Marloweb.ogm : (trans)genèse d’une promesse méthodologique

Francis Chateauraynaud

La rencontre organisée le 15 septembre dernier autour des travaux du programme OBSOGM fut une belle occasion de débattre à la fois des évolutions du dossier des OGM et de ce que font, ou ne font pas, les sciences sociales dans le jeu des interprétations, quand elles ont affaire à des acteurs ultra compétents et réflexifs auxquels il est généralement difficile d’apprendre quelque chose de nouveau sur leurs propres disputes.  Quatre interventions ont permis d’attaquer la complexité de ce dossier en faisant varier les approches : j’ai d’abord présenté la manière dont on peut restituer l’histoire politique des OGM, marquée par une montée d’une logique du conflit faisant poindre  les limites de l’argumentation en situation de différend ou de désaccord profond (deep disagreement); Jean Foyer a ensuite opéré un décentrement très précieux à partir des controverses suscitées par le maïs OGM au Mexique, lieu de cultures ancestrales des premières variétés, transformé en quelques années en terrain d’expérimentation de dispositifs d’alerte en matière de dissémination et de biosécurité ; Antoine Bernard de Raymond a analysé la forme de légitimité politique visée par le mouvement des faucheurs volontaires, à travers la revendication d’une désobéissance civique de longue haleine ; enfin, Marie-Angèle Hermitte a repris l’histoire des épreuves judiciaires, en abordant les procès comme des formes de mobilisation, marqués par des victoires juridiques (droit à l’information, évaluation plus contextualisée des risques associés aux cultures des PGM) ou des défaites (arrêtés anti-OGM des communes), et, dans le cas des procès des faucheurs, un usage radical de l’arme du droit – perdu ou gagné la décision judiciaire prononcée au nom du peuple français fait toujours avancer la cause !

Sans reprendre ici l’ensemble des éléments qui ont été discutés, différents aspects intéressent tout particulièrement ce carnet. Car il était aussi question de socio-informatique, la recherche s’appuyant sur la construction et l’analyse d’un grand corpus. A ce propos, une des questions posées par des acteurs critiques, observateurs de nos travaux, était celle de l’utilisation finale de nos outils. A quoi et à qui peut servir le dispositif appelé marloweb.ogm  promis dès 2006 dans un des « paquets de travail » (« work packages » dans la langue eurotechnocratique) de ce programme ANR ? A l’époque il s’agissait d’une véritable promesse méthodologique dont on évaluait encore assez mal les difficultés de mise en œuvre. En pratique, c’est surtout à travers les travaux menés en partenariat avec l’AFSSET – aujourd’hui ANSES – que le dispositif marloweb a finalement vu le jour au cours de l’année 2007, pour entrer en service au milieu de 2008. Si dans le cas de l’AFSSET, il s’agissait de traiter des requêtes permettant de suivre de semaine en semaine l’évolution de toute une liste de dossiers (pesticides, ondes électro-magnétiques ou nanoparticules, puis H1N1 ou Bisphénol-A), le projet OGM était en un sens encore plus ambitieux. En effet trois éléments, largement rediscutés lors de cette journée d’études, caractérisaient cette recherche :

  • (a) elle était pluridisciplinaire en liant sociologie, droit et histoire des sciences (agronomie, biologie et génétique) ;
  • (b) elle devait rendre possible une redescription complète du dossier des OGM du milieu des années 1980 jusqu’à nos jours (ce qui correspond au corpus finalement constitué)1 ;
  • (c) elle devait permettre la libre réinterrogation de ce corpus par toute personne intéressée à travers le dispositif marloweb.

