Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies

Date 27 février 2012

Sébastien Buisine

post-doctorant, associé au GSPR

 

Du récit de vie au journal intime en passant par le roman autobiographique ; des Confessions de Jean-Jacques Rousseau (1782) à Destroy de Johnny Halliday (2003) édité en trois volumes, l’autobiographie représente une production littéraire incomparable dans la diversité de ses styles et de ses auteurs. Aujourd’hui, la plupart des personnages publics issus de la sphère politique, du monde de l’entreprise ou du showbiz nous font part de leurs souvenirs d’enfance et du déroulement de leurs carrières professionnelles qui les ont faits connaître. Ces derniers n’hésitent plus à livrer les moments forts de leur propre histoire et ce, dans ce qu’elle a de plus personnelle. A en croire le tirage important de ces publications1, le grand public se passionne pour ces récits de vie. L’univers du sport, notamment celui du cyclisme, n’est pas épargné par l’engouement suscité autour de cette littérature. En effet, le succès et l’abondance des biographies de coureurs cyclistes attestent de l’intérêt du profane ou du fin-connaisseur à vouloir les découvrir autrement que sur un vélo. Ce faisant, la valeur heuristique de ces témoignages publics contraint le chercheur à une réflexion méthodologique quant à leurs utilisations pour étudier un milieu social ou une profession.

Cette réflexion s’intègre dans un travail plus large qui consiste à saisir les exigences de l’activité professionnelle du coureur cycliste à travers celles que les sportifs acceptent de rendre publiques2. La restitution d’une vie ou d’une carrière sportive est susceptible de varier suivant les conditions de production du récit. Pour cela, nous avons recensé plusieurs sources à travers lesquelles se manifestent « ces histoires » marquées par des traits argumentatifs et par des régimes discursifs. Dans un souci d’ouvrir cet espace de variation, nous ne pouvions pas faire l’économie d’une analyse des autobiographies de ces sportifs. De quelle manière un corpus d’autobiographies peut-il être mobilisé dans une analyse sociologique ? Peut-on les utiliser au même titre que les entretiens, afin de comprendre un univers social ? Enfin, quelle place doit-on accorder aux conditions de production, d’énonciation et de publicisation des ouvrages que l’on veut analyser ?

Carte postale publicitaire Les vieilles gloires du cycle

Sans entrer ici dans les débats qui animent la définition de l’autobiographie comme genre littéraire3, il s’agit d’y voir une production discursive liée à une forme de vie ou de milieu, qu’elle contribue à mettre en scène. Pour étayer nos propos, nous prendrons l’exemple des cyclistes professionnels. Pour les sciences sociales, les études prenant comme source l’autobiographie littéraire4 montrent qu’elle ne représente pas n’importe quelle narration mais incarne un moyen comme un autre d’investigation sociologique5. Elle constitue un récit narratif et rétrospectif6 qui s’efforce de retracer une histoire tangible et personnelle au travers d’expériences vécues par l’auteur. Les récits autobiographiques des cyclistes apparaissent alors comme des témoignages donnant à lire les trajectoires et le sens qui est donné au parcours professionnel et sportif. De plus, ces ouvrages ne constituent pas qu’une simple invitation à « raconter » sa vie mais incarnent bien une incitation à se présenter aux autres7. Dès lors, l’autobiographie n’est pas un récit neutre puisque des éléments de présentation contraignent son auteur à revenir sur le cheminement choisi, ou subi, lors de sa carrière sportive. Dans ces moments particuliers d’explication, les cyclistes mettent en mots leur quotidien, rendent intelligible leur métier, font part de leur envie de changer les représentations du public8. De même, certains reconnaissent aussi explicitement vouloir convaincre le lecteur, justifier leurs actions, critiquer ce qui leur semble injuste, etc. Ainsi, contrairement à la position tenue par Brissonneau et al.9 dans laquelle ils considèrent que ces textes peuvent difficilement être utilisés par le sociologue comme sources fiables d’information, nous pensons que ces publications donnent accès à l’univers social et professionnel. Il faut évidemment accorder à leurs auteurs une capacité réflexive et de discernement qui affleure à la surface des récits de vie. Toutefois, cette posture n’est tenable qu’à condition de maîtriser, a minima, l’élaboration et la constitution du recueil des textes autobiographiques.

La construction d’un corpus d’autobiographies raisonné.

Pour saisir ce que les cyclistes professionnels nous livrent dans leurs biographies, nous avons d’abord effectué une sélection rigoureuse. Celle-ci répond à une problématique dans laquelle la restitution des récits ne peut pas être utilisée sans précaution. Cette démarche se justifie, d’une part, par la profusion d’ouvrages biographiques retraçant la vie des champions cyclistes10. D’autre part, les contraintes de production, imposées ou non aux auteurs, varient selon les contextes et semblent a priori quelque peu arbitraires. En effet, dans un contexte de vulgarisation, ces derniers sont conduits à faire des choix en sélectionnant des épisodes marquants de leur histoire, tout en étant tenus de respecter une certaine forme canonique et de rationaliser le contenu même du récit. Par exemple, les « auteurs-cyclistes » doivent tenir compte des exigences éditoriales qui ciblent aussi bien les profanes, les passionnés que les initiés scrutant les moindres détails susceptibles de livrer les secrets de leurs performances et de leur métier.

