De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens

Date 30 septembre 2013

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Le surgissement de nouveaux acteurs, dotés d’expériences, de savoirs et d’outils inédits, est un des éléments les plus marquants de la dynamique des controverses sanitaires et environnementales. On voit ainsi apparaître de nouvelles formes de surveillance et de contre-expertise en provenance d’acteurs extérieurs aux institutions et aux industriels. En même temps, comme on a pu l’observer sur le terrain des faibles doses1, les problématiques parties de milieux savants ont souvent du mal à être déconfinées : si la question des faibles doses a franchi un seuil de visibilité publique, avec la répétition des controverses métrologiques autour des seuils ou des valeurs limites d’exposition, et surtout avec la montée en puissance des perturbateurs endocriniens, les publics qui s’en sont saisis sont relativement réduits, renvoyant d’abord aux cercles militants dotés d’une capacité de contre-expertise2. Mais les choses évoluent par une tout autre voie : celle des mesures effectuées directement par des collectifs déployés en monde ouvert et utilisant de nouvelles technologies portables, qui prennent progressivement la forme de réseaux de capteurs-citoyens.

inline-cgg-smogtasting_NN

Smog Tasting uses egg foams to harvest air pollution. Smog from different locations can be tasted and compared.

L’organisation de scènes de discussion critique autour de données d’enquête par des publics a été qualifiée de « data judo »3. Cela dit, entre mettre en discussion des données et les produire, il y a souvent plus qu’un pas. Le modèle dominant reste celui de la contre-expertise portée par des acteurs spécialisés œuvrant au nom des citoyens : c’est le cas d’associations de type ACRO, CRIIRAD, CRIGEN ou CRIIREM en France, ou aux États-Unis NDRC, Environmental Working Group, Union of Concerned Scientists, Center for Food Safety, Beyond Pesticides, Clean Water Action, pour ne citer que ceux que l’on a pu étudier sur place

Dans quelle mesure l’organisation de « veilles citoyennes » ou de « collectifs vigilants » peut-elle modifier le design et l’usage des instruments ? Les citoyens ordinaires sont-ils capables d’entrer dans la boucle de production et de discussion des données ? C’est ce que pensent  Laurence Allard et Olivier Blondeau :

“Le Labo Citoyen, laboratoire d’innovation et d’expérimentation de plein air, se situe dans la perspective non pas du consommateur capté et moins encore du consommateur instrumentalisé par des « objets intelligents », que celle du citoyen capteur, qui participe à la construction d’une intelligence collective instrumentée par ces objets sensibles et communicants. Il propose de forger des outils, des prototypes, des dispositifs de visualisation, des méthodologies visant à conférer une « capacité active » aux citoyens pour interpréter leur environnement, le capter et  le mesurer et in fine agir sur lui. Le Labo Citoyen se propose ainsi d’accompagner les citoyens, les collectivités, entrepreneurs, décideurs politiques et associatifs dans la culture de la mesure, de la donnée environnementale afin de ne pas céder à une sorte de « panique métrique », qui nous conduit bien souvent à préférer ne savoir ou à déléguer à des machines la gestion de notre quotidien.”4

Après l’affirmation des capacités de prise d’information et de mise en discussion des citoyens dans les procédures de débat public ou les conférences de citoyens, voici le temps des citoyens métrologistes ou métrologues. De multiples sites et collectifs témoignent de l’organisation de mesures alternatives. Mais observe-t-on réellement une rupture avec le modèle de la contre-expertise déléguée à des ONG ?

image052

illustration du dispositif Sefacast sur le site d’une fondation qui le finance

Extension du domaine des sciences participatives

Avec la multiplication des collectifs de capteurs, qui surgissent à propos de la radioactivité, de la pollution atmosphérique, de la pollution de l’eau, de la biodiversité et des pesticides ou encore des ondes électromagnétiques, on voit se former une autre branche des « sciences participatives ». La promotion de « sciences participatives » qui vont au-delà de l’organisation de bénévoles ou d’amateurs comme auxiliaires de recherche constitue un véritable casus belli pour les rationalistes indignés de l’AFIS, qui voient surgir des “pseudo-sciences” un peu partout. Encore faut-il préciser de quoi il retourne car, dans les milieux naturalistes par exemple la recherche participative est une vieille tradition, tandis que dans les secteurs plus agonistiques, c’est-à-dire autour des sujets qui fâchent dont on a beaucoup parlé par ici, l’affrontement des savoirs et des métrologies commence à avoir une certaine épaisseur historique5 .

