Pour une histoire politique du corium (Le sens de l’irréversible IIIème partie)

 Francis Chateauraynaud

Les deux billets consacrés aux conséquences de la catastrophe de Fukushima s’étaient surtout attachés à caractériser la portée de l’événement sur les scénarios du futur concernant la relance, ou le déclin, de l’énergie nucléaire civile dans le monde1 . La poursuite de l’enquête socio-informatique au cours des derniers mois m’a conduit à regarder de plus près un des actants liés à la période ouverte par la catastrophe japonaise : le corium. Comme on le verra plus loin, le corium avait déjà surgi dans le corpus nucléaire, mais sa saillance relative dans les textes les plus récents n’aurait peut-être pas suffi à en faire un nouveau point d’entrée de l’enquête. Trois autres sources de questionnement ont concouru à l’examen détaillé de cette entité fort peu sociologique et qui pose de sérieux problèmes aux scientifiques et aux ingénieurs eux-mêmes.

Où l’on voit que l’on peut représenter l’irreprésentable …
Mais de là à massacrer Purcell …

La première motivation est née de l’invitation qui m’a été faite, par deux anthropologues, Sophie Houdart (LESC / CNRS) et Christine Jungen (LAU / CNRS), de participer à un workshop original intitulé Cosmos Connections. En préparant cette  rencontre, qui s’est tenue les 26 et 27 octobre 2011 au musée du Quai Branly, je me suis demandé par quel bout j’allais pouvoir prendre cette affaire de « cosmos ». Après avoir longuement hésité à présenter une étude réalisée récemment pour le CNES, en collaboration avec Arnaud Saint-Martin et Josquin Debaz, sur les données satellitaires2, j’ai finalement choisi de revenir sur les contraintes ontologiques liées à la production des prises en situation de catastrophe, et plus particulièrement de catastrophe nucléaire. Que peut dire une sociologie pragmatique sur les différents procédés par lesquels les protagonistes tentent d’endogénéiser l’invisible dans le visible, de mesurer le non-mesurable ou de penser l’incommensurable, ou encore de rendre interprétable ce qui se dérobe face aux cadres rationnels les plus frayés ?3. Bref, comment faire entrer les « cosmos » et leurs « cosmogrammes » dans nos descriptions sociologiques ?

Ensuite, l’entrée par une entité hautement problématique pour les acteurs de terrain est l’occasion d’examiner une question qui taraude la sociologie pragmatique depuis belle lurette : car le suivi des trajectoires aussi complexes que chaotiques des problèmes publics achoppe très fréquemment sur la prise en compte des « mondes », des « univers » ou des « milieux » dans lesquels se produisent les chocs et les frictions, les réactions et contre-réactions qui préoccupent les acteurs au contact des choses mêmes. D’autant que le surgissement plus ou moins brutal de ces choses peut rétroagir sur les scènes, elles-mêmes marquées par un degré de visibilité et de lisibilité variable, dans lesquels les acteurs se débattent.  Les études de controverses, et les études des sciences en général, ont largement quitté la description des objets en action dans des contextes précis pour privilégier le suivi de grands réseaux ou d’arènes publiques très larges, dans lesquels les choses, les objets et les instruments sont bien pointés comme autant d’actants essentiels mais nourrissent de moins en moins de descriptions fines, les grandes machines comme celles qui président par exemple à l’expertise mondiale sur le climat ou la biodiversité ayant pris le pas sur l’attention ethnographique aux petits êtres et aux micro-mondes4. C’est assez logique : dans les travaux drainés par la fameuse « démocratie technique »5. la question des formes politiques de mobilisation des sciences et des techniques, via notamment les enjeux de l’expertise et les formes de participation des publics, a pris le dessus sur la description des activités au contact des choses. Comment réintroduire l’intérêt pour les objets techniques et leurs milieux dans l’analyse des alertes et des controverses, et plus généralement des processus critiques, sans perdre la main sur les dimensions plus « macro » devenues indispensables aux sociologies contemporaines ? Réarticuler l’étude des processus de mobilisation et de mise en controverse publique et la compréhension fine de ce qui se joue dans des milieux en interaction pose la question des échelles de description et des formes littéraires les mieux adaptées. La paraphrase des arguments techniques ou des récits pratiques produits par les acteurs peut-elle suffire ?

Enfin, une des observations récurrentes faites au fil de l’accumulation des travaux socio-informatiques sur toutes sortes d’objets6 est la préférence accordée aux énoncés et aux textes, dans lesquels sont traqués les jeux d’acteurs et d’arguments, préférence qui se solde par la relégation, comme autant d’icônes illustratifs, de tous les éléments physiques et sensibles qui peuplent et animent les milieux, les dispositifs et les scènes d’action. Il est urgent de changer de perspective en la matière : on a vu à propos des orientations données au développement de Prospéro II comment l’association des textes et des matériaux non-verbaux ou des supports non-textuels était un des enjeux majeurs de l’inscription durable des instruments socio-informatiques dans les enquêtes pragmatiques de longue durée, aux points d’articulation entre analyses de corpus et expériences de terrains.

Petite anthropologie politique du magma

Avec une entité aussi énigmatique que le corium, un autre plan de questionnement, sans doute plus fondamental s’est formé : comment s’y prennent les acteurs pour caractériser, qualifier, mettre en scène, interpréter un état de la matière en fusion qui, manifestement, échappe à toute définition simple et univoque ? Souvent défini comme un magma résultant de la fusion du coeur d’un réacteur et de son interaction, proprement indescriptible en tant que telle, avec les matériaux qu’il rencontre (produits de fission, gaines de combustible, acier, béton, ….), le corium plonge de multiples acteurs dans une perplexité aussi philosophique que pratique7 . Je propose de prendre rapidement deux exemples d’expression de cette perplexité. Le premier est tiré d’un  blog consacré à la catastrophe de Fukushima8 :

Corium : c’est le mot tabou de Tepco. Pourquoi l’entreprise responsable de la plus grande catastrophe nucléaire au monde n’en parle jamais ? Tout simplement parce que c’est la matière la plus dangereuse jamais créée par l’homme, une sorte de magma incontrôlable et ingérable, aux conséquences incommensurables.

Décrit comme « une sorte de magma », le corium fait ainsi figure d’étrange état de la matière résultant de la fusion nucléaire.9 Le corium issu de la fusion de plusieurs coeurs de réacteurs de Fukushima – fusion tardivement reconnue par Tepco et les autorité japonaises – fait ainsi partie des incertitudes majeures quant à l’évolution des installations et de leur environnement, ce qui conduit des protagonistes à s’interroger sur le statut ontologique de cet apport supra-technologique à la cosmologie contemporaine. Le fait qu’il soit produit par un enchaînement catastrophique pose plus que jamais la question des prises qu’ont les agents humains sur leurs dispositifs. Le fil de l’enquête qu’il nous faut tirer se formule assez facilement : comment surgit le corium dans les interprétations multiples auxquelles donne lieu la catastrophe ? Qu’en disent les chercheurs, les ingénieurs, les régulateurs ou les contre-experts anti-nucléaire ? Regardons attentivement l’extrait d’entretien suivant, prélevé dans un document vidéo mis en ligne par l’IRSN, institut porté à mettre en valeur ses dispositifs de simulation et d’expérimentation autour des scénarios accidentels et post-accidentels en matière nucléaire.

Intitulé « Fusion du coeur et produits de fission », ce documentaire a été mis en ligne le 16 mars 2011 sur YouTube et a été vu 487 fois au 30 octobre 2011 –  autant dire qu’il est quasiment passé inaperçu. L’attention peut être portée surtout sur la séquence 2’15 – 3’45, passage qui témoigne de l’ampleur de l’énigme et du type d’inconfort ontologique produit même chez un spécialiste aguerri, placé au coeur des dispositifs chargés de définir et de maîtriser les propriétés dudit « magma ». Voici, pour analyses et utilisations ultérieures, la retranscription de cette séquence au cours de laquelle le chercheur de l’IRSN est, on le comprend, bien embarrassé pour fixer la nature du processus dont il parle :

2’14 – Chercheur IRSN : On a fait trois essais dans lesquels on a pris quelques crayons de combustible. On les a fait fondre dans un vrai cœur et on a regardé ce qui se passait … Et on voit au fond, là où c’est le plus chaud au fond ceci c’est vide, c’est une cavité… si c’est une cavité ça veut dire que ce qui a fondu pof !pof ! pof !  c’est venu ici …

2’34 – Voix off : En fondant le cœur se transforme en une pâte incandescente hautement radioactive appelée corium. Extrêmement corrosif, le corium est capable de traverser la coque en acier d’une cuve et la dalle de béton qui la supporte. Une menace que les ingénieurs doivent étudier au plus près afin de contrôler tout danger de contamination.

2’57 – Chercheur IRSN : Un cœur qui fusionne c’est… c’est quelque chose … il faut imaginer de la lave… donc c’est … C’est quelque chose dont on connaît la composition vaguement, c’est du combustible, donc de l’uranium, il y a du fer, il y a euh … l’acier en fusion de la cuve… euh… donc vous avez plein de … c’est un mélange de… de … une centaine de corps différents… la chimie de ce qui se passe… on fait des essais qui approchent le comportement mais on ne saura jamais … Si un jour on a une fusion du cœur, on pourra toujours dire : «’on pense qu’on est dans cette situation de fusion ‘ mais on ne pourra jamais dire il n’y a que 20% du cœur qui est fondu, 45% du cœur, 32% du cœur, ça les cotes de calcul nous disent ça, en réalité on aura simplement une …une appréciation de ce qui peut se passer.

Cette séquence met ouvertement en scène une tension irréductible : le projet de maîtrise du processus par l’analyse, la simulation et l’expérimentation est mis en présence d’un état indéterminé de la matière, dont la désignation même varie constamment : magma, pâte, mélange, lave et dont les artefacts (liant des figures imaginaires à des schémas de coeurs en fusion, dont la reprise verbale ne va pas de soi comme le montre l’extrait ci-dessus) ne produisent au mieux qu’une vague approximation, le scientifique en appelant ici à l’imagination. D’une certaine manière le registre énonciatif est adapté à la visée démonstrative puisqu’il s’agit de faire partager la tension cognitive à travers des formules incomplètes, recourant à des entités floues, dont l’articulation est ponctuée de constantes hésitations (voir sur la vidéo la série de gestes qui témoignent des bonds opérés au-dessus de l’inconnu).

Cette tension extrême se retrouve, bien que singulièrement atténuée, dans un texte publié en septembre 2011, par le CEA dont la gazette communicationnelle fait un point sur le Corium.  Bien sûr, ce texte est avant tout destiné à mettre en valeur les installations de recherche du CEA, et en particulier la plateforme Plinius (Platform for Improvements in Nuclear Industry and Utility Safety), située sur le centre de Cadarache. On lit que les laboratoires de Plinius se consacrent à l’étude du comportement du corium, qui « a suscité de fortes préoccupations lors des accidents de Three Mile Island (États-Unis, 1979), de Tchernobyl (Ukraine, 1986) et récemment de Fukushima (Japon, 2011)… » De « fortes préoccupations » voilà qui sonne comme un doux euphémisme ! Dans ce texte, la définition du corium n’est guère plus précise que dans le document précédent. Il est dépeint comme un « magma complexe hautement radioactif », dont la composition est principalement formée  « d’oxyde d’uranium, de produits de fission, de zirconium (gaines du combustible) et d’acier (éléments internes de la cuve).  Selon Pascal Piluso, ingénieur sur la plateforme Plinius, cité dans l’article :

« Il résulte de la montée en température du combustible, conduisant progressivement à sa dégradation et à sa fusion, à la suite d’une perte prolongée des systèmes de refroidissement, Cette perte peut être causée par une explosion, comme à Tchernobyl, par une panne électrique des pompes qui font circuler le réfrigérant, comme à Fukushima, où le tsunami a noyé les groupes électrogènes de secours, ou encore la défaillance des indicateurs de température, entre autres, à Three Mile Island. […] Lors d’une perte de refroidissement, le combustible nucléaire commence à se dégrader lorsque sa gaine (première barrière de confinement) atteint 1 200 °C. Le corium devient totalement liquide à 2 700 °C. Si la perte de refroidissement perdure, le bain de corium commence à attaquer l’acier de la cuve (deuxième barrière de confinement) suivant différents scénarios, pouvant conduire à sa rupture. Il pourrait alors atteindre le béton de l’enceinte de confinement (dernière barrière), le dégrader et le franchir. Auquel cas, l’environnement serait fortement contaminé » (CEA, 2011)

Le corium se retrouve ainsi au devant de la scène, Fukushima ayant poussé l’expérience de fusion grandeur nature bien plus loin que Three Mile Island (la progression du corium ayant alors été stoppée par la cuve), et que Tchernobyl (ne serait-ce que par la fusion parallèle et quasi simultanée  de trois coeurs de réacteurs sur le même site). Sachant que  le corium a tendance à se fragmenter et à engendrer quasi instantanément une explosion de vapeur dès qu’il entre en contact avec l’eau, et que le versement continu de centaines de milliers de tonnes d’eau de mer sur les réacteurs et les piscines a produit des infiltrations en profondeur dans les enceintes, on comprend que les scientifiques et les ingénieurs soient préoccupés et tentent de « modéliser les conséquences des explosions sur la tenue de la cuve et du bâtiment d’un réacteur ». Un tel processus fournit en tout cas une prise redoutable pour les versions les plus pessimistes et les scenarios-catastrophes.

https://www.youtube.com/watch?v=xpN4XGG8_nM&feature=related

Créer de toute pièce un volcan radioactif sur un site qui ne pourra pas être décontaminé avant des décennies, pose évidemment de multiples problèmes, et ne joue guère en faveur de l' »image » de la filière nucléaire dans une période de radicalisation de la critique et de changement de programmes dans plusieurs pays jusqu’alors nucléarisés 10 Dans ce qui suit, je propose de remonter un peu dans le temps, et, en mettant à profit l’accumulation de textes sur une série longue, de retracer rapidement les apparitions du corium dans les arènes publiques.

 

Le surgissement du corium dans l’espace politique

 

Profitons de ce billet pour refaire le point sur les séries textuelles accumulées récemment. Au dernier pointage, le 22 juillet 2011, le corpus post 11 mars 2011 contenait 602 textes. Il en contient désormais 670. Pour contrebalancer le caractère franco-français du corpus et disposer d’un série de comparaison, un corpus anglophone a été forgé à partir du module de Tiresias consacré au transfert de bases d’archives tirées de Factiva. Six titres de presse en anglais ont été sélectionnés (voir le tableau ci-dessous), ce qui permet de constater que le corpus supervisé par l’enquêteur-interprète et le corpus généré à partir des robots ont à peu de choses près – notamment un écart sensible au cours du mois d’août – un profil temporel comparable (en nombre de textes par mois).

Si l’on regarde les différentes périodes du corpus global (français), on constate que le corium est déjà présent depuis 1991, déjà pris dans des dispositifs interprétatifs relatifs à Tchernobyl, et qu’il réalise des scores assez importants en 1998, puis de nouveau en 2003 et 2007. Autrement dit, si la dernière période, celle qui est ouverte par Fukushima lui confère une certaine saillance11, notre magma radioactif a déjà une histoire dans le corpus et il convient d’y regarder de plus près.

 Des ventilateurs permettant l’extraction, après filtration, des gaz et de l’air présent à l’intérieur de ce linceul de béton, sont installés ainsi que des dispositifs permettant de suivre l’activité du magma constitué par le coeur fondu du réacteur (un mélange de combustible – 180 tonnes – et de structures métalliques fondus que l’on appelle « corium » ).

(Jean-Claude Zerbib, « Bilan d’un accident nucléaire », in Tchernobyl,   juin 1991 – énoncé n° : 98)

L’examen des modalités de la première apparition d’un thème dans un corpus est toujours précieux. Zerbib qui tente, 5 ans après la catastrophe de Tchernobyl, de faire le départ entre les connaissances et les sources d’incertitudes sur ce qui s’est réellement produit dans la centrale ukrainienne, en vient à mentionner le magma, défini ici comme formé d’un mélange de combustible et de structures métalliques fondus – et l’on note la présence de la formule destinée à marquer l’étrangeté de la chose, doublée en quelque sorte, puisqu’elle relie un’opérateur de mise à distance « que l’on appelle » et l’usage des guillemets.  En se replongeant dans le dispositif textuel,marqué par les préoccupations de l’époque – si l’opinion publique a été frappée par Tchernobyl la critique anti-nucléaire n’est pas encore complètement relancée et les contre-experts indépendants, CRII-RAD et ACRO eb France, affûtent encore leurs radiamètres.

 Qu’est-ce qui va donc propulser le corium dans l’espace politique à la fin des années 1990 ? Il va entrer pleinement dans l’appareil de justification du projet EPR, dont une des innovations n’est pas de pouvoir résister à la chute d’un avion de ligne bourré de kérosène mais un « core catcher » ou « récupérateur de corium ». C’est par ce biais que le corium va se retrouver en position centrale dans un des documents produits par l’Office parlementaire d’Evaluation des Choix Scientifiques et Techniques. C’est en effet dans une série de rapports de l’OPECST, coordonnés notamment par Claude Birraux, que le corium fait son entrée en politique – même si cet événement de premier plan est manifestement passé inaperçu. En mars 1998 est rendu public un premier rapport intitulé « Le contrôle de la sûreté et de la sécurité des installations nucléaires » qui retrace une série de débats, et où l’on voit se poser tout un ensemble de questions sur la fiabilité et l’utilité économique du projet de réacteur, alors européen, appelé EPR (European Pressurized Reactor). Il est possible de remonter à la source, toujours en ligne sur le site du Sénat et de lire par exemple le point intitulé : Le comportement du corium hors cuve ou la lutte contre le « syndrome chinois ». Pour le lecteur économe en nombre de clics – et soucieux de réduire son bilan carbone – voici la séquence in extenso, remontée également telle quelle par Prospéro :

En cas de fusion du coeur du réacteur se dégage un produit très fortement radioactif, le corium, susceptible de percer les protections de la centrale, et l’une des innovations du projet EPR est de doter la centrale d’un  » récipient  » capable de récupérer le corium.  Le principal thème d’étude concerne l’étalement du corium. Le CEA effectue des expériences à partir de matériaux simulant un bas point de fusion dans CORINE (100 litres) et des expériences en matériaux réels dans VULCANO (15 litres). FZK effectue des expériences en matériaux simulants en fusion à haute température thermite (fer alumine) dans KATS (50 litres). Une comparaison systématique des codes développés par les différents organismes est faite. L’IPSN développe le code 3D CROCO, le CEA le code 2D THEMA, et FZK participe au développement du code Siemens 3D CORFLOW. Ce programme bénéficie également de l’apport des résultats des expériences réalisées au CCR ISPRA : FARO. FZK étudie deux autres phénomènes : l’ablation d’une paroi par un jet, dans l’expérience KJET, et l’ablation d’une porte dans l’expérience KPOOL.  FZK a également mis au point un récupérateur où le corium, arrivant sur une surface, fait fondre des bouchons plastiques qui laissent passer un débit d’eau s’écoulant à travers le corium pour le refroidir : c’est le concept COMET. Des expériences en matériau réel sont effectuées dans le dispositif expérimental MACE du laboratoire d’Argonne, aux USA. Les Allemands ont un programme très important dans ce domaine car, dans le partage des activités lié au projet entre FRAMATOME et SIEMENS, c’est SIEMENS qui traite du problème de la récupération du corium. (OPECST, mars 1998)

On ne s’appesantira pas sur la quantité de sigles et d’acronymes présents dans cette séquence et qu’il est impossible d’expliciter ici – on sait que c’est le lot commun de cette littérature très particulière produite par les rapports officiels, mais on notera surtout que dès le printemps 1998 le corium fait bel et bien figure d’actant essentiel pour l’avenir du nucléaire – détail croustillant en l’espèce, Siemens a annoncé son renoncement définitif au nucléaire en septembre 201112.

Capture d’écran de Prospéro I. Le corium au coeur d’un des rapports dirigés par Claude Birraux en juin 1998 (cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Comme le souligne Claude Birraux lui-même, le succès de l’EPR est d’abord conditionné par les épreuves de sûreté et la capacité des porteurs du projet d’y faire face en répondant à un lourd cahier des charges techniques. Bien sûr, les questions posées dans une arène comme l’Office parlementaire, dont l’orientation pro-nucléaire ne fait de doute pour personne, peuvent apparaître comme autant de questions rhétoriques. Il reste qu’en 1998 des questions de fond sont posées :

L’objectif de prévention des accidents les plus graves, en particulier la fusion du coeur (le « syndrome chinois »), au moyen d’un récupérateur de corium sera-t-il atteint ? La protection contre la chute d ‘ avion militaire lourd pourra-t-elle être effective ? En sens inverse, les options techniques retenues telles que la mise en oeuvre d ‘ un réacteur comportant 241 assemblages (barres de combustibles), contre 205 pour le réacteur N4, ou l ‘allongement des campagnes (périodes entre lesquelles il est procédé au renouvellement du combustible), portées à 22 mois, ne risquent-elles pas de poser des problèmes de sûreté inédits ? Il en est de même pour le taux d ‘ irradiation plus élevé qui, s ‘ il favorise l ‘ allongement du cycle, peut soulever d ‘ autres problèmes, par exemple celui de la résistance des matériaux. (OPESCT, 1998)

L’histoire des discussions autour de l’EPR va ainsi constamment mettre en scène le corium dont la figuration sera essentiellement marquée par la capacité du dispositif à le « récupérer » en cas de fusion du coeur. de nombreuses études sont ainsi lancées concernant les interactions du corium, qui ne reçoit pas d’autre définition que le magma résultant de la combinaison des produits de fission et des matériaux mis en présence,  avec les structures qu ‘ il rencontre13. Point de détail, qui va peser dans l’organisation des commentaires provoqués bien plus tard par Fulushima, il y a en fait trois problèmes différents qui sont épinglés au fil des rapports et des discussions qui suivent la présentation de l’EPR devant les instances d’évaluation :  l’évolution du corium interne au circuit primaire ; le comportement du corium une fois qu’il a quitté la cuve du réacteur ; les conséquences d’une interaction directe entre le corium et l’eau.

Parmi les acteurs critiques qui se saisissent des problèmes posés par le corium, avant Fukushima, et toujours à partir de l’état actuel du corpus global, on trouve d’abord Les Verts qui dans une contribution intitulée « Un EPR qui va faire des miracles » (10 avril 2003),  essentiellement concentrée sur la question du MOX, constatent qu' »un puit de cuve est aménagé pour recevoir le coeur fondu (corium) en cas d ‘ accident », sans trop s’attarder sur les détails techniques. Dans la série des interventions du Réseau Sortir du nucléaire (441 dans le corpus  à ce jour), on trouve un point consacré au corium lors du bilan du débat public sur l’EPR14. Dans un rapport rendu public en février 2007 par le cabinet Large & Associates, rapport commandité par Greenpeace15, il est de nouveau question du corium :

 Une nouveauté a été introduite au niveau du bâtiment de l ‘ enceinte de confinement : un puits de cuve recouvert de matériau réfractaire qui est destiné à recueillir les débris de combustible en fusion (corium), pour être refroidis de façon passive à long terme, gérés et finalement récupérés ; une installation pour recombiner de l’hydrogène qui serait éventuellement généré par une réaction du gainage en zircaloy avec la vapeur pendant et après une fusion du combustible du coeur ; et l’implantation des réserves d’eau pour le refroidissement d’urgence du coeur à l’intérieur de l’enceinte de confinement principale du réacteur. C est cette caractéristique concernant le corium, ainsi que la résilience supposée des structures des bâtiments et des enveloppes qui justifient l ‘ affirmation selon laquelle les séquences accidentelles graves de type RRC (Risk Reduction Categories) ont été  » éliminées dans la pratique « …. (Large 22/ 2/2007)

L’analyse de l’évolution du réseau du corium sur l’ensemble du corpus nucléaire rend visible une série de déplacements : d’abord associé à Tchernobyl, le corium est ensuite fortement connecté à l’EPR et son récupérateur innovant, pour ensuite rejoindre Fukushima ( ce dont témoigne au delà du corpus proprement dite, les multiples documents vidéo qui interrogent la situation réelle des enceintes de confinement). Du même coup, c’est un véritablement déconfinement qui se produit puisque des supports éloignés des noyaux d’expertise oud e contre-expertise mettent en scène le corium qui ouvre sur la dimension apocalyptique de la perte totale de contrôle du processus physique. Ainsi , dans un billet publié sur Rue89 le 15 mars 2011, « Nucléaire : faut-il comparer Fukushima à Tchernobyl ?  » on peut lire ces propos attribués à Mycle Schneider, consultant indépendant  :

 » La fonte du coeur de Fukushima peut transformer le combustible en corium, sorte de lave à plus de 2000°C qui peut alors soit transpercer la cuve, soir rester sur place.  » Alors, personne ne sait comment arrêter le corium ni les réactions chimiques qu ‘ il entraînerait, c’est l ‘ inconnue totale. « 

Pour certains commentateurs, l’apocalypse est déjà à l’oeuvre. C’est ce qu’explique Olivier Cabanel, dans de multiples billets postés sur son blog, dont celui-ci en date du 26 juillet 2011,  » On a retrouvé le corium de Fukushima« , et repris sur le site agoravox  :

 On le sait, depuis le premier jour de la catastrophe de Fukushima, les trois coeurs des réacteurs ont fondu, formant le corium, agglomérat de combustible nucléaire, et d’éléments d’assemblage.  On sait aussi que les cuves des réacteurs sont devenues des passoires, et que le corium s ‘ est déjà attaqué à l’épaisse dalle de béton de 8 mètres d’épaisseur.

Mais l’histoire du corium ne s’arrête pas sous les blocs de béton de Fukushima. La connexion est vite opérée avec Fessenheim. Effet rebond remarquable, la décision de prolongement de la plus vieille centrale française, déjà très controversée, doit donner des assurances quant à la gestion éventuelle d’un scénario accidentel avec fusion du coeur. Et Fessenheim doit désormais passer l’épreuve des stress-tests promis sur toutes les installations, tests supposés envisager les situations extrêmes dont la perte complète de refroidissement… Ainsi dans son avis n° 2011-AV-0120, du 4 juillet 2011, l’Autorité de sûreté nucléaire examine les conditions de la poursuite de l’exploitation du réacteur n°1 de Fessenheim après 30 années de fonctionnement et écrit dans son relevé de décisions :

 « Sous réserve des conclusions à venir des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) engagées à la suite de l ‘ accident de Fukushima, l ‘ASN considère, au vu du bilan du troisième réexamen de sûreté du réacteur n°1 de la centrale nucléaire de Fessenheim, que le réacteur n°1 est apte à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires après ce troisième réexamen à condition de respecter les prescriptions de la décision de l ‘ ASN n° 2011-DC-0231 du 4 juillet 2011 et notamment les deux prescriptions majeures suivantes : – Renforcer le radier du réacteur avant le 30 juin 2013, afin d ‘ augmenter sa résistance au corium en cas d ‘ accident grave avec percement de la cuve ; – Installer avant le 31 décembre 2012 des dispositions techniques de secours permettant d’évacuer durablement la puissance résiduelle en cas de perte de la source froide. L ‘ ASN demande que des travaux soient réalisés afin de renforcer le radier pour augmenter sa résistance au corium en cas d ‘ accident grave avec fusion du coeur et percement de la cuve. »

 

Pas de doute, on ne s’est pas trompé de fil : le corium relie à la fois les événements les plus marquants de l’histoire nucléaire récente, les dispositifs techniques et les dispositions réglementaires adoptées par les autorités. Mais sa forme particulière d’existence physique et politique en fait du même coup une des cibles majeures de la critique et de la contestation puisqu’il manifeste précisément une fuite en avant technicienne condamnée à simuler la maîtrise de de l’immaîtrisable. Ce qu’une animation mise en ligne par le gouvernement japonais démontre de manière (presque) magistrale en oubliant de raconter ce qui se passe après la fuite du corium hors de l’ultime barrière de confinement.

Inutile de prendre des cours accélérés de Japonais, quand on a suivi ce qui précède on comprend tout (enfin presque tout) !

Enjoy the demonstration !

  1. Voir « Le sens de l’irréversible I. » (mai 2011) ; « Le sens de l’irréversible II. » (juillet 2011) []
  2. Le rapport de cette pré-étude a été remis au CNES fin septembre 2011 et doit faire l’objet de quelques retouches et finitions avant d’être rendu disponible en ligne []
  3. Voir le regard proposé par Frédérick Lemarchand dans Petites mythologies de Tchernobyl 22 juin 2008. []
  4. Ce point est (encore trop partiellement) examiné dans le chapitre 7. « Dire publiquement son expérience du milieu », de l’ouvrage intitulé Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra, 2011 []
  5. Voir M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil, 2011 []
  6. Je profite de l’occasion pour signaler l’excellente thèse soutenue récemment par Julie Demeslay, Organiser la lutte antidopage à l’échelle internationale. Une sociologie pragmatique d’un processus d’harmonisation, Université de Paris Ouest, octobre 2011 []
  7. Le magma dont il est question ici ne doit pas être confondu avec le plasma, autre notion utilisée en physique et qui est au coeur, par exemple, du projet ITER. A ce propos, on consultera avec intérêt la lettre adressée par un collectif de scientifiques qui argumentent contre ITER, disponible ici – notons que Fukushima est  convoqué dans cette lettre d’une trentaine de pages, comme précédent plaidant contre l’énergie nucléaire … []
  8. Voir Le Blog de Fukushima, Le corium de Fukushima (1) : description et données, 12 août 2011 []
  9. Parmi les classes de formules intéressantes à explorer sous Prospéro I et II, celle qui rassemble les qualifications incertaines ou problématiques peut se révéler fort pertinente : « sorte de X », « genre de X », « chose appelée X », … Cet ensemble de traits peut être utilement rapproché de toutes les figures d’opacification ou de mise en énigme, marquées notamment par l’usage des guillemets ou par des formules comme « ce qu’on appelle  X » … []
  10. Cela dit, comme l’indique le titre d’un article publié sur le site d’ ENVIRO2B,  » Le nucléaire a encore de l’avenir » (27 octobre 2011), la partie de dominos n’est pas close. []
  11. La période 9 du corpus, qui s’ouvre le 11 mars 2011, couvre 47% des occurrences du corium, tandis que la période 3 en contient 40% . Il y a ainsi, dans l’état actuel du corpus, deux grands moments forts dans l’histoire politique du corium : la promotion publique du projet EPR dès la fin des années 1998  et Fukushima … []
  12. « Pour Siemens , le nucléaire appartient au passé« , Actu Environnement, 19 septembre 2011 []
  13. Dans un rapport de mai 2003, l’Office parlementaire, qui se penche sur « la durée de vie des centrales nucléaires et les nouveaux types de réacteurs » indique que le dispositif de récupération du corium a un coût élevé, particulièrement souligné par Framatome – coût qui sera plus tard à l’origine d’un projet de réacteur de conception plus « légère » que celle de l’EPR, permettant une commercialisation plus facile (voir le rapport Roussely remis en 2010 qui a déchaîné la critique anti-nucléaire. On peut y lire en effet une mise en balance de l’impératif de sûreté et de l’avenir économique de la filière :  » Force est néanmoins de constater que la notion même de compétitivité du nucléaire et l’hétérogénéité des règles de sûreté selon les Etats renforcent l’actualité de ce débat et la nécessité de préciser certaines exigences de sûreté. La seule logique raisonnable ne peut pas être une croissance continue des exigences de sûreté. Dans ce contexte, il est proposé de lancer, sous la responsabilité de l’Etat, un groupe de travail dont la mission serait de formuler des propositions en vue d’associer au mieux exigences de sûreté et contraintes économiques, en incluant une vision internationale, a minima européenne ». Autrement dit, il n’est peut-être pas besoin de prévoir le pire des accidents dans tous les cas et le récupérateur de corium n’est in fine qu’une option dont l’acheteur peut éventuellement décider de se passer… []
  14. Pour une analyse de ce débat organisé par la CNDP voir F. Chateauraynaud et J.-M. Fourniau, Nucléaire et démocratie délibérative, rapport  du GSPR, 2006 []
  15. voir ÉVALUATIONS DES CONSEQUENCES RADIOLOGIQUES DE REJETS ACCIDENTELS DU REACTEUR EPR PROPOSE EN FRANCE (ET DE CERTAINS REACTEURS EXISTANTS []

5 réflexions au sujet de « Pour une histoire politique du corium (Le sens de l’irréversible IIIème partie) »

  1. Michail

    Bonjour, et merci pour ce billet. Je vous signale que le plus grand physicien de France vient de classer l’affaire Fukushima …

    http://www.liberation.fr/politiques/01012370327-nucleaire-sarkozy-raille-l-idee-d-un-moratoire

    Nucléaire: Sarkozy raille l’idée d’un moratoire

    En déplacement à Strasbourg, le chef de l’Etat a moqué l’hypothèse d’une sortie de l’atome. Selon lui, Fukushima «n’est pas un accident nucléaire, mais un tsunami».
    41 commentaires

    Par GRÉGOIRE BISEAU envoyé spécial à Strasbourg

    Au moment où les négociations entre les Verts et le Parti socialiste patinent sur le nucléaire, Nicolas Sarkozy s’est fait un malin plaisir d’enfoncer le clou nucléaire. A Strasbourg devant des étudiants en sciences politique et en économie, le chef de l’Etat a rappelé qu’il ne reviendrait pas sur le choix du nucléaire, confirmé par six Présidents Français. Pour Sarkozy, l’accident de Fukushima «n’est pas un accident nucléaire, mais un tsunami». «Depuis quand il y a un risque de tsunami en Bavière, c’est quand même une question qui se pose… », a-t-il déclaré pour railler le choix de Berlin de sortir de l’atome. Et de poursuivre: «Je respecte la décision allemande, mais la conséquence c’est qu’ils vont devoir acheter de l’énergie nucléaire française et remettre en marche des centrales à charbon».

    Quant à l’idée d’un moratoire qui pourrait demain rassembler la gauche et les verts, il a ironisé: «C’est fort comme idée. Cela veut dire que l’on garde les anciennes centrales et que l’on se passe des neuves, qui sont plus sûrs». Rire général de l’assistance. A la sortie de l’amphithéâtre, Dimitri en master à l’université d’économie lâche; «c’est malheureux je n’ai pas pu trouver un truc avec lequel je n’étais pas d’accord». Il dit qu’il va voter a priori à gauche mais confie que «sur le nucléaire, Sarkozy m’a convaincu. Il sait très bien trouver les failles de l’opposition».

  2. FC

    En effet … Rien d’étonnant. Le nucléaire ne peut être à peu près sûr qu’à condition de fonctionner en mode carcéral, confiné, hiérarchique et autoritaire, pour ne pas dire totalitaire – le plus grand physicien de France ne peut qu’apprécier le genre de projet de société qui va avec cette source d’énergie. Bon ce qu’il oublie c’est qu’il va falloir vite fait remettre pas mal d’argent dans les tuyaux pour 1/ soutenir la filière pour qu’elle passe la phase de transition ; 2/ former et attirer des ingénieurs dans le secteur 3/ parvenir à rendre crédible les chantiers menés loin de Paris- à commencer par la Normandie ; 4/ gérer proprement (sic) les déchets nucléaires ; 5/ surveiller les pays qui veulent faire du nucléaire mais qui ne sont pas dignes de confiance et qui pourraient fabriquer des armes bien emmerdantes. Mais malgré son coût, le nucléaire a aussi une autre finalité intéressante : justifier l’appareil d’espionnage intérieur qui depuis la brillante opération de Tarnac, dont on parle peu ces temps-ci, n’a pas grand chose à se mettre sous la dent pour justifier ses budgets … qu’il serait quand même stupide de rebasculer vers l’Education Nationale … Tiens voilà un extrait d’une autre dépêche liée à ce déjà fameux discours de Strasbourg :

    8 novembre 2011 : Nicolas Sarkozy s’en est de nouveau pris à François Hollande,lors d’un long échange avec des étudiants de l’université de Strasbourg. Justifiant à nouveau la règle du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, le chef de l’Etat a critiqué une nouvelle fois la proposition de son adversaire à la présidentielle de 2012, qu’il a présenté comme « un candidat à la candidature », d’embaucher 60 000 personnes dans l’éducation, lors du prochain quinquennat. « On va embaucher 60 000 enseignants, c’est 500 millions d’euros par an multiplié par cinq. Mais depuis quand embauche-t-on un fonctionnaire pour cinq ans ? » a-t-il raillé, « c’est peut-être une innovation, un nouveau contrat (…) c’est niveau master pour découvrir ça ».

  3. socioargu Auteur de l’article

    Je rebondis joyeusement – enfin sur le mode ironique n’est-ce pas – sur ce qui précède qui lie le nucléaire à la nécessité de l’espionnage, en ne résistant pas à citer cette autre dépêche qui vient de tomber et tirée d’une bouillie copiée-collée entre AFP et Reuters … intitulée « EDF et Landis condamnés pour espionnage »
    (10 novembre 2011 à 15h43) :

    Le coureur cycliste Floyd Landis et le groupe EDF ont été condamnés pour avoir utilisé le même pirate informatique aux dépens de Greenpeace et du laboratoire antidopage français.

    Jugés ensemble voilà qui est original au moins ! Le hacker aurait été employé par des sociétés d’intelligence économique – le fameux oxymore qui explique aussi une partie de la crise sans fin de nos économies ?

    Dans le volet EDF, le juge d’instruction a estimé que le groupe d’énergie avait mandaté l’entreprise privée Kargus Consultants pour s’introduire en 2006 dans l’ordinateur de l’ancien directeur de campagnes de Greenpeace, Yves Jadot. EDF a affirmé avoir été victime des agissements de Kargus, lui reprochant d’avoir enfreint le cadre d’un contrat signé stipulant simplement une « veille » des actions menées par les écologistes autour, notamment, de la construction du réacteur nucléaire EPR à Flamanville, dans la Manche. La justice a suivi le ministère public qui avait réclamé une lourde amende de 1,5 million d’euros. Le tribunal correctionnel de Nanterre a déclaré l’entreprise coupable de « complicité de piratage informatique » et de recel de documents confidentiels volés sur l’ordinateur de Yannick Jadot. Les deux anciens plus hauts responsables de la sécurité d’EDF, un ancien policier et un ancien contre-amiral – des terreurs de s&érie B ces gens-là -, sont aussi déclarés coupables et condamnés à respectivement six et un an de prison ferme.
    Dur dur pour les barbouzes de l’intelligence !
    Dans le volet sportif, Floyd Landis et son ancien entraîneur Arnie Baker été reconnus coupables d’avoir utilisé des documents du laboratoire antidopage français, piratés en 2006, afin de contester les résultats concluant à un dopage. Ils ont ainsi été condamnés à un an de prison avec sursis. …

  4. Ping : Le nucléaire civil après Fukushima: le sens de l’irréversible. | leblogdejeudi

  5. Ping : Le nucléaire civil après Fukushima: le sens de l’irréversible ( mai-oct 2011) - leblogdejeudi: le nucléaire tue l'avenir, rendez nous notre vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.