Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs

Un exercice estival sur « en tant que » et « tant que »

Francis Chateauraynaud et Josquin Debaz

En sociologie argumentative, l’analyse des jeux d’acteurs et d’arguments ne peut se contenter de croiser des caractéristiques sociologiques et des traits discursifs. Elle a besoin d’aller chercher dans le cœur des textes les marques langagières et argumentatives les plus fines. C’est là une différence majeure entre les travaux menés sur les grands dossiers d’affaires et de controverses et le traitement de corpus par la statistique textuelle ou les analyses de réseau, conçues précisément pour faire l’économie de l’étude approfondie des énoncés. Or, avant de parler de prodiges en matière de « traitement automatique du langage  » (TAL), il vaut mieux prendre la mesure du travail d’indexation, de création d’expressions et de codage, nécessaire à un minimum d’intelligibilité de ce que font ou ne font pas des routines appliquées automatiquement aux corpus.

Un exemple assez parlant, bien connu des amateurs d’analyse argumentative, est celui de la célèbre distinction développée par Ducrot et ses collègues autour de « peu » et « un peu », illustrant la  manière dont la langue rend possible la disjonction entre des orientations argumentatives1. Ainsi, la distinction entre [sociologue peu avisé] et [sociologue un peu avisé] est immédiate, l’ajout de « un » inversant le sens de la sentence, comme on le voit dans l’énoncé suivant :

Encore un effort dans la pulsion nationaliste et l’on affirme comme un sociologue peu avisé que le concept même de « philosophie américaine » est « le comble de l’oxymore »2.

Si l’auteur avait parlé d’un « sociologue un peu avisé », il aurait validé le discours de sa cible (sauf à supposer le recours à une figure d’ironie), alors qu’il s’agit bien ici de critiquer des auteurs « bêtement antiaméricains ». Saisir dans de vastes ensembles des nuances de ce type suppose donc des outils d’une grande finesse dont la réarticulation au niveau plus global (d’un corpus ou d’un ensemble de corpus) ne va pas de soi – ce qui montre une fois de plus que l’idée d’une compréhension automatique du langage naturel est sous contrainte d’une spécification des objets et des échelles d’analyse et de description. La langue fournit pourtant d’innombrables appuis pour échapper à l’hyper contextualisme. Ainsi, dire  « j’ai peu joué le Boléro de Ravel » ou « j’ai un peu joué le Boléro de Ravel » n’a pas la même signification quelque soit le contexte.


Le Boléro …peut-être l’oeuvre la plus jouée et la plus connue de la musique classique … mais à mon avis c’est une œuvre un peu méconnue …

Dans ce qui suit nous allons faire un exercice un peu différent. Il s’agit de montrer comment la distinction de deux formes , comme « tant que » et « en tant que »,  noyées parmi des milliers d’autres dans les dictionnaires d’expressions de Prospéro, fournissent des outils  fort pertinents pour une sociologie argumentative3 .

Sans entrer dans une description technique, on peut dire que la forme « en tant que » permet de saisir des opérations d’énonciation liées à la fixation d’un statut ou d’une identité, concernant le plus souvent des personnes. On dira typiquement : « en tant que musicien, je pense que le Boléro… » .

Dans une logique toute différente, « tant que » connaît une pluralité d’usages, mais présente l’avantage de  conduire assez sûrement dans des zones de forte activité argumentative. En effet, ce marqueur a pour fonction d’ordonner des propositions, en manifestant une dépendance et une opposition, et en créant un ordre conditionnel , comme lorsqu’un locuteur cherche à opérer un renversement de causalité : « tant que les sociologues utiliseront un tel jargon, personne ne lira leurs textes ». Un tel trait a de fortes chances de répondre à la plainte d’un auteur en lui retournant l’accusation, en inversant la place de la victime en quelque sorte…

Soit un autre exemple prélevé dans le dossier des OGM :