L’enjeu des métrologies alternatives est de faire voler en éclat la frontière du visible – ou du tangible – qui contraint les acteurs à des formes de délégation reposant elles-mêmes sur une économie de la confiance. Rendre visible une pollution invisible est un des problèmes les plus canoniques de la santé environnementale avec comme emblème l’exemple historique de Minamata. On sait que la manière dont est menée l’évaluation d’un danger ou d’un risque peut invisibiliser certains de ses aspects, en mettant en avant des paramètres ou des composantes qui arrangent tout le monde, ou encore en recourant à des espaces métrologiques noyant les propriétés du milieu concerné dans des traits génériques, stylisés, tirés de la population globale6. Qu’il s’agisse de mettre en avant les effets environnementaux d’une industrie, de lier un produit à un état de santé, de révéler le point aveugle d’une évaluation sanitaire, la situation met bien souvent une communauté, une localité, un groupe de travailleurs et leurs proches en opposition avec des scientifiques établis, employés par les agences de l’État ou par les industriels, et les engage concomitamment à collaborer avec d’autres scientifiques, membres d’ONG, universitaires ou parfois employés par des agences publiques7.

Cette collaboration donne lieu à des formes particulières de protocole de récolte des données et de restitution des résultats, que certains appellent popular epidemiology8, d’autres citizen science9, ou encore street science10. En réalité, il ne s’agit pas de redéfinir la Science, ni de hiérarchiser différents types de « sciences » selon un critère et un seul de validité épistémologique, mais de redéployer les pratiques de connaissance à partir des questions qui se posent dans des milieux déterminés. Qu’il s’agisse de mêler des acteurs locaux et des scientifiques officiels, d’équiper les riverains d’appareils de mesure, de créer des protocoles qui se focalisent sur une communauté en visant son empowerment, comme dans les expériences qui relient l’environmental justice au risk assessment11, ou encore d’organiser collectivement la restitution des données et des résultats, tous ces processus contribuent à donner prise aux acteurs sur un problème qui les concerne.

Fukushima : face à la démesure, une contre-mesure citoyenne

J’étais au Japon, il y a trois semaines, pour une réunion avec les habitants d’Iitate Mura [village situé à 30 kilomètres de Fukushima]. Les gens se posaient des questions concrètes, car ils veulent recréer une activité économique dans le village. Une des choses qui m’a frappé, c’est qu’ils sont très bons en radioprotection. Ils sont capables de mesurer le niveau de dose reçu, de comparer, de faire attention… Il faut un investissement, fournir un sacré effort pour s’intéresser au sujet.12

Après Fukushima, pour faire face au manque de transparence du gouvernement japonais et de Tepco, un réseau interconnecté de capteurs citoyens s’est constitué, intitulé Safecast, « a global sensor network for collecting and sharing radiation measurements to empower people with data about their environments »,  visant à mesurer les niveaux de radiation.

Sean Bonner, « Empowering citizen in the wake of Fukushima triple-meltdown disaster », présentation du dispositif Safecast au 29C3, voir en particulier la 25e minute lorsque sont comparés Safecast et les détecteurs « officiels ».

Ce qui change radicalement depuis une dizaine d’années, c’est la possibilité de se procurer ou d’assembler, pour un coût relativement modique, des appareils de mesure de bonne qualité et de mettre en réseau leurs résultats. Certains acteurs vont jusqu’à scénariser la confrontation entre les réseaux de capteurs à bas coût et aisément praticables et les instruments de mesure officiels, généralement hors de prix et intransportables. Ainsi, la mise en scène développée par Sean Bonner de Safecast a pour objectif de promouvoir les vertus du développement collaboratif : mise en place immédiate, amélioration continue, déploiement ultra-rapide, coût modique, miniaturisation (mode embarqué pensé dès l’origine, ironie par la comparaison avec le format des appareils développés par ou pour les instances officielles), conseil de scientifiques légitimes et usage des composants aussi fiables que possibles avec une dominante de transparence des choix, formation des utilisateurs et des formateurs, étendue et densité de la cartographie réalisée… Un produit dérivé de la mise en réseau des données de Safecast est la réalisation collaborative d’un atlas du « niveau 0 », visant à outiller une analyse ultérieure : lors d’un incident pour observer les éventuelles variations, les dépassements problématiques, et surtout cartographier les points chauds.

