A la recherche des marqueurs argumentatifs

Assimakis Tseronis

Chercheur post-doctorant, LCP (CNRS) et GSPR (EHESS)

Quand on cherche à décrire les formes d’argumentation et de jugement à l’œuvre dans les controverses à l’aide du logiciel Prospéro1, on doit prendre appui sur la surface linguistique afin de repérer les arguments avancés par les différents acteurs. Cela signifie que l’analyse part des mots, des locutions ou des configurations discursives susceptibles de faire apparaître les passages dans lesquels les acteurs s’engagent dans une activité argumentative. Au demeurant, on aimerait bien que ces mots, locutions ou configurations discursives nous aident à identifier un aspect particulier ou une étape précise dans l’activité argumentative, et pas seulement indiquer qu’on a affaire à de l’argumentation plutôt qu’à de la narration, par exemple. Partant de ce point de vue, deux questions interdépendantes se posent préalablement à toute entreprise de caractérisation systématique des formes argumentatives :

  1. Quels sont les aspects argumentatifs du discours que nous cherchons à repérer ?
  2. Comment peut-on repérer ces aspects sur la surface linguistique du discours ?

1. Quels aspects argumentatifs ?

Partant d’une conception de l’argumentation en tant qu’activité sociétale et discursive dans laquelle une partie avance des arguments à l’appui d’une thèse qui est (ou peut être) contestée par une autre partie2, déjà constituée ou anticipée par le locuteur, on peut proposer différentes stratégies de repérage de l’activité argumentative dans un corpus. Les traits ci-dessous sont prélevés dans un corpus relatif aux débats sur les nanotechnologies3.

1.1 Par l’identification des « coups » argumentatifs que les parties réalisent, tels que :

  • avancer une thèse : « La CLCV recommande donc que des mesures soient prises pour prévenir l’émergence de monopoles autour des nanotechnologies ». (CLCV)
  • exprimer son doute ou son désaccord : « Notre droit assure certes déjà une protection effective des personnes face au développement des nouvelles technologies, qu’il s’agisse des lois de bioéthique, du code civil ou de la loi informatique et libertés. Mais cette protection est-elle suffisante ? » (CNIL)
  • avancer un argument : « Parce qu’elles mêlent scientisme et productivisme de façon caricaturale, les Verts dénoncent avec force le traitement privilégié réservé aux nanotechnologies. » (LES VERTS)

1.2 Par l’identification des types d’arguments dont les parties se servent pour justifier la connexion existante entre ce qui est censé être accepté et ce qu’elles essaient de faire accepter (le schéma argumentatif), par exemple :

  • l’argument par analogie: « Comme elle a su le faire pour le clonage humain, notre société devrait alors l’interdire [= interdire le « clonage mental » que les applications nanotechnologiques sont censées à introduire]! » (CNIL)
  • l’argument de la pente glissante : « Mais, plus globalement, plus loin et plus grave encore, les applications nanotechnologiques pourraient à terme entraîner une modification profonde des comportements individuels ». (CNIL) [argument à l’appui de la thèse selon laquelle « certaines usages des nanotechnologies comme les nano-puces doivent être fortement contrôlées sinon interdites », thèse que l’on peut reconstruire à l’aide des énoncés précédents]

1.3. Par la stratégie/ technique rhétorique que le locuteur utilise afin de réaliser un certain coup dans la discussion argumentative, par exemple la dissociation :

« Il ne s’agit pas là de la mise en œuvre de nanotechnologies au sens d’un procédé technique, mais d’une réaction naturelle. …Par ailleurs, on peut trouver des nanostructures naturellement présentes dans les produits alimentaires. Il ne s’agit pas de nanomatériaux manufacturés, intentionnellement réduits à l’échelle nanométrique, mais de nanostructures auto-assemblées, tenues ensemble par un phénomène d’attraction. » (ANIA)

[on trouve ici la technique classique de la dissociation des notions : les matériaux réduits à l’échelle nanométrique de manière intentionnelle sont dissociés des matériaux qui se trouvent naturellement composés de nanostructures]

1.4. Par la modalisation (épistémique ou affective) exprimée par le locuteur à l’égard de son propre énoncé ou par l’évaluation des énoncés avancés par son interlocuteur :4