Par souci de cohérence, nous avons donc retenu le mode narratif à la première personne du singulier comme une primitive des récits biographiques. En recourant au « je », les auteurs apposent leur signature sur la couverture endossant ainsi une coréférentialité dans le rôle du narrateur et de l’auteur11. Autrement dit, le narrateur, en l’occurrence ici le cycliste, est lui-même l’objet d’un travail de totalisation de ses propres expériences en vue de produire un récit capable d’intéresser le plus grand nombre. De manière exhaustive, les ouvrages recensés sont généralement des témoignages retraçant les moments forts de la vie sportive, affective et privée des cyclistes dans lesquels les sportifs sont considérés comme les uniques auteurs. Les récits s’inscrivent alors dans une rhétorique qui, à travers les expériences à la fois banales et singulières, renforce la vraisemblance des histoires racontées.

Le fait narratif est ici soumis à une forte contrainte d’authenticité dans laquelle des formules comme « j’y étais » ou « je l’ai vu de mes propres yeux » tentent de garantir à la fois la force du témoignage12 et les présomptions de sincérité de l’auteur et de plausibilité des énoncés. Cette contrainte est d’autant plus grande qu’elle suppose que l’expérience, vécue par chacun de manière parcellaire, soit reprise dans un récit13. En d’autres termes, le récit biographique est placé sous la contrainte de formes morales ou d’exigences publiques. Par conséquent, il peut être saisi aussi bien par la critique du marché éditorial que par les autres coureurs, l’opinion publique ou le simple lecteur, voire même être rappelé par la justice dans les affaires de dopage14. Dès lors, s’intégrant dans un corpus marqué par sa profondeur historique, chaque autobiographie s’insère dans une série de narrations qui engage une certaine mémoire collective. En cela, l’exhaustivité du corpus constitue à la fois un repère dans sa dimension diachronique mais elle assure également un recoupement tangible de certains événements et d’expériences sensibles partagées par plusieurs auteurs. Les ouvrages retenus doivent être resitué non plus seulement dans une trajectoire individuelle mais bien comme des récits collectifs. En effet, chacune des autobiographies peut raviver l’expérience commune du peloton ainsi que les souvenirs de certains lecteurs partageant des éléments de la situation vécue.

Cette histoire collective ne s’inscrit pas dans les mêmes registres que celle de « l’auteur-cycliste », mais elle permet à chacun de reconnaître ce qui les a liés ou séparés à un moment donné. Ainsi, qu’ils soient coureurs, journalistes ou spectateurs, ces derniers peuvent attester de la fidélité du témoignage, juger de sa plausibilité ou, en cas de doute, le remettre en question et le confronter à d’autres sources. La crédibilité du récit dépend alors de son degré de résistance aux accusations et aux critiques mais aussi à la manière de défendre son propre point de vue. A ce titre, une inexactitude dans le récit, si elle est relevée par un lecteur, peut suffire à ébranler l’ensemble du témoignage ainsi que l’image de son auteur. Par exemple, dans son ouvrage paru en 1999, Richard Virenque15 nie toute complicité dans le système de dopage organisé au sein de l’équipe Festina. Rapidement, le soigneur de l’équipe, Willy Voet, le directeur sportif, Bruno Roussel, et la plupart de ses équipiers rétabliront la vérité dans diverses arènes de confrontation au point de l’obliger à passer aux aveux quelques mois plus tard. Par ce déni, Richard Virenque devint la risée des Guignols de l’Info qui assimilèrent sa marionnette à l’expression « à l’insu de mon plein gré ».

Les cyclistes ont été dopés à l’insu de leur plein gré

Trop de mensonges

Ils m’ont fait faire du vélo à l’insu de mon plein gré

J’ai été nourri à l’insu de mon plein gré

En outre, d’autres contraintes émergent lorsque les cyclistes abordent des sujets sensibles comme les arrangements financiers. Ces derniers risquent une procédure judiciaire pour diffamation s’ils colportent de fausses rumeurs, dénoncent certaines pratiques non avérées ou accusent d’autres cyclistes. Dans son effort d’authenticité, l’auteur doit s’appuyer sur des faits réels tout en choisissant ceux qui vont lui servir pour appuyer le message qu’il entend diffuser dans son ouvrage.

