Des alertes à couper le souffle

Date 15 octobre 2012

Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

La sociologie des alertes et des controverses n’a-t-elle pas tendance à suivre de trop près l’actualité des dossiers qu’elle investit ? Si l’objet consiste essentiellement à saisir des processus sur la longue durée et à forger des cadres d’analyse rendant possibles des comparaisons ou des rapprochements, les moments de crise, dans lesquels se jouent des changements notables de trajectoire, attirent fortement l’attention du chercheur, l’obligeant souvent à interrompre ses travaux pour suivre en « temps réel » le développement des événements. C’est ici que l’appui méthodologique fourni par les outils socio-informatiques est précieux puisqu’il permet d’insérer les nouveaux documents dans des séries accumulées de longue date et de construire un point de vue outillé sur les résurgences ou les émergences, en rendant visible ce qui remonte des épreuves passées et ce qui semble s’imposer comme radicalement nouveau ou inédit dans un dossier – et, bien sûr, dans le même mouvement, de voir ce qui est oublié ou n’est plus mobilisé. On a eu l’occasion de montrer ce qu’impliquait ce genre d’exercice dans le cas du dossier nucléaire, qui a littéralement explosé comme on sait le 11 mars 2011.

Au cours de cette année 2012 plusieurs événements, moins spectaculaires que Fukushima, mais importants pour les domaines concernés, ont ainsi marqué les corpus suivi par l’observatoire des dossiers sanitaires et environnementaux1 :  on l’a vu à propos des gaz de schiste, dans le dossier de l’amiante, autour du Bisphénol-A et des perturbateurs endocriniens, dans le champ de la nanotoxicologie, à propos de la disparition des abeilles, des solvants utilisés dans les pressings, ou encore, à l’autre extrémité du spectre, de la fonte drastique de la banquise2. Tout semble ainsi bouger continûment, sans oublier l’enchaînement de conférences et de sommets qui ont de multiples impacts sur les processus d’alerte et de controverse. Lors de Rio +20, malgré les déceptions et les critiques, on a vu se déployer des configurations normatives qui ne manqueront pas de peser sur les dossiers environnementaux3. Plus récemment, en France, la conférence environnementale, qui s’est tenue les 14 et 15 septembre à Paris, a amorcé le débat sur l’énergie destiné à se poursuivre au cours du premier semestre 2013 et à donner corps à une loi pour la fin de l’année. Face à la diversité des événements, les chercheurs multi-corpus que nous sommes ont donc l’embarras du choix. Mais, précisément, parce qu’il ne s’agit pas de sauter sur l’actualité la plus récente, on a choisi de ne pas rebondir tout de suite sur le dossier des OGM, abordé ici-même fin 20104, mais de s’intéresser plutôt au cas de la pollution par les particules fines. Cette question majeure de santé environnementale a longtemps peiné à produire des saillances aussi marquantes que d’autres dossiers, malgré l’impact, connu de longue date, des particules issues des moteurs diesel sur la santé publique.

Tweet de la campagne CleanTag « Le diesel tue » de France Nature Environnement

Déjà ancien historiquement, et désormais difficilement contestable quant à son impact sanitaire5, le dossier des particules fines est loin d’avoir terminé sa carrière. Il alimente en effet les controverses autour des enjeux des transports urbains et des types de motorisations tout en mettant en tension différents intérêts publics, comme le soutien au diesel jugé « bon pour le climat », car moins émetteur de CO2 et promoteur via le SO2 d’aérosols limitant l’effet de serre, versus la santé publique et différents effets sur l’environnement (comme les pluies acides largement imputées aux émissions d’oxydes de soufre).

L’importance des points de basculement (tipping points)

En juin 2012, est rendu public le classement, par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), des gaz du diesel dans la catégorie « cancérogènes pour l’homme » (groupe 1) . Alors que ce polluant figurait depuis 1989 dans la catégorie des substances « probablement cancérogènes pour l’homme » (groupe 2A), son passage dans le groupe 1 a produit un basculement de grande ampleur attendu depuis des décennies par les acteurs mobilisés par la pollution atmosphérique, et a pris de court le monde des transports. Un article de notre-planete.info  – une des sources les plus fréquentées par les robots de Tirésias – écrit :

s’il n’est pas question de faire ici la promotion de l’essence sans plomb ou des biocarburants (très controversés) au détriment du gazole, il est évident que le niveau de santé des populations s’améliorerait si nos décideurs étaient plus responsables en matière de santé publique.6

Le CIRC n’en est pas à son premier reclassement médiatisé. Par exemple, au printemps 2011, il classait les ondes électromagnétiques dans le groupe 2B – « peut-être cancérogènes ». Dans la plupart des interprétations que suscite ce genre de décision, se croisent plusieurs modèles de transformation : résultat d’une accumulation de séries de données pour les uns, d’un coup stratégique pour d’autres, ou convergence de processus, jusqu’alors dissociés, qui donne à l’événement un statut de reconfigurateur.

