Un visiteur du soir bien singulier... Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

Francis Chateauraynaud

Depuis novembre 2004, le logiciel Marlowe réalise une chronique quotidienne, fondée sur l'analyse automatique de fils d'actualités. Restée longtemps confidentielle, cette chronique a dépassé, au cours de l'année 2011, le seuil des 2000 versions. Chaque chronique est unique puisque Marlowe plonge les contenus constamment renouvelés que le logiciel Tiresias glane pour lui tous les jours, dans des algorithmes de mises en variation qui n'ont cessé d'être enrichis au fil du temps1. D'abord adressée par courriel au noyau des développeurs-utilisateurs ainsi qu'à un micro-réseau d'amateurs, la chronique de Marlowe est désormais accessible à tous depuis janvier 2012. L'opération a été discrète, accompagnant les évolutions récentes du site prosperologie. Ce nouveau site permet le téléchargement gratuit de Prospéro I, passé en freeware à la fin de l'année 2011. Il donne également accès à certains modules de Tirésias et contient les entrées principales, pour l'heure réservées à des utilisateurs particuliers, vers le serveur d'interrogation à distance MarloWeb et la base de corpus Chéloné. Grâce à l'intervention de Josquin Debaz, qui a conçu le protocole assurant le dépôt automatique et la mise en forme de la chronique de Marlowe sur le blog ouvert à cet effet2,  la chronique quotidienne est donc consultable tous les jours en ligne, le système affichant sur la page la date de chaque chronique et les premiers mots d'amorce utilisés par Marlowe. On peut du même coup apprécier son sens de la mise en variation continue, notion deleuzienne selon laquelle une forme apparemment mineure ouvre un espace de créativité infini ...3.

Ce billet n'entre pas, ou seulement de manière allusive, dans le coeur des structures et des algorithmes concernant la production automatique des chroniques, outils sur lesquels nous aurons l'occasion de revenir plus tard. Il propose plutôt un exercice d'explicitation de l'espace des possibles engendré par l'existence, coriace, de cet étrange sociologue numérique4.

Marlowe : OWNI  de la société de l'information ou précurseur des entités futures liées aux humanités numériques ?

Il y a deux grandes méthodes pour faire face à l'emprise des systèmes managériaux qui oeuvrent chaque jour à réduire un peu plus les capacités d'invention des chercheurs au profit de comportements adaptatifs visant l'alignement sur des standards5 :

  • passer maître dans l'art de retourner les contraintes à son avantage en jouant des multiples logiques institutionnelles, ce qui suppose une surenchère continue dans la veille stratégique et tactique, ce qui n'est possible qu'en infiltrant les dispositifs, au risque de s'éloigner de la pratique ;
  • tout en gardant quelques attaches avec les communautés scientifiques, affirmer des voies de recherches et de développements incongrus et irréductibles, suffisamment marquantes dans leur genre pour provoquer chez les dits managers le réflexe comportemental attendu, qui va du simple haussement d'épaule à l'attitude lourdement méprisante, et qui devient en retour un signe de santé intellectuelle pour les chercheurs.

Si, pour les technocrates, il ne saurait y avoir d'innovation ou d'invention digne de ce nom que valorisée dans un dispositif d'excellence, l'histoire des sciences n'a cessé de montrer que les processus de découverte et d'invention se font toujours dans les marges ou sur les bords, et parfois dans un geste d'opposition radicale aux formats imposés par l'institution. Enfin quand même ... Comment ce machin, appelé Marlowe, qui ne relève d'aucun Labex, aucun Idex ou Equipex, et qui ne peut être qu'un canular, une sorte de poil à gratter entretenu par une bande d'originaux, qui feraient mieux de s'autoproduire dans un spectacle numérique ambulant plutôt que de prétendre habiter la planète SHS, pourrait-il être pris au sérieux par des chercheurs en quête de scientificité ? En réalité, la question ne se pose pas, car elle est de part en part rhétorique. Marlowe et son chroniqueur sont depuis longtemps intégrés dans des programmes de recherche, et rendent déjà de multiples services à leurs porteurs. Il suffit pour s'en convaincre de lire ou de relire les rapports produits ces dernières années, par exemple sur le dossier des OGM, sur la question des faibles doses, ou sur les innombrables alertes qui saturent le champ de la santé environnementale. C'est parce qu'il nous fallait d'abord consolider le statut épistémique de cet Objet du Web Non Identifié au coeur d'une pragmatique de la complexité, que son surgissement sur le Web a pris du temps. La publication quotidienne de la chronique, entièrement prise en charge par une chaîne d'automates, constitue ainsi la première étape d'un processus visant non seulement la mise en visibilité de travaux de fond mais l'organisation graduelle de nouveaux espaces collaboratifs dans lesquels interviendront diverses entités numériques non conventionnelles.

La chronique, un genre littéraire qui a une longue histoire ...