Enfin, l’attention portée aux récits impose, en amont, un travail réflexif autour du statut des autobiographies de ceux qui n’écrivent pas16. Autrement dit, quelle place doit-on accorder aux biographies qui doivent leur relative lisibilité à une coopération entre le sportif et un « nègre littéraire » ? Si certains coureurs racontent spontanément leur vie, d’autres acceptent de publier leurs souvenirs en faisant appel aux services d’un ou plusieurs journalistes ou en étant sollicités par ces derniers. Dans ces deux cas de figure, cette « collaboration », assumée ou non par le sportif, permet la stylisation d’une série d’entretiens passés entre le cycliste et son « prête-plume ». Ces témoignages donnent lieu à un ajustement aux normes littéraires établies par l’éditeur. Il s’agit autant de mettre en récit les événements passés que de parfaire la narration et l’argumentation des discours recueillis. En tout état de cause, la mise en scène de la figure stylistique du « moi » impose au cycliste interrogé d’assumer pleinement la responsabilité des propos publiés et d’être perçu comme l’auteur principal. Cependant, lorsque le témoignage n’est que partiellement repris dans le récit pour illustrer les propos du journaliste, la biographie n’est alors pas retenue pour notre corpus.

***

Aux termes de ce travail, le corpus recueilli atteint un volume de textes d’environ 8 000 pages, regroupant trente-sept ouvrages francophones sur une période allant de 1958 à 2009. Pour l’ensemble de ces récits, nous avons recensé vingt-sept auteurs différents. En effet, certains cyclistes ont écrit plusieurs ouvrages allant même jusqu’à quatre à l’instar de Bernard Hinault et de Raymond Poulidor.

Les conditions de production au cœur du travail réflexif

En questionnant les conditions de production, nous cherchons à repérer les ressorts et les finalités des ouvrages recensés et par la même, à saisir la portée d’un argument ou d’une charge critique sur le métier de cycliste. Sans nul doute, l’intérêt pour le sportif de rédiger son autobiographie ne se résume pas à la seule volonté de ressaisir les moments forts de sa vie. En effet, les « auteurs-cyclistes » tentent de donner de la cohérence et un sens à leur vie sportive, publique et privée, dans desquelles se distinguent des intentions ou des finalités particulières, chargées d’enjeux politiques, économiques et moraux. Si nous ne pouvons pas prétendre les saisir intégralement, les cyclistes gardent néanmoins la capacité d’attention du lecteur afin de lui faire comprendre l’objectif de son témoignage.

Afin de mieux appréhender ces finalités, nous nous sommes d’abord intéressés au temps que les sportifs se donnent pour publier leur biographie. Il s’agit ici de considérer cette temporalité comme une dimension fondamentale dans la mise en récit17 ainsi que dans l’intentionnalité de celui-ci. Pour chacun des ouvrages, nous avons représenté graphiquement l’écart entre l’année de publication à celle correspondant à la fin de l’activité professionnelle de l’auteur en tant que coureur cycliste.

Variation temporelle de la fin de carrière comparée à la date de publication de l’ouvrage

Parmi les trente-sept ouvrages retenus, les deux tiers sont publiés lorsque la carrière est achevée et ce, suivant une amplitude allant de zéro à une soixantaine d’années. Dans ce dernier cas, les ouvrages sont alors pensés comme l’œuvre de l’âge mûr ou de la vieillesse […] conçue comme son ouvrage suprême, celui qui englobe, explique et justifie tout ce qui précède18. Ensuite, ce décalage peut également coïncider avec la volonté de certains auteurs de ne pas consacrer uniquement la carrière sportive en tant que telle mais bien un parcours professionnel consacré au cyclisme. On retrouve ici les sportifs qui se sont maintenus dans ce milieu en endossant le rôle de directeur sportif, d’organisateur de course ou de journaliste sportif. Enfin, lorsque les écarts temporels relevés sont relativement faibles, l’autobiographie trouve généralement sa place dans le couronnement d’une carrière ou dans le renoncement définitif d’une vie de sportif de haut-niveau, à l’exemple de Pascal Richard :

Tourner la page de quinze années de carrière professionnelle, changer de métier et repartir à zéro ou presque alors qu’on a semblé avoir touché le ciel, c’est dur !19

Le dernier tiers concerne les publications éditées au moment où les cyclistes sont encore en activité. D’une manière générale, on distingue ici les grands champions qui ont marqué la discipline de leur empreinte. En pleine gloire, ces derniers ont profité de leur popularité pour raconter les événements majeurs, parfois extras sportifs, qui bouleversent une vie20. Au-delà de cette célébration, ces récits permettent de saisir différemment les temporalités d’une carrière sportive puisque celle-ci est encore inachevée. D’une part, les auteurs ne cessent de se déplacer dans le temps du récit, par l’utilisation du passé pour décrire les narrations historiques de leurs parcours, par le présent, pour aborder des moments plus ou moins réflexifs sur ce qu’ils sont en train de vivre, ou par le futur dans lequel il envisage l’avenir de leur carrière de cycliste. Par exemple, certaines formes prédictives pointent les moments d’incertitude comme la reconversion :

