Du bruit au signal

Une typologie temporelle pour la sociologie du Web

Josquin Debaz

Nos activités, et nos activités sociales en particulier, sont rythmées par des temporalités différentes : leur tempo en donne la mesure tout en les qualifiant et les associant aux catégories à partir desquelles nous construisons le monde sensible et conceptuel. Le Web participatif1  n’échappe pas aux questions de temporalité, et les activités qui s’y organisent, principalement des échanges d’informations qui se totalisent en un ensemble historico-sémantique touffu, dépendent de l’échelle de temps dans laquelle elles se déploient. On doit ainsi pouvoir proposer un gradient sur lequel chacun des grands types d’activités associatives du Web peut trouver sa place. Une réflexion sur les échelles de temps du Web est d’autant plus nécessaire qu’il nous faut apprendre à ajuster les outils d’exploration et d’extraction aux tempos définis par les internautes eux-mêmes. En effet, on a vu précédemment comment l’enrichissement des descriptions et des analyses sur les objets de débat et de controverse reposait, dans certaines procédures de veille sociologique, sur des automates, pour la plupart insérés dans l’ensemble dénommé Tirésias2.

Dans un univers qu’il n’y a pas si longtemps, on osait appeler « virtuel »3, on peut tracer un axe menant du bruit au signal en fonction de la quantité d’information accumulée au cours du temps par l’activité d’une personne ou celle d’un regroupement plus ou moins formel, et/ou auto-organisé.

Un mouvement qui mène du confus à la catégorie stabilisée

Au plus bas de l’échelle, à la limite du bruit, se placent les ImageBoards du type 4chan, dont la tendance frénétique, semble n’avoir d’autre but que de noyer son propre flux4. L’activité principale y demeure l’établissement d’un couple présence/contreprésence et l’insistance sur les catégories est perpétuellement contrebalancée par des procédés visant à en contester la pertinence et à en détourner l’usage.

Seaking_Forced

Illustration d’un produit de 4chan. Dans cet exemple, le mème est-il l’imagerie des « motivational » ou son détournement ironique ? Est-ce en fait un emboîtement en poupée russe ou bien l’usage de la notion de mème et de « forced meme » est-il lui-même un mème. Impossible de trancher : la logique circulaire illustrée ici crée un processus méréologique dans lequel l’ensemble se contient lui-même comme un mème …

Les producteurs de flux privilégient un jeu sur le flux lui-même, générant presque simultanément un mème5, ses méta-apparitions et son rejet comme indice sémantique déjà obsolète. L’écueil auquel se confronte ce type d’activité est bien le haut niveau de bruit : un manque flagrant de clarté et de performativité, même si les échanges qui s’y déroulent peuvent générer des conséquences importantes sur le monde physique6.

Pour sortir de ce processus, il faut grimper d’un barreau sur l’échelle en passant au microblogging de type Twitter et aux protocoles de chat avec ou sans canaux (IRC, ICQ, MSN, Jabber, …). L’essence de l’activité y est interpersonnelle : elle prend forme directement entre deux individus (ou plus) ou transite par une entité servant de support informel à un groupe. L’usage principal est formé par le relais d’une information, fondée sur sa pertinence et son actualité. La production est quantitativement importante, l’obsolescence rapide, mais à la différence du niveau précédent, l’information est bel et bien triée en vue d’un auditoire, et  il ne s’agit plus de revendiquer la génération de flux pour le flux. La tentation est alors de constituer un ensemble social plus ou moins flou, plus ou moins ouvert, sur la base même de ces échanges d’information.

Pour passer à cette échelle, il faut envisager l’utilisation d’outils plus complexes, avec une granularité plus importante7. On entre dans le monde des blogs et des réseaux sociaux (Facebook, MySPace, Linkedin, Delicious…).  Ces structures ont comme principale activité de construire et de définir des groupes affinitaires8, dans le but d’en multiplier les liens et de créer des événements collectifs. Une fois les contacts pris, le groupe doit, pour évoluer, tenter de structurer et de pérenniser l’information produite par et pour sa socialisation.

Une représentation de l’Eurosphère proposée par Linkfluence

Le niveau immédiatement supérieur d’intégration de l’information est celui des forums. L’activité consiste principalement à construire et outiller une réelle communauté, parfois extrêmement hétérogène dans son recrutement et dans la fidélité de ses membres. En cela, elle passe par la production de codes explicites tant culturels que matériels de comportement.  La grande majorité des forums exigent désormais l’accord sur des règles de base parfois très élaborées au moment de l’inscription d’un nouveau membre et ont recours à tout une hiérarchie de modérateurs (si un lecteur pouvait signaler une étude existante sur ces règles, je lui en serais éternellement reconnaissant). Une fois obtenu cette cohérente en interne, la communauté peut alors chercher à obtenir une visibilité externe.

Au plus haut niveau, celui contenant les signaux les plus investis socialement, siègent les wikis, les sites d’institutions ou de presse en ligne (en tout cas celles qui se converties au Web social), des sites d’archives ouvertes (comme Hal). Bref, toute structure qui s’ingénie à produire ou structurer de la connaissance, en dépassant la simple information ponctuelle et qui a donc besoin de modaliser un système de validations interne et externe de cette information, puisqu’un minimum de recoupement est requis9. L’écueil réside alors, pour une telle structure participative, dans un risque de lobbying, de prise de pouvoir, ou de comportement asymétrique dans l’un ou l’autre des espaces de validation10. Le wiki peut ainsi devenir un champ de bataille supplémentaire entre des groupes et perdre son sens de cohésion pour être source de fragmentation ou de divergence (une communauté qui grossit n’est-elle pas condamnée aux courants et aux schismes ?).

Un questionnement méthodologique en amont

A chaque échelle correspond donc un point d’entrée méthodologique dont on doit tenir compte pour l’analyse, afin d’éviter que le régime temporel de l’objet n’outrepasse la technique Web utilisée. L’idée est bien de se baser, pour construire des outils, sur les usages et non sur la technologie elle-même11, sans pour autant poser l’existence définitive d’espaces temporels fixes de l’action. Les outils qui décrivent le mieux l’un des tempos sont souvent inadaptés à un autre et une évaluation correcte  en amont de ce que construisent les internautes à un moment donné sur une structure particulière permet d’éviter les affres de l’incompréhension pour ne pas avoir su adapter sa focale au sujet.

Dans le domaine de la communication de masse, le succès vient  souvent du détournement par les usagers de fonctionnalités, usages anticipés ou non par les concepteurs. C’est le cas du SMS, initialement destiné aux messages internes de service, et désormais au principe d’un « nouveau langage ». C’est encore le cas de Twitter qui était prévu au départ pour que ses utilisateurs indiquent leur  activité située (le slogan était « What are you doing?« ) mais qui a trouvé sa place comme outil de signalement de contenus pertinents (et le slogan est devenu « What’s happening? »). On l’avait déjà vu au temps héroïques du Minitel qui n’avait pas été pensé pour la communication « instantanée », mais qui, après une opération de « piratage contrôlé », a développé cet aspect jusqu’à la production du minitel rose.

  1. Ou Web social ou autre 2.0, choisissez l’expression qui vous sied… []
  2. Voir F. Chateauraynaud et J. Debaz, Veille sociologique et flux d’informations numériques, 9e Journées Francophones « Extraction et Gestion des Connaissances », Strasbourg : France (2009). A propos de la position du laboratoire  sur la limite entre veille et surveillance voir par exemple le Point de vue de Francis Chateauraynaud sur les termes et le principe d’un appel d’offre « Veille de l’opinion » dans l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche. []
  3. Fatima Aziz, Le mythe d’habiter le Cyberespace, carnet de recherche visuel Image Circle, 21 mars 2010 ; Antonio A. Casilli, Les liaisons numériques : Vers une nouvelle sociabilité ? Seuil, 2010. []
  4. Le billet du 17 novembre 2010 La fabrique des images sur 4chan de Patrick Peccatte sur Culture visuelle a le double mérite de permettre de bien saisir la dynamique  du site, et en particulier de son sous-ensemble /b/, tout en restant lisible par tous les publics, ce qui est assez rare pour être souligné. []
  5. Selon la doctrine qui voudrait que des unités culturelles suivent les lois de la génétique et qui sous-tend largement la Culturomique des google n-grams. []
  6. comme par exemple des campagnes d’attaques informatisées contre des entreprises et autres performances critiques. []
  7. Pour qualifier l’unité de temps fonctionnelle d’un dispositif. on parle parfois de granularité. []
  8. le terme communautés bien que très utilisé pour ce niveau reste discutable et discuté. []
  9. F. Chateauraynaud, L’Epreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissements de la preuve, in Bruno Karsenti & Louis Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme,  Raisons pratiques n°15, EHESS, 2004. []
  10. Sur les conflits de neutralité de Wikipedia, voir F. Chateauraynaud, Faust, la société de l’information et le village sociologique, Journées : « Figures du lettré et technologies numériques : une chimère contemporaine ?», Paris, 28-29 Mars 2007 ; un autre exemple, parmi des centaines, de ce problème au quotidien est illustré par A. Dupin sur blog : Wikipédia et le conflit d’intérêt des modérateurs. []
  11. Et éviter par exemple de prendre pour un blog ce qui est un site fixe utilisant une plateforme de blog. []

5 réflexions au sujet de « Du bruit au signal »

  1. Stéphanie Wojcik

    Bonjour,
    Merci pour ce billet très intéressant. Une littérature extensive, quoique désormais peut-être un peu datée, existe sur les forums de discussion. J’ai essayé d’en faire une petite synthèse dans un article de 2007 paru dans Questions de communication (Les modérateurs des forums de discussion municipaux. Des intermédiaires démocratiques?), disponible sur HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00491575_v1/
    Je me permets de vous le signaler au cas où ça puisse vous être utile.

  2. Josquin Debaz Auteur de l’article

    Merci beaucoup pour cette référence.
    Article très intéressant qui propose une typologie synthétique qui semble diablement efficace.
    Est-que vous avez eu l’occasion de pousser plus avant vos recherches sur les « intermédiaires » ?

  3. Ping : NETI SCHOLA » Blog Archive » News -

  4. Ping : A lire ailleurs du 28/02/2011 au 07/03/2011 | Site internet Bordeaux

  5. Ping : sociology by franckjamet - Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.