Created by Kalin Kozhuharov, this map displays Safecast mobile data around the world using Google’s Fusion Tables

Dans la plupart des cas, le rapprochement des résultats obtenus par les citoyens et par les experts officiels crée un effet de légitimité pour les différents camps, en produisant la confiance nécessaire dans les instruments auprès des communautés qui les mettraient en doute. Une des conséquences de ce type de convergence est la mise en place d’un référentiel face auquel un État ou un industriel, en l’occurrence un acteur du nucléaire, aura plus de mal à cacher ou minimiser un impact en soutenant l’existence d’un niveau originel élevé sans avoir publié des mesures préalables. D’une certaine manière cela concourt à un renversement pratique de la charge de la preuve.

Le cas de la radioactivité forme une des limites du continuum des expériences métrologiques puisqu’il n’y a pas de retour sensible facilement partageable, sauf à très forte dose. Rendre visibles les points chauds et les zones contaminées passe nécessairement par des médiations techniques et des sémiologies graphiques adaptées (comme ci-dessus). Mais toutes les pollutions n’obéissent pas au même système de contraintes et il est des cas où l’expérience sensible peut, sous certaines conditions, reprendre ses droits.

Entre métrologie et dispositif sensoriel  : garder le contact avec le sensible

Prenons le cas des ondes électromagnétiques. On a vu se mettre en place ces dernières années des dispositifs de mesure et de contre-mesure : d’un côté, l’ANFR fait réaliser des mesures officielles, gratuites pour l’usager final, sur simple demande, qui sont ensuite publiées sur le site cartoradio.fr ; de l’autre, des entités comme le CRIIREM, qui se pose en équivalent de la CRIIRAD, effectuent leurs propres relevés. Rien de bien nouveau jusque là : on reste dans le cadre d’une controverse métrologique relativement bien réglée. Mais pour les électro-hypersensibles13, la mobilisation de mesures appareillées vise des objectifs bien différents. Il s’agit d’abord de parvenir à accorder l’appareil électronique calibré et l’affect ou le percept, subjectivement ressenti, lequel varie en intensité, en durée et en latence en fonction de l’état du corps, de manière générique ou en lien avec l’évolution de l’électrosensibilité de l’individu concerné. Aussi, pour réaliser un diagnostic personnel précis, il est nécessaire de croiser des tests sensoriels en fonction de la présence ou de la proximité, de l’activation ou de la désactivation des appareils émetteurs d’onde, avec des récepteurs dotés de propriétés « objectivantes ». Soit un extrait d’entretien qui restitue cette expérience de double capture :

EHS : […] Donc ça, ça a été écrit en juin 2005, et ils disaient, ben oui, comme on avait mis, alors à première vue c’est en octobre 2004 où ils avaient lancé dans la revue d’électronique en disant : est-ce que les ondes ne présentent pas un problème pour la santé, et ainsi de suite. Et donc là ils disaient bien, ben oui, à première vue, il y a bien un souci. Et v’là, donc ils font un montage qui permet, donc un montage simple. C’est une carte d’électronique avec une pile, un bouton, on appuie dessus, avec un certain nombre de points lumineux, donc des LEDs, qui correspondent aux indications qui sont là. Et qui permet d’avoir une idée du niveau de champ électromagnétique sur une plage de fréquence à l’endroit où on est.

Enquêteur : C’est quoi la plage de fréquence, là?

EHS : Alors là, la courbe,  il y a toute la partie électronique, comment c’est calculé et ainsi de suite. Je dirais, c’est réactif de… allez, 800 MHz, et de façon je dirais de plus précise, la valeur entre 1,2 GHz et 2,5GHz, là c’est les valeurs les plus proches de la réalité. En-dessous, c’est une courbe comme ça. C’est-à-dire que plus la fréquence est dans le centre, plus la valeur indiquée correspond à la réalité. Plus on s’écarte, plus ça indique moins que la réalité. Mais bon, ils expliquent tout, je lis l’article, tiens donc, il y a des numéros de site, donc pareil, on essaie de creuser un peu plus. […] Alors l’électronique, oui j’ai monté des cartes électroniques, j’ai fait un BTS électrotechnique, mais là il faut du matériel très précis. Donc là, je voulais pas m’embêter, j’ai acheté la carte toute faite même si ça coûte beaucoup plus cher. Je le monte, et là, donc pareil quand j’ai fait les trajets pour aller sur Paris, mais bizarrement aux endroits où j’avais des douleurs, ça montait jusqu’au rouge. Et puis après, en cherchant, ben évidemment on trouve les antennes qui sont dans les tunnels ou à certains endroits le long de la route. Donc là je me dis ben oui, à première vue, mes symptômes, mes sensations que j’ai, je les avais bien aux endroits où lui en voit également.

