D’incomparables façons de comparer. Comment confronter des corpus hétérogènes avec des outils sémantiques …

Francis Chateauraynaud

Lors d’un séminaire récent, nous avons examiné collectivement les stratégies disponibles pour comparer des corpus comme ceux des pesticides et des OGM1. Deux approches se sont révélées particulièrement fécondes :

  • l’entrée par les opérations de comparaison effectuées par les auteurs-acteurs eux-mêmes (en l’occurrence les différentes manières de mettre en rapport les OGM et les pesticides) ;
  • l’analyse du profil d’une même entité ou classe d’entités dans les corpus comparés, comme par exemple la place de la filière « bio » dans les jeux d’acteurs et d’arguments.

Dans ce nouveau billet, je souhaite prolonger la discussion et l’examen des stratégies utilisables, en exposant la procédure suivie en vue de la rédaction d’un texte présenté dans un workshop consacré aux questions de santé-environnement vues à travers des enjeux métrologiques comme les faibles doses, les CMR et autres valeurs limites d’exposition.

Pour préparer cette contribution, j’ai été conduit à comparer 13 corpus de facture assez différente. Bien sûr, tous ces corpus ont au moins un point commun : ils accordent une place centrale aux controverses relatives à la santé et à l’environnement, comme dans les cas de l’amiante, de la radioactivité, des nanoparticules, des éthers de glycol ou encore des polémiques liées à la charte de l’environnement2 … Cependant, chacun de ces corpus a été construit selon une logique d’enquête différente : un suivi de long terme (comme le dossier nucléaire étudié depuis près de 15 ans) ;  une commande (les pesticides ou les ondes électromagnétiques dans le cadre d’une convention avec l’Afsset ; un questionnement déterminé (la production de la charte de l’environnement ou le dossier du Gaucho, autour de la question du principe de précaution) ; un processus automatisé ou semi-automatisé, comme dans le cas des fils environnement-santé utilisés par Marlowe pour composer ses chroniques3.

Tableau des corpus étudiés
Corpus Dates Nb txt Nb pages
Alertes varia 21/06/2005 – 02/01/2010 399 774
Amiante 23/09/1971 – 14/12/2009 1104 6230
Benzène 01/04/1974 – 08/01/2007 241 923
Bisphenol A 28/04/2000 – 13/11/2009 401 731
charte environnement 03/05/2001 – 28/02/2006 171 894
Ethers de Glycol 04/10/1997 – 13/07/2006 269 505
Gaucho 01/06/1991 – 22/02/2008 297 2466
JDLE 11/10/2004 – 23/12/2009 2663 3313
Nanomatériaux 21/12/2001 – 28/10/2009 354 3153
Nucléaire 06/08/1945 – 16/12/2009 3215 14285
OGM 09/07/1987 – 08/07/2009 10233 19930
Pesticides 23/11/1976 – 14/11/2009 7908 13236
Téléphonie 15/05/1989 – 14/12/2009 4421 10464
31676 76904

Pour tester des hypothèses sur le récent processus de convergence argumentative de la problématique des faibles doses et de celle des CMR, j’ai procédé de la manière suivante : après exploration d’une courte sélection de documents choisis dans les corpus les plus typiques a priori, à l’aide de classes de formules, j’ai construit un ensemble de variantes déposées dans des Etres-Fictifs afin de couvrir les formes utilisées dans les textes.

Tableau des Etres-Fictifs CMR@ et FAIBLES-DOSES@
CMR@ 489 FAIBLES-DOSES@ 1621
CMR 313 faibles doses 997
cancérogènes,mutagènes etcreprotoxiques 26 faible dose 219
cancérogènes,mutagènes ou toxiques 23 faibles niveaux d’exposition 179
cancérogènes,mutagènes et toxiques 18 doses faibles 49
cancérigènes,mutagènes et reprotoxiques 12 relation linéaire sans seuil 47
cancérogènes,mutagènes ou reprotoxiques 12 doses très faibles 45
substances cancérogènes,mutagènes et toxiques pour la reproduction 11 faibles expositions 36
substances cancérogènes,mutagènes et reprotoxiques 10 faibles débits de dose 12
substances cancérigènes,mutagènes et toxiques pour la reproduction 9 FAIBLES DOSES 8
cancérigènes,mutagènes et toxiques 7 dose faible 5
cancérogènes,mutagènes,toxiques pour la reproduction 7 Faibles doses 5
cancérogène,mutagène ou reprotoxique 6 faible débit de dose 5
CMR3 4 faibles irradiations 5
cancérigènes,mutagènes ou reprotoxiques 4 doses minimes 2
Cancérogènes,Mutagènes et Reprotoxiques 4 faibles niveaux de radiations 2
CMR2 3 doses sont trop minimes 1
CMR1 3 faibles débits de doses 1
Cmr 2 faibles valeurs de dose 1
cancérigène et mutagène 1 relations linéaires sans seuil 1
cancérogènes et tératogènes 1 expositions internes chroniques à faible niveau 1