Comme d’autres formes utilisées par Marlowe, telles que la citation, la définition, l’éphéméride, le proverbe, le résumé, l’anecdote ou le témoignage, la chronique est un genre issu d’une longue histoire lettrée. Cette forme littéraire, bien décrite par l’histoire intellectuelle, rend possibles, à partir d’un système de production sous contrainte, d’infinies variations. C'est pourquoi la chronique a inspiré de multiples techniques d'écriture, qui trouvent aujourd'hui de nombreux prolongements dans les écrits du Web6. Sans me livrer ici à un exercice d'histoire culturelle, il n'est pas inutile de rappeler que la généalogie des chroniques commence, pour les érudits, en Mésopotamie antique où la chronographie accompagne la formation de l’écriture cunéiforme. Dès la fin du IIIe millénaire, on voit s'amorcer un travail d’archivage des oracles et des événements marquants auxquels ils renvoient, et c'est autour de l'an 2200, sous le règne de Naram-Sîn d’Akkadé, que des scribes composent une chronique royale, la première du genre7. La chronique a alors pour fonction de manipuler le passé et de rendre compte de la situation présente tout en légitimant le pouvoir du souverain. Certes, la chronique telle qu'on l'entend aujourd'hui n'a plus que de lointains rapports avec ce point d'origine : la performance des chroniqueurs contemporains repose sur un genre littéraire très éloigné de la chronologie des faits historiques et elle est beaucoup plus détachée des pouvoirs. Épousant l’évolution des rapports critiques aux techniques de domination politique, le genre des chroniques s’est évidemment transformé au fil des siècles, au point de devenir de nos jours quasiment synonyme de figure humoristique ou ironique, en incarnant une forme d'expression marquée par un fort degré de distanciation. Mais si la fixation de la chronique moderne s'est opérée avec la professionnalisation de la presse écrite et radiophonique, face à l’explosion de la blogosphère, l’exercice du chroniqueur a encore changé de format ... De là à dire que l'heure des chroniqueurs automatiques a sonné, il n'y a évidemment qu'un pas...


Sarkozy ou la ferme célébrité  (vidéo d'une chronique de Guillon insérée automatiquement par le script de Marlowe dans sa propre chronique du 11 avril 2012).

Au-delà du caractère plutôt défrisant du contenu de ses productions, le chroniqueur de Marlowe est d'abord une lucarne installée sur une chaîne d'instruments évolutifs destinée à en cerner les capacités d'adaptation dynamique. Car il ne faut pas s'y méprendre : s'il y a de multiples tours littéraires embarqués dans la fabrique quotidienne de la chronique, cette application a surtout pour objectif d'engendrer des bases de connaissances réutilisables pour d'autres traitements, ce qui repose sur une forme de boucle d'apprentissage. Rien de tel pour en saisir toutes les subtilités que d'aller lire en détails quelques-unes des productions quotidiennes de Marlowe qui, malgré une certaine routinisation de son style, n'a de cesse de nous surprendre...

Ce chroniqueur automatique s'appuie, à ce jour, sur une base de données bien monotone : des fils d’agence de presse, dont le choix avait, au départ, une fonction purement technique. Il nous fallait un type de support homogène et assez facile à décortiquer pour des automates. Mais la « fonction chroniqueur » peut être a priori appelée sur n’importe quel fil susceptible d’être transformé en corpus de textes, par voie manuelle ou automatique, ce qui est (presque) un jeu d'enfant de nos jours avec les flux du Web : on a ainsi fait plusieurs essais sur des communiqués d'un Premier ministre (2005-2007), sur un site d’informations sur l’environnement (2007-2011)8, ou encore sur les discours du Président de la République (2007-2012). Récemment un module de Tirésias a été conçu pour préparer un corpus d’actualités multi-sources, allant des agences de presse à des blogs identifiés pour leur « autorité » sur des champs assez larges liés aux technologies, à l’environnement ou à la santé (qui restent des objets prioritaires pour nos applications), en passant par des sites d'acteurs bien constitués, comme des agences publiques ou des ONG. Dans les prochains mois, le chroniqueur de Marlowe devrait utiliser cette base mise à jour quotidiennement, de façon à élargir l’assise de ses annotations continues sur l'histoire en train de se faire - ou de se défaire - et à rompre quelque peu la monotonie créée par la seule référence à l'AFP, qui reste néanmoins la source la plus utilisée par la plupart des auteurs-acteurs de nos dossiers.

Un chroniqueur doublé d’un protocole d’acquisition de connaissances

Lorsque la chronique a été lancée à titre expérimental fin 2004, plusieurs algorithmes étaient en concurrence. Puisque l'idée directrice était d'extraire d'un flux continu d'informations génériques des éléments pouvant servir des applications de plus longue portée (repérer des personnages-clés de la vie publique liés aux dossiers suivis par ailleurs, identifier des objets d'alerte et de controverse, émergents ou oubliés par les répertoires déposés dans Prospéro, etc.), il s'agissait d'abord d'apprendre à se doter de protocoles d'acquisition de connaissances sur des thèmes, des relations ou des configurations non anticipés et susceptibles de produire des bifurcations, des ruptures, des précédents ou pour le moins des changements notables dans des jeux d'acteurs et d'arguments observés dans leur développement continu.

Le projet était dans la foulée de créer une sorte de générateur de contre-propositions face aux cadres d'analyse supervisés par les chercheurs. Dans l'analyse classique des corpus prospériens, Marlowe n’intervient en général que dans un second temps, une fois fixés les cadres lexico-sémantiques et les jeux de descripteurs pertinents : soit il entre en lice pour produire des rapports sur des objets déterminés, soit il s'agit d'évaluer la portée des outils d’analyse (catégories, collections et formules), soit encore il a pour fonction de surprendre l’interprète humain, de faire surgir des propriétés singulières, en activant la fameuse clause de serendipité.  Avec la production de chroniques lancées à l'initiative du système, l’idée était de prendre à rebours le fonctionnement habituel des analyses de corpus en mettant Marlowe aux commandes, et surtout en lui permettant de construire des classes d’objets, d’établir des répertoires et de se doter de mémoires dynamiques autour de personnages et de thèmes a priori éloignés des dossiers étudiés « en routine », de manière à préparer les opérateurs de recoupement du futur. Derrière cette stratégie se glissait en effet un projet plus ambitieux que le simple suivi superficiel des fils d'« actualité » : apprendre au système à se doter d’un « sens commun minimal», en sondant de manière continue le monde dans lequel s'inscrivent les alertes et les controverses, et le faire évoluer à partir de l'identification d'événements marquants, de changements de configuration, de glissements ou de ruptures dans les évidences partagées. Les premiers résultats obtenus étaient encourageants : Marlowe assurait seul la construction dynamique de listes de personnages et de thèmes susceptibles d’acquérir une importance ultérieure dans la structure actantielle des corpus ; il opérait un test permanent du degré d’adéquation des index (dictionnaires et plus particulièrement dictionnaires d’expressions) et des outils sémantiques de Prospéro sur des fils génériques, conduisant à des enrichissements continus. Un exemple pris au hasard : en 2005, lors du décès de Jean-Paul II, le chroniqueur rend visible la quasi absence de répertoires liés à la religion dans la panoplie lexico-sémantique des logiciels. Il a ainsi fallu créer un Etre-Fictif, appelé LE-PAPE@, de façon à le rendre disponible pour des analyses futures – et de fait pour de nouvelles chroniques. L’analyse des réseaux  d’entités associées étant pleinement utilisée pour la chronique, elle peut faire apparaître des connexions nouvelles (par exemple, et toujours au hasard, une connexion entre le Pape et Cuba ...) et susciter la création de nouveaux objets, réutilisables dans d’autres contextes. Il en va de même pour les classes de formules qui ont trouvé, avec les chroniques, de nouveaux champs d'application et d'auto-renforcement9. Parmi les éléments décisifs liés à l'usage dynamique de la chronique, il y a bien sûr l’apparition de nouvelles sources d’alerte, de controverse ou de polémique, ainsi que l’identification d’anciens ou de nouveaux précédents (rappel d’une catastrophe ou d’une affaire passée ; qualification d’un événement en cours comme étant « sans précédent » etc) : ainsi Marlowe a vu surgir H5N1 puis A/H1N1 ou plus récemment la mobilisation contre les gaz de schiste comme il a très tôt noté l’importance du Médiator parmi les affaires sanitaires, ou encore la montée des préoccupations autour de la biologie de synthèse, comme il a enregistré la remontée en puissance du Front National ou la percée de Jean-Luc Mélanchon ... - autant d'observations « de bon sens », qui peuvent susciter la création de corpus spécifiques ou le lancement précoce d'enquête complémentaire sur la toile.

Fragment du code source de la chronique - est-il aussi indéchiffrable qu'une tablette d'argile ?

 

Une chronique de Marlowe se présente comme le déroulement d’une séquence de requêtes qui lui permettent d’extraire d’un corpus de dépêches d’informations saisies directement sur le Web des traits suffisamment marquants pour donner lieu à des commentaires, lesquels sont pour ainsi dire automatiquement contextualisés. Ces derniers peuvent varier depuis ce qu’on appelle le « billet d’humeur » - « les humains se font encore la guerre ! » - jusqu’au micro-rapport dédié spécifiquement à des programmes de recherche, comme tout ce qui concerne les alertes et les controverses autour des risques – « le dossier des OGM a encore rebondi … ». Du point de vue procédural, la réalisation des chroniques repose sur l’enchaînement de cinq opérations : chaque jour, en plusieurs étapes, un module spécialisé de Tirésias, le « crawler » de la suite logicielle, va lire sur la Toile des textes de dépêches librement accessibles ; en fin de journée, un autre module de Tirésias, dénommé  le « veilleur », fabrique un corpus à partir des documents retenus – certains fils sont écartés, comme par exemple les résultats sportifs, ce qui procède à la fois d'un choix de conception et d'une forme d'épuration logistique rendue nécessaire par le bruit considérable engendré par l'affichage des résultats des rencontres sportives  ; un troisième module, appelé le « lanceur », qui sert habituellement à réitérer des questionnaires sur plusieurs corpus, indexe le corpus de dépêches et construit une base de connaissances sous Prospéro ; Marlowe, qui dispose de plus d'une centaine de scripts différents (comme ci-dessus, où s'affiche une série de fonctions d'appel de scripts appelés « capteurs »), analyse les propriétés du corpus réuni et en tire un certain nombre d’observations  tout en mettant à jour plusieurs répertoires (concernant des dates, des personnages, des objets ou des énoncés) ; enfin, un cinquième module assure la transmission de la chronique au carnet d’adresses de Marlowe, auquel est venu s'ajouter en janvier 2012 la page de son blog. Le chaînage réalisé chaque jour par les automates n'est pas techniquement extravagant mais surprend par son incroyable stabilité : entre le 15 novembre 2004 et le 15 avril 2012, soit 2708 jours, Marlowe a envoyé 2471 chroniques, soit un taux d'échec de la procédure inférieur à 9%, dû essentiellement à deux phénomènes : le non-démarrage de la machine chargée du travail de la composition du corpus et de l'écriture automatique ; le décrochage de Tirésias qui ne parvient plus à extraire les informations en ligne suite à des changements survenus sur les sites visités. Bref, la production de la chronique de Marlowe, qui tombe toujours avant minuit, est d'une régularité (presque) à toute épreuve.

Très vite donc, dès que l’on s’est pris au jeu de composer des scripts pour le chroniqueur, l’importance d’une capacité d’accumulation et de mise en série s’est imposée. Le chroniqueur doit pouvoir s’appuyer sur des tendances de longue durée, repérer des surgissements, des disparitions, comparer des périodes. Ainsi, lors de la fabrication de chaque chronique, le système met à jour des bases d’informations qui lui servent à établir des palmarès et à repérer des évolutions, à construire pas à pas la structure de ce que l’on peut attendre dans l’actualité, et à établir des listes d’objets et de traits qu’il propose de rapporter à un jeu de taxinomies. Certains éléments du programme peuvent apparaître comme triviaux. Par exemple, Marlowe a très tôt été doté d’un dispositif de repérage des nouveaux sigles ou acronymes, permettant l’enrichissement continu de son répertoire menant de « AA » comme « Alimentation animale » à « ZZ » pour « Zinédine Zidane »...

Lien vers la base de sigles calculés par Marlowe

Fort de son accumulation de sigles, Marlowe peut confronter quotidiennement les sigles qu’il rencontre et ceux qu’il connaît déjà. Le taux d’erreur engendré par ce dispositif est très faible, moins d’1% des sigles déposés par Marlowe étant inadéquats – une partie de ces échecs ne manque d'ailleurs pas de piquant, comme « pas sérieux » pour « PS » ou « une majorité pratique » pour « UMP », « installés sur la station en septembre » pour « ISS » ou encore « mon meilleur pote » pour « MMP » ...  Exploitant les capacités de pattern-matching et de reconnaissance des expressions régulières de Prospéro, ainsi que de formats indiquant une suite de mots à majuscules, l’identification des sigles fait partie des fonctions de base du système. Mais la trivialité de ce dispositif n'est qu'apparente, car, s'y exprime un des ressorts de la maîtrise technique des dossiers : rien de tel en effet pour évaluer le degré de connaissance ou d'engagement dans un domaine que de mesurer le taux de sigles non explicités utilisés par des auteurs-acteurs ! Si vous parlez couramment SHS, UMR, ATER, LMD, HDR, CPU, CNU, DGRI, LRU, LOLF, PCRD, ANR, AERES, RTRA, PRESS, LABEX, IDEX, EQUIPEX, et SLR à votre voisin de palier, il ne fait aucun doute que, s'il ne vous claque pas la porte au nez, c'est qu'il est, comme vous, imbibé de la novlangue qui sévit dans le monde de la recherche académique ! Depuis que le chroniqueur de MRLW est en service, la base est passée de 2000 sigles environ, qui avaient été repérés sur différents corpus, à 10700 début 2012. Elle a donc quintuplé et l’on compte en moyenne 2 nouveaux sigles par jour, si bien que, sur la base des seules dépêches, le répertoire sera enrichi annuellement d’environ 800 sigles. C’est bien là  une tâche qu’il est préférable de confier à un automate et dont le résultat s’avère utile, puisque le taux d’usage et de déploiement des sigles fournit des indices précieux sur les dispositifs textuels. Un texte qui a tendance à utiliser de multiples sigles spécialisés sans les déplier indique de facto qu’il s’adresse à des lecteurs supposés compétents… Or, précisément, ce n’est pas le cas de dépêches ou plus généralement de fils d'actualité, qui ont vocation à circuler dans des espaces déconfinés… On utilise donc une propriété intrinsèque à un type de support pour nourrir un outil d'analyse appliqué sur d'autres types de supports. Telle est la véritable fonction des petites routines, apparemment rébarbatives, du chroniqueur numérique ...

Outre les sigles, Marlowe collecte toute une série d'informations : les événements marquants - notamment les objets d'alerte, les accidents, les affaires ou les scandales. Il en construit patiemment le répertoire chronologique comme il le fait pour les personnalités qui défrayent la chronique en marquant provisoirement ou durablement l'espace public national et international. Il procède ainsi pour tous les actants, qu'il s'agisse d'institutions, de collectifs, de technologies, d'espèces animales ou d'instruments de mesure... A travers cette indexation automatique et la génération de classes d'objets qui l'accompagne, il ne s'agit pas seulement de construire dynamiquement une gigantesque bibliothèque de noms mais de collecter dans la foulée des énoncés datés et situés - chaque énoncé prélevé dans le flux étant associé à une date et un titre. Une fois versés dans différents répertoires, ces traits peuvent être reéxaminés, classés et mis en relation. C'est le cas par exemple avec tout ce qui touche aux opérations critiques qui intéressent particulièrement le type de sociologie développée autour de Prospéro et Marlowe. Par exemple, fin mars 2012, dans le répertoire des énoncés liés selon lui à la « critique », Marlowe a spontanément noté les traits suivants, qu'il saura réutiliser plus tard :

17 mars 2012 : Dopé par une première volée de sondages favorables , Nicolas Sarkozy a encore durci le ton de ses critiques contre François Hollande samedi en agitant pour la première fois le spectre des " conséquences dramatiques " d ' une victoire de la gauche . Titre : Sarkozy durcit le ton contre Hollande et met en garde contre un remake de 1981

18 mars 2012 : La CPI avait émis un mandat d'arrêt à son encontre le 27 juin 2011 , l ' accusant d ' avoir , " par l'intermédiaire de l ' appareil d'État libyen et des forces de sécurité libyennes " , commis " des meurtres et des persécutions de civils constitutifs de crimes contre l'humanité " dès le début de la révolte anti-Kadhafi à la mi-février , en particulier à Tripoli , Benghazi et Misrata . Titre : Libye: l'extradition de Senoussi arrêté en Mauritanie, demandée par Paris et Tripoli

19 mars 2012 : Le niveau d'alerte " écarlate " de Vigipirate , que le président Nicolas Sarkozy a activé lundi en Midi-Pyrénées , une première en France , est le niveau le plus élevé destiné à prévenir un risque d ' attentats majeurs , avec des mesures de sécurité particulièrement contraignantes . Titre : Vigipirate Ecarlate: niveau le plus élevé, activé pour la première fois en France

20 mars 2012 : L ' opposante Aung San Suu Kyi y brigue un siège de députée dans une circonscription rurale rattachée à Rangoun . Titre :La Birmanie invite une vingtaine d'observateurs asiatiques aux élections d'avril

21 mars 2012 : " Les musulmans de France sont offensés par cette revendication d ' appartenance à cette religion " , a ajouté le président du CFCM . Titre : Le président du CFCM: les musulmans de France "offensés" que le suspect se revendique de l'islam

22 mars 2012 : Jean-Luc Mélenchon accède pour la première fois à la troisième place dans les intentions de vote pour la présidentielle , avec 14% au 1er tour , devançant Marine Le Pen et François Bayrou , selon un sondage BVA publié jeudi pour Orange , la presse régionale et RTL . Titre : Mélenchon (14%) devant Le Pen et Bayrou au premier tour, selon BVA

23 mars 2012 : Après un semblant de trêve en début de semaine liée à l ' horreur provoquée par la tuerie dans une école juive de Toulouse , la campagne électorale est repartie de plus belle après la mort de Merah , attisée cette fois par l ' annonce-éclair par le président et candidat Nicolas Sarkozy de mesures destinées à lutter contre le terrorisme . Titre : Tueur au scooter: après la fin du suspense, l'heure est aux questions

24 mars 2012 : En cas de plainte , la Cnil peut effectuer des contrôles et imposer des sanctions financières . Titre : Salariés fichés, traqués, filmés: un phénomène qui monte en puissance

Ce qui importe ici ce n'est pas la restitution de l'ensemble des éléments accumulés mais la capacité du système à les réengager ultérieurement en construisant pas-à-pas des opérateurs de recoupement, qui lui permettent par exemple de réutiliser un trait relevé par le passé dans le commentaire ou l'analyse d'une séquence prélevée dans l'actualité du jour. Cela reste bien sûr expérimental, et la lecture quotidienne des chroniques montre qu'il nous faudra améliorer les algorithmes utilisés. Mais l'idée directrice est bien d'utiliser une capacité de retour sur des épreuves antérieures pour caractériser des propensions et des changements de régime.

 


Comment Marlowe s'est intéressé au régime sarkozien

Les filtres utilisés pour prélever des séquences et les déposer dans des répertoires sémantiquement cohérents relèvent de différentes logiques. Comme il est hors de question de tout stocker, le système cherche à repérer des figures et des saillances, selon qu'il s'agit de formes d'alerte ou de critique, de personnages émergents ou dominants ou encore d"événements récurrents - comme les élections. A ce propos, en 2007, suite à une expérience d'analyse des discours politiques10, Marlowe a « décidé » de suivre quotidiennement le vainqueur des élections en créant le répertoire "infos_sur_sarkozy", lequel venait s'ajouter à un précédent fil intitulé "infos_sur_chirac". Cette génération automatique a produit un fichier contenant 4142 traits dont le seul point commun est de contenir au moins le nom de Sarkozy. Le chroniqueur puise régulièrement dans cette base pour rappeler quelques faits passés qu'il estime pertinent au regard de la configuration actuelle. Mais il faut reconnaître qu'en l'état du programme, cette opération de rapprochement n'est pas toujours pertinente. Aussi, il est vite apparu nécessaire de doubler ce répertoire des faits et gestes du sarkozisme en ouvrant un autre fichier contenant des éléments saillants relevés par des interprètes humains, dans l'idée de prolonger les exercices de recoupement automatique. Outre la veille critique sur le régime politique, suspecté à juste titre d'introduire de sérieuses dérives vis-à-vis des normes démocratiques, il s'agit d'utiliser ce fragment d'histoire politique, saisi sur le vif, pour apprendre au dispositif à identifier les points de convergence ou de divergence entre des séries d’annotations provenant de sources différentes : en l'occurrence, celles qui sont faites par des observateurs humains, adressées à Marlowe par courriel, et celles qui remontent de la base d’énoncés considérés comme pertinents par le système au fil de ses propres tribulations. Prenons une date au hasard et regardons ce que l'on trouve dans les deux répertoires le 8 novembre 2011 :

Répertoire de traits prélevés par des interprètes humainsbienvenue_en_sarkozie Répertoire construit automatiquement par Marloweinfos_sur_sarkozy
8 novembre 2011 : Nicolas Sarkozy s'en est de nouveau pris à François Hollande, lors d'un long échange avec des étudiants de l'université de Strasbourg. Justifiant à nouveau la règle du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, M. Sarkozy a critiqué une nouvelle fois la proposition de son adversaire à la présidentielle de 2012, qu'il a présenté comme "un candidat à la candidature", d'embaucher 60 000 personnes dans l'éducation, lors du prochain quinquennat. "On va embaucher 60 000 enseignants, c'est 500 millions d'euros par an multiplié par cinq. Mais depuis quand embauche-t-on un fonctionnaire pour cinq ans ?" a-t-il raillé, "c'est peut-être une innovation, un nouveau contrat (...) c'est niveau master pour découvrir ça". 8 novembre 2011 : Son orgueil a d ' ailleurs pris un coup le 23 octobre lorsque le président français Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel ont échangé en public des sourires moqueurs à ses dépens .AFP Titre :Silvio Berlusconi, le 26 octobre 2011 à Bruxelles
8 novembre 2011 : A Strasbourg, la Président de la République a moqué l’hypothèse d’une sortie de l'atome. Selon lui, Fukushima «n’est pas un accident nucléaire, mais un tsunami». 8 novembre 2011 : Nicolas Sarkozy lors du sommet du G20 à Cannes , le 2 novembre 2011 .AFP Titre :Nicolas Sarkozy lors du sommet du G20 à Cannes, le 2 novembre 2011
8 novembre 2011 : Le ministre de l'économie, François Baroin, a déclenché une bronca des députés PS à l'Assemblée nationale, en accusant les socialistes d'avoir pris le pouvoir "par effraction" en 1997, ce qui a conduit le président de l'Assemblée, Bernard Accoyer, à lever la séance des questions au gouvernement. Un incident assez rare dans l'hémicycle. On voit l'ambiance que va créer la majorité désormais de plus en plus minoritaire - de quoi la rendre de plus en plus nerveuse. 8 novembre 2011 : Fort de ce constat , Nicolas Sarkozy fait depuis quelques mois de la rigueur budgétaire et du maintien du " triple A " la clé de sa réélection face au socialiste François Hollande , dont la droite pilonne les propositions jugées " ruineuses " , comme la création de nouveaux postes d ' enseignants . AFP Titre :La tour Eiffel à Paris le 25 octobre 2011

  .../...