Enquêteur : Finalement, […] pas besoin du boîtier…

EHS : Et à un moment, l’idée était de dire, je voudrais arriver à enregistrer ce qu’il indique mais sans le voir, de l’autre côté que je puisse dire ah ben là j’ai mal et ainsi de suite. Et puis de dire aux médecins : v’là les données, dites ce que vous en pensez. Pour moi, j’ai pas réussi à trouver. Donc ça, ça m’a, je dirais, conforté…

Cet entretien, réalisé en 2008 lors d’une enquête préliminaire, montre le travail de test et de validation des concordances et des discordances entre les indications du corps propre et celles des mesures objectivées. La technicité des appareils de mesure a évolué depuis, et ils sont surtout devenus plus accessibles financièrement. Pour un EHS, s’appareiller est souvent nécessaire pour trouver un logement peu exposé, vérifier l’état d’une protection… Notons qu’au cours de ce même entretien était apparu la pertinence d’un système couplant la mesure et la géolocalisation. Ce couplage a finalement été réalisé par un autre EHS, ingénieur, qui a connecté un détecteur avec un GPS et un système d’enregistrement audio, permettant de réaliser des cartographies dans lesquelles sont agrégées les mesures d’exposition et les sensations de son utilisateur.

Si le cas des électrosensibles nous éloigne de la production de données massivement distribuées dans un réseau de capteurs, la même tension fondamentale est à l’œuvre : ne pas se laisser définir par l’espace métrologique détenu par des instances extérieures et prendre le contrôle du laboratoire en monde ouvert. Mais, comme le soulignent Liévanos, London et Sze, une des dérives est de ramener, par l’usage de mesures localisées et spécialisées, à un traitement individuel des problèmes de santé environnementale14.

Mettre à l’épreuve le réalisme des métrologies officielles

La question du réalisme des mesures est une figure critique commune dans les controverses métrologiques. Le partage des modèles, des instruments et des données avec des milieux scientifiques ne va pas toujours de soi. D’autant que les critiques pleuvent sur l’audace des associations et des collectifs de citoyens :  la légitimité, la fiabilité et l’interprétabilité des mesures sont renvoyées à un modèle mertonien de la science15. Soit un extrait d’entretien avec une spécialiste des questions de pollution, universitaire, et fortement investie dans de multiples instances autour de la qualité de l’air :

Enquêteur : Il y a des associations qui se branchent sur ce qu’ils appellent des capteurs citoyens, c’est-à-dire des gens qui vont aller faire des mesures de pollution avec des capteurs. Comment voyez-vous ça ?

Spécialiste : Non, là ça par contre ça, je ne suis pas d’accord avec ça ! C’est vraiment, sur le plan… On peut arriver avec ce genre d’approche effectivement ensuite à un peu n’importe quoi. C’est très technique, hein ! Ceux qui dans les réseaux de surveillance de la qualité de l’air, c’est des ingénieurs chimistes, ce n’est pas le citoyen de base. Moi je ne saurais pas, et pourtant Dieu sait si je connais bien la question des particules, je ne saurais pas faire une mesure comme ce qu’ils…

Enquêteur : Il s’agit de capteurs d’azote pour l’instant

Spécialiste : Mais même ! Il ne faut pas… Je ne pense pas que ça soit vraiment raisonnable d’avoir cette approche. […] José Cambou… on est tout à fait d’accord toutes les deux  D’ailleurs on a institué une convention, parce que je suis aussi présidente de la société française de […], et donc on a établi une convention, et c’est moi qui l’ai initiée, avec FNE pour former leurs référents, je suis allé à Lyon il n’y a pas longtemps à une journée sur l’air. Et donc, qu’on sensibilise les gens et que les associations participent à la sensibilisation sur ces questions-là, moi je trouve que c’est extrêmement bien, que les associations se disent capables de faire le travail que font des scientifiques qui sont dans les réseaux de surveillance de la qualité de l’air – qui sont aussi des associations où se trouvent justement entre autres les associations militantes, dans le conseil d’administration – qu’on se mette à leur place pour faire des études de ce genre, je ne suis pas d’accord avec ça, je trouve ça ridicule.16

