Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

Les enquêtes réalisées avec Prospéro n’ont pas pour vocation d’engendrer des cartes de liens. Mais, en recourant aux bons offices du logiciel Pajek, on peut utilement doubler les analyses sociologiques à l’aide de figures spatialisées des liens connectant les entités d’un corpus, les premiers étant représentés par les arcs et les secondes par les sommets du graphe. Autrement dit, la génération de cartes de liens permet d’effectuer un petit pas de côté afin de voir autrement les structures de données discursives ou textuelles, et d’enrichir le parcours de l’enquête. Du même coup, cet usage pragmatique s’éloigne radicalement des « machines à cartographier le monde social ».

Avant d’entrer dans quelques aspects techniques des relations entre Prospéro et Pajek, rappelons que les analyses de réseaux occupent une place majeure dans les sciences sociales. On peut distinguer rapidement quatre approches :

  • On trouve d’abord, les études consacrées aux réseaux sociaux et fondées pour la plupart d’entre elles sur le concept de capital social (Gribaudi, 1998) ;
  • En rupture avec cette conception, la théorie de l’acteur-réseau (ANT) a marqué durablement les travaux des sciences studies (Callon, 1986) ;
  • Troisième conception aujourd’hui dominante, les réseaux coopératifs et pratiques collectives distribuées des NTIC ;
  • Enfin, on trouve une version plus métaphorique comme celle du monde en réseau (Castells, 2001) ou de la Cité connexionniste ou cité par projet du Nouvel Esprit du capitalisme (Boltanski , 1999).

Techniquement, lorsqu’on se focalise sur le réseau lui-même, c’est l’identification de schémas structurels qui motive l’enquête. Sans objet mathématique, les réseaux ne sont guère calculables, il faut donc engendrer des matrices permettant de produire des indices : degré de centralité, intermédiarité, densité, proximité, etc. (de Nooy, 2005) Une grande ligne de partage sépare les utilisateurs capables de manier ces outils formels et ceux qui appréhendent essentiellement les propriétés des réseaux à travers leurs expressions graphiques. En sciences sociales, les cartes de liens auraient pour vertu de rendre visibles des structures invisibles (Crane, 1972).

Mais, plus formellement, un des intérêts des cartes de liens est surtout de permettre de s’abstraire de la nature des liens. Dans une approche analytique, au contraire, c’est la qualité du lien qui va fournir l’ancrage de la relation, qu’il s’agisse d’une parentèle, d’une relation socio-professionnelle, d’un simple contact ou même d’une antinomie particulière entre deux éléments. Quand on modélise le capital social, on ne prend pas en compte le « taux de change « nécessaire pour rendre ce patrimoine utilisable.  Les études sur les small worlds ont révélé l’étendue que peut prendre un réseau égocentré via ses liens faibles (Milgram, 1969).  Or, en pratique, et même si cette théorie est particulièrement en vogue dans la modélisation des contacts professionnels, il est exceptionnel que ces liens faibles soient efficaces : qu’ils constituent réellement une prise sur des entités facilement enrôlables  ou prêtes à fournir des informations stratégiques (Chateauraynaud, 2006).

Dans quel cas de figure, une analyse sous Prospéro, instrument qui est plutôt orienté vers des propriétés pragmatiques, sémantiques et historiques des corpus, a-t-elle intérêt à recourir à des cartes de liens ? Prenons rapidement deux exemples : l’un emprunté à l’analyse de l’affaire Sokal (1996-1998) et l’autre au suivi de la crise de la recherche (1997-2009).

sokal

cliquer sur le graphique pour l’agrandir

Dans l’affaire Sokal, la connexion assez improbable par ailleurs entre Jacques Lacan et Bruno Latour provient largement d’énumérations, ce qui donne prise à la critique d’amalgame (Doury, 2003). Le fait d’objectiver les réseaux des deux personnages permet de rendre compte à la fois de l’effet de collage réalisé par les auteurs-acteurs et de ce qui suscite sa critique. Si on prend au hasard deux énoncés qui connectent les deux noms, on trouve par exemple, au moment le plus intense de l’« affaire » :

Car toutes les citations qui soutiennent la démonstration bancale et insensée de Sokal sont rigoureusement exactes .Et l’on doit supposer que leurs auteurs, d’Aronowitz à Lacan et d’Haraway à Latour, pensent qu’elles ne sont pas mensongères. Wacquant, « Les dessus de l’ « Affaire Sokal ». Petit précis d’alchimie postmoderne », Liber, 01/06/1997, énoncé 36.

Lorsqu’il confie à Social Text – revue américaine d’ « études sociales et culturelles » de l’université Duke (Caroline du Nord) – un article bardé de références rédigé dans la ligne et la langue du « relativisme post moderne », les éditeurs n’ont vu que du feu à ce qui était en fait un pot-pourri de citations confuses et dénuées de sens, destinées à flatter leurs présupposés idéologiques et émises par les intellectuels français les plus influents outre-Atlantique : en vrac, Jacques Lacan, Jacques Derrida, Julia Kristeva, Gilles Deleuze et Félix Guattari, Paul Virilio, Jean Baudrillard, Jean-François Lyotard, Michel Serres, Bruno Latour ou Luce Irigaray. « L’Américain Alan Sokal face aux « imposteurs » de la pensée française », Le Monde, 30/09/1997 énoncé 5.