Profil comparé (en nombre d’occurrences) de deux actants Alertes@ et CIRC@ et distribution temporelle du corpus (en nombre de textes)

Une des caractéristiques de la balistique sociologique appliquée aux controverses est de proposer des fonctions d’enquête et de (re)description des points de basculement. Ces « tipping points » ou « turning points »7 à travers lesquels s’opèrent des bifurcations et se créent à la fois des précédents et des changements de temporalité. Comme dans le cas des OGM depuis le 18 septembre 2012, lorsqu’un brusque changement de régime se produit, il mobilise toutes sortes de porteurs de causes ou d’intérêts qui prennent tour à tour la parole dans les médias, à coups de communiqués, de commentaires ou d’entretiens8.

Disposant d’une large collection de dossiers et de cas de figure – une cinquantaine de grands corpus pour les seules questions d’alertes et de risques – on peut explorer les dynamiques internes révélées par chaque processus et construire de proche en proche des points de comparaison. Sur cette base, il devient possible d’élaborer des modèles de transformation à l’appui de la production d’hypothèses interprétatives lorsque surgissent de nouvelles alertes, crises ou polémiques. Au-delà du dilemme classique entre l’interprétation selon laquelle tout était déjà en place depuis longtemps et celle qui insiste sur le caractère non-linéaire d’une rupture liée à un contexte singulier, trois figures du rebondissement s’imposent : celle qui part des choses-mêmes (catastrophe naturelle ou technologique, flambée épidémique ou augmentation subite d’une cause de morbidité ou de mortalité) ; celle qui, à l’opposé, provient de coups et de stratégies portés par un ou plusieurs acteurs (accusation, révélation, scandale, rapport corrosif ou étude qui dérange …) ; au milieu de ce continuum, qui mène des événements liés à des ruptures non-intentionnelles jusqu’aux actions concertés reposant sur des dispositifs intentionnels – selon le partage thématisé par Donald Davidson dans Essays on Actions and Events (1980) -, se trouve la figure de la convergence, semi-intentionnelle, de séries jusqu’alors indépendantes, hétérogènes ou divergentes selon le modèle de transformation que l’on privilégie.

Dans les changements survenus au cœur des dossiers étudiés, on relève des combinaisons intéressantes entre ces trois figures : des coups partent qui révèlent des processus à l’œuvre, encore invisibles, ou perçus seulement par quelques-uns, et conduisent à identifier des points de rupture ou des franchissements de seuils. Le corpus consacré aux particules fines, qui a été intégré dans la collection en 2011, est exemplaire de ce type de basculement par convergence de séries. Dissocié du corpus sur la pollution atmosphérique en général, afin de mieux discerner les jeux d’acteurs et d’arguments, il contient à ce jour 825 textes publiés depuis mai 1995. Si les enjeux classiques des controverses en santé environnementale, comme la logique de seuil et les conflits d’intérêts, y sont bien représentés, on y trouve surtout la montée en puissance d’une épreuve de comparaison métrologique à l’échelle internationale, notamment autour de la pollution aux PM10, c’est-à-dire aux particules en suspension d’un diamètre aérodynamique inférieur à 10 micromètres. Si les villes européennes font l’objet de mesures relayées dans la presse francophone, la situation des grandes villes chinoises et de quelques villes africaines est également fréquemment invoquée. Le corpus réuni permet de déployer l’ensemble des outils forgés pour suivre et caractériser les processus critiques en matière sanitaire et environnementale. C’est le cas par exemple des formules destinées à repérer l’ensemble des sources de danger et de risque.

capture d’écran de formules liées aux alertes (Prospéro I)

Pourquoi se démobilise-t-on ?

Alors que de multiples acteurs ont lancé l’alerte depuis des décennies, la pollution aux particules a eu du mal à se frayer un chemin dans l’espace de mobilisation politique. C’est d’autant plus intrigant que les questions de pollution atmosphérique sont parmi les plus anciennes de l’histoire environnementale9. Et ce qui renforce l’incompréhension face à ce retard du point de vue de la régulation des sources de pollution et d’exposition, c’est que la plupart des alertes ont été portées par des organismes et des instances officielles. C’est bien là le signe d’une divergence profonde des séries d’actions et des dispositifs mis en place, alors même que l’expérience sensible de la pollution de l’air dans les zones urbaines devrait constituer l’une des expériences les plus partagées. Il y aurait donc eu pendant de nombreuses années une sorte de déconnexion entre le traitement public de l’information et les expériences locales. La question ne manque pas d’être posée à plusieurs reprises par des acteurs qui ont eu bien du mal à enrôler, comme l’Association pour la prévention de la pollution atmosphérique (APPA) : pourquoi ne se mobilise-t-on pas une fois pour toutes contre la pollution aux particules fines, dont on connaît les conséquences sanitaires profondes (asthme, maladies cardio-vasculaires, cancers), comme on se mobilise pour d’autres objets dont les impacts sont beaucoup plus controversés ? Est-ce lié à l’invisibilité particulière de cette pollution, qui a pourtant ses instruments de mesure, mais qui finit par disparaître dans l’arrière-fond de la vie quotidienne en milieu urbain ? Ou est-ce que les collectifs qui la combattent font face à une inertie considérable du système d’acteurs et d’intérêts liés à la production du danger ?

