Jalons pour une étude (con)textuelle du web

Guillaume Ollivier, INRA

Des billets précédents, consacrés par exemple à l’Hypothesosphère et à la temporalité du web, se sont tournés vers le domaine très actif de l’analyse du web – la sociologie du web ayant depuis longtemps constitué à la fois une limite et un horizon pour la sociologie pragmatique des controverses1. Comme il existe un intérêt aujourd’hui à faire converger l’analyse relationnelle du web, appelée webométrie, avec la sociologie argumentative, je propose ici de présenter la manière dont ces domaines méthodologiques peuvent se combiner.

Après un tour d’horizon des différentes approches théoriques organisant la webométrie, je présente quelques outils disponibles actuellement. Je conclus sur les logiques d’enquête pouvant se construire dans une perspective de sociologie de l’argumentation au travers d’un exemple d’étude : celui de l’agroécologie en France.

La webométrie, ou cybermétrie, émerge depuis le milieu des années 1990 en suivant le développement du web lui-même selon plusieurs influences (Rogers, 2010 ; Thelwall, 2006), que nous présentons de manière historique.

I. Théories et concepts pour l’étude du web

A.Théorisation de l’hypertexte

Une mise à jour du Memex de Vannevar Bush, la machine analogique qui met du lien entre les documents. (Source Metaphortean Space blog)

Bien avant la mise en place effective du web, le concept stimulant d’hypertexte a été formalisé par V. Bush (1945) alors que le néologisme est créé en 1965 par le sociologue T. Nelson qui tente par son projet Xanadu de constituer une banque de textes reliés entre eux pour permettre une recherche d’information plus efficace (Marcotte, 2000). Certains auteurs (Clément, 2007 ; Landow, 2006 ; Marcotte, 2000) insistent sur la contribution des théoriciens littéraires en particulier de Derrida (1967) et de Barthes (1970) à la conception du web. Ils ont en effet repensé le texte comme réseau, comme un objet ouvert et à entrées multiples. Ainsi, l’avènement de l’hypertexte, et sa matérialisation dans le web, ont reconfiguré le rapport à la textualité, à l’écriture et la lecture, en généralisant à grande échelle la mise en connexion des textes au travers de liens hypertextes. Ainsi, tout écrit du web est potentiellement connecté selon différents cheminements à tout ou partie du web constituant ainsi un nœud au sein d’un immense réseau. De quasi-linéaire, la lecture2 devient réticulaire, fondée sur les principes d’analogie et d’association (Marcotte, 2000), entre un ensemble complexe de fragments de textes épars que le lecteur parcourt (Clément, 2007). En étant transformées, les frontières du texte et sa relation à son « dehors » (son con-texte) modifient l’émergence du sens.

B. Les Network Sciences et la morphologie du web

Le paradigme hypertextuel est ensuite mis en œuvre par les informaticiens influencés dans les années 1990 par les innovations issues des Network Sciences, vocable aujourd’hui adopté par les chercheurs s’intéressant à l’analyse de réseau (Watts, 2004). Ce domaine méthodologique a une histoire déjà longue et complexe où se mêlent concepts socio-anthropologiques et formalisations mathématiques de la théorie des graphes (Mercklé, 2004). L’avènement du web a renouvelé fortement ce domaine en l’ouvrant à l’étude et la modélisation de très grands réseaux. Barabasi, Buchanan, Kleinberg ou Newman, principalement mathématiciens ou physiciens, ont ainsi renouvelé les outils et techniques d’analyse de réseau fondées sur l’identification des figures centrales et des sous-ensembles au sein d’un réseau.

Certains travaux analysant la morphologie du web (Broder et al., 2000) montrent que le web est loin d’être homogène et continu : il est au contraire fortement structuré et hiérarchisé ; il possède des couches très visibles et bien connectées et d’autres plus profondes et invisibles. L’analyse morphologique met aussi en évidence que les sites interconnectés ont une forte probabilité de traiter de sujets proches (Chakrabarti et al., 2002 ; Davison, 2000 ; Jacomy et al., 2007 ; Kleinberg, 1999). Il y a donc une dimension sémantique sous-jacente à la connectivité hypertextuelle qui produit une corrélation entre les textes et leurs contextes relationnels ce qui constitue une propriété très intéressante pour coupler l’approche topologique et l’analyse topique de l’hypertexte comme nous le verrons à la fin de ce billet.