Autre exemple d’application, ci-dessous, la carte de liens permet de visualiser la structure interne d’une catégorie discursive utilisée pour décrire un corpus – il s’agit ici de la catégorie « Management de la recherche » :

Management de la recherche

cliquer sur le graphique pour l’agrandir


Si des outils statistiques élémentaires permettent sous Prospéro de tester le degré de distribution, la hiérarchie interne et la connectivité d’une catégorie, la visualisation d’une carte de lien présente l’avantage de toute spatialisation. : embrasser d’un seul regard l’ensemble des nœuds et des liens du réseau sémantique. En l’occurrence on voit que les connexions s’organisent autour de deux sommets principaux : innovation et valorisation qui forment les deux injonctions majeures du nouveau régime de management de la recherche.

Au total, trois grands usages des cartes de liens se dégagent en socioinformatique :

  • l’analyse interne d’une classe ou d’une catégorie préconstituée ou générée par un fil de raisonnement (un groupe d’entités liées par une propriété quelconque) et du degré de connectivité des éléments de la classe ou du groupe ;
  • la recherche de polarités ou de réseaux dissociés ;
  • l’identification de passeurs ou de médiateurs entre des univers a priori disjoints.

D’une manière générale, dans les pratiques de recherche sur corpus, l’utilisation de cartes de liens doit toujours faire varier les formes de représentations et fournir toutes les indications sur le chemin suivi de façon à éviter l’effet Goody : quand la raison graphique l’emporte sur le raisonnement au plus près des objets (Goody, 1979). Ainsi, les deux cartes présentées plus haut n’ont de sens, en dépit de leur vertu synthétique apparente, que dans le cheminement de l’enquête qui les a fait surgir (Dewey, 1993).


1. L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

2. M. Callon, John Law and Arie Rip (Eds), Mapping the dynamics of science and technology, The MacMillan Press Ltd, London, 1986.

3. M. Castells, La société en réseau, Paris, Fayard, 2001.

4. F. Chateauraynaud, Les asymétries de prises. Des formes de pouvoir dans un monde en réseaux, 2006.

5. D. Crane, Invisible colleges. Diffusion of knowledge in scientific communities, Chicago and London, The University of Chicago Press, 1972.

6. J. Dewey, Logique : la théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

7. M. Doury, Marianne, « The accusation of amalgame as a meta-argumentative refutation », in Frans H. van Eemeren, J. Anthony Blair, Charles A. Willard (eds), Proceedings of the Fifth International Conference of the International Society for the Study of Argumentation, June 26-28 2002, Amsterdam, SicSat, 2003.

8. J. Goody, La Raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit, 1979.

9. M. Gribaudi (dir), Espaces, temporalités, stratifications. Exercices sur les réseaux sociaux, Paris, EHESS, 1998.

10. S. Milgram, J. Travers, « An Experimental Study of the Small World Problem », Sociometry, 1969, Vol. 32, No. 4. (1), pp. 425-443.

11. W. de Nooy, A. Mrvar, V. Batagelj, Exploratory Social Network Analysis with Pajek, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.


7 réflexions au sujet de « Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek »

  1. Jean-Michel van Couyghem

    Bonjour,
    Dans Pajek, il y a plusieurs algorithmes « concurrents », comme par exemple Kamada-Kawai ou Fruchterman, lequel est le plus ajusté au type de représentation engendré à partir des réseaux de Prospéro ? Est-ce une pure question de visualisation ?

    Merci
    Jean-Michel

  2. josquin Auteur de l’article

    @ Jean-Michel
    Les algorithmes de force ne servent effectivement qu’à la visualisation.
    A l’usage, KK est celui que je trouve le plus efficace, en particulier l’option « separate components » qui permet de bien éclater les groupes.
    Quand on a un seul groupe, bien dense (une grosse patate comme qui dirait), Fruchterman-Reingold est peut-être plus adapté pour séparer les sous-groupes et les sommets distants du coeur. Certains préconisent dans le cas de large réseaux non orientés (plus adaptés à FR) de commencer par un placement par KK puis de lancer FR pour affiner la visualisation.
    Sinon Pajek propose une option 3D pour FR, qui étale les réseaux autour d’une sphère qu’on peut faire tourner sur elle-même, ce qui donne un rendu adapté aux périodes de fêtes, mais j’ai quand même quelques doutes sur l’intérêt interprétatif pour nos petits réseaux…

  3. FC

    J’utilise moi aussi principalement Kamada-Kawai. A l’issue des travaux récents et du dernier séminaire il semble par contre essentiel d’apprendre à manier les propriétés des vecteurs et des partitions, car même un peu démêlées les pelotes de fils très compactes restent assez peu informatives pour des tiers ou des lecteurs éloignés. Ce qui compte, et on vient de le faire avec Pierrick Cézanne-Bert à propos de l’évolution au fil du temps du réseau argumentatif de la réversibilité dans le dossier des déchets radioactifs, c’est de pouvoir appuyer un commentaire et une analyse, en liant les graphes-images aux graphes-tableaux et aux énoncés typiques. La visibilité des sommets ou des noeuds permet de structurer le commentaire plus littéraire – chez nous littéraire n’est pas péjoratif ou par défaut comme on sait, mais il s’agit précisément d’articuler explicitement technologie et écriture.

  4. Claire Lemercier

    Merci pour ce billet très intéressant !
    J’ajouterais ce qui est je crois présent, mais implicite ici : un des intérêts de l’approche réseaux et en particulier de ses représentations graphiques, c’est de permettre un changement d’échelle souple (regarder la forme générale, « zoomer » sur un point central, circuler de lui à un autre plus périphérique, revenir à une forme globale ou intermédiaire…).
    En revanche j’ai une question : qu’est-ce exactement qui compte comme lien dans vos graphes, en particulier le premier ? être mentionné dans le même texte, dans la même phrase ?
    (comme il est dit dans le billet, un des intérêts de ces représentations est de s’éloigner un temps de la description précise du lien, mais trop souvent on perd toute définition du lien en route…)

  5. socioargu

    Merci de votre message et de la demande d’explicitation sur la fabrique des liens.

    La matrice qui est transférée de Prospéro vers Pajek est fondée sur la notion de réseau développée pour l’analyse des énoncés et des textes. Dans la version du réseau « câblée » dans Prospéro I le réseau d’une entité X est formé par la liste des entités qui entrent en contact avec X au fil des énoncés – le texte ayant été jugé trop large ( d’autant que les textes des corpus d’affaires ou de controverses, etc, sont de tailles très variables et que l’ensemble de leur répertoire lexical est pris en compte – pas seulement ce qui intéresse le chercheur). La liste formée par tout ce qui croise une entité au fil des énoncés est ensuite ordonnée par Prospéro en fonction du nombre d’énoncés (de coocurrences si l’on veut) et de la proximité au sein de l’énoncé. Bref il y a une petite topologie embarquée dans l’algorithme de réseau.

    Prospéro exposant systématiquement la liste complète des auteurs, textes, énoncés dans lesquels sont mises en relation des entités, il n’est guère possible de perdre en chemin la définition du lien. D’autant que celui-ci est pensé dans une logique argumentative, les arguments étant saisis comme des formes de modalisation des relations entre des entités :

    « le pétrole et charbon sont beaucoup plus dévastateurs que le nucléaire et il faut le dire si l’on veut sauver la planète contre un éventuel réchauffement climatique »

    cet énoncé produit des liens. Ces liens peuvent être abstraits de leur contexte et alimenter une carte de liens entre des entités indexées par le système mais on voit bien qu’en contexte ces liens sont évalués, hiérarchisés, opposés, discutés, qualifiés, quantifiés, modalisés etc (ici c’est un argument pro nucléaire qui prend appui sur le climat). Et il en va ainsi de toutes les mises en relations opérées par les auteurs-acteurs des corpus. De fait, dans cette logique, les cartes de liens ne peuvent se substituer à l’analyse et à la typification des formes de relation : elles permettent en effet un utile changement de régime d’objectivation mais elle ne font qu’indiquer les noeuds argumentatifs et le degré de mise en relation des ensembles d’éléments que ces noeuds engagent. Ainsi on verra le nucléaire très connecté au climat ces dernières années … Mais il n »st pas évident de tirer des inférences et de mener l’enquête sans revenir au verbatim des énoncés et donc visualiser la nature précise des liens -ou des absences de liens …

    Dans le premier graphe tiré du corpus de l’affaire Sokal, on voit que la relation entre Lacan et Latour rapproche des univers dissociés (la psychanalyse / les science studies) et que le rapprochement s’effectue via des énumérations d’auteurs.

    Dernier point : l’énoncé est calculé automatiquement par le système et Prospéro décrit chaque texte comme une série d’énoncés – l’intervention de l’utilisateur n’étant pas requise à ce niveau, du moins a priori. L’indicateur conventionnel le plus stable pour former automatiquement des énoncés à géométrie variable reste le point – ce qui conduit parfois l’utilisateur à intervenir dans la forme des textes ou des retranscriptions, dans les cas de débats ou d’entretiens, pour imposer des coupures. Marlowe qui travaille à partir de Prospéro pour faire tourner des scripts de raisonnement est tributaire des objets produits par Prospéro.

  6. Ping : Tweets that mention Des relations colatérales entre Prospéro et Pajek | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

  7. Ping : Promesses et prophéties. Rapport sur l’avenir controversé des nanobiotechnologies | Socio-informatique et argumentation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.