Dans une étude rendue publique fin 1998, soit près de 14 ans avant le basculement provoqué par le classement du CIRC, l’APPA, emmenée par Bernard Festy et William Dab, estime qu’il est « urgent de prendre conscience du problème » et plaident pour « un changement de comportement des pouvoirs publics » face à de nouvelles pathologies dont le poids statistique est tel qu’il se traduit, pour certaines villes européennes, par une perte d’un an d’espérance de vie :

On ne peut plus raisonner uniquement en termes de risque individuel [...]. Les mesures effectuées par les organismes de surveillance sont encore insuffisantes, notamment pour les particules fines (en masse mais aussi en nombre selon la taille) et les photo-oxydants en période estivale (acide nitrique et benzène). Une attention particulière doit être portée aux interactions des différents polluants. [...] Mais c’est surtout sur la nécessité de maîtriser la pollution et donc la circulation automobile que les auteurs insistent. Il existe « toute une gamme de solutions » relevant de la technologie des transports, l’amélioration des carburants, la politique énergétique et l’aménagement des villes. Mais « seule une vision globale du problème permettra de définir des solutions efficaces et acceptables », conclut la note. Avec les plans régionaux de la qualité de l’air (PRQA) et les plans de déplacements urbains (PDU), en cours d’élaboration, les pouvoirs publics disposent d’instruments immédiats pour y parvenir. « Quelles contraintes sont-ils prêts à imposer pour améliorer la qualité de l’air ? La manière dont seront faits les arbitrages nous le dira », juge M. Dab.10

Les auteurs de l’étude notent une nette prédominance des alertes à l’ozone dans l’information des populations et le caractère peu investi des particules fines. La situation ne va guère évoluer pendant plus de 10 ans, alors même que les normes européennes deviennent plus strictes en la matière. Sur le terrain, les mobilisations ne sont pas inexistantes et des associations se développent ici ou là, mais sans visiblement parvenir à porter jusqu’au bout la cause, qui est pourtant relayée par l’appel de Paris lancé en 200411. Sur le front associatif francilien, ce n’est que récemment, à partir de l’année 2009, qu’une association comme Respire le périph’ parvient à s’organiser pour rendre tangible dans la durée l’impact des zones de trafic les plus denses, et de « sensibiliser la population » à l’aide de moyens d’expression variés, comme des blogs ou des pétitions :

Parce que vous devez être conscients de la dangerosité de vivre à proximité d’une voie à circulation dense, je signe cette pétition pour que vous, élu(e), responsable de cette situation, preniez la mesure des enjeux de santé publique et environnementaux et agissiez pour garantir aux habitants de l’agglomération parisienne un environnement plus sain.12

La pétition lancée par Respire le périph’ reçoit au total 224 signatures entre le 25/11/2009 et le 25/11/2010, ce qui paraît peu en regard des 40 000 riverains du périphérique. De même, la tentative de porter la question des zones de concentration des polluants lors des élections régionales en 2010 ne semble pas produire de mobilisation notable – malgré la forte présence des écologistes dans le jeu politique francilien. Le corpus utilisé ne montre pas de propension lisible vers une fédération des acteurs capables de se mobiliser sur le terrain et, si des annonces ou des études surgissent de manière désordonnée dans l’espace public, il n’y a pas, jusqu’en 2012, de réelle prise de forme politique en dehors de cercles réduits. Seul un retour vers les acteurs qui ont organisé la mesure, l’évaluation, la discussion et la prise en charge du dossier peut nous permettre de reconstituer cette forme particulière de trou configurationnel qui s’est soldé par un décalage temporel.

