Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs II

Tant de conditions nécessaires…

par Assimakis Tseronis (LCP-CNRS / GSPR – EHESS)

Un billet précédent est consacré à des formes comme «tant que» et «en tant que». Ce texte de Chateauraynaud et Debaz donne à réfléchir autant sur les marqueurs linguistiques comme outils de l’analyse prospérienne que sur les potentialités que le logiciel Prospéro ouvre pour faire des observations linguistiques pertinentes. Je voudrais comme réaction essayer de démontrer la pertinence de l’attention aux détails linguistiques pour la démarche proposée par la « socio-informatique ».

Tout d’abord, les deux formes dont il s’agit « tant que » et « en tant que », à la différence des morphèmes « peu » et « un peu », ne constituent pas ce qu’on appellerait en linguistique des « paires minimales » : « tant que » et « en tant que » ne peuvent pas se trouver en opposition dans la même configuration syntaxique, en lui donnant un sens différent, contrairement aux morphèmes « peu » et « un peu » :

Pierre a  peu mangé

Pierre a un peu mangé

Même si en surface il semble que la préposition « en » fait la différence entre les deux formes, en réalité et en termes linguistiques, « tant que » et « en tant que » n’ont aucune relation. Le premier est une locution qui sert à introduire une phrase circonstancielle de temps, tandis que le deuxième est une locution prépositionnelle, qui, suivie d’un substantif constitue une phrase prépositionnelle, qui a le sens « considéré comme » et peut être remplacé par le morphème « comme ». Alors, la raison qui justifie la comparaison entre les deux morphèmes « tant que » et « en tant que » n’est pas une raison linguistique, à proprement parler. Comme le montre bien le billet par Chateauraynaud et Debaz, l’intérêt d’une telle démarche est sa contribution à la recherche des moments forts de la controverse à l’aide des marques langagières ; par ailleurs, la paire « tant que / en tant que » vaut pour sa proximité formelle, et la diversité de ses argumentatives. Pour la suite je vais me concentrer sur le morphème « tant que » qui présente, comme le soulignent déjà les auteurs du billet, une certaine complexité1.

L’attention aux détails linguistiques peut nous aider à affiner les recherches par formules, et en même temps à prendre en considération d’autres éléments qui peuvent contraindre la recherche dans le corpus à travers des marques langagières.

En regardant de plus près les fragments tirés du corpus que Chateauraynaud et Debaz présentent, on distingue ceux où le verbe de la phrase circonstancielle est au futur simple (1-3) de ceux où le verbe est au futur antérieur (4-6):

(1) on ne pourra pas les évaluer tant que le maïs ne sera pas cultivé en France

(2) Tant que nous ne quitterons pas l’accessoire pour nous attacher à l´essentiel, tant que nous ne fuirons pas les distractions de ce siècle, nous ne connaîtrons pas de CHANGEMENT

(3) Tant que les risques de santé de ces équipements sur la population demeureront flous, pas question de les accepter

(4) …on ne pourra jamais affirmer scientifiquement qu’aucun éléphant ne peut voler tant qu’on n’aura pas jeté tous les éléphants de la planète…

(5) …il est inutile d’inquiéter l’opinion sur l’utilisation du téléphone portable tant qu’aucune étude n’aura pu établir de façon…

(6) …l’homme refuse de regagner son poste tant que l’établissement n’aura pas mesuré l’intensité…

Dans les grammaires du français, on apprend que le « futur (simple) peut exprimer une vérité générale omnipotentielle, mais tournée vers l’avenir »2. Par ailleurs, le futur antérieur marque l’antériorité en corrélation avec un futur simple. Le morphème « tant que » dans les deux cas sert à mettre en corrélation deux processus qui se trouvent en relation d’interdépendance. La phrase introduite par ce morphème est présentée comme la condition sous laquelle la proposition dans la phrase principale peut être retenue comme vraie.

La relation d’interdépendance entre les processus représentés dans les deux phrases est éclairée de manière différente selon que l’on utilise le futur simple ou le futur antérieur. Dans le premier cas, on met l’accent plutôt sur le fait que les deux processus ont lieu en même temps. Dans le deuxième cas, on met l’accent sur le caractère accompli (ou non) du processus représenté dans la phrase circonstancielle comme condition nécessaire à l’accomplissement du processus représenté dans la phrase principale. Considérons (7) et (8), paraphrasant respectivement les exemples (2) et (4) :

(7) Nous connaîtrons de changement quand nous quitterons l’accessoire pour nous attacher à l’essentiel, quand nous fuirons les distractions de ce siècle.

(8) On pourra affirmer scientifiquement qu’un éléphant peut voler quand on aura jeté tous les éléphants de la planète.

La construction avec la phrase circonstancielle au futur simple renvoie à une affirmation qui a une valeur presque universelle et généralisante, qui peut être représentée par une implication du type si A, alors B :

(9) Si nous ne quittons pas l’accessoire pour nous attacher à l´essentiel, alors nous ne connaîtrons pas de changement.

Par contre, la construction avec la phrase circonstancielle au futur antérieur met l’accent sur le fait que la condition n’est pas accomplie et que les chances de réalisation de ce qui est décrit dans la phrase circonstancielle sont faibles, pour ne pas dire inexistantes. C’est pour cela que les exemples (4-6) peuvent être paraphrasés par la construction hypothétique du type irréel : « si+plus-que-parfait, conditionnel passé (ou présent) » :

(10) Si l’on avait jeté tous les éléphants de la planète, on aurait pu affirmer scientifiquement qu’aucun éléphant ne peut voler [ : on ne peut pas les jeter, alors on ne pourra jamais affirmer]

(11) Si une étude avait pu établir de façon…, il aurait été utile d’inquiéter l’opinion sur l’utilisation du téléphone portable [ : une telle étude n’a pas été établie, et, selon le locuteur, ne sera peut probablement pas être établie, alors on est en droit de penser qu’il est inutile d’inquiéter l’opinion]

(12) Si l’établissement avait mesuré l’intensité…, l’homme n’aurait pas refusé de regagner son poste [ : l’établissement n’a pas mesuré l’intensité, et, selon toute probabilité, n’est pas prêt à le faire, alors l’homme est en droit de refuser de regagner son poste]

Notons que lors de la transformation des phrases circonstancielles introduites par « tant que » en phrases hypothétiques, on a dû transférer la négation à la phrase principale. Cela s’explique par le fait que la négation dans la phrase circonstancielle au futur antérieur sert à accentuer l’aspect de l’inactualité et de l’irréalisme de la proposition, qui dans le cas de la phrase hypothétique introduite par « si » est rendu par l’usage du plus-que-parfait. C’est pourquoi les phrases circonstancielles introduites par « tant que » dont le verbe est au futur antérieur présentent un aspect polémique absent des phrases circonstancielles où le futur simple ou le présent sont utilisés. L’utilisation du futur antérieur demande que le processus présenté comme condition soit non seulement entamé, mais même achevé, ce qui a pour effet d’éloigner un peu plus la réalisation de la condition, par rapport au futur simple3.

Prenons, par exemple, le fragment suivant :

(13) Les Amis de la Terre demandent un moratoire sur toute commercialisation de produits alimentaires, d’emballages alimentaires, de matériaux en contact avec les aliments ou d’agrotoxiques (produits phytosanitaire) contenant des nanomatériaux fabriqués, tant que des réglementations n’auront pas été mises en place et que « les citoyens n’auront pas été activement impliqués dans les prises de décision ».

Le locuteur considère qu’au moment de l’énonciation « des réglementations ne sont pas mises en place » et que « les citoyens ne sont pas activement impliqués dans les prises de décision ». C’est à cause de cet état d’affaires qu’il est mené à demander un moratoire :

(13i) Les Amis de la Terre demandent un moratoire … parce que des réglementations ne sont pas mises en place et « les citoyens ne sont pas activement impliqués dans les prises de décision ».

En même temps, on peut penser que c’est le changement de la situation décrite dans la phrase circonstancielle que le locuteur présente comme nécessaire pour qu’il renonce à la position ou à l’acte exprimé dans la phrase principale :

(13ii) Des réglementations doivent être mises en place et les citoyens doivent être activement impliqués dans les prises de décision, pour que les Amis de la Terre ne demandent plus un moratoire …

Le locuteur pose le changement de l’état de fait présenté dans la phrase circonstancielle comme condition nécessaire pour modifier l’avis ou pour accomplir (ou pas) l’action exprimée dans la phrase principale. Or, comme on a suggéré, l’usage du futur antérieur et de la négation signalent que, selon le locuteur, ces conditions ne vont pas être satisfaites. On peut donc imaginer que le locuteur affirme son engagement à une action qui va prolonger la confrontation avec ceux qui sont responsables pour la continuation de l’état des affaires au présent:

(13iii) Les Amis de la Terre demanderont un moratoire … jusqu’à ce que des réglementations soient mises en place et « les citoyens soient activement impliqués dans les prises de décision »

La paraphrase avec « jusqu’à ce que » nous renvoie à la construction équivalente en anglais « until+Present Perfect /Present» dont Chateauraynaud parle dans son dernier commentaire, soit une traduction du fragment présenté ci-dessus: « The Friends of the Earth will demand a moratorium until measures have been taken and the citizens have been actively involved in the decision taking process ». Voir aussi l’exemple suivant tiré d’un corpus anglais : « Radical environmentalists descend, chanting the precautionary-principle mantra : No technology should ever be used until we understand all of its long-term consequences for human health and the environment ».

Notons, pour finir, que la position de la phrase circonstancielle introduite par « tant que » semble aussi jouer un rôle dans l’interprétation du statut de l’information que la phrase circonstancielle apporte à l’énoncé. Quand la circonstancielle se trouve au début de l’énoncé, la proposition affirmée dans la phrase circonstancielle semble être présentée comme acceptée en tant que fait:

(14) Tant que les entreprises européennes seront préservées du brevet, elles bénéficieront d’un avantage compétitif.

Le locuteur considère le fait que « les entreprises européennes sont préservées du brevet » comme connu par son interlocuteur. L’information nouvelle que l’énoncé apporte se trouve dans la phrase principale qui suit, à savoir que « les (=entreprises européennes) bénéficieront d’un avantage compétitif ». Par contre, dans l’exemple suivant, où la phrase circonstancielle suit la phrase principale, le fait que « Taiwan pourra garder une longueur d’avance en matière de recherche et de développement » est présenté comme un état de fait que l’on souhaite ou dont on attend qu’il soit vrai, mais pas forcement comme un fait qui soit correct au moment présent :

(15) La coexistence économique avec la Chine ne posera pas de problème tant que Taiwan pourra garder une longueur d’avance en matière de recherche et de développement.

L’importance du critère syntaxique de la position / ordre des phrases devient encore plus évidente pour la distinction entre deux usages du morphème « en tant que », que le billet par Chateauraynaud et Debaz a aussi présenté. Le morphème en tête de phrase est presque toujours utilisé pour encadrer la phrase qui suit en rendant explicite le statut du locuteur et ainsi la perspective depuis laquelle il affirme ce qui suit. On trouve alors la construction suivante « En tant que X, je/nous… » (En tant qu‘Italien, je dirais que c’est une mode qui est destinée à passer ou à rester ; En tant que politiques, nous n’avons pas les moyens d’apprécier l’opportunité des projets). Quand le morphème se trouve au milieu de la phrase, il dépend souvent d’un verbe comme « représenter, classer, utiliser, se comporter, étudier » et ne joue pas un rôle cadratif pour l’ensemble de l’énoncé, mais le rôle de l’attribut de l’objet du verbe (Grâce à leurs propriétés originales de luminescence, ces nanoparticules sont utilisées en tant que nano émetteurs pour suivre le déplacement de récepteurs dans la membrane cellulaire.. : on utilise ces nanoparticules en tant que/comme nano émetteurs..).

Pour conclure :

Ce n’est pas la présence de « tant que » en tant que telle qui peut nous conduire dans des zones de forte activité argumentative mais plutôt la configuration du morphème « tant que » avec l’usage du futur antérieur dans des phrases circonstancielles introduites par ce morphème. De plus, la présence de verbes comme « demander », « refuser » ou de verbes au futur et à la forme négative (« nous ne baisserons pas », « on ne pourra jamais affirmer ») dans la phrase principale augmente les chances que le fragment ainsi repéré relève d’une activité argumentative, plutôt que d’un discours narratif. Des observations concernant le co-texte et le comportement d’un morphème candidat marqueur dans une série des énoncés pourront nous aider à raffiner et préciser la construction de la formule qui nous amènera à d’autres fragments pertinents du corpus. Sinon, s’en tenir à la linéarité du texte sans prendre en compte des aspects comme le temps et les modes ou le sens des verbes ainsi que d’autres régularités linguistiques risque nous amener intégrer à tort à notre corpus de formules en « tant que » des fragments comme le suivant :

J’attends ta réponse, je voudrais tant que tu m’apprennes comment devenir irréprochable. Je voudrais tant que tu m’apprennes à ne pas voir la prolifération de tous ces instruments de surveillance.

Ici on n’a pas le morphème « tant que », mais l’adverbe d’intensité/quantité « tant » comme complément circonstanciel du verbe « vouloir » suivi d’une phrase subordonnée complétive au subjonctif introduite par la conjonction « que ».

  1. Même si « en tant que+nom/adjectif » semble être de loin plus fréquemment utilisé []
  2. Grammaire Méthodique du français, éd. 2009, p. 550 []
  3. Merci à Marianne Doury pour cette observation []

Une réflexion au sujet de « Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs II »

  1. FC

    Merci Assimakis pour ce bel exercice de clarification – qui confirme la pertinence et la portée, pour les analyses argumentatives en sociologie des controverses, de deux techniques majeures de l’analyse linguistique (test de substitution et mise en variation) permettant de réécrire un énoncé sous une autre forme, et d’élucider par là-même son (éventuel) sens logique.

    Dans le billet sur « en tant que » et « tant que », il ne s’agissait évidemment pas de considérer ces deux formes comme une paire, mais bien de montrer qu’au niveau de l’indexation et de la formation des unités de base dont a besoin le logiciel, de grandes bifurcations peuvent se produire. C’est évident pour le linguiste mais quand on est, comme aujourd’hui, face à des outils qui manipulent, à l’aide d’automatismes, d’énormes quantités de textes, cela pose la question de l’échelle d’analyse et du degré de finesse des outils – le text mining, par définition, ne s’embarrassant guère des subtilités de la langue…

    Pour l’anecdote, dans Prospéro I., dans la version antérieure à l’année 2000, il y avait deux modes : un mode artisanal qui prenait en compte les formes pronominales avec un outil de visualisation et de liaison de pronoms comme « je », « nous », « il », « le » « leur » … – ce qui permettait de remettre en scène des entités, cachées par les procédés anaphoriques, ce qui jouait in fine sur leur score statistique (!) ; un mode automatique pour les très grands corpus et/ou pour les utilisateurs que ce niveau d’analyse n’intéressait pas. Très vite, avec l’accroissement des sources numériques et l’augmentation corrélative de la taille des corpus traités, la seconde voie a été privilégiée et la première option, qui aurait sans aucun doute été choisie par des linguistes, a disparu des menus de Prospéro … (bien qu’au centre des choix de développement, je n’ai pas pu ou su lutter contre cet appauvrissement … lié à la prédominance d’une logique d’ingénieur : on traite la masse, on voit les détails après …).

    Je pense que dans Prospéro II il faut revenir à des choses plus fines. Et la question de l’usage des marqueurs est de ce point de vue un des enjeux majeurs des pistes de développement possibles. Car en effet, et ta démonstration sur les conditions auxquelles doit satisfaire l’usage de « tant que » pour être lié à une argumentation est très percutante sur ce point, il faut pouvoir assembler des contraintes (marqueur + verbe / conjugaison du verbe, etc) pour construire des outils capables de nous mener vers les noeuds argumentatifs. Il y a déjà quelques routines qui permettent d’y parvenir – je pense aux attributions de qualités qui permettent de visualiser assez vite les différents types de jugement ou d’évaluation portant sur les objets en cause. Mais alors que les marqueurs ont été intuitivement isolés dès le départ, comme jouant un rôle dans la modalisation ou la mise en relation des entités et des énoncés, le fait de les traiter sous forme de liste ou de tableau est assez limité. EN réalité les formules sont le véritable laboratoire dans lequel les classes de marqueurs peuvent prendre leur signification. C’est pour cette raison que l’espace de travail sur les formules de Prospéro II fait l’objet des plus grandes attentions : il doit nous permettre non seulement de construire des variables (de récupérer sous forme de X des parties déterminées des formules, mais de disposer d’un ensemble de contraintes plus fines dont les éléments grammaticaux comme le repérage des temps et des modes verbaux – ce qui suppose d’enrichir la manière de composer des classes de formules en les emboîtant les unes dans les autres … Par ailleurs il va nous falloir apprendre à faire travailler les formules sur des unités plus longues que les seuls énoncés …
    Tant que j’y suis j’en profite pour allonger le cahier des charges 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.