La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs

Francis Chateauraynaud et Marianne Doury

L’observation des controverses ou des débats montre comment  les acteurs font appel à des procédés argumentatifs pour construire et évaluer les différentes positions en lice – pour ou contre le nucléaire, pour ou contre les OGM, pour une « agriculture raisonnée » ou pour la coexistence des cultures… Mais l’analyse des relations entre les jeux d’arguments et les prises de position n’épuise pas les échanges verbaux que l’on peut observer. L’analyse des dossiers complexes suggère qu’une partie importante de l’activité discursive des acteurs est consacrée à un travail de cadrage, qui vise à élaborer discursivement le contexte d’interprétation des échanges d’arguments. Une composante essentielle de ce travail de cadrage consiste, pour les acteurs, à dresser un portrait des camps en présence : par exemple, les modernistes contre les rétrogrades (ou, au terme d’un renversement axiologique, les défenseurs de la tradition contre ceux qui entendent la sacrifier sur l’autel de la modernité), des réalistes contre les idéalistes, ou, plus généralement encore, de la raison contre l’obscurantisme. Les représentations discursives du débat et des camps qu’il oppose, sont intégrées dans les échanges d’arguments visant à établir ou contester les points de désaccord. Elles sont donc fondamentales puisqu’elles constituent les cadres d’interprétation proposés au tiers destinataire des propos. Or la plupart de ces schématisations engagent une dimension temporelle qui a été largement négligée, alors même que de multiples procédés discursifs contribuent à conférer une historicité à l’affrontement, et à l’inscrire dans une dynamique temporelle1. Certaines schématisations temporelles sont propres à un débat particulier (c’est le cas par exemple des déchets nucléaires qui engagent des arguments sur le futur liés à des échelles temporelles particulièrement longues2, d’autres valent pour un objet de discours particulier, comme lorsqu’il s’agit de discuter des conséquences d’une action ou d’un dispositif, en mettant en question les modèles du futur en jeu3.

La temporalité événementielle et la temporalité discursive ne se recouvrent pas toujours. Leur superposition peut faire apparaître des décalages ou des « trous » – un événement n’étant pas repris, ou avec retard, dans la trame discursive du débat –, mais aussi des conflits de hiérarchisation – le débat conférant une place excessive ou, au contraire, sous-évaluée, à l’événement, par rapport à l’importance qui lui est donnée dans les activités pratiques ou les expériences sensibles. Dans l’ensemble des opérations effectuées, la figure du précédent occupe une place importante. On peut proposer d’en cerner les modalités d’usage en distinguant plusieurs figures, dont l’analyse contribue à la saisie des relations qui se nouent entre discours et événements. S’efforçant de faire converger analyse argumentative et regard sociologique sur le statut de l’événement, les réflexions qui suivent explorent cette problématique du précédent, amorcée dans le cadre de la préparation d’une communication au colloque « Langage, discours, événements » qui se tient à Florence (Italie) fin mars – début avril 2011.

La construction discursive des limites temporelles d’un débat

Valérie Robert a signalé, à propos de la polémique, combien il est difficile de définir les limites temporelles d’un débat4. Examinons les deux bornes sur lesquelles peut porter la dispute et les opérations de cadrage ou de recadrage qu’elle engendre : le « bornage gauche » et le « bornage droit », pour adopter la convention usuelle d’une flèche du temps allant de gauche à droite.

Le bornage gauche

Se pose d’abord la question du « bornage gauche » : où commence le débat ? Peut-on identifier un événement déclencheur qui serve de  point d’origine ? Les acteurs du débat eux-mêmes œuvrent à brouiller ce bornage, et à inscrire la polémique à laquelle ils participent dans un continuum, notamment en tissant des liens avec des débats antérieurs qui constituent ce que Maingueneau appellerait la « mémoire polémique » du débat :

Après le nucléaire ou les OGM, un nouveau terme déclenche passions et craintes : les nanotechnologies ! (Cahiers d’acteurs, contribution de l’UNSA)

Cette historicité adossée à « l’avant-débat » permet aux acteurs de donner un sens à l’affrontement qui les oppose en le rapprochant d’une polémique antérieure, à laquelle serait attachée consensuellement une signification/évaluation susceptible d’éclairer le moment présent. Les événements pris comme fondements mémoriels du débat en cours sont supposés avoir une dimension symbolique, emblématique, et inscrire le débat actuel dans une vision quasi-mythique de grands affrontements à portée plus générale.

Le bornage droit

Où s’arrête le débat ? Si, comme le suggère Christian Plantin, le refus de clôture constitue une caractéristique des échanges à dimension polémique5, alors il y a des chances que la réponse à la question de la fin d’un débat soit bien souvent incertaine. Ce qui nous intéresse ici est le fait que cette question peut être prise en charge par les acteurs comme un élément de la construction discursive de la temporalité des débats, en particulier à travers une stratégie que l’on peut appeler le différé temporel de la preuve : cette stratégie consiste, pour les acteurs d’un débat, à  remettre à un avenir plus ou moins précisément déterminé la résolution du différend, par des variations sur l’air de « l’avenir tranchera », « l’histoire nous donnera raison », « nos enfants nous en seront reconnaissants »…. Il s’agit pour les participants à un débat de déterminer la forme d’épreuve de réalité qui sous-tendra des jugements de clôture du type « il avait raison », « il s’est trompé », « il avait exagéré »6 , et d’en remettre la sanction à un temps ultérieur, entérinant par là-même l’incapacité immédiate à s’entendre sur les modalités de résolution de la controverse sans y renoncer pour autant définitivement.

Les scénarisations du futur

On l’a dit, l’orientation vers le passé occupe une place importante de l’activité argumentative en régime de polémique. Mais la construction discursive de la temporalité des débats passe également par des formes de prédiction, qui déroulent des scénarios immédiatement investis par une visée argumentative7. On entre dans le domaine de la scénarisation, par laquelle les acteurs construisent des narrations plus ou moins élaborées et plausibles d’un avenir souhaitable ou, au contraire, redouté.

Dans une perspective proprement argumentative, les projections d’avenir entrent fréquemment dans des argumentations causales, du type argument pragmatique par les conséquences positives ou négatives – c’est-à-dire des argumentations qui visent à prôner l’adoption d’une ligne d’action au regard des conséquences positives qu’on peut en attendre, ou, à l’inverse, à en détourner, au regard de ses conséquences néfastes8. De telles argumentations, qui donnent la priorité à des considérations utilitaristes (vs formalistes, privilégiant le principe sur les effets ; Perelman 1958) sont particulièrement récurrentes dans les débats qui relèvent du genre délibératif, c’est-à-dire qui ont pour enjeu la prise de décisions concernant la conduite à venir en fonction de ce qui est jugé bon pour l’intérêt général9.

Les processus de scénarisation du futur recourent également amplement aux figures identifiées par Hirschman10 comme caractéristiques de la rhétorique réactionnaire : arguments de l’effet pervers, de la mise en péril ou de l’inanité.

Des parallèles à dimension temporelle

Dans cette présentation, on partira d’un ensemble de procédés argumentatifs qui sont à cheval sur cet adossement au passé et la projection sur l’avenir ; ces procédés sont caractérisés par une structure générale commune, qu’on pourrait caractériser par le principe général « tirer des leçons du passé ». Il s’agit de procédés qui présentent les caractéristiques suivantes :

  • un parallèle est établi entre :
    • un événement ou une situation antérieure. Cet événement ou cette situation constituent le phore de l’argumentation,
    • un événement ou une situation actuelle ou à venir, sur laquelle il s’agit de se prononcer ou de prendre des mesures ; cet événement ou cette situation constitue le thème de l’argumentation ;
  • sur la base de ce parallèle, une conclusion est tirée à propos du thème.

Si on considère que le parallèle entre les deux situations ou événements repose sur une relation de ressemblance (les deux cas relèvent de registres ou de domaines différents, mais présentent suffisamment de points communs pour que l’on puisse conclure de l’un à l’autre), on dira que l’argumentation met en jeu une comparaison ; en ce sens, sa description comme son évaluation (par les locuteurs qui y sont confrontés ou par l’analyste lui-même s’il fait le choix d’une approche normative) peuvent s’appuyer sur les nombreux travaux portant sur l’argumentation comparative ou analogique.

Cette argumentation tient également de l’argumentation au cas par cas, où une propriété consensuellement associée à un cas est transférée à un autre. La justification de ce transfert est une catégorisation commune (ce sont en fait deux instanciations de la même catégorie). On penchera vers une analyse du précédent comme argumentation au cas par cas si l’on reconstruit le mouvement sous-jacent, et qui reste le plus souvent implicite, comme impliquant une généralisation passée sous silence à partir du phore (induction), puis un deuxième mouvement particularisant permettant de tirer une conclusion concernant le thème (déduction).

La spécificité de l’ensemble des procédés argumentatifs envisagés ici, par rapport à la catégorie générale de l’argumentation comparative ou de l’argumentation au cas par cas, tient à la temporalité qu’elle mobilise : le cas pris comme phore est antérieur au cas-thème. On verra que cette temporalité peut être plus ou moins centrale dans l’argumentation.

Orientation argumentative du parallèle

L’examen des différentes formes que peut prendre cette structure argumentative générale amène à distinguer plusieurs cas de figure, selon l’orientation argumentative conférée au parallèle entre le phore et le thème :

(1) Le phore a fait l’objet d’un jugement, d’une évaluation ou d’une décision qu’il s’agit de transférer tel quel sur le thème : « Dans le cas C0, on a agi de telle façon ; C0 et C1 présentent des similarités importantes ; il faut donc agir dans le cas de C1 de la même façon ». Le phore fait office de modèle. On est proche de la notion de « précédent » telle qu’elle est formulée dans la plupart des théories de l’argumentation, en conformité avec la notion juridique de précédent : des cas relevant de la même catégorie (que cette catégorie soit définie par des critères juridiques ou autres) doivent recevoir le même traitement. Une telle argumentation met en jeu la règle de justice et constitue une forme d’argumentation a pari. La dimension temporelle y est finalement assez anecdotique ; il se trouve que C0 est antérieur à C1, mais cette antériorité n’est pas centrale ni fonctionnellement pertinente ; elle est juste « de fait ». Comme le souligne Perelman à diverses reprises, une argumentation de ce type joue en faveur du principe d’inertie. (= Précédent1)

(2) Le phore fait l’objet d’un jugement négatif, et fonctionne en fait comme un anti-modèle, qu’il s’agit de ne pas reproduire. C0 est vu comme une « erreur du passé », manifestant au mieux un « dysfonctionnement », au pire, une « catastrophe », dont il s’agit d’éviter la reproduction. Le jugement ou la ligne d’action concernant C1 doit donc prendre, d’une manière ou d’une autre, le contrepied de C0. On est alors proche du terme de « précédent » tel qu’il est le plus souvent utilisé par les locuteurs ordinaires : « souvenez-vous du précédent de X ! » est une invitation à « tirer des leçons de l’histoire », et à « ne pas reproduire les erreurs du passé ». A l’inverse du cas envisagé en (1), cette argumentation invite à la révision des procédures de jugement et d’action. (= Précédent2)

Ainsi, lors de la conférence de citoyens organisée par la région Ile de France sur les nanotechnologies, un citoyen interpelle les experts en posant la nécessité d’une meilleure information sur les risques liés aux nanotechnologies. Guy Paillotin lui oppose la réponse suivante :

faut-il informer le citoyen de tout (.) vous savez euh c’était p’t’être pas très malin d’annoncer/ euh que la grippe aviaire allait s’transformer en grippe humaine/ et tuer tout l’monde/ parce que ça (.) ça a créé des ravages pour euh : pour rien donc (.) y a des questions d’éthique sur l’information/ c’est clair/ (.)

Pour juger de l’opportunité des mesures à prendre dans le domaine des nanotechnologies, Paillotin évoque la crise de la grippe aviaire comme phore ; il pose un jugement négatif sur les mesures d’information de la population sur les risques potentiels pris à l’époque, et érige donc C0 (la gestion de la grippe aviaire par les pouvoirs publics) en anti-modèle. La conclusion implicite est un positionnement pour le moins réservé sur l’affichage public et non raisonné des risques liés aux nanotechnologies.

De façon plus spectaculaire encore, l’association Les Amis de la Terre invite à « tirer les leçons » des erreurs commises dans le domaine de l’amiante, du DDT ou des PCB pour la gestion à venir des nanomatériaux :

Des produits « miracles », nous en avons vus ! Ne serait-ce que l’amiante, le DDT, les PCB et encore la liste ne s’arrête pas là ! À voir l’incapacité de nos gouvernements à prendre au sérieux les premiers avertissements concernant les nanomatériaux, on peut penser qu’ils n’ont tiré aucune leçon de cette longue liste de désastres ! (« Nanomaterials, Sunscreens and Cosmetics : Small Ingredients, Big Risks », Rapport disponible sur le site des Amis de la Terre)

La dénonciation de l’incapacité de « nos gouvernements » à apprendre du passé est aggravée par l’énumération des précédents (DDT, amiante, PCB et « la liste ne s’arrête pas là ») (reprise plus loin par l’expression « longue liste de désastres », qui ne laisse aucun doute sur l’évaluation dont C0 fait l’objet), et par l’allusion à des événements qui auraient dû être lus, dans leur dimension temporelle et indiciaire, comme des « avertissements » et n’ont pas été « pris au sérieux ».

(3)   Enfin, le rapprochement entre C0 et C1 peut être, de façon plus modeste, une stratégie pour évaluer la plausibilité d’une interprétation de C1 ou d’un développement prévisible. L’argumentation est alors du type : « on sait que C0 s’est produit / a été le cas ; or, C1 présente telles et telles caractéristiques communes avec C0 ; il est donc possible que C0 doive être compris comme C1, ou évolue selon un scénario proche de ce qu’on a observé avec C0. » L’orientation argumentative du parallèle est qualifiée ici de « plus modeste » dans le sens où ce n’est pas l’évaluation de l’événement-thème qui est en jeu, ni la préconisation de mesures découlant de cette évaluation, mais l’évaluation de la possibilité même qu’il advienne. De telles argumentations peuvent être marquées par des commentaires du type « ce n’est pas de la science-fiction, ça s’est déjà vu ! / il y a des précédents ! ». (= Précédent3)

C’est ainsi que nous comprenons l’exemple suivant, tiré des cahiers d’acteurs élaborés dans le cadre du débat organisé par la CNDP sur le développement et l’application des nanotechnologies fin 2009 :

Les nanotechnologies regroupent l’ensemble des technologies permettant de construire et contrôler des objets à l’échelle du nanomètre soit 1 milliardième de mètre. Dans wikipédia, il est précisé que « le nanomètre est utilisé pour mesurer les longueurs d’ondes comprises entre l’infrarouge et l’ultraviolet, et la finesse de gravure d’un Microprocesseur ». Les premiers secteurs utilisateurs sont ceux de l’électronique et de la médecine, mais l’ensemble des secteurs de production de biens et de services seront concernés demain comme ils le sont aujourd’hui par l’informatique. CFE-CGC

L’informatique est proposé comme phore, et ce qu’on connaît de son évolution (comme domaine technologique qui ne concernait au départ que quelques applications mais qui a envahi la vie quotidienne) est transféré aux nanotechnologies : c’est arrivé pour l’informatique, c’est ce qui arrivera pour les nanotechnologies. L’évolution des nanotechnologies qui est évoquée, telle qu’elle est formulée ici en tout cas, n’est présentée comme ni bonne, ni mauvaise : c’est juste la plausibilité de son avènement qui est renforcée par le parallèle avec l’informatique.

En (2) comme en (3), la dimension temporelle de l’argumentation est fondamentale : le passé, par définition, est actualisé, de l’ordre des faits ; le parallèle sert, en (3), à faire des hypothèses sur ce qui risque d’advenir, et en (2), à transférer un jugement du phore au thème afin de décider d’une ligne d’action. Dans tous les cas, l’argumentation suppose une forme de scénarisation du futur : le parallèle étaye l’élaboration de scénarios dont la plausibilité est construite discursivement, et qui sont irrémédiablement aspirés par une opération d’évaluation : il ne suffit pas de dire qu’un scénario est plausible ou pas, encore faut-il se prononcer sur son caractère désirable ou non, et selon ce jugement, prôner des actions visant à en favoriser ou à en bloquer l’avènement :

Plusieurs exemples récents (biotechnologies et OGM, traitement du SIDA, industrie du logiciel) nous rappellent que le développement d’innovations s’accompagne bien souvent de l’instauration de monopoles. Une ou quelques firmes se trouvent alors seules détentrices d’un procédé, protégé par un brevet et qu’elles valorisent comme bon leur semble. De telles situations peuvent conduire par exemple à priver certaines populations d’un traitement vendu trop cher ou à freiner le développement de nouvelles recherches. On est alors très loin de l’idée d’un progrès bénéficiant au plus grand nombre et accessible à tous. La CLCV recommande donc que des mesures soient prises pour prévenir l’émergence de monopoles autour des nanotechnologies. (Cahiers d’acteurs, CLCV)

La référence aux cas des « biotechnologies et OGM, traitement du sida, industrie du logiciel » a pour fonction première d’étayer l’assertion selon laquelle « le développement d’innovations s’accompagne bien souvent de l’instauration de monopoles », par le biais d’une argumentation par l’exemple. Les nanotechnologies relevant de la catégorie « développement d’innovations », l’avènement d’un monopole associé est ainsi présenté comme plausible (C0), sur la base des précédents invoqués (C1). Mais cette argumentation ne prend réellement sens qu’avec l’argument pragmatique associé (« de telles situations peuvent conduire par exemple à priver certaines populations d’un traitement vendu trop cher… »), qui associe les conséquences d’une situation de monopole à un jugement négatif, porté notamment par des choix lexicaux (« priver », « trop ») ; et c’est la conjonction de ces deux argumentations (avènement d’un monopole dans le domaine des nanotechnologies est plausible, cet événement prévisible n’est pas souhaitable) qui justifie la recommandation de mesures visant à empêcher l’

ment de C1.

Différentes saisies sur l’axe temporel

On notera enfin que le parallèle entre les deux événements/situations peut se faire en différents points de « saisie » sur l’axe du temps.

Les deux cas les plus fréquents correspondent aux exemples qu’on a évoqués ci-dessus. Dans ces deux cas, l’événement-phore est antérieur au moment de l’énonciation. Ce dernier peut coïncider, grosso modo, avec le temps de l’énonciation :

Dans ce premier cas, il s’agit de juger de C1 sur la base de C0 (en conformité : Précédent1, ou par opposition : Précédent2), la décision appliquée à C0 ayant bien sûr des incidences sur le futur.

Dans le deuxième cas, C1 n’est pas encore advenu :

Il convient alors, soit d’éviter qu’il advienne, soit à l’inverse d’en favoriser l’avènement (selon le jugement que l’on porte sur C0). Le cas évoqué plus haut où il s’agit avant tout d’évaluer la probabilité d’occurrence d’un événement (Précédent3) correspond aussi à ce deuxième cas de figure.

Lors de la conférence de citoyens organisée par la région Ile de France sur les nanotechnologies (janvier 2007), la citoyenne Shérazade, après l’évocation par un expert du rôle des lobbys industriels dans le scandale de l’amiante, enchaîne :

Shérazade : ouais mais (…) mm moi/ ça fait peur/ parce que j’ai l’impression qu’on va sur le même chemin que l’amiante/ (.) c’est-à-dire que on connaît la toxicité : des produits/ (..) et ::: dans dix ans ou quinze ans/ on va s’rend’ compte que ya des personnes qui meurent parce que euh : (.) des nanoparticules : se sont diffusées (.) et ont causé des maladies d’l’in- dans leur corps/ (.) et euh on en revient/ (.)

Le parallèle posé par Shérazade entre l’histoire de l’amiante et le développement prévisible des nanotechnologies amène à des constructions temporelles extrêmement complexes, avec :

  • une utilisation du présent (« on connaît la toxicité des produits ») renvoyant à la situation d’énonciation et au stade actuel de développement des nanotechnologies, ou à C0 (le présent serait alors à interpréter comme un présent dit de narration) ; le second présent (y a des personnes qui meurent) renvoie en réalité à un futur situé « dans dix ou quinze ans », et crée un « effet de réel » autour de ce qui n’est qu’un scénario possible envisagé sur la base du précédent avec l’amiante ;
  • une utilisation du futur (« on va s’rendre compte »), renvoyant au développement prévisible du dossier « nanotechnologies » (C1), ou au dossier de l’amiante (C0) envisagé en un point avancé de son évolution et raconté par l’artifice d’un trope temporel faisant de C0 le point de référence de l’énonciation ;
  • une utilisation du passé situant le locuteur dans l’hypothèse d’un futur prévu et advenu, dans lequel les nanotechnologies, comme l’amiante, auraient « mal tourné » ; le locuteur, de ce futur advenu, se tournerait vers le passé et constaterait que « des nanoparticules se sont diffusées et ont causé des maladies » ; cet énoncé renvoie implicitement à C0, puisque dans le dossier de l’amiante, des microparticules « se sont diffusées et ont causé des maladies ».

Le point de saisie de l’énonciation peut aussi se situer au moment même de l’avènement de E0, qui est institué discursivement en point de rupture entre un « avant » et un « après » (notamment par l’utilisation de l’adverbe « désormais »), et dont le surgissement est contemporain de son érection en « précédent » : maintenant que E0 a eu lieu, tout jugement ultérieur sur une situation analogue devra nécessairement tenir compte de E0 (pour s’aligner sur lui ou s’en distinguer).

On mentionnera encore un dernier cas de figure qui, bien qu’il soit relativement rare, témoigne de la complexité des liens construits discursivement entre les événements qui jalonnent les débats : c’est le cas où un événement non encore advenu est envisagé du point de vue du précédent qu’il serait susceptible de constituer s’il advenait.

Il n’est pas certain que ces argumentations relèvent du cas de figure envisagé ici : il n’est pas question de conclure, de C0 à C1, mais d’anticiper sur de telles argumentations, que l’avènement de C0 rendrait possibles, pour trancher sur le caractère souhaitable ou non de C0.

C’est typiquement le raisonnement qui sous-tend une variante de l’argument de direction, où l’on refuse d’entériner une décision non parce qu’elle serait en elle-même contestable, mais parce qu’elle risquerait de servir de précédent (au sens de Précédent1) sur la base duquel d’autres décisions, contestables cette fois-ci, seraient prises. Bien que le cas ne soit, à notre connaissance, jamais envisagé, rien n’interdit à l’argument de direction d’être utilisé en faveur de la réalisation de C0, dont l’avènement est d’autant plus souhaitable qu’il est susceptible de faire « jurisprudence », et ainsi de contribuer à « assurer l’avenir » d’une cause.

La nature du précédent et le statut de son évaluation

L’analyse des alertes et des controverses développée depuis le milieu des années 1990 et enrichie depuis à travers le concept de « balistique sociologique »11, porte à regarder les types de précédents invoqués par les acteurs : Hiroshima, l’agent orange au Vietnam, Seveso, Tchernobyl, l’affaire du sang contaminé, plus récemment l’amiante et bien d‘autres catastrophes, crises ou scandales, servent quasi systématiquement d’appui aux acteurs pour appuyer leurs argumentations et construire des relations d’équivalence ou d’analogie entre des événements ou des processus..

Pour reprendre les cas de figure envisagés ci-dessus, on voit bien que, selon le moment de saisie du parallèle entre C0 et C1 et selon la spécificité de l’événement érigé en phore :

  • le jugement porté sur C0 peut constituer un acquis, un objet d’accord entre les partenaires de l’argumentation. L’argumentation renvoie directement à un événement fondateur ou reconfigurateur dont la puissance d’ « impression » n’est plus remise en cause – sauf par des négateurs12. Ex TMI, Bhopal, Tchernobyl, 11 septembre, AZF etc …
  • le jugement porté sur C0 (et, à partir de lui, sur toutes les événements ultérieurs « analogues » C1…Cn) peut constituer un enjeu même de l’argumentation.

Cette caractérisation des formes de recours au précédent permet d’intégrer de multiples variations allant du  retour en arrière visant le rafraîchissement de la mémoire des lecteurs ou des auditeurs : « il y a déjà eu… », « souvenez-vous », « déjà, en [ANNEE] … », jusqu’au précédent qui s’énonce et se crée dans le mouvement même de saisie ou de prise en charge d’événements ou d’actions : « c’est une première », « pour la première fois », « du jamais vu » …, et bien sûr le précédent annoncé  pour le futur : ce sera la première fois que ; si cela se produisait ce serait la pire catastrophe de l’histoire / la plus grande victoire … « le jour où » … Les opérations argumentatives qui soutiennent ces références à des précédents, advenus ou potentiels, permettent d’accéder aux types de construction des relations entre futur, présent et passé développées – ou contestées – par les protagonistes. Cela permet ainsi de repérer les modes d’articulation entre argumentation et faculté d’action, comme lorsqu’il s’agit d’éviter la répétition du passé ou de d’empêcher la création d’un précédent – ce qui est au cœur de l’agir stratégique suscité par les affaires et les controverses.

L’exploration et l’analyse des formes du précédent dans les grands corpus évolutifs

Les corpus accumulés sur la longue durée et suivis avec Prospéro sont de ce point de vue riches en figures de toutes sortes, au point qu’une catégorie de marqueurs intitulée « Précédents » a très tôt été créée. Avec le recul cette classe de marqueurs mérite une réflexion critique et une respécification, dont cette courte contribution est un point de départ .Mais on peut noter deux autres procédés tout aussi pertinents :

  • le recours à des collections d’événements marquants, liés à l’histoire générale, à l’histoire des affaires et des catastrophes ou à l’histoire plus spécifique de chaque dossier (par exemple la série des incidents ou accidents marquants dans le nucléaire) ;
  • l’utilisation de classes de formules permettant de repérer l’usage des différentes figures du précédent.


Une séquence d’exploration des marqueurs de Précédent sous Prospéro

Les collections permettent facilement de repérer les grands précédents utilisés par les acteurs. Ainsi, dans le seul débat sur les nanotechnologies, on compte parmi les événements ou situations servant de base à des argumentations par le précédent1,2,3 des dossiers comme les OGM (ou les biotechnologies), l’amiante, le traitement du SIDA, l’industrie du logiciel et l’informatique, le nucléaire, l’agent orange, la grippe aviaire, le DDT (ou plus généralement les pesticides), ou encore les PCB.

L’usage d’une classe de formules élémentaire (voir le billet précédent sur les formules) permet par ailleurs de faire remonter toute une liste d’événements importants ou majeurs pour les auteurs-acteurs. Ainsi dans le dossier nucléaire, si l’on utilise les formes « accident » et « affaire » comme pivots on obtient :

accident de Tchernobyl 499 affaire Radiacontrôle 5
accident de Three Mile Island 74 affaire Tricastin 4
accident de Tokaimura 21 affaire Tchernobyl 4
accident de Kychtym 9 affaire Socatri 3
accident de Windscale 8 affaire Nikitine 3
accident de TMI 7 affaire Viel 2
accident de Harrisburg 5 affaire Tepco 2
accident de Socatri 5 affaire Bayard 2
accident de Seveso 3 affaire Bandajevsky 2
accident de Forbach 2 affaire EPR 1
accident de Goiania 2 affaire EDF 1
accident de JCO 1 affaire Esso 1
accident de Kiev 1 affaire Majoni 1
accident de Samut 1 affaire Mamère 1
accident de Tokai 1 affaire Kerviel 1
accident de Vinca 1 affaire Souleau 1
accident de Tomsk 1 affaire Plogoff 1
accident de Monju 1 affaire Pellerin 1
accident de Juarez 1 affaire Lemonier 1
accident de Sandoz 1 affaire Carignon 1
accident de Feyzin 1 affaire Concorde 1
accident de Mihama 1 affaire Brennilis 1
accident de Kyshtym 1 affaire Millstone 1
accident de Saintes 1 affaire Windscale 1
accident de Toulouse 1 affaire Greenpeace 1
accident de Tricastin 1 affaire Superphénix 1
accident de Shevchenko 1
accident de Sosnovy-Bor 1
accident de Saint-Laurent 1

Outre les listes d’événements déjà répertoriés et les formules élémentaires pointant sur des événements majeurs, on peut également utiliser la catégorie de marqueurs dédiée aux précédents, lesquels permettent d’attraper des séquences moins directement visibles dans les grandes structures du corpus. Deux exemples :

La présence de grandes quantités de plutonium en un même lieu peut engendrer un « accident de criticité », c’est-à-dire une explosion de type bombe atomique. L’ASN ne s’y est pas trompé en ordonnant au CEA d’arrêter immédiatement les opérations de démantèlement et en qualifiant le risque , pour la première fois dans ce domaine, de « grave et imminent ». Les Verts, 15/10/2009

Pour la première fois dans l’évaluation officielle française d’un OGM , le comité de préfiguration a refusé de limiter son travail à la santé et l’environnement sauvage pour s’intéresser aussi à l’impact sur les productions agricoles sans OGM, suivant en cela les recommandations du Conseil européen de l’environnement du 18 décembre 2006 encourageant les états à « prendre plus en compte les structures agricoles et les écosystèmes régionaux ». Amis de la Terre, 11/01/2008

Enfin, une autre technique possible consiste à élaborer des classes de formules encore plus fines, transposables sur de multiples corpus, afin de s’affranchir encore plus radicalement de la seule dimension lexicale.