Trois paris donc, qu’il n’était pas évident de tenir jusqu’au bout ! Surtout sur un dossier marqué par un conflit politique majeur que la trêve provisoire suscitée en France par le vote de la loi du 25 juin 2008 relative aux OGM n’a pas pu contenir bien longtemps …

De la fécondité d’une alliance de la sociologie et du droit

 

Sur la pluri- ou multi-disciplinarité dont il a déjà été question par ici je ne dirais pas grand-chose de plus sauf ceci : il y a des combinaisons disciplinaires qui marchent mieux que d’autres, et par exemple il me semble évident qu’il y a un réel bénéfice à croiser la sociologie et le droit, dès lors que les sociologues prennent au sérieux les  formes de raisonnement juridique et qu’il y a des juristes capables de lier l’analyse des logiques législatives, réglementaires et jurisprudentielles, et la prise en compte des enjeux politiques, épistémologiques, économiques ou éthiques – comme tout ce qui touche à la brevetabilité du vivant, au droit à l’information ou à l’évaluation des risques. Sans doute de tels chercheurs en droit sont-ils encore trop rares, mais je profite de ce billet pour souligner l’habileté et l’exigence créatrices dont nous a fait bénéficier, bien au-delà du seul cas des OGM, Marie-Angèle Hermitte. Elle a fait plus que nous accompagner dans cette aventure en nous faisant voir des choses qu’aucune de nos procédures, aucun de nos concepts sociologiques n’aurait pu nous permettre d’appréhender. Étonnante fécondité du croisement de la sociologie et du droit dans certaines configurations, soutenue en outre par un intérêt commun pour l’histoire contemporaine des sciences et des techniques2.

Périodisation des séries et modélisation des trajectoires

Pour ce qui est du deuxième pari, il n’a pas été tenu sans atermoiements, car on n’a cessé de se battre contre la quantité astronomique de documents qui pouvaient, de plein droit, entrer dans le corpus. Finalement, on s’en est tiré en proposant une périodisation du dossier suffisamment souple pour autoriser des modifications ultérieures, et assez contraignante pour faire parler le corpus – qui atteignait mi-septembre, 9839 textes.

Périodisation du corpus OGM (1986 - 2010)

S’il y a des documents bien antérieurs, le corpus OGM décolle véritablement le 1er novembre 1996 avec le dossier de Libération intitulé « Alerte au soja fou », suscité par une opération de Greenpeace contre une cargaison de soja transgénique en provenance des Etats-Unis.

La discussion a été vive sur le statut de ce type de périodisation. A l’évidence il est toujours possible de choisir d’autres points de repères pour élaborer les périodes marquantes de l’histoire politique d’un dossier. C’est là un des enjeux centraux des modélisations développées sous la notion de  « balistique sociologique », dont l’objectif est de caractériser les trajectoires empruntées par des causes ou des problèmes publics3. Si les ruptures sont liées à des événements, il s’agit surtout de restituer les changements de régimes politiques. Les bornes choisies sont discutables et d’autres épreuves marquantes peuvent être privilégiées, mais il y a des configurations socio-politiques auxquelles les protagonistes associent un fort degré d’irréversibilité : on peut ainsi définir une épreuve marquante comme une épreuve qui institue un avant et un après tout en produisant une matrice narrative utilisée pour traiter de multiples événements ultérieurs4. Dans la série des épreuves marquantes qui s’imposent dans le dossier des OGM, cinq moments forts sont particulièrement retenus par les acteurs et du même coup s’imposent aussi au cadre d’analyse du sociologue – moins à celui du juriste, et ce fut précisément un des points centraux de la discussion. Ces épreuves ou ces moments forts marquent des phases d’intense socialisation du dossier des OGM, et précèdent ou accompagnent des phases politiques que l’on peut juger décisives.