Nous contestons ce type de raisonnement qui conduit inévitablement à un déséquilibre car la plupart du temps les données en question n’ont jamais été demandées aux pétitionnaires,  ou sont disponibles dans d’autres pays ayant plus d’antériorité, mais le CES se refuse à les utiliser ou à les extrapoler. L’exemple le plus flagrant est celui des avantages économiques à propos desquels il est écrit qu’on ne pourra pas les évaluer tant que le maïs ne sera pas cultivé en France.4

La séquence précédente a été attrapée par une classe de formules déposée dans Prospéro. Le logiciel est allé la chercher dans un document qui a peu de chance d’être lu, que certains diraient peu technique mais qui l’est déjà plus qu’un peu par rapport à d’autres textes du corpus. Comme beaucoup d’autres indicateurs, la forme « tant que » augmente les chances de repérer une séquence argumentative. D’où l’intérêt de construire des classes de formules à partir de telles marques.

Regardons ce que donne « en tant que » dans un corpus comme celui de la Téléphonie mobile.5

Utilisation des formules avec les formes « en tant que »

On voit que l’usage de ce marqueur fait remonter les différentes formes de statut engagées dans la controverse, avec ici une nette dominance des médecins et des politiques. Ce qui est remarquable, c’est la relative homogénéité des résultats : « en tant que » introduit des entités qui pointent vers des statuts sociaux, ce qui est une manière comme une autre de rapatrier la liste des statuts qui importent pour les protagonistes du dossier — « ce en tant que quoi ils parlent ». Évidemment, la même classe de formules peut être projetée sur toutes sortes de corpus, permettant d’utiles comparaisons et la génération de nouvelles questions. Par exemple, est-ce que sur l’ensemble des corpus sanitaires et environnementaux on trouve aussi fortement une définition des énonciateurs en tant que médecins ou représentants politiques ? Dans quels contextes a-t-on plutôt des locuteurs qui se définissent comme citoyens, riverains, victimes, syndicalistes, sportifs, travailleurs du texte, … ? Et si l’on demandait à Prospéro et Marlowe de construire automatiquement le répertoire de tous les statuts que peuvent revendiquer les personnes ou les groupes dans leurs récits ou leurs arguments ? On peut aussi s’interroger sur les conditions d’usages de formes atypiques ou qui semblent contredire un modèle : quand peut-on dire par exemple que l’on parle « en tant que profane » ? Est-ce une forme détournée de l’argument d’autorité ? Elle consisterait à dire : comme je suis profane, je peux dire des bêtises, je n’ai pas d’attachement particulier à une doctrine, et je suis donc autorisé à dire ce que je dis ! L’analyse des usages et des figures en contexte est évidemment à discuter mais c’est pour le moins une belle façon de montrer que la démarche développée ici se situe au-delà du couple qualitatif/quantitatif !

Avec « tant que » les choses se compliquent quelque peu.  En effet, il faut contraindre plus fortement les formules pour obtenir des résultats homogènes, l’agencement propositionnel [tant que X → Y] ne donnant pas toujours des résultats pertinents. Si l’on ne trouve pas toujours les figures argumentatives recherchées, c’est largement dû à l’inextricable imbrication combinatoire des groupes nominaux et des groupes verbaux dans le « langage naturel »6. Cela dit, en posant par exemple une contrainte sur le verbe, du type [« tant que » suivi d’un verbe conjugué au futur] on atteint des séquences intéressantes. Ainsi, on peut relever les usages qui posent à la fois une contrainte sur le futur et un renversement de causalité : dans ce genre de mouvement discursif, il s’agit pour le locuteur d’insérer une contrainte argumentative au cœur de la discussion afin d’opérer un recadrage ou de repositionner les jeux d’arguments autour d’un problème plus essentiel7. En redéfinissant la hiérarchie des préoccupations, l’auteur opère généralement un dévoilement…

Utilisation des formules avec la forme « tant que »

Cette première construction de la formule [/COM=tant /COM=qu /T=10 /CF=verbe /T=10 /CF=verbe]8 est un peu contraignante, mais pointe à tous les coups sur des moments forts de la controverse, au cours desquels les auteurs ont cherché à ramener les enjeux vers des éléments de référence, en l’occurrence des appuis légaux ou scientifiques. Retrouver des moments forts de l’argumentation dans des masses de textes constitue en soi une première fonction d’utilité de ce type d’outil. S’il ne s’agit pas de tout couvrir, on peut disposer d’indicateurs fiables de la présence probable d’arguments, voire de types particuliers d’arguments. L’enquêteur peut en effet spécifier de mieux en mieux les contraintes du « pattern matching » effectué par les automates.

Avec une autre formule [/COM=tant /COM=qu /T=10 /CF=verbe /T=10 /EPREUVE]  on obtient le trait suivant : « Tant que les risques de santé de ces équipements sur la population demeureront flous , pas question de les accepter ».

Il y a beaucoup d’autres usages de « tant que », comme  « mot d’ordre » ou « ultimatum »9.

Autre usage des formules avec « tant que »

Dans cette autre variante, on obtient un plus grand nombre de résultats, avec évidemment un coût interprétatif plus élevé dès lors que l’on souhaite les traiter systématiquement. Cela dit, parmi les séquences relevées on obtient des extraits très prometteurs, dont voici quelques exemples :

  • Je demande à Bouygues Télécom de geler son projet tant que nous n’aurons pas rédigé une nouvelle charte qui sera soumise à consultation…
  • …on ne pourra jamais affirmer scientifiquement qu’aucun éléphant ne peut voler tant qu’on n’aura pas jeté tous les éléphants de la planète…
  • …il est inutile d’inquiéter l’opinion sur l’utilisation du téléphone portable tant qu’aucune étude n’aura pu établir de façon…
  • …l’homme refuse de regagner son poste tant que l’établissement n‘aura pas mesuré l’intensité…
  • Le gouvernement doit arrêter de favoriser le déploiement de réseaux Wi-Fi dans les établissements scolaires, tant qu’aucune étude d’impact sanitaire n’aura pas été effectuée…
  • Nous ne baisserons pas les bras tant qu’Orange et les propriétaires de la ferme n’auront pas abandonné ce projet.
  • Orange n’étudiera pas de solutions alternatives (proposées lors de la réunion publique du 12/02/2010) tant que les élus n’auront pas rejeté ce projet.
  • Nous leur avons dit que nous ne voulions pas de ces travaux tant que nous n’aurons pas les résultats…

Dans les séquences précédentes, on retrouve une partie significative des actants de la controverse sur les ondes (les opérateurs de téléphonie, l’opinion, la consultation du public, les études sanitaires, les postes de travail, la présence de collectif incarnée ici par « nous », …). Sans entrer dans l’analyse fine de chacun de ces traits, on peut noter une propriété émergente qui n’avait pas été anticipée lors de la rédaction de la formule : on relève ici la nette tendance à l’usage de la négation dans la deuxième partie de l’agencement. La conjonction du recours au futur et de la forme négative renvoie à la stratégie argumentative mise en place : le jeu des prémisses doit être modifié pour que quelque chose se produise ; or, comme il s’agit précisément de faire cesser un état de choses inacceptable ou incompatible avec la position du locuteur, on trouve du même coup une forte tendance à l’usage de formes négatives.

L’exploration des marqueurs et des indicateurs produit certes un détour de production lorsqu’il s’agit d’extraire rapidement des propriétés saillantes d’une affaire ou d’une controverse — on se situe clairement ici aux antipodes du courant dit de mapping controversies. S’il ne s’agit pas de se priver des moyens d’objectiver des cartes d’acteurs et de thèmes (comme avec des graphes sous Pajek), l’entrée par les modalités et les marques argumentatives permet une compréhension en profondeur des logiques d’acteurs et surtout la mise à disposition d’une panoplie d’outils transposables dans de nouveaux contextes d’enquête10.

  1. Voir J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1983), L’argumentation dans la langue, Liège-Paris, Mardaga ; J.C.  Anscombre et O. Ducrot (1986): «Argumentativité et informativité» in M. Meyer (ed) De la métaphysique à la rhétorique, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 79-93. []
  2. Patrick Peccatte, « Il y a une philosophie après Sokal et Bricmont », Forum Libé sur Internet, 31/10/1997, et note 11 de « Pour une véritable philosophie postmoderne des sciences« , La revue M., n° 93, Janvier-février 1998. pp. 63-66 ; extrait ici du corpus Sokal. []
  3. A travers les expressions le logiciel fournit un gisement pour des recherches multiples notamment sur les indicateurs argumentatifs. []
  4. Position divergente de Philippe Gratien déposée dans la recommandation du Comité Ethique économique et social du Haut Conseil aux Biotechnologies du 6 mai 2010, relative à la demande de mise en culture du maïs 1507. []
  5. Ici la catégorie de marqueur appelée Statut-social comprend les différentes formes possibles de « en tant que » et /COL sélectionne les entités liées à des collections, par exemple Statut, Profession, etc. []
  6. Voir Robert Martin, Sémantique et automate, l’apport du dictionnaire informatisé, Paris, PUF, 2001. []
  7. Soit un exemple assez pur : « Tant que nous ne quitterons pas l’accessoire pour nous attacher à l´essentiel, tant que nous ne fuirons pas les distractions de ce siècle, nous ne connaitrons pas de CHANGEMENT. » []
  8. la classe de formule /CF=verbe renvoie en fait ici aux seuls verbes conjugués au futur. []
  9. Ce genre de figure peut évoquer le célèbre argumentum ad baculum qui se réfère à une menace ou une mise en danger dans un chaînage argumentatif en insistant sur les conséquences négatives pour X de la proposition qu’il soutient. []
  10. F. Chateauraynaud et M. Doury, The collective making of termporal aspects un public debates, paper for the 7th Conference on Argumentation of the International Society for the study of Argumentation, July 2010. []

2 réflexions au sujet de « Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs »

  1. Ping : Tweets that mention Petites nuances lexicales, grands écarts argumentatifs | Socio-informatique et argumentation -- Topsy.com

  2. FC

    Suite à une discussion avec Assimakis Tseronis suscitée par le billet ci-dessus, on a regardé quel équivalent on pouvait trouver en anglais pour « tant que ».
    La forme « as long as » venue spontanément du frenglish ne paraît pas coller vraiment – cela va plutôt vers « dans la mesure où »…. Par contre Assimakis a proposé de regarder du côté de « until ».

    Et en effet « until »suivi d’une forme du verbe « to have » ou d’un « present perfect » ça donne des choses
    Ainsi sur ce grand corpus « Alarms and Controversies » consacré aux dossiers de risques surtout aux Etats-Unis, une classe de formule ramène des séquences argumentatives pertinentes :

    until /T=8 /COM=ha /T=10 /ENTITE

    until we have sufficient knowledge
    until you have reasonable evidence
    until these had been defined in a series
    until the new ones have been launched could easily top
    until the exposed individual has attained a certain age
    until adequate measures have been taken for the protection
    until recently , most observers have ignored the implications
    until two months later that cancer had been growing at the base
    until every single scientific question has been answered before we take action
    until recently , foods derived from these crops have been tacitly accepted by US
    until injury and accident happen and then wait even more for incontrovertible conclusions
    until thorough scientific assessments have been conducted in a transparent , open and participatory process

    Il faut construire au passage « until recently » qui crée une marque temporelle avec un tout autre horizon sémantique … Mais d’ans l’ensemble ça marche et cela renverse la forme observée dans les séquences francophones en « tant que » puisque, au lieu de « tant qu’on n’aura pas fait ceci cela », ici c’est plutôt : « jusqu’à ce qu’on ait ceci ou cela ». Cela m’amuserait pas mal de voir un outil de traduction automatique inspiré du TAL qui soit capable d’opérer ce type de renversement sans interprète humain …
    Codeurs fous à vos marques … et vos marqueurs !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.