C. La quête d’une théorie de l’hyperlien en Sciences Humaines et Sociales

Schématisation des relations de citation et hypertextuelles avec les types d’analyse qu’elles permettent en scientométrie et en webométrie

L’interprétation sociologique d’une cartographie du web nécessite de dépasser les seules formalisations mathématiques et informatiques. Cette question s’est posée en particulier au sein de la scientométrie citationniste qui a fondé le domaine d’étude de la webométrie (Björneborn et Ingwersen, 2004 ; Cronin, 2001 ; Larson, 1996 ; Thelwall, 2008). Dans le prolongement de l’analyse de bases de données bibliographiques portée par les fondateurs de la scientométrie (Price, 1965 ; Small, 1973), le web est alors considéré comme une extension de la bibliothèque des chercheurs. Ces domaines partagent, outre des auteurs et des revues, un même formalisme concernant l’étude de citation (voir figure ci-dessus).

Pour autant, certains auteurs de la webométrie mettent en garde contre une transposition trop directe du phénomène de citation dans les articles scientifiques et de la sitation, au sens de Rousseau (1997), sur le web (Björneborn et Ingwersen, 2004). Ces précautions renvoient à une nécessaire réflexion sur la formation des entités (nœuds et liens) représentés dans une cartographie du web en particulier dans la perspective d’un questionnement de sciences sociales. L’interprétation de la citation fait d’ailleurs débat au sein des sociologies des sciences. Pour les tenants de l’approche mertonienne, la citation équivaut au paiement d’une dette intellectuelle et une source de récompense tandis que chez Latour (Latour, 1999) elle est avant tout un outil rhétorique de persuasion dans la construction des faits. Au sein de la scientométrie, des auteurs tentent de leur côté de construire des théories de la citation (Bornmann et Daniel, 2008 ; Cozzens, 1981 ; Cronin, 1981 ; Leydesdorff, 1987, 1998 ; Leydesdorff et Wouters, 1999 ; Luukkonen, 1997 ; Nicolaisen, 2003).

La constitution d’une théorie de la citation, visiblement délicate, est à peine amorcée en webométrie. Un cadrage théorique du mode d’existence des hyperliens reste à approfondir pour bien interpréter les cartes obtenues. Néanmoins, aucune théorie générale ne semble envisageable tant la variété des pratiques, des sites et des manières de fabriquer des hyperliens est importante (Thelwall, 2006). Pour autant, cela ne rend pas caduque l’utilité de la méthodologie : il suffit de garder à l’esprit les modalités de formation des hyperliens et ce qu’ils produisent sur leurs lecteurs en triangulant les méthodes pour tester la nature des liens.

Alors que la tendance est bien souvent de se réfugier derrière l’abstraction et la totalisation statistique, quelques études théoriques et empiriques se sont intéressées aux hyperliens sous l’angle de typologies plutôt que des motivations directes de leurs auteurs. Même si les domaines sont proches, la sitation (Rousseau, 1997) n’est pas analogue à la citation académique, du fait du mode d’organisation des objets du web (domaine/site/pages), de leur hétérogénéité de forme et de liaison, de leur atemporalité apparente, mais aussi des mécanismes sociaux sous-jacents (Prime et al., 2002). Des études menées sur d’autres types de sites (e-commerce, mouvements sociaux…) démontrent que les hyperliens ne sont pas seulement des outils technologiques mais également des « symboles sociaux ou des signes de communication » (Park et Thelwall, 2003), objets de constructions stratégiques (Foot et al., 2003 ; Shumate et Dewitt, 2008). L’hyperlien peut ainsi constituer un flux d’information mais aussi un acte d’appartenance, de reconnaissance ou d’alliance, réciproque ou non (Gonzalez-Bailon, 2009), constitutif d’identités (Adamic et Adar, 2001 ; Cardon et Delaunay-Téterel, 2006), de légitimation mais aussi parfois d’hostilité… Tandis que le cumul des liens vers un site est synonyme de visibilité, de réputation, de confiance, de qualité ou encore d’autorité thématique (Kleinberg, 1999 ; Thelwall, 2006).

Rogers et Marres (2000) mettent par ailleurs en évidence le rôle du non-lien, en prenant l’exemple des ONG du changement climatique qui « produisaient une représentation symbolique de leur alliance au travers d’une sélection d’hyperliens (…). Les ONG tendent à s’hyperlier à des organisations gouvernementales incluant les Nations Unies, mais pas aux acteurs privés ». Ce constat s’applique aujourd’hui à de nombreuses ONG de la Biodiversité financées par des entreprises qui n’affichent alors que leurs logos sans y associer leur hyperlien. Ainsi, « la non-liaison est un signe de non-reconnaissance, ou, de manière plus radicale, est un acte de mise sous silence par l’inaction » (Rogers et Marres, 2000).

Les hyperliens, et leur analyse, ont pris une importance primordiale en sciences politiques ou en sociologie des mouvements sociaux transnationaux (Ayres, 1999). En effet, nul besoin de grands développements pour se convaincre de l’existence d’une pragmatique de l’hyperlien comme en témoignent le rôle des ‘réseaux sociaux’ lors des élections présidentielles américaines, lors d’épisodes protestataires en Iran ou au moment de ce qui est devenu le Printemps Arabe. L’hyperlien est ainsi une ressource pour l’action politique permettant la constitution d’alliance, la diffusion d’alertes et l’échange de ressources symboliques et pratiques (Ackland et O’Neil, 2011 ; Chateauraynaud, 2007). Le web est vu comme un espace réticulaire de réflexion (Rogers, 2007), une figure de l’espace public ouvert mais segmenté (Flichy, 2008). Du point de vue analytique, l’analyse d’hyperliens devient un moyen d’identifier la structure de mouvements sociaux, de policy networks et autres advocacy coalitions réunis autour de revendications, d’enjeux ou de controverses. S’appuyant sur les propriétés morphologiques du web, certains auteurs proposent ainsi de repérer les différents cadrages (au sens de la Frame Analysis de Snow (2001) opérés par les acteurs concernés par une mobilisation (Ackland et O’Neil, 2011).

II. Un détour vers l’outillage de l’analyse du web

On trouve de nombreux logiciels, le plus souvent d’accès libre, mobilisés en sociologie des médias, des sciences ou des mouvements sociaux3. Une des problématiques majeures de cette méthodologie est de produire des corpus d’étude pertinents et traitables, c’est-à-dire de circonscrire convenablement le corpus. En premier lieu, un corpus est constitué en réponse à un questionnement de recherche, il faut donc que le chercheur définisse a priori et/ou en cours d’exploration des critères définissant le domaine étudié.

Deux approches s’opposent. La majorité des outils adoptent une approche automatisée. C’est le cas par exemple de l’outil Issuecrawler et d’une série d’outils associés. L’approche s’appuie sur différents paramétrages (nombre de liens à partir des sites sources, profondeur de fouille dans les sites, liste noire de sites) permettant d’affiner les stratégies d’usages en tentant d’éviter de tomber dans les pièges liés à la morphologie du web. C’est le cas en particulier du phénomène d’aspiration par la couche haute du web constituée des grands sites généralistes à haute connectivité (moteurs de recherche, sites commerciaux…), d’éparpillement par les sites portails (hubs) qui aboutit à la production de corpus volumineux et « hors sujet » (Jacomy et al., 2007). L’avantage de cet outil, malgré les risques d’obtention de résultats bruités, est de permettre d’automatiser la reproduction de la photographie de manière régulière et sur le long terme. Cette fonctionnalité permet ainsi d’aborder l’analyse longitudinale de réseau pour expliquer les facteurs internes (propriétés structurales) ou externes (attributs des nœuds) influençant son évolution (Snijders, 2001). Un petit guide d’utilisation est proposé ici par F Vergnaud et des scénarios d’usage par là.

Néanmoins, une telle approche n’annule pas les pièges liés à l’organisation du web. L’approche supervisée de l’outil Navicrawler, par exemple, permet de se doter de garde-fous méthodologiques ou techniques pour maîtriser la constitution du corpus d’analyse. La lecture du guide méthodologique (Jacomy et al., 2007) est très utile pour comprendre les pièges et les manières de les contourner. L’outil permet ainsi à l’utilisateur d’exclure les sites non pertinents du point de vue du domaine analysé et par ailleurs d’enrichir le travail d’exploration par l’étiquetage des sites selon la catégorisation propre à l’analyste. Ce dernier peut en effet porter une attention importante au contenu textuel des sites visités et aux types d’hyperliens qui constituent le domaine. Même si l’outil assure une bonne adhérence au matériau, il peut néanmoins exécuter une exploration de manière automatique via son crawler (automate d’indexation).

III. Logiques d’enquêtes couplant analyse textuelle et contexte relationnel

Le web est devenu à plusieurs titres un objet incontournable pour bon nombre de travaux en sciences sociales, en tant qu’objet d’étude en soi, en tant que pourvoyeur de données et corpus ou en tant qu’espace d’action pour les acteurs étudiés. Sans occulter les matériaux et méthodes traditionnelles, le web, ici au travers de sa cartographie, peut contribuer, dans certaines situations, à la constitution de logiques d’enquêtes offrant un regard complémentaire, voire d’opérer un déplacement4, aux objets traditionnels des sciencies sociales.

Plusieurs niveaux ou étapes d’enquêtes peuvent être identifiés dans la pratique de l’analyse des hyperliens. Ainsi, la cartographie du web peut être utilisée comme un outil exploratoire préalable à l’enquête de terrain. Elle permet de raisonner l’échantillonnage des institutions et des individus à interroger. Les métriques de centralités et la clusterisation des graphes permettent en effet d’identifier les acteurs les plus centraux ou les plus périphériques ainsi que les (op)positions structurelles de groupes d’acteurs sur un sujet donné. Ces métriques de l’analyse de réseaux sociaux (centralités, clusterisations…) peuvent aussi être utilisées spécifiquement dans une perspective de compréhension des logiques de structuration d’un domaine ou d’un monde social organisé autour d’une activité, d’une passion ou encore d’un enjeu en ayant recours à une catégorisation simple des sites. Ces approches se cantonnent souvent à l’étude de la morphologie sociale, et parfois de son évolution, mais peuvent également s’orienter vers l’analyse des déterminants de cette morphologie par le recours à la modélisation statistique (par exemple Ackland et O’Neil, 2011 ; Gonzalez-Bailon, 2009).

Une dernière approche, encore assez peu développée en sciences sociales, mérite un approfondissement en vue de coupler l’approche relationnelle avec une analyse fine des textes contenus dans les sites hyperliés. Il s’agit ici de s’appuyer sur les positions topologiques des sites pour mieux saisir les positions topiques de leurs auteurs-acteurs en valorisant les propriétés morphologiques du web où contenus et structures sont corrélés.

Pour démontrer l’intérêt d’une telle approche, je mobilise le cas d’une étude concernant l’agroécologie en France (Bellon et Ollivier, 2011). Le terme agroécologie est en effet un buzz-word depuis quelques années dans le contexte français à tel point que de nombreux observateurs se posent la question de sa cohérence sémantique. Nous avons donc tenté de mieux cerner les usages du syntagme en traçant la carte des sites mobilisant le terme ainsi que la périphérie immédiate de ces sites pour cerner leur environnement institutionnel (figure suivante). La carte de l’agroécologie à la française est ainsi caractérisée par une polarité visuellement manifeste et confirmée par la clusterisation du graphe. Dans chaque pôle, les acteurs influents (au sens de la centralité d’intermédiarité) ressortent et permettent de caractériser l’écologie de l’usage du syntagme.

Cartographie des relations entre sites traitant d’agroécologie et leurs voisins immédiats en février 2011 (taille des nœuds et label : centralité d’intermédiarité, algorithme de spatialisation : Force Atlas)


Nous nous sommes appuyés sur ces propriétés structurales afin de construire un corpus raisonné en prenant en compte l’autorité et la position structurale des acteurs, susceptibles de refléter également des positions argumentatives contrastées. Ainsi, le tableau suivant, comprenant les slogans des sites les plus centraux dans chacun des pôles, permet déjà d’appréhender la différenciation dans l’usage du terme au sein de cette nébuleuse. La constitution d’un corpus de textes issus de ces sites, couplé à un corpus de presse, confirme cette différenciation en permettant une analyse plus fine des positions argumentatives.

Tableau 1 : Sites les plus centraux du réseau des sites web (bleu : pôle institutionnel, rouge : pôle du mouvement social)
Sites Slogans Type d’institution Autres formes d’agriculture citées Intermédiarité

FAO

Pour un monde libéré de la Faim

organisation internationale

de conservation

8.20

Agence Française de Développement

Développeurs d’avenirs durables

agence gouvernementale

durable, agroécologie

6.46

Agriculture de Conservation

Le portail des agricultures écologiquement intensives

association

de conservation, écologiquement intensive

5.23

Association Internationale pour l’Agriculture Ecologiquement Intensive

Plus question ici d’imposer un modèle agricole unique à toute la planète, mais au contraire de permettre à toutes les agricultures du monde de développer leurs propres potentialités, en fonction des caractéristiques des territoires et des sociétés qui les entourent.

association

écologiquement intensive

4.85

Agroécologie, Réseau du semis direct sur Couverture Végétale Permanente (CIRAD)

institut de recherche

agroécologie

2.65

Forum de l’Agriculture Raisonnée Respectueuse de l’Environnement

association

agriculture raisonnée

2.57

Association Pour le Développement Durable Tunisie

Par les agriculteurs et pour eux

association

durable, de conservation

1.28

Réseau Grandes Cultures Méditerranéen

association

durable, de conservation

1.19

Campagnes et environnement

L’agriculture et l’environnement en bonne intelligence : actualités, initiatives et analyses

média en ligne

0.97

Bayer CropScience

La Science pour une vie meilleure

Entreprise

durable

0.61

Colibri – le Mouvement pour la Terre et l’Humanisme

Changer de logique, Changer de mode de vie

association

agroécologie, biologique

6.66

Terre et Humanisme

Partageons l’Agroécologie ; l’agroécologie, au-delà d’une pratique agricole, une éthique de vie

association

agroécologie

5.72

Nature et Progrès

La Bio associative et solidaire. Une fédération de consommateurs et de professionnels engagés depuis 1964 dans l’agro-écologie

association

biologique, agroécologie

4.70

Kokopelli

Libération des semences et de l’humus

association

agroécologie

3.28

Réseau Semences Paysannes

La préservation de la biodiversité est un enjeu majeur de notre siècle

association

paysanne, biologique

2.40

Maison de l’Agriculture Bio-Dynamique

L’Agriculture Bio-Dynamique, une agriculture pour le 21ème siècle

association

biodynamique

2.12

Les Amanins

Quels enfants laisseront nous à la planète ?

éco-site, école

agroécologie

1.96

Association pour la Promotion des Produits Naturels peu Préoccupants

Pour la reconnaissance des alternatives aux pesticides

association

1.09

liberterre

Pour libérer la Terre, la Vie et les Consciences de la tyrannie des croyances occidentales

blog

agroécologie

1.08

Terre de liens

Une richesse à cultiver

association

biologique

0.99

Le blog de Pierre Rabhi

Pour une insurrection des consciences

blog

agroécologie

0.92

Ainanocan

Coopération internationale et développement alternatif

association

agroécologie

0.85

Severn, la voix de nos enfants

documentaire

0.85

Solutions locales pour un désordre global

documentaire

biodynamique, agroécologie

0.84

Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures

Victimes des pesticide, votre santé notre priorité

association

biologique

0.78

Chemin Faisant

Un tour de France des producteurs pour une agriculture durable

association

durable

0.66

Ecolieux francophones

De l’écovillage pour un jour, à l’écolieu toujours

annuaire

0.59

Intelligence Verte (Ph Desbrosses)

L’agriculture biologique : une opportunité à ne pas rater

association

biologique

0.59

Kokua

Donner, partager et aider généreusement les autres

association

permaculture

0.59

La Nef, société coopérative de finances solidaires

Votre partenaire financier pour une économie plus humaine

entreprise

0.57

Colloque International d’Agroécologie

Nourriture, Autonomie, Paysannerie

colloque

agroécologie

0.57

 

Ainsi, deux mondes sociaux contrastés s’opposent topologiquement mais également dans leurs modes d’action (institutionnel vs associatif-revendicatif), dans les types d’attachements et dans leurs univers de référence agricoles (monde de la modernisation agricole vs monde alternatif plus ou moins contestataire). L’approfondissement de l’analyse des textes permet ainsi d’identifier d’autres clivages importants chez des acteurs mobilisant le même slogan de l’agroécologie en particulier concernant les formes sociales de l’agriculture (grande vs petite) et l’usage de certaines technologies (phytosanitaires et OGM). On peut également noter qu’au sein de chaque pôle les interprétations de l’agroécologie sont-elles mêmes plurielles (eg. entre l’agroécologie à la Pierre Rabhi [Colibris, Terre & Humanisme] et certains acteurs de l’agriculture biologique). Le recours à des corpus de textes longitudinaux permet ainsi de mieux comprendre comment s’est construit au fur et à mesure l’usage du terme agroécologie chez les différents acteurs dans leur stratégie de positionnement dans l’espace des offres d’alternatives agricoles.

IV. Perspectives de développement

Ce cas d’étude a pour vocation de montrer l’utilité pour les sciences sociales de l’articulation des approches de cartographie des réseaux d’hyperliens avec les contenus textuels produits par les acteurs cartographiés tout au long d’une enquête sociologique. Le couplage permet ainsi de renforcer la capacité de l’analyste de couvrir des terrains d’étude plus vastes en ciblant plus rapidement ses principales caractéristiques en vue d’approfondir les dimensions qui lui semblent les plus pertinentes.

De ce point de vue, des améliorations méthodologiques et technologiques sont à envisager. Les outils socio-informatiques doivent davantage s’ouvrir à l’intégration des dimensions topologiques des textes qu’ils permettent d’analyser. Inversement les crawlers d’hyperliens doivent pouvoir mieux intégrer les dimensions textuelles pour permettre un meilleur ciblage des corpus.

Un point fondamental dans la sociologie pragmatique des transformations est également de pouvoir appréhender la temporalité de la production (hyper)textuelle sur le web. Le web est en effet fortement soumis à l’obsolescence. L’émergence de dispositifs d’archivage du web (par ex. web.archive.org,…) pourrait ainsi permettre de reconstituer à la fois des cartographies de liens et des corpus permettant de retracer les dynamiques de mobilisation.

V. Références bibliographiques

Ackland R. et O’Neil M., 2011. Online collective identity: The case of the environmental movement. Social Networks, vol. 33, n° 3, Soc. Networks, pp. 177-90. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378873311000153

Adamic L.A. et Adar E., 2001. You are what you link. 10th annual International World Wide Web Conference, Hong Kong, pp. 2001, http://www10.org/program/society/yawyl/YouAreWhatYouLink.htm.

Angenot M., 1983. L’“intertextualité”: enquête sur l’emergence et la diffusion d’un champ notionnel. Revue des sciences humaines.

Ayres J.M., 1999. From the streets to the Internet: The cyber-diffusion of contention. The Annals of the American Academy of Political and Social Science, vol. 566, n° 1, pp. 132.

Barthes R., 1970. S/Z. Seuil, Paris.

Bellon S. et Ollivier G., 2011. L’agroécologie en France : une notion émergente entre radicalité utopique et verdissement des institutions. in Albaladejo C. (ed.), Séminaire « Actividad agropecuaria y desarrollo sustentable: que nuevos paradigmas para una agricultura “agroecologica”? », Buenos Aeres, 31/03-01/04/2011, pp. 27.

Björneborn L. et Ingwersen P., 2004. Toward a basic framework for webometrics. Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 55, n° 14, pp. 1216-27. http://dx.doi.org/10.1002/asi.20077

Bornmann L. et Daniel H.D., 2008. What do citation counts measure? A review of studies on citing behavior. Journal of Documentation, vol. 64, n° 1, pp. 45-80. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.83.4737&rep=rep1&type=pdf

Broder A., Kumar R., Maghoul F., Raghavan P., Rajagopalan S., Stata R., Tomkins A. et Wiener J., 2000. Graph structure in the web. Computer networks, vol. 33, n° 1-6, pp. 309-20. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.94.1348&rep=rep1&type=pdf

Bush V., 1945. As we may think. The Atlantic, July,  http://www.theatlantic.com/magazine/archive/1945/07/as-we-may-think/3881/

Cardon D. et Delaunay-Téterel H., 2006. La production de soi comme technique relationnelle. Un essai de typologie des blogs par leurs publics. Réseaux, n° 4, pp. 15-71. https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/revue-reseaux-2006-4-page-15.htm

Chakrabarti S., Joshi M.M., Punera K. et Pennock D.M., 2002. The structure of broad topics on the web. Proceedings of the 11th international conference on World Wide Web, ACM, pp. 251-62, http://arxiv.org/pdf/cs.IR/0203024.

Chateauraynaud F., 2007. Faust, la société de l’information et le village sociologique, Journées Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ? Paris, BPI, mars 2007. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/32/15/99/PDF/FC_lettres_du_numerique_mars_2007.pdf

Clément J., 2007. L’hypertexte, une technologie intellectuelle à l’ère de la complexité. in Brossaud C. et Reber B. (eds.), Humanités numériques 1 : nouvelles technologies cognitives et épistémologie. Hermès, pp. 183-96.

Cozzens S., 1981. Taking the measure of science: A review of citation theories Newsletter of the International Society for the Sociology of Knowledge, vol. 8, n° 16.

Cronin B., 1981. The need for a theory of citing. Journal of Documentation, vol. 27, n° 1, pp. 16-24.

Cronin B., 2001. Bibliometrics and beyond: some thoughts on web-based citation analysis. Journal of Information Science, vol. 27, n° 1, pp. 1. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.87.2552&rep=rep1&type=pdf

Davison B.D., 2000. Topical locality in the Web: Experiments and Observations. Proceedings of the 23rd annual international ACM SIGIR conference on Research and development in information retrieval, ACM, pp. 272-9, http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.141.186&rep=rep1&type=pdf.

Derrida J., 1967. De la grammatologie. Ed. de Minuit, Paris.

Flichy P., 2008. Internet et le débat démocratique. Réseaux, n° 4, pp. 159-85. https://www.cairn.info.gate3.inist.fr/load_pdf.php?ID_ARTICLE=RES_150_0159

Foot K., Schneider S.M., Dougherty M., Xenos M. et Larsen E., 2003. Analyzing linking practices: Candidate sites in the 2002 US electoral Web sphere. Journal of Computer Mediated Communication, vol. 8, n° 4, pp. 0-. http://jcmc.indiana.edu/vol8/issue4/foot.html

Gonzalez-Bailon S., 2009. Opening the black box of link formation: Social factors underlying the structure of the web. Social Networks, vol. 31, n° 4, pp. 271-80. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0378873309000379

Jacomy M., Ghitalla F. et Diminescu D., 2007. Méthodologies d’analyse de corpus en Sciences Humaines à l’aide du Navicrawler. Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme, 73 p., http://www.ticmigrations.fr/documents/methodo_shs_navicrawler.pdf.

Kleinberg J.M., 1999. Authoritative sources in a hyperlinked environment. Journal of the ACM, vol. 46, n° 5, pp. 604-32. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.92.7965&rep=rep1&type=pdf

Landow G.P., 2006. Hypertext 3.0. Critical Theory and New Media in an Era of Globalization. The John Hopkins University Press, Baltimore, 457 p.

Larson R.R., 1996. Bibliometrics of the World Wide Web: An exploratory analysis of the intellectual structure of cyberspace. pp. 71-8.

Latour B., 1999. La science en action. Introduction à la sociologie des sciences. La Découverte, 663 p.

Leydesdorff L., 1987. Towards a theory of citation? Scientometrics. http://www.akademiai.com/index/UM63103757463QX6.pdf

Leydesdorff L., 1998. Theories of citation? Scientometrics, vol. 43, n° 1, pp. 5-25. http://www.leydesdorff.net/citation/

Leydesdorff L. et Wouters P., 1999. Between texts and contexts: Advances in theories of citation? (a rejoinder). Scientometrics, vol. 44, n° 2, pp. 169-82.

Luukkonen T., 1997. Why has Latour’s theory of citations been ignored by the bibliometric community? Discussion of sociological interpretations of citation analysis. Scientometrics, vol. 38, n° 1, pp. 27-37.

Marcotte S., 2000. George Landow et la théorie de l’hypertexte. Astrolabe. http://www.uottawa.ca/academic/arts/astrolabe/articles/art0012.htm

Mercklé P., 2004. Sociologie des réseaux sociaux. La Découverte, 121 p.

Nicolaisen J., 2003. The social act of citing: Towards new horizons in citation theory. Proceedings of the American Society for Information Science and Technology, vol. 40, n° 1, pp. 12-20. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.86.963&rep=rep1&type=pdf

Park H.W. et Thelwall M., 2003. Hyperlink analyses of the World Wide Web: A review. Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 8, n° 4. http://jcmc.indiana.edu/vol8/issue4/park.html

Price D.J.D., 1965. Networks of scientific papers. The pattern of bibliographic references indicates the nature of the research front. Science, vol. 149, n° 3688, pp. 510-5.

Prime C., Bassecoulard E. et Zitt M., 2002. Co-citations and co-sitations: A cautionary view on an analogy. Scientometrics, vol. 54, n° 2, pp. 291-308. http://www.springerlink.com/content/x58523j6104777h7/fulltext.pdf

Rogers R., 2007. Faire la cartographie de l’espace public sur le Web à l’aide de Issuecrawler. in Brossaud C. et Reber B. (eds.), Humanités Numérique, Vol. 1. Nouvelles technologies cognitives et épistémologie. Hermès, pp. 117-27.

Rogers R., 2010. The End of Virtual: Digitals Methods. Amsterdam University Press, Amsterdam.

Rogers R. et Marres N., 2000. Landscaping climate change: A mapping technique for understanding science and technology debates on the World Wide Web. Public Understanding of Science, vol. 9, n° 2, pp. 141-63. http://pus.sagepub.com/cgi/content/abstract/9/2/141

Rousseau R., 1997. Sitations: an exploratory study. Cybermetrics, vol. 1, n° 1, pp. 1-7. http://dialnet.unirioja.es/servlet/dcart?info=link&codigo=1256896&orden=49363

Shumate M. et Dewitt L., 2008. The north/south divide in NGO hyperlink networks. Journal of Computer-Mediated Communication, vol. 13, n° 2, J. Comput.-Mediat. Commun., pp. 405-28.

Small H., 1973. Co-citation in the scientific literature: a new measure of the relationship between two documents. Journal of the American Society for Information Science, vol. 24, n° 4, pp. 265-9.

Snijders T., 2001. The statistical evaluation of social network dynamics. Sociological Methodology, vol. 31, pp. 361-95. http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.11.1911&rep=rep1&type=pdf

Snow D., 2001. Analyse de cadres et mouvements sociaux. in Cefaï D. et Trom D. (eds.), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes publiques. pp. 27-49.

Thelwall M., 2006. Interpreting social science link analysis research: A theoretical framework. Journal of the American Society for Information Science and Technology, vol. 57, n° 1, pp. 60-8. http://www.scit.wlv.ac.uk/~cm1993/papers/Interpreting_SSLAR.pdf

Thelwall M., 2008. Bibliometrics to webometrics. Journal of Information Science, vol. 34, n° 4, pp. 605-21.

Watts D.J., 2004. The « new » science of networks. Annual Review of Sociology, vol. 30, pp. 243-70. http://www.jstor.org/stable/29737693

  1. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Doit-on choisir entre web connexionniste et web sémantique ?, SocioInformatique et Argumentation nov 2009 []
  2. Des situations d’intertextualité ont été néanmoins décrites dans des supports analogiques du texte (citation, allusion, plagiat…) mais selon des modalités relationnelles non formalisées plus difficilement repérables au lecteur. Sur l’intertextualité voir (Angenot, 1983). []
  3. Internet Cartographer 2, Websphinx, VOSON, SocSciBot ou encore Webometric Analyst (anciennement LexiUrl Searcher). Des librairies pour le développement d’outils ad hoc existent également, c’est le cas par exemple d’urllib2, BeautifulSoup ou d’UrlNet sous le langage Python. []
  4. Par exemple, ces méthodes en étant ‘non-invasives’ peuvent permettre d’aborder des sujets sensibles autrement difficilement accessibles (Park et Thelwall, 2003) . []

3 réflexions au sujet de « Jalons pour une étude (con)textuelle du web »

  1. Florent Bédécarrats

    Bonjour et merci pour cet article intéressant.
    Je crois qu’il y a une erreur dans le tableau et qu’au lieu d’ »Association Française de Développement », on devrait lire « Agence Française de Développement » (qui correspond à la description donnée dans la case contiguë).
    Deux questions :
    Le graphique que vous présentez sur l’agroécologie a-t-il été élaboré avec Issuecrawler ou au moyen d’un autre logiciel?
    J’avais entendu parler des technologies UIMA (Unstructured Information Management Architecture) et il m’avait semblé qu’elles consistaient à faire quelque chose de semblable. Ceci dit, je n’avais pas tout compris et je n’en suis pas sûr. Est-ce qu’il y a un lien avec ce que vous présentez ci-dessus et l’UIMA ?
    Merci d’avance pour votre réponse,
    Florent Bédécarrats

  2. gollivier Auteur de l’article

    Bonjour,

    vous avez effectivement l’oeil affuté puisqu’il s’agit bien de l’Agence Française de Développement et non de l’Association Française de Développement comme indiqué dans le tableau.

    L’outil utilisé pour produire la carte est Navicrawler puis le logiciel Gephi pour ce qui est de la visualisation et de l’analyse.

    Enfin, je n’ai pas de connaissance particulière concernant les technologies UIMA (http://uima.apache.org/) que vous évoquez. Il semble que cette technologie soit plus orientée vers l’analyse des contenus (détection d’entités nommées, annotations…) plutôt que des relations hypertextuelles.

  3. Ping : Etudes et travaux… | L'Atelier de Cartographie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.