Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives

Assimakis Tseronis (LCP/CNRS, GSPR/EHESS)

A propos des mots évaluatifs

Outre leur valeur purement descriptive, les mots peuvent avoir une valeur axiologique qui est généralement liée à une polarité positive/négative faisant référence à des valeurs esthétiques, cognitives, éthiques ou pratiques. Cette valeur axiologique peut être inscrite dans le sens lexical d’un mot : c’est le cas par exemple des mots « baraque » et « bagnole » qui désignent respectivement, en langage familier, « maison » et « voiture ». On parle alors d’une connotation positive ou négative des mots donnant une information sur l’attitude évaluative du locuteur à l’égard de ce dont il parle. Pourtant, la valeur axiologique des mots ne se réduit pas à leur sens lexical : des mots peuvent acquérir une valeur axiologique selon leur usage pragmatique dans un contexte précis.

(a1) Il est riche. Il va nous aider.

(a2) Il est riche. Il ne va pas nous aider.

Par ailleurs, l’usage pragmatique peut aussi changer l’orientation positive ou négative des mots axiologiques :

(b1) C’est une catastrophe. On a tout perdu.

(b2) C’est une catastrophe. On va recommencer.

Dans ce deuxième cas, il s’agit plutôt d’une réorientation argumentative plutôt que d’une connotation1. Dans (b2), l’énonciateur choisit de mettre l’accent, après avoir affirmé « c’est une catastrophe », sur une vue optimiste, brisant ainsi l’attente de ses interlocuteurs. Tandis que dans (b1), l’énonciateur choisit de poursuivre la direction de son énoncé, en renforçant l’orientation négative du message donné par l’assertion « c’est une catastrophe ». Lorsqu’il s’agit d’analyser des corpus de milliers d’énoncés, il est pratique de disposer de calculs d’occurrences. Toutefois, le simple comptage des mots, ici des mots intrinsèquement évaluatifs, ne suffit pas pour nous donner une idée du positionnement évaluatif des acteurs envers les sujets qu’ils traitent. Dans ce billet, je vais illustrer la question de l’évaluation dans le lexique à partir de l’étude des mots évaluatifs comme : « danger », « risque », « peur », « craintes », « avantage », « bénéfice », et « révolution ». Le corpus de référence est composé des 51 cahiers d’acteurs du débat CNDP sur les nanotechnologies traité sous le logiciel Prospéro.

En entrant dans le corpus par la liste des entités, on dispose d’une vue d’ensemble des mots (substantifs, en termes de grammaire) utilisés dans les textes recueillis. Dans le corpus étudié, le mot « risques » apparaît 283 fois : c’est ainsi le cinquième mot le plus fréquent après « nanotechnologies », « nanoparticules », « recherche » et « produits ». Un peu plus bas dans la liste, on trouve encore « effets », « enjeux » et « risque ».

Entrée par les entités dans le corpus des cahiers d’acteurs

Partant d’une simple requête sur la présence de mots comme « risque » ou « peur » d’un côté et de mots comme « révolution », « bénéfices » et « avantage » de l’autre, on peut vite repérer les passages où les différents acteurs parlent des risques liés aux nanotechnologies et/ou de leur aspect révolutionnaire. On peut ainsi se demander si les mêmes cahiers qui relèvent les risques des nanotechnologies traitent également de leur aspect révolutionnaire, et si ces deux registres se croisent de manière différente suivant le positionnement général de chaque acteur à l’égard de la question du développement des nanotechnologies.