Le jour de la retraite venu, dans trois ou quatre ans, peut-être plus tôt, ou un peu plus tard, j’essaierai de ne pas rompre tout à fait.21

D’autre part, les contraintes d’explicitation pour un cycliste arrêtant sa carrière ou celui encore en activité varient sensiblement. Pour ce dernier, les exigences des sponsors, des médias, des attentes du public, de l’incertitude sur l’avenir professionnel sont autant de tensions qui composent la réalité de la vie du cycliste mais qui, dans le même temps, resserrent les marges de manœuvre dans la restitution et la publication de ses expériences. Par exemple, son sentiment d’appartenance à une identité professionnelle, comme celle véhiculée par le peloton, peut avoir des répercussions sur le degré de critique qu’il s’autorise. Cette résistance est d’autant plus forte que ce milieu sportif s’articule autour de « la famille cycliste »22 qui puise l’un de ses principes moraux dans la fidélité et l’obligation de ses membres de respecter une certaine « loi du silence ». Le peloton représente le garant moral de cet ancrage dans lequel les cyclistes aiment à rappeler que « la grande famille du cyclisme, comme toutes les familles dignes de ce nom, garde secrètement de vieilles rancœurs »23 ou « des choses qu’elle cache soigneusement »24. Ainsi, à la marge de la perception du monde sensible dans lequel les coureurs évoluent, la dissimulation de certaines pratiques ne tient que par la confiance réciproque et la discrétion des acteurs. En revanche, pour un ancien professionnel quittant ce milieu, les contraintes sont différentes. La première d’entre elles est de rester crédible auprès du public qui l’a parfois idolâtré. La force de rappel exercée par la famille du cyclisme va également dépendre du choix de reconversion du coureur, selon qu’il souhaite rester ou non dans l’univers sportif.

En parallèle de cette réflexion sur la temporalité, nous avons recensé les « raisons » invoquées par les cyclistes pour écrire leur autobiographie. Pour les personnalités connues, celle-ci représente l’un des « grands moyens d’information qui les font connaître de près en les montrant dans leurs diverses activités, stimulant ce mouvement de curiosité du public »25. Par le succès de leurs mémoires, les coureurs sont en droit de profiter de leur notoriété ou de leur popularité. L’autobiographie, au même titre que d’autres actions publiques ou promotionnelles, participe à l’exploitation de l’image du sportif. D’ailleurs, cette image représente, l’un des vecteurs essentiels de sa rémunération. L’appât du gain ne saurait expliquer à lui seul pourquoi certains cyclistes acceptent de publier une ou plusieurs autobiographies mais cet enjeu économique reste continuellement présent.

De même, si on se place du point de vue de l’éditeur, la vie d’un champion fait vendre. Par exemple, le premier livre de Lance Armstrong en 2000 s’est vendu à plus de 900 000 exemplaires aux États-Unis et à un demi-million en Europe26. Toutefois, les ressorts de l’édition autour de l’activité autobiographique connaissent une profonde mutation. D’après le directeur de collection des livres de sport chez Calmann-Lévy :

Le marché du livre de sport a beaucoup changé depuis son émergence il y a environ 35 ans. Les gens se documentent sur le sport au quotidien sur Internet, c’est une vraie concurrence pour nos ouvrages à caractère encyclopédique. L’alternative se trouve du côté des livres plus polémiques qui alimentent le débat sur le sport. (José Carlin Perez, septembre 2006)27.

Cette « alternative » est particulièrement visible dans le cyclisme. En effet, le déballage médiatique ainsi que la mobilisation juridique, autour des affaires de dopage, particulièrement celle de Festina en 1998, ont conduit à une accumulation d’ouvrages associant le cyclisme à ces pratiques illicites. Au travers des autobiographies, les cyclistes ont trouvé un autre moyen de surgir dans l’arène publique afin de rétablir ou de corriger la vérité, de rectifier ou de démentir les allégations mensongères. En France, dès 1999, l’ouvrage de Erwann Menthéour, Secret défonce, a ouvert la voie à la déferlante d’autobiographies qui posent en amont la question du dopage dans les récits. A ce sujet, le titre de certains ouvrages pointe les formes de polémiques évoquées plus haut. Il s’agit dans ce cas d’une prise de position radicale sur le milieu cycliste28. En choisissant de tels titres, les auteurs affirment leur volonté de convaincre le lecteur et aucun doute ne subsiste quant à la finalité du récit.