NB on remarque que ces listes contiennent à la fois des variations graphiques mais aussi des expressions assez différentes et dont les nuances peuvent avoir une importance selon les chemins interprétatifs.

En projetant ces entités composées sur l’ensemble des corpus, on obtient la série des textes contenant au moins l’un des objets – soit un sous-corpus de 1048 documents sur les 31676 disponibles au départ. Voilà au moins qui permet de sérier l’information pertinente ! J’ai ensuite activé le dispositif nommé « explorateur interne » dans Prospéro I, de façon à retrouver tous les documents contenant expressément les deux éléments.

Image écran du résultat fourni par l’explorateur interne appelé aussi « anti-Google »

Image écran du résultat fourni par l’explorateur interne appelé aussi « anti-Google »

(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Jusque là,  cet appareillage peut donner l’impression d’être une version locale de moteur de recherche, aussi alternatif qu’alambiqué, tournant sur une base de données particulière4. En réalité la disponibilité de cet explorateur à côté d’outils socio-sémantiques élève considérablement son degré de pertinence pour le travail d’enquête sur les corpus. Mais les questions que je souhaite poser dans ce billet sont plutôt celles-ci : comment interpréter adéquatement le résultat obtenu, à savoir la courte sélection de textes produite par le processus d’exploration adopté ? Et en quoi ce tableau est-il un bon opérateur de comparaison ?

Quatre procédés interprétatifs me paraissent intéressants à développer et discuter :

  • (a) Situer les textes par rapport au profil temporel des objets dont on éprouve le rapprochement ;
  • (b) regarder le profil des auteurs-acteurs et des supports qui tendent à se dégager ;
  • (c) comparer systématiquement les réseaux des objets en question et leurs évolutions ;
  • (d) demander au logiciel Marlowe ce qu’il peut en dire …

(a) Le profil temporel d’une entité correspond tout simplement à son déploiement en nombre d’occurrences ou nombre de textes au fil du temps. Dans le graphique ci-dessous, on constate que la probabilité de rencontre des deux problématiques (faibles doses et CMR) va crescendo à partir des années 2003-2004. Les textes sélectionnés par l’explorateur (voir supra) étant classés par ordre chronologique, les dates corroborent  l’idée d’une configuration favorable au rapprochement des deux séries ! Est-ce pour autant une preuve de la nouveauté du rapprochement ?

Profil temporel sur l'ensemble des corpus. En noir les faibles doses ; en rouge les CMR

Profil temporel sur l'ensemble des corpus. En noir les faibles doses ; en rouge les CMR

(b) Si l’on demande à Prospéro de trier les textes sélectionnés par l’explorateur selon la liste des auteurs-acteurs ou selon le type de dossier en jeu, on voit s’imposer le Réseau Environnement Santé et le dossier du Bisphénol A – voilà qui est intéressant puisque ce dossier rebondit précisément dans l’actualité5 !

(c) On peut également comparer les réseaux respectifs des objets étudiés. Sous Prospéro la comparaison des réseaux  est une opération interprétative délicate dans la mesure où la notion de réseau utilisée fait appel à une métrologie assez particulière qui n’est pas fondée sur de simples co-occurrences mais sur le découpage des textes en énoncés – lesquels sont par définition à géométrie variable. Il faut donc suffisamment de «  puissance statistique » pour trancher sur l’identité ou la différence radicale des réseaux. En l’occurrence, la comparaison montre que les entités en question sont plongées dans des  configurations socio-discursives différentes, ce qui tient largement à leurs trajectoires socio-historiques, dont les corpus portent la trace.

Réseau cumulé de « faibles doses » (tête de réseau n=35)
risque@ 860 Déploiement de conséquences 1539
effets 812 Logique de seuil 1367
RADIOACTIVITE@ 773 Rhétorique scientifique 1036
DOSE@ 582 Logique sanitaire 558
exposition 547 Approche Epidémiologique 391
LE-CANCER@ 543 Crises et Catastrophes 353
stations 540 Raisonnement statistique 304
Santé 434 Mode de preuve expérimentale 256
étude@ 400 Contamination/Transmission 254
POPULATION-GENERALE@ 389 Espace de calcul 237
effet 346 Gestion des risques 198
hypothèse 326 Rhétorique du changement 198
RIVERAINS@ 288 Contrôle et Vérification 194
relais 261 Prospective 177
champs électromagnétiques 248 Logique de décision et d’action 143
AMIANTE@ 238 Génétique 132
connaissances scientifiques 236 Métalangage et distance théorique 131
LA-PLANETE@ 234 Dispositifs gestionnaires 126
expositions 220 Etats critiques et Défaillances 122
irradiation 219 Logique-d-alarme 121
PESTICIDES@ 190 Opinion/Communication 120
LE-NUCLEAIRE@ 179 Régime de controverse 105
résultats 170 Enquête-Investigation 101
base 167 Inquiétude 96
BISPHENOL-A@ 157 Norme délibérative 88
seuil 153 Apprentissage/Compétence 87
chronique 153 Relations familiales 84
expertise 144 Accord/Coopération 78
téléphonie mobile 141 Concertation/Négociation 76
retenue 133 Logique de réseau 70
EPIDEMIOLOGIE@ 132 Variations anthropologiques 70
recherche 132 Durée/Temporalité 69
CHERCHEURS@ 125 Discours Ecologique 62
TRAVAILLEURS@ 115 Déterminisme et Nécessité 62

Réseau cumulé de « CMR » (tête de réseau n=35)
substances 367 Gestion des risques 198
produits 211 Formes juridiques 190
reproduction 170 Métalangage et distance théorique 144
risque@ 123 Décisions univoques et souveraines 137
EUROPE@ 112 Logique de marché 132
LE-CANCER@ 109 Logique sanitaire 124
agents 98 Rhétorique du changement 121
substances chimiques 97 Contrôle et Vérification 114
marché 92 Déploiement de conséquences 92
PESTICIDES@ 89 Logique de décision et d’action 89
catégorie 89 Emplois et Conditions de travail 82
prévention 84 Discours Ecologique 67
Décret 77 Authentification/Traçabilité 62
mutagènes 76 Rhétorique scientifique 57
effets 73 Prospective 48
Santé 71 Contamination/Transmission 47
utilisation 69 Dispositifs gestionnaires 46
environnement 66 Mode de preuve expérimentale 41
interdiction 66 Discours sécuritaire 40
substitution 65 Dispositif de rassemblement 39
formaldéhyde 64 Logique de seuil 36
BISPHENOL-A@ 59 Logique-d-alarme 36
TRAVAILLEURS@ 57 Crises et Catastrophes 35
RISQUE-PROFESSIONNEL@ 56 Raisonnement statistique 35
exposition 56 Opinion/Communication 33
retrait 55 Apprentissage/Compétence 33
PBT 54 Espace de calcul 25
action 45 Enquête-Investigation 23
mesures 45 Contraintes physiques 22
maladies 44 Sociologie politique 21
mercure 42 Concertation/Négociation 21
phtalates 42 Ethique et Morale 19
travail 42 Approche Epidémiologique 18
ETAT-CENTRAL@ 41 Attention/Vigilance 17
ENTREPRISES@ 40 Figures de réparation 16

L’analyse détaillée des configurations rendues visibles par ces deux réseaux n’est pas l’objet de ce billet mais l’on voit à l’évidence que les deux problématiques retenues sont plongées dans des régimes argumentatifs différents ; en gros, l’incertitude et la logique de précaution pour les faibles doses et la logique de prévention pour les CMR.

(d) Dernière stratégie retenue ici, l’activation de scripts de comparaison sous le logiciel Marlowe. L’avantage de recourir au point de vue de Marlowe est que le résultat obtenu ne demande pas beaucoup de commentaires additionnels puisque le logiciel a été conçu pour assurer un minimum d’explicabilité dans la rédaction de ses propres comptes-rendus6. Il suffit donc de lui donner la « parole ».

Researcher:  I need a comparison between the networks of CMR@ and of FAIBLES-DOSES@ ?

Marlowe :  CMR@ a un poids de 489 , alors que FAIBLES-DOSES@ a un poids de 1621 .

Ces deux éléments ne sont visiblement pas mis en rapport direct dans ce dossier.  On continue sur cette piste ?

Researcher: yes

Marlowe : 14 éléments sont communs aux têtes de réseaux de CMR@ et de FAIBLES-DOSES@ ,  dans l’ordre : produits, risque@, LE-CANCER@, PESTICIDES@, effets, Santé, environnement, BISPHENOL-A@, TRAVAILLEURS@, exposition, RADIOACTIVITE@, LA-FRANCE@, AMIANTE@, CHERCHEURS@

Au niveau des catégories influentes, les deux entités ont en commun d’être fortement marquées par : Logique sanitaire

Le réseau propre à CMR@ (comparé à celui de FAIBLES-DOSES@) est formé par :

substances, reproduction, EUROPE@, agents, substances chimiques, marché, catégorie, prévention, Décret, utilisation, interdiction, substitution, formaldéhyde, RISQUE-PROFESSIONNEL@, retrait, PBT, mesures, maladies mercure, phtalates, travail, ETAT-CENTRAL@, ENTREPRISES@, REACH@, perturbateurs endocriniens, cadmium, DEHP, l’homme, réduction, sécurité, santé au travail, substance

Le réseau propre à FAIBLES-DOSES@ (comparé à celui de CMR@) est quant à lui constitué par :

DOSE@, stations, étude@, POPULATION-GENERALE@, hypothèse, RIVERAINS@, relais, champs électromagnétiques, connaissances scientifiques, LA-PLANETE@, expositions, irradiation, LE-NUCLEAIRE-EN-GENERAL@, seuil, expertise, téléphonie mobile, EPIDEMIOLOGIE@, recherche, Risc-Rad, recherches, extrapolation, impact, experts scientifiques, projet, ENFANTS@, nombre

Researcher: what else ?

Marlowe : On a vu qu’il n’y avait pas de lien très tangible dans un même énoncé à examiner mais par contre CMR@ et FAIBLES-DOSES@ sont coprésents dans 23 textes. J’indiquerai particulièrement le texte de JDLE , daté du 11/12/2007 , dont le titre est  » Une baisse de moitié de l’usage des pesticides est-elle possible ?  »

Researcher: that’s all ?

Marlowe : Une autre façon élémentaire de comparer les profils de CMR@ et FAIBLES-DOSES@ est de regarder les auteurs qui causent le plus de ces deux entités (on en comptabilise 45 ) :

JDLE, L’Humanité, AFP, Le Monde, Réseau Environnement Santé, La Croix, Environnement Magazine, Le Progrès, AFSSET@, Sénat, Libération, Viva, Les Echos, Novethic, Ouest-France, Beaugendre, AFSSA-AFSSE, Quotidien du Médecin, Revue Experts, Lebioda, Les Verts, Thébaud-Mony, Agence Europe, Le Figaro, Sud Ouest, L’Express, Ministère de la Santé, Ministère de l’Agriculture, MDRGF@, Le Télégramme de Brest, Assemblée Nationale, Nouzille, PNSE@, Le Parisien, Le Nouvel Observateur, PAN Belgique, Vrousos, CPP@, Méar, La Tribune, CRII-RAD, Groupe d’études santé-environnement de l’Assemblée nationale, Fagnani

Researcher: anything else ?

Marlowe : On obtient 3 personnes communes aux réseaux de CMR@ et FAIBLES-DOSES@ : Belpomme, Raynal, Séralini

Que conclure de ce petit parcours d’enquête au milieu d’artefacts cognitifs assez inhabituels ?

Les approches quantitatives en sociologie conçoivent l’usage des algorithmes et des calculs dans le but de produire des résultats stabilisés en déployant une conception assez classique de la preuve7.  Les approches qualitatives, à l’opposé, mettent plutôt en avant les dimensions interactives, interprétatives et situées des processus sociaux en contestant du même coup l’autorité épistémique des métrologies statistiques – du moins quand elles entendent trancher sans passer par un « retour aux acteurs et aux situations« . Ce billet montre comment la saisie de processus complexes liant hétérogénéité des acteurs, pluralité des arènes et déploiement sur la durée (relative ment longue pour la sociologie), exige l’invention continue de procédures et d’outils ouvrant sur une troisième voie.

En effet, le travail sur des dossiers évolutifs dont la matière est fournie par les auteurs-acteurs eux-mêmes peut donner lieu à la mise à l’épreuve d’outils sémantiques, eux-mêmes évolutifs et révisables, produisant une autre version possible de la théorie pragmatiste de l’enquête : la voie proposée consiste à faire jouer un rôle majeur aux procédés interprétatifs et à leur mise en perspective  pour la discussion et la poursuite des investigations.  Dans le chaînage présenté ci-dessus, la suite de l’enquête passe par une lecture ou une relecture approfondie des énoncés et des textes saisis au fil d’une exploration outillée, et cette lecture peut rétroagir sur la construction des objets et leur analyse. La socio-informatique développée autour de Prospéro a le défaut de ses qualités : inviter constamment à l’ouverture et au recoupement, au déploiement des chemins d’enquête possibles, et partant à la redéfinition continue des conditions mêmes de toute comparaison. Du même coup, le principe de clôture n’est pas immanent aux instruments ni aux modèles mais repose entièrement sur les façons de rendre visibles et intelligibles les appuis cognitifs utilisés par et pour une communauté épistémique … elle-même à géométrie variable !

  1. Voir le texte présenté en appui du séminaire Socioinformatique du 11 janvier 2010. []
  2. Sur la genèse politique de la charte et son inscription dans la Constitution, voir Marie-Angèle Hermitte, « La fondation juridique d’une société des sciences et des techniques par les crises et les risques », in C. Burton-Jeangros, C. Grosse et V. November, Face au risque,  Georg – L’Equinoxe, 2007 p. 29 à 71. []
  3. Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, texte de la communication à l’atelier Veille numérique, au carrefour des sciences, Actes du colloque ECG, Strasbourg, 2009. []
  4. Voir la confrontation épique de Prospéro et de Google commentée par Carlo  Ginzburg dans « Moteurs de (la) recherche et pragmatique de l’enquête. Les sciences sociales face au Web connexionniste », in L’Historien face à l’ordre informatique, Matériaux pour l’histoire de notre temps, n°82, avril-juin 2006, (revue de la BDIC), p. 109-118. []
  5. Pour éviter de multiplier les tableaux, je renvoie au texte cité précédemment []
  6. Yves Kodratoff, Leçons d’Apprentissage Symbolique Automatique, Toulouse, Cepadues, 1988. []
  7. Voir l’histoire de l’objectivité et du rôle des images selon Lorraine Daston et Peter Galison dans Objectivity (New York: Zone Books, 2007). []

5 réflexions au sujet de « D’incomparables façons de comparer. Comment confronter des corpus hétérogènes avec des outils sémantiques … »

  1. josquin

    Tu as une explication à l’absence du Réseau Environnement Santé dans le dialogue avec Marlowe ?

  2. FC

    Non non, le Réseau Environnement Santé apparaît au 4ème rang des auteurs cités par MRLW comme causant le plus de faibles doses et de CMR mais de fait il ne sort pas au premier rang : je n’ai pas le temps d’aller ouvrir le script en question mais je pense que celui qui s’est déclenché ici opère un cumul de poids ou de fréquences dans les textes des mêmes auteurs pour classer la liste – un des problèmes de MRLW est qu’il ne sait pas encore cliquer sur des critères d’ordre ou de sélection comme tout bon utilisateur humain de logiciel. C’est l’occasion de revoir le script et ce qu’il en dit pour tenir la promesse d’explicabilité 😉

    Je vais aussi regarder si MRLW est équipé pour répondre adéquatement à une requête comme : « qui croise le plus souvent dans ses textes X et Y ? »
    Si ça n’existe pas je l’écris dans le TGV en remontant de Marseille 😉

    NB conformément à la logique de recoupement hautement recommandée -il n’y a pas un tableau de faits unique, stable et objectif mais une pluralité d’instances de recoupement – le fait de ne pas obtenir absolument les mêmes structures lorsque l’on utilise des chemins différents, entretient l’invitation à la poursuite de l’enquête et au retour aux contextes. Là où d’aucuns verront une forme de bricolage méthodologique ou de relativisme, nous y mettons une chance supplémentaire de remettre en contexte, à travers les outils et non contre eux, la production de l’objectivité.

    hasta pronto
    Francis

  3. Lhypothesard

    Je ne suis pas connaisseur de prospero et je ne comprends pas tres bien les contenus des colonnes du reseau cumule, ca renvoie a quoi en fait ?