Le raisonnement est ici des plus classiques : pour l’ethos scientifique, le travail d’un pair doit être conforme à des standards d’évaluation et permettre une claire identification des sources. Reconstruire toute la chaîne de production pour analyser chaque étape et légitimer le résultat final est beaucoup plus coûteux et incertain s’il n’est pas constitué par une publication dans les formats de rigueur, validée par des relecteurs, le prestige d’une revue et la place académique de l’équipe qui l’a réalisé. Plus la mesure, sa transformation en résultat et son interprétation sont distribuées dans des réseaux d’acteurs dotés de capacités et d’orientations différentes, et plus le contrôle a posteriori est jugé coûteux et incertain. Il reste que l’écart, voire l’abîme, souvent constaté entre les mesures sous contrainte d’un espace de calcul homogénéisé, et les captures ou les prises faites sur le terrain par les acteurs concernés, suscite des expérimentations collectives qui cherchent à déplacer le cadre métrologique.

image056

Une autre figure se développe au point d’intersection de la métrologie individualisée (a lab for your own selon l’expression de Phil Brown) et de la production collaborative de réseaux de capteurs : la mise en commun des épreuves sensorielles, à l’image de ces réseaux de nez lyonnais décrits par Florian Charvolin17 ou encore de la réalisation d’expérience sensorielles autour de la pollution atmosphérique, comme les meringues de Smog Tasting.

Smog Tasting utilise des blancs d’œufs montés en neige pour goûter et comparer la pollution de l’air en différents lieux.

Les citoyens qui entendent capter la pollution aux particules fines18 renversent la logique d’enquête en partant d’expériences concrètes, dans le but de redonner du réalisme aux mesures :

Depuis le début du mois de mars, les Citoyens Capteurs ont commencé à installer des capteurs dans Paris et commencent à produire des mesures de pollution. Cette expérimentation de déploiement durable vise à observer le comportement d’un capteur de mesure de qualité à bas coût du point de vue de sa résistance aux conditions météo, de sa stabilité et surtout de son adéquation par rapport aux données officielles. Ce premier capteur permet de compter le nombre de particules présentes dans l’air et de distinguer différentes tailles : celles qui font partie des indicateurs de la qualité de l’air (les PM10) et des particules plus fines (les PM2.5) dont les effets sont plus graves pour la santé. Il est placé sur un toit à proximité de la Gare de Lyon et diffuse en temps réel ses données (toutes les 30 secondes).19

De leur côté, les capteurs citoyens de NO2 ont plusieurs objectifs : disposer d’une mesure chez soi, pouvoir simuler l’exposition d’un individu (à vélo, dans une poussette…). Ils ne peuvent rivaliser avec les mesures déjà nombreuses des associations agréées et ne se situent pas dans une logique de contre-mesure, ni même dans la volonté de produire des données, puisque celles-ci sont déjà nombreuses et accessibles, mais en fournissant des variations relatives, ils changent le mode de la vigilance et de l’alerte en les plongeant dans des logiques d’action au plus près de la vie quotidienne.

Dans le documentaire Pollution de l’air, un scandale sanitaire, diffusé dans l’émission Envoyé spécial sur France 2 le 7 mars 2013, les mesures réalisées par les militants de l’association Respire, depuis des capteurs installés sur des vélos ou dans des poussettes, sont mises en vis-à-vis des contrôles effectués par le technicien d’Airparif dans son véhicule « officiel ». La narration les rapproche sans les confondre mais en donnant l’idée qu’elles se complètent pour donner à voir la pollution engendrée par le trafic urbain.

shot0001

Dans un autre documentaire, Diesel : la dangereuse exception française, diffusé dans l’émission Cash investigation sur France 2 le 25 septembre 2013, la mise en scène vise à démontrer la culpabilité des producteurs d’automobile français dans le manque de régulation des émissions du Diesel, et le capteur, informel et artisanal, est carrément utilisé pour contrer sur place les mesures, calibrées et calculées au plus fin pour répondre aux canons de l’ingénierie, du banc d’essai du constructeur.