En 2011, un débat sur les zones d’actions prioritaires pour l’air (ZAPA), issues de la loi Grenelle II, a provoqué des tensions. Le dispositif a immédiatement été considéré comme « élitiste », aggravant une forme de discrimination de classe, puisque, en prévoyant l’interdiction des centres-villes aux véhicules les plus anciens, il touchait en priorité ceux (particuliers et petites entreprises) qui n’ont pas les moyens de renouveler leur véhicule. Pour les élus Verts, il aurait fallu cibler la puissance et les caractéristiques des véhicules à interdire, comme par exemple les SUV (Sport Utility Vehicle), plutôt que l’ancienneté de leur mise en circulation :

C’est le Vert Denis Baupin, en charge notamment du plan climat à Paris, qui a protesté le premier contre le fait que cette nomenclature ne vise pas le gaz à effet de serre (CO2), énergie fossile qui contribue au réchauffement climatique. Les plus fortes émissions de CO2 proviennent des véhicules les plus puissants, de type grosse berline et tout-terrain, et non des véhicules de classe économique inférieure. Les détenteurs de 4×4 sont plus aisés que ceux dont les véhicules polluent aux particules. « Dans un souci de justice sociale, il faudrait leur interdire aussi les ZAPA », assure René Dutrey, le successeur de M. Baupin, en affirmant que ce vœu a été relayé par le maire (PS) de Paris, Bertand Delanoë.13

Les écologistes ont souligné dans la foulée la spécificité française de cette situation. Toujours d’après Baupin :

cette situation spécifiquement française est la conséquence d’une diésélisation unique au monde du parc automobile. C’est le résultat direct des avantages accordés à cette motorisation depuis des décennies, dénoncés depuis de nombreuses années par le corps médical, mais aussi la Cour des Comptes. 14

Cette « erreur historique » est pointée du doigt, avec d’autant plus d’acuité que l’efficacité des filtres à particules des diesels est parfois remise en cause : ils laissent en effet passer les particules les plus fines, surchargent et encrassent le moteur en bloquant la circulation des gaz et se révèlent contreproductifs sur de courts trajets. Il y a aussi un jeu politique entre l’État et l’échelon local, puisque la fin de ce premier dispositif ZAPA a été préparée par la désolidarisation ou la menace de retrait de certaines villes candidates15. En tout état de cause, la nouvelle phase de médiatisation liée à la publication du CIRC rend possible une plus large diffusion des alertes et contribue à inscrire durablement le dossier des particules fines dans l’agenda politique, ce dont atteste la référence à cette source de pollution par des membres du gouvernement lors de la conférence environnementale. On observe un écart important entre les mesures prises au niveau national et les engagements européens toujours plus contraignants16. Cet écart est généralement attribué à l’impopularité des mesures de limitation de la circulation automobile dans les zones urbaines et péri-urbaines, mais les alertes ne concernent toutefois pas uniquement le milieu urbain : l’étude Particul’air de l’ADEME a montré que le problème se pose également dans les zones rurales, du fait de la nature volatile des poussières fines et de la capillarité des routes de grande communication17.

Présence du « parc automobile » (en nombre d’occurrences)

A partir de juin 2012, les structures actancielles du corpus sont éloquentes : c’est à présent l’ensemble du « système automobile » français qui est en cause. La proportion du diesel dans le parc automobile des particuliers, liée à une longue politique gouvernementale de promotion de ce carburant, place la France dans une position critique du point de vue des normes européennes18. Avant ce point de basculement, la couverture médiatique se réduisait au constat de pics de pollution et à quelques discussions sur des remèdes plus ou moins provisoires.

Au niveau configurationnel, les camps de la controverse sont assez bien caractérisés : d’un côté, les organes de l’industrie automobile questionnent ouvertement la validité de l’expertise19 ; de l’autre, des associations comme France Nature Environnement relancent constamment l’alerte sur le danger mortel que la « diésélisation » implique20. En août 2012, un rapport du ministère de la Santé a d’ailleurs certifié qu’en 2011, 12 millions de Français ont habité « dans des zones n’ayant pas respecté les valeurs limites annuelles en matière de particules fines »21.


Combattons le Black Carbon

 

Dispositifs métrologiques et expériences sensibles : une lente convergence ?