  • L’arrivée agitée de la première cargaison de soja transgénique fin 1996;
  • La conférence de citoyens de 1998 – à la fois un précédent et un point de bifurcation ;
  • Le changement de régime du mouvement des faucheurs et l’apparition des faucheurs volontaires (2003) ;
  • Le Grenelle de l’environnement (2007) ;
  • Le vote de la loi au printemps 2008.
Manifestation à Paris pendant les débats sur la loi OGM au Sénat (2008)

Manifestation à Paris pendant les débats sur la loi OGM au Sénat (2008)

Pragmatique de la performance critique

Un autre aspect qui a marqué le travail sociologique et juridique sur le dossier des OGM en France et en Europe, est le renouvellement du « répertoire » des formes de protestation5. Une des catégories les plus opérationnelles de Prospéro pour le repérage des changements de régime et la comparaison des trajectoires des dossiers suivis, est celle qui est intitulée « Modes de protestation » : depuis la manifestation et le sit-in jusqu’à la pétition et la grève de la faim, les techniques de protestation méritent une attention particulière puisqu’elles marquent le degré d’engagement des acteurs dans des épreuves de forces et l’expression d’une « colère légitime » . Mais ce qui est notable, c’est l’extension du registre de la performance critique auquel ont de plus en plus recours des ONG pour doter leur cause d’une visibilité publique suffisante et infléchir ou inverser la trajectoire d’une cause.

16 mars 2007 : Greenpeace livre du maïs OGM devant le QG de campagne « hyper sécurisé » de Nicolas Sarkozy dans le 10ème arrondissement …

C’est l’occasion de rappeler que les textes insérés dans les corpus traités sous Prospéro peuvent être liés à toutes sortes de ressources dites « externes » et dont la disponibilité est parfois cruciale : forme originale d’un rapport (la version txt étant doublée par sa version pdf contenant des tableaux, des graphiques et toutes sortes d’éléments non pris en compte par l’analyse des textes plains), photographie ou vidéo, archive numérique, site Web, fichier audio, texte d’observation ou note de terrain du chercheur, etc.)

Changer l’architecture des corpus

 

 

On a vu dans plusieurs billets précédents comment la socioinformatique des controverses fait face à de nouveaux défis dans la conception des grands corpus. D’un côté, il paraît insoutenable de rassembler de manière exhaustive ou même représentative l’ensemble des séries, sans introduire de biais de sélection des textes, ou sans que le travail de collecte, de numérisation ou de mise en forme, colonise une bonne partie de l’effort de recherche ; de l’autre, la disponibilité croissante d’archives numériques, de sites et de blogs d’acteurs sur le Web permet d’opérer des recherches sans avoir besoin d’engendrer de corpus précis. L’architecture des corpus qui sous-tend l’analyse des grands dossiers obéit néanmoins à une logique différente, irréductible à la quête d’exhaustivité absolue et à la pêche aux ressources sur le Web. En tout état de cause, l’application des outils socio-informatiques au dossier des OGM nous a conduit à revoir la conception générale des corpus utilisée pour bâtir des observatoires destinés à suivre des dossiers sur la longue durée6.

Une architecture des grands corpus plus complexes qu’une simple série « exhaustive »  permettant de changer d’échelle en fonction des logiques enquêtes

 


La périodisation des grands corpus permet à la fois de construire des sous-corpus liés à la succession des événements et des épreuves et d’organiser la comparaison des séries passées et contemporaines. Mais il nous faut également prendre la mesure du degré de présence du sujet étudié dans des séries publiques homogènes – agences de presse ou presse nationale – et pouvoir se concentrer sur des types d’auteurs-acteurs ou de supports : dans le cas des OGM on peut par exemple vouloir examiner en détail la nébuleuse des groupes anti-OGM ou celle des parlementaires qui se saisissent du dossier. Enfin, il est décisif de construire des liens entre les corpus de textes et les autres sources utilisées comme les entretiens, les observations de terrain et les archives non (encore) numérisées qui jouent évidemment un rôle majeur dans l’interprétation.

Cet effort d’explicitation a suscité une critique paradoxale, émise par un membre du comité scientifique de l’ANR : l’étude des OGM ne serait pour nous qu’un alibi pour poursuivre des travaux formels n’intéressant que la méthodologie sociologique et en tant que telle elle n’apporterait rien à la connaissance du dossier… Rien de plus faux puisque cela permet de poser de nouvelles questions à un dossier sur lequel les positions semblent définitivement arrêtées. Le rapport bientôt disponible montre au contraire que ce travail collectif complète, en replaçant les enjeux dans un temps long, les analyses déjà effectuées, et bouscule même certains attendus, comme tout ce qui touche à la fameuse « démocratie technique », cible de la critique radicale depuis pas mal de temps7. Le résultat du travail d’accumulation et de mise en forme de corpus est accessible via le dispositif Marloweb, conçu comme un espace de requêtes et de relance des enquêtes. De multiples adaptations auront lieu, en fonction des usages, pour rendre cet espace de travail plus ouvert et interactif. Mais il est d’ores et déjà possible d’interroger les bases de Prospéro et de Marlowe.

Le laboratoire socio-informatique dans la cité

Le troisième pari réside dans la relation d’accessibilité que le dispositif, une fois sorti du laboratoire, crée pour des acteurs extérieurs qui n’ont pas participé à la recherche mais entendent s’en approprier les résultats. Certes toute la difficulté réside dans ce qu’on entend par « résultats ». En quoi un dispositif comme Marloweb donne-t-il accès à des « résultats » ? On attend généralement d’un travail scientifique qu’il apporte des « preuves », alors que dans la logique pragmatique qui prévaut ici nous sommes plutôt dans une science qui rend visibles et manifestes des traits et des figures qui peuvent ensuite donner lieu à des interprétations convergentes ou divergentes. A ce propos, le rapport OBSOGM ne peut prétendre dire le dernier mot sur le dossier : il contient un certain nombre de descriptions, d’analyses et de propositions qui peuvent être remises en question ou servir de cadres à d’autres discussions. Il reste qu’il nous faut souvent répondre à la question de ce qu’apporte vraiment le traitement de milliers de documents. Le sociologue peut risquer cette réponse : « le cas des OGM n’est pas une controverse ratée mais un conflit réussi !» En effet, les corpus permettent de retracer pas à pas le durcissement d’une opposition et de mesurer la fragilité des tentatives de compromis entreprises par le politique8. Pour le juriste, il peut s’agir, non pas de dire ce que les OGM font ou ne font pas aux énoncés de droit pur, mais de montrer que le droit n’est pas au-dessus ou à côté des processus de mobilisation mais qu’il en constitue un ressort majeur, contribuant ainsi à modeler les dispositifs et les jeux de contraintes des acteurs en permettant des déplacements et des rebondissements – termes clés de toute balistique…

Dans le cas des OGM, la densité des corpus analysés et la multiplicité des outils fournis par le couple Prospéro-Marlowe n’ont pas réduit la difficulté : comment construire la juste position dans un champ de forces où les acteurs sont parés à tous les rebondissements ? Le rapport idéal n’existe pas dans un tel contexte : on peut au mieux parvenir à caler des descriptions à peu près définitives sans tomber dans la juxtaposition de lieux devenus communs, tout en proposant des entrées nouvelles sur le dossier, entrées qui bousculent les chemins d’enquête  empruntés jusqu’alors et qui font parler autrement les corpus.  De ce point de vue, cette recherche crée un précédent en doublant le rapport final d’une procédure de réinterrogation des corpus et des outils mobilisés. Cette autre scène, formée par l’espace de requête Marloweb, permet de mettre à l’épreuve les cadres d’analyse  et de faire varier les prises d’information sur les corpus.

Marloweb.ogm

Peut-on aller jusqu’à dire que Marlowe incarne une sorte de point de vue de nulle part du fait de son détachement des jeux d’intérêts et de représentations? La discussion de ce mercredi 15 septembre l’a confirmé : pour les militants un tel pas de côté est au mieux inutile au pire dangereux car il fait croire à une possible neutralité ; pour les scientifiques ou les experts en régulation des biotechnologies , il ne peut s’agir que d’une base de données dont les entrées et les sorties doivent être stabilisées une fois pour toutes en évitant tous les biais. Décidément, l’idée que les bonnes interprétations proviennent de jeux de variations et de croisement constamment réitérés des formes de raisonnement et des logiques d’enquêtes a bien du mal à s’inscrire dans le paysage  méthodologique. Or le dispositif marloweb ne peut être conçu comme un base de données inerte qu’il suffit d’interroger avec quelques mots-clés ou catégories bien choisies : il est destiné à évoluer par la relance de l’enquête et la découverte de chemins inattendus. Bien sûr, pour que ce dispositif ait un sens il faut réunir plusieurs conditions : un réel intérêt pour le dossier en question (en allant au-delà de la seule prise d’information pour laquelle toutes sortes de sites suffisent, à commencer par Wikipedia) ; une capacité à formuler des questions et des requêtes en langage naturel (ce qui est loin d’aller de soi tant l’habitude des menus et des items prédéfinis s’est installée dans nos relations aux artefacts computationnels) ; enfin, une compréhension minimale de ce que peut faire et de ce que fait réellement la machine – en l’occurrence Marlowe en tant qu’utilisateur non-humain de Prospéro.

Un petit rappel généalogique est ici nécessaire : si le recours à Prospéro s’inscrit dans des articles et des rapports dès le milieu des années 1990, la première apparition de Marlowe comme co-auteur de rapport a lieu officiellement dans celui qui est remis en 2003 au Ministère de l’environnement, redevenu en cours d’étude, alternance oblige, le ministère de l’Ecologie. En ligne depuis le printemps 2003, ce rapport s’intitule : Pour un observatoire informatisé des alertes et des crises environnementales. Une application des concepts développés lors des recherches sur les lanceurs d’alerte (lien). On y trouve une longue annexe comprenant deux dialogues assez singuliers avec Marlowe déjà présenté comme un sociologue électronique. Il n’y a pas eu de question ou de polémique à l’issue de cette expérience, bien qu’elle avait de quoi heurter les normes de la « recherche appliquée » – dans laquelle en général on ne rigole pas avec les standards d’exposition et les dispositifs d’expression. Quelques interlocuteurs n’ont pu néanmoins s’empêcher d’ironiser : que vont devenir les sciences sociales si ce sont des machines qui rédigent les notes et les rapports de recherche ?! La quête de symétrie et l’esprit coopératif qui sous-tendent la démarche socio-informatique a toutes les chances de passer à l’as si l’on ne retient qu’une figure de plus de la substitution de la machine à l’homme – selon le vieux schème, cher aux luddites d’hier et d’aujourd’hui, de l’éviction du facteur humain et de ses savoir-faire. Évidemment, le lecteur assidu de ce carnet l’a déjà compris, il n’en est rien, et c’est même tout le contraire qui est en jeu ici !

Le rapport final sera bientôt en ligne (fin octobre ou début novembre). L’effort pour produire une re-présentation d‘un dossier complexe, sur la description duquel il ne peut y avoir d’accord tant les expériences et les points de vue divergent, fait partie des exercices les plus stimulants de l’analyse de grands corpus évolutifs – et sous cet angle, l’expérience OGM aura été très fructueuse, ayant entre autres contribué à modifier en profondeur la manière de concevoir la pluralité des séries constitutives d’un « bon corpus » et la manière de filtrer les documents pertinents pour les construire.

***

« Il était patent, connaissant sa conscience professionnelle maniaque et son identification terrifiante avec sa fonction, fonction vitale, consubstantielle, que s’il s’en écartait il ne pouvait que se dissoudre, il ne pouvait que disparaître progressivement dans l’aventure de ce rapport, dans le néant du monde.»

Yves Charpentier, La Gloire du rapporteur, Paris, Calmann-Lévy, 2003.

