Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (IIème partie)

Francis Chateauraynaud

 

Depuis le billet consacré fin mai aux effets de la catastrophe japonaise sur le nucléaire civil à l’échelle mondiale, les révélations, les analyses et les décisions se sont accumulées à un rythme soutenu. Si, sur le terrain, le contrôle des installations est encore partiel, et si les impacts sur les populations et l’environnement commencent à être mesurés un peu plus sérieusement1 , au plan politique, l’événement le plus marquant de ces dernières semaines est certainement la concrétisation de la décision allemande de sortir définitivement du nucléaire. Accompagnant ce retournement spectaculaire, une tribune d’Ulrich Beck, l’inventeur de la « société du risque », est publiée dans Le Monde du 9 juillet 2011 sous le titre : « Enfin l’ère postnucléaire». Pour le sociologue allemand, les recommandations des experts qui ont élaboré le plan alternatif au nucléaire, qui sera mis en oeuvre d’ici à 2021, rendent manifeste que l’après-Fukushima fournit une opportunité sans précédent pour « créer une économie de pointe » :

«  Ce qui est en train de prendre le pouvoir, écrit-il, ce n’est pas cette légendaire irrationalité allemande, mais la foi dans la capacité d’apprentissage et dans la créativité de la modernité face aux risques qu’elle a elle-même engendrés .Pour étayer leur verdict, les partisans de l’énergie nucléaire font appel à une notion du risque imperméable à l’expérience et comparent de manière irréfléchie l’ère de la première industrialisation à l’ère nucléaire. […] Continuer, après Tchernobyl et Fukushima , à affirmer que les centrales nucléaires françaises , britanniques , américaines , chinoises , etc. , sont sûres , c’est refuser de voir que , d’un point de vue empirique , c’est la conclusion inverse qui s’impose : s’il y a une certitude , c’est celle du prochain accident nucléaire majeur .»

Ce commentaire de Beck rejoint la figure du catastrophisme éclairé défendue il y a près de dix ans par Jean-Pierre Dupuy contre la vision réductrice, étroitement computationnelle, de la logique du risque2. Face au poids toujours plus grand des technologies dans les sociétés contemporaines, un conflit ne cesse de s’approfondir entre deux visions du monde : d’un côté celle qui raisonne en termes de « leçons à tirer » pour les futurs dispositifs de sûreté, et qui ne voit dans l’événement japonais qu’un accident de parcours, un motif supplémentaire pour renforcer l’option de la « sécurité totale » et éradiquer les solutions « low tech »- de fait, la difficulté réside  avant tout, pour les tenants de cette position, dans la « reconquête de l’opinion » ; de l’autre, une vision critique qui considère que le signal de fin de partie a été tiré, que le nucléaire n’est plus une énergie d’avenir et qu’il est urgent de préparer activement les alternatives et les reconversions – tout en sachant qu’il faudra d’une manière ou d’une autre gérer les déchets radioactifs3.

Affronter l’allongement continu des séries textuelles pertinentes

 

La série de notes consacrées aux évolutions récentes du dossier nucléaire a surtout pour fonction de produire une trace des opérations effectuées sur le corpus dont les transformations rapides ces derniers mois donnent parfois à l’enquêteur le sentiment d’avoir perdu ses prises : là où, il y a encore quelques mois, à l’exception de quelques moments de crise ou de débat, l’accumulation des documents sur le nucléaire civil se faisait à un rythme lent et tranquille, il faut maintenant assurer un suivi continu, plus resserré, et faire face à une prolifération d’acteurs et d’arguments, de récits et de dispositions dont, contrairement à d’autres processus critiques (sur les OGM, les champs électromagnétiques ou les souches grippales), on a du mal à voir le terme. Comme si l’ensemble des éléments du dossier, jusqu’alors distribués dans des pôles relativement autonomes (les déchets d’un côté, les nouveaux réacteurs de l’autre, les incidents de fonctionnement, les alertes sanitaires ou environnementales, les ressources en uranium et les enjeux géopolitiques) avaient considérablement accru leur connectivité à l’occasion du surgissement de la catastrophe nippone. S’il est vrai que Tchernobyl a formé un précédent et un reconfigurateur de même ampleur en 1986, puis 1987 (année de l’invention de la « transparence nucléaire » par les autorités), il semble bien que les réactions en chaîne sur l’ensemble des dispositifs aient encore été (partiellement) limitées par ce qui restait du grand partage Est/Ouest, lequel séparait de fait les technologies et les standards d’évaluation – ce qui a demandé en retour un énorme travail d’investigation aux experts et contre-experts internationaux pour disposer de l’ensemble des données sur la situation4. En tout état de cause, le suivi en « temps réel » du traitement de Tchernobyl sous forme de corpus numérisé n’était guère possible et c’est donc une situation tout à fait nouvelle qui est créée pour les logiciels Prospéro et Marlowe avec la rupture puis l’accélération provoquées par Fukushima.