Si dans la période récente les débats se concentrent sur les voitures, la question de la part industrielle et domestique de la pollution aux particules fines semble laissée au second plan. Par ailleurs, l’attention ne s’étend que rarement aux maladies (asthme, allergies, problèmes cardio-vasculaires, … ) et aux effets environnementaux en tant que tels et semble surtout se focaliser sur la quantification des conséquences, par l’estimation d’une surmortalité ou plus précisément d’une mortalité précoce22. L’agenda pourrait aussi prendre en compte la diffusion et l’accumulation des particules à l’intérieur des bâtiments, dans les habitacles des véhicules, sur les lieux de loisirs, dans les souterrains des métros, etc. Enfin, l’hétérogénéité des seuils et des mesures selon les polluants et les pays concernés pourrait faire de la pollution atmosphérique un terrain privilégié pour une controverse métrologique houleuse. En même temps, la métrologie ne semble pas poser problèmes, la mesure de la qualité de l’air étant déléguée, en tous cas pour l’Ile de France, à l’association Airparif, dont la gouvernance est assez complexe puisqu’elle repose sur l’articulation de quatre collèges : l’État et les établissements publics, les collectivités territoriales, les « représentants des diverses activités contribuant directement ou indirectement à l’émission des substances surveillées » (ce qui ouvre sur une liste potentiellement interminable !), et des « associations régionales agréées de protection de l’environnement, de consommateurs, ainsi que de personnes qualifiées » (ce qui pointe également sur une grande diversité d’acteurs)23. Cela conduit vers un schéma interprétatif dans lequel un système multi-acteurs, mis en place de longue date autour de métrologies officiellement peu ou pas contestées, ne rétroagit pas sur la dynamique de l’alerte globale. Un processus de neutralisation serait-il à l’œuvre ? Au quotidien, l’attention aux conversations et aux comportements des usagers de l’espace urbain, bien décrits par les courants interactionnistes24, montre une certain défiance vis-à-vis des mesures affichées de la qualité de l’air, défiance qui engendre une gronde lancinante et parfois des sentences sans appel comme « on vit dans une atmosphère irrespirable ! ».

Les modalités de mesure varient des plus normalisées, comme les cartes dynamiques fournies par Prév’Air, au plus incorporées, comme dans les collectifs organisés en véritables réseaux de nez, en passant par des formes de performance liées au protest art, avec les meringues qui permettent de goûter la pollution.

Pour les personnes ordinaires, il s’agit d’interpréter adéquatement ce que leur renvoie l’usage des sens, lesquels ne donnent prise que sur certains polluants ou dans des contextes évanescents, à partir d’une odeur ou du contact avec la poussière ou la graisse déposée par les vapeurs de gasoil. C’est le cas également avec la gêne occasionnée par la perception d’un trafic très dense ou les sensations produites par une température élevée favorisant les pics d’ozone, sans oublier toute la liste des effets corporels (difficulté respiratoire ou irrégularité du souffle, irritation ou signe épidermique). De proche en proche, on retrouve la problématique du partage du sensible et de l’hypersensible25. Le travail des sens entre d’autant plus en tension avec les métrologies officielles qu’il s’agit d’une pollution invisible, si fine qu’elle échappe aux dispositifs ordinaires de protection (comme les masques).

La montée en puissance de l’affaire des particules a induit des prises de paroles plus nombreuses sur le Web, au travers desquelles se fabriquent graduellement de nouvelles prises communes. Comme le montrent les extraits suivants, les internautes ne font pas que témoigner de leur expérience mais s’engagent dans un travail d’évaluation critique des dispositifs.

Posté 22 juin 2012 à 12h22. Ceci dit j’en vois de plus en plus [des masques] à Paris. J’espère pour eux que l’été ne sera pas caniculaire. Je suis par ailleurs bien conscient qu’on en choppe plein les poumons, des saloperies, surtout alvéoles pulmonaires bien ouvertes dans l’effort le long de l’A4 bouchonnée ; maintenant, je ne suis pas certain que même le respirateur de M. Vader suffise à filtrer les particules nano de nos bons vieux diesels.

Posté 22 juin 2012 à 13h01. Je pense en effet que la seule solution est de s’éloigner du trafic. Une étude d’airparif indiquait il me semble une décroissance très rapide de la présence des polluants dès que l’on prenait les voies moins fréquentées, et entre autre les pistes cyclables séparée du trafic même de peu. J’avais un temps envisagé le masque mais je suis aussi persuadé que si un filtre à particule n’est pas capable de filtrer les nano particules (les plus mauvaises), ce n’est pas un pauvre filtre fusse-t-il au charbon actif qui le fera!

Posté 22 juin 2012 à 14h44. Une étude montrait récemment que l’air était plus pollué à l’intérieur des automobiles qu’à l’extérieur. J’ai plusieurs fois lu que la pollution à l’intérieur des maisons était plus importante qu’à l’extérieur. On nous parle aussi souvent des méfaits du tabagisme passif … La très grande majorité d’entre nous vivant et se déplaçant en ville, nous sommes donc soumis à des formes de pollution diverses et variées. Laquelle est la plus importante ? Si un masque était efficace, et si nous décidions d’en porter, quand conviendrait-il de le mettre et de le retirer ? J’évite de mettre mon nez directement sur les pots d’échappement, mais pour le reste j’essaie de vivre sans paranoïa excessive.

Posté 22 juin 2012 à 17h28. Je complèterais la remarque d’Abel en rappelant que non seulement les jeunes enfants sont encore plus sensibles aux effets secondaires des gaz d’échappement mais que dans les poussettes ils sont encore plus près des pots d’échappement. Or je n’ai jamais entendu parler de masque pour eux. Les cyclistes en plein effort filtrent plus d’air que les piétons, mais pas plus que les joggeurs. Or là aussi, je n’ai jamais vu de joggeur masqué. En avez-vous vu dans votre ville? On peut se demander si le fait que leurs usagers ne portent ces masques que lorsqu’ils font du vélo, n’est pas finalement comparable à un effet-placébo.

Posté 22 juin 2012 à 19h22. les particules fines, dont la taille n’excède pas 1 micron sont elles filtrable par un masque ? c’est bien ça la question. et il me semble bien avoir compris qu’aujourd’hui il n’existe aucune solution pour ces particules, d’où leur nocivité [...] en cherchant en fait on trouve des masque filtrant des particules de 0.6 microns, dont les particules fines sont peut être inférieures à cette taille la 26

 

Les particules fines vont-elles plomber le débat sur l’énergie ?

Un des faits marquants de la période récente est la complexification croissante des scénarios énergétiques et de la manière dont ils interagissent avec les questions environnementales. Si la balance entre énergies fossiles et énergies renouvelables a longtemps dominé les discussions, la montée continue des enjeux climatiques d’un côté, et l’entrée dans une crise économique et financière de longue durée de l’autre, ont considérablement modifié les espaces de calculs – d’où l’importance que revêt le débat sur l’énergie prévu en France au cours du premier semestre 2013 après une phase dite d’« information ». Dans ce processus de confrontation généralisée des objets et des causes, la santé environnementale s’est progressivement frayée une place, au point d’entrer dans la liste des ingrédients de la fameuse « économie verte », érigée en doctrine globale lors du sommet de Rio +20. C’est ce qu’atteste un texte du Conseil Économique, Social et Environnemental (CESE) rendu public en février 2012, envisageant l’après Grenelle de l’environnement27. Il identifie trois axes prioritaires pour l’action publique :

la lutte contre le changement climatique, la préservation de la biodiversité et l’amélioration de la relation santé-environnement. Face à la crise économique, sociale et écologique qui marque notre société, un projet de développement durable, fondé sur une économie verte, respectueuse de l’environnement et revalorisant le travail, engagerait le pays dans une dynamique positive.

Le discours officiel, qui ne fait que redéployer dans un autre contexte la rhétorique du développement durable, a pour ambition de montrer qu’à la faveur de la crise peuvent être retourné ce qui apparaissait comme des entraves ou des contraintes pesant sur l”économie. Ainsi le président de le République, lors de son discours d’ouverture de la Conférence environnementale donne son interprétation de l’économie verte :

La transition énergétique et écologique ne doit pas être regardée comme une contrainte, une contrainte de plus qui s’abattrait sur notre pays, comme si nous devions à chaque fois demander effort et sacrifice, non, la transition énergétique et écologique, rendue nécessaire par la rareté des ressources naturelles et par la lutte contre le réchauffement climatique, est un axe prioritaire de développement de demain.

Certes, mais où sont passées les particules fines dans ce nouvel agencement ? Elles surgissent en bonne place dans le discours de clôture du Premier ministre, qui donne pour objectif « aux chercheurs et aux industriels » de mettre à disposition, d’ici 10 ans, des véhicules consommant 2 litres d’essence aux 100 km, soit quatre fois moins que la moyenne du parc automobile actuel. Et Jean-Marc Ayrault d’ajouter :

C’est ainsi que nous diminuerons notre consommation d’hydrocarbures et que nous en réduirons l’impact sur la santé publique. Je pense évidemment à la nocivité des particules fines.

La question des sources de pollution et de leurs impacts sur la santé est désormais au centre de la « bonne gouvernance », qui renforce les liens entre santé et énergie, via l’environnement – mais aussi la question des inégalités. Les particules ne sont pas entrées toutes seules dans le discours du gouvernement. Des acteurs les ont aidé à s’y faire une place.  Le fait que le diesel a été souvent cité lors de la conférence environnementale pèse dans cette prise en compte, comme par l’association RESPIRE, qui siégeait à la table ronde santé environnement :

Le diesel. Encore le diesel. Comme la filière atomique qui fait la spécificité de la France sur le plan énergétique, comme la filière pesticide dont nous sommes les premiers consommateurs en Europe, comme l’industrie du médicament dont nous sommes également très friands (1er pays consommateur d’anti-dépresseurs dans le monde et 5ème pour les médicaments), la filière diesel fait partie des fleurons de la France. Ces filières industrielles ont fait de nous des champions. Il est temps changer de discipline et de renouer avec la victoire, pour le renouvelable, la santé, le bio, la chimie verte, les transports légers. Un nouvel essor économique que nous méritons si nous en comprenons les enjeux. 

De même le Rassemblement pour la planète, met en avant le dossier du diesel dans sa liste de propositions :

En France, le Rapport de la Commission des comptes et de l’économie de l’environnement Santé et qualité de l’air extérieur (juillet 2012) évalue entre 20 et 30 milliards d’euros par an le coût sanitaire lié à la qualité de l’air, essentiellement fondé sur les doses de particules fines (décès prématurés, admissions hospitalières, journées de toux, journées de rhinites, cas d’asthme, etc), La différence de TIPP sur le diesel constitue chaque année pour l’Etat une dépense fiscale (au sens de niche fiscale) calculée de 10,88 milliards d’euros. Déjà en 1995, cette politique fiscale représentait un manque à gagner annuel de 5,9 milliards d’euros (30 milliards de francs), [...] La diminution du trafic automobile, diesel notamment, le développement des transports en communs, l’innovation et la R&D sur les nouvelles mobilités, les incitations fiscales pour le transfert modal, l’augmentation progressive de la TIPP sur le diesel permettrait entre autre de :

  • Réduire notre dépendance énergétique vis-à-vis des autres pays (enjeu géopolitique),
  • Créer de l’emploi dans la filière des énergies renouvelables et des transports alternatifs,
  • Réduire la facture de la sécurité sociale,
  • Réduire les pertes économiques des entreprises liées aux arrêts maladies et participer ainsi à l’amélioration de la compétitivité,
  • Augmenter le bien-être des populations.

***

Ce dossier sanitaire et environnemental de grande ampleur n’a pas suscité beaucoup de vocations sociologiques. Sa description, même rapide, rappelle l’importance d’un traitement le plus égalitaire possible de tous les objets d’alertes et de controverses. Il s’agit d’éviter deux écueils. D’un côté, l’oubli ou le déni de sources de dangers et de mauvais traitements, de l’autre la tendance à définir des programmes de recherche à partir d’événements marquants ou de pics de mobilisation médiatique. L’objectif de l’observatoire sociologique développé en partenariat avec l’Anses est ainsi de créer un espace d’enquête et de raisonnement affranchi, grâce à la diversité des corpus étudiés, des effets propres à l’agenda politico-médiatique, afin de ne pas sous-estimer ou sur-estimer la portée d’une controverse ou d’une mobilisation.