Capture d’écran 2013-09-27 à 15.01.12

Si l’effet de nombre ou la découverte impromptue de points chauds par des capteurs citoyens peut produire des déplacements conséquents dans l’évaluation des expositions et contraindre les laboratoires et les organismes officiels à revoir leur espace métrologique, les deux logiques d’action ne se recoupent pas vraiment : d’un côté il s’agit de déployer une science réglementaire ou régulatoire (selon la traduction que l’on adopte pour « regulatory science ») ; de l’autre réagencer les prises sur les milieux et les dispositifs dans lesquels s’inscrit une forme de vie.

Désormais, toute sorte d’acteur est en capacité de produire une grande quantité de données et de les mettre à la disposition du plus grand nombre sous forme numérique. Les possibilités de traitements et de croisements massifs d’informations, de leur enrichissement ou de leur mise en forme, ou encore de surveillance et de pilotage à distance peuvent dès lors être à la source d’un changement d’échelle considérable et d’une transformation des manières de mener les enquêtes et les délibérations collectives . Ces processus sont, on le sait, au coeur du pragmatisme et permettent de sortir définitivement du vieux débat, largement périmé, entre rationalisme et post-modernisme.

  1. Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas, « L’exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques », SocioInformatique et Argumentation, 9 février 2012. []
  2. Sur les évolutions de la toxicologie en la matière, voir F. Chateauraynaud, J. Debaz et M. Fintz, « Aux frontières de la sécurité sanitaire. Les controverses métrologiques sur les faibles doses et les perturbateurs endocriniens », Natures, Sciences et Sociétés, 2013. []
  3. Rachel Morello-Frosch, Julia Green Brody, Phil Brown, Rebecca Gasior Altman, Ruthann A Rudel and Carla Pérez, « Toxic ignorance and right-to-know in biomonitoring results communication: a survey of scientists and study participants », Environmental Health 2009, 8:6. []
  4. Laurence Allard et Olivier Blondeau, Pour un Internet des Objets citoyen : vers une intelligence collective environnementale, http://www.citoyenscapteurs.net/ 9 avril 2013 []
  5. Voir sur ce point le rapport produit par la Fondation Sciences Citoyennes, La recherche participative comme mode de production de savoirs. Un état des lieux des pratiques en France, coordonné par Glen Millot, Claudia Neubauer et Bérangère Storup, avril 2013 []
  6. Stocking S. Holly, « On drawing attention to ignorance », Science communication 20 (1) 1998 165-178. []
  7. Voir Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d’une affaire sanitaire oubliée, Paris, Ed. de l’EHESS, 2013. []
  8. Phil Brown, « Popular Epidemiology and Toxic Waste Contamination: Lay and Professional Ways of Knowing », Journal of Health and Social Behavior, vol. 33, No. 3 (Sep., 1992), pp. 267-281. []
  9. Irwin Alan Citizen Science : A Study of People, Expertise, and Sustainable Development London Routledge 1995. []
  10. Corburn Jason, Street Science : Community Knowledge and Environmental Health Justice, Cambridge MA MIT Press, 2005. []
  11. Office of Environmental Health Hazard Assessment, Cumulative Impacts: Building a Scientific Foundation, December 2010 []
  12. Philippe Jamet, commissaire de l’ASN, entretien dans Libération, 23 juillet 2013. []
  13. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Le partage de l’hypersensible. Le surgissement des électro-hypersensibles dans l’espace public », Sciences sociales et santé, volume 28, numéro 3, septembre 2010, 5-33. []
  14. Liévanos, London et Sze, « Uneven Transformations and Environmental Justice: Regulatory Science, Street Science, and Pesticide Regulation in California », in Ottinger et Cohen (eds.), Technoscience and Environmental Justice. Expert Cultures in a Grassroots Movement, MIT, 2011. []
  15. Voir à ce propos la relecture de l’œuvre de Merton proposée par Arnaud Saint-Martin, dans La sociologie de Robert K. Merton, Paris, La Découverte, 2013. []
  16. Entretien réalisé à Paris le 7 mars 2013. []
  17. F. Charvolin, « Entre déni et mobilisation : vers des protocoles hybrides de perception de la pollution de l’air ? Une perspective socio-historique sur la France du XXe siècle », Communication au colloque du GIS Démocratie & Participation, Paris, octobre 2011. []
  18. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Des alertes à couper le souffle. Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique, Socio-informatique et et argumentation, 15 octobre 2012. []
  19. « Quelques capteurs des #Citoyens Capteurs en action, en temps réel et en open data ! », 2 avril 2013 http://www.citoyenscapteurs.net []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

7 commentaires pour  “De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens”

  1. Sylvain a dit le 7 octobre 2013 à 22:38 :

    Bonjour

    Si ces initiatives sont intéressantes, j’ai l’impression que les méthodologies approximatives peuvent faire plus de mal que de bien, au final. Des citoyens qui se pensent bien informés, alors qu’ils ne le sont pas, ça donne par exemple les négationnistes du réchauffement climatiques, avec les résultats qu’on connait.