Distribution temporelle du corpus après Fukushima (nombre de textes / jours)

Distribution temporelle du corpus après Fukushima (nombre de textes / jours)

L’insertion de textes dans le corpus s’est donc poursuivie, la perte d’intensité mesurée au nombre brut de documents entrés dans la base étant très relative : si au mois de mars, les événements quotidiens provoquaient des pics de mobilisation, les controverses et les conflits, les mesures et les décisions se sont installées dans la durée, de sorte que c’est moins la nouveauté radicale qui est à l’ordre du jour pour les acteurs qu’un intense travail de qualification et de requalification des événements et surtout de fixation du bon angle de vision des futurs5 . Rappelons que les textes sont sélectionnés une première fois par Tirésias, puis de nouveau par le chercheur, selon un triple jeu de critères : présence de thèmes importants, mise en variation critique, surgissement d’entités ou de connexions inédites. Au total 133 textes ont été insérés dans la base depuis fin mai, la série créée à partir de Fukushima étant du coup passée de 469 à 602 textes6 .

Inutile d’insister de nouveau sur l’avantage cognitif que constitue la possibilité de lier dans la même logique d’enquête la recherche des séries passées autour d’un thème et la caractérisation des nouvelles épreuves. De ce point de vue Fukushima, reconfigurateur majeur du nucléaire, qui surpasse déjà Tchernobyl en termes de réactions en chaîne, pèse lourdement sur les jeux d’acteurs et d’arguments7

Un point rapide sur l’usage de « désormais » qui  connaît un bond en avant avec la période ouverte par Fukushima (période 9). Fait notable, la période qui arrive en deuxième position selon le tri par le poids pondéré (nombre d’occurrences rapporté au volume du sous-corpus considéré) est la période 2, période ouverte par … Tchernobyl. Cela confirme la relation très forte entre l’usage de ce marqueur de rupture temporelle et la production d’un précédent majeur – alors que l’on pouvait s’attendre à une distribution plus ou moins aléatoire de ce type d’adverbe dans les énoncés et les textes8.

.

Distribution de "désormais" selon les périodes du corpus

Pour visualiser rapidement ce qui a le plus fortement émergé dans la période récente, rien de tel que de recourir aux bons offices du comparateur de sous-corpus.  SI on s’intéresse aux 500 premières entités du sous-corpus couvrant la période décrite dans le premier billet – du 11 mars au 24 mai 2011 – et si on regarde les entités qui connaissent la plus forte augmentation relative (en poids pondéré par le volume de pages), on obtient le tableau ci-dessous.

Module de comparaison de deux périodes dans un même sous-corpus

 

La plupart des entités qui s’imposent dans la dernière période (liste de gauche) mériteraient une attention particulière. Quatre d’entre elles fournissent d’excellents points d’entrée pour poursuivre l’enquête : Fessenheim qui connaît la plus forte augmentation, ainsi que Flamanville et l’Allemagne. Ajoutons les « stress tests » ou « tests de résistance » qui surgissent dès la fin du mois de mars 2011 mais qui ne cessent de monter dans la hiérarchie des objets de controverse au fil du temps. Concentrons-nous pour l’heure sur le cas emblématique de Fessenheim.

« Ils n’ont pas fermé Fukushima , fermons Fessenheim »

 La montée en puissance de Fessenheim n’est pas directement indexée sur Fukushima puisque la question de la prolongation de la plus vieille centrale française était au programme depuis des années  La centrale de Fessenheim apparaît 678 fois dans le corpus global, y surgissant en avril 1968, avec une montée en puissance régulière. On peut lire notamment dans L’Express le 15 avril 1968 : « Que va faire le gouvernement français , soucieux d’éviter toute dépendance à l’égard des Etats-Unis , – limité dans ses moyens financiers , et hanté par la crainte de se tromper en choisissant la mauvaise filière ? Le 7 décembre dernier , il décidait de construire à Fessenheim , sur le Rhin, une centrale  » bien française  » à uranium naturel . »

Si l’on projette les 9 périodes qui caractérisent la balistique globale du dossier (Sur la périodisation du dossier nucléaire, voir le billet intitulé : Retrouver le temps des acteurs dans le temps des corpus ) on note que la période 9 vient en tête suivie de la période 8, ce qui indique une forte concentration des épreuves critiques sur l’avenir de cette centrale dans le cas français. Dans son avis sur Fessenheim9 l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) considère que «  sous réserve des conclusions à venir des évaluations complémentaires de sûreté engagées à la suite de l’accident de Fukushima et au vu du bilan du troisième réexamen de sûreté du réacteur n°1 », ce dernier est « apte à être exploité pour une durée de dix années supplémentaires ».Néanmoins l’ASN  insiste sur la nécessité de respecter deux prescriptions majeures, qui renvoient explicitement au processus de Fukushima : il s’agit en effet de « renforcer le radier du réacteur avant le 30 juin 2013 , afin d’augmenter sa résistance au corium en cas d’accident grave avec percement de la cuve »10, et d’installer avant le 31 décembre 2012 des dispositifs de secours permettant d’évacuer durablement la puissance résiduelle en cas de perte de la source de refroidissement. Autrement dit, Fukushima est venu reconfigurer les prescriptions techniques supposées garantir la sécurité nucléaire de la vieille centrale alsacienne. On voit directement à l’œuvre sur le dispositif technique le conflit des interprétations : car là où les acteurs pro-nucléaires s’efforcent d’adapter la centrale à de nouvelles contraintes, pour justifier son prolongement, les opposants dénoncent une sorte d’aveuglement qui accroît encore la menace d’accident majeur en Europe. Sans entrer dans tous les détails, regardons quelques énoncés récents concernant Fessenheim.

Dans un article de L’Usine Nouvelle daté du 8 juillet 2011 (« Eric Besson lance une prospective sur la filière énergie »), on voit se croiser deux formes de scénarisation du futur, l’une produite à partir d’une ouverture de la prospective (invoquant l’examen de « tous les scénarios possibles »), l’autre fondée sur une logique de continuité et de prolongement :

Le ministre de l’Industrie veut passer en revue tous les scénarios possibles en revue pour le doper le secteur énergétique français . […}  Energie 2050 . C’est sous ce nom de code que le ministre de l’Industrie entend  » étudier tous les scénarios possibles du bouquet énergétique des années qui viennent  » , selon ses propos tenus sur Europe 1 le 8 juillet . Ce programme sera mené avec objectivité selon le ministre, qui indique que des  » personnalités indépendantes  » y apporteront contribution […] Selon lui , tous les schémas seront évoqués, même ceux ayant attrait à « une sortie totale du nucléaire en France « . Il souligne pourtant que cette dernière hypothèse n’est  » pas sa conviction , ni celle du gouvernement «  . Pour lui ,  » et d’ici à 20 ou 30 ans , la France aura besoin d’un socle de deux tiers d’électricité nucléaire et d’un tiers d’énergie renouvelable ». Un mix qui permet de « garantir le maintien de la compétitivité prix, l’indépendance énergétique, et la réduction des émissions de gaz à effet de serre  » . Le ministre en profite pour revenir sur la question de la prolongation de la vie de la centrale de Fessenheim . Il estime que son activité peut continuer , moyennant un certain nombre de travaux importants . C’est ce qu’a révélé le rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire publié en début de semaine . Mais il rappelle que comme toutes les autres centrales en France  Fessenheim sera  » soumise à l’audit post-Fukushima  » .

Par une figure métonymique, le nom propre devient synonyme de danger

Fessenheim est depuis longtemps une des cibles majeures des groupes anti-nucléaires, Stop-Fessenheim, relayé au plan national par le Réseau Sortir du nucléaire. Mais la centrale suscite la vigilance et la critique des pays voisins, les allemands et les suisses étant aussi de la partie. Dans ce qui suit, le rapprochement  est opéré à partir de traits communs entre Fukushima et Fessenheim : l’ancienneté et la décision de prolonger qui est remontée dans la chaîne des causes de la catastrophe.  Fin juin 2011, le collectif Stop Fessenheim organise une chaîne humaine autour de la centrale, mobilisation relatée comme suite par  Ma Commune Info  (24/06/2011) sous le titre  » « Ils n’ont pas fermé Fukushima , fermons Fessenheim » :

Le groupe anti-nucléaire de Besançon réagit dans un communiqué à l’annonce de la reconduction d’exploitation pour dix ans de la centrale nucléaire de Fessenheim et ne peut s’empêcher de trouver des similitudes avec la catastrophe de Fukushima .Le collectif organisera un débat le 29 juin à 17 place Pasteur . » Le monde entier a vu exploser le bâtiment qui abrite le réacteur de Fukushima . Mis en service en 1970 , c’est l’un des plus anciens au Japon . Il devait être fermé le mois précédent . Mais , à la demande de l’opérateur Tepco , les autorités japonaises ont accordé un permis d’exploitation pour dix années de plus . On connaît la suite : un scénario catastrophe qui a mis les  » experts  » en sûreté nucléaire en défaut et qui continue à déverser dans l’air et dans l’océan ses émanations de mort . Le 4 octobre 2009 , deux cars de Franc-comtois participaient au rassemblement à Colmar pour la fermeture de Fessenheim , le 10 avril 2011 nous étions près de 10 000 , français , allemands et suisses , réunis devant la centrale pour sa fermeture . Aujourd’hui l’ASN : Autorité de Sécurité ( ou d’insécurité ? ) Nucléaire , décide de prolonger de 10 ans le fonctionnement de Fessenheim , au mépris de toutes les oppositions locales et européennes et de l’avertissement douloureux de Fukushima . Il n’est plus acceptable de mentir sur les dangers du nucléaire , en particulier dans les zones sismiques  L’accident de Fukushima démontre que , même dans un pays réputé pour son expertise en matière nucléaire , le risque est bien réel.

Ouvertures et fermetures des angles de vision des futurs

On a déjà montré comment, lorsqu’un  événement marquant est transformé en précédent, il donne lieu à une réévaluation des scénarios et des projections vers le futur. Trois formes de raisonnement collectif se dégagent :

  1. Il ne faut pas que cet événement se reproduise, et des dispositifs ou des dispositions qui portent généralement la trace de l’événement dans leur appellation (« usine classée Seveso », « mesures post-Tchernobyl », « impératif sécuritaire de l’après 11 septembre », « audit post-Fukushima »)) sont conçus pour y remédier, reproduisant de fait le scenario initial en développant l’hypothèse de sa probable répétition ;
  2. Rien ne sera plus comme avant et la liste des ruptures, des bifurcations ou des renversements engendrés par les réactions en chaînes provoquées par le précédent ne peut être établie a priori, laissant entrer dans les controverses toutes sortes d’acteurs déterminés à s’en saisir ;
  3. L’événement a une fois de plus montré que tout est possible et qu’il est vain de prétendre maîtriser des risques puisque les dispositifs seront toujours pris par les bords, par les fissures et les failles, entretenues ou aggravées par les difficultés propres à la surveillance, le contrôle (y compris le contrôle des surveillants) et la maintenance (l’attention portée quotidiennement aux choses et en particulier aux outils qui nous prémunissent contre les dangers). Mais dans le cas du nucléaire, certains acteurs tentent de maintenir un cadre de raisonnement antérieur en s’engageant dans un processus de révision : il ne s’agit pas de raisonner en termes de rupture mais d’adaptation, et le cas français est particulièrement éloquent.

Si l’on demande à Marlowe de proposer des textes qui, dans l’état du corpus de la période Fukushima, articulent le plus fortement des énoncés « orientés vers le passé » et des énoncés « orientés vers le futur », après plusieurs boucles, il en propose deux, marqués par le fort déploiement des deux catégories de marqueurs et par leurs croisement dans les mêmes énoncés :

Pena-Vega : Tchernobyl: la controverse des chiffres et le syndrome japonais (23/ 4/2011)

OPECST : RAPPORT de la mission parlementaire sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir (1/ 7/2011)

 Dans son texte publié sur le site de Mediapart, Alfredo Pena-Vega, enseignant-chercheur associé à l’EHESS, revient sur le traitement de Tchernobyl et sur le poids du silence qui entoure encore la catastrophe ukrainienne 25 ans après. L’argumentation prend appui sur la nouvelle catastrophe pour mettre en cause le « révisionnisme » des pro-nucléaires :

« La crise multidimensionnelle qui vient de frapper Fukushima montre que Tchernobyl est plus que jamais présent. Un quart de siècle plus tard, la controverse autour des chiffres des victimes de Tchernobyl ne s’est pas éteinte. Les « tcherno-révisionnistes » réclament encore des preuves de l’augmentation des leucémies d’enfants suite aux irradiations de Tchernobyl. Les pro-nucléaires de tout poil vont-ils réclamer des chiffres du nombre de contaminés à Fukushima? Vont-ils poursuivre le jeu dangereux, le déni, la dissimulation les mensonges qui jalonnent l’histoire depuis la découverte de la radioactivité et de son impact? »

Le nucléaire est, selon lui, entre les mains de « fondamentalistes », incapables de réviser leur croyance dans les vertus du nucléaire, et portés à faire de Tchernobyl un « non-événement » alors que les études convergent, notamment sur les  pays les plus touchés comme le Belarus, la Russie et l’Ukraine, établissant qu’un grand nombre de décès, plusieurs centaines de milliers, survenus entre 1986 et 2004 sont dus aux retombées radioactives de l’accident. Pour Pena-Vega, il est temps de revoir l’épistémologie des catastrophes et d’introduire le « principe d’incertitude » dans les réflexions sur le nucléaire civil. L’irréversibilité est évidemment au cœur du problème :

« Le Strontium 90 libéré dans l’atmosphère par les désastres atomiques de Tchernobyl et de Fukushima revient sur la Terre avec les pluies ou sous la forme de poussières, pénètrent dans le sol, dans les végétaux comestibles, puis dans le corps humain, où il se loge dans les os. Définitivement. C’est ce processus inexorable que des milliers de Japonais sont en train de subir, comme naguère les habitants du Belarus, de Russie et d’Ukraine. […]  . Le silence doit être brisé, afin que le monde sache les douleurs et les combats de milliers des femmes et d’hommes qui se battent pour la santé de leurs enfants. Afin aussi qu’un tel cauchemar ne se reproduise jamais. Enfin et surtout, il faut lancer des initiatives européennes et des forums sur le futur du nucléaire dans la société pour connaître les chiffres exacts des conséquences des retombées atomiques, pour identifier à qui profite l’opacité, pour discuter de l’avenir des installations existantes et du futur du système énergétique mondial. »

Venons-en au rapport d’étape produit par l’Office Parlementaire (OPESCT) sur « la sécurité nucléaire, la place de la filière nucléaire et son avenir ». Ce rapport provient d’une saisine conjointe de l’Office, par le Bureau de l’Assemblée nationale  le 18 mars 2011 et par la commission de l’Économie et du développement durable et de l’aménagement du territoire du Sénat  le 23 mars 2011. La saisine demande à la mission « d’établir des informations objectives sur l’état actuel de nos connaissances et sur les développements à attendre de cette filière industrielle, à la lumière des événements dramatiques auxquels le Japon est confronté. »11. L’introduction du document donne le ton. Il faut à l’évidence prendre acte d’un changement radical de configuration :

« Alors que le débat sur les conditions de l’adaptation au changement climatique avait paru , au cours des dernières années , favoriser les énergies décarbonées , en particulier l’énergie nucléaire , au point que certains industriels de l’électricité semblaient se laisser de plus en plus tenter par l’hypothèse d’un modèle de production nucléaire au coût inférieur à celui des réacteurs à sécurité renforcée , un événement est venu brutalement stopper cette évolution […] Dans les trois jours qui ont suivi , le gouvernement allemand , a fixé un moratoire à la prolongation en cours de la durée d’exploitation des centrales nucléaires , et ensuite , le 30 mai 2011 , a décidé d’arrêter définitivement l’ensemble des 17 réacteurs électronucléaires d’ici 2022 . Aujourd’hui , tous les projets de réacteurs  » low cost  » ( bon marché ) sont oubliés , et les avis convergent pour vérifier la sécurité des réacteurs existants et ne construire , dans l’avenir , que des réacteurs de troisième génération à sûreté maximale avec une majoration du coût qui , tout en restant raisonnable , à moins de 20%, représentera des dépenses non négligeables. »

Ce qui frappe à la lecture de cette amorce, c’est la célérité du basculement – à l’image de ce qu’a produit la catastrophe elle-même sur l’ensemble des espaces de calculs en vigueur jusqu’alors – entre un état des choses auquel il faut renoncer et l’ouverture d’un nouvel espace de calcul, qui traduit la prédominance d’un raisonnement économique du type : faire du nucléaire absolument sûr c’est possible, mais cela a un coût, et celui-ci doit être clairement évalué12.

Sans entrer profondément dans le rapport, regardons rapidement ce qui est dit de quelques enjeux cruciaux de la filière nucléaire : la question des « ressources humaines ». L’avenir du nucléaire se trouve en effet, dans le cas français, mais cela concerne évidemment d’autres pays, face à de sérieuses difficultés de renouvellement des générations techniques, difficultés redoublées par les dangers attribués à de la sous-traitance. Pas de sûreté nucléaire sans un haut niveau de compétence et donc sans des actions au long cours sur la structure des recrutements et sur les formation du personnel hautement qualifié que suppose la production nucléaire :

Lors de leurs visites de différents sites nucléaires , vos rapporteurs ont tenu à ménager le temps nécessaire au dialogue avec les personnels et leurs représentants syndicaux .Ces derniers ont unanimement exprimé leur inquiétude à l’égard de la pratique de la sous-traitance .Au travers de ces entretiens , vos rapporteurs ont compris que la capacité à recruter des personnels compétents constitue l’une des conditions essentielles au maintien de la sûreté des installations nucléaires. […] D’après les informations recueillies , au sein de filière nucléaire , comme dans une bonne part de l’industrie , le vieillissement de la population conduira , dans les prochaines années , au départ en retraite de nombreux personnels spécialisés. Ainsi , EDF estime à 22000 le nombre de ses employés appelés à prendre leur retraite entre 2010 et 2015  Le remplacement de ces personnels pose une double difficulté. D’une part, l’offre de formation aux métiers du nucléaire reste très insuffisante en regard des besoins , malgré quelques initiatives notables , comme celle initiée en 2006 par EDF […] . D’autre part , le caractère très spécialisé de certains de ces métiers nécessite de prolonger la formation initiale par un compagnonnage sur plusieurs années , permettant d’acquérir une parfaite maîtrise des gestes techniques et une complète connaissance des matériels. De ce fait , le remplacement d’un salarié devra , pour certains métiers, être préparé plusieurs années à l’avance, afin que le remplaçant puisse être parfaitement opérationnel et autonome le moment venu .- A cet égard , l’appel à la sous-traitance constitue un facteur de risque supplémentaire , dans la mesure où il rend plus difficile l’appréciation de l’ampleur des besoins de recrutement dans l’ensemble de la filière .Qui plus est , des sous-traitants confrontés à des difficultés de recrutement seront tentés d’y palier par la sous-traitance en cascade , voire en déléguant des personnels insuffisamment formés . […] Ce problème se trouverait considérablement aggravé si des incertitudes devaient se faire jour sur l’avenir de la filière nucléaire en France . En effet , il deviendrait alors beaucoup plus difficile – voire impossible – de développer de nouvelles filières de formation sans perspective de carrière à long terme . Dans ces circonstances , la filière pourrait être confrontée à une véritable pénurie de compétences susceptible de dégrader significativement les conditions de maintenance et d’exploitation des installations , donc leur sûreté .

Voir la vidéo sur le site du Sénat : « Nucléaire : le point sur la sûreté des centrales ».

La pénurie de compétence qui pèse déjà fortement sur le secteur nucléaire peut ainsi être aggravée par l’affaiblissement des perspectives économiques de la filière, l’ensemble pouvant renforcer la tendance au recours à la sous-traitance des activités de maintenance et d’exploitation des installations. La densité d’une telle citation mériterait mieux qu’une simple paraphrase et il faudrait mener une analyse plus précise des agencements et des entrelacements argumentatifs13 à travers lesquels la rationalité du système nucléaire face à l’épreuve de la sécurité totale est sauvegardée tout en étant constamment réajustée par ses promoteurs. Je me contente de livrer ici quelques extraits, faute de pouvoir les analyser en détail avec le recul nécessaire.  C’est en effet un des enjeux d’une approche pragmatique de ce genre de dispositif de pouvoir examiner de l’intérieur les formes d’articulation qui comptent pour les acteurs. Ainsi, les rapporteurs doivent affronter directement les paradoxes du nucléaire, qui suppose un système cohérent de bout en bout, cohérence que l’externalisation tend à fragiliser :

[…]cette externalisation , qui a pour origine des erreurs affectant gravement la sûreté faites par des employés d’EDF , pose un certain nombre de problèmes de principe . Les représentants des directions d’Areva et d’EDF rencontrés ont tous assuré limiter l’appel à la sous-traitance à des cas pour lesquels elle apparaît a priori justifiée , telles des interventions ponctuelles , nécessitant des compétences très spécialisées , ou encore des activités de maintenance à caractère saisonnier . […] Vos rapporteurs sont bien conscients que la sous-traitance est parfois nécessaire ; par exemple pour changer un générateur de vapeur , il est préférable de laisser faire le constructeur , c’est-à-dire Areva , s’en charger , plutôt que de le réaliser avec des ressources internes . Néanmoins , nous n’avons pas été complètement convaincus par l’argumentation des exploitants . D’autre part , nos interlocuteurs ont souligné les rigidités résultant des contraintes réglementaires européennes , lesquelles imposent une procédure de mise en concurrence équivalente à celle employée par les administrations .Une procédure de ce type offre , en général , peu de marges de manoeuvre au donneur d’ordre . Elle peut le contraindre à diviser une opération en plusieurs marchés indépendants , susceptibles de poser des problèmes de coordination , voire à retenir une entreprise dans laquelle il n’aurait pas une grande confiance . […] Il serait judicieux que la prééminence du mieux-disant sur le moins-disant soit inscrite dans la réglementation européenne en matière d’appels d’offres dès lors que ceux-ci concernent l’industrie nucléaire ou toute autre industrie jugée sensible .L’opacité de procédures de mise en concurrence peut également conduire à des cascades de sous-traitants : un prestataire retenu sur appel d’offres , alors même qu’il ne dispose pas des effectifs nécessaires , peut être tenté , dans l’urgence , de faire appel aux personnels de l’un de ses confrères . D’après les informations qui nous sont parvenues à l’occasion de nos visites de sites , dans certains cas extrêmes , jusqu’à huit niveaux de sous-traitants peuvent ainsi se superposer .Une telle situation s’avère particulièrement préoccupante , en terme de sûreté , puisqu’elle conduit à une dilution extrême des responsabilités et s’avère difficile à identifier.

Limiter la pratique de la sous-traitance en cascade apparaît comme une nécessité, ne serait-ce que pour réduire l’opacité du système « potentiellement dommageable pour la sûreté des installations aussi bien que pour les conditions de travail des intervenants ». Mais ce n’est pas tout : puisqu’il ne s’agit pas seulement de tendre vers la sécurité totale mais d’en assurer concrètement l’effectivité pour la longue durée, il n’y a pas que la maintenance qui pose problème, mais aussi la capacité continue à intégrer dans la boucle la recherche et l’innovation technologiques, ce qui pose de lourds problèmes à la surveillance et au contrôle des dispositifs, ainsi qu’aux modalités d’adaptation et de transition, dont la durée peut varier considérablement selon les conditions initiales – l’état des installations, les générations techniques et les outils disponibles :

« D’une part, l’exigence de sûreté suppose que toute innovation soit intégrée dès que possible dans chaque réacteur pour qu’il bénéficie toujours de la meilleure technologie disponible  D’autre part , pour des raisons de fiabilité, seul un dispositif éprouvé et bien rôdé peut être candidat au remplacement d’un dispositif existant ou à l’ajout d’un composant de sûreté. […] Les réexamens de sûreté sont une étape périodique de la vie des centrales françaises : ils visent à se réinterroger sur la sûreté de façon approfondie , et permettent de définir les améliorations des installations permettant de rehausser leur sûreté à un niveau proche , à défaut d’être équivalent , de celui des installations les plus récentes . Ils complètent ainsi le processus continu d’amélioration de la sûreté que constitue l’examen du retour d’expérience de l’exploitation quotidienne des réacteurs. Seule l’ASN , par ses contrôles périodiques et par ses visites décennales , est à même de dire si un réacteur doit être fermé pour des raisons de sûreté. […] La sûreté ne peut intégrer que des dispositifs et procédés éprouvés L’exigence de sûreté pourrait supposer qu’à chaque instant un réacteur nucléaire dispose de la meilleure technologie disponible. Deux raisons s’opposent à cette vision des choses. D’une part, on peut se poser la question de l’utilité du remplacement d’un dispositif ou d’un procédé éprouvé n’ayant jamais causé de problème et dont les équipes opérationnelles , ainsi que l’ASN , sont satisfaites . D’autre part , pour des raisons de fiabilité , seules les technologies éprouvées peuvent être effectivement intégrées, ce qui impose une sorte de sas temporel entre le développement d’une innovation et sa mise en place sur le parc existant. »

 On voit comment, face à un système de contraintes de plus en plus complexe, l’effort pour redonner à la filière nucléaire une trajectoire ascendante et linéaire est, sinon voué à l’échec, du moins générateur de  multiples points critiques, dont ne peuvent que se saisir les opposants. L’objet de la série d’exercices effectués sur un corpus en ébullition n’est pas de servir telle ou telle thèse – même si à titre personnel je ne crois pas beaucoup à un nouveau modèle de sûreté, dont la métastabilité est rendue à chaque épreuve un peu plus manifeste. Mais, même en restant sinon tout à fait neutre du moins à bonne distance, il faut reconnaître que le point faible du système nucléaire est son incapacité à saisir la singularité évènementielle, puisque celle-ci est constamment recodée dans un espace de calcul et un corps de règles qui finissent par être insaisissables par des agents humains – d’où l’inquiétude profonde des rapporteurs de l’OPESCT sur les questions du travail humain dans le nucléaire.14 La catastrophe, en tant qu’elle est porteuse de rupture, contraint normalement à penser autrement. Mais, sociologiquement parlant, on observe différentes formes d’arrangements avec cet impératif de révision, qui affecte potentiellement tous les plans, ontologique, épistémique, axiologique et même esthétique.

Au total, quatre stratégies  se révèlent dans la formation, par les différents groupes d’acteurs, de prises sur le futur : la réparation, le déplacement, l’alternative et l’opposition radicale. La réparation consiste à défendre le dispositif en proposant de l’améliorer et d’accroître les systèmes de sécurité – le cas du radier de Fessenheim constitue le degré zéro de cette stratégie.  Le déplacement consiste à proposer d’autres technologies qui ne rompent pas radicalement avec le rapport de pouvoir-savoir institué par celle qui entre en crise mais qui en le redéployant sur d’autres agencements entre les hommes et les choses permet de jouer la carte du nouveau départ, de la recréation d’une maîtrise scientifique et technique – c’est le cas avec les réacteurs à neutrons rapides ou ITER, ou dans le domaine des biotechnologies avec l’arrivée de la biologie synthétique. La voie alternative – celle qui a plutôt le vent en poupe ces dernières années – consiste à promouvoir des solutions conçues à partir des impasses et des défauts manifestes des technologies dominantes  (les « énergies renouvelables » ne cessent de monter dans le corpus nucléaire depuis  le début du millénaire, le premier pic étant occasionné par le débat sur l’énergie en 2003 – l’éolien est largement en tête de liste parmi les alternatives).  L’opposition radicale consiste quant à elle à pousser la critique du système technologique jusqu’au bout – ce qui conduit dans certains cas à suspecter les solutions alternatives de cacher des effets pervers. L’argument central est généralement animé par une critique du capitalisme et se nourrit des motifs de la décroissance et de la relocalisation de l’économie – la réduction drastique des dépenses énergétiques étant ici le seul argument acceptable dans la prose des instances officielles.