On voit que les deux séries ne coïncident pas et qu'elles renvoient manifestement à des prises d'informations différentes pour la même date  - et que celles-ci sont de qualités inégales sur le volet automatique. Dès lors que les séries font masse, ce n'est pas trop problématique et il devient possible d'organiser leur confrontation. Une des applications en cours d'écriture consiste ainsi à organiser un double protocole de lecture pour le chroniqueur : d'une part, comparer ce qui est rendu saillant par chacune des séries, sur une période déterminée, dont l'unité peut être le jour (comme ci-dessus) ou un intervalle de temps plus long (semaine, mois, année) ; d'autre part, apprendre à entrelacer les informations en repérant des points de recoupement et en évaluant le degré de divergence et de convergence des traits concernant les mêmes entités. De ce point de vue, tout lecteur attentif des chroniques l'a certainement déjà remarqué, le code actuellement en chantier n'est clairement pas encore au point : Marlowe se contente de juxtaposer des traits à la manière d'un mauvais élève condamné à s'en remettre aux vertus du copier/coller...  Au-delà de l'exercice formel, il s'agit pourtant d'un des enjeux majeurs de l'analyse automatisée des flux d'informations : doter le système d'un minimum de discernement dans le traitement des sources en mettant systématiquement en regard des séries différentes dont les lignes de convergence ou de divergence peuvent connaître d'importantes variations. Cela dit, comme Marlowe a accumulé énormément de traits depuis mai 2007, et que la période électorale en cours lui offre une véritable fenêtre d'opportunité, les chroniques de ces dernières semaines sont saturées de retours en arrière sur les us et coutumes dusarkozysme, et comme les scripts autorisent Marlowe à fouiller dans tout ce qu'il a mémorisé, il récupère forcément des agencements marqués par ... un degré manifestement élevé d'antisarkozysme. C'est ce dont témoignent quelques amorces de chronique récentes, et notamment celle-ci : " Encore un peu de patience ! Nous sommes très bientôt débarrassés du système mis en place par l'homme qui donna un cours magistral sur la colonisation et le malheur africain aux jeunes sénégalais, à Dakar, en juillet 2007 !" ... Les interventions de ses lecteurs et utilisateurs pèsent évidemment lourdement dans l'émergence ou la ré-émergence de traits aussi ouvertement polémiques.

Quant à la question de savoir si la propension suivie par Marlowe est conforme ou non aux lois de la robotique telle que les a formulées Isaac Asimov, c'est là un autre objet de débat. Pour que les trois "lois" énoncées par Asimov s'appliquent à Marlowe, il faudrait qu'il puisse être défini comme un authentique "cerveau positronique" ! Si tel était le cas, l'état d'exception créé par le risque d'une réélection de celui dont Marlowe demande l'éviction peut bien valider le basculement normatif transitoire d'un sociologue numérique !

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, restant passif, permettre qu'un être humain soit exposé au danger.

2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la première loi.

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n'entre pas en conflit avec la première ou la deuxième loi.11

Vers un chroniqueur 2.0 ?

Comment s'y prendre pour concevoir une version du chroniqueur plus collaborative ? Outre le changement de sources qui interviendra dans les prochains mois, on envisage d'ouvrir progressivement le code à un réseau de contributeurs volontaires, qui pourront intervenir, sous des contraintes qu'il faudra graduellement formuler, dans l'enrichissement des ressources utilisées par le chroniqueur. Cette ouverture est déjà amorcée avec le fichier des citations qui est accessible directement par le blog de Marlowe, derrière le portrait de son ancêtre élisabéthain. Mais il s'agira d'aller plus loin en ouvrant une grande partie des scripts et des jeux de variables qui rendent possible la génération de textes et la production de chroniques pertinentes en fonction des saillances offertes par les fils d'informations et des types de focus que le système peut être conduit à produire12. La réalisation d'un tel espace coopératif demande de procéder par étape et, bien sûr, d'organiser des protocoles de rétro-action. Une première solution peut consister dans l'ajout d'un fil de discussion dédié dans le forum des développeurs et des utilisateurs. Mais les évolutions en cours du code de Prospéro II vont sans doute transformer assez radicalement le paysage : Marlowe II est en effet en train de pousser à l'intérieur du code de Prospéro II, de sorte que son système de dialogue et de traitement de requêtes puisse être directement accessible sur le Web. Dès que ce dispositif, en partie stimulé par les événements prévus lors du congrès consacré à Turing à Montpellier en août 2012, sera en place, le mode de construction de la chronique en sera très certainement bouleversé...