  • modalisation de son propre énoncé: « Suite aux faits soulignés ci-dessus et au cadre donné par la saisine, il est clair que le débat ne modifiera pas les réponses déjà données à des questions fondamentales telles que… » (FSC)
  • évaluation de l’énoncé de l’interlocuteur: « Certains acteurs du débat argumentent en faveur des nanotechnologies, tombant parfois dans l’excès d’un optimisme quasi scientiste. D’autres expriment toutes les craintes, voire les phobies possibles face à ce qui peut être vécu comme un nouvel outrage à la Nature. Ils tombent dans l’excès du catastrophisme. » (AFT)

2. Quel rôle pour les marqueurs ?

Bien qu’il soit possible de repérer les aspects argumentatifs présentés ci-dessus en lisant de manière linéaire un texte du début à la fin et en pratiquant une analyse qualitative de ce texte, le résultat n’est pas du tout évident si l’on souhaite opérer une recherche à travers Prospéro pour recueillir les fragments pertinents. Pour y parvenir nous devons recourir à des mots, des locutions ou des configurations discursives qui fonctionnent comme marqueurs des aspects argumentatifs du discours – comme dans les exemples présentés ci-dessus. Mais une question reste en suspens : comment des mots ou des locutions peuvent-ils fonctionner comme des marqueurs ? La discussion des énoncés construits dans cette partie nous permet de comprendre les enjeux de l’attribution du statut de marqueur à un mot/une locution ou à un(e) autre.

Un marqueur peut être un mot ou une locution qui relie une partie du discours avec une autre ou une partie du discours avec le contexte dans lequel ce discours a été produit.

Prenons l’énoncé suivant :

(a) Le bébé a crié. Marie l’a pris dans ses bras.

Dans ce fragment du discours, il n’y a aucune indication linguistique qui rende explicite la relation qui existe entre les deux phrases et les événements qu’ils décrivent. En effet, contrairement à l’apparente transparence suscitée par de tels énoncés, il faut faire référence à notre connaissance du monde pour proposer une interprétation de la relation entre les deux phrases et/ou le lien au texte précédant ou suivant ce fragment particulier.

La présence de la forme ‘parce que’ pourrait assurer une certaine interprétation de la relation entre les deux phrases en les réunissant dans une seule :

(b) Le bébé a crié parce que Marie l’a pris dans ses bras.

Dans ce cas, l’événement représenté dans la deuxième phrase est présenté comme la cause de l’événement introduit dans la première. Mais un simple ‘Comme’ placé en tête de la phrase orienterait vers une autre interprétation :

(c) Comme le bébé a crié, Marie l’a pris dans ses bras.

Dans ce cas, on propose une interprétation selon laquelle l’événement représenté dans la deuxième phrase a été la conséquence de l’événement présenté dans la première.

Un marqueur peut être un mot ou une locution dont l’usage dans un contexte particulier exprime/renvoie à une certaine relation entre deux énoncés ou entre un énoncé et le contexte dans lequel il est produit.

Les exemples suivants introduisent des verbes comme ‘effrayer’ ou ‘consoler’, venant soutenir l’action attribuée à Marie : ‘prendre dans ses bras’. Les deux verbes renvoient, respectivement, à des interprétations différentes de la relation entre le cri du bébé et l’acte de le prendre dans ses bras :

(d) Le bébé a crié. Marie l’a effrayé. Elle l’a pris dans ses bras.

[où l’action de prendre dans ses bras peut être interprétée comme une agression, marquant l’action de prendre dans ses bras comme la cause du cri du bébé]

(e) Le bébé a crié. Marie l’a consolé. Elle l’a pris dans ses bras.

[où l’action de prendre dans ses bras est interprétée comme une consolation, marquant l’action de prendre dans ses bras comme la conséquence du cri du bébé]

Un marqueur peut être un mot ou une locution dont la présence constitue une configuration discursive qui signale que dans la partie qui précède ou celle qui suit une certaine relation existe entre deux énoncés ou entre un énoncé et le contexte dans lequel il est produit.

Imaginons encore la figure suivante :

(f) Je te jure c’était la faute de Marie. Le bébé a crié. Marie l’a pris dans ses bras.

Dans ce cas, l’énoncé qui introduit les deux autres énoncés propose un cadre dans lequel l’acte de prendre dans ses bras est interprété comme la cause du cri du bébé.