  4. FC

    Bonjour
    la représentation du réseau global d’une entité ou d’un personnage dans un corpus peut se faire sous forme de tableau ou de carte de lien (voir le billet consacré aux relations entre Prospéro et Pajek). Ici j’ai transféré la partie haute du réseau des deux entités comparées. A gauche, il s’agit des entités les plus fortement connectées triées par intensité de connexion décroissante (la valeur associée indiquant la force du lien soit le nombre de connexions multipliées par un indice de proximité) ; à droite, il s’agit des « catégories influentes » du réseau, c’est-à-dire des registres discursifs qui sont les plus fortement implantés dans la liste de gauche – et qui en fournissent la propension argumentative ou en tout cas une coloration dans le jeu des catégories projetées sur le corpus. En examinant les deux tables on voit se former deux configurations assez différentes.

    Ce sont des outils assez frayés dans l’usage de Prospéro et pas mal de publications, de rapports, de notes les ont utilisés. Pajek permet de changer le mode de représentation en basculant la structure sous la forme de carte de liens. Mais ce qui est important dans cette structure dans l’usage pratique du logiciel c’est qu’elle donne directement accès aux textes et aux énoncés, et sert de mode de circulation dans les structures du corpus. On peut par exemple rechercher toutes les connexions directes entre CMR@ et la Logique de marché, identifier les dates, les auteurs, les supports qui produisent ces connexions, et aller voir de plus près de quoi il retourne en contexte.

    Ce qui a longtemps rendu difficile la visibilité des enquêtes menées avec Prospéro et cie c’est précisément le caractère fortement interactif des opérations cognitives effectuées qui ne s’en tiennent que pas à la production de tables figées. Au fil des billets qui viendront se déposer sur ce carnet, toutes ces structures seront de mieux en mieux explicitées.

    merci en tout cas de nous y aider en posant toutes les questions nécessaires et les autres !

    Bien cordialement
    FC

  5. FC

    Comme promis dans un commentaire précédent (réponse à Josquin) j’ai écrit un bout de code pour MRLW dans le TGV qui permet de confirmer la structure des auteurs qui rapprochent les CMR et les faibles doses :

    FC: qui parle à la fois de CMR@ et de FAIBLES-DOSES@ ?

    Marlowe : Ces deux entités, CMR@ et FAIBLES-DOSES@ , sont coprésentes dans 23 textes du corpus de textes . Voici les auteurs qui ont tendance à les croiser :

    4 – JDLE –
    4 – Réseau Environnement Santé –
    2 – Revue Experts –
    1 – Lebioda –
    1 – Le Monde –
    1 – Assemblée Nationale –
    1 – Sénat –
    1 – Nouzille –
    1 – AFSSA-AFSSE –
    1 – PNSE@ –
    1 – Collectif –
    1 – PAN Belgique –
    1 – Vrousos –
    1 – CPP@ –
    1 – Méar –
    1 – Groupe d’études santé-environnement de l’Assemblée nationale –

    Le verbe \croiser\ doit être entendu au sens large – co-présence dans un même texte – mais pas au sens de co-présence dans des énoncés …

    Et voici le bout de code en question (qui montre que toute question ou remarque ne relance pas seulement l’enquête sur les corpus ou les catégories mais aussi l’écriture des scripts et des programmes … allez donc expliquer ça aux épistémologues officiels de la sociologie …)

    %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%
    %%%%% fonction de tri des auteurs sur la coprésence de X et Y
    %%% écrite dans le tgv le 12/02/2010

    (de auteurs_qui_croisent_X_Y (X Y LISTAUT)

    (reset ‘($CPTXYT))

    (setq XSEM (getsem X ‘$entef))
    (setq YSEM (getsem Y ‘$entef))

    (setq XTXT (eval (css XSEM ‘.txt{0:})))
    (setq YTXT (eval (css YSEM ‘.txt{0:})))
    (setq XYTXT (inter XTXT YTXT))

    (setq L XYTXT)
    (setq $CPTXYT (count XYTXT))

    (while L
    (setq a (car L))
    (setq asem (getsem a ‘$txt))
    (setq auta (eval (css asem ‘.aut)))
    (setq LISTAUT (cons auta LISTAUT))
    (setq L (cdr L))
    )
    (setq RES (tri-a-liste (creer_aliste LISTAUT))))
    ))))

    Que Le Lisp de Marlowe soit avec vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.