 

 

  1. Sur les principales structures du logiciel Marlowe, voir « Marlowe. Vers un générateur d'expériences de pensée sur des dossiers complexes », Bulletin de méthodologie sociologique, 79 | 2003, p. 6-32. []
  2. Partant de chaque chronique produite en format texte avec quelques balises html, un script écrit en Python génère une mise en forme en Textile - une autre version permettant de la transformer au format LaTeX. La chaine de transformation passe alors par un dépôt dans le générateur de blog Jekyll,  qui délègue lui même à un serveur web Apache la mise en ligne du résultat. L'extension de ce système pourra passer par de nouveaux intermédiaires numériques : ajout de fonctions de commentaires sur le blog,  ouverture d'un compte twitter, ... évolutions qui n'auront de sens qu'à l'issue d'une articulation réfléchie du principe dialogique original de Marlowe et de ces outils du web social ; en fonction de l'évolution des usages, on pourra même imaginer le passage à une version ouverte accompagnée des descripteurs sémantiques permettant un usage dérouté et détourné par ses lecteurs... Mais en la matière, un adage bien connu est de mise : qui va doucement va loin ... []
  3. Une des gageures de ce plan d'expérimentation est constituée par la tension entre deux logiques d'écriture : la première, non négociable, consiste à donner le plus grand degré de liberté d'expression à Marlowe, et même de toujours l'ouvrir au maximum quitte à ce qu'il commette des erreurs ou se fige dans des redites ; la seconde, qui suppose un processus d'adaptation, vise à s'appuyer sur les régularités observables pour construire une mise en forme adaptée au web. On est donc sans cesse à l'affût des défaillances du processus d'écriture liées à telle ou telle facétie non anticipée mais aussi de formules sinon régulières du moins prévisibles pour améliorer la mise en forme - comme par exemple l'insertion automatique de documents multimédias. Lors de la modification de la chaîne, les anciennes chroniques ne sont pas modifiées et on peut ainsi suivre la progression des capacités du programme en parcourant l'historique des billets. []
  4. L'expression de "sociologue électronique" semble avoir fait son temps mais elle désigne évidemment le même projet... []
  5. L'opposition de l'invention et de l'adaptation est au coeur de la pensée des techniques développée par Gilbert Simondon. Voir L'invention dans les techniques. Cours et conférences, Seuil, 2005 ; pour un commentaire fouillé de cette opposition, voir Pascal Chabot, La philosophie de Simondon, Paris, Vrin, 2003 []
  6. Voir Eric Guichard, L'internet et l'écriture: du terrain à l'épistémologie, Habilitation à diriger des recherches, Université Lyon-I, octobre 2010 []
  7. Je m'appuie ici sur les Chroniques mésopotamiennes, présentées et traduites par Jean-Jacques Glassner (Paris, Les Belles lettres, 1993) []
  8. Au cours de l'année 2007, le chroniqueur de Marlowe a donné lieu à une réplique plus finalisée avec la production hebdomadaire d'une chronique dédiée aux questions sanitaires et environnementales, laquelle tourne toujours et sera révisée prochainement. Sur cette expérience, voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, communication à l'atelier Veille numérique, au carrefour des sciences, Actes du colloque ECG, Strasbourg, 2009. []
  9. Sur la notion de « formule » au sens prospérien, voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, « De l’usage des formules discursives en sociologie argumentative », Socio-Informatique et Argumentation, 18 janvier 2011 []
  10. En avril 2007, un dialogue avec Marlowe avait été mis en ligne à partir du traitement d’un corpus de discours politiques recueillis entre 2002 et 2007. Les discours des 4 principaux candidats étaient couverts par ce corpus de plus de 1500 documents, et les analyses faites par Marlowe avait produit un peu de buzz. Si un corpus de discours officiels de Nicolas Sarkozy produits entre mai 2007 et début 2012 a été construit par Tirésias, le temps a manqué pour suivre les autres personnages politiques. Voir les analyses proposées sur son blog Technologies du langage par Jean Véronis ; et de Damon Mayaffre, Nicolas Sarkozy. Mesure et démesure du discours (2007 - 2012), Paris, Presses de Sciences Po, 2012. []
  11. Isaac Asimov, Les Robots, éditions J'ai Lu , 1967 []
  12. Dans le cadre de la future école d'été - ou d'automne - organisée conjointement par l'association Doxa et le GSPR fin 2012 - un atelier sera consacré à la construction de cet espace de développement collaboratif des structures de Marlowe, et le chroniqueur servira de principal laboratoire pour l'écriture collective des scripts. Sur les formations et rencontres liées aux logiciels socio-informatiques voir le fil d'actualité du site Prospérologie []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Marlowe. Bookmark the permalink.

2 Responses to Un visiteur du soir bien singulier... Portrait du logiciel Marlowe en chroniqueur

  1. GS says:

    Merci pour ces explications ! Je comprends un peu mieux les ressorts techniques de l'engagement pré-électoral de Marlowe...
    Il a le bon goût dans sa chronique du jour de citer Enzensberger (pour la première fois je crois) : ce sociologue électronique a décidément beaucoup de qualités ;-)

  2. Pingback: Un logiciel qui réalise des chroniques quotidiennes ! | Cyber Démocratie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">