Soit la formule

comme /T=1 /CF=MARQ_INT /T=4 /ENTITE /T=3 en /T=3 /NBRE

où MARQ_INT contient une liste de mot-outils comme : à, au, dans, celui, celle …


Même si l’on aura nécessairement un peu de bruit lors de l’application de ce genre de formules, on voit qu’il est possible de se doter d’outils d’exploration capables de compléter les classes d’objets déjà répertoriés, en installant des protocoles plus dynamiques qui permettent de faire parler les énoncés et les textes.

Un point qui n’a pas été examiné en détail ici et qui est pourtant décisif pour une analyse des précédents, et plus généralement des rapports entre événement et argumentation, est celui de la mise en série. Si le précédent peut être utilisé, pensé, analysé à partir d’une simple paire d’événements, dans la plupart des dossiers marqués par des configurations critiques, les protagonistes élaborent ou mobilisent des séries, comme le montre le tableau ci-dessus à propos des accidents ou des affaires. Une des formes de manifestation dominante des séries est l’énumération, forme que l’on peut étudier avec des formules ad hoc et qui révèlent également des propriétés marquantes des controverses et des conflits.

Au total, ce que montrent ces quelques paragraphes consacrés à l’usage des précédents, c’est la fécondité d’une articulation de la sociologie des controverses, de l’analyse argumentative et de la socio-informatique des corpus. Ce faisant, on crée un point d’appui disponible pour d’autres dans d’autres contextes d’enquête tout en enrichissant le répertoire des figures argumentatives communément utilisées dans les analyses de controverses.

  1. Voir C. Perelman, « De la temporalité comme caractère de l’argumentation », Rhétoriques, 1989, 437-467 ; F. Chateauraynaud et M. Doury, ‘Désormais…’ Essai sur les fonctions argumentatives d’un marqueur de rupture temporelle, Argumentation et Analyse du Discours, n° 4, 2009. []
  2. Voir P. Cézanne-Bert et F. Chateauraynaud, « The argumentative trajectory of reversibility in radioactive waste management », in Luis Apparicio (ed), Making nuclear waste governable, Springer / Andra, 2010, 71-99. []
  3. Voir le cas des débats et des polémiques suscités par le changement climatique. []
  4. Valérie Robert, « Polémiques entre intellectuels : pratiques et fonctions », Robert, Valérie (éd.). Intellectuels et polémiques dans l’espace germanophone, Paris, Publications de l’Institut d’Allemand, Université de la Sorbonne Nouvelle, 2003, 11-59 []
  5. Christian Plantin, « Des polémistes aux polémiqueurs », Declercq, Gilles, Michel Murat & Jacqueline Dangel (éds). La parole polémique, Paris, Champion, 2003, 377-408. []
  6. F. Chateauraynaud et D. Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions de l’EHESS, 1999. []
  7. Francis Chateauraynaud, « Nanosciences et technoprophéties. Le nanomonde dans la matrice des futurs », Paris, Document du GSPR, 2005. []
  8. Perelman & Olbrechts-Tyteca, Traité de l’argumentation : La nouvelle rhétorique, Paris, Presses Universitaires de France, 1988 (1958), 357-8. []
  9. Aristote, Rhétorique, livre I chap. 3. []
  10. A. O. Hirschman, The Rhetoric of Reaction: Perversity, Futility, Jeopardy. Cambridge (MA), Harvard University Press, 1991. []
  11. F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Editions Pétra, 2011. []
  12. Sur la notion de « négateurs », voir le billet consacré à la polémique déclenchée par le climatoscepticisme ainsi que le numéro des Cahiers de Global Chance paru en janvier 2011 []

4 réflexions au sujet de « La portée des précédents. Evénements marquants et procédés argumentatifs »

  1. Jacques_B

    Texte qui donne beaucoup à réfléchir sur nos usages des précédents.
    Je viens de lire ça par exemple sur le site du Figaro, avec une double figure : l’événement inédit en train de se réaliser, créant donc un précédent, et le grand précédent qui fait peur :

    « Marine Le Pen (FN) arriverait en tête au premier tour de l'élection présidentielle, devant Nicolas Sarkozy et le candidat du PS qui seraient au coude à coude, selon un sondage Harris Interactive pour Le Parisien à paraître dimanche. Les résultats de ce sondage ne devraient rendus publics qu'en fin d'après-midi mais selon BFMTV, qui cite le quotidien, Marine Le Pen obtiendrait 23% et Nicolas Sarkozy 21%.

    C’est la première fois dans une étude sur les intentions de vote pour la présidentielle que la présidente du Front national est donnée qualifiée pour le second tour. Depuis plusieurs semaines, des voix à droite comme à gauche mettent en avant le risque d’une réédition du 21 avril 2002 , où Lionel Jospin avait été éliminé au premier tour, laissant Jacques Chirac et Jean-Marie Le Pen s’affronter au second. »

  2. FC

    Question précédent nous sommes malheureusement servis ces jours-ci, avec l’enchaînement catastrophique séisme – tsunami et accident nucléaire au Japon, à Fukushima.

    « Des experts américains redoutent un Tchernobyl au Japon » titre Le Monde du 13 mars – le même quotidien était plus mou et réservé la veille … mais comme il lui faut un haut niveau d’objectivité pour réagir …

    On y lit ainsi :

    « Utiliser de l’eau de mer pour refroidir un réacteur nucléaire comme le font les Japonais dans leur centrale de Fukushima endommagée par le méga-séisme de vendredi est « un acte de désespoir » qui évoque la catastrophe de Tchernobyl, selon des spécialistes américains de l’atome. »

    Ce qui est notable également c’est comment la crise encore aussi chaude que les coeurs nucléaires, on pense déjà et surtout au futur de la filière – il est vrai que les images qui ont circulé sur la Toile n’auront pas de mal à s’inscrire dans la « mémoire collective » :

    « Plusieurs experts, parlant aux journalistes par audio-conférence, prévoient aussi que cet accident nucléaire pourrait affecter la relance de cette filière énergétique dans plusieurs pays. « La situation est devenu tellement critique qu’ils n’ont, semble-t-il, plus la capacité de faire venir de l’eau douce pour refroidir le réacteur et le stabiliser et maintenant, en désespoir de cause, ils doivent recourir à l’eau de mer », a estimé Robert Alvarez, spécialiste du désarmement nucléaire à l’Institute for Policy Studies de Washington. »

    La comparaison s’opère ainsi entre les deux événements catastrophiques de référence pour la filière :

    « Les réacteurs de Fukushima ont été arrêtés mais le coeur du réacteur peut fusionner s’il n’est pas refroidi et commencer à couler au fond de l’enceinte de confinement. « La structure de confinement dans cette centrale est certainement plus solide qu’à Tchernobyl mais bien moins qu’à Three Mile Island, donc seul l’avenir le dira », a-t-il déclaré, faisant allusion aux deux plus graves accidents nucléaires, ceux 1986 Tchernobyl (Ukraine) en 1986 et de Three Mile Island (Pennsylvanie, Etats-Unis) en 1979. »

    Mais l’hypothèse Tchernobyl n’est pas écartée, loin de là :

    « A ce stade, on fait face à une situation semblable à celle de Tchernobyl, où on commence à déverser du sable et du ciment » pour recouvrir le réacteur en fusion, estime Peter Bradford, ancien directeur de la Commission de surveillance nucléaire américaine. « Si cela continue, s’ils ne reprenne pas le contrôle de tout cela, on va passer d’une fusion partielle du coeur (du réacteur) à une fusion complète. Ca sera le désastre total », a déclaré pour sa part Joseph Cirincione, chef du Ploughshares Fund, lors d’une interview sur CNN. Joseph Cirincione a reproché aux autorités japonaises de fournir des informations partielles et contradictoires sur la situation dans la centrale. »

    Sans entrer ici dans une discussion « technique », ni amorcer une prophétie de malheur, il faut mentionner le fait que de multiples sources indiquent que l’on a trouvé du Césium après le relâchement de vapeur – afin d’éviter le pire – et que cela marque le processus de fusion – sans doute partiel – du coeur du réacteur. Cela se produit notamment quand les barres de combustible ont été sorties de l’eau faute d’alimentation du système de refroidissement, commençant à brûler … d’où la libération de césium dans l’atmosphère.

    Il y a les discours, les récits et les argumentations, etc mais aussi des événements et des processus dans le monde physique et sensible… Entre les deux il y a les agencements et les dispositifs, les objets et les instruments de mesure … Dans ce genre de crise, on observe surtout l’activation de multiples opérateurs de factualité visant à organiser des noyaux de faits tangibles permettant de traiter les incertitudes et les inconnus. Les précédents servent à la fois de guides cognitifs – techniquement on est dans telle situation qui ressemble à X – et politique – si on est dans le cas X ou si c’est pire que X etc …
    Inutile de dire que le corpus nucléaire suivi par la bande Tirésias-Prospéro-Marlowe a lui aussi explosé ces derniers jours… Un billet reviendra sur ce que produit ce genre de basculement sur la conception des corpus au long cours…
    FC

  3. Ping : La politique climatique en Belgique | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.