  1. En français, voir, de l’IRSN, la Synthèse des informations disponibles sur la contamination radioactive de l’environnement terrestre japonais provoquée par l’accident de Fukushima Daiichi , 13 juillet 2011 []
  2. J.-P. Dupuy, Pour un catastrophisme éclairé. Quand l’impossible est certain, Paris, Seuil, 2002 []
  3. P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management, in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, dec 2010, p. 71-99. []
  4. Dans le corpus « historique » sur le nucléaire, formé par les périodes 1 à 3, soit de 1945 à 1999, on peut observer les différentes étapes du processus de déconfinement de l’expertise et du débat sur les risques. Voir dans F. Chateauraynaud et D. Torny, Les Sombres précurseurs (1999), la partie 3 intitulée « A l’ombre du sixièmes sens. Figures de l’alerte à la radioactivité, p. 195-304 []
  5. Sur les controverses d’anticipation et les querelles de visionnaires, voir le chapitre consacré aux visions du futur dans F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra, 2011, p.  327-389 []
  6. NB L’année 2011 bat d’ores et déjà tous les records avec 618 textes, devant l’année 2009 qui contenait 390 textes. Je ne reviens pas ici en détail sur le mode de sélection des documents pertinents pour le suivi des corpus, sélection fondée à la fois sur un principe de continuité dans l’enchaînement des événements marquants et de variation des auteurs et des supports. Un des « obstacles » méthodologiques que doivent surmonter les analyses prospériennes, au moins celles qui relèvent pleinement de la sociologie argumentative des controverses, est la redondance – dont on sait qu’elle est démultipliée par le cycle des reprises provoqué par les usages du web. Il convient donc d’en réduire les effets sur les structures des corpus étudiés []
  7. Sur l’ensemble du corpus de 4126 textes courant sur 66 ans, Tchernobyl réalise mi-juillet 2011 un score total de 3790 occurrences et Fukushima …2433 … La Hague, site français  le plus cité dépasse tout juste les 2000 occurrences… []
  8. Sur l’analyse argumentative des marqueurs temporels, voir F. Chateauraynaud et M. Doury, ‘Désormais…’ Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle, Argumentation et Analyse du Discours, n° 4 | 2009 ; F. Chateauraynaud et M. Doury, « The Collective making of temporal Aspects in Public Debates« , paper for the 7th Conference of the International Society for the Study of Argumentation, Amsterdam, 30 juin 2010 []
  9. Avis n°2011-AV-0120 du 4 juillet 2011 []
  10. Mélange de combustible et de métaux fondus, sorte de magma produit par la rupture du fond de cuve des réacteurs, le corium fait partie des éléments saillants de la 9ème période du corpus ouverte par Fukushima. S’il en est question régulièrement depuis 1991, avec un pic en 1998 au moment de la discussion des caractéristiques de l’EPR, la dernière période couvre à elle seule 38% des occurrences (82 sur 232 au total). C’est que cette fois-ci, il ne s’agit plus seulement d’anticiper le « syndrome chinois » par référence à l’accident de Three Mile Island, mais d’évaluer le degré de pénétration du magma radioactif dans ce qu’il est convenu d’appeler le radier, le socle de béton situé sous le bâtiment du réacteur… []
  11. Voir le rapport d’information rédigé par  Bruno Sido et Christian Bataille, député, fait au nom de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques n° 701 (2010-2011) – 30 juin 2011 []
  12. Sur les affres de ce type de raisonnement concernant l’énergie nucléaire, voir de nouveau les Cahiers de Global chance d’avril 2011 []
  13. Sur cette notion, voir Marion Carel, L’Entrelacement argumentatif. Lexique, discours et blocs sémantiques, Paris, Éditions Honoré Champion, 2011. []
  14. Voir les travaux d’Annie Thébaud-Mony, notamment : L’industrie nucléaire : sous-traitance et servitude, INSERM-EDK, Paris, 2000. []

2 réflexions au sujet de « Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima (IIème partie) »

  1. Ping : Fukushima et le retour du nucléaire en politique | Portée de la concertation

  2. Ping : Le nucléaire civil après Fukushima: le sens de l’irréversible ( mai-oct 2011) - leblogdejeudi: le nucléaire tue l'avenir, rendez nous notre vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.