En comparant les résultats obtenus pour chaque mot, et en les filtrant par auteur, on constate que dans les cahiers produits par FNE (France Nature Environnement), FO (Force Ouvrière) et AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail) la co-présence des mots « risque » et « danger », au pluriel comme au singulier, est la plus forte sur l’ensemble du corpus2. Par contre, le cahier de LEEM (Les Entreprises du Médicament) est le seul qui ne contient aucun de ces deux mots3. Dans les cahiers de l’INRIA (Institut National de Recherche en Informatique et Automatique) et de l’AFT (Association Française Transhumaniste), le mot « risque » est peu employé. Par contre, il est intéressant de noter que dans les cahiers de LEEM et de l’AFT figure le plus grand nombre d’occurrences du mot « révolution », tandis que ce mot n’apparait pas du tout dans les cahiers de FNE, FO et de l’AFSSET. Ces trois derniers ne font d’ailleurs aucune référence aux « bénéfices » ou « avantages » liés aux nanotechnologies. Ce simple constat produit par le croisement des occurrences et des auteurs indique une première polarisation qui se manifeste dans le jeu des acteurs.

Bien que la présence ou l’absence d’un mot en soi ne puisse pas constituer une base sur laquelle on peut proposer une analyse qui portera sur l’ensemble d’un cahier, elle peut nous servir de point de départ pour la sélection des textes à comparer, du point de vue des questions formulées ci-dessus. Dans ce cas, il s’agit des cahiers de FNE, FO et de l’AFSSET d’un côté et des cahiers de l’AFT et LEEM de l’autre. Pour mieux discerner les différentes perspectives dans lesquelles ces mots sont mobilisés dans les textes de ces différents acteurs du débat sur les nanotechnologies, je propose de regarder de plus près les énoncés dans lesquels ces mots apparaissent, en particulier en considérant le verbe (ou « épreuve » dans la terminologie prospérienne) ainsi que les adjectifs (ou « qualités ») et les configurations sémantico-syntaxiques dans lesquelles ces mots sont utilisés dans les différents énoncés.

Des craintes légitimes…

Commençant par les cahiers de FO, FNE et de l’AFSSET, on constate que les risques sont fortement rattachés aux incertitudes qui entourent les propriétés physiques et chimiques des nanoproduits ainsi qu’à la méconnaissance des outils de leur évaluation.

Les développements liés aux nanotechnologies sont logiquement freinés par la crainte légitime des industriels, du gouvernement, des salariés et de la population par rapport aux risques liés à ces technologies. Ces craintes proviennent notamment de la méconnaissance ou du manque d’outils des experts eux-mêmes. Elles proviennent aussi des premiers résultats montrant les dangers et les risques des nanoproduits pourtant déjà répandus sur le marché. Le développement des NT ne peut se faire que dans une relation de confiance entre les fournisseurs et les utilisateurs, devant se construire sur une évaluation objective des risques pour les salariés, pour la population et pour l’environnement. FO

Si les nanotechnologies suscitent une telle méfiance d’ordre toxicologique de la part de FNE, c’est que les études actuelles indiquent clairement l’existence de risques environnementaux et sanitaires, confirmé par le rapport SCENIHR de la Commission européenne du 19 janvier 2009 et surtout l’absence de possibilité d’évaluation des risques par manque d’information sur les produits commercialisés. FNE

À la vue des incertitudes entourant les effets sanitaires des nanoparticules, l’Afsset a recommandé de considérer celles-ci avec un  » niveau de danger inconnu  » et, de ce fait, de les manipuler avec la même prudence que celle prise pour les matières dangereuses, c’est-à-dire d’appliquer les procédures de sécurité sanitaire qui sont utilisées pour diminuer l’exposition à ces matières. AFSSET

Il est à noter que les acteurs de ces cahiers soulignent le fait que les risques ne sont pas connus et que même les scientifiques manquent à l’heure actuelle des outils pour les mesurer avec précision, ce qui met en jeu la santé de citoyens et leur environnement. Très souvent dans ces trois cahiers, les risques figurent dans des énoncés comme compléments d’objet des verbes « évaluer, identifier, cerner, maîtriser, connaître ».

Des formules comme les suivantes nous permettent de chercher sur l’ensemble du corpus des structures simples, dans lesquelles les mots « risques » etc. figurent (regroupés sous l’être fictif RISQUE@) :4

/EF=‘RISQUE@’ /QUALITE

risques sanitaires 21

risques potentiels 14

effets toxiques 11

effets potentiels 11

risques éventuels 8

impacts sanitaires 8

effets néfastes 7

effets toxicologiques 6

effets sanitaires 5

risques environnementaux 5

risque chimique 4

effets biologiques 4

problèmes éthiques 4

/EF=‘RISQUE@’ /T=4 /EPREUVE

risques associés 5

risque est 2

risque varie 2

risque existe 2

problèmes posés 2

effets dépendent 2

risques à prévenir 2

effets néfastes soient 2

problèmes éthiques qu’elles posent 2

problèmes soulevés par les nanotechnologies concernent 2

/EPREUVE /T=4 /EF=‘RISQUE@’

évaluer les risques 7

évaluer les impacts 3

prévenir les risques 3

maîtriser les risques 3

connaître leurs effets 3

identifier les risques 3

mesurer l’impact 2

analyser les risques 2

appréhender le risque 2

présenter des risques 2

peuvent avoir un effet 2

présentent des risques 2

être formés aux risques 2

peuvent être les risques 2

rassurer sur les risques 2

peuvent présenter des risques 2

Dans les cahiers de l’AFT et de l’INRIA, où le mot « risques » ne figure qu’une seule fois, les risques liés aux nanotechnologies ne sont présentés qu’au passage, de manière générique, sans référence à une causalité précise.

Notons bien qu’il n’y a pas urgence. L’Humanité n’est pas menacée au point d’avoir à tout prix besoin que ces technologies soient développées le plus vite possible quitte à prendre les plus grands risques. Ainsi, notre morale, et notre éthique, doivent être guidées par les impératifs écologiques, sociaux et politiques. Les nanotechnologies doivent être développées pour autant que leur emploi permet de renforcer les chances de perpétuation de la pensée humaine. AFT

Il revient aux chercheurs en sciences numériques d’assurer la plus grande exigence scientifique sur les questions transdisciplinaires liées aux nanotechnologies et d’informer sur la teneur de leurs résultats. Les citoyens sauront rappeler les préoccupations sociétales à prendre en compte et les défis prioritaires à relever scientifiquement, ainsi que les exigences de rigueur et de précaution face aux risques potentiels des technologies développées. INRIA

Dans le cahier de la FEBEA (Fédération des Entreprises de la Beauté), le mot « risque » figure plus souvent que dans les cahiers del’AFT et de l’INRIA (5 fois au total, au pluriel et au singulier). Il apparaît plutôt dans des phrases négatives où l’on cherche à nier / réfuter le lien entre l’usage de certains produits cosmétiques et des risques, comme dans l’exemple suivant :

Les nanoformulations liquides n’exposent pas à ces risques. Les nanoémulsions et les liposomes sont des systèmes qui se désagrègent au contact de la peau et qui ne posent pas de problème de sécurité lors de leur utilisation en cosmétique (SCCP/1147/07, 18 décembre 2007). Les méthodes conventionnelles d’évaluation du risque sont suffisantes, car le caractère nano de ces éléments [= les nanoémulsions] ne nécessite pas d’évaluation particulière.

Aux craintes irrationnelles…

Quant à la référence aux craintes et incertitudes, on repère un même patron en comparant les deux groupes de cahiers (On peut se servir de l’être fictif PEUR@ qui regroupe entre autres des mots comme ‘peur’ et ‘crainte’). D’un côté, les craintes sont qualifiées comme légitimes dans le cahier de FO :

Elles sont porteuses d’espoir dans des domaines : eau, énergie, informatique, systèmes portables et miniaturisés, médecine. Mais elles génèrent des craintes légitimes à hauteur de leur développement fulgurant et quasi incontrôlé, faisant suite aux dérives constatées avec l’amiante, les OGM, les ondes électromagnétiques. Leur caractéristique de petite taille leur permet de franchir la barrière cellulaire. FO

Par contre, dans le cahier de l’Académie des Sciences et dans celui de l’AFT ces peurs sont qualifiées d’ « irrationnelles » ou rattachées à des mots comme « phobies » et « catastrophisme », respectivement :

Contre la nanomédecine, des craintes irrationnelles se font jour concernant les nanorobots. Dans un monde ultramédiatisé, ces craintes peuvent contribuer à déplacer hors du champ scientifique et éthique le débat qui doit accompagner l’arrivée des nanotechnologies dans le monde de la médecine. Académie des Sciences

Certains acteurs du débat argumentent en faveur des nanotechnologies, tombant parfois dans l’excès d’un optimisme quasi scientiste. D’autres expriment toutes les craintes, voire les phobies possibles face à ce qui peut être vécu comme un nouvel outrage à la Nature. Ils tombent dans l’excès du catastrophisme. AFT

Par ailleurs, dans les cahiers de l’AFT et de LEEM, le fait que l’avènement des nanotechnologies constitue une révolution est présenté comme un présupposé (on peut s’appuyer sur l’usage de l’article défini ou le qualificatif « nouvelle » qui affirme l’aspect révolutionnaire des nanotechnologies comme étant un fait donné).

La révolution nanotechnologique tend à des transformations radicales. Que les nanotechnologies tendent à modifier au fond la Nature, l’Humain et l’Humanité nous est montré par de multiples exemples. AFT

Portée par les avancées considérables de la recherche et de la technologie, la médecine vit une nouvelle révolution. La poursuite des progrès déjà engagés et les nouvelles possibilités offertes par les biotechnologies, la génomique, l’imagerie, les nanotechnologies, les thérapies cellulaires ou géniques permettent une prise en charge nouvelle des pathologies et suscitent d’immenses et légitimes espoirs. LEEM

Afin de repérer des énoncés où les représentants de l’être fictif ‘PEUR’ figurent, on peut se servir des formules suivantes :

/EF=‘PEUR@’ /QUALITE

craintes légitimes 3

crainte exprimée 2

peurs liées 1

peurs infondées 1

crainte légitime 1

peur irrationnelle 1

craintes justifiées 1

peurs irrationnelles 1

craintes paralysantes 1

craintes irrationnelles 1

/EF=‘PEUR@’ /T=4 /EPREUVE

peurs naissent 2

craintes portent 1

craintes peuvent 1

craintes proviennent 1

craintes qu’il suscite 1

inquiétudes qui s’expriment 1

peur irrationnelle de la nouveauté pourrait 1

peurs irrationnelles et le charlatanisme prendront 1

craintes du public concernant les risques engendrés 1

/EPREUVE /T=4 /EF=‘PEUR@’

avoir peur 2

faire peur 1

susciter des peurs 1

génèrent des craintes 1

soulève des inquiétudes 1

suscitent des inquiétudes 1

suscite de l’inquiétude 1

faire le tri entre craintes 1

doivent-elles nous faire peur 1

expriment toutes les craintes 1

déclenche passions et craintes 1

Marie-Angèle Hermitte sur le transhumanisme (extrait id’une communication u colloque en hommage à Yan Thomas, EHESS, mars 2010)

Aux interrogations…

À travers la comparaison des présences/absences des mots « risques » et « incertitudes » d’un côté et « bénéfices » et « avantages » de l’autre, on arrive à repérer un troisième groupe de cahiers d’acteurs. Il s’agit des cahiers où la simple présence ou l’absence de ces mots ne permet pas de préjuger du positionnement des acteurs, puisque que tous ces mots sont présents. Dans ce cas, il est impératif d’aller voir les énoncés dans lesquels chaque mot est mobilisé afin de déchiffrer le positionnement des acteurs dans le débat sur le développement des nanotechnologies. Il s’agit notamment des cahiers de Vivagora, de la CLCV (Confédération de la Consommation, du Logement et du Cadre de Vie) et du CNISF (Conseil National des Ingénieurs et Scientifiques de France). En fait, les deux derniers cahiers sont ceux où le mot « bénéfice », au pluriel ou au singulier, est le plus fréquent parmi les 51 cahiers du débat.

Dans ces deux cahiers, le mot « risques » est co-occurent du « bénéfice » (je ne compte pas ici les cas particulier des expressions « bénéfices/risques » et « risques/bénéfices »). L’accent y est mis sur une incitation à prendre en considération aussi bien les interrogations portant sur les risques possibles que celles portant sur la perspective des bénéfices attendus des nanotechnologies. Deux exemples sont particulièrement illustratifs :

Les bénéfices attendus des nanotechnologies doivent être présentés, mais il ne faut pas occulter les risques possibles, notamment l’impact sur l’homme et son environnement. CNISF

En d’autres termes, des risques aujourd’hui inconnus seront peut-être décelés demain et à certaines questions légitimes, la science n’a pas toujours les moyens de répondre. Face à cette incertitude fondamentale, seul le rejet systématique de toute innovation technologique garantirait l’absence de nouveau risque, ce qui reviendrait en retour à priver la collectivité de tout bénéfice et perspective de progrès. CLVC

Comme FO et FNE, les cahiers des CLCV et CNISF mentionnent la « peur » et les « incertitudes » qui entourent les nanotechnologies. Leur usage est toutefois différent : comme le montrent les deux fragments suivants, le CNISF se demande s’il faut avoir peur des nanotechnologies, quand la CLCV qualifie les peurs d’irrationnelles et les rapproche du charlatanisme :

Doit-on avoir peur des nanotechnologies ? Les nanotechnologies suscitent aujourd’hui autant d’espoirs que d’inquiétudes. Dans un contexte où les incertitudes sont à la fois techniques, éthiques et sociales, il est nécessaire d’accompagner la recherche, le développement, la fabrication et la commercialisation des produits innovants et des nouveaux services issus des nanotechnologies. CNISF

S’agissant de risques et de bénéfices qui les concernent, les citoyens ont le droit de savoir et de comprendre. Pour cela, un important travail de vulgarisation de l’expertise devrait être mené sous des formes multiples : conférences de consensus, sites internet dédiés, débats publics, émissions de télévision ou de radio … Sans ces efforts de communication, les peurs irrationnelles et le charlatanisme prendront le pas sur l’information. CLCV

Dans le cahier de Vivagora, si les mots « peur » et « crainte » manquent, les termes « risques », « incertitudes » ainsi que « bénéfices », « avantages » et « révolution « sont bien présents, et c’est le mot « incertitude » qui domine (c’est d’ailleurs le deuxième cahier où il est le plus fréquent, après celui de l’AFOC, Association Force Ouvrière Consommateurs) :

Depuis les nanoparticules qui sont déjà dans nos peintures, voitures, aliments et cosmétiques jusqu’aux applications les plus futuristes visant à augmenter les performances humaines, les nanotechnologies concernent chacun de nous. Elles soulèvent des enjeux majeurs (voir encadré à droite) à la hauteur des investissements colossaux dont elles bénéficient. Pourtant, du fait de l’apparente technicité du sujet, d’un relatif désintérêt des médias, du peu de transparence de la part des industriels, elles sont largement ignorées du public, et les discussions sur leurs risques, leur utilité, leurs finalités sont jusqu’à présent restées très limitées.

Ici, l’accent n’est pas tellement mis sur les risques sanitaires et environnementaux liées aux nanotechnologies mais plutôt sur ceux que le développement des nanotechnologies soulève pour la société et les mécanismes de délibération et de prise de décisions. L’incertitude dont Vivagora parle ne concerne donc pas seulement la méconnaissance à l’égard de propriétés chimiques des nanoparticules, mais plus globalement l’incertitude à l’égard du monde qui se dessine au travers de la promotion de ces technologies :

Construire une politique de l’incertitude

Les nanotechnologies sont souvent présentées comme une révolution. Or les nanoparticules sont difficilement caractérisables et échappent aux normes de traçabilité. Les nanotechnologies augmentent le champ de l’incertitude et plus fondamentalement invitent à une attitude de non maîtrise. La volonté d’affronter l’incertitude est encore plus affirmée dans le phénomène de convergence avec d’autres technologies. Les synergies entre biotechnologies, chimie, technologies de l’information, de la cognition, voire neurosciences, démultiplient les possibles, libèrent des potentialités. Nous avons donc à affronter une politique de l’incertitude, à apprendre et à décider en méconnaissance de cause.

De manière parlante, les mots « avantages » et « bénéfices » qui figurent aussi dans le cahier de Vivagora sont inscrits dans des énoncés qui les mettent en question ou qui incitent à interroger leur contenu (à l’opposé des cahiers comme ceux des FEBEA, CNISF et CLVC où les avantages et les bénéfices liés aux nanotechnologies sont plutôt affirmés, voir les exemples cités plus haut).

Il est important de pouvoir débattre des risques et avantages de ces projets, comme des valeurs qu’ils servent.

Les questions qui comptent sont les suivantes : (…) Quelle attention est portée aux questions de justice et d’équité (nord-sud notamment) dans l’accès aux bénéfices des nanotechnologies ?

Au travers de cette esquisse d’étude des mots évaluatifs, comme « risques », « peurs » d’un côté et « avantages », « révolution » de l’autre, dans les 51 cahiers d’acteurs du débat sur les nanotechnologies, on découvre les différentes stratégies utilisées par les acteurs soit pour atténuer soit pour renforcer leur valeur évaluative. On peut, par exemple, qualifier les risques d’ « incertains » ou d’ « imprévisibles » pour renforcer leur aspect dramatique ou simplement parler de « risques potentiels » ou de « risques éventuels » en cherchant à neutraliser l’incertitude sur leur origine ou leur objet. De même, on peut qualifier des peurs ou des craintes de « légitimes » ou les disqualifier comme étant « irrationnelles ». En outre, on peut affirmer explicitement ou de manière implicite que l’aspect révolutionnaire des nanotechnologies engendre des risques et suscite des peurs, ou à l’inverse, nier explicitement leurs aspects dangereux ou bénéfiques.

Marie-Angèle Hermitte, Les entités incertaines, communication au Colloque en hommage à Yan Thomas, EHESS, 25 mars 2010

Quelques formules évaluatives

Afin de repérer les énoncés où une stratégie de réorientation de la valeur évaluative des mots est opérée dans un corpus des textes, on peut essayer d’exploiter la fonctionnalité des formules. Il s’agit ici surtout du type le plus complexe des formules, à savoir des formules à la recherche « de figures argumentatives plus complexes recourant à des jeux de catégories », que Chateauraynaud et Debaz présentent dans leur dernier billet. A l’instar de la formule /QUALITE /T=4 mais /T=4 QUALITE, qui peut nous procurer les énoncés où deux qualités sont rapprochées afin de renforcer la deuxième5, on peut alors rédiger une formule cherchant les énoncés dans lesquels deux catégories sont rapprochées de manière évaluative :

/CAT_ENTITE='Rhétorique du changement' /T=15 /CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_ENTITE='Inquiétude'

Les nanotechnologies soulèvent de grands espoirs et sont porteuses de progrès. Mais elles suscitent également des interrogations et des craintes. INDECOSA

/CAT_ENTITE='Logique de marché' /T=15 /CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_ENTITE='Inquiétude'

Les bénéfices attendus des nanotechnologies doivent être présentés, mais il ne faut pas occulter les risques possibles, notamment l’impact sur l’homme et son environnement. CNISF

/CAT_ENTITE='Logique de marché' /T=15 /CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_QUALITE='Incertitude'

Aujourd’hui, les bénéfices escomptés de certains usages des nanoparticules sont immenses, mais la grande majorité des risques restent inconnue. Académie des Technologies

On peut même penser à inverser l’ordre des catégories rapprochées, dans une formule comme la suivante :

/CAT_ENTITE='Inquiétude' /T=15 /CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_ENTITE='Rhétorique du changement'

Pourtant, dans le corpus des 51 cahiers d’acteurs, cette formule ne donne pas de résultat, ce qui montre bien qu’il faut être flexible et créatif  dans la rédaction de formules. Les procédés discursifs qui relèvent des stratégies argumentatives, comme la concession et la réfutation, ne se déploient pas forcement au sein d’une seule phrase ou deux. Il est fréquent que de tels procédés débordent les frontières d’un paragraphe. En augmentant les trous (/T=XX) et en complexifiant la syntaxe de la formule on peut chercher à capter des fragments du corpus plus intéressants, comme le suivant, résultant d’une requête à partir de  l’agencement suivant :

/CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_ENTITE='Logique de marché' /T=15 /CAT_MARQUEUR /T=15 /CAT_ENTITE='Rhétorique du changement'

Pourtant, les « nanoproduits » manufacturés ne sont pas tous des produits anodins et leur développement soulève de nombreuses questions, qui ne se résument d’ailleurs pas à celle de leurs effets potentiels sur la santé et l’environnement, ni même à celle de leur potentiel économique (on parle de bénéfices à court terme alors que le développement des nanotechnologies est un engagement de long terme), mais qui sont aussi des questions d’ordre éthique, philosophique, juridique … On évoque ainsi, dans certaines applications, une « technologisation » du corps, des risques potentiels pour les libertés individuelles, etc. CESR Bretagne

Dans ce billet, je me suis surtout concentré sur des noms comme « risques », « peur » et « bénéfices » afin de discuter comment on peut repérer l’inscription de l’évaluation dans un corpus. Ceci dit, on peut ouvrir la démarche afin d’inclure des verbes évaluatifs, comme « craindre » et « bénéficier ». Et chemin faisant, on se rend compte de la présence de structures parallèles comme :

Craintes légitimes = Il est légitime de craindre

La complexité du nanomonde nous pousse aux réflexions suivantes : Cette complexité suscite de l’inquiétude. D’abord parce que le risque existe que les personnes qui ont le savoir décident pour nous sans nous tenir informés ; cela représente un danger pour la démocratie. Par ailleurs, du fait du manque de connaissance des citoyens sur le développement des nanotechnologies, il est légitime de craindre des dérapages. Il nous semble que, dans cet univers complexe, la difficulté à s’approprier les problèmes, à les comprendre et à prendre des décisions implique de se donner du temps pour s’informer. CRIDF

  1. Il s’agit ici d’une réorientation de « l’orientation argumentative » au sens où l’entendent Anscombre et Ducrot, 1983 L’argumentation dans la langue, Liège, Mardaga []
  2. Le cahier de l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques) figure en fait le premier parmi les cahiers où les mots « risques » et « dangers » sont les plus nombreux. Mais après une lecture des énoncés, on constate qu’il s’agit presque exclusivement des cas où on présente les travaux de l’institut qui portent sur l’évaluation et la prévention des risques et des dangers industriels et technologiques. []
  3. En fait, on y trouve une seule occurrence de la locution « bénéfices/risques » que je ne compte pas ici. []
  4. On peut obtenir une liste des qualités attribuées à un être fictif ou à une entité aussi à partir des fonctions ‘liens entités-qualités’ et ‘liens qualités-entités’ de la fenêtre accès par les entités. []
  5. Voir par exemple l’énoncé : Un risque faible par individu mais réel, induirait un véritable problème de santé à l’échelle de la population. FNE []

2 réflexions au sujet de « Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives »

  1. Ping : Tweets that mention Les mots des nanos : De quelques formules évaluatives | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

  2. Josquin Debaz

    Merci pour ce billet très riche d’enseignements.
    On trouve d’intéressantes orientations évaluatives dans le texte Nanosciences : nouvelle âge d’or ou apocalypse ? de Louis Laurent et Jean-Claude Petit du CEA en 2004, notamment de termes comme « évolution », « révolution » ou « progrès » et même de « controverse » comme l’a montré F. Chateauraynaud dans Nanosciences et technoprophéties. Le nanomonde dans la matrice des futurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.