne doivent plus être supportés uniquement par les contribuables mais être compensés par une redevance indexée sur le chiffre d’affaires des entreprises génératrices ou vectrices de risques chimiques. En sus, une taxe sur la commercialisation, l’usage et l’émission de substances PE (et d’autres substances soumises à autorisation) pourrait permettre d’accélérer les substitutions et d’encourager et financer l’innovation.

L’empire contre-attaque ou le redéploiement du doute

Le moins que l’on puisse dire est que les porteurs du dossier des perturbateurs endocriniens sont extrêmement outillés et disposent d’appuis solides en termes de recherche, d’expertise et de position institutionnelle. La convergence des séries produit ainsi de nouvelles évidences, de véritables lieux communs de l’alerte et de la critique en santé environnementale, ce qui a deux conséquences :

  1. la multiplication des alertes dérivées prenant appui sur la matrice générale du danger des PE ;
  2. l’organisation d’une contre-offensive visant à relativiser l’impact des évaluations et des mesures envisagées par les instances européennes et les États membres qui soutiennent le mouvement.

Le premier mouvement s’illustre facilement à travers l’alerte récemment répercutée par de nombreux médias à partir d’une étude réalisée sur une base de 15 000 produits d’hygiène et de cosmétiques par l’institut Noteo, étude liée à une opération lancée de longue date par UFC-Que Choisir15. Dans une dépêche de l’AFP qui circule à partir du 13 septembre 2013, « Les perturbateurs endocriniens présents dans deux produits de beauté sur cinq », l’extension du domaine des PE semble pour ainsi dire infinie, partant des vernis à ongles pour aller jusqu’aux dentifrices et aux shampoings, autant dire tous les produits usuels avec lesquels les personnes sont en contacts de manière aussi rapprochée que fréquente – comme le résume à lui seul le tableau de chasse des Parabènes. Après l’effet de rupture produit par l’affaire du Bisphénol A, la diffusion des arguments les plus frayés autour des PE et des faibles doses, atteint désormais directement les publics à travers toute une liste d’objets ordinaires. La source du mal est partout et les commentateurs insistent, avec une assurance toute nouvelle, que le fait que :

Les perturbateurs endocriniens sont susceptibles de provoquer, même à très faibles doses, une grande variété d’effets, notamment sur le développement physiologique des individus exposés pendant la période intra-utérine. Ils sont notamment suspectés d’avoir un impact sur la fertilité et d’être liés à l’augmentation du nombre de cancers dits hormono-dépendants, principalement ceux du sein et de la prostate. On en trouve dans les produits d’hygiène mais également dans les contenants alimentaires. […] Parmi les PE les plus fréquemment utilisés dans les produits d’hygiène-beauté, on trouve les parabènes (23 %) et le cyclopentasiloxane (15 %), le triclosan n’étant présent que dans 1,3 % des produits. […] Les produits labellisés bio semblent largement épargnés par le phénomène selon l’étude qui n’a retrouvé un PE que dans 1,3 % d’entre eux, essentiellement le cinnamal que l’on retrouve naturellement dans certaines huiles essentielles (cannelle, jacinthe, patchouli). Selon le toxicologue et “lanceur d’alerte” André Cicolella, qui préside le Réseau environnement santé (RES), quelques 870 PE ont d’ores et déjà été identifiés parmi les 143 000 substances présentes sur le marché aujourd’hui, mais leur nombre réel pourrait être « beaucoup plus important ».

Mais les industriels et leurs alliés ne restent pas inactifs face à un tel raz-de-marée, capable d’emporter avec lui un nombre incalculable de produits chimiques. En effet, une initiative inhabituelle a été prise par les éditorialistes de 14 revues de toxicologie, cherchant à décrédibiliser les procédures fondées sur le principe de précaution. Il s’agit d’influencer les décisions en cours de la Commission européenne pour établir un cadre réglementaire sur les produits chimiques altérant le système endocrinien16. Les éditorialistes recommandent que les substances soient examinées en profondeur, substance par substance, en refusant le « changement de paradigme » défendu par de nombreux spécialistes qui ont répondu collectivement dans un texte intitulé « Science and policy on endocrine disrupters must not be mixed: a reply to a “common sense” intervention by toxicology journal editors »17. Dans leur réponse à cet éditorial, Philippe Grandjean et David Ozonoff, en tant que spécialistes de la santé environnementale, mettent en avant les profondes inexactitudes et le retard en matière de régulation des toxiques dont font preuve les éditeurs, et la portée fondamentalement politique de la polémique. Ils les attaquent en retour sur de potentiels conflits d’intérêts rendus opaques par l’absence d’informations sur leurs éventuels liens avec les industriels18.

Encore plus récemment, un article du Journal de l’Environnement, reprend le dévoilement opéré par Stéphane Horel pour et avec l’ONG Corporate Europe Observatory, et rend visible les réseaux de lobbying impliqués dans la nébuleuse d’instances liées au dossier des perturbateurs endocriniens19. L’industrie chimique semble avoir réussi à repousser de 6 à 8 mois la procédure envisagée par la Direction générale de l’environnement de l’Union européenne. Stéphane Horel, que l’on a déjà vue à l’œuvre à propos de l’EFSA surgit dans l’affaire à partir d’une enquête sur les conflits d’intérêts, en montrant que la quasi-totalité des cosignataires du premier éditorial entretiennent des liens forts avec les industries20. Elle montre que tout part du renversement réussi par le Parlement européen en matière d’autorisation des pesticides et des biocides : il s’agit d’activer réellement une logique de précaution en Europe et d’évaluer les dangers avant d’exposer les personnes et non après coup. Les industriels tentent alors de bloquer ce processus tout en agitant le spectre d’une catastrophe économique au vu du nombre de produits potentiellement visés. Les PE ne fonctionnant pas selon une logique de seuil – sauf à maintenir à tout prix celle-ci (d’où la stratégie des éditoriaux de revues de toxicologie), le système d’évaluation et le calcul bénéfice/risque est à revoir complètement. Et l’on retrouve inéluctablement, sur la question des PE, le nœud critique des liens de dépendance et des contraintes fortes qui pèsent, en retour, sur l’indépendance des experts. Le fil des conflits d’intérêts conforte ainsi sa double position de reconfigurateur et d’opérateur de convergence entre les processus. Ce dont témoigne le procédé de généralisation utilisée par Horel dans l’entretien accordé au Journal de l’Environnement :

Grâce au Mediator, le grand public en France a compris que cette question n’était pas une question purement théorique ou intellectuelle, mais qu’elle avait des conséquences sur la santé des gens. Les questions de controverses – ou de pseudo controverses – scientifiques ne peuvent plus se dérouler sans que l’on se demande : mais d’où parlent les gens qui s’expriment ? Le fait est qu’on est aujourd’hui dans une situation de conflits d’intérêts généralisée, notamment parce que c’est une des stratégies avérées de l’industrie de créer des liens avec les experts. Ce n’est pas un état naturel, mais la conséquence d’une stratégie. Et le principal responsable de cette situation, ce sont les pouvoirs publics. L’industrie, finalement, ne fait que son travail, et les pouvoirs publics sont censés mettre des garde-fous pour que l’expertise publique soit faite dans l’intérêt des gens et leur santé. Nanotechnologies, radiofréquences, OGM, médicaments… Toutes ces questions ont besoin d’une expertise publique indépendante des intérêts privés. Il faut savoir que l’un des plus gros financeurs de la recherche en Europe, c’est la Commission européenne. Or certaines des conditions mises par l’UE, c’est que les chercheurs bénéficient de partenaires ou de financeurs privés. C’est parfois une condition sine qua non pour avoir de l’argent public. Donc, quoi qu’ils en disent, cela cadre forcément les questions qui vont faire l’objet de la recherche.

Si la question des conflits d’intérêts est fortement investie dans les polémiques publiques21, une autre dimension du dossier est formée par la question des mélanges ou effets cocktails. De nature plus épistémique, ce nouveau fil de controverse met en lumière les interactions entre les différentes substances, saisies dans une combinatoire proprement chimique ou dans leurs « synergies » avec l’environnement (les anglo-américains parlent de synergistic effect). Le deuxième volet de cette contribution approfondira cet aspect en réinterrogeant les corpus et bases documentaires disponibles.

Poursuivre la lecture avec #2 Les effets cocktails

  1. George Herbert Mead, « Réalisme empirique » (« Empirical realism », in The Philosophy of the Present, 1932). []
  2. George Herbert Mead, “Réalisme empirique”, traduit par Michèle Leclerc-Olive et Cécile Soudan, dans La philosophie du temps en perspective(s), Paris, EHESS, 2012. []
  3. Voir sur ce point, F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures Sciences Sociétés, published online 14 novembre 2013 http://dx.doi.org/10.1051/nss/2013098. Prolongeant les travaux effectués sur les faibles doses, ce billet forme le premier volet d’un triptyque et s’inscrit dans la série des recherches menées en partenariat avec l’ANSES  – dont on trouve la trame au fil des différents rapports annuels, à commencer par le dernier, celui de septembre 2013. []
  4. Laura N. Vandenberg, Theo Colborn, Tyrone B. Hayes, Jerrold J. Heindel, David R. Jacobs, Jr., Duk-Hee Lee, Toshi Shioda, Ana M. Soto, Frederick S. vom Saal, Wade V. Welshons, R. Thomas Zoeller, and John Peterson Myers, « Hormones and Endocrine-Disrupting Chemicals: Low-Dose Effects and Nonmonotonic Dose Responses »,  Endocrine Reviews, June 2012 []
  5. « Pesticides May Leave Legacy of Hormonal Chaos », NYT, 23 aug 1994. []
  6. OMS (2002), Global assessment of the state of the science of endocrine disruptors, WHO- IPCS/UNEP/ILO–2002. []
  7. Endocrine Disruptors Program Review Workshop, Workshop Abstracts, oct. 2002. []
  8. On peut rappeler ici le workshop international Disrupting pathways: Endocrine disruptors and the public expertise of health and environmental problems, Paris, December, 14th-15th, 2012. Organized by Jean-Paul Gaudillière (Cermes3 – INSERM/CNRS) and Nathalie Jas (RiTME – INRA) Supported by the French National Research Program for Endocrine Disruptors (PNRPE). []
  9. « Bisphenol A: contested science, divergent safety evaluations », p. 215-239 []
  10. « L’INRA, le bisphénol-A et les perturbateurs endocriniens», {SCIENCES²}, 12 juin 2013. []
  11. Voir le style judiciaire de la pétition lancée par Pollinis, Réseau de conservatoires d’abeilles et de pollinisateurs, adressée à la Commission Européenne en mai 2013 : « Attendu que vous êtes sur le point d’adopter une réglementation concernant trois néonicotinoïdes ». Il s’avère que l’authenticité de cette pétition a fait l’objet de vives critiques. Dénoncée comme une « arnaque » par de nombreux acteurs du dossier apicole, elle traduit le haut degré de généralité de la cause des abeilles qui met en concurrence toutes sortes d’acteurs soucieux de capter des publics… []
  12. VoirVandenberg et al. op. cit. []
  13. La déclaration de Berlaymont fait suite à une conférence organisée par L’Union Européenne à Bruxelles en juin 2012 sur les perturbateurs endocriniens et les politiques d’évaluation et de régulation à mettre en œuvre. Parmi les appuis scientifiques utilisés, on note les documents suivants : European Environment Agency (2012) The impacts of endocrine disrupters on wildlife, people and their environment – the Weybridge +15 report. ; Kortenkamp A, Martin, O, Faust M, Evans R, McKinlay R, Orton F, Rosivatz E (2012) State of the art assessment of endocrine disrupters. DG Environment project contract number 070307/2009/550687/SER/D3 ; UNEP WHO (2013) State of the science of endocrine disrupting chemicals – 2012 (Editors: Bergman A, Heindel JJ, Jobling S, Kidd KA, Zoeller RT. []
  14. Voir Marie-Angèle Hermitte, Le droit saisi au vif. Sciences, technologies, formes de vie, entretiens avec F. Chateauraynaud, Paris, Pétra, 2013. []
  15. UFC-Que Choisir, « Perturbateurs endocriniens dans les produits d’hygiène et de beauté. Alerte dans la salle de bain », Communiqué du 2 avril 2013. Rappelons au passage que le groupe français de défense des consommateurs est depuis longtemps sur ce type de dossier. Sur le rôle de cette ONG dans le déplacement des objets d’alerte liés à la consommation, voir Voir F. Chateauraynaud, « Argumentative Convergence as a Reconfigurator in the Trajectories of Risks. A Comparison of Low-Dose and CMR Arguments in Controversies on Health and Environment », Text for the Workshop Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries, Strasbourg, mars 2010. []
  16. Editorial, « Scientifically unfounded precaution drives European Commission’s recommendations on EDC regulation, while defying common sense, well-established science and risk assessment principles », Toxicol. Res., 2013,2, 297-298. []
  17. Bergman et al. Environmental Health 2013, 12:69 http://www.ehjournal.net/content/12/1/69. []
  18. Philippe Grandjean and David Ozonoff, « Transparency and translation of science in a modern world », Environmental Health, 2013, 12:70 http://www.ehjournal.net/content/12/1/70. []
  19. « Les perturbateurs endocriniens, objets de tous les lobbies », Journal de l’Environnement, 23 septembre 2013. []
  20. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Entre lobbying et déontologie : histoires de conflits d’intérêts », Socio-informatique et argumentation, 5 avril 2011. []
  21. « Les perturbateurs endocriniens au cœur d’un scandale européen », Le Monde, 4 octobre 2013. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Logique d'enquête. Bookmark the permalink.

2 Responses to Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #1 L’avènement d’un autre paradigme

  1. Pingback: Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens | PEPS PSL-CNRS Les sciences, le doute instrumentalisé et l'ignorance produite

  2. Pingback: Turbulences épistémiques et perturbateurs endocriniens #2 Les effets cocktails | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">