La Gloire du Rapporteur

S’agissant de rapport, je ne peux m’empêcher de clore ce billet par une référence littéraire, qui a d’ailleurs un lien direct avec un des thèmes majeurs portés par les OGM : la mondialisation. Tout ceci me fait penser en effet à La Gloire du rapporteur, roman d’Yves Charpentier qui ne laissera pas indifférent tout rédacteur régulier de rapport. Le financement par projets qui a créé, dans les mondes de la recherche, une forme de production en flux tendu  ne fait que prolonger la « société des rapporteurs » – dont les aspects les plus burlesques sont dépeints très tôt par la littérature du XXème siècle (on pense bien sûr à Albert Cohen et aux tableaux qu’il brosse de la SDN …). Si elle est aujourd’hui explicitement « en réseau », la société des rapporteurs forme un champ aux contours indéterminés où s’engendre la littérature dite « grise », généralement ennuyeuse et lue par peu de monde, littérature qui circule désormais sous forme de pdf – autant de fichiers qui viennent in fine alimenter nos corpus ! Le livre de Charpentier compose de ce point de vue une magnifique mise en abyme : Rabout, fonctionnaire en phase avancée de placardisation, se voit tout à coup confier par son ministre de tutelle la tâche d’écrire un rapport sur la mondialisation ! La quête engendrée par cette étonnante injonction entraîne le rapporteur dans une fabuleuse odyssée, un long voyage en Inde au cours duquel ses frustrations ordinaires se transfigurent, au fil d’expériences d’une intensité inouïe, en visions proprement hallucinogènes.  Bien sûr, dans le roman de Charpentier, le rapporteur est un bureaucrate, mais la vive tension, qui sert la trame littéraire, entre expérience directe du monde sensible et confection d’un rapport soumis aux catégories, est communément éprouvée dans nos milieux ! Une lecture incontournable en tout cas pour ceux qui ont un rapport à écrire !

  1. Il était tentant de remonter bien en amont, et de repartir au moins de la rencontre d’Asilomar en 1975 . Mais l’investissement nécessaire pour numériser les archives nous a conduit à différer l’interconnexion des séries étudiées et de séries plus « historiques », l’objet de cette ANR n’étant pas en soi une opération de « numérisation » mais bien un effort de redescription et d’analyse incluant les épisodes les plus récents, comme la destruction de l’essai INRA sur les vignes à Colmar le 15 août 2010 []
  2. Parmi les juristes avec lesquels des alliances fort constructives sont possibles, je ne peux oublier de citer ici des interlocuteurs comme Rafaël Encinas de Munagorri et Olivier Leclerc, notamment autour du droit de l’expertise et des procédures normatives développées par exemple par le GIEC, ou Stéphanie Lacour et ses travaux sur l’internormativité dans le cas des nanotechnologies, et plus généralement le réseau Droit, Sciences et Techniques. []
  3. F. Chateauraynaud, Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, à paraître. []
  4. Dans Prospéro I. on cherche l’émergence de nouveaux actants et on regarde les textes qui introduisent des éléments nouveaux massivement repris ultérieurement ; dans Prospéro II ce seront plutôt des « grappes de textes » qui marqueront un changement de configuration. []
  5. Voir [1] C. Tilly, Contentious Performances, Cambridge, Cambridge University Press, 2008. []
  6. Voir de ce point de vue les notes méthodologiques produites dans le cadre de l’Observatoire Socio-Informatique des alertes et des controverses, convention GSPR/AFSSET 2007-2010. []
  7. Voir à ce propos ce billet de l’automne 2009 sur le carnet « STS en action » … et surtout la version que donne le groupe PMO de la sociologie pragmatique requalifiée en sociologie de l’acceptabilité. []
  8. La dernière stratégie de la Commission européenne vaut le détour de ce point de vue.  Lire à ce propos l’article sur le site InfOGM : « Gouvernement et société civile déjouent (provisoirement ?) la manœuvre de la Commission européenne sur les autorisations de PGM » … []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.