L'exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

Soraya Boudia, Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Nathalie Jas

(Programme FADO - IRIST / GSPR)

Un colloque de restitution des travaux menés dans le cadre du programme Santé Environnement Santé Travail (SEST) de l'ANR, s'est tenu à Paris les 1er et 2 février 2012. Il rassemblait des recherches portant sur de grandes problématiques liées à la santé environnementale, depuis le rôle de l’environnement dans l’émergence et la ré-émergence des maladies infectieuses (agents pathogènes et leurs vecteurs, bactéries et toxines), l'impact des différents facteurs environnementaux sur la santé (allergies et maladies respiratoires, perturbateurs endocriniens, résidus pharmaceutiques, pollution atmosphérique, mais aussi causalité des cancers, effets des rayonnements ou des nanomatériaux sur les mécanismes moléculaires ...), jusqu'à la « construction sociale de l’expertise » et les, désormais incontournables, « controverses » qu'elle provoque, en passant par les déterminants de la santé au travail. Ce programme visait ainsi à combler pas mal de lacunes, dans le cadre français, en matière de recherches sur les liens santé-environnement 1.

Parmi les travaux relevant du volet « sciences sociales » du colloque SEST, deux présentations nous concernent directement ici : la première a été coordonnée par Yannick Barthe (CNRS/Mines) sous le titre « Des difficultés à devenir victime. Le cas de l’impact sanitaire des essais nucléaires français » ; la seconde, portée par notre équipe, était intitulée « Les cadres de l’expertise à l’épreuve des expositions aux faibles doses » (acronyme : FADO). Le rapport final du programme FADO étant désormais disponible, ce billet en reprend les grandes lignes.

L'extension continue du domaine des faibles doses

Les alertes et les controverses des dernières d’années autour de dossiers comme le nucléaire, l’amiante, les OGM, les pesticides, le Bisphénol A ou les nanotechnologies témoignent de l’importance croissante des questions posées par les risques sanitaires et environnementaux aux formes de régulation scientifique, politique, économique et juridique. En examinant à la loupe ces processus, le programme FADO a étudié la manière dont les chercheurs et les experts mobilisent des outils et des modèles liés aux faibles doses. On s’est ainsi intéressé aussi bien aux milieux d’expertise et de régulation qu’à la production d’arènes de confrontation mêlant des acteurs hétérogènes (depuis les simples riverains jusqu’aux instances politiques, en passant par les médias et les groupes contestataires). Appréhendée sur une durée longue et à partir d’une pluralité de dossiers, la question des faibles doses est un excellent analyseur des points de convergence et de divergence entre les acteurs, tout en permettant d’établir une transformation graduelle des cadres épistémiques utilisés aux points de contact,  dans les zones de friction, entre de multiples disciplines comme la toxicologie, la biologie et l’épidémiologie, ou encore les modèles économiques impliqués par le risk assesment.

En mobilisant les concepts et les outils de l’histoire et de la sociologie, le programme FADO retrace les trajectoires de long terme de la question des faibles doses en s’appuyant sur l’étude comparative de quatre dossiers, différents mais partiellement interdépendants : la radioactivité, les additifs et contaminants alimentaires, les ondes électromagnétiques et les nanoparticules. Sur chacun de ces dossiers, nous avons eu recours aux techniques de l’histoire des sciences et de la sociologie des controverses, en décrivant l’évolution des jeux d’acteurs et d’arguments, de façon à cerner les points d’accord et de désaccord, le degré de consensus ou de dissensus entre ce qui est établi, non discutable, et ce qui reste controversé et incertain.

L’étude comparative a été menée selon trois axes :

  1. l’histoire des modèles dose-effet ;
  2. la production des expertises face aux faibles doses ;
  3. les contestations publiques en santé-environnement.

Cette approche interdisciplinaire répond dans le même mouvement à trois exigences méthodologiques : une analyse historique sur des temporalités longues ; des catégories communes pour la comparaison des dossiers ; et enfin la variation des échelles d’analyse, menant de micro-scènes d’action ou de discussion jusqu’à la prise en compte de configurations politiques de grande ampleur. D’un point de vue technique, une grande base de données a été constituée à partir d’articles et de rapports scientifiques liés aux carcinogènes, et, parallèlement, on a mobilisé des technologies socio-informatiques, comme celles du logiciel Prospéro2 afin d’analyser des corpus courant sur plusieurs décennies.

 

Distribution temporelle des textes de l'inter corpus « faibles doses » (avant Fukushima)

 

Les travaux réalisés éclairent les processus critiques qui traversent la gestion des incertitudes par les pouvoirs publics. Ces derniers agissent souvent sous la pression de crises ou de contestations, tout en puisant dans un répertoire d’outils constitués (principe de précaution, évaluation du risque, analyse coût-bénéfice…). Typique du régime d’incertitude qui caractérise la période contemporaine, le cas des faibles doses montre comment, dès lors qu’ils sont mobilisés en tant qu’experts au sein de comités nationaux et internationaux, les scientifiques affrontent des contraintes relevant à la fois de l’état des connaissances, de l’existence de précédents, de préoccupations économiques, de cadres réglementaires et d’enjeux pratiques et politiques, dont l’expression dépend elle-même des formes d’inquiétude et de contestation, et partant du degré d’ « acceptabilité sociale » du risque considéré.

 

Un exemple de courbe non monotone : hexachlorobenzene et androgènes d'après Ralph et al 2003

L'impact des faibles doses, une logique de moins en moins monotone ...

Le problème des faibles doses met en lumière plusieurs limites des démarches d’investigation, des modèles et des instruments utilisés dans les systèmes d’expertise et de régulation actuels des polluants. Nous avons cherché à identifier les points d’achoppements et de controverses au sein des milieux d’experts. Il en ressort que de nombreuses questions se concentrent sur les modalités de collecte de données sur les effets des faibles doses et les bases scientifiques sur lesquelles repose la régulation. Parmi les critiques qui reviennent le plus souvent, la pertinence des modèles animaux est interrogée de manière récurrente. Certaines substances provoquent des cancers chez les humains mais pas chez les rongeurs (arsenic, tabac). Certaines espèces animales sont sensibles à certains agents et d’autres espèces ne le sont pas. Le choix de l’espèce de référence pour administration de la preuve expérimentale devient du coup déterminant pour l’analyse du risque. Une autre critique cible la construction des régulations sur la base des fortes doses. La très grande majorité des données provient de fortes doses qui sont sans commune mesure avec les expositions réellement subies par les populations. Par ailleurs, l’hétérogénéité de la population humaine est souvent mise en avant. Enfin, l’aspect réducteur des modèles est souligné. La multiplication des critiques et des interrogations pose la question d’un éventuel changement de paradigme en cours au sein des champs de recherche et d’expertise qui gravitent autour de la toxicologie.

De fait, de multiples travaux ont convergé au point de rendre problématique le modèle linéaire longtemps utilisé comme outil d'évaluation des risques liés aux expositions à faibles doses. Cela n'a pas conduit automatiquement à un retour à la fixation de seuils arbitraires mais plutôt à la prise en compte des multiples dimensions du problème : vulnérabilités biologiques et fenêtres d'exposition différentielles (on pense bien  sûr aux femmes enceintes, à l'embryon et aux jeunes enfants, mais aussi aux personnes immunodéprimées), variabilités individuelles, révision du statut épistémologique de la toxicité du "bruit de fond", cocktails de polluants et superposition de sources d'exposition, effets de la répétition et de la durée des expositions, bio-accumulation voire effets épigénétiques, etc. Ces questions ont été vivement discutées lors du workshop organisé du 29 au 31 mars 2010 à Strasbourg, précisément dans le cadre du programme FADO, et qui avait réuni, sous le titre Carcinogens, Mutagens, Reproductive Toxicants: the Politics of Limit Values and Low Doses in the twentieth and twenty-first centuries, une quarantaine d'intervenants3. Depuis, la question des faibles doses a poursuivi sa course, croisant notamment la montée en puissance des perturbateurs endocriniens.

L'enquête menée début 2011 avec l'ANSES sur l'expertise des faibles doses a permis de croiser l'étude des grands corpus collectés pour FADO avec des points de vue récents d'experts, recueillis par entretiens4. Parallèlement, les agences sanitaires comme les instances politiques se sont saisies de la question, comme en témoigne le rapport intitulé Perturbateurs endocriniens : le temps de la précaution5. Pour l'observatoire socio-informatique des alertes et des controverses, dont les travaux sont au cœur de ce carnet, c'est un fil à suivre au plus près. Grâce aux développements récents de nouveaux protocoles liant Tirésias, Prospéro, Marlowe et Chéloné, on peut organiser la comparaison des formes de mise en discussion des modèles scientifiques allant de la toxicologie à l'épidémiologie en passant par l'endocrinologie, à la fois dans les espaces francophones et dans les univers anglophones.

 

 

  1. Cela dit, si les lacunes sont nombreuses, et si elles sont souvent dénoncées par des associations ou des groupes de contre-expertise, comme le Réseau Environnement Santé, la problématique santé-environnement n'a cessé de s'affirmer depuis les années 1990 en Europe. En France, elle a été au cœur de l'agenda politique, à la fois à travers les crises répétées, et avec la création des grandes agences sanitaires, dont l'AFSSA (1998) et l'AFSSE (2001), qui ont fusionné en 2010 pour constituer l'ANSES . On a pu lire sur un carnet voisin que ce champ est « encore assez peu investi par la sociologie française » (voir le billet du 13 janvier 2012 sur le carnet Sociologie de l'environnement et du risque). Énoncé un peu excessif : depuis le grand programme Risques collectifs et situations de crises du CNRS dirigé par Claude Gilbert entre 1994 et le milieu des années 2000, ces questions ont donné lieu à de multiples travaux, tant en sociologie qu'en sciences politiques, en droit ou en histoire des sciences. La notion de lanceurs d'alerte a même vu le jour dans cette mouvance très créatrice et diversifiée au sein de laquelle de multiples chercheurs ont essayé de comprendre ce qui se jouait à travers les crises sanitaires ... L'histoire de ce champ, qui ne peut se restreindre à la sociologie, est désormais suffisamment riche en péripéties pour que soit venue l'heure des bilans réflexifs comme l'a montré le colloque « Retour sur la société du risque », organisé à Cerisy en septembre 2011 sous la direction de Dominique Bourg (UNIL), Pierre-Benoît Joly (INRA et IFRIS) et Alain Kaufmann (UNIL). []
  2. Logiciel dont la version I, dite "version historique", est depuis fin 2011 disponible en freeware et accessible sur le nouveau site prosperologie.org []
  3. Une partie des communications devrait paraître prochainement in Soraya Boudia et Nathalie Jas (eds.), Toxic World. Toxicants, Health and Regulations in the XXth and XXIst Centuries, London : Pickering and Chatto, London ; Soraya Boudia et Nathalie Jas (Eds), Powerless science ? The Making of the Toxic World in the Twentieth Century, International Perspectives in Environment and History series, Berghahn Books. En attendant, voir la liste des communications et les résumés par ici. []
  4. Voir Francis Chateauraynaud, Josquin Debaz et Matthieu Fintz, La dose fait-elle toujours le poison ? Une analyse sociologique des mondes de la recherche et de l'expertise à l'épreuve des faibles doses, Document de recherche ANSES / GSPR, avril 2011. Un article tiré de ce document a été soumis pour publication sous le titre « Controverses métrologiques et perturbateurs endocriniens. Les faibles doses comme objet frontière », à la revue Natures Sciences Sociétés []
  5. Rapport n° 765 (2010-2011) dirigé par Gilbert Barbier au nom de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques et déposé le 12 juillet 2011. []

Imprimer ce billet Imprimer ce billet
This entry was posted in Logique d'enquête. Bookmark the permalink.

One Response to L'exposition aux faibles doses. Une socio-histoire des modèles scientifiques et des controverses publiques

  1. Pingback: De la métrologie en démocratie. La nouvelle vague des capteurs citoyens | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">