Les paradigmes artificiels de la sociologie

Les travaux menés sous l’appellation de « socio-informatique » ont conduit à une importante accumulation de corpus, d’outils, de modèles, de textes et de discussions dont le statut académique reste largement à définir, au moins en sociologie. Voici en effet un ensemble de recherches qui se plie assez mal aux formats imposés par les normes académiques et qui peut même évoquer une forme de subversion des contraintes épistémologiques ordinairement associées à l’exercice du métier de sociologue. La manière particulièrement asymétrique de traiter les outils en sciences sociales n’est pas pour rien dans la production de ce décalage. Mais, en retour, le choix constamment réaffirmé de faire passer l’invention avant l’adaptation aux canons disciplinaires ne peut que produire un sentiment d’hétérodoxie volontaire !

En refusant de se situer dans le partage des méthodes en différents camps (études quantitatives versus approches qualitatives, analyse de discours versus ethnographie des interactions, analyses de réseaux versus modèles de raisonnement logico-sémantique), la socio-informatique a ouvert un espace pour l’expérimentation et le croisement des démarches d’enquêtes sur de grands dossiers où la réflexivité  l’emporte sur les fonctions d’utilité instrumentale. Mais ne risque-t-on pas d’engendrer une irréparable confusion en mêlant continûment des corpus fort disparates, dont l’analyse relève d’un paradigme aux frontières floues, la « sociologie pragmatique », des procédures informatiques insolites, des propositions théoriques sur l’évolution chaotique des « sociétés complexes », des positionnements critiques vis-à-vis de la « société de l’information » et ses « TIC »1, et des questionnements épistémiques sur les modes de raisonnement des chercheurs en sciences sociales ? Faut-il investir dans des technologies informatiques dont l’obsolescence est pour ainsi dire programmée ?

On peut parfaitement retourner ce questionnement pour en faire un des enjeux majeurs des digital humanities du xxie siècle. En effet, les travaux socio-informatiques ont pour visée de conquérir et de défendre un espace propre de raisonnement et d’enquête sur des dossiers déterminés, et de se doter d’outils dont on a la maîtrise, sans passer par une logique de délégation technique comme celle qui fut longtemps à l’œuvre dans les relations entre sociologues et statisticiens.

Il est piquant de ce point de vue d’observer que ceux là même qui ont œuvré à ouvrir les « boîtes noires » de la science ont désormais recours à des outils dont le principe échappe complètement au chercheur, comme dans le cas des algorithmes de réseaux ou de mots associés. La socio-informatique a tenté de renverser cette tendance et d’ancrer les méthodes dans les procédés interprétatifs eux-mêmes. L’objectivité n’est pas logée dans des procédures de calcul automatique, mais émerge d’un processus d’explicitation des opérations interprétatives auxquelles ont recours les chercheurs face à des documents hétérogènes2. Et cette explicitation appelle nécessairement une communauté de discussion et une confrontation des approches sur les mêmes matériaux.

La notion de socio-informatique s’est imposée tardivement. Empruntée aux auteurs qui préconisent l’adoption de pratiques collectives distribuées, comme les chercheurs du LIMSI3, elle a pour fonction de rendre tangible le croisement de deux séries de transformation :

  • l’une « macro », avec l’avènement d’internet qui bouscule l’ensemble des traditions en matière d’accès au savoir, de traitement de l’information et de construction de « communautés épistémiques » ;
  • l’autre, plus locale, liée à l’accumulation de travaux menés avec le logiciel Prospéro, surtout dans le domaine de la sociologie des controverses.

En quoi les formules épistémiques proposées au travers de technologies logicielles comme Prospéro, Marlowe et Tirésias sont-elles adaptées aux défis du Web et de la « société de l’information » ? Une première réponse réside dans le souci de maintenir en tension information, argumentation et histoire, en développant de nouvelles formes d’enquêtes qui utilisent les ressources du Web tout en gardant une prise ferme et déterminée sur le monde réel. Une seconde dimension est liée à la manière de lier des formes de connaissances médiées par des artefacts liant interactivité et collaboration. Enfin, le souci de maintenir un équilibre entre chercheurs humains et artefacts informatiques se traduit par des protocoles symétriques, qui n’éliminent jamais l’interprète humain de la boucle, ce qui se manifeste jusque dans les scripts déposés dans le logiciel Marlowe, premier sociologue électronique de langue française capable de mener des enquêtes, de rédiger des rapports et de soutenir des dialogues avec ses utilisateurs.