Enfin, on peut être confronté aux énoncés suivants :

(g) Marie a effrayé le bébé parce qu’elle l’a pris dans ses bras.

(h) Marie a consolé le bébé parce qu’elle l’a pris dans ses bras.

Est-ce qu’on peut dire que le mot ‘parce que’, qui marque une relation causale, fonctionne aussi comme marqueur argumentatif incontournable ? La réponse est négative. Il est fort probable que celui qui a produit l’un ou l’autre énoncé n’est pas en train d’avancer un point de vue dans une discussion argumentative mais simplement de proposer une explication de ce qu’il comprend comme un fait accepté par son interlocuteur. Pour être sûr qu’on a affaire à une activité argumentative, il faut regarder ce qui se passe après ou avant que cet énoncé surgisse.

Assumons que le contexte supporte une analyse argumentative des deux énoncés ci-dessus. Il reste à savoir si on peut trouver dans ces énoncés des indices ne signalant pas seulement qu’il s’agit d’un discours contenant une activité argumentative mais plutôt signalant un aspect particulier de cette activité argumentative (par exemple le fait que le locuteur avance un point de vue, ou le fait qu’il se sert d’un argument par les conséquences etc.)5.

Les exemples précédents visent à montrer les problèmes qui surviennent quand on cherche à trouver les mots ou locutions qui marquent des aspects argumentatifs dans le discours. D’un côté, des critères purement formels peuvent guider la recherche à travers un logiciel comme Prospéro, en renvoyant vers des fragments argumentatifs du discours, mais, souvent, ils ne peuvent pas indiquer plus que l’existence d’un argument (ou d’un lien causal). De l’autre côté, des critères fondés sur le contenu des arguments peuvent nous aider à distinguer entre un argument pragmatique et un argument par le précédent, par exemple. Mais un tel niveau est pour le moment difficile à formaliser de manière adéquate pour être opérationnel comme outil de recherche du logiciel Prospéro ; la distinction entre un argument pragmatique et un argument par le précédent n’est pas seulement une question sémantique liée au contenu propositionnel : c’est aussi une question relative à la connaissance du monde/contexte dans lequel ce contenu propositionnel est avancé – et ce contexte change à chaque fois.

Résumons-nous :

Un marqueur (M) marque un élément X

MARQUEUR M peut être un élément linguistique ou para-linguistique ; en tant qu’élément linguistique il peut être un mot, locution, une forme grammaticale (temps, modalité, etc.) ou une configuration discursive.

MARQUER peut être compris comme:

Indiquer que ce qui suit (ou précède) est (toujours/ la plupart des fois/ sous certaines conditions) un élément X

Indiquer que dans la partie du texte où le marqueur est repéré on trouve aussi (toujours/ la plupart du temps/ sous certaines conditions) un élément X

ELEMENT X désigne un aspect de l’activité argumentative ou une étape de la discussion argumentative [v. la liste provisionnelle des aspects argumentatifs qu’un marqueur peut marquer présentée dans la première partie de ce billet].

  1. Voir F. Chateauraynaud, Prospéro. Une Technologie Littéraire pour les Sciences Humaines, CNRS Editions, 2003. []
  2. Voir F. van Eemeren et R. Grootendorst, A Systematic Theory of Argumentation, Cambridge University Press, 2004. []
  3. Les exemples cités sont pris dans les cahiers d’acteurs du débat public sur les Nanotechnologies organisé par la CNDP []
  4. Voir A. Tseronis, Qualifying Standpoints. Stance Adverbs as a Presentational Device for Managing the Burden of Proof, LOT Dissertation Series, 2009. []
  5. L’ouvrage de F. van Eemeren, P. Houtlosser et F. Snoeck Henkemans, Argumentative Indicators in Discourse. A Pragma-dialectical Study, Springer, 2007, nous offre un bon point de départ pour la recherche des marqueurs. Cependant, les catégories que les auteurs proposent et les listes des marqueurs qu’ils présentent présupposent souvent une interprétation argumentative du discours à travers une lecture linéaire, soit le procédé inverse de la direction suivie quand on veut se fonder sur des marqueurs pour chercher les arguments (ou les aspects argumentatifs du discours) à travers Prospéro . []

Une réflexion au sujet de « A la recherche des marqueurs argumentatifs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.