Retrouver le temps des acteurs dans le temps des corpus #1

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

L’analyse des grands dossiers évolutifs prend appui sur des corpus chronologiques. De fait, une des premières images produites lors de la restitution d’un travail de recherche avec Prospéro prend souvent la forme d’un diagramme temporel, lequel provient du croisement entre le nombre de textes ou de pages et une unité temporelle déterminée – l’année ou le mois, bien que l’on puisse techniquement descendre jusqu’au jour, comme lors de l’analyse de polémiques brèves et intenses, ou encore jusqu’à la minute comme pour les échanges sur des forums électroniques1.

Soit un exemple de structure temporelle : le profil du corpus nucléaire (n= 3248 entre 1945 et début 2010).

Structure temporelle du corpus nucléaire

Structure temporelle du corpus nucléaire

Une fois que l’on a fixé le profil temporel d’un corpus, on procède généralement à une périodisation, visant à caractériser, à partir d’événements marquants ou de points de basculement identifiés à partir des textes eux-mêmes, des périodes dominées par une configuration socio-discursive. Ainsi le corpus nucléaire pris en exemple précédemment peut donner lieu à une périodisation modélisant l’enchaînement de jeux d’acteurs et d’arguments, de dispositifs ou de régimes d’action qui marquent l’évolution du dossier pour une certaine durée. A l’opposé de la pure projection de quantités de documents sur une échelle de temps linéaire, cette périodisation engendre des séquences discrètes, tout en relevant pleinement d’une démarche interprétative, qui nous rapproche de la sémantique du temps historique de Rheinart Koselleck 2.

Exemple de premier niveau de périodisation produite pour le suivi du nucléaire
Période Périodisation Sémantique Evénement d’ouverture Pages
Période 1 8 août 1945
25 avril 1986
La montée du nucléaire civil Hiroshima 1394
Période 2 26 avril 1986
29 décembre 1993
Retombées de Tchernobyl Tchernobyl 938
Période 3 30 décembre 1993
30 décembre 1998
Le temps des alertes CRII-RAD 3334
Période 4 31 décembre 1998
7 octobre 2003
Le retour de la critique radicale Réseau Sortir du Nucléaire 2466
Période 5 8 octobre 2003
14 octobre 2004
La nouvelle question énergétique Débat national énergie 1768
Période 6 15 octobre 2004
5 mai 2007
Les débats publics CNDP 1678
Période 7 6 mai 2007
2 juillet 2008
Le nouvel esprit de l’autoritarisme Election de Sarkozy 657
Période 8 3 juillet 2008
6 mars 2010
Le retour des incertitudes ? Incidents à Tricastin 1809
14044

Il y a encore d’autres manières d’aborder la temporalité dans l’analyse des corpus. Dans ce court billet, nous  laissons de côté l’approche par les marqueurs temporels3 qui relève d’une analyse argumentative fine des énoncés.  L’analyse s’appuie alors sur des catégories de marqueurs linguistiques répertoriant les formes d’orientation vers le passé ou vers le futur, l’urgence ou l’attente, l’irréversibilité ou l’indétermination, etc (indiquant ici une proximité certaine de la sociologie argumentative avec la pragma-dialectique développée par Van Eemeren aux Pays-Bas4. Nous nous intéressons plutôt à une autre forme d’objectivation du temps des acteurs : la distribution des points de repère temporels utilisés par les auteurs-acteurs du corpus.

Pour produire cette autre représentation du temps, on peut utiliser des classes de formules élémentaires permettant d’attraper les années auxquelles se réfèrent les textes (par exemple une formule comme /CF=INTRODUCTEUR_ANNEE /NBRE , pointant vers des formes typiques comme « en 1979 », « avril 1986 », « au cours de l’année 1914 », « depuis le 11 septembre 2001 », « à partir de 1945 », etc). On obtient ainsi les instanciations les plus fréquentes.

instanciation nombre d’occurences
en 1986 283
en 2006 266
avril 1986 228
mai 1986 219
en 2002 195
en 2008 189
en 2003 171
décembre 1991 166
en 2007 165
juin 2006 159
juillet 2008 158
en 1997 137
…/…

Pas besoin d’être très érudit dans les affaires nucléaires pour saisir pourquoi l’année 1986 s’impose  dans le tableau précédent : il s’agit évidemment de l’année de Tchernobyl … Une fois que l’on a recueilli la liste des mentions de dates, un script en extrait les années et les projette dans une table permettant de visualiser la distribution de cette sous-classe de références temporelles (l’année formant une unité plus facile à agréger, mais en principe la même technique vaut pour les mois ou les jours – selon l’échelle temporelle du corpus5.

Procédure de capture des années après transfert des formules calculées par Prospéro vers le module spécialisé de Tirésias (python)

Procédure de capture des années après transfert des formules calculées par Prospéro vers le module spécialisé de Tirésias (python)

Le résultat obtenu par cette procédure d’enquête sur le temps des acteurs mérite ensuite d’être confronté à la structure temporelle initiale fondée sur les dates des textes. Dans le cas de notre corpus nucléaire, on obtient ainsi une double extension temporelle – vers le passé et vers le futur. Sans entrer dans le commentaire de la distribution obtenue, trois observations rapides :

  1. L’apparition successive de moments marquants puis la montée progressive en puissance (sic) du dossier depuis la découverte de la radioactivité (Roentgen en 1895, Becquerel en 1896), puis à la fin des années 20 (1928) les premières normes de radioprotection, jusqu’à la franche rupture produite par 1986 ;
  2. L’importance prise par les années récentes dont la fréquence repose moins sur un effet d’enquête (le corpus étant suivi sur le même mode depuis près de 15 ans…) que sur l’intensité des mobilisations et des controverses qui se déploient entre 2006 et 2009 (débats publics, actions lancées par les anti-nucléaires, disputes sur les liens entre nucléaire et la lutte contre le changement climatique, retour de la question des déchets, aventures en dents de scie de l’EPR, en Europe et dans le monde …) ;
  3. Enfin le graphique renvoie aux « ouvertures d’avenir » du dossier,  que l’on peut toujours requalifier  en  « no future ! ». Des énoncés engagent en effet la « période » ou « demi-vie » de certains radioéléments courant sur des millions d’année. L’année 2050 réalise un score de 54 occurrences et si 2100 n’apparaît que 5 fois, la mention de dates précises permet cependant de caractériser l’orientation vers le futur des acteurs du dossier.
Années marquantes de l'histoire du nucléaire

Années marquantes de l'histoire du nucléaire

Une des questions que pose ce type de procédure, est le degré de généralité de la forme obtenue. En effet, outre le déploiement des années qui mérite d’être recoupé avec la mention d’événements marquants (Hiroshima, Three Miles Island, Tchernobyl, 11 septembre 2001 …), on peut comparer les profils obtenus sur différents corpus.  Regardons, par exemple, ce que donne le corpus de l’amiante :

Années marquantes de l'histoire de l'amiante

Années marquantes de l'histoire de l'amiante

Le profil présenté par les années citées dans le dossier de l’amiante (contenant un peu plus de 1100 documents) rend visibles ses appuis historiques – notamment l’importance de l’année 1898 – date associée à la naissance du droit social moderne – la période relativement muette qui sépare les deux pics de mobilisation (entre 1978 et 1994) et, plus sinistrement encore la mention des décès annoncés pour les prochaines décennies.

L’air de rien, les applications ou les dérivations rendues  possibles par cette approche, sont multiples – et ont pour vertu une relative parcimonie ! Notons surtout la possibilité de faire « glisser » cette représentation selon les différentes périodes du corpus, qui permet de voir si l’extension temporelle de la cause ou de la controverse se décale vers le passé ou vers le futur6; par ailleurs, on peut apprécier le degré auquel  l’histoire tracée par la série temporelle rassemblée par le corpus et l’histoire dans laquelle se projettent les auteurs-acteurs tendent à converger ou à diverger. Ainsi, il est assez précieux de pouvoir montrer les appuis dans le passé et le degré d’engagement d’un futur déterminé (au moins sous forme d’année : « d’ici 2050 ») tout en livrant à la discussion l’effet de construction du corpus. Par exemple, dans le cas des OGM, dossier sur lequel ce type de projection temporelle a été très utile, on voit clairement se dégager l’année 1975, qui correspond à la conférence d’Asilomar, alors que le corpus ne débute, pour les séries françaises, qu’en 1987. L’effet d’entraînement produit par la numérisation massive des documents à partir des années 1990 peut ainsi être partiellement corrigé par la mise en évidence du temps relativement long dans lequel agissent et pensent les acteurs.

  1. On peut vouloir étudier les commentaires de compétitions sportives, ce qui  nécessite alors la précision d’un chronographe. Les analystes de conversation ont depuis fort longtemps développés des outils de séquençage de cet ordre, voir E. A. Schlegoff, A primer in conversation analysis: sequence organization, Cambridge University Press, 2004. []
  2. R. Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Suhrkamp, Francfort-sur-le-Main, 1979 ; trad. Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit par Jochen Hoock et Marie-Claire Hoock, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1990. []
  3. Voir F. Chateauraynaud et M. Doury, « ‘Désormais …Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle« , Argumentation et Analyse du Discours, n° 4 | 2009. []
  4. F. H. Van Eemeren, P. Houtlosser and A. Francisca Snoeck Henkemans, Argumentative Indicators in Discourse. A Pragma-Dialectical Study, Springer, 2007. []
  5. Par exemple, dans le cas de la crise de la vache folle de mars 1996, une analyse prospérienne avait suivi quasiment heure par heure le développement des événements, de sorte que l’échelle temporelle pertinente était le jour ou la semaine ; voir F. Chateauraynaud et D. Torny, Les Sombres Précurseurs …. 1999. []
  6. Il y  a des cas où plus on avance dans un dossier et plus les acteurs se réfèrent au passé, et d’autres où le futur n’a de cesse de s’ouvrir. []

8 réflexions au sujet de « Retrouver le temps des acteurs dans le temps des corpus #1 »

  1. temps

    L’etude se grandirait peut-être d’une analyse par la cause en modélisant à l’aide des probabilités. Ici la présentation est faite sur l’effet en utilisant l’algèbre, bien que celle-ci soit soignée, elle assimile des causes bien différentes qui trompent la raison. En d’autres mots, cette étude est méritante car elle ouvre la porte à une autre étude qui nous permettra une meilleure compréhension.
    Cordialement

  2. josquin Auteur de l’article

    Merci pour cette réaction matinale.
    Calculer des probabilités sur des mentions de date par les acteurs de nos dossiers aurait sans doute du sens si l’objet était de comparer les références temporelles les plus significatives de chaque corpus à l’usage ordinaire des évènements passés, présents et futurs.
    Par exemple, avant le 11 septembre 2001, il est fort probable que la mention du « 11 septembre » renvoie dans les textes ou dans les conversations au coup d’Etat chilien.
    Le fait de se référer à 1895 ou à 2050 dans le dossier nucléaire n’est pas évalué selon une table de probabilité mais est plutôt une façon de recouper, par une voie quantitative, la sémantique des évènements marquants et leur portée dans les récits et les arguments, sémantique construite sur des bases plus qualitatives.
    Là où nous vous rejoignons c’est dans la nécessité de poursuivre l’enquête et de ne pas en rester à une simple mise à plat descriptive des dimensions du temps dans le discours des acteurs. Prochainement, plusieurs billets reviendront sur un des aspects centraux de la sociologie argumentative qui concerne les relations entre marqueurs temporels et échelles de temps.
    FC et JD.

  3. Lhypothesard

    Bonjour
    est-ce qu’il y a moyen avec le protocole utilisé de retirer les dates qui sont liées aux textes du corpus et qui j’imagine sont prises en compte et qui expliquent les pics obtenus, on verrait mieux les dates passées et futures il me semble. Et peut-être que l’on verrait aussi des creux ou des manques du corpus. Il suffirait d’avoir juste un moyen de voir ce que cela fait sur le graphique si pour chaque texte T on retire la mention de la date lui correspondant… enfin bon c’est une idée en passant…
    Encore merci et bravo pour ces propositions toujours stimulantes !

  4. FC

    Oui on peut imaginer de retirer dans un second temps les dates qui traînent dans les textes et qui correspondent aux dates des textes du corpus, ou de pondérer les dates calculées selon le nombre de textes pour chaque année. Cela lisserait un peu le graphique sans doute mais c’est surtout la comparaison des deux graphiques distribution temporelle des textes / distribution des dates contenues dans les textes qui importe et qui permet de diriger des enquêtes plus profondes sur le rapport au temps des acteurs – lesquels, contrairement aux clichés, sont rarement victimes d’un pur présentisme et ont fortement tendance à lier séries passées, configuration actuelle et visions du futur …
    FC

  5. Ollivier

    L’entrée par le temps d’un dossier me semble un point essentiel développé dans Prospéro qui ouvre de nombreuses questions et des possibilités de développement tant conceptuels qu’informatiques.

    Voici juste une remarque pour prolonger la question de la comparaison des distributions temporelles des textes et du temps des acteurs. Il serait intéressant de pouvoir distinguer le 1986 cité en 1984 (1986-futur) du 1986 cité en 1986 (1986-présent) et du 1986 cité en 2002 (1986-passé).
    Serait il donc possible de construire (automatiquement si possible) un tableau croisant les années des textes et les années citées dans les textes ?
    Des indices synthétiques décrivant la distribution temporelle pourraient alors mesurer l’orientation temporelle globale pour chaque année du dossier, par exemple l’étendue temporelle (an_cité max – an_cité mini), le nombre d’année citées, la moyenne des années citées ou des indices de dispersion temporelle plus élaborés…
    La lecture d’une représentation graphique croisant les années du corpus et certains indices synthétiques permettrait d’informer grossièrement les horizons temporels des acteurs du dossier au cours du temps des textes du corpus ainsi que les moments de basculement de cet horizon afin d’engager des approfondissements sur la base des périodes ou évènements marquants dans le corpus.

    Ceci dit, il pourrait s’agir d’une approche bien moins parcimonieuse que celle permise par les marqueurs linguistiques temporels par ailleurs présents dans les cadres d’analyse de Prospéro (catégories ‘Orientation vers le futur’, ‘Orientation vers le passé’…). Mais ce serait à tester, non ?

    La fonctionnalité « Datations dans les textes » dans Prospéro I est également fort intéressante. Celle-ci a l’avantage d’identifier les dates (de l’année au jour) tout en i) mettant en évidence les entités associées à chaque date ii) permettant de retourner aux énoncés, ce qui permet de mieux qualifier les références structurant le dossier.
    Que devient cet outil ? Il me semble qu’il pourrait être amendé dans l’esprit de votre billet : paramétrage du repérage des dates, exclusion des ambiguïtés (par exemple en supprimant des listes les chiffres suivis d’une unité de mesure), exportation, croisement avec les références externes telles que années, auteurs, etc…

    GO

  6. josquin Auteur de l’article

    Effectivement, il serait intéressant de développer un peu ce type d’approche : je vois bien un double chronogramme permettant d’évaluer la distance au passé et la distance au futur pour, par exemple, chaque année du corpus. Par contre, il faudra passer par une autre procédure, le recours aux formules ne permet pas de récupérer simplement toutes les informations nécessaires. Deux possibilités : via Marlowe ou en développant un script externe fouillant directement les .ctx et les .txt et récupérant les formules ici utilisées.
    La fonction directe « Datations dans les textes » de Prospéro est très utile mais elle commence en effet à prendre de l’âge. Voici encore un item important à inscrire dans le cahier des charges de la nouvelle génération.

  7. socioargu

    L’outil consacré aux « datations dans les textes » de Prospéro I. peut rendre en effet certains services mais sur les années se trouvent agrégés parfois des thèmes et des personnages fort hétérogènes. Il faut le plus souvent passer au niveau du mois ou du jour pour rendre lisibles les structures.

    Associées à 1986 on trouve les entités suivantes, dans le dossier nucléaire : printemps, LE-NUCLEAIRE-EN-GENERAL@, TCHERNOBYL@, CENTRALE-NUCLEAIRE@, EDF@, accident@, CESIUM@, ETAT-CENTRAL@n LA-FRANCE@ … Pas de quoi faire un scoop. Cela dit si l’on regarde en mois, on observe que mai 1986 est plus fortement engagé qu’avril 1986 (score de 45 contre 22), ce qui est lié au traitement du fameux « nuage radioactif » par les autorités françaises

  8. Ping : Nouvelles bibliographiques | ArchiSHS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.