Prospéro Marlowe Tirésias Chéloné

L’ouverture de ce carnet de recherche intervient à un moment de reconfiguration de l’usage des outils socio-informatiques. En effet, la multiplication des applications et la mise en présence d’utilisateurs aux intérêts de recherche différents, sinon divergents, contraint à réexplorer l’ensemble des techniques déposées dans les logiciels depuis les outils d’indexation jusqu’aux algorithmes les plus expérimentaux comme ceux utilisés par le logiciel Marlowe.

Les interventions sur ce carnet auront ainsi pour objet l’examen critique de l’usage d’outils ou de protocoles avec une exigence d’ancrage dans des applications sur corpus. Par exemple, des chercheurs ont développé un usage  systématique de cartes de liens produites à partir de matrices calculées par Prospéro  et transférer vers le logiciel Pajek : ce procédé leur permet d’objectiver la carte des relations entre l’ensemble des institutions qui interviennent dans un dossier sanitaire, ou la carte des liens entre les firmes concernées par le dossier des OGM, … Leur billet pourra consister à expliciter la logique d’enquête qui les a conduits à utiliser ce type de représentation, à rendre disponible aux autres utilisateurs la procédure utilisée, et à discuter de la pertinence des résultats obtenus. Autre exemple, une linguiste et un sociologue s’associent pour étudier les usages argumentatifs de marqueurs temporels comme « désormais », « dorénavant », « depuis », « maintenant », … Pour y parvenir, ils ont utilisé des « classes de formules », permettant de repérer des usages épistémiques (« désormais on sait que X »), des usages normatifs (« nous devons désormais ») ou encore ontologiques (« il existe désormais »). Leur texte exposera à la fois les enjeux de ce type de description pour les théories de l’argumentation, leur dimension heuristique pour l’étude des débats et des controverses (notamment pour l’examen des engagements du futur dans les jeux d’arguments), ainsi que les types de support informatique réalisés (formules, catégories, prototypes, bases d’exemples, …) qui peuvent être mis en commun à travers l’usage des logiciels.

Associés aux travaux développés dans le cadre d’un séminaire de l’EHESS, et du réseau d’utilisateurs de la suite logicielle Prospéro, Marlowe, Tirésias et Chéloné, les contributions de ce blog de recherche sont ouvertes à la discussion et à la critique dans la mesure où elles restent ancrées sur des aspects méthodologiques et techniques. On préfère en effet renvoyer vers d »autres arènes les dimensions plus politiques ou polémiques de ces travaux.

Francis Chateauraynaud

GSPR (EHESS)


1. Internet à l’épreuve de la critique. Étude menée par Marie-Christine Bureau, Francis Chateauraynaud, Christophe Lejeune, Didier Torny et Patrick Trabal. Programme « Société de » l’information », CNRS, 2003 (télécharger en pdf).

2. Voir Francis Chateauraynaud, Prospéro – Une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS éditions, 2003.

3. William Turner, Geoffrey Bowker, Les Gasser, Manuel Zacklad (eds.), « Information Infrastructures for Distributed Collective Practices », Computer-Supported Cooperative Work, 15, 2-3, June 2006, 93-110, (télécharger en pdf).


4 réflexions au sujet de « Les paradigmes artificiels de la sociologie »

  1. Pierrick Cézanne-Bert

    Bonjour,

    est-ce qu’il est possible de connaître les modalités d’envoi de billets sur le carnet ?
    merci

    Pierrick

  2. socioargu Auteur de l’article

    Il faut d’abord que nous t’inscrivions comme utilisateur. Tu viens de recevoir un mail à ce sujet.

  3. Thierry

    Impressionnant.
    Je connaissais déjà une partie de vos travaux. Merci d’avoir créé ce blog.
    Je suis passionné par tout ceci.

    J’espère pouvoir vous rejoindre bientôt…

    Chaleureusement,
    Thierry

  4. Patrice

    Les travaux de Thérese etienne sur le paradigme socioinformatique developpent le prototypage informatique comme méthode de vérification en sciences sociales. Quel lien peut-on établir vous entre cette approche méthodologique et le social computing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.