  1. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Observatoire informatisé de veille sociologique, rapport final de la convention ANSES/GSPR(EHESS), avril 2011. []
  2. « La fonte de la banquise arctique vient de battre un nouveau record », notre-planete.info, 4 septembre 2012. []
  3. Un corpus spécifique a été constitué qui donnera lieu à une analyse des figures critiques inspirées par la promotion de la « green economy ». []
  4. Francis Chateauraynaud, « L’histoire des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi », Socioinformatique et Argumentation, 1er décembre 2010. []
  5. Declercq C, Pascal M, Chanel O, Corso M, Ung A et al., Impact sanitaire de la pollution atmosphérique dans neuf villes françaises. Résultats du projet Aphekom, rapport de l’Institut de veille sanitaire, septembre 2012. []
  6. « Les particules issues des moteurs Diesel sont enfin reconnues comme cancérogènes pour l’Homme », notre-planete.info, 14 juin 2012. []
  7. On attribue à Morton Grodzins l’origine du concept de tipping point. Dans The Metropolitan Area as a Racial Problem (1958), il l’utilise pour caractériser les seuils à partir desquels des changements de la structure sociale et raciale d’un quartier. Plus récemment, Andrew Abbott a particulièrement développé la problématique des turning points, en insistant sur la dimension narrative nécessaire à l’interprétation des changements de trajectoires. Voir le chapitre intitulé « On the Concept of Turning Point », in Time Matters. On Theory and Method, The University of Chicago Press, 2001. []
  8. En général l’avis d’experts ou de personnes qualifiées est rapidement sollicité par les journalistes ou les animateurs de sites, ce qui nourrit en retour la controverse ou la polémique. Voir par exemple, la publication de deux avis de chercheurs en sciences sociales sur le site de la Mission d’animation Agrobiosciences début octobre 2012. Profitons de cette note pour indiquer ici, à propos du tour violemment polémique qu’empruntent bien souvent les affaires publiques, le numéro spécial « Insulte, violence verbale, argumentation » de la revue Argumentation et Analyse de Discours, août 2012. []
  9. Voir par exemple Geneviève Massard Guilbaud, La régulation des nuisances industrielles urbaines (1800-1940), Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 64, octobre-décembre 1999, 53-65 ; Geneviève Massard Guilbaud, Histoire de la pollution industrielle en France, 1789-1914, Paris, Éditions de l’EHESS, 2010 ; Florian Charvolin, « Entre déni et mobilisation : vers des protocoles hybrides de perception de la pollution de l’air ? Une perspective socio-historique sur la France du XXe siècle », actes du colloque du GIS Démocratie et Participation 18-21 octobre 2011. []
  10. « Une étude de l’APPA précise l’impact de la pollution sur la mortalité et la morbidité », Le Monde, 3 décembre 1998. []
  11. L’Appel de Paris, sur les dangers sanitaires de la pollution chimique est lancé le 7 mai 2004 à l’UNESCO. Des scientifiques, des médecins, des représentants d’associations environnementales, réunis lors du colloque « Cancer, Environnement et Société » organisé par l’ARTAC, alertent sur les dangers sanitaires de la pollution chimique et proposent plus d’une centaine de mesures et de recommandations à l’adresse des peuples et gouvernements de l’Union européenne. Plusieurs propositions concernent la pollution automobile et plus spécifiquement les particules PM 2,5 et PM 10 : l’inadéquation de la proposition de directive européenne les concernant est soulignée et l’édiction de nouvelles normes réglementant l’émission des particules par les moteurs diesel est bien présente. []
  12. Pétition Respire le périph’ ! pour les franciliens qui respirent le périph’. []
  13. « Le casse-tête des zones d’action prioritaire pour l’air. La nomenclature des véhicules susceptibles d’être interdits dans les centres-villes suscite un tollé », Le Monde, 7 août 2012. []
  14. « Pollution : pourquoi le bonus écologique risque d’aggraver la situation », Le Point, 8 août 2012. []
  15. « Les Zapa enterrées par Delphine Batho », Le Point, 20 septembre 2012. []
  16. « La santé et la sécurité des citoyens font partie des grandes priorités de l’UE. Par son action, l’UE permet à chacun de bénéficier de normes élevées en matière de soins de santé et du même accès à des soins de qualité. », site de l’Union Européenne, consulté le 12 octobre 2012. []
  17. ADEME, Particul’air, Étude inter-régionale de la pollution particulaire en zone rurale, août 2011. []
  18. D’après les données du Comité des constructeurs français d’automobiles, en Europe de l’Ouest, les motorisations diesel représentaient 55,7% des ventes de voitures neuves en 2011, et cette proportion atteignait 72,4% en France, pourtant encore derrière le Luxembourg, la Norvège et la Belgique, « Nicole Bricq juge le parc automobile diesel-essence déséquilibré », Reuters, 13 juin 2012. []
  19. « La France à côté de la plaque; classement co2 », L’auto-Journal, 14 juin 2012. []
  20. « Diéseliser tue », France Nature Environnement, 6 juillet 2012. []
  21. « 12 millions de Français exposés aux particules fines », Le Parisien, 7 août 2012 []
  22. Communautés européennes, « Pollution atmosphérique : 400 000 morts prématurées en Europe », notre-planete.info, 21 juin 2005. []
  23. Voir les statuts d’Airparif. []
  24. Daniel Cefaï et Isaac Joseph (dirs.), L’héritage du pragmatisme , Conflit d’urbanité et épreuves du civisme, La Tour-d’Aigues, L’Aube, 2002. []
  25. F. Chateauraynaud et J. Debaz, « Le partage de l’hypersensible. Le surgissement des électro-hypersensibles dans l’espace public », Sciences sociales et santé, volume 28, numéro 3, septembre 2010, 5-33. Version en anglais : The distribution of hypersentivity. []
  26. Fil « Masque antipollution Filtrer les pots d’échapement » sur le forum de velotaf.com. []
  27. CESE, « Quel bilan pour le Grenelle ? Cinq ans après , le Cese dresse un bilan du Grenelle de l’environnement », 09/02/2012. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

4 commentaires pour  “Des alertes à couper le souffle”

  1. [...] pas une controverse ratée, mais un conflit réussi », 1er décembre 2010 Chateauraynaud F., « Des alertes à couper le souffle », 15 octobre [...]

  2. [...] Chateauraynaud et Josquin Debaz, Des alertes à couper le souffle. Point sociologique sur les particules fines et la pollution atmosphérique, Socio-informatique et [...]

  3. […] le cas de l’association Respire dans le dossier de la pollution de l’air. A peine créée, la jeune association qui entendait secouer quelque peu le milieu des experts, […]

  4. BertrandH a dit le 15 mars 2014 à 1:26 :

    Article visionnaire, comme pas mal de textes sur ce carnet.
    Aujourd’hui vendredi 14 mars 2014 après 10 jours de pollution très au dessus des seuils en RP et dans pas mal de départements en France, les acteurs institués semblent bouger un peu… Au point de départ de cette reconfiguration que l’on espère porteuse, un collectif intitulé Les poumons de Paris dont les membres ont discrètement oeuvré à ce changement de régime, en interpellant un à un les acteurs du système de la “qualité de l’air’ …
    https://www.facebook.com/poumondeparis
    une de leur demandes les plus pertinentes : une conférence de citoyens capables de reformuler complètement les termes de ce dossier devenu irrespirable !
    Amicalement
    BH

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche