Lost in Arlington …

La co-construction d’un terrain et d’un corpus, lors d’une enquête dans les milieux d’expertise à Washington.

Francis Chateauraynaud and Josquin Debaz

(Arlington, Virginie, le 4 octobre 2010)

Il est banal aujourd’hui de présenter les options méthodologiques de la sociologie comme complémentaires. L’approche quantitative est réputée compatible avec l’analyse qualitative, l’ethnographie avec la recherche documentaire, le recours à l’image avec l’analyse d’entretiens, l’analyse de discours avec l’exploitation secondaire de bases de données, etc.  Cette forme d’œcuménisme méthodologique peut être conçue comme une version faible du pragmatisme qui consiste à changer d’outils selon les « dimensions » étudiées, en mettant en avant l’importance des connaissances nouvelles finalement produites à l’issue de l’enquête. Cette démarche peut être facilement partagée, mais elle ne permet pas d’exposer clairement les points d’articulation entre les différentes techniques utilisées  de façon à susciter leur mise en discussion et leur éventuelle réitération dans d’autres contextes d’enquête. C’est pourquoi la socio-informatique invite plutôt à une version forte de ce pragmatisme méthodologique.

Stay alert

Stay alert!

Cette version forte a pour première qualité de ne pas opposer l’utilisation d’outils d’ « analyse textuelle » sur des corpus numérisés et les recherches de terrain,  mais de les faire travailler de concert.  Il s’agit de prendre appui sur la formation d’un corpus en amont du terrain pour préparer des prises de contact, pour identifier des classes d’objets, repérer des tensions cognitives ou politiques propres au domaine visé, et partant  travailler la formulation des questions pertinentes1.  Ce n’est pas tout : le corpus ne reste pas nécessairement statique au cours des tribulations sur le terrain et peut faire l’objet de révisions continues. Il  sert alors tout à la fois d’archive dynamique de l’enquête, de lieu de recoupement et d’espace de calcul – pour vérifier par exemple que tel ou tel type d’acteur n’aborde pas frontalement une question, ou se situe plutôt dans un registre argumentatif déterminé. On peut encore explorer la carte des connexions les plus frayées, permettant en retour une meilleure interactivité au cours des entretiens.

Le travail continu d’articulation des méthodes au cœur même de l’enquête trouve une excellente illustration avec l’investigation menée, fin septembre, début octobre 2010, dans des milieux d’experts en santé/environnement à Washington DC.2. Cette mission aux États-Unis est d’autant plus intéressante que le corpus a précisément été créé afin de préparer les entretiens et qu’il a changé radicalement d’aspect au fil des interactions sur le terrain. En outre, s’agissant de réaliser des entretiens avec des interlocuteurs américains, l’appui sur les textes du corpus était une ressource linguistique majeure pour les enquêteurs.

Le corpus de départ – avant l’enquête / le corpus de retour – après l’enquête.

Au 20 septembre 2010, quelques jours avant le départ pour le district de Columbia, le corpus comprenait près de 400 textes, qui avaient essentiellement servi à établir les premiers contacts par courriel. Il s’agissait de disposer de variations argumentatives suffisantes autour d’études, de rapports ou de décisions impliquant les agences de régulation des risques sanitaires. Comme les premières réponses obtenues étaient assorties de noms d’experts à contacter, elles ont suscité des recherches documentaires dérivées. On connaît la tendance générale à « googliser » les personnes et les organisations sur le  web, ce qui change considérablement les situations d’interaction sur le terrain – les acteurs interrogés pouvant eux aussi se renseigner sur les enquêteurs, avant ou après l’entrevue.  C’est pour le moins un bel objet de réflexivité pour le développement des méthodes empiriques des sciences sociales à l’ère de l’internet !3 En tout état de cause, le terrain n’est plus aussi déconnecté des formes de visibilité et de circulation sur le réseau, et les techniques de prise d’information qu’il rend possibles sont désormais très communes.

On pourrait s’en tenir au retour réflexif sur les interactions entre mode d’existence sur le web et formes de relation sur le terrain. L’introduction de dispositifs comme Prospéro dans  la dynamique entre global et local, entre propriétés distribuées et caractéristiques situées, n’ajoute pas seulement une dimension computationnelle – en permettant l’accumulation réflexive des sources d’information et leur insertion dans un même espace de confrontation. Elle contribue à redéfinir les modes d’accès aux informations  et la nature des relations avec les acteurs  en les dotant d’un nouveau statut épistémique et cognitif.  En l’espèce, nous sommes partis d’un stock de textes publics de l’EPA (US Environmental Protection Agency), de la FDA (Food and Drug Administration), du EWG (Environmental Working Group), de la revue Environmental Health Perspectives, du site alternatif Alternet, du New York Times et du Washington Post, ainsi que de bien d’autres auteurs et supports disponibles. La mise en relation de cet ensemble de supports dans un même corpus produit une première représentation de l’espace de controverses et de conflits potentiels autour d’une liste ouverte d’objets d’alerte et de risque4. Une des propriétés marquantes de ce premier corpus était de donner la part belle à des événements et des débats récents (autour du changement climatique, des conséquences de l’accident de Deep Water Horizon, du Bisphénol A, du saumon transgénique, etc), tout en remontant assez loin dans le temps, jusqu’au milieu des années 1980 à partir de textes critiques sur le génie génétique ou différents rapports d’agences internationales sur l’environnement. On disposait ainsi d’une première base de travail qui permettait de structurer la vision du futur terrain et d’organiser les questions. Mais l’intérêt majeur de ce dispositif est évidemment sa capacité d »évolution continue au fil des rencontres en situation, riches en surprises et en décalages multiples. Pourquoi va-t-on sur le terrain ? Pour retrouver ce que l’on sait déjà ou pour être surpris par les acteurs ? Il n’est guère contestable qu’un bon terrain permet, en général, de faire converger intelligemment les deux processus !

Le 4 octobre, à l’issue du dernier entretien réalisé dans un café non loin du Capitol Hill, il a encore fallu ajouter des documents dans le corpus. Un des premiers réflexes après un entretien consiste désormais à cueillir de nouveaux liens et de nouveaux documents sur le web. En l’occurrence, cette recherche documentaire était suscitée par les indications de notre interlocuteur, spécialiste des risques liés aux nanotechnologies au sein de l’EPA, quant au rôle d’ONG qui n’avaient pas été citées jusqu’alors par d’autres, comme le Environmental Defense Fund. Dans la même suite d’idées, au cours des entretiens, une entité assez peu connue en Europe – surtout si on la compare au WWF ou à Greenpeace – , et dont nous avions sous-estimé la place dans le jeu des expertises et des contre-expertises, le Natural Resources Def ense Council,  s’est révélée très importante. Nous avons ainsi intégré de multiples contributions de cette ONG dans le corpus, d’autant que, de fil en aiguille, plusieurs de ses membres ont accepté de nous rencontrer. Inutile de dérouler les étapes de l’enquête dans tous leurs détails, on voit clairement le type de dynamique d’apprentissage et de consolidation des matériaux qui remet en cause l’idée d’un partage net et tranché entre des registres méthodologiques.

Partis avec un peu moins de 400 textes, nous voici de retour avec un corpus de 660 documents, contenant d’imposants rapports ainsi qu’un ouvrage apparemment décisif sur les tendances du « risk assessment » 5 et les réformes en cours du fameux Toxic Substances Control Act (TSCA), réformes engagées par l’administration Obama, dont les experts semblent éblouis par le dispositif REACH mis en place en Europe…  Bref, la possibilité d’opérer constamment des allers-retours entre le corpus (raisonné), les sources du web (proliférantes et inépuisables) et les entretiens (nécessairement limités à des interlocuteurs ciblés), fournit un solide véhicule à l’enquête.

Distribution annuelle du nombre de textes du corpus "Alarms and Controversies"

La mise à l’épreuve du répertoire des objets d’alerte et de controverse

Nous examinerons dans de prochains billets les liens qui se tissent entre les acteurs de l’expertise en santé environnementale aux États-Unis – et à l’échelle internationale. Dans cette courte contribution, concentrons-nous sur la collection des objets d’alerte. Une classe de thèmes intitulée RISK-ISSUES* a en effet été spécialement construite pour explorer le corpus et aborder, avec un minimum de connaissance technique (prior technical knowledge),  les entretiens.  or, ce qui frappait dès le départ dans l’accumulation de textes en provenance de supports  très divers, c’était la place centrale des produits chimiques dans les controverses sanitaires et environnementales aux États-Unis.  Il n’y a là rien de bien surprenant quand on connaît le domaine de l’évaluation et de la gestion des risques.

Ce qui importe ici c’est que la collection produite au cours de la préparation de l’enquête et au fil des interactions avec des acteurs sur le terrain a pris un tour systématique, permettant d’envisager de multiples tests et comparaisons – surtout pour les applications futures.

Les collections peuvent être introduites dans des classes de formule de façon à repérer les agencements dans lesquels leurs principaux représentants sont insérés.

La distribution obtenue renvoie fortement à nos centres d’intérêts tels que formulés a priori lors de la première étape de la constitution du corpus : nous partions avec l’idée d’interroger systématiquement la place de toute une série d’objets qui non seulement font débat mais interagissent dans les arènes publiques européennes. C’est le cas du changement climatique, du nucléaire, des OGM, du Bisphénol A (BPA), des nanotechnologies, mais aussi des ondes électro-magnétiques. Tout ces dossiers ont en commun d’être construits en Europe autour du principe de précaution et de vives querelles sur le statut de l’expertise. Ce que nous apprend le terrain, c’est qu’aux États-Unis les connexions entre tous ces dossiers sont beaucoup moins constituées, et que la régulation reste d’abord et essentiellement organisée à partir du risque chimique pour le consommateur et le travailleur – et ce produit par produit.

La carte de liens ci-dessous, obtenue à partir de la même collection, ainsi que les entretiens réalisés confirment ce lieu commun de la politique des risques américaine : il y a relativement peu de disputes ces dernières années autour de sujets conflictuels en Europe comme la radioactivité, les OGM, les nanotechnologies ou les ondes électro-magnétiques, mais en revanche des batailles continues, engageant toute une série d’ONG6, autour des pesticides, des perturbateurs endocriniens, des additifs alimentaires, et de tous les composants chimiques (chemicals) présents dans l’environnement7.

Carte de liens des éléments de la collection " Risk Issues" déployée sur l'ensemble du corpus

Carte de liens des éléments de la collection "Risk Issues" déployée sur l'ensemble du corpus

Sur ce graphe, on trouve en position centrale les grandes catégories formées par les produits chimiques, les pesticides et le PCB. A droite, se déploient sous la forme d’une constellation dense toute une série de produits spécifiques, parmi lesquels on trouve en bonne place métaux lourds, benzène, bisphénol et formaldéhyde. On remarque également que l’amiante (asbestos) est absorbé dans le monde des produits chimiques – ce qui provient de sa catégorisation comme polluant  chimique par les agences américaines. Les OGM et les ondes électro-magnétiques qui ne suscitent pas de controverse majeure se placent plus à l’écart, dans la partie gauche du graphique. La division du travail d’expertise et de régulation entre l’EPA et la FDA est restituée par la carte de liens : en effet une zone du réseau est composée par une nébuleuse connectant les additifs alimentaires, l’irradiation des aliments et « novel food« . Par contre des risques alimentaires d’origine bactérienne, comme Escherichia coli ou les salmonelles, sont tirés vers les marges gauches du graphe, de même que des affaires comme  l’hormone de croissance. La position relative des perturbateurs endocriniens est assez surprenante dans la mesure où on aurait pu l’attendre au cœur du groupe des risques chimiques,  proche du BPA en particulier. On voit par ailleurs que via le nucléaire, les risques radioactifs sont déportés sur le cadran nord-ouest, liés à un groupe connectant les risques climatiques : réchauffement et catastrophes.

A weekend in one of the most polluted sites according to EPA in 1990

Au cours des entretiens réalisés, la carte des objets d’alerte est développée de manière très sélective par nos interlocuteurs. Rien de plus normal puisqu’ils développent leurs récits et leurs arguments en fonction de leur point de vue. Mais ce qui est intéressant, c’est comment, en contexte, le type de circulation rendu possible par la construction du corpus perd de sa pertinence, voire fait l’objet de contestation de la part d’experts portés à sérier les problèmes et à douter de la possibilité de traiter de multiples sources de risques dans un même mouvement interprétatif, même si des outils et des standards de raisonnement sont disponibles. De ce point de vue, la mise en variation provoquée par la socio-informatique des controverses, qui laisse ouverte la liste des objets pertinents, de ce qu’il est légitime de rapprocher ou de dissocier, peut être remise en cause par l’expérience des acteurs interrogés, y compris des experts travaillant pour des ONG qui  ont pour objectif de porter la critique environnementale. C’est là une friction du terrain qui enrichit considérablement le regard porté sur l’objet.

Une des caractéristiques des récits et des arguments recueillis est ainsi de faire apparaître un souci de spécialisation et de focalisation sur des sources évaluables et mesurables. Cela n’empêche pas les mêmes personnes de reconnaître  que l’objectivation du risque fondée sur la spécification des sources n’engendre pas directement de prise politique solide  sur les processus de régulation – sauf exception, comme dans le cas récent du Bisphénol A, très lié à la présence centrale des nouveaux-nés dans la carte des expositions. On peut donc à la fois revendiquer la scientificité de la démarche d’évaluation des risques et critiquer un mode de régulation livré à la « puissance des lobbies ».  A ce propos, un des points d’achoppement de l’enquête est celui du statut épistémique des mélanges et des combinaisons de substances pour lesquels aucune méthodologie ne semble émerger alors même que des travaux officiels soulignent la nécessité d’un basculement de paradigme en matière de toxicologie8. Les experts américains,  dans les agences ou dans les ONG, ne voient pas venir de changement de paradigme considérant que la prise en compte d’une pluralité de sources fait sortir des « bonnes pratiques » de la science.  On voit bien en même temps,  en confrontant ces points de vue à la carte de liens ci-dessus, que la prise en compte des « cocktails » de sources d’exposition est une option possible pour tout acteur motivé par une volonté de déplacement des cadres cognitifs et politiques – de la toxicologie en particulier9.

En un mot, et au delà de l’objet lui-même,  qui apparaît sans doute très technique et plutôt spécifique, la mise en rapport des connexions qui s’opèrent à travers les documents d’un corpus et des rapprochements – ou des dissociations – effectuées par les personnes consultées sur le terrain, forme une des conditions épistémiques majeures de la compréhension des enjeux, de ce qui fait (déjà) ou fera (bientôt) conflit –  notamment sur les scènes internationales lorsque des dispositifs d’évaluation différents se trouvent confrontés.  Ce qui invite à terminer ce billet par une citation d’Eric Guichard qui écrit dans ses réflexions sur ce que l’écriture du web fait à l’épistémologie :

Un terrain n’est pas qu’un lieu que l’on choisit au préalable pour se caler sur le réel. Ce n’est non plus un espace de travail empirique que l’on remet en perspective a posteriori. Pour prolonger la métaphore géographique héritée de l’anthropologie et de la sociologie, un terrain est un «lieu» que l’on fabrique patiemment pour qu’il devienne une référence de sens. Un lieu dans lequel on se plonge, pour se distancier des implicites d’un monde considéré comme allant de soi, pour mieux en saisir les dynamiques etles structures. Mais aussi pour prendre la mesure d’un écart vis-à-vis de soi : en l’occurrence pour se forcer à s’éloigner des doxa qui gouvernaient le chercheur au moment de l’enquête, de la constitution de son objet. C’est un lieu que l’on choisit pour ses capacités à désorienter. Un terrain est tangible, il sert d’appui, mais il est aussi construit : il est cet espace réflexif et concret qui pose les problèmes. Il excède l’expérience.10

[à suivre…]

:How the Hazardous Chemistry of Everyday Things Threatens Our Health and Well-beingThe Body Toxic: How the Hazardous Chemistry of Everyday Things Threatens Our Health and Well-being

Science and Decisions:

Advancing Risk Assessment

  1. Notons qu’une classe de formules sous Prospéro se révèle assez heuristique : on recherche toutes les questions posées par des auteurs du dossier, en liant la présence d’un actant et d’un point d’interrogation ; on obtient une sorte de questionnaire collectif en acte dans le corpus. []
  2. Ce billet inaugure une série de contributions dédiées aux enrichissements mutuels entre construction raisonnée de corpus et enquêtes de terrain.  On reviendra ainsi sur le cas des OGM, sur les travaux collectifs menés en Colombie dans le cadre du projet Ecos Nord, ou encore sur le passage  dans la Meuse fin septembre 2009,  lors de la recherche sur la gestion des déchets radioactifs. []
  3. Voir ce qu’en dit Daniel Cefaï dans L’engagement ethnographique, Paris, EHESS, 2010. []
  4. Encore une fois, il est vain de prétendre « cartographier les controverses » sans construire l’espace de représentation des jeux d’acteurs et d’arguments étudiés []
  5. Committee on Improving Risk Analysis Approaches Used by the U.S. EPA, National Research Council, Science and Decisions:  Advancing Risk Assessment, National Academies Press, 2009. []
  6. Organisations qui font d’ailleurs l’objet d’une contre-offensive polémique... []
  7. En fouinant dans les librairies de Georgetown, on est tombé sur un ouvrage fort intéressant bien qu’au succès apparemment limité, qui redéploie sur un mode critique le champ des expositions chimiques en illustrant la constellation centrale de la collection RISK-ISSUES* ; voir Nena Baker, The Body Toxic: How the Hazardous Chemistry of Everyday Things Threatens Our Health and Well-being, North Point Press; First Edition edition, 2008. []
  8. Voir le rapport remis en 2007 à la DG environnement de la Commission européenne, State of the Art Report on Mixture Toxicity. []
  9. Voir dans le cas français le travail du Réseau Environnement Santé animé par André Cicolella. []
  10. Eric Guichard, L’internet et l’écriture : du terrain à l’épistémologie, Habilitation à diriger les recherches, Lyon I, septembre 2010. []

Une réflexion au sujet de « Lost in Arlington … »

  1. Ping : Les diseurs de vérité (5). Le lanceur d’alerte, une figure sociologique froide | La pensée du discours

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.