Au-delà de ces figures critiques ou, à l’inverse, d’une narration convoquant des souvenirs aseptisés, les cyclistes ont la capacité de rendre public et de produire un témoignage réfléchi pour rendre compte de ce qu’est une carrière de sportif de haut-niveau. Ainsi, dans le corpus, nous avons repéré des régularités quant aux finalités qu’ils évoquent. En effet, certains auteurs revendiquent très rapidement le but de leur démarche autobiographique. Celle-ci peut alors prendre la forme d’un « simple témoignage ». Dans ce cas, la trame du récit se construit principalement autour d’une description chronologique des événements marquants côtoyant des scènes de la vie quotidienne du coureur. Ce qui semble se jouer est l’image populaire que le cycliste souhaite inscrire dans la mémoire collective :

Écrire constitue pour moi un devoir pour un véritable retour vers le Public de plus en plus nombreux à me poser des questions sur le cyclisme de mon époque, sur ma carrière personnelle29.

Le « simple témoignage » engage d’autant plus une démarche personnelle et singulière que certains cyclistes sont eux-mêmes les éditeurs et les producteurs de leur propre autobiographie. Pour d’autres, les récits sont mis en scène de sorte que les témoignages soient perçus par le public comme incontournables et privilégiés. Dans ce type de narrations, les auteurs font appel à la notion de confidentialité relayant essentiellement deux « domaines d’existence »30. D’un côté, ils s’appuient sur des moments intimes ou privés :

Je voudrais ici, dans ce livre où je me raconte tel que je suis, livrer un secret qui explique, je crois, beaucoup de choses31.

De l’autre, ils donnent une valeur particulière à leur récit en mettant le lecteur dans une posture privilégiée, les cyclistes essayent de rendre intelligible le milieu du cyclisme professionnel :

Le premier mérite de ce livre est de nous faire connaître de l’intérieur.32.

Le simple souvenir comme le témoignage privilégié représentent des figures qui marquent les autobiographies les plus anciennes. En effet, depuis l’affaire Festina, il semble plus difficile pour un cycliste de raconter « tout simplement » sa vie dans un ouvrage. De plus, l’apparition sur la toile de l’Internet des pages personnelles et des blogs ouvre l’accès à tous l’espace public. Cette source d’informations constitue pour le lecteur une nouvelle figure autobiographique. Jour après jour, certains cyclistes n’hésitent plus à « mettre en ligne » et à décrire en détail leur quotidien, à l’exemple d’un carnet de route décrivant la vie quotidienne du coureur professionnel, Jérémie Galland33 :

 

Enfin, à travers leurs récits, certains « auteurs-cyclistes » ne cessent de prendre appui sur des considérations axiologiques dans lesquelles les questions d’éthique sportive et de morale sont mobilisées pour rendre perceptibles leurs contraintes au quotidien. Selon Philippe Lejeune l’histoire de l’écriture autobiographique est liée le plus souvent à une pratique religieuse ou morale34. En effet, l’auteur peut spontanément relater, à un moment donné, une expérience vécue sous la forme de Confessions prises dans le sens de Saint-Augustin. La narration s’apparenterait alors à un confessionnal qui vise en principe à soulager le poids moral de la transgression. Ici, la confession occupe une place privilégiée dans la structure du discours argumentatif. Dans ces témoignages, l’argumentation est liée à la qualification d’une faute commise, subie ou supposée, que certains coureurs assimilent à une faute professionnelle35. Dans notre corpus, la pluralité des fautes reconnues est relativement étendue puisque la confession s’étend de la simple description d’un régime alimentaire inapproprié au métier à l’attestation d’une pratique dopante avérée. Assumant pleinement leurs responsabilités, les coureurs reconnaissent leur faute en ne laissant planer aucune ambigüité dans leur récit. Ils s’engagent alors dans une description très fine de la situation en retraçant des expériences sensibles pour donner un tour authentique à la description:

Mes mains étaient moites, […] Je pris la seringue, engageai doucement l’aiguille sur ma fesse, que je fixais du coin de l’œil, et j’entamai le forage de mon épiderme, couche après couche. Je restais concentré jusqu’au bout, quand il me fallut presser le piston pour délivrer le liquide.36.

De même, depuis ces vingt dernières années, marquées par les affaires récurrentes de dopage, les médias, les enquêtes de journalistes et le milieu cycliste lui-même n’hésitent plus à porter des accusations sur certains coureurs. Les auteurs, censés mieux connaître que quiconque ce dont on les accable, ont parfois recours à l’aveu pour reconnaître les faits qui leurs sont reprochés. L’autobiographie permet ainsi de reconnaître, sous forme de preuve, les raisons des agissements litigieux, ou, au contraire, de démentir, en soulignant le poids des soupçons non fondés. C’est en s’appuyant sur les actes dont on les accuse, les moments d’incertitude que les cyclistes sont amenés à avouer, déployant une argumentation pour reconnaître une faute morale tout en tentant de se justifier, ce qui peut donner en retour prise à la critique37. La narration pointe alors des régimes de la justification publique et parfois de l’excuse lorsque le cycliste cherche à se faire pardonner. Les formes mobilisées dans leurs actions font référence aux contraintes de leur pratique qui pèsent sur la réalité d’une carrière professionnelle :

Je m’en rends compte aujourd’hui, les dégâts du dopage ne se limitent pas à la santé ou à l’éthique. Pendant toute ma carrière, j’ai cru que le bonheur sportif passait par la victoire, la gloire et l’argent et quand cela n’arrivait pas, je devenais fou. Je me suis dopé pour exister dans le regard des autres, pour toucher des salaires de plus en plus élevés mais j’ai beaucoup perdu. Maintenant que j’ouvre les yeux, je réalise que je ne sais pas quel sportif j’étais vraiment […] j’ai quand même choisi de le faire pour que les gens sachent qui je suis réellement : un coureur qui s’est perdu dans ses rêves de gloire, qui en voulait toujours plus mais qui ne faisait rien pour ça.38.

Par cet acte unilatéral que compose tout aveu, le cycliste expose au grand public les dérives d’un métier relativement précaire et rompt ainsi avec certaines valeurs morales du milieu cycliste, comme la loi du silence. Dès lors, le repenti s’attend à être sanctionné par les instances fédérales et parfois à être désavoué par le peloton. Ce fut le cas avec Jérôme Chiotti qui, après avoir avoué s’être dopé dans son ouvrage, fut déchu de son titre de champion du monde de VTT remporté en 1996.

Les cyclistes ne se contentent pas de se confier, de dénoncer ou de reconnaître l’usage des pratiques de dopage ; certains invitent le public à imputer les fautes et les responsabilités à d’autres. Les notions de ressentiment et de vengeance développées par Gilles Deleuze à partir de Nietzsche39 aident à décrire le sentiment d’amertume de certains cyclistes par rapport aux autres ou au monde social. La figure du ressentiment ne nous sert pas à qualifier les cyclistes mais à interpréter le sens de certains témoignages. Par exemple, Christophe Bassons soulève l’injustice subie face à ceux qu’il qualifie de « tricheurs », de « groupe d’individus vivant en marge de la loi » ou de « voleurs »40. Les situations décrites prennent appui sur une dynamique relevant de la colère mais aussi de la frustration et du regret à l’égard du métier qu’il a exercé :

Des années de frustration muette débordaient et emportaient toute réserve. J’avais trop serré les dents. La colère devant la pantalonnade qui recommençait au matin, la fatigue qui s’accumulait au soir alimentait ma verve. Les menaces justes proférées, la mise à l’écart qui me frappait, loin de m’apaiser, attisaient mon ressentiment.

Dans notre corpus, le milieu cycliste n’est pas le seul responsable du ressentiment. Les médias, et notamment la presse écrite, font également partie des cibles. Pour certains cyclistes, les journalistes sont responsables de diffamations dans des affaires de dopage et participent d’un système où se font et se défont les popularités des coureurs :

Celui-ci devra se battre, non seulement pour la victoire, mais aussi contre l’effet de complicité. C’est la raison pour laquelle le Public n’arrive pas toujours à comprendre pourquoi le vainqueur de telle épreuve ne figure plus en vedette dans la presse comme la logique l’exigerait. […] Cette frustration, avalée et remâchée, ne peut pas rester sans un discours du point de vue de l’être qui se respecte.41

 ***

Un des enjeux soulignés en introduction concernait la place d’un corpus d’autobiographies dans l’analyse d’un milieu professionnel ou social. L’ouvrage autobiographique, pris en tant que tel, nécessite de poser certains jalons notamment pour délimiter la nature du matériau étudié ainsi que son usage sociologique. Dans cette contribution, qui a volontairement laissé de côté les modalités d’usage du logiciel Prospéro utilisé pour traiter le corpus, nous avons tenté d’apporter un regard réflexif et méthodologique en s’intéressant aux conditions de production de ces récits.

D’une part, il est clair que la plupart des biographies sont des entretiens stylisés où la parole spontanée de l’acteur est lissée par un certain nombre de contraintes d’énonciation et d’ajustements à la demande éditoriale. Si on peut être prudent par rapport à leur analyse, nous pouvons aussi prendre au sérieux ce que les acteurs assument de dire publiquement. A première vue, même si ces récits s’apparentent à des formes romancées de la vie d’un sportif, ils laissent manifestement du jeu à leur auteur pour traiter de ce qui leur pose problème dans le milieu du cyclisme. En effet, suivant des stratégies différentes de publication, ces sportifs parviennent à porter au grand jour un regard critique sur ce milieu. Cette démarche est d’autant plus facile que certains auteurs font eux-mêmes l’objet de critiques lorsqu’ils sont pris dans une affaire de dopage.

D’autre part, l’oubli, qu’il soit volontaire ou non, introduit des différences irréductibles entre le fait historique et le récit rapporté par les « auteurs-cyclistes ». Pour dépasser en partie cette difficulté, nous avons montré que la mise en série des ouvrages est primordiale pour avoir prise sur la validité historique de ce qui est raconté. L’analyse d’un corpus d’autobiographies avec Prospéro permet ainsi de croiser les témoignages et de confronter les points de vue. Plus précisément, les auteurs sont pris par des formes de véracité et de réflexivité. Les critiques, les dénonciations, les argumentations qu’ils exposent permettent de recenser les points discutés dans les autobiographies. Parmi eux, la réalité des pratiques fait partie des préoccupations des auteurs. En cela, cette manière de mettre les récits en perspective permet de saisir un monde social, souvent qualifié de clos, replié sur lui-même et caractérisé par des règles et des usages peu accessibles de l’extérieur. On peut ainsi saisir des modèles d’action et de jugement au regard des expériences personnelles livrées au public sous certaines conditions.

 

  1. Par exemple, les mémoires de Jacques Chirac, Chaque pas doit être un but, sorties en 2009 ont été publiées à plus 350 000 exemplaires. (Sources : Paris-Match, novembre 2011). []
  2. Voir S. Buisine, Faire le métier” de cycliste : une sociologie pragmatique du travail dans le domaine sportif , Thèse en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS), Université Paris Ouest Nanterre, décembre 2009 []
  3. L’ouvrage de May revient sur les tensions au niveau de la viabilité d’une définition de l’autobiographie et leur classification. May, G., 1979. L’autobiographie, PUF, p. 8-97. []
  4. Nous pensons notamment à celle de Sylvia Faure sur les autobiographies d’artistes de danse : Faure, S., 2003. « Le pouvoir de se raconter », Sociologie et sociétés, vol. 35, n° 2, p. 213-231. []
  5. Peneff, J., 1979. « Autobiographies de militants ouvriers », Revue française de science politique, volume 20, p.53-82. []
  6. Lejeune, P., 1971. L’Autobiographie en France, Editions A. Colin, collection U2. (Deuxième édition, collection « Cursus Lettres », 2003). []
  7. Gusdorf, G., 1975. « De l’autobiographie initiatique à l’autobiographie genre littéraire », Revue d’Histoire Littéraire de la France, n° 6. p 958. []
  8. Nous pensons notamment au lien quasi insécable créé entre le dopage et les cyclistes. Celui-ci a marqué le public au point de transformer unanimement la vision de ces sportifs dans l’imaginaire social et d’associer historiquement les pratiques dopantes à la culture de ce sport. []
  9. Brissonneau, C., Aubel O., Ohl, F., 2008 L’épreuve du dopage : une sociologie du cyclisme professionnel, éditions du PUF, collection le lien social, p. 27. []
  10. Pour s’en convaincre, pas moins de huit références historiographiques relatent la vie de Jacques Anquetil :

    • Baudoin, L., 1967. Huit champions Français : Michel Jazy, Marielle, Christine Goitschel, Raymond Kopa, Chritine Caron, Alain Calmat, Jacques Anquetil, Jean Fabre, Hachette ;
    • Anquetil, D., 1989. Anquetil, Jacques par Dominique, Denoël ;
    • Ollivier, J-P., 1994. La Véridique Histoire de Jacques Anquetil, Glénat ;
    • Pellissier, P., 1997. La légende de Jacques Anquetil, Rageot ;
    • Yates, R., 2001. Master Jacques: The Enigma of Jacques Anquetil, Mousehold Press ;
    • Sibou, C.-A., 2002. Jacques Anquetil, 1934-1987 : Un sportif normand exceptionnel, Collection Histoires d’agglo ;
    • Anquetil, S., 2004. Pour l’amour de Jacques¸ Grasset ;
    • Marchand, J., 2007. Anquetil le rebelle, Editions Prolongations ;
    • Howard, P., 2008. Sex, Lies and Handlebar Tape : The Remarkable Life of Jacques Anquetil, the First Five-times Winner of the Tour De France, Mainstream Publishing Company.

    []

  11. Lejeune, P., 1975. Le Pacte autobiographique, Editions Seuil, (Deuxième édition, éditions Points, 1996). []
  12. Dulong, R., 1998. Le témoin oculaire : les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, EHESS. []
  13. Pessin, A., 2004, « Esquisse d’une sociologie de la petite reine et de ses prétendants. Le monde du vélo expliqué à Howard S. Becker », in Blanc, A. et Pessin, A. (dir.), L’art du terrain. Mélanges offerts à Howard S. Becker, Paris, L’Harmattan, p. 294. []
  14. Nous faisons allusion ici à l’ouvrage de Philippe Gaumont (2003) « Prisonnier du dopage » qui a été évoqué à plusieurs reprises lors des audiences du « procès Cofidis » en novembre 2006. L’auteur étant lui-même prévenu dans cette affaire. []
  15. Virenque, R., 1999. Ma vérité, Editions du Rocher, en collaboration avec Christian Eclimont et Guy Caput. []
  16. Lejeune P., 1980. Je est un autre : l’autobiographie de la littérature aux médias. Paris, Seuil. []
  17. Ricoeur, P., 1983, Temps et Récit I. L’Intrigue et le récit historique, Paris, Éditions du Seuil. []
  18. May. G., 1979. Op.cit., p. 31. []
  19. Richard, P., 2001. Géant de la route, forçat de la vie : le vrai visage d’un cycliste, éditions Factuel. []
  20. Par exemple, dans sa première autobiographie, Lance Armstrong revient longuement sur la manière dont il a vécu et combattu son cancer des testicules. Armstrong, L., 2000. Il n’y a pas que le vélo dans la vie, éditions Albin Michel. []
  21. Merckx, E., 1974. Coureur cycliste, éditions Robert Laffont, collection « un homme et son métier ». []
  22. A travers cette expression, la « famille » regroupe l’ensemble des acteurs du cyclisme professionnel (coureurs, staff techniques, dirigeants fédéraux, organisateurs de course, etc.). []
  23. Virenque, R., 1999. Op.cit. []
  24. Leblanc J.-M., 1999. Gardien du Tour de France, éditions Cristel, entretien avec Christophe Penot. []
  25. Peneff, J., 1979. Op.cit. p. 53. []
  26. D’après, l’Humanité daté du 28 juillet 2003. []
  27. Sources : http://www.01men.com/editorial/326749/culture-art-spectacle/. (Page consultée la dernière fois le 13 février 2012). []
  28. Nous retrouvons ici exclusivement les ouvrages les plus récents comme Gaumont (2005) « Prisonnier du dopage », Voet (1999) « Massacre à la chaîne : la vérité du scandale du dopage », Bassons (2000) « Positif », Baal (1999) « Droit dans le mur : le cyclisme mis en examen », Roussel (1999) « Tour de vice », Menthéour (1999) « Secret défonce », Chiotti (1999) « De mon plein gré », Virenque (1999) « Ma vérité ». []
  29. Huot, V., 1999. Clous et vélo percé : Noblesse des pauvres, autoédition. []
  30. Bertaux, D., 1999. Les récits de vie Paris, Nathan édition 128. []
  31. Poulidor, R., 1968. La gloire sans maillot jaune, éditions Calmann-Lévy, en collaboration avec Pierre Joly et Guy Dirand. []
  32. Bobet, L., 1959. Champion cycliste, éditions Hachette, Collection Bibliothèque verte. []
  33. http://jeremiegalland.over-blog.com. (Page consultée la dernière fois le 07 février 2012). []
  34. Lejeune, P., 2003. Op.cit. []
  35. Chateauraynaud, F. 1991. La faute professionnelle : une sociologie des conflits de responsabilité. Éditions Métailié. []
  36. Chiotti, J., 2001. De mon plein gré, éditions Calmann-Lévy. []
  37. Chateauraynaud, F., 2006. « Les asymétries de prises. Des formes de pouvoir dans un monde en réseaux », Paris, Documents du GSPR (EHESS), 20 mars 2006. []
  38. Gaumont, P., 2005. Op.cit. []
  39. Deleuze, G., 1962. Nietzsche et la philosophie, PUF. p.39. []
  40. Bassons, C., 2000. Positif, éditions Stock. En collaboration avec Benoît Hopquin. []
  41. Huot, V., 1999. Op.cit. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Un commentaire pour  “Réflexions méthodologiques autour d’un corpus d’autobiographies”

  1. GS a dit le 26 avril 2012 à 18:30 :

    Merci pour ce billet qui permet, à partir d’un cas apparemment bien particulier, de faire des rapprochements avec des domaines très différents en suscitant quelques idées…
    En te lisant Sébastien, je me disais qu’on pourrait transposer l’essentiel de tes réflexions sur le terrain de la prison, où il y a aussi une tradition du témoignage de l’intérieur à caractère autobiographique, par presque tous les acteurs (prisonniers bien sûr, mais aussi surveillants, médecins, cadres administratifs, syndicalistes, enseignants, etc.)… Et un passage de ton dernier paragraphe (“… les récits en perspective permet de saisir un monde social, souvent qualifié de clos, replié sur lui-même et caractérisé par des règles et des usages peu accessibles de l’extérieur”) m’a conforté dans cette idée, l’analogie vient toute seule!
    Ça pourrait donner un corpus intéressant, qui pourrait être comparé par exemple à un corpus d’écriture fictionnelle (tradition du roman noir notamment), qui peut elle-même en partie relever du témoignage.
    Ton texte me fait réfléchir à tout ça – merci donc! ;-)

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche