Observer la sécurité sanitaire dans la durée. Leçons cognitives et pratiques d’un observatoire socio-informatique

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Depuis plus de quatre ans, une convention passée entre le GSPR et l’AFSSET, désormais ANSES, soutient un ensemble de travaux sociologiques et socio-informatiques, menés en collaboration avec l’unité « Risques et Société » de cette agence. Mis en place à partir d’une réflexion théorique sur le concept d’observatoire sociologique informatisé1, le dispositif a été expérimenté au cours de l’année 2007 à partir du cas des pesticides2.

Tout au long de ce processus collaboratif, nous avons pu mener de front des analyses concrètes d’événements, des tests d’algorithmes et de modèles socio-informatiques, des propositions comparatives relatives aux phénomènes observés et des expériences d’aller-retour entre recherche sociologique et préoccupations pratiques, tout en accumulant une base documentaire sur tout un ensemble de dossiers sanitaires et environnementaux. Le rapport final remis à la fin du printemps 2011, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux, vise à en extraire les lignes de force et à faire la synthèse des principaux acquis des recherches menées à ce jour.

FDA cancer and coffee

FDA warning on cancer and coffee

Un des leitmotiv de ce carnet est de montrer que l’analyse de processus complexes, tant par l’hétérogénéité des acteurs impliqués que par la pluralité des arènes dans lesquelles ils agissent, sur des durées de surcroît relativement longues pour la sociologie, exige de surmonter le partage entre approches qualitatives et quantitatives. Une des voies possibles est celle d’une approche pragmatique de l’enquête, qui fait jouer un rôle majeur aux procédés interprétatifs, à leur évolution et leur mise en perspective, en créant à partir de la matière fournie par les auteurs-acteurs eux-mêmes, les outils sémantiques dont a besoin l’interprète3.

Il n’allait pas de soi de convaincre les responsables d’une agence sanitaire d’explorer les apports d’une co-construction du type d’observatoire envisagé ici, engageant nécessairement un développement dans la durée. Surtout à une époque où l’on ne jure que par l’obtention rapide de résultats tangibles et à l’utilité « incontestable ». Or, fait exceptionnel à mettre au crédit de l’ANSES, il s’agit bien d’expérimenter et de rompre avec une démarche purement délégative, pour laquelle la conception d’outils informatisés ou l’analyse sociologique est confiée à des professionnels extérieurs sur la base d’une définition préalable de tâches parfaitement codifiées. La veille sanitaire contemporaine en régime de précaution exige, à la fois dans ses dimensions scientifiques et sociétales, de concevoir des dispositifs plus ouverts.  Et de ce point de vue, ce n’est pas un hasard si les méthodes de développement adoptées à travers les logiciels Prospéro, Marlowe ou Tirésias, ont trouvé dans les activités réflexives de l’AFSSET puis de l’ANSES, l’occasion d’être confrontées à des processus réels. Il est vrai qu’une partie de la force du dispositif tient à sa capacité d’accumulation de nouveaux dossiers, à la faculté de lier cumulativité des savoirs, analyse différentielle des cas de figure et réflexivité permanente sur les objets et les catégories en cause.

Le rapport du GSPR récemment mis en ligne, rend manifeste la multiplicité des dimensions à l’oeuvre dans ce type de démarche, qui n’enferme jamais l’analyste ou l’interprète dans un modèle unique de traitement de « données » mais contribue à la création de micro-communautés épistémiques capables d’œuvrer à la reformulation des questions et de regarder autrement les processus en cours.  In fine, ce qui démarque le plus fortement cette approche des enquêtes classiques, c’est, d’une part, une capacité d’analyse transversale et de comparaison continue de processus complexes, difficiles à mettre à jour et qui souvent n’offrent à l’analyste qu’une prise partielle ; d’autre part, la formation d’une collection de corpus interrogeable en permanence et contribuant à modifier la conception même de la veille et de l’analyse critique par la mise en rapport continue des événements passés et des processus en cours – qui ne se confondent jamais totalement avec ce que l’on nomme l’« actualité ».

Sans réécrire ici le rapport, rappelons brièvement quelques uns des éléments centraux qu’il met en évidence à propos de la nouvelle période traversée par la « société du risque ».

 

Toujours plus de sciences, toujours plus de risques

Plusieurs décennies de travaux en sociologie des risques ont montré que la portée des énoncés scientifiques prend de nouvelles dimensions lorsqu’ils se trouvent plongés dans un système politique où nombre de décisions sont « basées sur la science ». En effet, ces décisions, prises ou portées par des « institutions » qui constituent autant de formes d’exercice du pouvoir, sont de plus en plus mises à l’épreuve dans des cadres juridictionnels pour différents motifs comme l’« excès de pouvoir » ou encore le « conflit d’intérêt ».  Sur le terrain du risque, nombre d’éléments sont stabilisés en doctrine, ce qui ne veut pas dire qu’ils soient résolus en pratique. Ainsi, l’éternelle question du « conflit d’intérêt » semble resurgir à chaque crise et pour chaque institution, qu’il s’agisse de l’OMS avec le vaccin contre la grippe AH1N1, du fonctionnement de l’AIEA sur la question de la radioprotection, de l’AFSSAPS avec l’affaire du Mediator, de l’AESE avec les OGM, … et la liste ne sera pas close demain !4.

On sait que le cadrage des problèmes publics en termes de risque n’est qu’une voie parmi d’autres empruntée par les acteurs5, lesquels ont d’autres ressorts à faire jouer : développement des formes d’expression et d’action démocratiques, politiques énergétiques, construction de valeurs et de biens universalisables, de droits et de devoirs dotés d’une certaine performativité sociale et politique. De même, il faut compter avec les innovations institutionnelles et la diversité même des terrains : la régulation des toxiques dans l’environnement ; les stratégies d’adaptation liées aux politiques de lutte contre l’effet de serre, …

Support critique en contexte

Support critique en contexte

Dans l’univers des risques, se créent continument de nouveaux fronts qui transitent par des alternances de phases entre alertes, polémiques et normalisation. Un des objectifs de l’observatoire conçu avec l’ANSES est de permettre  le suivi de l’ensemble des dossiers sans préjuger de leurs éventuels rebondissements, comme on l’a vu avec le Bisphénol A  ou, dans l’autre sens,  la grippe A (H1N1). C’est également le cas des « gaz de schiste ». Si la bataille du fracking avait déjà commencé courant 2010 au Canada et aux États-Unis, à l’exception de quelques articles précurseurs, l’existence publique de la « fracturation hydraulique » a été aussi subite que la mobilisation générale, qu’elle a suscitée dès les premières semaines de février 2011. Les outils du web ont permis aux contestataires d’accéder rapidement à des études réalisées à l’étranger et d’activer des milieux militants aguerris, de multiples causes et dispositifs forgés antérieurement, ce qui a produit la bifurcation radicale d’un dossier encore « émergent » au début de l’année 2011. Du coup, le gouvernement a dû faire une première concession sous la forme d‘un moratoire. Le « surgissement » de la logique de combat, éprouvée contre les OGM,  a alors croisé une histoire « cachée », celle de l’existence de permis de prospection. C’est pourquoi, début mai 2011, la question des gaz de schistes a rebondi au Parlement, avec une proposition de loi, activant la procédure d’urgence, visant à abroger « les permis exclusifs de recherches d’hydrocarbures non conventionnels et à interdire leur exploration et leur exploitation sur le territoire national » …  tout ça en vertu du principe de précaution.

 

Le « risk assessment » rattrapé par la logique de conflit

Le risque n’est pas la catastrophe mais son anticipation. Ce faisant, il suppose un espace de calcul, lequel n’est pas donné a priori mais doit être construit, dans la durée, à travers des processus collectifs dans lesquels entrent, au fur et à mesure, des acteurs et des milieux hétérogènes. C’est dans cet espace que peuvent s’introduire pouvoirs et contrepouvoirs, et se confronter des formes diverses de normativité6 : batailles de normes, oppositions sur les places respectives de la régulation et de la loi ; formes d’inter-normativité, entre science et droit ou entre droit basé sur la science et coutumes autochtones7 ; déplacements de pouvoirs et de légitimités vers les pays du Sud8.

Face aux standards de l’’évaluation et de la gestion des risques, dans lesquels interviennent, depuis les années 1980, ce que l’on appelle les sciences réglementaires ou régulatoires9, l’analyse sociologique doit affronter une double tension. D’une part, la production importante de travaux, d’études, de métrologies et d’instruments investis dans les questions de risques produit un coût élevé de traduction ne serait que pour paraphraser le contenu des controverses socio-techniques. D’autre part, la problématique de l’acceptabilité et celle de la participation des publics semblent fixer a priori le rôle des sociologues : transformés en acceptologues, il s’agirait alors pour eux d’accompagner le passage à un nouveau régime de relation science-société dans un contexte marqué par un retour de la conflictualité voire de l’hyperconflictualité10.

Pour surmonter le dilemme classique entre une orientation compréhensive dossier par dossier et une conception holiste des phénomènes sociaux, une pragmatique de la complexité s’efforce de comprendre, pour chaque individu, groupe ou institution, le jeu de contraintes et de ressources dont il dispose face à un problème donné et comment il peut le transformer. Mais elle doit pouvoir, dans le même mouvement, prendre le point de vue d’une série de dossiers, afin de caractériser des configurations, des dispositifs et des milieux, et de mieux discerner les tendances globales. Bref, à la prolifération des dossiers qui contribuent au climat d’ « incertitude » qui marque l’époque contemporaine, s’ajoutent de nouvelles contraintes cognitives et normatives pour les sciences sociales. Cette configuration critique ne fait que redoubler une crise des formats de l’action et du jugement, crise qui non seulement se déploie dans la durée mais engendre de nouveaux paradoxes. L’« explosion » continue de scènes de confrontation génère un processus de fragmentation des causes et des objets de controverses. La liste est longue, en effet, des sujets combinant ou recombinant les relations, toujours problématiques, entre questions sanitaires et enjeux environnementaux. Qu’ils se juxtaposent ou s’influencent, ses sujets font malgré tout l’objet d’une forme de hiérarchisation temporaire : tout se passe comme si il y avait constamment un sujet sanitaire et/ou environnemental dominant dans l’espace politico-médiatique. Suivre de manière continue une multitude de dossiers n’en est que plus difficile mais plus que jamais nécessaire pour garder quelques prises sur le monde…

 

  1. Francis Chateauraynaud, Anne Bertrand, Jean-Pierre Charriau, Observatoire informatisé des alertes et des crises, Convention Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable / GSPR (EHESS), 2003. []
  2. Anne Bertrand, Francis Chateauraynaud et Didier Torny avec la participation de Jean-Pierre Charriau et Bernard Gomel, Processus d’alerte et dispositifs d’expertise dans les dossiers sanitaires et environnementaux. Expérimentation d’un observatoire informatisé de veille sociologique à partir du cas des pesticides, rapport final de l’étude pilote, convention AFSSET-GSPR, octobre 2007. []
  3. Francis Chateauraynaud, « D’incomparables façons de comparer. Comment confronter des corpus hétérogènes avec des outils sémantiques … », Socio-informatique et argumentation, 10 février 2010. []
  4. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Entre lobbying et déontologie : histoires de conflits d’intérêts, Socio-informatique et argumentation, 5 avril 2011. []
  5. U. Beck, World at Risk, Polity Press, 2009; Soraya Boudia et Nathalie Jas, « Risk and Risk Society in Historical Perspective », in Soraya Boudia et Nathalie Jas (dir), Risk Society in Historical Perspective, n° special de History and Technology, décembre 2007, volume 23, numéro 4, pp. 317-333. []
  6. Marie-Angèle Hermitte, « La fondation d’une société par les crises et les risques », in Face au risque, Genève, ed. Médecine & Hygiène – Georg, 2007. []
  7. Marie-Angèle Hermitte, « Souveraineté, peuples autochtones : le partage équitable des ressources et des connaissances », La bioéquité, numéro spécial Autrement, 2009. []
  8. S. W. Hook, Comparative Foreign Policy: Adaptation Strategies of the Great and Emerging Powers, Prentice Hall, 2001. []
  9. Voir par exemple Sheila Jasanoff, The Fifth Branch: Science Advisers as Policymakers, Cambridge, Harvard University Press, 1990 et Dominique Pestre, Science, Argent et Politique, Paris, INRA Éditions, 2003. []
  10. Sur l’hyperconflictualité potentielle des enjeux environnementaux, voir F. Chateauraynaud, Los tópicos ambientales: entre controversias y conflictos. Ecología política y sociología pragmática en Francia, Revista Colombiana de Sociología, Vol 34, No 1, 2011, p. 13-40. []

2 réflexions au sujet de « Observer la sécurité sanitaire dans la durée. Leçons cognitives et pratiques d’un observatoire socio-informatique »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.