    Faire des mesures, ce n’est pas seulement lire un instrument, c’est aussi savoir le calibrer, savoir quantifier les biais, et les supprimer quand c’est possible. Quand on voit à quel point le citoyen lambda a du mal à saisir les notions les plus élémentaires de statistique, on peut avoir un doute sur la qualité des mesures obtenues.

    Les scientifiques qui font des erreurs de mesure ont parfois du mal à admettre leurs erreurs méthodologiques, mais la peer review, quand elle marche, ne leur laisse pas vraiment le choix. Est-ce que le citoyen équipé de capteurs, souvent activiste, sera prêt à accepter la critique, quand il mesure ou interprète mal ?

    Enfin, concernant le passage sur l’électrosensibilité, vous n’évoquez pas la possibilité que le capteur puisse être la source même de la pathologie. Le citoyen voit l’aiguille du champmètre monter, ou le compteur Geiger crépiter, et se dit “Ah ah, je savais bien que je sentais *quelque chose*”.
    Quand on sait à quel point l’impact réel ou supposé de certains risques (faibles doses de rayons ionisants, ondes électromagnétiques, etc) est noyé dans le bruit de fond de l’occurrence naturel des pathologies en découlant, et quand on sait que ces mêmes maladies (typiquement les cancers) sont fortement influencées par l’état psychologique du malade potentiel, comment fera-t-on demain pour distinguer les cancers “naturels”, les cancers causés par les ondes, et les cancers causés par le stress de vivre dans un lieu où l’on fait quotidiennement des mesures d’ondes préoccupantes ?

    S.

  2. Josquin Debaz a dit le 9 octobre 2013 à 16:13 :

    Merci pour ce commentaire très pertinent.
    Comme nous avons essayé de le montrer dans ce billet, ces usages ne sont pas à l’abri de nombreuses dérives et ils n’ont certainement pas pour vocation à remplacer le travail légitime des scientifiques, ni même à en réclamer la même valeur. Pour autant, il me paraît peu vraisemblable de séparer strictement, dans le cas présenté, des “citoyens lambda” qui n’auraient aucune base scientifique et des scientifiques qui n’auraient aucune velléité citoyenne, on est bien plus souvent dans un schéma de collaboration (sans que cela ne constitue une garantie, entendons nous bien).
    Ce qui me semble plus étrange c’est de prendre comme exemple les controverses autour des changements climatiques, dossier dans lequel la parole sceptique n’est pas portée par des citoyens lambda, mais bien par quelques scientifiques installés dans les instances les plus reconnues (ce qui ne constitue, de facto, pas non plus une garantie…)

  3. socioargu a dit le 9 octobre 2013 à 16:50 :

    Une grande partie des expériences que nous formons dans le monde ne sont pas fondées scientifiquement – et on a envie de dire tant mieux, ce serait infernal de consulter la littérature internationale à peer review pour prendre chacune de nos décisions pratiques.
    Il y a même parfois des incomplétudes étonnantes – en médecine elles sont légion, mais, par exemple, un ingénieur me disait l’autre jour que l’on n’a toujours pas réussi à formaliser mathématiquement l’équilibre des deux roues, et du vélo en particulier (je n’ai pas vérifié). Dommage que tant de gens soient dans l’erreur qui consiste à croire qu’ils tiennent en équilibre sur leur vélo !
    L’expérience et la mesure sont deux modalités fondamentales d’établissement de la factualité : il y a des cas où elles se recoupent, la notion d’évidence et celle de preuve étant alors synonymes (en anglais “evidence” c’est la preuve matérielle ; “proof” renvoie plutôt à la logique) ; d’autres cas où elles s’opposent farouchement – généralement quand il n’y a pas de retour sensible ou tangible (comme avec les ondes ou la radioactivité, sauf à très forte dose). D’où la tentation légitime de compenser par la multiplication des points de recoupements. Des enquêtes participatives en monde ouvert ont ainsi permis de repérer des phénomènes insoupçonnés pas pris en compte par les modèles ou les enquêtes officielles (en épidémiologie les exemples fourmillent). Et désormais le biomonitoring et la multiplication des outils et capteurs portables rendent possibles des corrélations ou en tout cas des cartographies d’un genre nouveau. L’essentiel réside dans la puissance de questionnement ou de retour critique sur les mesures officielles plus que dans les biais ou les erreurs – qui sont aussi légion en sciences…
    FC

  4. Aymeric Luneau a dit le 10 octobre 2013 à 15:55 :

    Bonjour,

    Au moment où l’Association française pour l’information scientifique publie un nouvel article sur la menace “post-moderniste”, le premier commentaire est intéressant, car il révèle certains des arguments qui me semblent les plus fréquents lorsqu’il est question d’engagement de citoyens dans la science. Arguments que je résumerai de la manière suivante :
    “Le citoyen qui réalise ses propres mesures est au mieux un naïf, au pire un activiste. Pour cette raison, il est victime de biais, parmi lesquels le « biais de confirmation » (on tend à favoriser les éléments qui confirment nos opinions). Biais renforcés par une méconnaissance du monde de la science et des règles qui le gouvernent.”

    Je ne remettrai pas en cause l’existence des biais cognitifs, mais ils ne touchent pas uniquement le “citoyen lambda”. Vous le dites vous-même à propos des scientifiques “qui font des erreurs de mesure” et “ont parfois du mal à admettre leurs erreurs méthodologiques”.
    Ensuite, qui est ce citoyen ? Qu’entend-on par “citoyen lambda” ? S’agit-il simplement de pointer les erreurs fréquentes du cerveau humain lorsqu’il est question de statistiques ? Dans ce cas, les femmes et hommes de science ne sont pas épargnés. Désigne-t-on au contraire le citoyen “profane” qui effectue des mesures de la qualité de l’air, des champs électromagnétiques, etc. ? Dans ce cas, l’adjectif qualificatif “lambda”, qui décrit un individu ordinaire, un “homme moyen” selon la définition du Larousse, me semble assez contradictoire avec l’idée de “citoyen activiste”. En effet, les travaux sociologiques sur l’action collective ont suffisamment insisté sur le caractère relativement exceptionnel de l’activisme.
    On notera que les “capteurs citoyens”, au moins dans les entretiens, conservent une certaine prudence par rapport au caractère artisanal de leurs enquêtes. En fait, à travers ces enquêtes, les acteurs cherchent moins à concurrencer les enquêtes scientifiques traditionnelles qu’à élargir le champ des hypothèses ou aller là où les scientifiques ne s’aventurent pas. C’est ce que décrivent aussi les auteurs du billet.

  5. Sylvain a dit le 12 octobre 2013 à 17:10 :

    Pour compléter mon commentaire : dans beaucoup de domaines, ce n’est pas tant l’information en général qui manque, mais l’information de qualité. C’est à dire un problème de “signal sur bruit”.

    Certains projets de “capteurs citoyens” font très attention à la qualité des données générées (voir par exemple cette réponse du projet Safecast http://www.youtube.com/watch?v=Sdlha6H5s6E#t=32m50s ).
    A contrario il est très facile de monter un projet qui ne fera qu’ajouter au bruit.
    Par exemple, pour la mesure de pollution de l’air, les capteurs de gaz à semi-conducteur (les seuls qui sont financièrement accessibles) sont très imprécis, peu sélectifs et ont une durée de vie réduite, ce qui n’empêche pas des projets plein de bonnes intentions de vouloir les utiliser pour de la surveillance environnementale à grande échelle.
    Les anglo-saxons ont une expression qui résume le problème : “Garbage In, Garbage Out”.

    Je pense qu’il faut garder un œil très critique sur ces projets, et ne pas s’arrêter aux déclarations de (bonnes) intentions. Un peu comme pour les promesses d’auto-régulation des industriels, en fin de compte :)

  6. […] F. Chateauraynaud et Josquin Debaz, « De la métrologie en démocratie. la nouvelle vague des capteurs-citoyens », Socio-Informatique et Argumentation, 30 septembre 2013. […]

  7. […] De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens […]

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche